Navigation – Plan du site

AccueilNuméros68Vers un dictionnaire orthographiq...

Vers un dictionnaire orthographique bambara

Toward a Bambara spelling dictionary
Валентин Феодосьевич Выдрин. Создание орфографического словаря бамана
Valentin Vydrin
p. 59-82

Résumés

L’article présente les résultats d’un projet de standardisation de l’orthographe bambara sur la base d’un corpus annoté des textes (Corpus Bambara de Référence). A la première étape, pour tous les lexèmes du dictionnaire Bamadaba ayant des variantes graphiques, les statistiques d’occurrences détaillées dans le Corpus ont été relevées. Puis, ces variantes ont été triées, ce qui a permis d’établir l’écriture normative pour la majorité des lexèmes variables. A l’étape finale, les lexèmes à formes variables pour lesquelles les données statistiques avaient été considérées insuffisantes ont été discutés par un groupe d’experts représentant des instances linguistiques maliennes différentes, et les variantes normatives ont été sélectionnées. En même temps, les règles d’orthographe bambara ont été revisitées et précisées là où cela s’est avéré nécessaire.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1. Les préalables

1De nombreux efforts pour standardiser le mandingue et le bambara en particulier ont produit certains résultats : les règles de base ont été formulées. Notre article précédent sur l’orthographe bambara (Konta & Vydrin 2014) a été une tentative d’avancer davantage dans la même optique pour couvrir des zones qui étaient restées grises : l’écriture des séquences du type Nin et Nun ; la notation tonale, etc.

2Depuis la parution de cet article, il y a eu un progrès considérable en ce qui concerne les bases de l’étude du bambara écrit. Le facteur déterminant a été la croissance et la modernisation du Corpus Bambara de Référence (Vydrin et al. 2011), ce qui a facilité une étude statistique des occurrences des variantes orthographiques des lexèmes bambara dans les textes écrits, publiés sur papier ou affichés dans l’Internet. L’existence d’un tel outil a rendu faisable le projet d’un dictionnaire orthographique bambara basé sur le Corpus Bambara de Référence. Dans ce dictionnaire, le choix entre les variantes graphiques d’un lexème ferait en fonction, avant tout, de la fréquence des variantes dans les textes.

3Le concept d’un tel dictionnaire a été formulée dans l’article (Vydrin & Méric 2020). Je vais en reproduire les idées principales ici, sans trop entrer dans les détails.

  • 1 Au moment de l’étude statistique. Le dictionnaire Bamadaba évolue en permanence ; au moment où j’éc (...)

4On s’est basé sur la version en cours du dictionnaire Bamadaba (Bailleul et al. 2011). Parmi les plus de 13 365 lexèmes de ce dictionnaire,1 presque 4000 avaient des variantes graphiques. On a extrait de Bamadaba ces lexèmes pour lesquels il fallait choisir une variante standard.

5Puis, Jean-Jacques Méric a écrit un script permettant d’obtenir automatiquement les données statistiques suivantes pour chaque variante de chaque lexème :

6– le nombre d’occurrences dans le sous-corpus désambiguïsé et sous-corpus non-désambiguïsé ;

7– le nombre de textes dans le sous-corpus désambiguïsé et sous-corpus non-désambiguïsé où la variante apparaît (et aussi, les titres de ces textes) ;

8– le nombre des auteurs utilisant cette variante, dans le sous-corpus désambiguïsé et non-désambiguïsé.

9Les statistiques concernant le nombre des textes et des auteurs sont indispensables pour contourner l’ « effet de buccin » (Kilgarriff 1997: 138–139). Cet effet consiste en ce que la fréquence d’un mot (qui est globalement assez rare dans les textes) peut être anormalement augmentée si on inclut dans le corpus un document s’agissant de l’objet ou du phénomène en question (par exemple, une étude zoologique portant sur le buccin). Dans notre cas, une variante graphique est vue comme plus répandue si elle apparaît dans un plus grand nombre de textes différents et est utilisée par un plus grand nombre d’auteurs ; on peut même donner la préférence à ces facteurs par rapport au nombre global des occurrences des variantes dans le Corpus.

