Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Esquisse de grammaire du dan de l...

Esquisse de grammaire du dan de l'Est (dialecte de Gouèta)

Sketch of Eastern Dan grammar (the Gouèta dialect)
Очерк восточного дан (диалект гуэта)
Valentin Vydrin
p. 3-80

Résumés

L'esquisse de grammaire comporte les informations de base sur la phonologie et le morphosyntaxe du dan de l'Est. Dans la partie phonologique, les systèmes cosonantiques et vocaliques sont analysés, de même que le système tonal et les pieds caractéristiques. Les parties de discours du dan sont inventoriées, et chaque classe de lexèmes est analysé du point de vue de ses particularités morphosyntaxiques : les noms, les noms locatifs (avec leur système de déclinaison), les pronoms personnels, les marques prédicatives, les adjectifs, les verbes, les adverbes, les numéros, les déterminants, les pospositions. Les constructions nominales et les types d'énoncés non-verbaux sont traités dans la section syntaxique (la syntaxe de la proposition complexe n'est pas abordée).

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1. Informations générales

  • 1 Cette publication représente une version complétée et mise à jour d'une esquisse de grammaire parue (...)

1La langue dan de l'Est est parlée dans les départements Biancouma, Sipilou et Man de la région Tonkpi, district des Montagnes, dans l’Ouest de la Côte-d’Ivoire.1 Le dialecte gouèta (dân gwɛ̋ɛ̏tàa) dans la sous-préfecture de Santa a été choisi comme base de la langue littéraire dan (yacouba) pour la zone nord-est, tandis que le dialecte de l'ancien canton de Blo a été sélectionné pour la norme linguistique de la zone sud-ouest. La zone d'habitation relativement homogène des Dan s’étale au-delà la frontière libérienne, où les Dan sont connus sous le nom de Gio; leurs dialectes sont assez proches du dan du sud-ouest de la Côte-d’Ivoire. Il existe aussi une enclave dan dans la préfecture de Touba, près de la frontière guinéenne (y compris 4 ou 5 villages du côté guinéen) ; on y parle le dialecte kla, qui est assez différent des autres variantes du dan.

2Le dan est une des langues du groupe linguistique mandé-sud. Les langues les plus proches génétiquement sont le goo (parlé au nord de la ville de Man), le mano (parlé au Libéria et en Guinée) et le toura. Les autres langues de ce groupe sont le gouro, le yaouré, le mwan, le wan, le gban, le beng et le ngen ; toutes ces langues sont parlées en Côte-d’Ivoire. Une parenté linguistique plus éloignée lie les Dan avec les autres langues de la famille mandé, comme le manding (dioula, bambara, maninka, mahou, etc.), le kpellé et le looma (toma), etc.

La langue dan et ses dialectes

La langue dan et ses dialectes

3La plupart des Dan pratiquent des croyances traditionnelles (cultes des masques, fétichisme, animisme), bien qu'aujoud’hui le christianisme se répande petit à petit, aussi bien que, dans un moindre degré, l’islam.

4Le nombre des Dan en Côte-d’Ivoire est d’environ un million trois cent mille, dont à peu près la moitié vivent dans la zone Est.

5Il y a des émissions en dan à la « Radio des Dix-Huit Montagnes » à la Mission Catholique à Man, aux radios, « ONUCI FM » et « Tonkpi FM ». Il y a aussi une émission hebdomadaire d’un quart d’heure en dan à la télévision ivoirienne. Le dan est utilisé dans les offices protestants. Le Nouveau Testament a été publié en dan-gouèta en 1991. Il existe aussi des livres d’alphabétisation. Un journal Pȁbhɛ̄nbhȁbhɛ̏n, ‘Le Réveilleur’, paraît irrégulièrement depuis 2005.

2. Phonologie

2.1. Phonologie segmentale

2.1.1. Voyelles

6Le système vocalique du dan-gouèta comporte 12 phonèmes oraux et 9 phonèmes nasals (en alphabet international phonétique) :

Tableau 1. Voyelles du dan-gouèta (symboles phonétiques)

Orales

Nasales

anté-rieures

postérieures non-arrondies

postérieures arrondies

anté-rieures

postérieures non-

arrondies

postérieures arrondies

ŋ

i

ɯ

u

ĩ

ɯ̃

e

ɤ

o

ɛ

ʌ

ɔ

ɛ̃

ʌ̃

ɔ̃

æ

a

ɒ

æ̃

ɒ̃

  • 2 Dans certains dialectes dan de l'Est, les voyelles ɩ, ұ, ʋ apparaissent pas seulement sous le ton e (...)

7Sous le ton extra-haut, mais aussi après le ton extra-haut, les voyelles e, ɤ, o se réalisent comme semi-fermées, respectivement [ɩ, ұ, ʋ]. Ces allophones étaient désignés par des graphèmes séparés en ancienne orthographe (celle de 1982); dans la nouvelle orthographe, ils ne se distinguent pas. 2Les voyelles nasales ɛ̃, ɔ̃, ʌ̃ portant le ton extra-haut ont des variantes libres semi-fermées : dhɔ̋ndhɔ̋n [nɔ̃̋nɔ̃̋ ~ nʋ̃̋nʋ̃̋] ‘lait’, bhʌ̋nŋ [mʌ̃̋ŋ̋ ~ mұ̃̋ŋ̋] ‘néré (Parkia biglobosa) ; cependant, cette différence n’était pas introduite même dans l’ancienne orthographe. Ainsi, le système vocalique se présente de la façon suivante en nouvelle orthographe (la nasalisation de la voyelle est rendue par –n après la voyelle : an /ã/, ɛn /ɛ̃/, etc.) :

Tableau 2. Voyelles du dan-gouèta (la nouvelle orthographe)

Orales

Nasales

ŋ

i

ɯ

u

in

ɯn

un

(ɩ)

(ұ)

(ʋ)

e

ɤ

o

ɛ

ʌ

ɔ

ɛn

ʌn

ɔn

æ

a

œ

æn

an

œn

8L’élément nasal vélaire ŋ est considéré comme une voyelle (à aperture zéro) à distribution limitée. En orthographe, il est désigné par la lettre ŋ à la fin du mot (ou d'une partie de mot), et par n pour le pronom non-subjectif de la 1ère pers. du sg.

9Les voyelles longues se comportent, en ce qui concerne la distribution des tons, de la même façon que les séquences des voyelles différentes, elles sont donc interprétées comme des combinaisons de voyelles identiques. Ainsi, la forme bhɛ̄ɛ̋ ‘prière’ a deux voyelles identiques ɛ et est donc constituée de deux syllabes, bhɛ̄ + ɛ̋ (de la même façon que bhīʌ̋ ‘corde’ = bhī + ʌ̋).

10Les voyelles æ et œ /ɒ/, æn /æ̃/, œn /ɒ̃/ représentent un cas spécial. Ces voyelles proviennent historiquement des combinaisons ɛ + a et a + ɔ (orales ou nasales) respectivement. Elles posent deux problèmes :

111) Dans de nombreux mots en dan-gouèta, on observe une variation libre entre ææ et ɛɛ, ææn et ɛɛn, œœ et ɔɔ, œœn et ɔɔn : gæ̏æn ou gɛ̀ɛn ‘veuvage’, dhœ̄œ ou dhɔ̄ɔ ‘cloche métallique’, etc. Une question se pose : est-il vraiment nécessaire de distinguer ces phonèmes, ou s’agit-il simplement des variantes automatiques de ɛɛ, ɛɛn, ɔɔ, ɔɔn  ? Cependant, il s’avère que la variation en question n’est pas automatique ; par exemple, le mot bhɛ̋ɛ ‘chemise longue’ n’a pas de variante *bhæ̋æ (cf. bhɛ̄ɛ̋ ou bhǣæ̋ ‘prière’ qui a les deux variantes), ou encore dœ̄œŋ ‘dimension’ qui n’a pas de variante *dɔ̄ɔŋ (cf. dɔ́ɔ̏n- ou dœ́œ̏n ‘araignée venimeuse’). La variation en question n’est donc pas prévisible, ce qui veut dire que les phonèmes en question doivent être retenus.

122) Dans la grande majorité des cas, ces deux voyelles apparaissent comme longues : /ææ/, /æ̰æ̰/, /ɒɒ/, /ɒ̰ɒ̰/. On peut se poser la question suivante : s’agit-il, dans ce cas, de « vraies » voyelles longues (plutôt que de suites de voyelles brèves identiques) ?

  • 3 Dans l'ancienne orthographe, ces phonèmes étaient désignés par des digraphes (ɛa et ), ce qui ren (...)

13Cependant, les voyelles brèves existent tout de même. /æ/ apparaît dans la position devant une voyelle nasale –ŋ : dhæ̏ŋ ‘étranger’, ̋ŋ ‘touffe de queue de porc-épic’, etc. œ bref est attesté dans quelques formes redoublées : zœ̏nzœ̏ndhē intensif pluriel de zœ̏œndhē ‘rouge’. La présence des voyelles brèves en question est limitée, mais elle permet d’établir pour ces phonèmes le même type de correspondance entre les voyelles brèves et longues que pour tous les autres phonèmes.3

2.1.2. Consonnes

14Les consonnes du dan de l'Est sont représentées dans le Tableau 3. Les allophones apparaissant en contexte nasal figurent entre parenthèses. Dans l’orthographe, /ɓ/ et /ɗ/ sont désignés par bh et dh respectivement, même pour les allophones nasals devant les voyelles nasales : on écrit dhʌ́n ‘enfant’ pour /ɗʌ̃́/ [nʌ̃́], bhɔ̏ɔn ‘souris’ pour /ɓɔ̃̏ɔ̃̏/ [mɔ̃̏ɔ̃̏]. Dans l'ancienne orthographe, /ɓ/ et /ɗ/ devant voyelles nasales étaient rendus par des lettres m et : 'në ‘enfant’, -mɔɔ ‘souris’. m n'est plus utilisé dans l'orthographe de 2014 (on peut quand même l'utiliser, à titre d'exception, pour quelques rares emprunts, comme mōtô ‘moto’).

Tableau 3. Consonnes dan-gouèta

Labiales

Alvéolaires

Palatales

Vélaires

Vélaires labialisées

Labio-

vélaires

Occlusives sourdes

p

t

k

kw

kp

Occlusives sonores

b

d

g

gw

gb

Fricatives sourdes

f

s

(h)

Fricatives sonores

v

z

Implosives

ɓ

ɗ

Sonantes

l, (rr)

y

w

  • 4 Plus précisement, les séquences /zl/ et /sl/ en dan gouèta se prononcent respectivement comme [ɮ] e (...)

15Le phonème l se réalise à l’intérieur du pied métrique comme [r] après une consonne dentale ou palatale (t, d, s, z, ɗ, y)4 et comme [l] dans tous les autres contextes. À l’écrit, on ne distingue pas ces allophones : tlōo [trōō] ‘jeu’, dla̋ [dra̋] ‘pont de lianes’. Cependant, il est permis d'utiliser la lettre r dans les idéophones, là où cette pronociation n'est pas conditionnée par la consonne précédente, mais sert pour l'expressivité, ex. : krrɔ̏ɔdhɤ̄ (crépitement des os quand on s'étire), krrɤ́ɤdhɤ̄ (son de rongement).

16Le phonème h est très rare, il n’apparaît que dans quelques interjections : hāá ‘ouff!’

17L’alphabet dan-gouèta (en orthographe de Côte-d’Ivoire) se présente comme suit :

18a, æ, ʌ, b, bh, d, dh e, ɛ, f, i, g, h, k, l, n, ŋ, o, ɔ, ɤ, œ, p, s, t, u, ɯ, v, w, y, z

19Les lettres supplémentaires sont: m, r, ɩ, ʋ, ұ.

2.2. Tons

20Le dan-gouèta a cinq tonèmes simples, essentiellement réalisés comme tons unis :

  • 5 Selon les principes de l'orthographe de 2014, quand deux voyelles qui se suivent ont le même ton, o (...)

211) extra-haut : ka̋a5 ‘gale’ ;

222) haut : káa ‘vous’ (marqueur prédicatif négatif du présent) ;

233) moyen : kāa ‘vous’ (marqueur prédicatif du prospectif) ;

244) bas : kàa ‘gratter’ (dans la construction « conjointe », cf. ci-dessous) ;

255) extra-bas : kȁa ‘roseau’.

26S’y ajoute trois tons modulés :

271) haut – descendant : gbân ‘fourmi grosse noire’ ;

282) moyen – descendant : dīn̏ ‘faim’ (un ton rare) ;

293) extra-haut – descendant : tö ‘arbre à bois très mou’, zīizïdhȅ ‘très-très ancien’, bhëbhë ‘extrêmement bon, excellent’ (un ton rare, sans doute inexistant dans de nombreux dialectes du dan de l'Est hors gouèta).

30Le ton joue un rôle grammatical très important en dan-gouèta. Le ton extra-bas sur le verbe marque l'aspect neutre (cf. la section 9. Verbes); le ton extra-bas sur le nom marque la fonction de tête syntaxique du nom dans une construction génitivale ; des modifications tonales marquent le pluriel et l’intensif des adjectifs, etc. Le suffixe tonal (un ton extra-bas final), désigné par une apostrophe après le mot, peut représenter un pronom élidé de 3ème pers. du sg. de la série non-subjective (), par exemple : … yɤ́ pɤ̄ dhɛ̏ ‘Il le lui a dit.’ Il sert de marque pour l’infinitif (Ā dhȍ dhūn dhīa̋. ‘Je viendrai demain’) et le prohibitif.

31Il faut donc retenir l’idée qu’un mot en dan peut apparaître dans des contextes différents avec des tons différents et que ce changement de tons n’est pas arbitraire. On peut toujours rétablir le ton lexical du mot puisque les modifications obéissent à des règles bien précises.

2.3. L’organisation rythmique : pieds

32Dans les langues du monde, il va de soi que les mots se subdivisent en syllabes. Normalement, le noyau d’une syllabe est la voyelle ; tant de voyelles dans un mot, tant de syllabes. Ainsi, le mot gʌ̏nŋ̏gʌ̄nŋ̋klȍȍ ‘espèce de liane (Paullinia pinnata)’ a 6 voyelles (ʌn, ŋ, ʌn, ŋ, o, o), donc 6 syllabes.

  • 6 Dans les travaux linguistiques sur les langues mandé-sud, ces unités sont traitées tantôt de « syll (...)

33Il s’avère cependant que la seule subdivision en syllabes ne permet pas de bien comprendre le fonctionnement du système phonologique du dan. En fait, certaines syllabes sont beaucoup plus fortement liées entre elles que d’autres. Par exemple, dans le mot bhánŋ́glōō ‘mangue’ la liaison entre les syllabes bhán et ŋ́ est plus forte que celle entre les syllabes ŋ́ et glō. Les séquences comme bhánŋ́ et glōō sont des pieds, unités intermédiaires entre les syllabes et les mots ; leur rôle en dan (comme dans les autres langues du groupe mandé-sud) est prépondérant.6

34D’après leurs structures, on note les types suivants de pieds rythmiques en dan-gouèta :

  • 7 C représente une consonne, V représente une voyelle (autre que ŋ).

35a) pieds légers, consistant en une syllabe : V, ŋ, CV et ClV 7.

36b) pieds lourds, consistant en deux syllabes chacun : CVV, CVŋ, ClVV, ClVŋ

37c) pieds extra-lourds, consistant en trois syllabes : CVVV, CVVŋ

38Un pied rythmique se caractérise par

  • 8 La voyelle ŋ est hors du système de l’harmonie de nasalité ; elle se combine avec les unes comme av (...)

39– l’harmonie de nasalité : dans le cadre d’un pied, toutes les voyelles peuvent être soit nasales, soit orales; une combinaison des voyelles orales et nasales est impossible.8 En orthographe, la marque de nasalisation (‑n) porte toujours sur l’ensemble du pied, plutôt que sur une seule voyelle : pɔ̏ɔn ‘hernie’ (/pɔ̃̏ɔ̃̏/, et non pas */pɔ̏ɔ̃̏/ !), zīaan ‘route’ (/zĩ̄ã̄ã̄/, et non pas */zīāã̄/ ou */zīã̄ã̄/ !) ;

40– des restrictions concernant les combinaisons tonales. Naturellement, un pied léger ne peut porter que les tons énumérés dans la division 2.2 (les cinq tons unis et les trois tons descendants). Mais dans les pieds lourds et extra-lourds, beaucoup de combinaisons tonales, théoriquement possibles, ne sont pas attestées. Les règles des combinaisons tonales dans un pied lourd peuvent se résumer comme suit :

41a) toutes les combinaisons de tons unis identiques (Haut-Haut, Moyen-Moyen, etc.) sont admises ;

42b) tous les tons initiaux se combinent avec le ton final extra-bas (bhɔ̋ɔ̏n ‘marabout’, gbáȁ ‘une sorte de banane plantain, grosse et longue’, gɔ̄ɔ̏n ‘homme’, kèŋ̏ ‘après’) ;

43c) le ton moyen initial du pied se combine avec les deux tons plus élevés à la finale (Moyen-Haut : bhɔ̄ɔ́ ‘espèce d’abeille’ ; Moyen-Extra-haut : bhīa̋a̋ ‘piège à singes’) ;

44d) dans quelques rares cas, dans les pieds composés originellement (résultant de la fusion de noms avec des postpositions), on trouve la combinaison Extra-haut-Moyen (comme si̋āā ‘par terre’, le cas superessif du sɛ̋ ‘terre’) ou Haut-Moyen (bhláā ‘au champ’, le cas locatif du bhláȁdhɛ̏ ‘champ’) ;

45– des restrictions concernant les combinaisons vocaliques. Ainsi, dans les pieds du type ClVV les deux voyelles sont toujours identiques. Dans les pieds des types CVV et CVVŋ les deux voyelles sont soit identiques, soit la première voyelle est la plus fermée (i, u) et la deuxième est postérieure non-arrondie et non-fermée (ɤ, ʌ, a). Dans les pieds de structure CVVV, les deux dernières voyelles sont toujours identiques, mais différentes de la première voyelle, qui est pratiquement dans tous les cas i ou u.

46Il convient de souligner que le pied métrique est différent du morphème : il y a des morphèmes qui comportent plus d’un pied (comme dlȁȁká ‘petit-déjeuner’ ou gbʌ̋ʌ̋lȍȍ ‘serpent rouge’), et il y a des pieds qui résultent de la fusion de plus d’un morphème et qu’on peut donc considérer comme comportant deux morphèmes (comme gɛ̄ɛ̄n ‘avec le pied’, historiquement *gɛ̏n+ ká).

47Selon les règles de la nouvelle orthographe, si les syllables d'un pied lourd ou extra-lourd ont des tons identiques, la marque du ton n'est mise que sur la voyelle de la première syllable : gblőo ‘trace’ pour /gblőő/, klȕu ‘louche’ pour /klȕȕ/, kpi̋ʌŋ ‘joue’ pour /kpi̋ʌ̋ŋ̋/. L'absence de la marque tonale sur la deuxième voyelle ne veut pas dire que cette voyelle n'a pas de ton ; ce n'est qu'une convention pour rendre l'écriture moins lourde.

48Dans les pieds extra-lourds dont les tons ne sont pas homogènes, le changement du ton est noté :

49si le pied se termine par un ŋ (qui est considéré comme une voyelle, voir 2.1.1), le deuxième ton est marqué sur cette lettre, ex. : si̋ʌŋ̏ ‘emprunt’, tœ̋œŋ̏ ‘homonyme’ ;

50sinon, le deuxième ton est marqué sur la deuxième voyelle du pied, ex. : pīɤ̏ɤ ‘douleur’, sūʌ̋ʌ ‘orgelet’.

3. Morphologie

3.1. Parties du discours

3.1.1. Critères de subdivision en parties de discours

  • 9 Dans la tradition linguistique française, le terme « catégories grammaticales » est souvent utilisé (...)

51Les parties de discours9 sont des classes de mots (plus précisement, de lexèmes) qui se distinguent par des critères formels : morphologiques (le type de flexion ; l’aptitude à accepter des auxiliaires) et syntaxiques (les fonctions syntaxiques que le mot peut assumer). En établissant la liste des parties de discours, le critère sémantique (donc le sens du mot) n'est pris en compte que secondairement. Chaque langue a son propre inventaire des parties de discours.

3.1.2. L'inventaire des parties de discours

52En dan de l'Est on obtient l’inventaire suivant des parties de discours :

53Noms (substantifs). Ils peuvent assumer (sans aucune marque morphologique supplémentaire) les positions syntaxiques de sujet, de complément d’objet direct et de complément oblique lorsqu’ils sont suivis d’une postposition. Dans le cadre d’un groupe nominal, le nom peut occuper les positions de déterminant et de déterminé dans la construction génitive, et du déterminé dans une construction attributive.

54Les noms locatifs se distinguent des noms « propres » par le fait qu’ils ont une catégorie morphologique de cas ; autrement dit, ils se déclinent. Ils peuvent donc, à la différence des noms, apparaître dans la fonction syntaxique de circonstant ou de complément d’objet indirect sans être suivis d’une postposition.

55Les pronoms personnels sont proches des noms par leur comportement syntaxique ; ils assument les mêmes rôles syntaxiques, sauf celui de déterminé dans une construction du type génitival. Ils se distinguent radicalement du nom par un critère morphologique : les pronoms personnels ont un paradigme flexionnel très riche. Dans le cadre de ce paradigme, des valeurs grammaticales différentes sont opposées : le cas, les statuts pragmatiques…

56Les marques prédicatives pronominales (MPP) sont des mots auxiliaires qui apparaissent après le sujet et expriment des valeurs grammaticales différentes : l'aspect, la négation, la mode, etc. Elles expriment conjointement la personne et le nombre du sujet de la phrase. Les marques prédicatives sont les têtes syntaxiques des propositions verbales. Certaines séries MPP peuvent apparaître également dans des propositions non-verbales où elles servent de copules.

57Les adjectifs se distinguent des autres parties du discours à la fois par leur morphologie (ils modifient leurs formes pour exprimer les valeurs de pluriel et d’intensif, d’ailleurs assez irrégulières) et leur syntaxe (les fonctions attributive, prédicative sans postposition et avec la postposition ká, voir section 3.6.1).

58Les numéraux sont proches des adjectifs en ce qui concerne leurs fonctions syntaxiques. Leur différence principale est morphologique : d’une part, ils n’ont pas du pluriel flexionnel ni d’intensif (ce qui est compréhensible, compte tenu de leur sémantisme) ; d’autre part, ils produisent par une dérivation régulière des ordinaux (adjonction du suffixe ‑dhȁan). En plus, les numéraux se distinguent des adjectifs par leur aptitude de former des numéraux composés.

59Les déterminants n’ont pas de flexion ; ils occupent la position après un groupe nominal. Si un groupe nominal comporte un adjectif ou un numéral, le déterminant ne peut jamais le précéder, il ne peut que le suivre. Les déterminants constituent une classe fermée.

60Les verbes ont les caractéristiques suivantes : ils assument la fonction du prédicat à valeur d’action, d’événement ou d’état en combinaison avec les marques prédicatives pronominales (MPP) de toutes les séries qui existent dans la langue. À la différence des adjectifs, ils changent leurs tons lexicaux à extra-bas suivant l'MPP de la série existentielle.

61Les copules. Une classe peu nombreuse. Ce sont des mots qui apparaissent en fonction de têtes des propositions non-verbales ; ils n'ont pas de flexion. À la différence des verbes, elles ne se combinent pas avec des MPP à l’affirmatif.

62Les adverbes assument la fonction syntaxique du circonstant sans être suivis d’une postposition. À la différence des noms locatifs (dans leurs formes des cas obliques), l’adverbe ne peut pas avoir un déterminant nominal à sa gauche.

63Les postpositions sont des marqueurs de la fonction syntaxique de complément oblique. À la différence des adverbes et des noms locatifs, ils ne peuvent pas remplir seuls ces fonctions, ils doivent forcément suivre un groupe nominal. Les postpositions peuvent également servir de marques de liaison syntaxique entre les noms.

64Les particules phrastiques n’ont pas de flexion. Elles occupent la position à la fin d’une phrase et expriment des valeurs modales. Elles se distinguent des adverbes par leur comportement syntaxique lors de la nominalisation des verbes.

65Les conjonctions marquent la liaison syntaxique entre les mots ou les phrases.

66Les interjections sont des mots-phrases, donc des mots équivalents de phrases entières. Elles expriment les valeurs modales.

3.1.3. Conversion

67Par conversion on comprend le passage d’un mot d’une partie du discours à une autre sans aucune modification de sa forme, c'est donc une « dérivation zéro ». Elle existe en dan de l'Est, mais elle est beaucoup moins fréquente que dans certaines autres langues mandé. On peut mentionner des relations conversionnelles suivantes :

681) verbe ↔ nom, la direction de la conversion n’est pas toujours claire : gœ̄œ ‘donner cadeau’ – ‘cadeau’, glòo ‘se réposer’ – ‘répos’, gbla̋ ‘crier’ – ‘cri’, sűɤ ‘avoir peur’ – ‘peur’, we̋ ‘parler’ – ‘son’, etc.;

692) verbe → adjectif : blʌ̋ ‘s’user’ → ‘pourri’, sēȅ ‘gâter, se gâter’ → ‘gâté’, tlɤ̄ɤ ‘s’assombrir’ – ‘sale’, etc. ;

703) nom → postposition : dhi̋ɤ ‘bord, sommet’ → ‘devant’, gɔ̏ ‘tête’ → ‘à’, etc. ;

714) déterminant → nom : bhá ‘autre’ → ‘beau-frère cadet’ ;

725) adjectif → adverbe : dèe ‘nouveau’ → ‘récemment’, gbéȅ ‘important, difficile’ → ‘très’, etc. ;

736) adjectif ↔ nom, la direction de la conversion souvent n’est pas claire : pi̋ʌʌnpȉʌʌn ‘mous et rares’ (cheveux) → ‘barbe de plume’, sæ̏æ ‘frais’ (temps) → ‘fraîcheur’, sʌ̋nŋ ‘or’ → ‘de l’or’, etc.

74Passons maintenant à une analyse plus détaillée des particularités de chaque partie de discours.

3.2. Noms

3.2.1. « Noms relationnels » et « noms libres »

75Les noms en dan se subdivisent en deux classes : « noms relationnels » (une autre appellation pour « noms inaliénables ») et « noms libres » (également appelés : « noms autosémantiques », « nom aliénables »). La différence entre ces deux types s’exprime formellement comme suit : lorsqu’un nom libre apparaît comme le déterminé (possédé) dans une construction génitivale, une postposition connective bhȁ (souvent réduite à ) doit être intercalée entre ce nom et le nom précédent (le déterminant) : dhēbʌ̏dhʌ́n bhȁ wʌ́ʌ̏gā ‘l’argent de la femme’ contrairement à l’absence de connectif dans le cas d’un nom relationnel : dhēbʌ̏dhʌ́n wʌ̄ ‘le visage de la femme’.