10Les résultats de l’application du script ont été représentés sous format d’un tableau. Ci-dessous, je présente un extrait de ce tableau où les statistiques sont données concernant le lexème qui a quatre variantes graphiques : fàsa, pàsa, fàsan, pàsan, et fonctionne comme verbe avec les sens suivants : ‘maigrir, faire maigrir, rendre consistant, rendre coriace, s'obstiner à nier’.

variante

# occ simple

# occ désamb.

# sources

sources

# auteurs

auteurs

fàsa

872

157

99

dogotoro_11balo_nafama.dis.html (13), tarawele-baganlatolola.dis.html (5), dumestre-chroniques_amoureuses_1995_11_14.dis.html (5), gorog_meyer-contes_bambara1974_16.dis.html (4), dumestre-manigances_2003_03.dis.html (4)

37

UNDEF (42), Touré, Seydou (27), Chan, Michelle & Heberger, Thomas & Werner, David (21), Tarawele, Daramani (6), Jara, Dɔkala Yusufu (5)

pàsa

128

15

11

saheli05_04danbele-baganmaralaw_ka.repl.html (4), kibaru110_03koroma-gundo.old.repl.html (2), sunbunu-fula_npogotigi-zup.old.repl.html (1), sankore08_09jigifa-banyereye-zup.old.repl.html (1), kibaru115_08tobilike_dibi.old.repl.html (1)

6

UNDEF (4), Danbele, Alu (4), Kɔrɔma, Bayidi (2), Ture, Basoso (Basaro) (1), Touré, Seydou (1)

fàsan

96

7

1

pàsan

35

1

1

11Tableau 1. Statistique pour le lexème fàsa ‘maigrir’

12Pour ce lexème, toutes les données statistiques convergent : par tous les paramètres, la variante fàsa dépasse de loin les trois autres variantes, il doit donc être choisi comme variante standard, et les autres sont à déconseiller.

13En mai-juin 2020, nous (Jean-Jacques Méric et moi) avons effectué une première sélection. Pour les environ quatre mille lexèmes ayant des variantes graphiques, nous avons essayé d’identifier les variantes qu’on pourrait recommander comme standards. Plus précisément, nous avons cherché à trier les variantes en trois types :

14– « r » : variante recommandée comme standard ;

15– « t » : variante tolérée ;

16– « e » : variante déconseillée (à rejeter).

  • 2 Il n’a pas été facile d’établir des critères numériques strictes, d’autant plus que d’autres facteu (...)

17Pour chaque lexème, une seule variante peut être recommandée. On marque comme « tolérées » les variantes dont la fréquence est inférieure à celle de la variante « recommandée », mais demeure cependant assez élevée.2 On cherchait à éviter la prolifération des variantes « tolérées » (car le but d’un dictionnaire orthographique est la normalisation de la langue écrite, donc la minimisation de la variation), cependant, elles sont assez nombreuses dans notre liste, et un bon nombre de lexèmes a deux (ou même plus de deux) variantes « tolérées ».

18Toutes les autres variantes graphiques sont « rejetées ».

19Cependant, une approche purement statistique s’est avérée insuffisante. Il y a eu des lexèmes pour lesquels les données statistiques ont été trop faibles (pas ou très peu d’occurrences dans le Corpus), ou, d’autre part, pour lesquels les statistiques d’occurrences semblaient être en contradiction avec notre intuition. Tous les lexèmes pour lesquels nous avons eu des doutes ont été mis à part ; leur nombre a légèrement dépassé 1200.

20A l’étape suivante, la liste de ces 1200 lexèmes a été débattue par un groupe d’experts dans le cadre d’un atelier de travail organisé par l’AMALAN (l’Académie Malienne des Langues Nationales) du 30 mai au 18 juin 2022 à Bamako (une initiative du Rockefeller Foundation, Google.org et Canada’s International Development Research Centre). Voici la composition du groupe d’experts et leurs affiliations :

21AMALAN : Dr. Adama Diokolo Coulibaly (le Directeur), Mme Touré Aoua Samake, Dr. Mahamadou Konta, Adama Dembele.