76Les noms relationnels forment deux groupes sémantiques :

77a) noms des parties du corps (noms inaliénables proprement dits) ; il s’agit ici des relations « partie d’un ensemble » ;

78b) termes de parenté et le vocabulaire limitrophe comme yœ́œ̏ ‘ennemi’, te̋bha̋n ‘camarade d’âge’, les noms relationnels proprement dits : le sens d’un tel nom n’est valable que par rapport au nom déterminant. Ainsi, la personne désignée par la construction Yɔ̏ dʌ̄ ‘père de Yo’ ou Tȍkpȁ yœ́œ̏ ‘ennemi de Tokpa’ n’est père ou ennemi que par rapport à Yo ou Tokpa, à part ces relations la personne en question n’est ni « un père », ni « un ennemi ».

79Il convient de dire qu’en dan, les limites de ces groupes sémantiques sont floues, dans le sens où il y a des noms qui, d’après leur valeur sémantique, devraient se trouver parmi les noms relationnels mais ne s’y trouvent pas. Ainsi, le mot wūn ‘chevelure’ ne se trouve pas dans le groupe des noms relationnels (on dit ȁ bhȁ wūn ‘sa chevelure’, et non pas *ȁ wūn), tandis que kāȁ ‘poil’ (y compris le poil de corps humain) s’y trouve (dhēbʌ̏ kāȁ ‘poil de corps d’une femme’). Les termes de parenté bɛ́ɛ̏ ‘neveu, nièce’ (enfant de sœur) et dhʌ́n‘enfant’ ne sont pas des noms relationnels, tandis que dhūʌ̏ʌ ‘oncle maternel cadet’ et bhāŋ ‘enfant’ le sont : Gbȁtȍ dhūʌ̏ʌ ‘l'oncle de Gbato’, mais Si̋tȁ bhȁ dhʌ́n ‘l'enfant de Sita’.

80Une autre précision importante est qu’en dan la différence de comportement entre noms relationnels et noms libres ne se manifeste que si le nom déterminant désigne une personne. Ainsi, nous avons :

81bhɛ̄n gɛ̏n ‘jambe d’un homme’ vs. bhɛ̄n bhȁ kɔ́ ‘maison d’un homme’;

82bhȁan gɛ̏n ‘patte d’un oiseau’ vs. bhȁan kɔ́ ‘nid d’un oiseau’.

83Cela nous permet de dire que les noms d’humains et de non-humains forment en dan deux groupes qui se distinguent formellement (bien que d’une façon indirecte).

3.2.2. Pluriel

  • 10 Il y a des restrictions d’ordre lexical concernant la position du déterminant dhȕn.

843.2.2.1. La marque standard du pluriel est un déterminant dhȕn qui suit le nom (il s'écrit séparé du nom précédent avec un trait d'union). Si le nom est suivi d’un adjectif, dhȕn peut être placé après l’adjectif (ce qui est le cas de loin le plus fréquent) ou après le nom, et parfois il peut être répété deux fois en occupant les deux positions. Ainsi, nous avons trois constructions qui ont le même sens, ‘enfants bêtes, abrutis’ :10

85dhʌ́n-dhȕn bhɔ̋ɔnbhɔ̏ɔn

86dhʌ́n bhɔ̋ɔnbhɔ̏ɔn-dhȕn

87dhʌ́n-dhȕn bhɔ̋ɔnbhɔ̏ɔn-dhȕn

88Le pluriel peut également être exprimé par la flexion de l’adjectif (voir 3.6.2).

89Le plus souvent, le déterminant dhȕn n'est pas utilisé si la pluralité est déjà exprimée par un autre moyen (un autre déterminant quantificateur ou un numéral). A part ça, l'utilisation de la marque du pluriel dhȕn dépend du sémantisme du nom déterminé : il est plus ou moins obligatoire avec les noms désignant des êtres humains ; il est plutôt facultatif pour les noms des gros animaux et rarement utilisé por les noms des petits animaux, insectes, objets inanimés.

90Il y a des noms qui ont une valeur collective et ne prennent pas la marque dhȕn, ex. zlūu ‘fourmis magnan’ (*zlūu-dhȕn ne se dit pas). Il faut cependant admettre que l’aptitude de se conjuguer avec la marque du pluriel est souvent lexicalisée ; ainsi, les noms des autres espèces des petits insectes l’acceptent : zɛ̀ ‘termite maçon’ (à valeur plutôt collective) – zɛ̀-dhȕn ‘termites maçons’.

913.2.2.2. Il y a un groupe de noms, désignant soit les représentants masculins des professions soit les parents cadets ou du même âge, qui forment leur pluriel de manière plus compliquée. En plus du déterminant dhȕn, ils prennent le suffixe -zʌ̏. Dans le cas des noms de représentants de profession qui portent le suffixe –bhīn, ce suffixe est remplacé par –zʌ̏ :

92yɛ̄ɛbhīn ‘griot’ – pl. yɛ̄ɛzʌ̏-dhȕn (mais aussi yɛ̄ɛgɔ̄n-dhȕn),

93bɛ́ɛ̏ ‘neveu’ – pl. bɛ́ɛ̏zʌ̏-dhȕn.

94Cependant pour certains d’entre eux, le suffixe -zʌ̏ est facultatif :

95zőobhīn ‘chasseur de sorciers’ – pl. zőozʌ̏-dhȕn ou zőo-dhȕn ou zőobhīn-dhȕn ;

96gwʌ̄ʌ̋bhīn ‘factotum’ – pl. gwʌ̄ʌ̋zʌ̏-dhȕn (cependant, la forme plurielle gwʌ̄ʌ̋bhīn-dhȕn existe aussi) ;

97Quelques rares mots de ce type peuvent désigner les personnes des deux sexes :

98te̋bha̋n ‘camarade d’âge’ – pl. te̋bha̋n-dhȕn, te̋bha̋nzʌ̏-dhȕn ‘camarades d’âge’ (des deux sexes).

993.2.2.3. Le mot dhēbʌ̏ ‘femme’ a, à côté d’une forme régulière dhēbʌ̏-dhȕn, une forme irrégulière dhōo-dhȕn (avec une variante facultative dhōŋ-dhȕn). Celle-ci est moins usitée ; elle apparaît dans quelques expressions figées, et aussi dans des mots composés, comme un analogue féminin du suffixe pluralisant -zʌ̏ susmentionné : gwʌ̄ʌ̋dhōo-dhȕn ou gwʌ̄ʌ̋dhōŋ-dhȕn (mais aussi gwʌ̄ʌ̋dhēbʌ̏-dhȕn) ‘servantes’ ; bɛ́ɛ̏dhōo-dhȕn ou bɛ́ɛ̏dhōŋ-dhȕn ‘nièces’ (mais aussi bɛ́ɛ̏dhēbʌ̏-dhȕn).

3.2.3. Dérivation des noms

100Il existe plusieurs suffixes dérivatifs des noms en dan-gouèta.

1011) -dhʌ́n, le suffixe diminutif, provient du nom dhʌ́n ‘enfant’ et peut suivre le nom comme l’adjectif : dhɯ̋dhʌ́n gbʌ̂gbʌ̏ ou dhɯ̋ gbʌ̂gbʌ̏dhʌ́n ‘petit arbre rabougri’. Avec certains noms désignant des êtres animés, le suffixe n’a plus de sens diminutif et sert plutôt de marque de singulatif, ou encore fait partie de la base nominale : gɔ̄ndʌ̄dhʌ́n ‘homme mûr’, dhēbʌ̏dhʌ́n ‘femme’, bhȁandhʌ́n ‘oiseau’, gwa̋ndhʌ́n ‘chat’, sʌ̄ndhʌ́n ‘lapin’.

1022) –bhīn, suffixe d’agent masculin ou de membre masculin d’un groupe ethnique ou professionnel, cf. 3.2.2.2.

1033) –dʌ̄, suffixe désignant le propriétaire, maître (masculin) : yi̋dha̋n ‘génie’ → yi̋dha̋ndʌ̄ ‘magicien’, pɤ̂ ‘village’ → pɤ̂dʌ̄ ‘notable’, etc.

1044) –dhē un suffixe d’agent féminin, il est lié étymologiquement au nom dhē ‘femme ; mère’. Il est homologue des aux deux suffixes « masculins » sus-mentionnés : yi̋dha̋ndhē ‘magicienne’, gwʌ̄ʌ̋dhē ‘servante’.

1055) –dhē, suffixe du nom de résultat d’action : sʌ̄ʌbhōdhē ‘fatigue’.

1066) –bʌ̏ (dans certains dialectes, -bɔ̏), suffixe peu productif à valeur obscure, dérive des noms désignant des gens ou des objets personnalisés : dhē ‘femme’ → dhēbʌ̏ ‘femme’, gèe ‘cadavre ; masque’ → gèebhʌ̏ ‘fétiche’ ; bhlàȁnbʌ̏ ‘amant’, dhɔ̋nbʌ̏ ‘amante’ (les deux derniers mots n’ont pas des noms correspondants sans le suffixe).

1077) –dhɛ̏ suffixe à valeur abstraite, dérive des noms à partir d’autres noms et à partir d’adjectifs (s'écrit avec un trait d'union) : sànbhűnzʌ̏ ‘partenaires du cousinage de plaisanterie’ → sànbhűnzʌ̏-dhɛ̏ ‘cousinage de plaisanterie’ ; dhùʌŋ ‘esclave’ → dhùʌŋ-dhɛ̏ ‘esclavage’ ; gblɛ̀ɛn ‘longue’ → gblɛ̀ɛn-dhɛ̏ ‘longueur’, etc. Il s’agit probablement du même suffixe que celui du masdar (cf. 3.8.2.3.).

3.2.4. Composition nominale

  • 11 J'ai choisi l'écriture collée pour le premier cas (gɛ̏ndhɛ̋) et l'écriture séparée dans le deuxième (...)

108C’est un procédé très productif pour la formation des mots. Le modèle le plus courant est la construction génitive : táȁgbɔ̄ ‘pipe’ (pot de tabac), si̋ɤtɛ̋ɛ ‘fumée’ (vent du feu), etc. Il est souvent difficile de définir la limite entre un nom composé (une séquence qu'on écrit en un seul mot) et un syntagme (écrit en deux mots) : gɛ̏ndhɛ̋ ou gɛ̏n dhɛ̋ (jambe + feuille) ‘pied’ ? ya̋n kɔ́ ou ya̋nkɔ́ ‘orbite’ (œil + maison) ?11

109On peut considérer comme une variante du même modèle la construction basée sur une phrase relative « de gauche » (cf. la division 20.2, p. 81-82) comportant un nom verbal : dhɯ̋sɯ́gɔ̏ ‘grumier’ (« voiture qui prend l’arbre »), ta̋nbhōbhɛ̏n ‘chanteur’ (« personne qui fait cueillir chanson »), etc.

110Le troisième modèle assez fréquent est la construction attributive (nom + adjectif), comme glɛ̋ɛnpűu ‘liane Canthium venosum’ (« épine blanche »).

3.3. Noms locatifs12

  • 12 Pour davantage de détail, voir (Vydrin 2011).
  • 13 La déclinaison est un ensemble des formes morphologiques du nom (ou du pronom) qui distinguent des (...)

111On peut dire, en simplifiant dans une certaine mesure, que les noms locatifs résultent de la fusion de noms avec des postpositions. De telles fusions sont attestées dans beaucoup de langues mandé, mais il semblerait qu’en dan de l'Est le processus soit beaucoup plus avancé qu’ailleurs, au point d’engendrer un système de déclinaison.13

112Les noms locatifs ont donc normalement plus d’une forme morphologique. L’une de ces formes, celle utilisée en position de sujet, de complément d’objet direct et en position non-finale dans les groupes nominaux, est considérée comme représentant le « cas commun » ; les autres (provenant de la fusion avec les postpositions) sont des formes de « cas obliques ».

113À la différence des déclinaisons bien grammaticalisées (comme en latin, grec ancien ou polonais), la déclinaison en dan de l'Est, qui n’est encore qu’en formation, est fort irrégulière. On peut établir six cas morphologiques dans cette langue, avec une réserve importante : il n’y a aucun nom locatif qui aurait les six cas, le plus souvent il n’y en a que deux ou trois, avec un maximum de quatre cas pour un même lexème.

3.3.1. L'inventaire des cas

114Les cas commun et locatif sont le plus souvent (mais pas toujours !) formé avec les suffixes –dhɛ̏ (le cas commun) et -dhɤ̄ (le cas locatif). Ces suffixes s'adjoignent à une base qui résulte souvent de la fusion de la racine avec une postposition.

115Les cas obliques (autres que le cas locatif) proviennent de la fusion avec les postpositions bhȁ, tȁ, gɯ́, ká (certaines formes peuvent être décomposées par les locuteurs en un nom et une postposition ; ces formes décomposées sont le plus souvent considérées comme des « formes du langage enfantin »). Chaque cas est nommé selon le sémantisme de la postposition en question.

116Voici l’inventaire des cas en dan-gouèta.

1171) Le cas « commun » (CMM). Dans la majorité de cas, cette forme est dérivée du nom correspondant avec le suffixe –dhɛ ; très souvent, cette dérivation s’accompagne d’une modification de la base :

118sɛ̋n ‘flanc, côte’sɛ̋nŋ̏dhɛ̏,

119bhɔ̄ ‘cou’ – bhɛ̄ɛ̋dhɛ̏,

120kɔ́ ‘maison’ – kɔ́ɔdhɛ̏ (mais aussi kɔ́gɯ́dhɛ̏).

121Les formes facultatives des noms locatifs comme kɔ́gɯ́dhɛ̏ ‘maison’ nous indiquent que la modification de la base résulte de la fusion avec une postposition qui a été intercalée entre la base et le suffixe -dhɛ̏.

122Il existe toutefois un certain nombre de formes sans suffixe ‑dhɛ̏ mais qui peuvent cependant être interprétées comme des formes du cas commun : tő ‘oreille’, sɛ̋ ‘terre’, ya̋n ‘œil’, etc.

1232) Le cas « locatif » (LOC). Il y a deux modèles de formation de ce cas :

  • 14 Cependant, dans le kla-dan, une autre langue du groupe dan, il y a une postposition locative lɤ̀ (M (...)

124a) A partir de la forme du cas commun, on substitue le suffixe ‑dhɤ̄ au suffixe ‑dhɛ̏, ce qui s’accompagne parfois d’une modification tonale de la base : ‘paillote’ CMM gɔ̄nŋ̏dhɛ̏ — LOC gɔ̄nŋdhɤ̄ ; ‘pied/jambe’ CMM gɛ̄nŋ̏dhɛ̏ LOC gɛ̄nŋdhɤ̄. Le suffixe dhɤ̄ ne correspond à aucune postposition du dan-gouèta,14 mais il revêt la même forme que le suffixe des adverbes. Bien évidemment, il s’agit historiquement des deux fonctions du même suffixe.

125b) Plus rarement, la forme du cas locatif n’a pas de suffixe –dhɤ̄ ; elle se dérive par l’élimination du suffixe du cas commun ou/et par une modification de base : ‘champ’ CMM bhláȁdhɛ̏ LOC bhláā.

1263) Le cas « superessif » (SUP) vient de la fusion avec la postposition superessive bhȁ ‘sur’ : CMM kó — SUP kwʌ́ʌ̏ ‘l’un sur l’autre’, CMM kɔ́ SUP kœ́œ̏ ‘sur (le mur de) la maison’, CMM gɛ̄nŋ̏dhɛ̏ SUP gɛ̏ɛn ‘aux pieds, sur les pieds’, CMM kɔ̏ — SUP kwɛ̀ŋ̏ ‘sur les mains’.

1274) Le cas « adessif » (AD) vient de la fusion avec la postposition superessive tȁ ‘sur, au-dessus de’ : CMM kɔ̏ — AD kɔ̏ɔ ‘sur les mains’, CMM zīaan — AD zīȁan ‘sur la route’.

1285) Le cas « comitatif » (COM) vient de la fusion avec la postposition comitative et instrumentale k ‘avec; par’ : CMM ya̋n — AD ya̋an ‘devant les yeux’, CMM sɔ̋n — AD sɔ̋ɔn ‘avec les dents’, CMM kó — COM kwʌ̋ʌ ‘l’un avec l’autre, ensemble’.

1296) Le cas « inessif » (IN) vient de la fusion avec la postposition inessive gɯ́ ‘dans’ : CMM ya̋n — IN yʌ́nŋ̏ ‘dans l’œil’, CMM kó — IN kőo ‘l’un dans l’autre’, probablement CMM si̋ɤ — IN si̋ɤɤ ‘dans le feu’.

130Parmi les cas obliques, c’est le locatif qui est le plus fréquent, tous les autres étant nettement plus rares. À cause de la rareté relative des cas superessif, adessif, comitatif et inessif, il est difficile de formuler les règles strictes de leur formation, on ne peut parler ici que de tendances.

3.3.2. La composition de la classe des noms locatifs

131Le nombre des noms locatifs est limité. Le dictionnaire, à l'état actuel, en contient presque 60. Ce sont, quasiment sans exception, des noms de parties du corps, de parties de la maison, ou des noms de lieux et d’emplacements. Il faut souligner que la fusion d’un nom à valeur locative avec une postposition (même s’il s’agit des postpositions bhȁ, tȁ, gɯ́, ká) n’est pas du tout automatique, elle ne se produit que dans des contextes les plus typiques. Un exemple très révélateur est la combinaison du nom locatif sɔ̋n ‘dent, dents’ avec la postposition comitative ká : la fusion ne se produit que dans l’expression kún sɔ̋ɔn ‘mordre’ (lit. : « attraper avec les dents »). Dans tous les autres contextes, la fusion n’a pas lieu, cf. (1).

(1)

Yà

wlɯ̋

sɯ́

ɤ̄

sɔ̋n

ká.

3sg.prf

mortier

prendre

refl

dent

avec

132‘Il a soulevé le mortier avec ses dents.’

3.3.3. Les noms locatifs relationnels et libres

133Tout comme les noms « proprement dit », les noms locatifs se subdivisent en « relationnels » et « libres ». La seule chose remarquable, dans cette relation, est l’accord de cas de la marque possessive. Un nom locatif en cas commun est connecté avec son possesseur par la postposition bhȁ. Toutefois, lorsqu’il est employé dans un des cas obliques, c’est la postposition gɔ̏ qui apparaît au lieu de bhȁ :

(2)

Bhán

dhó

gɔ̏

bhláā.

1sg.prf

aller

1sg.nsbj

poss.obl

champ.loc

134Je suis allé dans mon champ’, ‘Je suis sur le point de partir à mon champ.’

(3)

Yà

séŋ̏

zīɤ

Yɔ̏

gɔ̏

kɔ́ɔ̏.

3sg.prf

charbon

passer

Yo

poss.obl

maison.sup

135‘Il a laissé des traces de charbon sur le mur de la maison de Yo.’

3.3.4. Pluriel des noms locatifs

136D'une façon générale en dan-gouèta, le pluriel des noms locatifs en cas obliques est plutôt rare, certaines formes n’en ayant pas du tout, par exemple le comitatif gɛ̄ɛn ‘avec le pied/avec les pieds’.

137Cependant, la formation du pluriel de certains noms locatifs en cas obliques est possible. Pour le cas locatif, la marque du cas commun ‑dhɛ̏ se rajoute par-dessus le suffixe du cas locatif –dhɤ̄, et l’auxiliaire du pluriel –dhȕn suit celui-là. Cette forme perd la faculté de remplir la fonction du complément d’objet indirect ou du circonstant sans postposition, elle est nécessairement suivie de la postposition gɯ́ :

(4)

Wȍ

dɔ̄-sīʌ

ble̋edhɤ̄.

3sg.exi

arrêter-dur

bord.de.champ.loc

138‘Ils sont arrêtés au bord du champ.’

(5)

Wȍ

dɔ̄-sīʌ

ble̋edhɤ̄-dhɛ̏-dhȕn

gɯ́.

3sg.exi

arrêter-dur

bord.de.champ.loc-cmm-pl

dans

139Ils se sont arrêtés aux bords des champs.’

140On trouve parfois des formes avec l’une ou l’autre marque de cas omise, qui sont en variation libre avec les formes « complètes » : ble̋edhɛ̏-dhȕn gɯ́ ou ble̋edhɤ̄dhɛ̏-dhȕn gɯ́ aux bords des champs, bhláȁdhɛ̏-dhȕn gɯ́ ou bhláȁ-dhȕn gɯ́ aux champs’.

141Le pluriel des autres cas obliques, là où il est possible, suit à peu près le même modèle, avec la « restauration » de la postposition : zīȁan ‘sur la route’ AD — zīaantȁdhɛ̏-dhȕn gɯ́ ‘sur les routes’.

3.4. Marques prédicatives pronominales (MPP)

142Les marques prédicatives pronominales (MPP) sont des mots auxiliaires qui occupent la position après le sujet (quand il est exprimé) et devant le verbe (dans une construction intransitive) ou devant le complément d'objet directe (dans une construction transitive). Les MPP forment des « séries », chaque série exprimant des valeurs grammaticales comme l’aspect, le mode, la négation, voir Tableau 4. Elles apparaissent également dans certains types d’énoncés non-verbaux où elles fonctionnent en tant que copules.

143La présence des MPP dans un énoncé verbal est obligatoire en dan-gouèta, même si le sujet est déjà exprimé par un groupe nominal. Précisons tout de même que les pronoms de la 3ème pers. du singulier (et même du pluriel) des séries existentielle, conjointe et subjonctive peuvent être omis, mais il s’agit ici bien d’une omission, c.-à-d. qu’ils peuvent toujours être rétablis (ils laissent souvent des traces tonales).

144Les marques prédicatives du dan-gouèta distinguent quatre personnes au singulier (1e, 2e, 3e et logophorique), une personne au duel (1e inclusif, « moi et toi ») et cinq personnes au pluriel (1e inclusive, « moi et vous », « nous et vous », « nous et toi » ; 1e exclusive, « nous sans toi » ; 2e, 3e et logophorique). Les MPP plurielles de la 3ème personne sont également employées avec une valeur impersonnelle (à peu près comme le pronom français on).

145L'MPP logophorique apparaît dans la position du sujet d’une proposition subordonnée et se réfère au sujet du verbe pɤ̄ ‘dire’ (ou d’un autre verbe de parole ou d’activité mentale) de la proposition principale : Yȁ' pɤ̄ ɤ̄ kʌ̄ dhȍ. ‘Il a dit qu’il (lui-même) était parti’ (ɤ̄ est une MPP logophorique) vs. Yȁ' pɤ̄ yɤ̏ kʌ̄ dhȍ. ‘Il a dit qu’il (personne autre que celle qui parle) était parti.’

146Considérons les séries une par une.

147I. Série existentielle

  • 15 Il s’agit ici d’une reconstruction historique, parce que ni la série de base en question ni la copu (...)

148Les MPP de cette série proviennent sans doute de la fusion d’une série de base avec une copule d’existence.15 Les contextes principaux où les MPP de la série existentielle apparaissent sont :

Tableau 4. Marques prédicatives pronominales

Séries

Singulier

Duel

Pluriel

1 pers.

2 pers.

3 pers.

Logoph.

Incl.

1 incl.

1 excl.

2 pers.

3 pers.

Logoph.

Existentiel

ɯ̄ ~ ī

yɤ̏~

ɤ̄

kō

kwā

yī

kā

wȍ

wō

Conjoint

ɯ́ ~

ɤ́~yɤ́~

ɤ́

kó

kwá

yí

ká

wó

wó

Parfait

bhán

bh

yȁ ~ yà

yá

kó

kwá

yá

ká

wȁ ~ wà

wá

Prospectif

bhāan

bhīi (yīi)

yɤ̄ɤ

kōo

kwāa

yīi

kāa

wōo

Impératf

~ bhɤ̏

kȍ

kwȁ

kȁ

Subjonctif

ɯ́ ~ í

yɤ̏

ɤ̋

kó

kwá

yí

ká

wȍ

wő

Présomptif

bhāȁn

bhāȁ

yāȁ

kōȍ

kwāȁ

yāȁ

kāȁ

wāȁ

Négatif imperfectif

bháan

bháa

yáa ~ áá

kóo

kwáa

yáa

káa

wáa

Négatif gnomique

áan

Négatif perfectif

bhíin

bhíi

yíi

kóo

kwíi

yíi

kíi

wíi

Négatif subjonctif

bhán

bh

yá

kó

kwá

yá

ká

wá

Conséquence négative

bhín

bh

yí

kwí

yí

kí

wí

149— un énoncé non-verbal affirmatif à valeur locative, dans un sens large (Gbȁtȍ yɤ̏ sòȍ wlɤ̀ɤ. ‘Gbato est sous le cheval’), équative (Dɯ̄ wɔ̏n ɤ́ bhā yɤ̏ tǣæ̏n ká. ‘L’affaire de la sorcellerie, c’est la vérité’) ou qualitative (Gbȁtȍ yɤ̏ dhɛ̏ɛnsɯ̏. ‘Gbato est sévère’) ;

150— la construction verbale à valeur durative (l’action ou l’état qui est en train de se produire) ; le verbe adjoint le suffixe –sīʌ : Bhɛ̄n bhā yɤ̏ zɔ̀ɔ-sīʌ. ‘Cette personne est en train de bégayer’ ;

151— la construction verbale de l'aspect neutre (voir plus en détail dans la division consacrée au verbe) ; le ton lexical du verbe est ramplacé par le ton extra-bas : Gbȁtȍ yɤ̏ kɔ́ dɔ̏. ‘Gbato bâtit les maisons’ (Gbato est un constructeur de maisons).

152Les MPP de la 3ème pers. fusionnent le plus souvent avec les pronoms non-subjectifs : yɤ̏ + yȁ, yɤ̏ + ȁ‑dhȕn yȁa-dhȕ, wȍ + wȁ, wȍ + ȁ–dhȕnwȁa–dhȕn.

153II. Série conjointe

154Ces MPP remplissent plus ou moins les mêmes fonctions que les MPP existentielles (elles apparaissent dans les énoncés non-verbaux, la construction verbale à valeur durative, la construction verbale « conjointe »), mais elles signalent, de plus, une liaison de la situation ainsi désignée avec le contexte précédent ou suivant. Les MPP conjointes apparaissent dans la proposition relative, dans une proposition où un groupe nominal est focalisé et mis en position initiale, dans un contexte narratif pour marquer des actions consécutives ; dans quelques types de propositions subordonnées (surtout introduites par la conjonction yɤ́).

155Le verbe dans la constuction « conjointe » change son ton lexical selon une formule présentée dans la section « verbe ».

156III. Série du parfait

  • 16 Il semblerait que certains locuteurs préfèrent la forme yà, d'autres préfèrent yȁ. Il est problab (...)

157Les MPP de la série du parfait se conjuguent avec les verbes qui apparaissent dans leurs formes de base. Les variantes tonales de la marque de la 3ème pers. (à ton bas et à ton extra-bas) semblent être véritablement facultatives et interchangeables.16

158La MPP de la 3ème personne du sg. du parfait fusionne avec le déterminant gbàn ‘tout, entier’ : gbàn + yȁ gbàan. Dans l’orthographe, la séquence de cette MPP avec le pronom de la 3ème personne du sg. non-subjectif s’écrit comme yȁa (au lieu de yȁ ȁ), même s’il n’y a pas de raison de considérer cette forme comme véritablement fusionnée.

159IV. La série prospective

160Cette série sert à la formation de la construction prospective (« action qui va s’accomplir dans la perspective la plus proche, et les conditions de son accomplissement sont réunies ») ; ces MPP se conjuguent avec le verbe dans sa forme lexicale. La MPP prospective de la 3ème pers. du sg. yɤ̄ɤ fusionne facultativement avec la conjonction kɤ́ ‘même si’ : kɤ́ + yɤ̄ɤkɤ́ɤ.

161V. La série impérative

162Cette série est incomplète, ce qui s’explique par son sémantisme : seuls les MPP impliquant la 2ème personne y sont présentes. À la 2ème pers. sg., la MPP peut être absente, mais on peut aussi utiliser une MPP spéciale : Dhūn ! ou Bhɤ̏ dhūn ! ‘Viens!’ (la construction avec la MPP bhɤ̏ est considérée comme légèrement plus polie). Le verbe ne change pas son ton dans la construction impérative.

163VI. La série subjonctive se conjugue avec la formes de base des verbes. Les formes des MPP subjonctives de la 3ème pers. sont les mêmes que celles des existentielles, et sont pour les autres personnes les mêmes que celles des conjointes ; cependant, les contextes de leurs emplois sont nettement différents de celui des deux séries en question.

164Les MPP subjonctives du singulier fusionnent avec la conjonction kɤ̄ (à valeurs différentes) : kɤ̄ + káa, kɤ̄ + ɯ̋ kíi ou kɯ́ɯ, kɤ̄ + ɤ́ kɤ́ɤ.

165VII. La série présomptive

166Les formes de cette série des MPP coïncident en partie avec les pronoms des séries coordinatives simple et liée, mais le contexte d’emploi les distingue indubitablement. Ces MPP forment la construction présomptive avec l'opérateur dhȕn et l’infinitif du verbe notionnel (marqué par un préfixe tonal extra-bas).

167VIII. La série négative imperfective

  • 17 Cette copule est maintenue dans les langues apparentées, comme le mano.

168Cette série provient historiquement de la fusion avec une copule existentielle négative *wá ‘ne pas être’, ‘ne pas exister’.17 Elle apparaît dans tous les types des énoncés négatifs non-verbaux et verbaux ; le verbe garde son ton lexical.

169IX. La série négative perfective

170Cette série est d’emploi beaucoup plus restreint que la série précédente ; elle se limite aux constructions verbales à valeur du passé, où le verbe maintient sa forme lexicale.

171X. La série gnomique négative

172Cette série est représentée par une seule forme, celle de la 3e personne du singulier. Cette MPP apparaît dans les constructions négatives à valeur universelle, ex. : Bhʌ̄nŋ́ áan bɔ̏ bhɤ̏. ‘Les Dioulas ne mangent pas le porc’.

173XI. La série subjonctive négative

174Ces MPP se conjuguent avec le verbe auxiliaire dhó et l’infinitif du verbe notionnel ; cette construction exprime une interdiction : Wá dhó bȉaŋ sɯ́'. ‘Qu’ils ne courent pas’.

175XI. La série de la conséquence négative

176Apparaît dans les constructions de la conséquence négative, ex. : Bhíi yī zʌ̄, bhí dhɤ́ ɯ̄ tɛ̋ɛ pā'. ‘Si tu ne dors pas, tu ne te réposeras pas’.

3.5. Pronoms personnels

177Les pronoms personnels ont les mêmes personnes que les marques prédicatives pronominales, seulement, aux MPP logophoriques correspondent des pronoms réfléchis qui font référence à un participant de la situation qui est déjà mentionné dans la phrase, le plus souvent au sujet. Ex. : Yȁ dhūn ɤ̄ pi̋ɤ. ‘Ili est venu chez luii’ (ɤ̄ est un pronom réfléchi, donc la personne vient dans sa propre maison) vs. Yȁ dhūn ȁ pi̋ɤ. ‘Ili est venu chez luij’ ( est un pronom 3 pers. sg., donc la personne vient chez une tierce personne).

178Les pronoms personnels expriment la personne et le nombre, mais en plus, ils servent à rendre d'autres valeurs grammaticales, comme la fonction syntaxique ou pragmatique. Selon ces caractéristiques, ils s'organisent en dix séries, cf. Tableau 5.

179I. Série non-subjective

180Ces pronoms apparaissent dans toutes les positions syntaxiques sauf celle du sujet.

181Le pronom pluriel de 3ème pers. est dérivé de la marque régulière du pluriel du pronom singulier ; c’est l’unique cas dans tout le système pronominal. Le pronom a une forte tendance à s’élider en laissant une trace tonale, un suffixe tonal extra-bas. Si le ton final du mot précédent est déjà extra-bas (ce qui est souvent le cas), cela ne laisse aucune trace (pourtant, une convention orthographique demande d'y mettre un apostrophe). Ex. :

(6)

Yȁ

kʌ̄

dhɤ̋,

wȍ

wȅ'

bhȁ.

3SG.PRF

faire

ainsi

3SG.EXI

parler-3SG.NSBJ

sur

182‘Quand cela sera fait ainsi, ils l’accepteront.’

183L’élision de ce pronom ne se produit pas en position initiale d’un énoncé, ex. :

(7)

kplàagā

yɤ̏

gbe̋ȅ.

3sg.nsbj

jambe

3sg.exi

difficile

184‘Ses jambes sont fortes’.

185II. Série possessive

186Cette série est dérivée de la série non-subjective par la fusion avec la marque possessive bhȁ. En fait, la fusion concerne les formes du pluriel, tandis que les pronoms singuliers restent non-liés (le pronom de 3ème pers. du pl. présente un cas intermédiaire : c’est la marque du pluriel –dhȕn qui fusionne avec la marque possessive). Il faut noter que la marque possessive qui se conjugue avec les noms locatifs en cas obliques, gɔ̏, ne fusionne pas avec les pronoms personnels.

Tableau 5. Pronoms personnels du dan-gouèta

Singulier

Duel

Pluriel

1 pers.

2 pers.

3 pers.

Refl.

Incl.

1 incl

1 excl.

2 pers.

3 pers

Refl.

Non-sujet

ŋ̄

ɯ̄ ~ ī

ɤ̄

kō

kwā

yī

kā

-dhȕn

wō

Possessifs

bhān

ɯ̄ bhā

ȁ bhȁ

ɤ̄ bhā

kōȍ

kwāȁ

yīȉ, yāȁ

kāȁ

ȁ-dhȁan

wōȍ

Possessifs honorifique

kwēe̋

kēe̋

Autonome

bhān

bhī

yɤ̄

kō

kwā

yī

kā

wō

Restrictif

bhānŋ ~ bhāan

bhīi

yɤ̄ɤ

kōo

kwāa

yīi

kāa

wōo

Sélectif

bhán

bhí

yɤ́

kó

kwá

yí

ká

wó

Négatif focalisé

bhāáan

bhīáa

yɤ̄áa

kōáa

kwāáa

yīyáa

kāáa

wōáa

Coordinatif simple

yāa ~ yāȁ

kāa ~ kāȁ

wāa ~  wāȁ

kwāa ~
kwāȁ (... dhȕn)

yāa ~
yāȁ ... dhȕn

kāa ~
kāȁ ... dhȕn

wāa ~
wāȁ ... dhȕn

Coordinatif lié

yāȁ

kāȁ

wāȁ

kwāȁ (…dhȕn)

yāȁ … dhȕn

kāȁ … dhȕn

wāȁ … nȕ

Coordinatif portemanteau

yɛ̄ŋ ~ yɛ̄ŋ̏

kɛ̄ŋ  ~ kɛ̄ŋ̏

wɛ̄ŋ ~ wɛ̄ŋ̏

kwɛ̄ŋ ~ kwɛ̄ŋ̏

kwɛ̄ŋ ~
kwɛ̄ŋ̏ … dhȕn

yɛ̄ŋ̏ dhȕn

kɛ̄ŋ ~
kɛ̄ŋ̏
dhȕn

wɛ̄ŋ̄  ~ 
wɛ̄ŋ̏
dhȕn

187Comme la fusion de la série possessive est incomplète, on peut la considérer comme marginale.

188III. Série possessive honorifique

189Cette série est défectueuse, elle ne comprte que deux pronoms : kwēe̋ ‘notre’ (inclusif, sans distinction entre le duel et le pluriel) et kēe̋ ‘votre’. On utilise ces pronoms pour exprimer son respect envers l'interlocuteur ou son attitude positive envers l'objet discuté, ex: kwēe̋ dhʌ́n-dhȕn ‘nos enfants’ (dans la situation où on veut dire du bien des enfants).

190L'utilisation des pronoms possessifs honorifiques est typique des discours publiques.

191IV. Série autonome

192Ces pronoms sont utilisés dans les contextes de focalisation (préposé à la marque de focalisation dhʌ̀n), de topicalisation (préposé à la marque zʌ̏), comme sujet de l’énoncé non-verbal présentatif avec la copule bhɯ̏n, en combinaison avec la conjonction distributive …dhɤ́ … dhɤ́ ‘et … et’, ex. : Bhī bháa bhɯ̏n. ‘Ce n'est pas toi’.

193V. Série restrictive

194Ces pronoms apparaissent devant les déterminants dèbɤ̋ɤ ‘soi-même’, dō ‘seul’, dōsɛ̄ŋ ‘seul’ et devant le déterminant interrogatif dē ‘qui?’

195VI. Série sélective

196Les pronoms sélectifs apparaissent toujours avec le suffixe sélectif sɯ̏ et sont suivis de la particule de topicalisation zʌ̏, ex. :

(8)

Bhán-sɯ̏

zʌ̏,

dhȍ

kɔ́

dɔ̄’.

1sg.sla-sel

en.tout.cas

2sg.exi

aller\neut

maison

bâtir\inf

197Moi, je bâtirai une maison !

198VII. Série négative focalisée

199Cette série provient de la fusion des pronoms autonomes avec l'opérateur négatif áa.

(9)

Yīáa

dhʌ̀n

yí

wʌ́ʌ̏gā

bhā

kwàan.

1excl.neg

foc

1excl.jnt

argent

art

voler\jnt

200‘Ce n'est pas nous qui a volé l'argent’.

201Séries pronominales coordinatives

  • 18 Voir 3.11 pour les deux autres façons d'exprimer la coordination : la conjonction bhān ~ bhàn et (...)

202Le plus souvent, la coordination en dan de l’Est est exprimée par les pronoms personnels des séries coordinatives.18 On peut dire que dans ces pronoms, la conjonction est amalgamée avec le pronom (ou les pronoms) désignant un ou plusieurs participants du syntagme coordinatif.

203Selon le nombre des participants amalgamés, trois séries se distinguent. Les formes de toutes ces séries sont dérivées des pronoms pluriels, ce qui a une certaine logique : un syntagme coordinatif désigne toujours un groupe d’objets ou des personnes, plutôt qu’un seul objet ou une seule personne. Mais cette technique crée des problèmes quant à la distinction du nombre de participants.

204Évidemment, un syntagme coordinatif prototypique décrit une situation avec deux participants X et Y. Chacun de ces participants peut être au singulier et au pluriel. Le fait que le dan de l'Est suit une stratégie incorporative, et fait le choix de bases pronominales plurielles comme point de départ, limite considérablement les possibilités de distinguer entre les différents cas. On utilise la marque du pluriel dhȕn comme un procédé supplémentaire, mais cela ne résoud pas tous les problèmes.

205VIII. La série coordinative simple

206Chaque pronom de cette série a deux variantes : un ton moyen sur les deux syllabes ou un ton moyen-extra-bas. Ces pronoms peuvent se combiner avec la conjonction coordinative bhān (voir 3.11), ce qui apparemment n'a pas d'incidence sur leur sémantisme et leur fonctionnement. Un pronom de cette série désigne le premier participant du syntagme coordinatif (X), le deuxième participant (Y) étant exprimé par un nom :

(10)

Yāa

Gbȁtȍ

yá

dhūn.

1sg.et

Gbato

1pl.excl.jnt

venir\jnt

207‘Moi et Gbato, nous sommes venus.’

208Là où on doit indiquer le pluriel de X, on met la marque dhȕn après le nom désignant le Y :

(11)

Kā

dhēbʌ̏-dhȕn

ká

dhūn.

2sg.et

femme-pl

2pl.prf

venir

209Cependant, cette phrase est ambiguë :

2101) ‘Vous et les femmes, vous êtes venus’ (la marque du pluriel porte sur chacun des deux participants), ou

2112) ‘Toi et les femmes, vous êtes venus’ (la marque du pluriel porte sur le deuxième participant seulement).

212Mais on peut distinguer entre les deux situations par le biais d’une construction avec une conjonction distributive :

(12)

Bhī

dhɤ́,

dhēbʌ̏-dhȕn

dhɤ́,

ká

dhūn.

2sg.aut

être

femme-pl

être

2pl.prf

venir

213‘Et toi, et les femmes, vous êtes venus.’

214Le pronom inclusif kwāa/kwāȁ présente un cas particulier. En l’absence de la marque –dhȕn après le participant Y, son sens est ambiguë : la phrase Kwāȁ Gbȁtȍ kwá dhūn peut désigner ‘Nous deux (toi et moi) et Gbato, nous sommes venus’ ou ‘Nous (nous et vous, nous et toi, ou moi et vous) et Gbato, nous sommes venus.’ Autrement dit, l’opposition entre le duel et le pluriel est neutralisée dans la série coordinative simple. Avec la marque du pluriel dhȕn (Kwāȁ dhēbʌ̏-dhȕn kwá dhūn ‘Nous et les femmes, nous sommes venus’) l’ambiguïté disparaît.

215IX. La série coordinative liée

216Le pronom de cette série apparaît là où le deuxième participant est représenté par un syntagme déterminant dont la première composante est le pronom non-subjectif de la 3ème pers. du sg. ȁ. En fait, les pronoms de la série en question proviennent de la fusion avec ce pronom. Ils ne se distinguent pas, par leurs formes, des variantes à ton final extra-bas des pronoms coordinatifs simples, mais il serait quand même erroné d’amalgamer ces deux séries : d’une part, les pronoms « liés » n’ont pas de variantes à ton moyen-moyen ; d’autre part, le contexte suffit toujours pour établir la présence d’un pronom sous-jacent :

(13)

Kāȁ

gbɤ̄,

kā

dhȍ

dhó.

2sg.et>3sg.nsbj

fils

2pl.exi

aller\neut

aller\inf

217‘Toi et son fils, vous allez partir.’

218La stratégie de la pluralisation des participants suit le même modèle que celui de la série coordinative simple.

219X. La série coordinative portemanteau

220Tous les pronoms de cette série, sauf la 1ère personne exclusive, ont des variantes facultatives à ton moyen sur les deux voyelles ou à ton moyen-extra-bas. Tous les pronoms de la série, sauf kwɛ̄ŋ, expriment l’idée « X et lui » ; autrement dit, un pronom est l’équivalent de toute une construction coordinative :

(14)

Kɛ̄ŋ̏ ~ kɛ̄ŋ

kā

dhȍ

dhó.

2sg.et.3sg

2pl.exi

aller\neut

aller.inf

221‘Lui et toi, vous partirez.’

222Les formes plurielles rendent l’idée d’un nombre total des participants supérieur à 2, quelle que soit la répartition numérique entre les X et les Y. Par exemple, yɛ̄ŋ̏-dhȕn peut signifier ‘nous et lui’, ‘moi et eux’, ‘nous et eux’.

223Le seul pronom qui n’inclut pas des tierces personnes dans le nombre de ses référents est kwɛ̄ŋ ~ kwɛ̄ŋ̏ ‘moi et toi’. En fait, c’est la seule combinaison logiquement possible de personnes qui n’inclut que les participants de la communication.

3.6. Adjectifs

224(Pour une étude détaillée des adjectifs, voir (Vydrine 2007).) Considérons d’abord les limites de la classe des adjectifs et les critères selon lesquels un mot est classé parmi les adjectifs. Malgré la prolifération des catégories morphologiques d’adjectif (le nombre, l’intensité et la focalisation), l’irrégularité de ces catégories place le critère syntaxique en position dominante.

3.6.1. Les trois fonctions syntaxiques des adjectifs

2251) attributive (A), dans la position post-nominale. L’adjectif constitue un syntagme nominal avec le nom :

(15)

Bhán

kɔ́

dhɤ̋ɤdhɤ̏ɤ

yɤ̄.

1sg.prf

maison

rond

voir

226‘J’ai vu une maison ronde’.

2272) prédicative (P), suivant une MPP de la série existentielle :

(16)

Bhān

kɔ́

yɤ̏

dhɤ̋ɤdhɤ̏ɤ.

1sg.poss

maison

3sg.exi

rond

228‘Ma maison est ronde.’

229À la différence des verbes, les adjectifs :

230– ne changent pas leur ton lexical contre un ton extra-bas lorsqu’ils sont construits avec une MPP existentielle, cf. une phrase verbale : Yɤ̏ dhȕn. ‘Il est venu’ (le ton lexical de ce verbe étant moyen, dhūn) ;

231– peuvent être précédés par un circonstant :

(17)

Dhɛ̄ŋ̏dhɛ̏

yā

yɤ̏

gblɛ̀ɛn

pɤ̂dhɛ̏

ká.

hameau.cmm

ce

3sg.exi

long

village

de

232‘Ce champ est loin du village.’

233Cette phrase est l’équivalent de Dhɛ̄ŋdhɛ̏ yā yɤ̏ pɤ̂dhɛ̏ ká gblɛ̀ɛn.

234Évidemment, il s’agit de la même fonction prédicative lorsque l’adjectif suit les verbes de transformation, surtout kʌ̄ ‘devenir’ :

(18)

N̄

gɛ̏n

y

kʌ̄

gbínŋ̏.

1sg.nsbj

pied/jambe

3sg.prf

devenir

lourd

235‘Mes jambes se sont alourdies.’

2363) La fonction prédicative avec la postposition ká (S). D’un point de vue formel, l'adjectif représente un complément d’objet indirect par rapport à la MPP.

(19)

Bhān

kɔ́

yɤ̏

dhɤ̋ɤdhɤ̏ɤ

ká.

1sg.poss

maison

3sg.exi

rond

par

237‘Ma maison est ronde.’

238Du point de vue sémantique, la valeur de cette construction est quasiment identique à celle de la construction précédente, dans laquelle l’adjectif est en fonction prédicative.

239À côté des adjectifs qui peuvent apparaître dans les trois fonctions, il y en a d’autres (surtout des formes dérivées) qui n’assument qu’une ou deux fonctions. Il faut préciser qu’il suffit qu’un lexème puisse apparaître dans une seule des deux premières fonctions (attributive ou prédicative) pour qu’on le range parmi les adjectifs.

3.6.2. Pluriel de l’adjectif

  • 19 La seule exception que nous ayons pu trouver est l’adjectif ̄ɛ̋ndhʌ́n ‘petit’ sɛ́ɛndhʌ́n ‘petit (...)
  • 20 Par exemple, l’adjectif plʌ̋ʌplʌ̏ʌ ‘facile ; mou ; savoureux’ a une forme intensive plurielle plʌ̋ʌ (...)

240Le pluriel de l’adjectif peut être exprimé de deux façons : par la marque plurielle régulière dhȕn ou par une modification morphologique de la base (cette modification exprime à la fois le pluriel et l’intensité).19 Ce n’est que dans quelques rares exceptions20 que dhȕn peut être ajouté (facultativement ou en conditionnement syntaxique) à la modification à valeur intensive et plurielle de la base :

241bhȁan zœ̏œndhē ‘un oiseau rouge’ bhȁan zœ̏nzœ̏ndhē ou bhȁan zœ̏nzœ̏ndhē-dhȕn ‘des oiseaux très rouges’.

242À la différence de la plupart des autres langues mandé, le morphème du pluriel dhȕn peut être placé après le nom (devant l’adjectif) :

243bhȁan-dhȕn zœ̏nzœ̏ndhē ‘des oiseaux très rouges’

244En position finale, dhȕn peut être répété. On peut l’interpréter comme un accord formel de nombre :

245bhȁan-dhȕn zœ̏nzœ̏ndhē-dhȕn ‘des oiseaux très rouges’

246Le changement de position de la marque –dhȕn n’entraîne aucune modification de sens. Il y a cependant des restrictions d’ordre syntaxique qui rendent la présence de –dhȕn tantôt obligatoire, tantôt impossible.

3.6.3. L’intensité de qualité

247On peut avoir en dan-gouèta jusqu’à trois degrés d'intensité : zéro – intensif – superintensif. Comme cela a déjà été mentionné, il y a une très forte tendance au cumul des valeurs intensive et plurielle. Cependant, il est rare d’avoir pour un adjectif à la fois les formes morphologiques du singulier intensif, du singulier superintensif et du pluriel intensif. Je n'ai de plus relevé aucun cas où les quatre formes (les trois énumérées ci-dessus plus le pluriel superintensif) coexisteraient.

248Pour un seul adjectif, ces quatre degrés d’intensité ont été relevés :

249sʌ̏ ‘joli’ Intensif Pluriel : sɛ̏ŋbʌ̏ ‘très jolis’ Super-intensif Pluriel : sʌ̏sʌ̏ ‘très-très jolis’ Extraintensif Pluriel : bhëbhë ‘extrêmement jolis’.

250Il faut dire qu’un nombre important d’adjectifs en dan-gouèta n’a pas de formes intensives dérivées par une modification de la base. Pour de tels adjectifs, l’intensif est exprimée par les adverbes dȅdȅwō ‘très’, yāawō ‘horriblement, très’.

3.6.4. Modifications de la base adjectivale

251Les procédés formels servant à exprimer les valeurs grammaticales (le pluriel et l’intensif) de l’adjectif en dan-gouèta sont les suivants :

2521) Le redoublement de la base qui peut être :

253– complet : dȅe ‘nouveau’ – Pl. SupInt. dȅedȅe ‘très-très nouveaux’ ; gbɛ̋ɛ ‘large’ – Pl. Int. gbɛ̋ɛgbɛ̋ɛ ‘très larges’ ;

254– accompagnée du dédoublement de la voyelle : tīi ‘noir’ – Pl. Int. tītī ‘très noires’ ; dȅe ‘nouveau’ – Pl. Int. dȅdȅ ‘très nouveaux’.

2552) Le changement du contour tonal : bhʌ́ŋ̏bhʌ̏ŋ ‘potelée’ – Pl. Int. bhʌ́ŋ̏bhʌ́ŋ̏ ‘très potelées’ ; dhɛ̋ɛndhɛ̏ɛn ‘goûteux, savoureux’ – Pl. Int. dhɛ̋ɛndhɛ̋ɛn ‘très goûteux, très savoureux’ ;

2563) la transfixation (le transfixe -k-k-) : dhɛ̋ɛndhɛ̏ɛn ‘goûteux, savoureux’ – Pl. SupInt. dhɛ̋nkɛ̋dhɛ̏nkɛ̏ ‘très gouteux, très savoureux’ ; gblɤ̋ɤgblɤ̏ɤ ‘sec et dur’ – Sg. Int. gblɤ̋kɤ̋gblɤ̏kɤ̏ ‘très sec et dur’ ;

2574) la suffixation (les suffixes –sɯ̏ et, plus rarement, -dhȅ ) : glɔ̋ɔglɔ̏ɔ ‘émoussé’ – Sg. Int. glɔ̄ɔ̋glɔ̄ɔ̋sɯ̏ ‘très émoussé’ ; dɔ̋ɔndɔ̏ɔn ‘collant’ (en parlant d’une personne) – Sg. Int. dɔ̋ɔndɔ̋ɔnsɯ̏ ‘très collant’ ; yāa ‘mauvais’ – yāayädhȅ ‘très mauvais’ ;

  • 21 Lors de la supplétion les formes grammaticales d’un lexème sont dérivées de bases différentes. La f (...)

2585) rarement, la supplétion : sʌ̏ ‘joli’ – Pl. Extra-Int. bhëbhë ‘extrêmement jolis’.21

  • 22 Cette forme semble être réservée au dialecte de Gwɛ̋ɛ̏tàa, les locuteurs d'autres dialectes dan de (...)

259Les procédés énumérés peuvent se combiner. Par exemple, la forme super-intensive singulière de tīi ‘noir’ est tīitïdhȅ ‘extrêmement noir’ ;22 elle combine à la fois la réduplication, le dédoublement de la voyelle (dans la deuxième partie de la base redoublée), la modification tonale et la suffixation.

260Il y a certaines tendances dans la dérivation des formes plurielles et intensives qui permettent de proposer plusieurs modèles de flexion. Cependant, les limites de ces modèles sont assez floues et comportent de nombreuses irrégularités. On ne peut généralement pas prédire, en partant de la forme de base de l’adjectif, s’il existe une forme dérivée particulière et quelle en est la forme. C’est la raison pour laquelle toutes les formes morphologiques plurielles et intensives des adjectifs sont mentionnées dans le présent dictionnaire.

2613.6.5. Focalisation

262L’adjectif en dan-gouèta admet une marque spéciale de « focalisation sélective actuelle », le suffixe –sɯ̏ : un des objets d’un ensemble supposé connu des interlocuteurs est sélectionné par référence à la qualité exprimée par l’adjectif, cf. (20b).

(20a)

Gbɛ̂n

tīi

bhā

yȁ

dhūn.

chien

noir

art

3sg.prf

venir

263‘Le chien noir est venu.’