22École Normale Supérieure : Dr. Ibrahima Diawara.

23Université des Lettres et des Sciences Humaines de Bamako (Université de Kabala) : Dr. Issiaka Ballo.

24DNENF-LN (Direction Nationale de l’Éducation Non-formelle et Langues Nationales) : Diakaridia Diarra.

25CNR-ENF (Centre National des Ressources de l'Éducation Non-Formelle) : Joseph Drabo.

26DNP (Direction Nationale de la Pédagogie) : Mme Ndiaye Fatoumata Keïta.

27DNEF (Direction Nationale de l'Enseignement Fondamental) : Mme Salimata Coulibaly.

28Kibaru (journal) : Youssouf Dokala Diarra.

29CALAN-Mali (Club des Amis des Langues Nationales du Mali) : Mme Kadidia Toure.

30Robots-Mali : Mouktar Traoré.

31INALCO-LLACAN, France : Valentin Vydrin.

32Il faut souligner que le grand souci des organisateurs de l’Atelier avait été d’assurer la participation des instances maliennes impliquées dans la politique linguistique ; par contre, on n’avait pas l’ambition d’assurer la représentativité de toutes les zones dialectales principales. Ainsi, les dialectes de Bélédougou et de Baninko ont été bien représentés, tandis que certaines autres zones n’ont pas été couvertes.

33Dans ce qui suit, je présenterai les résultats du travail de cet atelier.

2. Règles d’orthographe revisitées

34Avant d’examiner la liste de 1200 lexèmes, il a été décidé de faire d’abord un tour des règles d’orthographe bambara déjà établies. Il s’agit, avant tout, des règles formulées dans les publications (Anonyme 1979; Anonyme 1993), mais aussi dans l’article (Konta & Vydrin 2014) qui n’avaient pas encore été sujet de discussion parmi les experts.

2.1. Les règles des « Guides d’orthographe » qui ont été confirmées sans discussion

2.1.1. Consonne vélaire intervocalique

  • 3 Sur le pied caractéristique en bambara, voir (Vydrin 2020a).
  • 4 Dans l’orthoraphe malienne du bambara, les tons ne sont pas marqués. Cependant, dans cet article, j (...)

35Dans la position intervocalique, à l’intérieur d’un pied,3 la consonne vélaire s’écrit : tɔ́gɔ4prénom’ (et non pas tɔ́kɔ, ni twáa). Les exceptions : táa (la variante la plus usitée même à Bamako, à côté de tága) ; màa ‘homme, personne’ comme une variante facultative (« tolérée »), à côté de mɔ̀gɔ.

2.1.2. Consonne vélaire intervocalique précédée d’une nasale

36Là où on observe à l’intérieur du mot une variation dialectale entre ng ~ nw ~ ŋ, on retient les formes avec -ng-. Ainsi, parmi les variantes fànga ~ fànwa ~ fàŋa ‘pouvoir’, on retient fànga ; entre dìngɛ ~ dìŋɛ ‘trou’, on retient dìngɛ.

2.1.3. Élision vocalique entre les consonnes

  • 5 Voir (Vydrin 2020b) et (Vydrin 2020a) sur le conditionnement de l’élision vocalique en bambara.

37Là où la voyelle entre deux consonnes tend à se réduire jusqu’à l’élision complète,5 on l’écrit quand même, car on la prononce dans le registre lent et soigné : tìle [tle ~ tlè] ‘soleil’, fúla [flá ~ flá ~ flá] ‘Peul’, bùlon [blõ̀] ‘vestibule’, kúma [kmá] ‘parole’, síran [srá̰] ‘peur’, màrifa [màrfa] ‘fusil’, etc. (plutôt que tle, fla, blon, kma, sran, marfa).