(20b)

Gbɛ̂n

tīi-sɯ̏

bhā

yȁ

dhūn.

chien

noir-sla

art

3sg.prf

venir

264‘C’est le chien noir (parmi tous les autres chiens) qui est venu.’

265La plupart des adjectifs (y compris aux formes plurielles et intensives) peuvent être focalisés de cette façon ; il y a cependant des restrictions qui nous obligent à indiquer dans le dictionnaire, pour chaque forme adjectivale sa possibilité de focalisation.

3.6.6. Dérivation des adjectifs à partir des autres parties de discours

266Deux suffixes dérivent des adjectifs à partir des noms.

2671) sɯ̏ (avec une variante facultative sȉ ) produit des adjectifs à valeur « qui contient X », « qui ressemble à X » (X renvoie au nom dont l’adjectif est dérivé) : wèe ‘sel’ yi̋ wèesɯ̏ ‘eau salée’ ; dhɯ̋ dhɔ̄ŋ ‘ombre d’un arbre’ bhɛ̄n dhɔ̄ŋsɯ̏ ‘homme calme’ ; pɛ̄ŋ ‘feu’ pɛ̄ŋsɯ̏ ‘chaud’ ; kpʌ̋nŋ̏ ‘ruse’ bhɛ̄n kpʌ̋nŋ̏sɯ̏ ‘personne rusée’. Cette dérivation est d’un rendement limité, elle s’avère impossible dans de très nombreux cas où il semblerait n’y avoir aucun obstacle d’ordre sémantique.

268Occasionnellement, sɯ̏ produit des adjectifs à partir des adjectifs, avec une modification du sens : zīi ‘vieux’ → zīisȉ ‘ancien’, comme dans dhȕtíȉ zīisȉ ‘ancien chef du village’.

269Il faut mentionner que beaucoup de formes au suffixe dérivatif sɯ̏ peuvent être redoublées (le plus souvent, il s’agit d’un redoublement complet de la base, sans modifications supplémentaires) pour rendre la valeur de l’intensif singulier : bhúʌ̏ʌsɯ̏ ‘barbu’ – bhúʌ̏ʌbhúʌ̏ʌsɯ̏ ‘très barbu’ ; flɛ̋ɛsɯ̏ ‘pauvre’ – flɛ̋ɛflɛ̋ɛsɯ̏ ‘très pauvre’, etc. Ces formes de surcroît sont souvent focalisées : flɛ̋ɛsɯ̏-sɯ̏ ‘celui qui est pauvre’ (parmi tous les gens).

2702) dhē dérive des adjectifs dénominaux à valeur ornative (caractérisée par un trait typique, de la forme ou du matériau, ou encore de la destination) : sʌ́ʌdhɛ̋ ‘papier’ → fáȁn sʌ́ʌdhɛ̋dhē ‘chapeau en papier’ ; pȉɤgā ‘fer’ gbɔ̄ pȉɤgādhē ‘marmite en fer’ ; dhɯ̋dhʌ́n ‘bâtonnet’→ bɔ̀nŋbɔ̄nŋ̏ dhɯ̋dhʌ́ndhē ‘sucette’, ̂n ‘pied, jambe’ → gbɔ̄ gɛ̏ndhē ‘marmite à pieds’, si̋i ‘scie’ → dhȁa si̋idhē ‘couteau à lame dentelée’, etc. Le suffixe dhē est peu productif, il se combine avec une petite minorité des radicaux nominaux de la langue.

3.7. Numéraux

271Les numéraux sont proches des adjectifs par le fait qu'ils suivent le nom, mais ils s’utilisent aussi dans certains contextes qui ne sont pas typiques des adjectifs. En tant qu’un adverbe le numéral suit le verbe :

(21)

Yȁ

zlòo

zʌ̄

yȁagā.

3sg.prf

guib

tuer

trois

272‘Il a tué des antilopes guib trois fois (dans sa vie).’

2733.7.1. Numéraux cardinaux

274Les numéraux cardinaux ont les formes suivantes :

1 dō

2 plɛ̀ ou pȅedʌ̄

3 yȁagā

4 yȉisīɤ

5 sɔ̋ɔdhű

6 sœ̋œ̏dō

7 sœ̋œ̏plɛ̀

8 sa̋ȁgā

30 kœ̏œŋ yȁagā

40 kœ̏œŋ yȉisīɤ

90 kœ̏œŋ sűȅsīɤ

100 kʌ̄ŋ dō

200 kʌ̄ŋ plɛ̀

9 sűȅsīɤ

10 kœ̏œŋ dō

11 kœ̏œŋ dō ɤ̄ gā dō

12 kœ̏œŋ dō ɤ̄ gā plɛ̀

13 kœ̏œŋ dō ɤ̄ gā yȁagā

20 kœ̏œŋ plɛ̀

21 kœ̏œŋ plɛ̀ ɤ̄ gā dō

22 kœ̏œŋ plɛ̀ ɤ̄ gā plɛ̀ ou pȅedʌ̄

1000 gblɯ̋ dō

2000 gblɯ̋ plɛ̀

10 000 gblɯ̋ kœ̏œŋ dō

100 000 gblɯ̋ kʌ̄ŋ dō

1 000 000 gblɯ̋ bhɛ̄ɛ̏n dō

Notes. 1. La forme alternative du numéral 2, pȅedʌ̄, est moins fréquente que la forme principale, elle ne peut pas être employée dans certains contextes. 2. L’élément kœ̏œŋ ‘dizaine’ a une variante libre kɔ̏ŋ, et dans certains contextes kɔ̏. Sans doute, il provient du mot kɔ̏ ‘main’. 3. Le sens original du mot gblɯ̋ ‘1000’ est ‘panier de noix de cola’ (cola est une denrée commerciale très prisée des Dan ; un panier gblɯ̋ contient 1000 noix de cola). 4. Les numéraux de 6 à 9 proviennent de la composition de sɔ̋ɔdhű ‘5’ avec les numéraux de 1 à 4 et avec, probablement, un élément intermédiaire tȁ.

275Le groupe nominal précédant un numéral n’a normalement pas de marque du pluriel. Si pourtant cela arrive, la marque du pluriel exprime alors la valeur d’un défini :

(22)

Péŋ̏

dhēbʌ̏-dhȕn

plɛ̀

ɤ́

wó

bhā

kʌ̄

jumeau

femme-pl

deux

rel

3pl.jnt

là

1sg.exi

retr

kpȁn

ȁ-dhȕn

bhȁ

yāandhi̋ɤ…

voir\neut

3sg.nsbj

sur

hier

276‘Ces deux jumelles, je les ai rencontrées hier.’

277Un numéral peut avoir une marque de pluriel postposition qui exprime soit la valeur du l'exactitude du nombre, soit le caractère approximatif du nombre.

278Dans les nombres composés, les nombres désignant les unités sont précédés par ɤ̄ gā, lit. ‘son unité’ :

(23)

tɔ̏

kœ̏œŋ

sa̋ȁgā

ɤ̄

gā

sœ̋œ̏dō

poulet

10

8

refl.sg

unité

6

279‘86 poulets’ (lit. « 80 poulets et 6 de ses unités »).

280Les parties des nombres composés de 101 à 109 sont reliées par le pronom coordinatif wā ; le nom objet du décompte est répété devant chaque partie du nombre composé : tɔ̏ kʌ̄ŋ dō wāȁ tɔ̏ plɛ̀ ‘102 poulets’.

281Les composantes d’un nombre tel 110 peuvent être liées entre elles par un pronom cooordinatif ou par le pronom réfléchi : tɔ̏ kʌ̄ŋ dō wāȁ tɔ̏ kœ̏œŋ dō ou tɔ̏ kʌ̄ŋ dō ɤ̄ kɔ̏ dō ‘110 poulets’.

282Les composantes des nombres à trois décimales à partir de 111 peuvent être liées entre elles par des pronoms coordinatifs : tɔ̏ kʌ̄ŋ dō wāȁ tɔ̏ kœ̏œŋ dō wāȁ tɔ̏ dō. Le pronom coordinatif peut aussi être remplacé par le pronom réfléchi soit devant la dizaine soit devant l’unité : tɔ̏ kʌ̄ŋ dō ɤ̄ kɔ̏ dō wāȁ tɔ̏ dō ou tɔ̏ kʌ̄ŋ dō wāȁ tɔ̏ kœ̏œŋ dō ɤ̄ gā dō ‘111 poulets’.

283Dans les nombres composés supérieurs à 1000, les noms des unités peuvent être reliés à l’ensemble par la combinaison du pronom coordinatif avec le pronom réfléchi suivi du nom gā ‘os’ : tɔ̏ gblɯ̋ plɛ̀ wāȁ tɔ̏ kʌ̄ŋ plɛ̀ ɤ̄ kɔ̏ plɛ̀ wāȁ ɤ̄ gā plɛ̀ ‘2222 poulets’. Dans le même contexte, on ne peut pas utiliser le pronom réfléchi sans le pronom coordinatif.

3.7.2. Numéraux ordinaux

284Les numéraux ordinaux sont dérivés des numéraux cardinaux par le suffixe -dhȁan. Dans les numéraux composés, le suffixe n’apparaît qu’une seule fois, après le nombre d’unités : kwɛ̏ gblɯ̋ dō wāȁ kwɛ̏ kʌ̄ŋ sűȅsīɤ ɤ̄ kɔ̏ sœ̋œ̏dō wāȁ kwɛ̏ yȉisīɤ-dhȁan ‘l’année 1964’.

285Le numéral ordinal « premier » est exprimé par une forme supplétive, blɛ̏ɛsɯ̏. Il n’entre pas dans la composition des nombres ordinaux. Dans les contextes où il va de paire avec d’autres nombres ordinaux, il prend le suffixe -dhȁan :

(24)

Dhūn

tɔ̏

kœ̏œŋ

dō-dhȁan,

blɛ̏ɛsɯ̏-dhȁan

wāȁ

kœ̏œŋ

plɛ̀

venir

poulet

dix

un-ord

premier-ord

3sg.et

dix

deux

ɤ̄

gā

dō-dhȁan

ká.

refl

unité

un-ord

avec

286‘Amène le dixième, le premier et le vingt-et-unième poulet.’

3.7.3. Noms des fractions

287Les fractions sont rendues par une construction descriptive :

(25)

pɛ̏gɯ́-sɯ̏

pɛ̋ɛn

yȁagā-dhȁan

3sg.nsbj

diviser-ger

partie

trois-ord

288‘la troisième partie (de cela).’

(26)

pɛ̏gɯ́-sɯ̏

ɤ́

kœ̏œŋ

dō

pɛ̋ɛn

yȁagā-dhȁan

3sg.nsbj

diviser-ger

rel

dix

un

3sg.nsbj

partie

trois-ord

289‘3/10 (de cela)’.

3.7.4. Valeur distributive

290La valeur distributive est rendue par une répétition du nombre, qui intervient dans la position après le verbe, soit avant le complément d’objet indirect soit après lui :

(27a)

Kȁ

dȁ

kɔ́ɔdhɤ̄

sœ̋œ̏plɛ̀

sœ̋œ̏plɛ̀

2pl.imp

entrer

maison.loc

sept

sept

291‘Entrez à la maison sept par sept’.

292On peut dire aussi :

293(27b) Kȁ dȁ sœ̋œ̏plɛ̀ sœ̋œ̏plɛ̀ kɔ́ɔdhɤ̄. (le même sens)

294Pour les nombres supérieurs à 10, seule la dernière composante (le nom des unités) se répète dans la construction distributive :

295(28) Kȁ dȁ kœ̏œŋ dō ɤ̄ gā plɛ̀ plɛ̀. ‘Entrez par douze.’

296Les Dan considèrent les nombres pairs comme « masculins », et les nombres impairs comme « féminins ».

3.8. Verbes

3.8.1. Transitif, intransitif, réfléchi

297Les verbes dan peuvent être transitifs ou intransitifs, ce qui n’a aucune incidence sur leurs structures morphologiques. La seule différence est qu’un verbe transitif est obligatoirement précédé d’un complément d’objet direct (qui se trouve donc dans la position entre la marque prédicative et le prédicat verbal), et un verbe intransitif n’admet pas de complément d’objet direct.

298Il y a de nombreux verbes ambivalents, c.-à-d. des verbes qui peuvent fonctionner comme transitifs ou intransitifs, sans que cette différence d’emploi soit marquée dans la forme verbale :

(29)

Sàagā

yȁ

gbȁn

bhȉʌ

gba̋n

gɯ́.

flèche

3sg.prf

enfoncer

biche

cuisse

dans

299‘La flèche s'est plantée dans la cuisse de la biche royale.’

(30)

Tȍkpȁ

yȁ

sàagā

gbȁn

bhȉʌ

gba̋n

gɯ́.

Tokpa

3sg.prf

flèche

enfoncer

biche

cuisse

dans

300‘Tokpa a enfoncé la flèche dans la cuisse de la biche royale.’

301L’ambivalence des verbes n’est pas prévisible, donc la nature transitive, intransitive ou ambivalent d’un verbe doit être marquée dans le dictionnaire.

302Le dan n’a pas de catégorie de voix. La valeur passive peut être exprimée par une transformation syntaxique (qui n’est pas marquée dans la forme verbale) où l’ex-sujet est ramené dans la position du complément d’objet indirect :

(31)

Dhēbʌ̏

bhā

yà

kɔ̏ɔ

wɯ́.

femme

art

3sg.prf

calebasse

casser

303‘La femme a cassé une calebasse.’

(32)

Kɔ̏ɔ

bhā

yȁ

wɯ́

dhēbʌ̏dhʌ́n

bhā

kɔ̏ɔ.

calebasse

art

3sg.prf

casser

femme

art

3sg.nsbj

main.com

304‘La calebasse a été cassée par la femme.’

305Cette transformation ne s’applique pas à tous les verbes transitifs ; on dirait même qu’elle est plutôt rare. Lorsqu’on a besoin de suppression du sujet, on utilise beaucoup plus souvent la construction avec la marque prédicative de la 3 pers. du pluriel à valeur impersonnelle :

(33)

… wó

dhūn

ká

Ma̋adhɤ̄.

3sg.pl.jnt

venir\jnt

3sg.nsbj

avec

Man.loc

306‘… on l’a amené à Man.’

307Sont considérés comme réfléchis les verbes qui peuvent avoir un pronom réfléchi en position de complément d’objet direct (donc, techniquement parlant, les verbes réfléchis sont toujours des transitifs) :

(34)

Yɤ̏

ɤ̄

gīȉ-sīʌ

yɔ̋ɔ

ká.

3sg.exi

refl.sg

frotter-dur

kaolin

avec

308‘Il est en train de s’enduire la peau de kaolin.’

3.8.2. « Modes impersonnels »

309On peut parler des « modes impersonnels » du verbe avec beaucoup de réserve, parce que le verbe n’a pas de conjugaison selon les personnes ; il peut donc s’agir de l’impossibilité, pour ces formes, d’être employées dans la position verbale avec une marque prédicative pronominale.

3.8.2.1. Infinitif

310L’infinitif est dérivé par l’adjonction d’un suffixe tonal extra-bas à la forme verbale de base. Il intervient comme deuxième prédication après des verbes de mouvement (dhó ‘aller, s’en aller’, dhūn ‘venir’) et des auxiliaires (gūn ‘être dans le passé’, tȕn ‘continuer’), dans les constructions verbales du futur, du présomptif, du subjonctif négatif.

(35)

Dȕdhȅe

yà

dhūn

yi̋

bhɯ̄n’.

cow-female

3sg.prf

come

water

drink\inf

311‘Une vache est venue boire de l'eau’.

3.8.2.2. Gérondif

312Le gérondif est dérivé par l’adjonction de la marque clitique –sɯ̏ (sans doute, provient-elle du verbe sɯ́ ‘attraper’). Il fonctionne :

313a) comme un nom verbal (le nom d’un événement ou d’une situation) :

(36)

Zân

bhȁ

yʌ̄

bhɯ̏n

bhɛ̄n

dhōŋ-sɯ̏

ká.

Jean

poss

travail

être

homme

compter-ger

avec

314‘Le travail de Jean est de compter les gens.’

315b) comme un participe ; le nom défini par le gérondif peut correspondre au sujet comme au complément d’objet du verbe :

(37)

Yɤ̏

ɤ̄

kwɛ̀ɛ̏

dhú-sɯ̏

ká.

3sg.exi

refl.sg

charge

charger-ger

avec

316‘Il a déjà attaché son bagage.’

317(38) yi̋ zīɤ‑sɯ̏ ‘ruisseau’ (litt. « eau passant »).

318Là où le contexte n’est pas suffisant, les deux interpretations sont possibles : yi̋ wɛ̀ŋ-sɯ̏ ‘l’acte de verser de l’eau’ ou ‘l’eau versée’.

319Le même clitique sɯ̏ sert de marque de nominalisation phrastique associé au circonstant, tandis que le verbe prend le ton extra-bas (qui est donc un indicateur supplémentaire de la nominalisation) :

(39)

dȅ

kȕn

wɔ́n

dhi̋ɤ-sɯ̏

même

attraper\nmlz

affaire

devant-ger

320‘la maîtrise de soi’.

3.8.2.3. Le masdar (nom verbal)

321Cette forme est marquée par le clitique dhɛ̏ (provenant du nom dhɛ̏ ‘endroit, lieu’). Certains verbes exigent le masdar comme complément d’objet :

(40)

Yɤ̏

dɔ̏

pʌ̄

kpȁ-dhɛ̏

ká.

3sg.exi

savoir\neut

chose

cuire-msd

avec

322‘Elle sait faire la cuisine.’

3.8.2.4. Le nom verbal nu

323Le nom d'action peut être dérivé de tous les verbes sans aucune marque morphologique. Il maintient les valences verbales et s’utilise comme un nom dépendant auprès des noms dhɔ̏ ‘amour, envie’, kɔ̏ ‘façon, manière’, wɔ́n ‘affaire’ et dans la construction de la « relativisation à gauche » :

(41)

Dhó

dhɔ̏

yȁ

kún.

aller

envie

3sg.prf

1sg.nsbj

attraper

324‘Je veux partir.’

(42)

si̋ɤ

yȁ'

ká

pʌ̏

feu

mettre-3sg.nsbJ

avec

chose

325‘allume-feu’.

3.8.3. Aspect, temps, modalité, polarité

326Les catégories grammaticales verbales sont exprimées par des combinaisons de plusieurs procédés formels, à savoir :

327– série des marques prédicatives pronominales (MPP). Toute construction verbale doit comporter une MPP (sauf dans les cas où une MPP de la 3ème pers. est omis au niveau superficiel) ;

328– modification du ton de la base verbale. Il y existe en dan-gouèta trois modèles de modifications tonales des verbes : a) substitution du ton lexical par un ton extra-bas (dans la construction de l'aspect neutre) ; b) abaissement du ton selon un schéma plus nuancé (dans la construction conjointe) ; c) addition d’un suffixe tonal extra-bas (l’infinitif) ;

329– suffixes verbaux ;

330– verbes auxiliaires : dhó (sens primaire : ‘aller, s’en aller’), gūn (sens primaire : ‘être dans le passé’), tȕn (sens primaire : ‘continuer’) ;

331– opérateurs qui occupent la position après les MPP : kʌ̄ marque du rétrospectif, dhȕn marque du présomptif.

332Vu la pluralité des éléments, on ne peut décrire le système grammatical du verbe autrement que par les formules de constructions. Les constructions peuvent être subdivisées en constructions de base (formées avec les MPP, les modifications tonales et les suffixes) et en constructions dérivées (bâties avec des verbes auxiliaires). Du point de vue du sémantisme grammatical, on peut parler de constructions à valeurs a) aspecto-temporelles, b) modales. Le sous-système des constructions négatives n’est souvent pas en parallèle avec le sous-système positif, il sera donc examiné séparément.

3.8.3.1. Constructions aspectuelles de base

3331) L'aspect neutre : MPP existentielle (série I) + le verbe dont le ton lexical est remplacé par un ton extra-bas. Si le ton lexical du verbe est extra-bas, alors aucun changement du ton ne se produit. Dans les verbes à -dhūn (comme dɔ́ɔ̏ndhūn ‘s’arrêter’), seulement la dernière syllabe change son ton : → dɔ́ɔ̏ndhȕn. Il en va de même pour les autres verbes (très peu nombreux) composés de deux pieds : gɛ̄nyɛ̄n gɛ̄nyɛ̏n ‘gagner’. Par contre, les verbes redoublés changent les tons des deux pieds : wɯ̄ɯ̏wɯ̄ɯ̏ ‘casser en de nombreuses pièces’ → wɯ̏ɯwɯ̏ɯ.

  • 23 Il s'agit, en fait, d'une variante syntaxiquement conditionnée de la construction de l'aspect neutr (...)

334Dans des propositions subordonnées ou des propositions simples avec une question partielle ou une focalisation, la construction de l'aspect neutre est remplacée par une « construction conjointe »,23 avec la MPP de la série II (« Conjointe ») et la modification du ton du verbe selon un modèle plus complèxe.

335Le type de modification dépend du ton de base et du type segmental du verbe (nombre de voyelles dans le pied ; le caractère homogène ou hétérogène des voyelles ; la présence de ‑ŋ à la fin du pied et de –l‑ à l’intérieur). Voici à ce propos quelques règles.

336a) Verbes à ton lexical extra-haut :

337→ moyen (un seul verbe du type CVVV) : dhi̋ʌʌdhīʌʌ ‘écraser en pâte’ ;

338→ bas (types CVV à voyelles identiques, CVŋ, CVVV) : bhɤ̋ɤbhɤ̀ɤ ‘tarir’, bhʌ̋nŋ bhʌ̀nŋ ‘avaler’, dhűɤɤ dhùɤɤ ‘priver de nourriture’;

339→ extra-bas (types CV, ClV et CVV à voyelles hétérogènes, sauf ‑ŋ) : blʌ̋ blʌ̏ ‘s’user’, ga̋n gȁn ‘tirer’, sűɤ sȕɤ ‘avoir peur’.

340b) Verbes à ton lexical haut :

341→ moyen (tous les verbes à ton haut sont du type CV) : bhɯ́bhɯ̄ ‘briller’, dhó dhō ‘aller’, kʌ́n kʌ̄n’se rassasier’.

342c) Verbes à ton lexical moyen :

343→ moyen (la majorité des verbes des types CVV à voyelles hétérogènes et CV) : bān bān ‘pleuvoir’, dɔ̄ dɔ̄ ‘savoir’, zūa zūa ‘percer’ ;

344→ bas (types CLVV, CVŋ et CVV à voyelles homogènes) : slʌ̄ʌ slʌ̀ʌ ‘tourner’, dhōŋ dhòŋ ‘compter’, gɔ̄ɔn gɔ̀ɔn ‘faire, accomplir’ ;

345→ extra-bas (quelques rares verbes des types CVV à voyelles hétérogènes et CV) : dhī dhȉ ‘plaire’, kʌ̄ kʌ̏ ‘faire’, wɔ̄ wɔ̏ ‘se coucher’, zīɤ zȉɤ ‘passer’.

346d) Verbes à ton lexical bas :

347→ bas (la quasi-totalité de cas) : bhɔ̀ɔn bhɔ̀ɔn ‘pouvoir’, lòolòo ‘arriver’ ;

348→ extra-bas (un seul verbe) : kɤ̀ɤ kɤ̏ɤ ‘éructer’.

349e) Verbes à ton lexical extra-bas ne changent pas leurs tons : bhȁnbhȁn ‘frapper’.

350f) Les verbes à tons modulés (tous des types CVV et ClVV) les remplacent par des tons bas : gíi-gìi ‘badigeonner’, dhūű dhùu ‘éteindre’, gblāȁgblàa ‘crier, hurler’.

351Les verbes composés d’origine du type de dɔ́ɔ̏ndhūn ‘s’arrêter’ suivent le modèle prédominant des verbes à ton moyen et ne changent pas leur ton : bháȁndhūn ‘tomber’ bháȁndhūn. Les verbes redoublés changent les tons des deux parties : gblāagblāagblàagblàa ‘crier fort’.

352Ainsi la modification tonale du verbe dans la construction conjointe s’avère prévisible à un très haut degré. Les seuls cas où l’indication du ton modifié dans le dictionnaire est indispensable sont ceux des verbes du type CVVV à ton extra-haut (d’ailleurs, nous n’avons trouvé que deux verbes de ce type), ainsi que trois verbes CV et un verbe CVV dont le ton moyen est remplacé par le ton extra-bas.

353La construction de l'aspect neutre en dan de l'Est exprime une rangée très large des valeurs aspectuelles et temporelles, leur réalisation dépend du sémantisme lexicale du verbe et du contexte syntaxique, voir plus en détail (Vydrin 2020a).

354Le sens le plus fréquent rendu par la construction de l'aspect neutre est l’habituel (l’action qui se produit d’habitude) ; il est attesté pour la quasi-totalité des verbes :

(43)

Yɤ̏

gblȁn

yī

gɯ́

dhʌ́nbháwō.

3sg.exi

ronfler\neut

sommeil

dans

un.peu

355‘Il ronfle un peu dans le sommeil’ (c’est son habitude).

(44)

Fɛ̂tɤ̏

yī-dhȕn

ká,

yɤ̏

gœ̏œ

gɔ̏.

fête

jour-pl

par

3sg.exi

faire.cadeau\neut

1sg.nsbj

à

356‘Les jours de fêtes, il me fait des cadeaux.’

357Un autre emploi très fréquent de l'aspect neutre est la construction de la condition irréelle (« contrafactuelle ») avec la particule dhún :

(45)

bɤ̏

va̋andhɤ̄

dhún,

kɤ̄

1sg.exi

reveiller\neut

vite

déjà

alors

kó

dhó.

1duel.incl.sbjv

aller

358‘Si je me réveillais vite, nous partirions.’

359Les autres sens de l'aspect neutre se réalisent avec certains verbes seulement (plus précisément, avec les sens de certains verbes).

360Le sens résultatif (« un état qui résulte d’une action précédente désigné par le verbe en question ») ne se conjugue qu’avec les verbes désignant des événements :

(46)

Yɤ̏

bɔ̏

ɤ̄

dhòo

pi̋ɤdhɤ̄.

3sg.exi

1sg.nsbj

envoyer\neut

refl.sg

frère.aîné

maison.loc

361‘Il m’a envoyé chez son frère aîné’ (et je suis en route).

362Dans certains cas on peut parler plutôt du sens du parfait (une action qui est accomplie et dont le résultat reste valable) :

(47)

Yɤ̏

bhɛ̄n

dhōŋ

kótȁ

plɛ̀.

3sg.exi

homme

compter\neut

fois

deux

363‘Il a compté les gens deux fois’ (et nous attendons les résultats de son compte).

(48)

Bhʌ̏n

ɤ́

kʌ̏

ɯ́

yʌ̄

kʌ̏

dhɛ̀

quoi

rel.3sg.jnt

faire\jnt

2sg.jnt

travail

faire\jnt

comme

pɛ́ɛdhɤ́ ?

mauvais

364‘Pourquoi as-tu fait le travail d’une si mauvaise façon ?’

365Avec de nombreux verbes, la construction de l’aspect neutre exprime la valeur imperfait (« l’action se déroule pendant un laps de temps indiqué ») :

(49)

Yɤ̏

sʌ́ʌdhɛ̋

dlȁan

kwɛ̏

plɛ̀

ká.

3sg.exi

papier

apprendre

année

deux

avec

366‘Il a fait ses études pendant deux ans.’

(50)

ɤ́

yī

pi̋ɤ

yɤ̄

yʌ̀n…

3sg.jnt

1pl.excl

chez

ici

quelque.part

367‘(Quand) il est chez nous ici…’

368Pour d’autres verbes à l’aspect neutre, l’indication du laps de temps produit un sens perfectif « achever l’action en question pendant le laps de temps indiqué » :

(51)

Dhēbʌ̏-dhȕn

bhā

wȍ

bhlɯ̏n

bȉɤɤ

dhɛ̋dhɛ̋

plɛ̀

ká.

femme-pl

art

3sg.exi

riz

piler

heure

deux

en

369‘Les femmes ont pilé le riz en deux heures.’

(52)

Yɤ̏

gblʌ̋ʌ̏dhȕn

ɤ̄

dʌ̄

wlɤ̀ɤ

gɔ̄nŋdhɤ̄.

3sg.exi

prosterner

refl.sg

père

sous

paillote.loc

370‘Il s’est prosterné devant son père dans la paillote du chef’ (une action récente ; au moment de la parole, il ne se prosterne plus).

371La construction de l'aspect neutre peut désigner, avec certains verbes terminatifs ou décrivant un événement, une action ponctuelle, à condition que le moment de l’action soit indiqué dans la phrase (par un circonstant ou par une autre prédication) :

(53)

Yɤ̏

dȕa

yāandhi̋ɤ

gbēŋ

zìnŋgɯ́.

3sg.exi

s’évader

hier

nuit

entre

372‘Il s’est évadé hier à minuit.’

(54)

Yɤ̏

dȁn

kɤ̄

kɔ́ɔdhɤ̄.

3sg.exi

mesurer

que

3sg.exi

maison.loc

373‘Cela a été mesuré lorsque j’étais à la maison.’

374Dans une narration, pour des actions consécutives, la construction conjointe de l'aspect neutre est utilisée :

(55)

Dhɛ̀

kɤ́

bɯ̋kʌ̄bhɛ̏n

ɤ́

gō

que

rel

brousse-faire-humain\izf

3sg.jnt

s'en.aller\jnt

bɯ̋

bhōo,

yɤ́

wɔ̀ɔ-dhȕn

wó

dhūn.

brousse.loc

sitôt

cons

singe-pl

3pl.jnt

venir\jnt

375‘Dès que le chasseur a quitté la forêt, les singes sont revenus’.

3762) Parfait

377La formule de la construction verbale du parfait est la suivante : MPP de la série du parfait + verbe à ton de base.

378Le parfait renvoie à une action dont l’effet a toujours une incidence sur la situation actuelle. Le point de référence de l’action du parfait peut être le moment de la parole, mais aussi un moment de référence dans le passé :

(56)

Ā

kʌ̄

dhȍ

bhɯ̄n

kpȁn

dhʌ́n

1sg.exi

retr

aller\neut

1sg.sbjv

voir

enfant

bhā

bhȁ,

kɤ̄

yȁ

wáȁndhūn…

art-3sg.nsbj

sur

et

1sg.prf

se.coucher…

379‘Je suis allé là-bas, et j’ai trouvé l’enfant couché…’

380Le parfait est régulièrement utilisé dans la première partie de la phrase complexe à valeur temporelle pour exprimer le fait que l'action en question précède l'action de la deuxième proposition :

(57)

Bhá

dhó

bhɯ̄n,

kíi

ka̋n

sɔ̏

dō

dhūn…

2sg.prf

aller

là

que.2sg.jnt

morceau

étoffe

un

donner\jnt

381‘Lorsque tu y vas, tu donnes une pièce d’étoffe…’

3823) Imperfectif négatif

383MPP négative imperfective + verbe en forme de base. Le plus souvent, cette construction exprime l’habituel :

(58)

Yáa

bhɛ̄n

dhűɤɤ

bhɤ̏pʌ̏

gɯ́.

3sg.neg.prs

humain

priver

manger-chose

dans

384‘Il ne prive pas les gens de nourriture.’

385Avec les verbes à valeur non-terminative, la construction désigne des situations statives (dont le point de référence peut être le présent comme le passé) :

(59)

Yáa

wɔ́n

dɔ̄

dhɛ̀

dhʌ́n

bhā

3sg.neg.prs

3sg.nsbj

affaire

savoir

que

enfant

art

yȁ

pɤ̏

yi̋

bhàa.

3sg.prf

tomber

eau

chez

386‘Il ne savait pas que l'enfant était tombé dans l'eau.’

387A la différence de la construction affirmative de l'aspect neutre, l'imperfectif négatif n’exprime pas d’actions ponctuelles.

3884) Perfectif négatif :

389Pronom négatif du passé + verbe en forme de base.

390Cette construction sert à la négation d’actions ponctuelles à nuances sémantiques différentes, en particulier :

391– parfait/résultatif.

(60)

Ɯ̄

bhā

dhɛ̄ɛ̋kpɔ́

yíi

dhī

dhɛ̏.

2sg.nsbj

poss

question

3sg.neg.pfv

plaire

1sg.nsbj

devant

392‘Ta question ne m’a pas plu’.

393– ponctuel :

(61)

Kɛ̋ɛ

wíi

wō

kɔ̏

yȁ

bhȁ.

mais

3pl.neg.pvf

3pl.refl

main.cmm

mettre

3sg.nsbj

sur

394‘Mais ils ne l’ont pas accepté’.

395– ponctuel habituel :

(62)

Yȁ

yʌ̄

kʌ̄,

yɤ̏

ɤ̄

bȍ

kɤ̄

bhìnŋdíȉ

3sg.prf

travail

faire

3sg.exi

refl.sg

finir

smlt

midi

yíi

wȍ

kɤ̀.

3sg.neg.pfv

apparaître

encore

396‘Quand il travaille, il finit avant midi.’

3975) Résultatif

398MPP existentielle ou conjointe + gérondif (base verbale à ton de base + suffixe –sɯ̏) + postposition comitative ká. En fait, cette construction est du même type que la construction avec l’adjectif en fonction prédicative postpositionnelle (cf. 3.6.1.). La construction exprime un sens résultatif (un état résultant de l’action désignée par le verbe) et peut être intransitive comme transitive :

(63)

Bhān

kɔ́ɔdhɛ̏

yɤ̏

gblɤ̏-sɯ̏

ká.

1sg.poss

maison.cmm

3sg.exi

balayer-ger

avec

399‘Ma maison est déjà balayée.’

(64)

Wèe

yɤ̏

kún-sɯ̏

ká.

sel

3sg.exi

3sg.nsbj

attraper-ger

avec

400‘Il est suffisamment salé’ (litt. : « le sel l'a attrapé »).

401La négation du résultatif s’exprime par la substitution de la MPP existentielle ou conjointe par la MPP négative imperfective : Bhān kɔ́ɔdhɛ̏ yáa gblɤ̏-sɯ̏ ká.‘Ma maison n’est pas balayée’, Wèe yáa ȁ kún-sɯ̏ ká. ‘Il n’est pas suffisamment salé.’

4026) Duratif :

403MPP existentielle ou conjointe + verbe en forme de base + suffixe –sīʌ. Sans doute, le suffixe du duratif provient historiquement de la fusion de la marque du gérondif –sɯ̏ avec la postposition gɯ́ ‘dans’. Autrement dit, c’est une construction d’origine locative. Elle exprime un continu dynamique et statique : Gbȁtȍ yɤ̏ yáȁdhūn-sīʌ. ‘Gbato est assis’ ou ‘Gbato est en train de s’asseoir’.

(65)

Dhʌ́n-dhȕn

wȍ

tlōo

kʌ̄-sīʌ

kpɛ̋nŋdhɤ̄.

enfant-pl

3sg.exi

jeu

faire-dur

extérieur.loc

404‘Les enfants sont en train de jouer dehors.’

(66)

bhȁ

gɔ̄

yɤ̏

dɔ̄-sīʌ

tɔ̏n

tȁ.

3sg.nsbj

poss

voiture

3sg.exi

arrêter-dur

colline

sur

405‘Sa voiture est arrêtée sur la colline.’

406Pour exprimer la négation du duratif, le pronom existentiel est remplacé par un pronom négatif imperfectif : Dhʌ́n-dhȕn wáa tlōo kʌ̄-sīʌ kpɛ̋nŋdhɤ̄. ‘Les enfants ne sont pas en train de jouer dehors.’

4077) Prospectif

408MPP prospective + verbe à ton lexical. La construction exprime une action qui doit s’effectuer dans le futur immédiat et dont les conditions sont réunies (la volonté de l’acteur, etc.) :

(67)

Yɤ́

pɤ̄

yɤ̄ɤ

yɔ̀ɔn

kɔ́

dhi̋

bhȁ,

3sg.jnt-3sg.nsbj

dire\jnt

3sg.pros

bouger

maison

porte

sur

kɤ̄

bhɛ̄n-dhȕn

wȁ

kún.

smlt

homme-pl

3sg.prf

3sg.nsbj

attraper

409‘Elle voulait s’approcher de la porte de la maison, mais les gens l’ont attrapée.’

410Le prospectif apparaît régulièrement dans une proposition conditionnelle après la conjonction kɤ́ ‘même si’ :

(68)

Kɤ́

zɯ́

yɤ̄ɤ

wɔ́n

dɔ̄,

dhɛ̏

même.si

encore

3sg.pros

3sg.nsbj

affaire

savoir

3sg.nsbj

place

yɤ̏

bhȁ

kɤ̄

yɤ̏

tɔ̏n

kún

kɤ̀

blɛ̀ɛsɯ̏.

3sg.exi

3sg.nsbj

sur

smlt

3sg.sbjv

colline

attraper

encore

d’abord

411‘Même s’il savait ça, il devait d’abord gravir la colline.’

4128) Négation du prospectif

413MPP négative imperfective + MPP prospective + verbe à ton lexical.

(69)

Bhɛ̄n

yāayädhȅ

ɤ́

yā

bháan

bhāan

humain

mauvais.int

rel.3sg.jnt

ce

1sg.neg.ipfv

1sg.pros

tó

gɔ̏.

rester-3sg.nsbj

à

414‘Je ne vais pas me marier avec cet homme horriblement laid.’

4159) Rétrospectif

416Le rétrospectif est dérivé des constructions de l'aspect neutre par l’introduction de l'opérateur kʌ̄ après la MPP. Cet opérateur provient, sans doute, du verbe kʌ̄ ‘faire’, mais, à la différence des verbes auxiliaires, son ton ne change pas ; par contre, c’est le verbe notionnel qui change son ton :

(70)

̄

yɤ̏

kʌ̄

dhʌ̏nŋ

bɤ̄ɤ̏

gɯ́.

voiture

3sg.exi

retr

coller-neut

boue

dans

417‘La voiture s’est enlisée dans la boue.’

(71)

Gbȁtȍ

dhʌ̀n

ɤ́

kʌ̄

dh

sáȁgɯ́.

Gbato

foc

rel.3sg.jnt

retr

sauver\jnt

1sg.nsbj

grace.à

418‘C'est Gbato qui s'est sauvé grace à moi’ (une histoire ancienne).

419Cela signifie que dans la langue dan-gouèta contemporaine, kʌ̄ n’est plus un verbe.

420Le rétrospectif indique le plus souvent que le résultat de l’action n’est plus actuel, ou qu’il est annulé :

(72)

Gbȁtȍ

yɤ̏

kʌ̄

kɔ́

dɔ̏.

Gbato

3sg.exi

retr

maison

bâtir\neut

421‘Gbato bâtit une maison’ (sous-entendu que la maison n’existe plus ; ou que Gbato est mort depuis, etc.).

422Dans d’autres contextes, kʌ̄ peut tout simplement rendre une distance temporelle plus considérable (par rapport à la construction de l'aspect neutre) :

(73)

Yɤ̏

kʌ̄

dhɛ̄ɛ̋

kpɔ̏

ɤ̄

bhā

3sg.exi

retr

1sg.nsbj

question

étaler-neut

refl.sg

poss

bhɤ̏pʌ̏

wɔ̏n

ká.

nourriture

affaire

avec

423‘Il m'a posé la question au sujet de son repas’ (la situation est toujours actuelle, mais moins que dans la construction sans kʌ̄).

(74)

Yɤ̏

kʌ̄

kʌ̏

dhɤ̋

ya̋an.

3sg.exi

retr

faire-neut

ainsi

1sg.nsbj

yeux.com

424‘Cela s'est passé devant mes yeux’ (en ma présence).

425On trouve également des cas où les constructions avec la marque rétrospective désignent les situations n’ayant pas encore perdu leur actualité, comme dans le cas suivant :

(75)

Bȉaŋgā

yɤ̏

kʌ̄

dɔ̏

yāandhi̋ɤ.

coureur

3sg.exi

retr

savoir\neut

hier

426Hier le meilleur coureur a été révélé’ (et il reste toujours le meilleur).

42710) Passé négatif

  • 24 Apparemment, dans cette construction les deux séries des MPP sont absolument équivalentes et interc (...)

428MPP négative perfective ou imperfective24 + kʌ̄ + verbe à la forme de base. La construction rend la valeur négative ponctuelle dans le passé.

(76)

Bhɛ̄n

bhá

yíi

kʌ̄

gó

dhɛ̏

dɔ̄.

humain

certain

3sg.neg.pst

retr

3sg.nsbj

quitter

place

savoir

429‘Personne ne savait d'où il était venu.’

430En fait, la différence sémantique entre le passé négatif et le perfectif négatif est minimale, souvent presque non-existante, on trouve les deux constructions dans des contextes absolument identiques :

(77)

Pʌ̄

bhá

yíi

dhēbʌ̏dhʌ́n

bhā

kʌ̄,

i̋in

chose

certain

3sg.neg.pfv

femme

art

3sg.nsbj

faire

ou

pʌ̄

bhá

yíi

kʌ̄

bhȁ

dhʌ́n

kʌ̄.

chose

certain

3sg.neg.pfv

retr

3sg.nsbj

poss

enfant

faire

431‘Rien n'arriva à la femme, et rien n'arriva à l'enfant.’

432Malgré la présence de la marque retrospective kʌ̄ dans la construction, elle peut se référer aux situations qui restent actuelles au moment de la parole :

(78)

Dī

yáa

kʌ̄

kún

kɤ̀.

faim

3sg.neg.ipfv

retr

3sg.nsbj

attraper

encore

433‘Il n’a pas encore faim.’

43411) Futur

  • 25 Quand ce verbe apparaît en tant qu'un verbe auxiliairaire, sa voyelle se change souvent en ɤ : dhɤ́(...)

435La construction de l'aspect neutre du verbe auxiliaire dhó25 aller + l’infinitif du verbe notionnel (marqué d’un ton extra-bas suffixé). Cette construction exprime des modalités différentes du futur : une prédiction, une promesse, une assertion…

(79)

Kɤ̄

kíi

ɯ̄

kɔ̏

yɤ̄

bhān

dhʌ́n

smlt

smlt.2sg.sbjv

2sg.nsbj

main.cmm

voir

2sg.poss

enfant

bhā

bhȁ,

dhȍ

ɯ̄

bhȁn.

art-3sg.nsbj

sur

1sg.exi

aller-neut

2sg.nsbj

frapper-inf

436‘Si tu touches à mon enfant, je te frapperai.’

437Précédeé d'une proposition à l'aspect neutre, la construction du futur, suivi de la particule dhún, exprime une valeur d’irréel :

(80)

Yɤ̏

bɔ̏

yɤ̄,

dhȍ

kpȁn

bhȁ

3sg.exi

passer\neut

ici

1sg.exi

aller\neut

voir.inf

3sg.nsbj

sur

dhún.

déjà

438‘S’il était passé ici, je l’aurais vu.’

439Négation du futur : le verbe auxiliaire dhó se met au négatif perfectif.

(81)

Kɤ̄

kíi

(ɯ̄)

bhā

wʌ́ʌ̏gā

dhɛ̀ŋ,

bhíin

smlt

smlt.2sg.sbjv

2sg.nsbj

poss

argent

perdre

1sg.neg.pfv

dhó

wɛ̋ɛ

dhūn.

aller-3sg.nsbj

autre

donner-inf

440‘Si tu perds ton argent, je ne t’en donnerai pas d'autre.’

44112) Imparfait

442Cette valeur s'exprime par la constuction d'apsect neutre du verbe auxiliaire du verbe gūn (« être dans le passé ») suivi du verbe notionnel avec le suffixe sīʌ du duratif. L’imparfait rend une action continue ou répétitive qui se déroule simultanément avec une autre action dans le passé, ou tout simplement, une action continuelle dans le passé :

(82)

Yī

zíɤ̏ɤ-dhȕn

wȍ

gȕn

gèebʌ̏

1pl.excl.nsbj

grand-père-pl

3sg.exi

être.pst\neut

fétiche

bhȁ-yɔ́-sīʌ

yɔ̋n

pűu

ká.

surface-enduire-dur

huile

blanc

avec

443‘Nos grands-pères huilaient le fétiche avec de l'huile rouge.’

444La négation de l’imparfait se produit par le remplacement de la MPP existentielle avec la MPP négative imperfective ; le verbe auxiliaire gūn garde son ton lexical : Yī zíɤ̏ɤ-dhȕn wáa gūn gèebʌ̏ bhȁ-yɔ́-sīʌ yɔ̋n pűu ká. ‘Nos grands-pères n’huilaient pas le fétiche avec de l’huile rouge.’

44513) Continuatif

446La formule : le verbe auxiliaire tȕn (‘être encore’) en construction de l'aspect neutre suivi de l’infinitif du verbe notionnel. Cette construction exprime la continuation de l’action ou l’état :

(83)

Wɔ́n

zīizïdhȅ

ɤ́

dhɤ̋

bhā,

yɤ́

ɯ́

affaire

vieux.supint

rel.3sg.jnt

ainsi

art

cons

2sg.jnt

tȕn

dhȉaŋ

zʌ̄

tőodhɤ̄

bhā

ȅe?

continuer\jnt

3sg.nsbj

parole-izf

tuer-inf

1sg.nsbj

oreille.loc

art

q

447‘Cette affaire qui est tellement ancienne, tu m'en parles encore ?’

(84)

Yɤ̏

tȕn

yáȁdhūn’.

3sg.exi

continuer

être.assis-inf

448‘Il reste assis’ (malgré tout).

449Pour la négation du continuatif on utilise la MPP imperfective négative :

(85)

Dhēbʌ̏-dhȕn

wáa

tȕn

kɤ̀ŋ

yi̋

ɓȁ-kʌ̄’.

femme-pl

3pl.neg.ipfv

continuer

encore

eau

surface-faire-inf

450‘Les femmes ne font plus la pêche’.

45114) Ultérieur

452La construction de l'ultérieur a deux variantes équivalentes.

453a) MPP subjonctive + verbe auxiliaire gūn + l’infinitif du verbe notionnel + suffixe –dhȁan, ou sa forme abrégée –ŋ̏.

454b) MPP subjonctive + verbe auxiliaire gūn + suffixe –dhȁan + l’infinitif du verbe notionnel. Dans ce cas, la forme abrégée –ŋ̏ du suffixe n’est pas admise.

455La construction est toujours attestée dans la proposition subordonnée qui suit la proposition principale. Elle désigne une action ultérieure par rapport à l’action de la proposition principale, qui peut se référer au futur, au passé, à l’habituel, ou être à un mode autre que l’indicatif :

(86)

Ȁ

bhȁ

pʌ̄bhèe

yɤ̏

dhȉʌʌ

yɤ́

3sg.nsbj

poss

nourriture

3sg.exi

refroidir\neut

alors.3sg.sbjv

gūn-dhȁan

bhɤ̏.

être.pst-subs

3sg.nsbj

manger-inf

456‘C’est quand sa nourriture se refroidit, qu’il la mange.’

(87)

Gbȁtȍ

yɤ̏

dhȍ

yáȁdhūn

kɤ̄

yɤ̏

gūn

Gbato

3sg.exi

aller\neut

s’asseoir

smlt

3sg.sbjv

être.pst

dhó-ŋ̏.

aller-inf-subs

457‘Gbato s’asseyera avant de partir.’

(88)

Dhɯ̋

bhā

tūűn

kɤ̄

bhɛ̏

yɤ̏

gūn

arbre

art

3sg.nsbj

sécouer

smlt

3sg.nsbj

fruit

3sg.sbjv

être.pst

pɤ̏-ŋ̏.

tomber-inf-subs

458‘Secoue l’arbre jusqu’à ce que ses fruits tombent.’

459La deuxième proposition peut être introduite par la conjonction yɤ́ qui exprime l’idée de séquence des actions ; dans ce cas, la MPP de la deuxième proposition est celle de la série conjointe :

(89)

Yʌ́nŋ̏

yɤ̏

kʌ̄

bhɯ̏

dhɛ̋dhɛ̋

plɛ̀

ká,

yɤ́

dhā

ɤ́

soleil

3sg.exi

retr

briller

heure

deux

avec

cons

pluie

3sg.jnt

gūn

bān-dhȁan.

être.pst\jnt

pleuvoir-inf-subs

460‘Le soleil a brillé pendant deux heures, puis la pluie est tombée.’

461Il n’y a pas de construction négative analogue de l’ultérieur.

46215) Progressif dépendant

  • 26 Se pose alors la question suivante : est-ce que c’est le même suffixe que dans la construction à va (...)

463Le progressif dépendant n’apparaît que dans une proposition relative subordonnée. La construction a la structure suivante : MPP conjointe + verbe à ton de base + suffixe dhȁan (ou sa variante abrégée ‑ŋ̏ ou -ŋ̀).26 Le progressif dépendant désigne une action qui se déroule au moment de la parole :

(90)

Dhʌ́n

ɤ́

ɯ́

ga̋n-dhȁan

bhā,

bhá

dhó

enfant

rel

2sg.jnt-3sg.nsbj

traîner-prog

art

2sg.prh

aller\inf

gbȅ

bho

bhȁ.

3sg.nsbj

bras

enlever-inf-3sg.nsbj

sur

464‘L’enfant que tu es en train de tirer, ne lui arrache pas le bras !’

(91)

Pʌ̄

dhɛ́

ɤ́

ɯ́

dhó-ŋ̏

ká

bhā,

chose

l’autre

rel

2sg.jnt

aller-prog

3sg.nsbj

avec

art

ɯ̄

bhā

yáa

bhɯ̏n.

2sg.nsbj

possession

3sg.neg.ipfv

être

465‘L’autre chose que tu es en train d’emporter, n’est pas à toi.’

466La marque du progressif dépendant s'utilise avec beaucoup de restrictions ; elle s’emploie de fait avec une minorité des verbes. Ainsi, elle ne se conjugue pas avec les verbes ̄ɔ ‘descendre’, kpʌ̀ŋ ‘secouer’, bhʌ̋nŋ ‘avaler’, et bien d’autres.

467Il n’y a pas de construction négative analogue du progressif dépendant.

46816) Impératif

469La formule: MPP impérative + verbe à ton de base.

470Exprime un ordre ou un souhait. L’impératif ne se conjugue qu’avec les personnes qui incluent la 2ème pers., donc les deux personnes inclusives ainsi que les 2èmes personnes du singulier et du pluriel :

(92)

Kȁ

dɔ̄

gbȁn

gɔ̏ !

2pl.imp

mettre

1sg.nsbj

appui

à

471‘Soutenez-moi!’ (aux élections, etc.)

(93)

Kwȁ

tɔ̏

dhʌ́n

gba̋n

yɛ̋

do.

1pl.incl.imp

3sg.nsbj

poulet

enfant

cuisse

casser

finalement

472‘Cassons finalement les pattes du poulet !’ (c.-à-d. : finissons l’affaire !).

473A la 2e personne du singulier, la MPP peut ne pas être exprimée (« une MPP zéro »), dans ce cas l’ordre a un caractère plus catégorique.

47417) Subjonctif

475La formule: MPP subjonctive + verbe à ton de base.

476Le plus souvent, cette construction est introduite par la conjonction kɤ̄ (souvent fusionnée avec la MPP suivante). Elle exprime la valeur du but, du devoir, de l’injonction :

(94)

Dhūn

kɤ̄

kwá

kwā

dhi̋dhi̋

dőŋ

ka̋n.

venir

smlt

1pl.incl.sbjv

1pl.incl.nsbj

salive

visqueux

couper

477‘Viens, prenons le petit déjeuner’.

(95)

Dɔ̄

dhɛ̏

gbéȅ

káa

bō.

mettre

1sg.nsbj

devant

très

smlt.1sg.sbjv

1sg.nsbj

finir

478‘Aide-moi bien, pour que je finisse.’

479Là où on doit exprimer deux ordres consécutifs, le premier sera à l’impératif, et le second au subjoncitf :

(96)

Dhūn

kɤ̄

kwá

kwā

dhi̋dhi̋

dőŋ

venir

smlt

1pl.incl.sbjv

1pl.incl.nsbj

salive

substance.visqueuse

ka̋n.

couper

480‘Viens, prenons le petit-déjeuner.’

481De la même façon, tout ordre exprimé par une prédication non-initiale de l’énoncé est au subjonctif :

(97)

Yȁ

kʌ̄

dhɛ̀

bhá

dhi̋ʌʌ,

kíi

dhūn.

3sg.prf

faire

que

2sg.prf

3sg.nsbj

écraser

smlt.2sg.sbjv

venir

482‘Quand tu l’auras écrasé, viens.’

483Là où le subjonctif exprime un ordre indirect, il n’est pas introduit par la conjonction kɤ̄ :

(98)

Yɤ̏

yáȁndhūn

tɔ̀n.

3sg.sbjv

s’asseoir

maintenant

484‘Qu’il s’asseye maintenant.’

48518) Subjonctif négatif

  • 27 Dans certains cas, le verbe notionnel est employé dans sa forme de base, sans suffixe tonal.