2.1.4. Consonnes prénasalisées à l’initiale

38Ces consonnes manifestent souvent une variabilité : la consonne sourde dans de nombreux dialectes correspond à une consonne sonore dans d’autres, par exemple :

‘cache-sexe des filles’

‘mensonge’

‘crapaud’

‘baobab’

bamanankan standard

npògo

nkàlon

ntòri

nsìra

bamanankan de Ségou

nbògo

ngàlon

ndòri

nzìra

39Dans les cas pareils, il est recommandé d’écrire la consonne sourde, comme en bamanankan standard : npogo, nkalon, ntori, nsira.

2.1.5. Les constructions nominales déterminatives Nom + Nom

40Ces constructions, qui sont tonalement compactes (possédant un seul contour tonal), s’écrivent collées, quel que soit leur degré de figement :

41mìsisen [mìsìsén`] ‘patte de bœuf’, màloko [màlòkó`] ‘affaire de riz’, mɔ̀gɔbajɛkulu [mɔ̀gɔ̀bàjɛ́kúlú`] ‘association des adultes’.

42Par contre, les constructions génitives (inaliénables) Nom + Nom, tonalement non-compactes, s’écrivent séparées :

43jɛ̀kulu` ɲɛ́maa` [jɛ̀kúlú` ɲɛ́máa`] ‘dirigeant de l’association’, mùsomannin` sì` [mùsòmànnín` sǐ`] ‘l’âge de la jeune fille’.

2.1.6. Constructions attributives

44Les constructions attributives (Nom + Adjectif ou Nom + Participe) s’écrivent séparément, même celles qui sont tonalement compactes :

45Nom + Adjectif, tonalement compactes : sò bilen` [sòbílén`] ‘cheval rouge’, wùlu juguman` [wùlùjúgúmán`] ‘le chien méchant (parmi tous les chiens)’, síra kura’ [sírákúrá`] ‘nouvelle route’. Seules les formes lexicalisées sont écrites collées, ex. : ɲɛ́jugu ‘parasite’, dájɛ ‘antilope koba’, bàgifin ‘acacia spirale’, báncinin ‘soeur cadette de la mère’, etc.

46Nom + Adjectif, tonalement non-compactes : ɲɔ̀ bùgurima` [ɲɔ̌ bùgùrìmá`] ‘mil poussiéreux’, dúnan sènnateli` [dúnán sènnàtélí`] ‘étranger pressé’.

47Nom + Participe, tonalement non-compactes : mùso sìgilen` [mùsó sìgìlén`] ‘une femme assise’, dɔ́gɔ fèereta` [dɔ́gɔ́ fèerètá`] ‘le bois pour la vente’, dén sùnɔgɔbali` [dén sùnɔ̀gɔ̀báli`] ‘l’enfant qui n’a pas dormi’.

2.1.7. Les constructions distributives

48Les constructions distributives à connecteur ô s’écrivent séparément :

49dùgu ô dùgu ‘n’importe quel village’, sògo ô sògo ‘quelle que soit la viande’.

2.2. Des propositions formulées dans (Konta & Vydrin 2014)

2.2.1. Séquences « f-, s- suivies de voyelles semi-ouvertes »

50Les voyelles moyennes longues provoquent une palatalisation facultative des consonnes s, f ; dans ce cas, la voyelle peut se réaliser comme brève : séere ~ shyére ‘témoin’, fèere ~ fyère ‘vendre’, fɛ̀ɛrɛ ~ fyɛ̀rɛ ‘ruse’. Après s, la même variabilité concerne la voyelle ɔɔ : sɔ́ɔlɔ́ ~ shyɔ́lɔ́égoutter’, sɔ́ɔri ~ syɔ́ri ‘insérer’.

51La décision : On retient la variante à voyelle longue, sans palatalisation : seere, feere, fɛɛrɛ, sɔɔlɔ, sɔɔri.

2.2.2. Syllabes « consonne nasale + voyelle i ou u »

  • 6 Dans (Konta & Vydrin 2014) il a été proposé d’écrire le mot pour ‘partisan, allié’ avec un « n » à (...)