486La formule : MPP subjonctive négative + verbe auxiliaire dhó + l’infinitif du verbe notionnel.27

487C'est un analogue négatif de l’impératif et du subjonctif. Le subjonctif négatif exprime une interdiction directe ou indirecte.

(99)

Bhá

dhó

dhīaŋ

zʌ̄

kèȅ

tȁ !

2sg.prh

aller

parole

tuer

1sg.nsbj

occiput

sur

488‘Ne parle pas dans mon dos !’

(100)

Kɤ̄

dhēbʌ̏dhʌ́n

bhā

yá

dhó

ɤ̄

dȅ

zʌ̄

smlt

femme

art

3sg.prh

aller

refl.sg

même

tuer-inf

489‘Pour que la femme ne se suicide pas…’

49019) Subjonctif ultérieur

491La formule : Conjonction kɤ̄ + subjonctif du verbe gūn + l’infinitif du verbe notionnel.

492Cette construction exprime un ordre qui suit un autre ordre :

(101)

Kwȁ

pʌ̄

bhɤ̏

bhlɛ̏ɛsɯ̏

kɤ̄

kwá

gūn

1incl.pl.imp

chose

manger

premier

smlt

1incl.pl.sbjv

être.pst

wē

bhɯ̄n’.

vin

boire-inf

493‘Mangeons d’abord, avant de prendre du vin.’

49420) Irréel (contrefacuel)

495La formule de la deuxième proposition (l'apodose) : MPP existentielle + verbe auxiliaire gūn ‘être dans le passé’ (à ton extra-bas) + MPP prospective + verbe notionnel dans sa forme de base. Dans la première proposition (la protase), la présence de la particule dhún est obligatoire.

496La construction exprime une action hypothétique qui ne peut plus se réaliser, parce que les conditions nécessaires n’ont pas été réunies, et que le moment approprié est passé.

(102)

Gɔ̄

bhā

yɤ̏

dɔ́ɔ̏ndhȕn

dhún,

yɤ̏

gūn

voiture

art

3sg.exi

s’arrêter\neut

déjà

3sg.exi

être.pst\neut

yɤ̄ɤ

kʌ̄

sʌ̏.

3sg.pros

faire

bien

497‘Si la voiture s'arrêtait, cela serait bien.’

498Négation de l’irréel. La protase : MPP négative imperfective + gūn en forme de base + MPP prospective + verbe notionnel sous sa forme lexicale. A la fin de l'apodose, la particule dhún est obligatoire.

(103)

Yȁ

kʌ̄

dhɛ̀

yɤ̏

kɔ̏n

ɤ̄

bhā

gīzābhɛ́n

3sg.prf

devenir

que

3sg.exi

rater\neut

refl.sg

poss

examen

ká

dhún,

kɤ̄

kwáa

gūn

kwāa

dhó

avec

déjà

que

1pl.incl.neg.ipfv

être.pst

1pl.incl.pros

aller

Dándhándhɤ̄

dhīa̋.

Danané

demain

499‘S’il ratait son examen, nous n’irions pas à Danané demain.’

50021. Présomptif

501La formule: MPP présomptive + opérateur dhȕn + verbe en infinitif. La construction exprime les valeurs évidentielles : présomptive (le locuteur fait le jugement en se basant sur ses connaissances de l'ordre des choses et des prémisses), inférentive (le locuteur fait le jugement en se basant sur des indices indirectes) ou probabilitive (le locuteur considère l'évenement comme hautement probable).

(104)

Gwēe

yāȁ

dhȕn

gā’.

léopard

3sg.prsm

prsm

mourir\inf

502‘Sans doute, la panthère est déjà morte’.

503Négation du présomptif : MPP négatif du passé + opérateur dhȕn + verbe en infinitif.

(105)

Gāadíɛ̏n

yíi

dhȕn

kō

yɤ̄’.

gardien

3sg.neg.pst

prsm

1du.incl.nsbj

voir\inf

504‘Sans doute, le gardien ne nous a pas vus’.

50522. Séquence négative

506La formule de la construction : MPP de séquence négative + verbe auxiliaire dhó ~ dhɤ́ + verbe notionnel en infinitif. Cette construction apparaît dans l'apodose d'une phrase conditionnelle.

(106)

Kɤ̄

ɯ́

gbā

wʌ́ʌ̏

ká,

bhí

dhɤ́

smlt

2sg.sbjv

1sg.nsbj

donner

argent

avec

2sg.neg.cns

aller

gā’.

mourir\inf

507‘Si tu me donnes d'argent, tu ne mourras pas’.

3.8.4. Dérivation et composition verbale

3.8.4.1. Préverbes

508Le modèle dérivationnel le plus fréquent est l’adjonction des préverbes. La plupart des préverbes sont liés étymologiquement aux postpositions et/ou aux noms à valeur locative :

509̏ nom : ‘tête’, postposition : ‘à, pour’, etc., préverbe : gɔ̏-dɔ̄ ‘achever’ ;

510dhi̋ɤ nom : ‘bord, sommet’, postposition : ‘devant ; jusqu’à’ ; préverbe : dhi̋ɤ-ga̋n ‘attendre’, etc.

511Dans la langue moderne, ces correspondances sont irrégulières : certaines postpositions n’ont pas de préverbes correspondants, et vice-versa ; il en va de même des correspondances entre préverbes et noms.

512Il y a cependant des préverbes qui proviennent de noms à valeur non-locative : pʌ̄ ‘chose’ + kʌ̄ ‘faire’ → pʌ̄-kʌ̄ ‘réparer’, ‘fabriquer’ ; dīn ‘goût’ + gȁ ‘regarder’ → dīn-gȁ ‘goûter’, etc. Il y existe aussi des préverbes qui n’ont pas de correspondances avec des noms ou avec des postpositions : dhɛ̄ɛ̋ (dans dhɛ̄ɛ̋-kpɔ́ ‘demander’, ‘poser question’), yēe (dans yēe-kʌ̄ ‘revenir’).

513Par défaut le préverbe se place immédiatement devant la base verbale :

(107a)

Gbȁtȍ

yȁ

ɤ̄

bhā

dhēbʌ̏

tȁ-kún.

Gbato

3sg.prf

refl.sg

poss

femme

surface-attraper

514‘Gbato a aidé sa femme.’

515Mais la particularité frappante des préverbes en dan de l'Est est leur capacité à être séparés de leurs bases verbales par les éléments divers (les marques prédicatives pronominales, le focalisateur, la marque du pluriel, l’article, des adjectifs…), ce qui laisse cependant intacte leur liaison sémantique avec les bases. Plus précisement, les déterminants et les adjectifs intercalés entre le préverbe et la base portent sur l’ensemble du verbe composé :

(107b)

Gbȁtȍ

yȁ

ɤ̄

bhā

dhēbʌ̏

tȁ-dhȕn

kún.

Gbato

prf

refl.sg

poss

femme

surface-pl

attraper

516‘Gbato a aidé sa femme plusieurs fois’, plutôt que *« Gbato a attrapé plusieurs surfaces de sa femme ».

(107c)

Gbȁtȍ

yȁ

ɤ̄

bhā

dhēbʌ̏

tȁ

sɛ̄ɛ̋ndhʌ́n

kún.

Gbato

prf

refl.sg

poss

femme

surface

petit

attraper

517‘Gbato a un peu aidé sa femme’, plutôt que *« Gbato a attrapé la petite surface de sa femme ».

(107d)

Gbȁtȍ

yȁ

ɤ̄

bhā

dhēbʌ̏

tȁ

bhā

kún.

Gbato

prf

refl.sg

poss

femme

surface

art

attraper

518‘Gbato a aidé sa femme de façon préméditée’, ‘Gbato a aidé sa femme, comme prévu.’

519Ces exemples attestent clairement que la liaison des préverbes avec leurs bases verbales est beaucoup plus forte qu’avec les groupes nominaux du complément d’objet direct, ce qui nous permet de considérer les préverbes comme des parties intégrantes des verbes.

3.8.4.2. Dérivation postverbale

520Un autre modèle de la dérivation verbale est l’adjonction d’une postposition à droite du radical verbal. Nous n’avons relevé que deux verbes de ce type : pɛ̋ ‘se fendre’ → pɛ̋-gɯ́ ‘diviser’ ; slʌ̄ʌ ‘tourner (virer)’ → slʌ̄ʌ-gɯ́ ‘tourner (pivoter)’. Dans la construction résultative, la postposition gɯ́ peut être séparée (facultativement) de la base verbale par la postposition ká (qui fait partie de la construction résultative) :

(108a)

Tɛ̋ɛpʌ̏-dhȕn

wȍ

pɛ̋-sɯ̏

ká

gɯ́

yȉisīɤ.

créature-pl

3pl.exi

fendre-ger

avec

3sg.nsbj

dans

quatre

521‘Les créatures animées se subdivisent en quatre groupes.’

522On peut dire également :

523(108b) Tɛ̋ɛpʌ̏-dhȕn wȍ pɛ̋-gɯ́-sɯ̏ ká yȉisīɤ.

524Seule la base verbale (pɛ̋, slʌ̄ʌ) change son ton en aspect neutre.

3.8.4.3. Dérivation en –dhūn

525Un petit groupe de verbes (tous à structure CV) désignant des positions du corps produit des formes dérivées selon le modèle suivant : la voyelle de base est redoublée, parfois modifiée et, plus ou moins facultativement, nasalisée ; le ton de la base modifée devient H-eB ou eH-eB ; un élément –dhūn est rajouté à droite. Le verbe dérivé désigne le plus souvent un changement de position :

526dɔ̄ ‘mettre, se mettre ; rester’ dɔ́ɔ̏ndhūn ‘s’arrêter’,

527wɔ̄ ~ wɔ̏ ‘se coucher, mettre’ → wáȁndhūn, wáȁdhūn ‘se coucher’,

528yȁ ‘être assis, mettre’ → yáȁndhūn, yáȁdhūn ‘s’asseoir’.

529Dans certains cas, on ne trouve que les verbes « dérivés » et pas de verbe de base correspondant : gblʌ̋ʌ̏dhūn ‘se prosterner’, dháȁndhūn ‘courber (la tête)’.

530Dans la construction de l'aspect neutre, seul le ton de la deuxième composante dhūn change : dɔ́ɔ̏ndhȕn, wáȁndhȕn, etc. Cela nous fait penser que cette composante a pour origine le verbe dhūn ‘venir’ ou son homonyme dhūn ‘donner’, tandis que la composante initiale a pour origine une forme nominalisée du verbe notionnel.

3.8.4.4. Redoublement

531En dan-gouèta il y a trois types de redoublement des verbes.

5321) Le redoublement complet peut exprimer soit la pluralité d'action (l'action qui se reitère), soit la pluralité d'objets, soit la pluralité des acteurs, soit une combinaison des deux.

(109)

Yɤ̏

bhlɯ̏n

bhìɤɤ-bhìɤɤ-dhȁan,

kɛ̋ɛŋ

yáa

3sg.exi

riz

piler~mltpl-prog

mais

3sg.neg.ipfv

3sg.nsbj

flɤ̋.

blanchir

533‘Elle pilait le riz (une grande quantité) longuement, mais elle ne l'a pas blanchi’.

(110)

Dhʌ́n-dhȕn

wȁ

bȉn-bȉn.

enfant-pl

3sg.prf

cacher~mltpl

534‘Les enfants se sont cachés.

535Dans la construction de l'aspect neutre ou conjointe, les deux parties d'un verbe redoublé subissent la modification tonale.

(111)

Yȁ

gèè

bāȁ-bāȁ.

3sg.prf

fétiche

décorer~mltpl

536‘Il a décoré les fétiches.’ →

(112)

... ɤ́

gèè

bàà-bàà.

3sg.jnt

fétiche

décorer~mltpl\jnt

537(le même sens, dans une construction conjointe).

538Lorsque le redoublement complet concerne un verbe à préverbe, c'est l'ensemble de la forme qui subit le redoublement.

(113)

Yȁ

ɤ̄

kɔ̏

bhȁ-pā-bhȁ-pā.

3sg.prf

refl.sg

main.cmm

sur-laper-sur-laper

539‘Il a léché sa main’ (chaque doigt).

540Moins de la moitié de tous les verbes du dan de l'Est subissent le redoublement complet.

5412) Le redoublement vocalique (le rallongement de la voyelle), sans modification tonale, exprime l'idée de l'intensité, complétude ou grande durée de l'action.

542Pour les verbes à voyelle simple, il s'agit d'une triplication de la voyelle :

543ga̋n tirer’ → ga̋aan ‘tirer avec une force et pendant longtemps’.

544La voyelle double devient triple :

545gwʌ̀ʌ ‘durer’ → gwʌ̀ʌʌ ‘trop durer’.

546Dans les verbes à trois voyelles, les deux dernières sont toujours identiques. Le rallongement produit une voyelle finale triple, ex. :

547pīɤ̏ɤ ‘s'enrouler’ → pīɤ̏ɤɤ ‘s'enrouler solidement, à beaucoup de tours’.

548Si on verbe se termine en –ŋ, le redoublement concerne à la fois le –ŋ et la voyelle précédente :

549dhʌ̀nŋ ‘coller’ → dhʌ̀ʌnŋŋ ‘se coller fortement’, klòŋ courber klòoŋŋ ‘courber avec l'effort’.

550Les verbes à préverbes ont, le plus souvent, la voyelle de leur préverbe allongée :

551dhɛ̄ɛ̋-kpɔ́ ‘interroger’ → dhɛ̄ɛ̋ɛ-kpɔ́ ‘interroger avec l'insistance’.

552Plus rarement, l'allongement concerne la voyelle de la base verbale :

553gɯ́-blɯ̄ɯ̏ ‘fouiller’ → gɯ́-blɯ̄ɯ̏ɯ fouiller longuement.

554Les verbes pour lesquels ce type d'allongement vocalique est possible sont relativement peu nombreux.

5553) Le redoublement de voyelle accompagné d’une modification tonale concerne un petit groupe de verbes, presque tous de structure CV, à ton extra-haut, souvent à sémantisme de destruction ou de démembrement. Un seul verbe de ce groupe a une structure ClV, et en même temps un sens différent, c’est gbla̋ ‘crier’ (de douleur).

556Pour presque tous ces verbes, il s’agit du redoublement à valeur d’intensif (parfois accompagné d’une modification sémantique) ; le ton devient Moyen-Extra-bas :

557gbla̋ ‘crier (de douleur)’ → gblāȁ ‘crier (contre quelqu’un)’,

558kwa̋n ‘éplucher’ → kwāȁn ‘gratter’,

559pɛ̋ ‘se fendre’ → pɛ̄ɛ̏ ‘se fendre partout’.

3.9. Adverbes

3.9.1. La syntaxe des adverbes

560Les adverbes déterminent les verbes et, plus rarement, des adjectifs (pűu pőpő ‘blanc comme la neige’).

561Ils se caractérisent par leur position à droite du verbe. Si le verbe a un circonstant exprimé par un groupe nominal avec une postposition ou par un nom locatif, la plupart des adverbes peuvent soit le précéder soit le suivre :

(114)

Yȁ

dhūn

yī

gɔ̏

pɤ̂dhɤ̄

dȅe.

3sg.prf

venir

1pl.excl.nsbj

poss.loc

village.loc

récemment

562‘Il est venu dans notre village récemment’.

563Cette phrase est l’équivalent de Yȁ dhūn dȅe yī gɔ̏ pɤ̂dhɤ̄.

564Certains adverbes (plutôt une minorité) peuvent être transposés dans la position au début de l’énoncé :

(115)

Kpɛ̏kpɛ̏wō

yī

dhʌ̀n

ɤ́

zʌ̄.

constamment

sommeil

foc

3sg.jnt-3sg.nsbj

tuer\jnt

565‘Il dort constamment’.

566Cette phrase est l’équivalent de Yī dhʌ̀n ɤ́ zʌ̄ kpɛ̏kpɛ̏wō.

3.9.2. Les types morphologiques d’adverbes

567Selon leurs formes morphologiques, les adverbes peuvent être divisés en trois groupes :

568a) Plus d’une moitié d’adverbes sont des adverbes à suffixe ‑dhɤ̄ qui sont surtout des adverbes de manière. Étymologiquement, le suffixe –dhɤ̄ est proche du suffixe du cas locatif des noms locatifs (cf. 3.3.1). On peut supposer que ce suffixe a pour origine une postposition.

569b) Adverbes à suffixe –wō ~ -bhō, dérivés d’adjectifs ou de déterminants : bhá ‘autre’ → bháwō ‘de nouveau’ ; dȅdȅ ‘véritable’ → dȅdȅwō ‘très, véritablement’ ; yāa ‘mauvais ; incomparable’ yāawō ‘très’. Pour certais adverbes, l'étymologie est incertaine, ex. : kpɛ̏ɛwō ~ kpɛ̏ɛbhō ‘toujours’ (probablement, de kpɛ̏ɛ ‘le reste’), dhȕnwō ‘parfois’ (probablement, de dhȕn marque du pluriel). Sans doute, le suffixe provient des « verbes légers » wō ‘faire’ et bhō ‘enlever’.

570c) Adverbes non-suffixés. Certains d’entre eux sont dérivés d’adjectifs par conversion : dȅe ‘nouveau’ → ‘récemment’, gbe̋ȅ ‘difficile’ → ‘très (difficile, sévère)’, sʌ̏ ‘bon’ → ‘bien’, etc. D’autres sont originaux : pɤ́ ‘aussi’, sìʌ ‘parfois’, tɔ̀n ‘enfin’, wɛ̋ɛ ‘vainement’, etc.

571d) Restricteurs : ils se distinguent des autres adverbes par leur grande mobilité syntaxique. Ils peuvent déterminer les verbes, les adjectifs, les numéraux, les adverbes.

572Les restricteurs sont peu nombreux et chacun possède ses propres particularités. dōsēŋ ~ dōsɛ̄nŋ ‘seulement’ a une forme intensive dōsēŋsēŋ et peut déterminer un groupe nominal, un verbe ou un énoncé entier. Dans cette dernière fonction, il a une grande mobilité. Ainsi, dans la phrase suivante, le restricteur peut être placé après gɔ̏ ou après dhūn sans aucune modification du sens :

(116)

dhɛ̏

gɔ̏

dōsɛ̄ŋ

kɤ̄

1sg.exi

3sg.nsbj

demander

3sg.nsbj

à

seulement

smlt

yɤ̏

dhūn.

3sg.sbjv

venir

573‘Je lui ai seulement demandé de venir.’

574Cela vaut également pour les restricteurs zʌ̏wō ‘quant à’, zȉaanwō ‘tout un…’, zɔ̀ɔ ‘même si, mais comment…’. Ce dernier va de pair avec la particule wȁ toujours placée en fin de l’énoncé :

(117)

Wȍ

kœ̏œŋ

dō

zɔ̀ɔ,

kɛ̋ɛ

wáa

bhɔ̀ɔn

3pl.exi

dix

un

mais.comment

mais

3pl.neg.ipfv

pouvoir

bhȁ

kɤ̄

wȍ

yʌ̄

bhā

kʌ̄

wȁ !

3sg.nsbj

sur

smlt

3sg.sbjv

travail

art-3sg.nsbj

faire

exactement

575‘Ils sont exactement dix, et ils ne peuvent pas faire ce travail !’

576Dans cet énoncé, l’élément zɔ̀ɔ peut être mis dans la position après bhɔ̀ɔn, après bhā ou devant wȁ.

577e) On trouve en dan-gouèta des adverbes composés provenant de la fustion des noms avec des postpositions, ex. yʌ́nŋ̏gɯ́ ‘dans la journée’, kwɛ̀ŋzɯ́ ‘autrefois’.

3.9.3. Adverbes locatifs deïctiques

578Le dan-gouèta a cinq adverbes locatifs (qu'on peut considérer comme des pronoms adverbiaux) : yɤ̄, yā, bhā, bhɯ̄n, tīȉdhɤ̏ ~ tīȉdhē. Ils se distinguent (i) par le degré d’éloignement par rapport aux participants de la communication, (ii) par l’indication d’une localisation exacte ou approximative, et (iii) par quelques autres nuances.

5791) yɤ̄ (le ton devient haut, yɤ́, lorsque le mot précédent se termine par un ton moyen) indique un endroit près du locuteur ou équidistant du locuteur et de son interlocuteur, dans tous les cas, permettant la visibilité des communicants : Dhūn yɤ́ ! ‘Viens ici !’ Ɯ̄ bhā glɛ̄ɛ̋ yȁ yɤ̄. ‘Mets ton sac ici.’ Gó n̄ gɔ̏ yɤ̄ ! ‘Fiche le camp ! (litt. : ‘Quitte pour moi ici !’)

5802) yā désigne la même position spatiale que yɤ̄ par rapport aux communicants, la différence entre les deux adverbes est la suivante :

581yā indique une position statique, tandis que yɤ̄ peut également indiquer la direction de mouvement ;

582yā n’apparaît que dans les énoncés comportant une focalisation, ce qui n’est pas obligatoirement le cas de yɤ̄.

583Yā et yɤ̄ ont développé une fonction qui les rapproche des pronoms demonstratifs :

(118)

Dhȁa

ɤ́

yā/yɤ̄

sɯ́.

couteau

rel.3sg.jnt

ici/ce

3sg.nsbj

prendre

584‘Prends ce couteau.’

585En fait, la construction dhȁa ɤ́ yā/yɤ̄ ‘ce couteau’ a la structure d’une phrase relative, « le couteau qui est ici ». Mais le plus souvent, dans la parole, le relativiseur ɤ́ est omis : Dhȁa yā/yɤ̄ ȁ sɯ́.

5863) bhā (change le ton moyen en ton haut lorsque le mot précédent se termine par un ton moyen) indique un endroit près de la personne à qui l’on parle ; que cet endroit soit visible ou invisible pour le locuteur. Tout comme yā et yɤ̄, bhā peut désigner un endroit éloigné des deux interlocuteurs, mais tout de même visible par les deux. La différence réside dans le fait que yā et yɤ̄ sont employés lorsque l’endroit en question peut être montré de la main ou du doigt ; sinon, on emploie bhā.

587Tout comme yā et yɤ̄, bhā a développé une fonction de pronom démonstratif :

(119)

bhȁnwɔ̏n

yɤ̏

dhȁa

bhā

bhȁ.

1sg.nsbj

besoin

2sg.exi

couteau

là-3sg.nsbj

dans

588‘J’ai besoin de ce couteau-là.’

589Une évolution ultérieure a amené bhā jusqu’à la fonction de l’article défini (voir la division « Déterminants »).

5904) bhɯ̄n (le ton moyen est remplacé par un ton haut lorsque le mot précédent se termine par un ton moyen) a deux emplois principaux :

591– désignation d’un endroit connu des locuteurs, mais hors de leur vision ; un endroit qui peut être décrit, mais pas montré du doigt ;

592bhɯ̄n exprime un mouvement dont le point de départ se trouve près du locuteur, et dont le point d’arrivée est inconnu :

(120)

Bhɤ̏

ɯ̄

bhɤ̋

yɔ̀ɔn

bhɯ̄n !

2sg.imp

2sg.nsbj

même

bouger

593‘Pousse-toi un peu là-bas !’

5945) tīȉdhɤ̏ ~ tīȉdhē désigne un endroit éloigné, à la limite de la sphère de visibilité ou un peu en dehors de cette limite, dont on connait la direction, mais pas la localisation exacte. L’emploi de cet adverbe s’accompagne obligatoirement d’une indication de la main ou du doigt. Une forme intensive tīiti̋dhɤ̏ renforce davantage l’idée de l’éloignement.

595Il y a deux adverbes de correction locative (conjuguée avec une focalisation) qui se combinent forcement avec d’autres circonstants locatifs : yʌ̀n donne une localisation plus approximative, et dhàȁn une indication locative plus exacte :

596(121a) Bhɤ̏ dhūn yɤ́ yʌ̀n ! ‘Viens ici!’ (un espace large entourant le locuteur est sous-entendu).

597(121b) Bhɤ̏ dhūn yɤ́ dhàȁn ! ‘Viens ici!’ (un endroit exact, à côté du locuteur est sous-entendu).

5983.9.4. Redoublement des adverbes

599Beaucoup d'adverbes peuvent être redoublés, ce qui leur donne une valeur d’intensif : kpɛ̄ɛnŋdhɤ̄ ‘complètement, exactement’ → kpɛ̄nŋkpɛ̄nŋdhɤ̄ ‘jusqu’à complète satisfaction’, tīȉdhɤ̏ ~ tīȉdhē ‘là-bas’ (loin) → tīiti̋dhɤ̏ ‘là-bas’ (très loin, à peine vu), zīi ‘depuis longtemps’ → zīii ‘depuis très longtemps’ (l'intensif) → zīkki̋zȉkȉ ‘depuis très-très longtemps’ (le superintensif), etc. Même certains adverbes composés peuvent être redoublés, ex. :

(122)

Tɔ̏

gɔ̄n

yɤ̏

dhɛ̏ɛdhi̋ɤ

bhȍ

poulet

mâle

3sg.exi

chant.de.coq

enlever-neut

yʌ́nŋ̏-gɯ́-yʌ́nŋ̏-gɯ́

soleil.cmm-dans-soleil.cmm-dans

600‘Le coq pousse des cocoricos toute la journée (sans cesse).’

601Lors du redoublement, des adverbes en –dhɤ̄ et en –wō ~ -bhō, seule la base est répétée, et non pas le suffixe : zádhɤ̄ ‘brusquement’ → zázádhɤ̄ vite, lɛ̋ɛdhɤ̄ lentement lɛ̋ɛɛdhɤ̄ ‘très lentement’ (l'intensif) → lɛ̋ɛlɛ̋ɛdhɤ̄ ‘très-très lentement’ (le superintenstif) ; bháwō ‘de nouveau’ → bhábháwō ‘et encore, de nouveau’ (l'intensif).

3.10. Déterminants

602Un déterminant suit le groupe nominal ; il ne peut pas s’intercaler entre le nom et l’adjectif ou le numéral. Les déterminants constituent une classe fermée, et pourtant, assez hétérogène quant à leur comportement morphologique.

3.10.1. Déterminants à statut pragmatique

603Cette sous-classe inclut les focalisateurs dhʌ̀n et dhɯ̄n, le topicalisateur zʌ̏, les articles définis bhā et dhɔ̀ɔ, les pronoms démonstratifs yā et yɤ̄. Ces déterminants demandent une reprise pronominale (le groupe nominal avec un déterminant de ce type doit être suivi d’un pronom personnel qui réfère à ce groupe ; cependant, ce pronom est souvent élidé en discours) :

(123)

… yɤ̏

gbő

bɔ̄-sīʌ

kɔ́

ɤ́

bhā

gɯ́.

3sg.exi

pleurs

passer-dur

maison

rel.3sg.jnt

art

3sg.nsbj

dans

604‘… il pleure dans la maison’…

605Les constructions avec ces déterminants (sauf probablement zʌ̏ ) ont sans doute pour origine des propositions relatives, et ces déterminants proviennent des adverbes.

606Le déterminant pronominal interrogatif bhɛ̏ɛn ‘quel ? lequel ?’ est proche de ce groupe, mais sa reprise pronominale semble être lexicalisée (elle dépend du contexte).

3.10.2. Déterminants quantificateurs28 et autres

  • 28 Pour l'analyse détaillé des déterminants quantificateurs, voir (Vydrin 2017).

607Les autres déterminants n’exigent pas de reprise pronominale. Ils ont chacun des caractéristiques propres, par exemple :

  • 29 Il y existe en dan-gouèta un adjectif wɛ̋ɛ dont le sens est très proche de bhá, mais qui se distin (...)

608bhá ‘un certain’ ; ‘aucun’ (avec la négation) ; ‘autre’.29 À la différence des autres déterminants, bhá peut être suivi de la marque du pluriel : Dhēbʌ̏ bhá-dhȕn wȁ dhūn. ‘Certaines femmes sont venues.’ La position de la marque du pluriel peut varier modifiant le statut pragmatique du groupe nominal : s’il suit le déterminant bhá, le groupe nominal est « faiblement déterminé » (le locuteur connaît les femmes, mais il pense que son interlocuteur ne les connaît pas). Si la marque du pluriel se met entre le nom et bhá, le statut du groupe nominal est indéterminé : Dhēbʌ̏-dhȕn bhá wȁ dhūn. ‘Des femmes / quelques femmes sont venues.’

609gbàn ‘tous’, ‘tout, entier’, ‘chaque’. Ce déterminant fusionne régulièrement avec le pronom 3sg.prf : gbàn + yȁ gbàan. Il se combine souvent aussi avec l’adverbe pɛ̋pɛ̋ pour rendre les sens ‘tout’ et ‘chaque’ :

(124)

Dhɛ̀

ɤ́

pʌ̄

gbàn

pɛ̋pɛ̋

dhūn

dhēbʌ̏dhʌ́n

dhɛ̏…

que

3sg.jnt

chose

tout

chaque

donner-jnt

femme

devant

610‘Lorsqu’il a donné toutes les choses à la femme…’

611Pour rendre le sens « tous », on peut placer la marque du pluriel ‑dhȕn entre le nom et le déterminant gbàn, mais cette marque est facultative : Dhūn tɔ̏-dhȕn gbàn ká ou Dhūn tɔ̏ gbàn ká ‘Apporte tous les poulets.’

612dè ‘même’ (« correcteur des attentes de l’adressé »). Le pronom personnel qui va avec ce déterminant apparaît sous sa forme contrastive :

(125)

Bhānŋ

dè

pɤ́,

bhán

pɛ̀nŋ

dhɔ́.

1sg.cntr

même

aussi

1sg.prf

aubergine

acheter

613‘Moi aussi, j’ai acheté des aubergines.’

614D'autres déterminants : bhɤ̋ même’, bhɤ̋dhʌ́nbhá un peu, dèbɤ̋ɤmême ; exactement’, dèe, dȅdȅ même, dō ‛un, certain’, dódópeu nombreux ; rares ; certains ; différents’, dhʌ̀n ~ dhɯ̄n — marqueur de la focalisation contrastive, dhʌ́nbhá un peu’, dhɛ́ ‛l'autre (d'un paire d'objets), gbe̋ŋseulement’ (avec des numéraux)’, kɛ̋ɛ peu’, sēŋseulement’ (avec des numéraux).

3.11. Postpositions

615Les postpositions marquent des relations syntaxiques, le plus souvent entre le verbe et un groupe nominal subordonné ; plus rarement, entre des noms (ou des groupes nominaux).

616Les postpositions expriment, avant tout, des localisations spatiales dont leurs autres sens peuvent être dérivés. Les postpositions en dan (à la différence des prépositions françaises) ne distinguent pas la position statique du mouvement en direction ou de la provenance d’un lieu ; ces différences sont normalement exprimées par les verbes :

(126)

Dhűu

yȁ

yȁ

dhāŋ̏

bhȁ.

nuage

3sg.prf

mettre

ciel

sur

617‘Les nuages ont couvert le ciel.’

(127)

bȍbȉ

bhȍ

gblȍo

bhȁ.

1sg.exi

poussière

enlever\neut

siège

sur

618‘J’essuie la poussière du siège.’

(128)

Gbȁtȍ

yɤ̏

dūn-sīʌ

bhīʌ̋

bhȁ.

Gbato

3sg.exi

suspendre-dur

corde

sur

619‘Gbato est suspendu à une corde.’

620La relation étymologique de la plupart des postpositions avec des noms (le plus souvent, des noms des parties du corps) est évidente.

  • 30 Pour leur sémantisme plus détaillé, voir le Dictionnaire. Les équivalents français présentés ici ne (...)

621Voici la liste des postpositions dan-gouèta, avec de brèves indications de leurs sens30 :

622bhȁ ‘sur’, bhàa ‘à’ (l’eau)’ ; ‘chez’ ; dhɛ̏ ‘devant’, ‘à’ ; dhi̋ɤ ‘devant, en face de, avant’ ; gɔ̏ ‘à’, ‘pour’ ; gɯ́ ‘dans’, ká ‘avec’, ‘par’, etc. ; kèŋ̏ ‘après’, kósɔ̏n ‘à cause de’, kɔ̄ɔ, kœ̄œ ‘par’ ; pi̋ɤ ‘chez’, plɤ̀ɤ ‘chez’, sòȍtȁ ‘à califourchon’, sɔ̋ɔ ‘à côté de’, sɯ́gɯ́ ‘pour’, ‘au profit de’, tȁ ‘sur’ ; tàa ‘sur’ ; tàabhȁn ‘derrière, après’ ; wlɤ̀ɤ ‘sous’, zìnŋgɯ́ ‘entre’, zlɤ̀ɤ ‘derrière’, ‘au dela’, zɯ̏ ‘autour de’.

623Cinq postpositions ont des formes redoublées à valeur d’intensif ou de pluralité qui porte sur le verbe ou sur un de ses arguments (une action multiple ; la pluralité des objets ; une intensité de l’action…) : kèŋ̏kèŋ̏ ‘après’, pi̋ɤpi̋ɤ ‘chez’, sɔ̋ɔsɔ̋ɔ ‘près de’, tàaabhȁ (l'intensif), tàata̋bhȁn ou tàaata̋bhȁ ‘derrière’, zɯ̏zɯ̏ ‘autour de’.

3.12. Conjonctions

624Les conjonctions marquent des relations syntaxiques entre les propositions, et aussi, la relation de coordination, entre les groupes nominaux.

625bhàn ~ bhān ‘et’ est relativement rare en dan de l’Est, pour exprimer la coordination on utilise beaucoup plus les pronoms coordinatifs, voir 3.5. D’ailleurs, cette conjonction peut se combiner avec les pronoms coordinatifs.

626dhɛ̀ est une conjonction polyfonctionnelle qui apparaît a la fin de la proposition principale (précédant une proposition subordonnée) et qui introduit une proposition complément, temporelle ou comparative.

627dhi̋n ‘si’ (emprunté aux langues mandingues) introduit une proposition conditionnelle ou explicative.

628… dhɤ́, … dhɤ́ ‘et … et’ lie des groupes nominaux formant une énumération (là où il s'agit d'une liste fermée), avec une nuance distributive :

(129)

Yɔ̏

dhɤ́,

Zân

dhɤ́,

Gbȁtȍ

dhɤ́,

wȁ

dhūn.

Yo

et

Jean

et

Gbato

et

3pl.prf

venir

629‘Yo, Jean et Gbato sont venus’ (un à un).

630L’élément dhɤ́ a sans doute pour origine le verbe d’existence dhɤ́.

631dhɤ̋dhɤ̋ ‘jusqu'à ce que’ introduit une proposition temporelle et exige la construction conjointe.

632ɛ́ɛ̏n, ɛ́ɛn ‘sinon’, exprime une hésitation.

633i̋in ‘ou’ lie des propositions coordonnées mais pas des groupes nominaux.

634kɛ̋ɛ ~ kɛ̋ɛŋ ‘mais’, ‘bien que’ exprime les valeurs adversative ou concessive, parfois il introduit une proposition de précision. Elle peut être attestée avec les conjonctions yɤ́ et kɤ̄.

635kɤ̄ est une conjonction polyvalente (elle peut marquer une relation de subordination ou de coordination) à valeur générale de simultanéité, mais elle peut aussi exprimer d'autres valeurs grammaticales, en particulier, le but. Cette conjonction fusionne facultativement avec les marques prédicatives singuliers de la série subjonctive : kɤ̄ á káa pour que je…, kɤ̄ ɯ́ kíi ‘pour que tu…’, kɤ̄ ɤ̋ kɤ́ɤ ‘pour qu'il…’. Elle peut également fusionner avec les MPP prospectives.

636kɤ́ ‘même si’ lorsque le verbe de la proposition est dans la construction prospective ou celle de l'aspect neutre ; ‘avant que’ lorsque le verbe de la proposition est dans la construction subjonctive ; ‘même quand’ lorsque le verbe de la proposition est dans la construction du parfait.

637kɤ̄dhɤ̋ ‘pour que ne…’, une conjonction négative de but, qui exige la construction conjointe.

638kʌ̏dhɤ̋kɤ̄ ‘pour que’ introduit une proposition de but où le verbe est dans la construction subjonctive (affirmative ou négative).

639őo lie des groupes nominaux ou leurs composantes en exprimant une valeur universelle : ‘quel que soit…’, ‘tout …’.

640… ōo, … ōo ‘et … et’ lie des groupes nominaux en énumération non-exhaustive :

(130)

Yàobâ-dhȕn

wȍ

dhɛ̏

gbàn

pɛ̋pɛ̋

gɯ́ :

Bîyȁ-dhɛ̏

ōo,

Yacouba-pl

3sg.exi

place

tout

chaque

dans

Abidjan-cmm

et

Sa̋nŋpedloo-dhɛ̏

ōo,

Da̋lőa-dhɛ̏

ōo,

wȍ

bhɯ̄n.

San-Pedro-cmm

et

Daloa-cmm

et

3sg.exi

641‘Il y a des Yacouba partout : à Abidjan, à San-Pedro, à Daloa…’

642ɤ́, plus rarement kɤ́ introduit une proposition relative.

643ɤ́ introduit une proposition à valeur temporelle de simultanéité. Dans beaucoup de contextes, cette conjonction est facultative.

644pāsɤ́ ‘parce que’ (un emprunt au français), introduit une proposition subordonnée de cause.

645sa̋ndhìn ‘avant de’, ‘au lieu de’ (emprunté aux langues mandingues).

646yɤ́ ‘et’, ‘alors’ exprime une idée de séquence, il fusionne facultativement avec les pronoms singuliers de la série conjointe : yɤ́ áyáa, yɤ́ ɯ́yíi, yɤ́ ɤ́ yɤ́ɤ.

3.13. Particules phrastiques

647Les particules se placent à la fin de la proposition et expriment des valeurs modales : ȅe une question générale, wȁ un étonnement désagréable ou une affirmation insistante, dhɛ̋ un étonnement positif, wɛ̋ une irritation ou surprise, āa ‘eh bien’ (une impulsion), sá ‘quand même’ (une concession), etc.

3.14. Interjections

648Interjections ont une valeur holophrastique étant des mots équivalents des énoncés. Ils se subdivisent en :

649a) mots modaux, comme ìi ‘oui’, ȁbi̋n ‘non’, ɯ̋ɯn ‘non’ (familier), áabhōo ‘non’ (respectueux), ȁòo ‘oui!’ (réponse à une salutation),

650b) interjections propres, comme e̋ke̋ ‘hélas!’, yàá ‘tiens!’, yɤ̋ ‘mais comment ?!’, kpa̋sa̋kpōsō ‘oh-là-là!’, etc.

3.15. Pronoms non-personnels

651Les pronoms non-personnels en dan-gouèta ne constituent pas une partie de discours spécifique. C’est un groupe de mots embrayeurs qui se distribuent sur différentes parties de discours, selon leurs caractéristiques syntaxiques : dē ‘qui ?’ et bhʌ̏n ‘quoi ?’ sont des noms, kó ‘l’un l’autre’ est un nom locatif, dhɛ̀ ‘combien ?’ est un numéral, bhɛ̏ɛn ‘quel ? lequel ?’ est un déterminant, bhɛ́n ‘où ?’ est un adverbe. Les noms bhɛ̄n ‘personne’ et pʌ̄ ‘chose’ remplissent un rôle proche du rôle des pronoms indéfinis. Il y a deux « pro-verbes », ou verbes postiches, wō et bhō, qui se substituent au verbe notionnel lors de sa focalisation ou topicalisation.

4. Éléments de syntaxe

652Dans cette section, on se limitera à la présentation des constructions nominales et des énoncés simples. L'étude des phrases complexes n'est pas traitée dans cette esquisse grammaticale dont le but est plutôt de donner un aperçu des bases de la grammaire dan de l'Est.

4.1. Types de construction nominales

4.1.1. Construction génitivales sans connecteur

653Cette construction est composée de deux noms (le premier pouvant être remplacé par un pronom), en suivant l’ordre déterminant déterminé. La construction a deux variantes : « simple », lorsque la relation entre les deux noms est directe (non-marquée), et « à ton extra-bas » lorsque le ton lexical de la deuxième composante est remplacé par le ton extra-bas. La différence entre les deux variantes n’est pas stricte, elle peut être formulée en termes de tendances :

654a) lorsque la relation entre les membres de la construction sont du type « partie – tout », il s’agira plutôt de la construction « simple », et lorsque cette relation désigne l’objet entier, on utilisera la construction à ton extra-bas : bāa dhɯ̋ <manioc arbre> ‘tige de manioc’ et bāa dhɯ̏ ( dhɯ̋) ‘plante de manioc’ ; bīɤ sɔ̋n <éléphant dent> ‘défense d’éléphant’ et bīɤ wɯ̏ ( wɯ̄) <éléphant viande> ‘viande d’éléphant, corps d’éléphant’ ;

655b) les noms de sens plus générique sont plus aptes à porter un ton extra-bas en position de détarminé dans le syntagme génitival, cf. : tòo pʌ̏ <tô chose>‘plat du « tô »’ (une pâte malaxée) et bhlɯ̏n wɛ̋ŋ <riz gerbe> ‘gerbe de riz’ ;

656c) l’abaissement du ton du déterminé de la construction génitivale peut être en relation avec la position de la construction dans l’énoncé, il s’agit donc des facteurs rythmiques.

4.1.2. Construction génitivale à connecteur

657La construction à connecteur (une postposition liant les deux noms) est beaucoup moins fréquente dans les textes que la construction sans connecteur : bȕu bhȁ tɤ̋ŋ <harmattan sur temps>‘le temps de l’harmattan’.

658Une construction possessive peut être considérée comme une variante de la construction génitivale à connecteur. Par défaut, c'est la postposition bhȁ qui sert de connecteur :

659(131) Yɔ̏ bhȁ kɔ́ ‘maison de Yo’.

660Et si la construction possessive apparaît dans la position du circonstant locatif, le connecteur est le plus souvent gɔ̏.

(132)

Yȁ

gbʌ̏gā

dɔ̄

ɤ̄

gɔ̏

bhláā.

3sg.prf

ratière

mettre

refl.sg

poss.loc

champ.loc

661‘Il a mis une ratière sur son champ.’

4.1.3. Construction attributive

662La construction attributive est composée d’un nom (qui n’est que rarement remplacé par un pronom) et d’un adjectif. Un nom peut être déterminé par deux adjectifs (ou plus), dans ce cas, leur position relative est indifférente : gbɛ̂n tīi wɛ̋ɛ égale gbɛ̂n wɛ̋ɛ tīi ‘autre chien noir’. Par contre, les déterminants sont, eux, toujours postposés à l’adjectif : gbɛ̂n tīi bhá ‘autre chien noir’ (*gbɛ̂n bhá tīi est impossible).

663La marque du pluriel –dhȕn peut suivre le nom, l’adjectif ou les deux (cf. 3.2.2).

4.1.4. Construction superlative

664La construction superlative se compose de deux noms identiques connectés par une postposition (tȁ, bhȁ ou gɯ́) ; le ton lexical du deuxième nom est, le plus souvent, remplacé par l’extra-bas.

665Il y a deux types pour cette construction :

666– pour les noms à valeur numérique, avec la postposition tȁ : kʌ̄ŋ tȁ kʌ̏ŋ ‘des centaines’, gblɯ̋ tȁ gblɯ̏ ‘des milliers’ ;

667– pour quelques termes de parenté, l’insertion des postpositions ‌bhȁ ou gɯ́ sert à spécifier le degré élevé d’éloignement du parent par rapport à Ego : zláȁ bhȁ zlȁa ‘frère cadet/sœur cadette qui suit Ego par-dessus un’, zláȁ bhȁ zláȁ bhȁ zlȁa ‘frère cadet/sœur cadette qui suit Ego par-dessus deux autres’ ; zíɤ̏ɤ gɯ́ zíɤ̏ɤ gɯ́ zȉɤɤ ou zíɤ̏ɤ bhȁ zíɤ̏ɤ bhȁ zȉɤɤ ‘trisaïeul, arrière-arrière-grand-père’.

4.1.5. Construction nominale coordinative

668Cette construction est formée avec les pronoms personnels coordinatifs (voir 3.5.) et/ou avec la conjonction bhān ~ bhȁn. Un pronom coordinatif peut relier deux noms ou deux groupes nominaux :

(133)

Bhán

zē

tīi

wāȁ

zē

zœ̏œndhē

dhɔ́.

1sg.prf

haricot

noir

3sg.et

haricot

rouge

acheter

669‘J’ai acheté des haricots noirs et rouges.’

670Une construction nominale coordonnée peut être séparée par un verbe, de façon à ce que sa deuxième composante, avec le pronom coordinatif, soit reportée à droite du verbe : Bhán zē tīi dhɔ́ wāȁ zē zœ̏œndhē. (même sens que l’énoncé précédent).

4.2. Types d’énoncés non-verbaux31

4.2.1. Énoncé d’identification

671Ce type d’énoncé correspond aux formules suivantes :

672a) Sujet + copule bhɯ̏n (quand l’objet ou la personne en question est hors de la vue des interlocuteurs) ou bien

673(b) Sujet + copule bhā (quand elle est visible).

674Le sujet peut être exprimé par un groupe nominal (sans reprise pronominale) ou par un pronom personnel de la série autonome : N̄ dʌ̄ bhɯ̏n. ‘C’est mon père’ (qui a fait l’action en question); Yɤ̄ bhā. ‘C’est lui’ (celui dont on a parlé). Dans un énoncé présentatif négatif, le sujet est forcement suivi par une MPP imperfective négative : Bhɔ̏ɔn yáa bhɯ̏n. ‘Ce n’est pas une souris.’ L’équivalent négatif de l’énoncé d’identification à bhā est un énoncé verbal : Yɤ̄ yáa kʌ̄ dhɤ̋. ‘Ce n’est pas lui / Ce n’est pas ça.’

675Dans l’énoncé équatif, la copule bhɯ̏n est suivie d’un complément d’objet indirect construit avec la postposition ká : Bhlʌ̀ʌgɯ́bhɛ̏n bhɯ̏n Gbȁtȍ ká. ‘Gbato est une personne respectable.’

676La valeur équative peut également être exprimée par un énoncé à MPP existentielle avec la postposition ká, cf.:

(134)

Dɯ̄

wɔ̏n

yɤ̏

tǣæ̏n

ká.

sorcier

affaire\izf

être

verité

pp

677‘La sorcellerie est une chose vraie’ (le même sens que Tǣæ̏n bhɯ̏n dɯ̄ wɔ̏n ká ).

4.2.2. Énoncé présentatif

678L’énoncé présentatif est formé avec la copule dhɛ̀n et concerne un objet (ou d’une personne) qui est dans la zone de visibilité des deux interlocuteurs : Yīȉ dhʌ́n tȍtàabhȁn dhɛ̀n ‘Voici notre benjamin.’ Le sujet peut être exprimé par un pronom de la série autonome : Yɤ̄ dhɛ̀n. ‘Le voici.’ Ce type d’énoncé n’a pas d’analogue négatif.

4.2.3. Énoncé locatif

679L’énoncé locatif répond à la formule (Sujet) MPP Circonstant. La MPP appartient à la série existentielle ou conjointe pour l'affirmatif, et à la série imperfective négative, pour le négatif. Le Circonstant peut être représenté par un adverbe ou un groupe nominal muni d’une postposition ou comportant un nom locatif :

(135)

Ā

flʌ́ʌ̏

gɯ́.

1sg.exi

1sg.nsbj

santé

dans

680‘Je suis en bonne santé.’

(136)

Bhān

kɔ́

yɤ̏

tīȉdhɤ̏.

1sg.poss

maison

3sg.exi

là-bas

681‘Ma maison est là-bas.’

682À part les valeurs purement locatives, l’énoncé locatif exprime de nombreux autres sens (possession, état psychophysique, etc.).

4.2.4. Énoncé qualitatif

683La formule est : (Sujet) MPP + Adjectif. La MPP est de la série existentielle ou conjointe pour l'affirmatif, et de la série imperfective négative, pour le négatif : Slʌ̏ʌ yɤ̏ dhi̋ɤ̏ɤ. ‘Le piment est piquant.’ Yáa klɤ̋ɤklɤ̏. ‘Il n’est pas en bonne santé.’

4.3. Énoncé verbal

684L’ordre des mots de base est : (Sujet) – MPP – (Complément d’objet direct) – Prédicat verbal – Oblique. Dans le cadre de l’énoncé verbal, les valeurs dynamique et statique peuvent être exprimées, et même la valeur existentielle :

(137)

Dɯ̄-bhɛ̏n-dhȕn

bhȁ

víɔng̏

yɤ̏

dhɤ̏.

sorcier-personne\izf-pl

poss

avion

3sg.exi

être

685‘Il existe un avion des sorciers.’

Liste des gloses et des abréviations

6861, 2, 3 – personnes des pronoms personnels
ABSTR – suffixe de l’abstrait
AD – cas adessif (provenant de la fusion avec la postposition
t)
adj – adjectif
adv – adverbe
ART – article défini
AUT – série autonome des pronoms personnels
CMM – cas commun
CO – série coordinative des pronoms personnels
COM – cas comitatif (provenant de la fusion avec la postposition
ká)
conj – conjonction
cop – copule
DIM – diminutif
DUR – marque de duratif
dtm – déterminant
EXCL – pronom exclusif ou MPP exclusive de la 1
ère personne du pluriel
EXI – série des MPP existentielles
ExtInt. – extra-intensif
FOC – marque de focalisation
foc. – forme focalisée de l’adjectif
FUT – futur
GER – gérondif

IMP – série des MPP impératives
IN – cas inessif (provenant de la fusion avec la postposition
gɯ́)
INCL – pronom inclusif ou MPP inclusive de la 1
ère personne du pluriel ou duel
INF – marque de l’infinitif (suffixe tonal extra-bas)
Int. – intensif
IPFV – imperfectif

JNT – série conjointe des pronoms personnels ; forme verbale dans la construction conjointe
LOC – cas locatif
LOG – MPP logophorique
MPP — marque prédicative pronominale

MSD – marque de masdar (nom verbal)
NEG – négatif
NEUT – forme verbale dans la construction de l'aspect neutre
NSBJ – série des pronoms personnels non-subjectifs
ORD – suffixe du numéral ordinaire
pers. – personne
PFV – perfectif
PL
pluriel
POSS – marque du possessif ; série des pronoms personnels possessifs
PP – postposition
PRF – série des MPP du parfait
PRH – série des MPP prohibitives
PROS – série des MPP prospectives
PST – passé
RCI – République de Côte-d’Ivoire
REFL – pronom réfléchi
REL – conjonction relative
RETR – marque du rétrospectif
SBJV — série des MPP subjonctives
SEQ – conjonction, indicateur des actions subsécutives

SG, sg. – singulier
SUB – cas subessif (provenant de la fusion avec la postposition
bhȁ)
SUBS – marque de l’ultérieur
SupInt. – super-intensif

Haut de page

Bibliographie

Références

Green, Christopher R. 2015. The foot domain in Bambara. Language 91(1). e1–e26.

Kuznetsova, Natalia. 2007. Le statut fonctionnel du pied phonologique en gouro. Mandenkan (43). 13–45.

Leben, William R. 2002. Tonal feet. In Ulrike Gut & Dafydd Gibbon (eds.), Proceedings, typology of African prosodic systems (Bielefeld Occasional Papers in Typology 1), 27–40. Bielefeld.

Makeeva, Nadezhda. 2017. Kla-dan jazyk (Кла-дан язык) [Kla-Dan]. In Valentin Vydrin, Yulia Mazurova, Andrej Kibrik & Elena Markus (eds.), Jazyki mira: Jazyki mande (Языки мира: Языки манде) [Languages of the world: Mande languages], 617–679. St. Petersburg: Nestor-Historia.

Vydrin, Valentin. in print. Featural foot in Bambara. Ms.

Vydrin, Valentin. 2001. Jazyki mande i teorija jazykov slogovogo stroja (Языки манде и теория языков слогового строя) [Mande languages and the theory of syllabic languages]. In VI mezhdunarodnaja konferencija po jazykam Dal’nego Vostoka, Jugo-Vostochnoj Azii i Zapadnoj Afriki (25-27 sent’abr’a 2001). Materialy i tezisy dokladov (VI-я международная конференция по языкам Дальнего Востока, Юго-Восточной Азии и Западной Африки (25-28 сентября 2001 г.): Материалы и тезисы докладов) [VI International conference on languages of Extreme Orient, South-Eastern Asia and Western Africa (September 25-27 2001). Proceedings], 45–53. St. Petersburg: Vostochnyj fakultet SPbGU.

Vydrin, Valentin. 2011. Déclinaison nominale en dan-gwèètaa (groupe mandé-sud, Côte-d’Ivoire). Faits de langues: Les Cahiers 3. 233–258.

Vydrin, Valentin. 2017. Quantifiers in Dan-Gwɛɛtaa (South Mande). In Denis Paperno & Edward L. Keenan (eds.), Handbook of quantifiers in natural language (Studies in Linguistics and Philosophy 97), vol. 2, 203–280. Springer.