52Dans les syllabes du type « consonne nasale + voyelle i ou u » à la fin du mot le caractère nasal ou oral de la voyelle n’est pas pertinent : ɲún [ɲú ~ ɲṹ] ‘charger (sur la tête). Suivant les résultats d’une étude statistique, il est proposé de transcrire les syllabes de ce type par défaut sans -n final (ɲíni ‘chercher’, mù ‘enduire’, dími ‘douleur’), sauf dans les mots et morphèmes suivants où la présence de ‑n final prédomine dans les textes et peut être considérée comme consacrée par la tradition (cela concerne également les mots composés et dérivés comportant ces racines) :6

53dùnun ‘tambour’, fúnun ‘gonfler’, kínin ‘droite’, kúnun ‘(se) réveiller’, kùnun ‘avaler’, kúnùn ‘hier’, mìn ‘boire’, mîn marque relative, mín où ?’, mùn ‘quoi ?’, nìn ‘ce’, -nin suffixe diminutif, nún ‘nez’, nùn ‘grâce à’, ɲín ‘dent’, ɲún charger (sur la tête)’, túnun ‘disparaître’.

2.2.3. Lettres z et v

54La lettre z ne s’écrit que dans des emprunts (surtout au français), ex. : ziɲɔri ‘junior’, zido ‘judo’, zuwɛn ‘juin’. Pour les mots d’origine mandingue où z apparaît comme une variante, à côté des consonnes prénasalisées ns et/ou nz, on retient la variante ns, ex. : nson ‘voleur’ (plutôt que *nzon ou *zon).

55La lettre v n’est pas utilisée en bamanankan ; dans les mots d’emprunt, y compris les noms propres, on écrit un w : wɛri ‘verre’, Waleri ‘Valérie’.

2.2.4. L’orthographe de /ʃ/

56Selon les règles de l’ancienne orthographe du bamanankan, on transcrivait /š/ par le digraphe sh (Anonyme 1979: 11). Après la réforme orthographiques des années 1980, il a été décidé de ne pas distinguer /ʃ/ de /s/ (Anonyme 1993: 10) ; on prescrit l’orthographe sɔ pour /ʃɔ̀/ ‘haricot’ et sɛ pour /ʃɛ̀/ ‘poulet’. La raison en a été la suivante : dans la plupart de dialectes du bamanankan, le phonème /s/ a un allophone [ʃ] dans des contextes qui varient d’un dialecte à l’autre, et dans la perspective pan-dialectale, il s’agit de la variation libre : [bàsi ~ bàʃi] ‘couscous’, [sú ~ ʃú] ‘nuit’, etc.

57Cependant, on trouve en bamanankan au moins quatre mots où la variation entre s et ʃ n’existe pas, et on prononce invariablement un ʃ : ʃɛ̀ ‘poulet’, ʃɔ̀ ‘haricot’, ʃù ‘chou’, ʃán ‘herbe Rottboellia exaltata’ (dans le dialecte Bélédougou, ʃɛ́n). Pour deux de ces mots, on trouve même des paires minimales :

58ʃù ‘chou’ – sù ‘cadavre’,

59ʃán ‘herbe Rottboellia exaltata’ – sán ‘an, année’.

60Pour ces quatre mots, il a été décidé de récommander l’utilisation du digraphe sh, mais, pour la continuité, de tolérer également l’écriture avec un s. On a donc les variantes graphiques : 

61shɛ ~ sɛ ‘poulet’

62shɔ ~ sɔ ‘haricot’

63shu ~ su ‘chou’

64shan ~ san ‘herbe Rottboellia exaltata’.

65Tous les autres lexèmes s’écrivent avec un s seulement : si ‘âge’, su ‘nuit’, basi ‘couscous’, etc.

2.2.5. La voyelle nasale suivie d’une consonne nasale

66La nasalité vocalique est désignée par la lettre n suivant la voyelle. Pourtant, dans les publications, là où une voyelle vocalique apparaît devant une consonne nasale (surtout en composition ou en dérivation), on omet souvent la lettre n désignant la nasalité vocalique.

67Les experts ont confirmé que l’écriture de n dans de pareils contextes est obligatoire, son omission est inadmissible. Par exemple :

Écriture correcte

Écriture incorrecte

Traduction

denmisɛnnin

*demisɛnin

‘petit enfant’

bagɛnna

*bagɛna

‘chevrier’

A siranna.

*A sirana

‘Il a eu peur’.

68Il en est de même pour les voyelles nasales suivies des suffixes –ntan (privatif) et –nci (marque de l’agent excessif). Dans ce contexte, une double nasale s’écrit :

Écriture correcte

Écriture incorrecte

Traduction

senntan

*sentan

‘qui n’a pas de jambes’

kunntan

*kuntan

‘sans tête ; inutile’

nkalonnci

*nkalonci

menteur invétéré

69Sinon, on confondrait (surtout en écriture non-tonalisée) sen-ntan ‘qui n’a pas de jambes’ et se-ntan ‘personne sans pouvoir’ ; kun-ntan ‘sans tête’ et ku-ntan ‘qui n’a pas de queue’, etc.

70La double ou même triple nasale s’écrit dans des mots conglomérés où cela est nécessaire pour représenter la structure morphologique de ces mots, comme bìnnkanni ‘agression, viol’ (plutôt que *bìnkani) ou jɔ̀nńnámépris’ (plutôt que *jɔ̀nna).

2.2.6. Postpositions

  • 7 Sauf les cas où elles entrent dans des mots composés, tonalement compacts, ex. : kɔ́fɛsen ‘patte de (...)

71Les postpositions s’écrivent séparément des groupes nominaux précédents dont elles sont tonalement autonomes.7

72De point de vue de leurs composition, il y a des postpositions simples et composées.

73Voici la liste exhaustive des postpositions simples :

74bára ‘chez’,

75bólo (valeur de possession et de contrôle),

76cɛ́ ‘entre’,

77fɛ̀ ‘vers’,

78kàn ‘sur’,

79kɔ́ ‘derrière, après’,

80kɔ́rɔ ‘sous’,

81kɔ́nɔ ‘à l’intérieur de’,

82kùn ‘sur la tête de, en possession de’,

83lá/ná (valeur locative générale),

84mà (valeur adressative),

85ɲɛ́ ‘devant’,

86yé (valeurs équative, adressative, de transformation etc.),

87yɔ́rɔ ‘chez’.

88Les postpositions composées comportent deux parties : une partie nominale (kùn- tête’, kɛ̀rɛ- ‘côte’, ɲɛ́- ‘œil, devant’, etc.) suivie d’une postposition simple. Ces composantes ne sont pas tonalement compactes, chacune garde son ton original. Cependant, on les considère comme des mots composés, plutôt que des combinaisons de deux mots (nom + postposition), par le critère d’impossibilité d’insertion d’autres mots. En bamanankan, un mot passe-partout est la particule de focalisation dè, on l’utilise pour vérifier la séparabilité. Cette particule ne peut pas être insérée entre les composantes d’une postposition composée. Ainsi, on peut dire :

(1a)

tɛ̀mɛ

ɲɔ́gɔn

dè

kɛ̀rɛfɛ̀.

3pl

ipfv

passer

recp

foc

par.côté

89‘Ils passent à côté l’un de l’autre’.

90Par contre, on ne peut pas dire :

(1b)

*Ù

tɛ̀mɛ

ɲɔ́gɔn

kɛ̀rɛ

dè

fɛ̀.

3pl

ipfv

passer

recp

côté

foc

par

91Voici la liste exhaustive des postpositions composées :

92bólokɔrɔ ‘sous la main de’,

93cɛ́la ‘au milieu de’,

94cɛ́fɛ̀ ‘au milieu de’,

95cɛ́mà ‘au milieu de’,

96dáfɛ̀ ‘près de’,

97dála ‘à côté de’,

98jùlá ‘au fond de’,

99fànfɛ̀ ‘vers’,

100jùkɔ́rɔ ‘sous’,

101kàlamà ‘au courant de’,

102kámà ‘pour’,

103kánna ‘sur’,

104kɛ̀rɛfɛ̀ ‘à côté de’,

105kɔ́fɛ̀ ‘derrière’,

106kósɔ̀n ‘à cause de’,

107kɔ́kàn ‘à l’extérieur de’,

108kùndá ‘du côté de, au niveau de ; selon’