Vydrin, Valentin. 2020a. The neutral aspect in Eastern Dan. Language in Africa 1(1). 93–108. https://doi.org/10.37892/2686-8946-2020-1-1-83-108.

Vydrin, Valentin. 2020b. Non-verbal predication and copulas in three Mande languages. Journal of West African Languages 7(1).

Vydrine, Valentin. 2007. Les adjectifs en dan-gwèètaa. Mandenkan 43. 77–103.

Vydrine, Valentin. 2010. Le pied métrique dans les langues mandé. In Franck Floricic (ed.), Essais de typologie et de linguistique générale. Mélanges offerts à Denis Creissels, 53–62. Lyon: ENS Éditions. http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00715537.

Weidman, Scott & Sharon Rose. 2006. A Foot-Based Reanalysis of Edge-in Tonal Phenomena in Bambara. In Donald Baumer, David Montero & Michael Scanlon (eds.), Proceedings of the 25th West Coast Conference on Formal Linguistics, 426–434. Somerville, MA.

Publications sur la langue dan

Bearth, Thomas & Hugot Zemp. 1967. The phonology of Dan (Santa). Journal of African Languages 6(1). 9–29.

Bolli, Margrit. 1976. Etude prosodique du Dan (Blossé) (Publications conjointes I.L.A.-S.I.L. 1). Abidjan: Institut de linguistique appliquée - Société Internationale de Linguistique.

Bolli, Margrit. 1978. Writing tones with punctuation marks. Notes on Literacy 23. 16–18.

Bolli, Margrit. 1980a. Progress in literacy in Yakouba country. Notes on Literacy 31. 1–6.

Bolli, Margrit. 1980b. Yacouba literacy report II: March 1977-February 1979. Notes on Literacy. 31.

Bolli, Margrit. 1983. The Victor Hugoes in Dan country: Developing a mother-tongue body of literature in a neoliterate society. Journal of reading 27(1). 16–21.

Bolli, Margrit. 1991. Orthography difficulties to be overcome by Dan people literate in French. Notes on literacy 65. 25–34.

Bolli, Margrit & Eva Flik. 1970. Yakouba dialect survey report. https://www.sil.org/resources/search/language/dnj.

Bolli, Margrit & Eva Flik. 1973. Phonological statement: Dan (Blossé). Abidjan: SIL.

Bolli, Margrit, Eva Flik & John Bendor-Samuel. 1972. Testing the mutual intellegibility of dialects: Yacouba dialect survey. In 10th West African Languages Congress, 21-27 March, 1972. Accra.

Doneux, Jean. 1968. Esquisse grammaticale du Dan (Documents Linguistiques 15). Université de Dakar. Dakar.

Dunah, Menmon-Paul Z. 2001. Dan gɛ̃gbã kwi. Plema 1 / The Dan primer 1. Monrovia: Liberian Bible Translation and Literacy Organization.

Erman, Anna. 2002. Субъектные местоимения в дан-блово и модально-аспектно темпоральные значения [Les pronoms subjectifs en dan-blowo et le sémantisme modal, aspectuel et temporel]. In Valentin Vydrin & Alexander Zheltov (eds.), Южные манде: Лингвистика в африканских ритмах. Материалы петербургской экспедиции в Кот д’Ивуар. К 50-летию Константина Позднякова [The South Mande Languages: Linguistics in African Rhythms. To the 50th anniversary of Konstantin Pozdniakov], 154–182. St. Petersburg: European Space Publishers.

Erman, Anna. 2005a. Повелительное наклонение в языке дан-бло [La mode impérative dans la langue dan-blowo]. In Vera I. Podlesskaya (ed.), Четвёртая Типологическая Школа. Ереван, 21-28 сентября 2005, 364–368. Moscow: Russian State University for the Humanities.

Erman, Anna. 2005b. Le grammaticalisateur -ga en dan-blo. Mandenkan 41. 41–61.

Erman, Anna. 2008. Тональная система языка дан-бло [Le système tonal de la langue dan-blo]. In : Африканский сборник – 2007 [Collection africaine – 2007], 345–354. St. Petersburg: Museum of Anthropology and Ethnography.

Erman, Anna. 2009. Условные конструкции в языке дан-бло [Les constructions conditionnelles en dan-blo]. In Valentin Vydrin (ed.), Африканский Сборник - 2009 [Collection africaine – 2009], 372–390. St. Petersburg: Museum of Anthropology and Ethnography.

Erman, Anna. 2012. Прогрессив в дан-бло [Le progressif en dan-blo]. Acta Linguistica Petropolitana. Труды института лингвистических исследований 7(2). 648–661.

Erman, Anna & Japhet Kahoué Loh. 2008. Dictionnaire Dan–Français (dan de l’Ouest) avec un index français-dan. St Pétersbourg: Nestor-Istoria.

Flik, Eva. 1977. Tone glides and registers in five Dan dialects. Linguistics 201. 5–59.

Flik, Eva. 1978. Dan tense-aspect and discourse. In Joseph E. Grimes (ed.), Papers on discourse, 46–62. Dallas, Texas: Summer Institute of Linguistics.

Griffes, Kenneth E. 1959. A start in Gio. Hartford, Connecticut.

Griffes, Kenneth E. & William E. Welmers. 1960. Gio. Structural studies and pedagogical materials. Hartford, Connecticut.

Grossmann, Rebecca & Samuel Cooper. 2012. Dan Sociolinguistic Survey.

Halaoui, Nazam, Kalilou Téra & Monique Trabi. 1983. Atlas des langues mandé-sud de Côte-d’Ivoire. Abidjan: I.L.A.

Latahn, Tii Tonah & Maarten Bedert. n.d. Dan grammar. An elementary introduction to the Karnplay dialect.

Lauber, Edward. 1983. The indigenisation of literacy in Dan (Yacouba). Notes on Literacy 37. 16–21.

Makeeva, Nadezhda. 2008a. Фонологическая система кла-дан [Le système phonologique du kla-dan]. In Африканский сборник – 2007 [Collection africaine – 2007], 331–344. St. Petersburg: Nauka.

Makeeva, Nadezhda. 2008b. Morphologie des pronoms personnels en kla-dan. In Valentin Vydrin (ed.), Mande languages and linguistics. 2nd International Conference, St. Petersburg (Russia), September 15-17, 2008. Abstracts and Papers, 104–112. St. Petersburg.

Makeeva, Nadezhda. 2009a. Глагольная редупликация в языке кла-дан [Le redoublement verbal en kla-dan]. In Valentin Vydrin (ed.), Африканский сборник – 2009 [Collection africaine- 2009], 332–371. St. Petersburg: Museum of Anthropology and Ethnography.

Makeeva, Nadezhda. 2009b. Модификации в языке кла-дан [Modifications en kla-dan]. In : Исследования по языкам Африки [Études des langues africaines], 196–210. Moscow: Institute of Linguistics.

Makeeva, Nadezhda. 2010a. Pronoms réfléchis en kla-dan. In Personal pronouns in niger-kongo languages. International workshop. St. Petersburg, September 13-15, 2010. Abstracts and papers working materials, 70–78. St. Petersburg: St. Petersburg State University.

Makeeva, Nadezhda. 2010b. Сопряжённые конструкции в языке кла-дан [Les constructions conjointes en kla-dan]. In Victor Vinogradov (ed.), Основы африканского языкознания. Синтаксис именных и глагольных групп [Fondements de la linguistique africaine : La syntaxe des groupes nominal et verbal], 401–412. Academia. Moscow.

Makeeva, Nadezhda. 2011a. Актантная деривация и лабильность глагола в кла-дан [La labilité et la dérivation Lability and valency-changing derivation in Kla-Dan]. In Nikolaj Kazanskiy & Valentin Vydrin (eds.), Mandeica Petropolitana II ACTA LINGUISTICA PETROPOLITANA. Труды Института лингвистических исследований РАН [ACTA LINGUISTICA PETROPOLITANA. Actes de l'Institut des études linguistiques] VII), vol. 2. St. Petersburg: Nauka.

Makeeva, Nadezhda. 2011b. Отрицательные конструкции в языке кла-дан (Le monde mandé: К 50-летию В. Ф. Выдрина. Материалы экспедиции в Западную Африку (2001–…)) [Constructions négatives en kla-dan. In: Le monde mandé : Papers presented to Valentin Vydrin on the occasion of his 50th birthday. Materials of the field trips to West Africa (2001-…)], 122–131. St. Petersburg: Nestor-Istoria.

Makeeva, Nadezhda. 2011c. Превербные глаголы в языке кла-дан [Verbes à pré-verbes en kla-dan]. Voprosy filologii 3 (39). 45–56.

Makeeva, Nadezhda. 2012a. Стратегии релятивизации в языке кла-дан [Stratégies de relativisation en kla-dan]. In Alexander Ju. Zheltov (ed.), Африканский сборник – 2011 [Collection africaine – 2011], 231–252. St. Petersburg: Nauka.

Makeeva, Nadezhda. 2012b. Грамматический строй языка кла-дан в типологическом контексте родственных языков [Le système grammatical du kla-dan dans le contexte typologique des langues prochement apparentées]. Moscow: Institut de linguistique. Thèse de doctorat.

Makeeva, Nadezhda. 2013a. Категория числа в языке кла-дан [La catégorie du nobre en kla-dan]. In Человек и язык в коммуникативном пространстве [L'homme dans l'espace communicatif], 361–366. Krasnojarsk: Siberian Federal University.

Makeeva, Nadezhda. 2013b. Коммуникативные стратегии и коррелятивная конструкция в языке кла-дан и других южных манде [Les stratégies communicatives et la construction corrélative en kla-dan et autres langues mandé-sud]. Voporsy jazykoznanija (1). 77–94.

Makeeva, Nadezhda. 2013c. Les préverbes en kla-dan. Mandenkan 50. 85–102. https://doi.org/doi:10.4000/mandenkan.254.

Makeeva, Nadezhda. 2013d. Система утвердительных глагольных конструкций в языке кла-дан [Les constructions verbales affirmatives en kla-dan]. In Исследования по языкам Африки, 126–158. Moscow: Kl’uch-S.

Makeeva, Nadezhda. 2013e. Условные конструкции в языке кла-дан [Constructions conditionnelles en kla-dan]. In Alexander Zheltov (ed.), Collection africaine - 2013, 377–395. St. Petersburg: Musée d’Anthropologie et Ethnographie.

Makeeva, Nadezhda. 2014. Таксисные конструкции в языке кла-дан [Les constructions du taxis en kla-dan]. In Valentin Vydrin & Natalia Kuznetsova (eds.), От Бикина до Бамбалюмы, из варяг в греки. Экспедиционные этюды в честь Елены Всеволодовны Перехвальской, 161–176. St. Petersburg: Nestor-Istoria.

Makeeva, Nadezhda. 2015. Грамматические заимствования из языков манден в языке кла-дан [Emprunts grammaticaus kla-dan au mandingue]. In Alexander Zheltov (ed.), Африканский сборник – 2015 [Collection africaine — 2015], 465–476. St. Petersburg: Museum of Anthropology and Ethnography.

Makeeva, Nadezhda. 2016. Уступительные конструкции в языке кла-дан [Les constructions concessives en kla-dan]. In Victor Vinogradov, Antonina Koval, Maria Kosogorova & Andrey Shluinsky (eds.), Исследования по языкам Африки 6 [Études des langues d’Afrique 6], 178–194. Moscou: Kliutch-S.

Makeeva, Nadezhda. 2017a. Кла-дан язык [Kla-Dan]. In Valentin Vydrin, Yulia Mazurova, Andrej Kibrik & Elena Markus (eds.), Языки мира: Языки манде [Langues du monde: les langues mandé], 617–679. St. Petersburg: Nestor-Historia.

Makeeva, Nadezhda. 2017b. Conjonctions de taxis en kla-dan. Mandenkan 48. 47–67.

Makeeva, Nadezhda. 2018. Marques rétrospectives en kla-dan. Mandenkan 60. 123–147.

Piper, Klaus. 1983. Das qualifikative System im Gio (Dan). In Reiner Vossen & Ulrike Claudi (eds.), Sprache, Geschichte und Kultur in Afrika. Vorträge, gehalten auf dem III. Afrikanistentag, Köln, 14./15. Oktober 1982, 113–124. Hamburg: Helmut Buske Verlag.

Roberts, David, Dana Basnight-Brown & Valentin Vydrin. 2019. Marking tone with punctuation: Orthography experimentation and reform in Eastern Dan (Côte d’Ivoire). In Yannis Haralambous (ed.), Graphemics in the 21st Century /gʁafematik/. Brest, June 13–15, 2018. Proceedings, 315–349. Brest: Fluxus.

Roberts, David, Ginger Boyd, Johannes Merz & Valentin Vydrine. 2020. Quantifying written ambiguities in tone languages: a comparative study of Elip, Mbelime and Eastern Dan. Language Documentation and Conservation 14. 108–138.

Sternstein, Martin. 2008. Mathematics and the Dan culture. The Journal of Mathematics and Culture 3(1). 1–13.

Van den Avenne, Cécile. 1998. Partage de territoire : coexistence du français et des autres langues locales dans une ville ivoirienne. In A. Queffélec (ed.), Le français en Afrique francophone - Recueil d’étudesofferts en hommage à Suzanne Lafage, 311–318. Paris: Didier Erudition.

Vydrin, Valentin. 2005a. Средства выражения прагматических статусов в дан-гуэта (Кот д’Ивуар) [Modes d'expression des statut pragmatiques en dan-gouèta (Côte d’Ivoire)]. In Vera I. Podlesskaya (ed.), Четвёртая Типологическая Школа. Ереван, 21-28 сентября 2005 [La 4e École typologique. Erevan, Septembre 21-28, 2005], 117–125. Erevan.

Vydrin, Valentin. 2005b. Терминология родства и свойства в дан-гуэта (Кот д’Ивуар) [Terminologie de parenté en dan-gouèta (Côte d’Ivoire)]. In Valentin Vydrin, David I. Raskin, Valentina G. Uzunova, Sevir B. Chernetsov & Juruj K. Chistov (eds.), Ad hominem. Памяти Николая Гиренко [Ad hominem. In memoria Nikolaj Girenko], 41–66. St. Petersburg: Muzej antropologii i etnografii RAN (Kunstkamera).

Vydrin, Valentin. 2006. Личные местоимения в южных языках манде [Pronoms personnels dans les langues mandé-sud]. In Nikolaj Kazanskiy (ed.), Mandeica Petropolitana. ACTA LINGUISTICA PETROPOLITANA. Труды Института лингвистических исследований РАН [Acta Linguistica Petropolitana. Transaction of the Instiute for linguistic studies] II (2)), 327–413. St. Petersburg: Nauka. https://alp.iling.spb.ru/static/alp_II_2.pdf.

Vydrin, Valentin. 2007. South Mande reconstruction: Initial consonants. In Anna V. Dybo, Vladimir A. Dybo, Oleg A. Mudrak & George S. Starostin (eds.), Aspects of comparative linguistics (Orientalia et Classica. Papers of the Institute of Oriental and Classical Studies XI), vol. 2, 409–498. Moscow: Russian State University for the Humanities.

Vydrin, Valentin. 2009a. Negation in South Mande. In Norbert Zyffer & Erwin Ebermann (eds.), Negation Patterns in West African Languages and Beyond, 223–260. John Benjamins. http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00715534.

Vydrin, Valentin. 2009c. Areal features in South Mande and Kru languages. In Norbert Zyffer & Georg Ziegelmeyer (eds.), When languages meet: Language contact and change in West Africa, 91–116. Rüdiger Köppe Verlag. Köln: Norbert Cyffer, Georg Ziegelmeyer.

Vydrin, Valentin. 2009d. Превербы в языке дан-гуэта [Préverbes en dan-gwèètaa]. Voporsy jazykoznanija (2). 75–84.

Vydrin, Valentin. 2011a. Déclinaison nominale en dan-gwèètaa (groupe mandé-sud, Côte-d’Ivoire). Faits de langues: Les Cahiers 3. 233–258.

Vydrin, Valentin. 2011b. Идиом дан-гуэта [Le Dan-Gouèta]. In Vadim Kasevich (ed.), Грамматика и семантика восточного текста: Квантитативные характеристики [La grammaire et le sémantisme du texte oriental: Les caractéristiques quantitatives], 100–113. St. Petersburg: St. Petersburg State University.

Vydrin, Valentin. 2012. Аспектуальные системы южных манде в диахронической перспективе [Les systèmes aspectuels des langues mandé-sud dans une perspective dyachronique]. In Vladimir Plungian (ed.), Исследования по теории грамматики. Выпуск 6: Типология аспектуальных систем и категорий [Studies in the theory of grammar. Iss. 6: Typology of aspectual systems and categories] ACTA LINGUISTICA PETROPOLITANA. Труды Института лингвистических исследований РАН [ACTA LINGUISTICA PETROPOLITANA. Transactions of the Institute for Linguistic Studies] 8 (2)), 566–647. St. Petersburg: Nauka.

Vydrin, Valentin. 2013. Согласование местоименного предикативного показателя с подлежащим в дан-гуэта [L'accord de la marque prédicative avec le sujet en dan-gouèta]. In Alexander Zheltov (ed.), Африканский Сборник 2013) [Collection africaine — 2013], 263–285. St. Petersburg: Muzej antropologii i etnografii RAN (Kunstkamera).

Vydrin, Valentin. 2016a. Tonal inflection in Mande languages: The cases of Bamana and Dan-Gwɛɛtaa. In Enrique L. Palancar & Jean Léo Léonard (eds.), Tone and Inflection: New facts and new perspectives (Trends in Linguistics Studies and Monographs 296), 83–105. De Gruyter — Mouton.

Vydrin, Valentin. 2017a. Дан язык [Dan]. In Valentin Vydrin, Yulia Mazurova, Andrej Kibrik & Elena Markus (eds.), Языки мира: Языки манде [Langues du monde: Les langues mandé], 469–583. St. Petersburg: Nestor-Historia.

Vydrin, Valentin. 2017b. Quantifiers in Dan-Gwɛɛtaa (South Mande). In Denis Paperno & Edward L. Keenan (eds.), Handbook of quantifiers in natural language (Studies in Linguistics and Philosophy 97), vol. 2, 203–280. Springer.

Vydrin, Valentin. 2020a. Dan. In Reiner Vossen & Gerrit Dimmendaal (eds.), The Oxford Handbook of African Languages (Oxford Handbooks), 451–462. Oxford: OUP.

Vydrin, Valentin. 2020b. The neutral aspect in Eastern Dan. Language in Africa 1(1). 93–108. https://doi.org/10.37892/2686-8946-2020-1-1-83-108.

Vydrin, Valentin & David Roberts. 2019. Tonal oral reading errors in the orthography of Eastern Dan (Côte d’Ivoire). Nordic Journal of African Studies 28(1). 1–28.

Vydrine, Valentin. 2007. Les adjectifs en dan-gwèètaa. Mandenkan 43. 77–103.

Vydrine, Valentin & Mongnan Alphonse Kességbeu. 2008. Dictionnaire Dan-Français (dan de l’Est) avec une esquisse de grammaire du dan de l’Est et un index français-dan. St. Petersburg: Nestor-Istoria. http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00715560.

Zemp, Hugot. 1971. Musique dan : La musique dans la pensée et la vie sociale d’une société africaine. Paris – La Haye: Mouton.

Zhang, Jie. 2001. The effects of duration and sonority on contour tone distribution - typological survey and formal analysis. Los Angeles: University of California Ph.D. dissertation.

Haut de page

Notes

1 Cette publication représente une version complétée et mise à jour d'une esquisse de grammaire parue dans la 1e édition du Dictionnaire dan de l'Est (Vydrine & Mongnan 2008). Je tiens à exprimer ma gratitude à Paulette Roulon-Doko qui a fait la relecture du français.

Ce travail a bénéficié partiellement d'une aide de l’Etat gérée par l'Agence Nationale de la Recherche au titre du programme "Investissements d’Avenir" portant la référence ANR-10-LABX-0083. Il contribue à l’IdEx Université de Paris - ANR-18-IDEX-0001. Cette édition parait grâce au financement de l'Institut universitaire de France.

2 Dans certains dialectes dan de l'Est, les voyelles ɩ, ұ, ʋ apparaissent pas seulement sous le ton extra-bas, on peut donc dire que dans ces dialectes ɩ, ұ, ʋ sont des phonèmes à part. Les lettres ɩ, ұ, ʋ peuvent donc être utilisées pour transcrire les dialectes en question.

3 Dans l'ancienne orthographe, ces phonèmes étaient désignés par des digraphes (ɛa et ), ce qui rendait impossible la distinction entre les voyelles simples et doubles.

4 Plus précisement, les séquences /zl/ et /sl/ en dan gouèta se prononcent respectivement comme [ɮ] et [ɬ], mais dans certains autres dialectes, les prononciations [zr] et [sr] sont possibles également.

5 Selon les principes de l'orthographe de 2014, quand deux voyelles qui se suivent ont le même ton, on ne met la marque du ton que sur la première. Ex., ka̋a (se prononce ka̋a̋), kàa (se prononce kàà), etc., voir 2.3.

6 Dans les travaux linguistiques sur les langues mandé-sud, ces unités sont traitées tantôt de « syllabes », tantôt de « syllabèmes », ou encore de « monèmes ». Le terme « pied » pour les langues mandé est discuté dans la littérature linguistique depuis environ 20 ans (Leben 2002; Vydrin 2001; Weidman & Rose 2006; Kuznetsova 2007; Vydrine 2010; Green 2015; Vydrin in print). Il est évident que le type de pied qu'on observe dans les langues mandé est différent de celui dans des langues à accent (« le pied métrique »). Le type mandé peut être défini par le terme anglais « featural foot », proposé par Green (2015) ; en français, on peut traduire ce terme par « pied caractéristique ».

7 C représente une consonne, V représente une voyelle (autre que ŋ).

8 La voyelle ŋ est hors du système de l’harmonie de nasalité ; elle se combine avec les unes comme avec les autres.

9 Dans la tradition linguistique française, le terme « catégories grammaticales » est souvent utilisé pour les « parties de discours ». Je ne l’utilise pas en ce sens à cause de son ambiguïté.

10 Il y a des restrictions d’ordre lexical concernant la position du déterminant dhȕn.

11 J'ai choisi l'écriture collée pour le premier cas (gɛ̏ndhɛ̋) et l'écriture séparée dans le deuxième cas (ya̋n kɔ́). Malheureusement, faute de critères formels, ces décisions relèvent de l'arbitraire. Ce sujet demande des réflexions supplémentaires.

12 Pour davantage de détail, voir (Vydrin 2011).

13 La déclinaison est un ensemble des formes morphologiques du nom (ou du pronom) qui distinguent des fonctions syntaxiques différentes. Chacune des formes en question représente un cas.

14 Cependant, dans le kla-dan, une autre langue du groupe dan, il y a une postposition locative lɤ̀ (Makeeva 2017: 653) qui se rapproche par son sense au suffixe –dhɤ̄ en dan-gouèta. Ce fait sert d'argument de l'origine postpositionnelle du suffixe –dhɤ̄.

15 Il s’agit ici d’une reconstruction historique, parce que ni la série de base en question ni la copule n’existent plus en dan.

16 Il semblerait que certains locuteurs préfèrent la forme yà, d'autres préfèrent yȁ. Il est problable aussi que les préférence peuvent varier entre les locuteurs des dialectes différents.

17 Cette copule est maintenue dans les langues apparentées, comme le mano.

18 Voir 3.11 pour les deux autres façons d'exprimer la coordination : la conjonction bhān ~ bhàn et la conjonction disjointe dhɤ́ ... dhɤ́.

19 La seule exception que nous ayons pu trouver est l’adjectif ̄ɛ̋ndhʌ́n ‘petit’ sɛ́ɛndhʌ́n ‘petits’, où la pluralisation morphologique n’est pas accompagnée de la valeur d’intensif.

20 Par exemple, l’adjectif plʌ̋ʌplʌ̏ʌ ‘facile ; mou ; savoureux’ a une forme intensive plurielle plʌ̋ʌplʌ̋ʌ ‘très savoureux’ (les sens ‘facile’ et ‘mou’ ne vont pas avec cette forme !) qui ne se combine pas avec la marque dhȕn.

21 Lors de la supplétion les formes grammaticales d’un lexème sont dérivées de bases différentes. La forme bhëbhë semble être le seul cas de supplétion en dan gwɛɛtaa.

22 Cette forme semble être réservée au dialecte de Gwɛ̋ɛ̏tàa, les locuteurs d'autres dialectes dan de l'Est l'ignorent.

23 Il s'agit, en fait, d'une variante syntaxiquement conditionnée de la construction de l'aspect neutre.

24 Apparemment, dans cette construction les deux séries des MPP sont absolument équivalentes et interchangeables.

25 Quand ce verbe apparaît en tant qu'un verbe auxiliairaire, sa voyelle se change souvent en ɤ : dhɤ́.

26 Se pose alors la question suivante : est-ce que c’est le même suffixe que dans la construction à valeur d’ultérieur ? Il se peut qu’historiquement ce soit le même morphème (provenant, sans doute, du nom dhȁan ‘limite’), mais la distribution et les fonctions tout à fait différentes nous obligent à y voir plutôt deux suffixes homonymiques.

27 Dans certains cas, le verbe notionnel est employé dans sa forme de base, sans suffixe tonal.

28 Pour l'analyse détaillé des déterminants quantificateurs, voir (Vydrin 2017).

29 Il y existe en dan-gouèta un adjectif wɛ̋ɛ dont le sens est très proche de bhá, mais qui se distingue de bhá par son comportement syntaxique. En particulier, wɛ̋ɛ peut s’intercaler entre un autre adjectif et un nom, ce qui n’est pas possible pour bhá.

30 Pour leur sémantisme plus détaillé, voir le Dictionnaire. Les équivalents français présentés ici ne le reflètent que très approximativement.

31 Les types d'énoncés non-verbaux en dan de l'Est sont analysés en détail dans (Vydrin 2020b).

Haut de page

Table des illustrations

Titre La langue dan et ses dialectes
URL http://journals.openedition.org/mandenkan/docannexe/image/2406/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 990k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentin Vydrin, « Esquisse de grammaire du dan de l'Est (dialecte de Gouèta) »Mandenkan, 64 | 2021, 3-80.

Référence électronique

Valentin Vydrin, « Esquisse de grammaire du dan de l'Est (dialecte de Gouèta) »Mandenkan [En ligne], 64 | 2021, mis en ligne le 05 février 2021, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/mandenkan/2406 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mandenkan.2406

Haut de page

Auteur

Valentin Vydrin

INALCO — LLACAN — St. Petersburg State University, vydrine@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search