109kùnná ‘sur’,

110nɔ̀fɛ̀ ‘derrière’,

111nɔ̀ná ‘à la place de’,

112ɲɛ́fɛ̀ ‘devant’,

113ɲɛ́na ‘devant’,

114ɲɛ́mà ‘devant’,

115ɲɛ́kɔrɔ ‘à la veille de’,

116sánfɛ̀ ‘par-dessus’,

117sènfɛ̀ ‘au cours de’,

118sènkɔ́rɔ ‘parmi, au milieu de’.

119Deux postpositions, kósɔ̀n et kámà, se rapprochent des postpositions composées par l’absence de compacité tonale, mais elles n’ont pas d’étymologies transparentes au niveau du bambara, ce qui les rend semblables aux postpositions simples.

120L’écriture collée des postpositions composées a été recommandée dans les deux guides d’orthographe (Anonyme 1979: 20; Anonyme 1993: 17) ; à leur sujet voir également (Dumestre 2001). Cependant, dans les publications en bamanankan, on trouve souvent leur écriture séparée.

121Après une discussion animée, l’Atelier a confirmé l’écriture collée des postpositions composées.

2.2.7. Les numéraux

122Selon le Guide de transcription (Anonyme 1993), les numéraux, cardinaux comme ordinaires, s’écrivent séparément des noms précédents :

123mɔ̀gɔ fìla ‘deux personnes’, dón kɔ̀nɔntɔnnan ‘neuvième jour’, Mùso jòli? ‘Combien de femmes ?’ (jòli est un pronom-numéral).

124Cependant, l’orthographe des numéraux de deuxième ordre formés avec n’avait pas été établie. Les dictionnaires publiés varient à ce propos ; ainsi, l’écriture collée est assumée dans (Dumestre 2011), et l’écriture séparée, dans (Anonyme 1980; Dukure & Baalo 2021). Dans (Bailleul 2007), on trouve les deux écritures en compétition.

  • 8 Un autre argument important a été évoqué par Klaudia Dombrowsky (communication personnelle) : il es (...)

125Dans les textes publiés, on trouve les deux écritures, mais celle séparés est de loin plus fréquente. Un autre argument pour l’écriture séparée est l’absence de compacité tonale : bî, l’élément désignant la dizaine, porte un ton haut suivi d’un ton flottant bas, et la deuxième partie du numéral composé garde son ton lexical :8

126bî dúuru 50, bî kɔ̀nɔntɔn 90

127Après une discussion, l’écriture séparée pour ces numéraux a été retenue.

2.2.8. Les formes redoublées

128Dans le guide de la nouvelle orthographe (Anonyme 1993: 14), il a été recommandé de séparer les parties d’une forme redoublée avec un trait d’union. Cependant, on trouve en bamanankan des mots redoublés de deux types :

129– ceux pour lesquels des mots non-redoublés dont ils seraient dérivés n’existent pas, ou les mots redoublés non-motivés. Le plus souvent, ils sont tonalement compacts. Ils peuvent appartenir aux différentes parties de discours. Il a été proposé dans (Konta & Vydrin 2014) d’écrire les mots redoublés non-motivés collés :

130kúlukulu ‘poulailler’, cógocogo ‘remuer dans l’eau’, sɔ̀gɔsɔgɔ ‘tousser, la toux’, kàlakala ‘brindilles’, ɲàmaɲama ‘bricoles’.

131– ceux pour lesquelles on trouve des formes non-redoublées dont ils ont été dérivés, comme bòli ‘courir’ pour bòli-bòli ‘courir dans tous les sens’, tà ‘prendre’ pour tà-tà ‘prendre à plusieurs reprises’, pán ‘sauter’ pour pán-pán ‘sautiller’. Ils sont, en règle, tonalement non-compacts. Ces mots sont des « formes redoublées motivées » ; il a été proposé de les écrire avec des traits d’union. Les redoublés motivés sont surtout les verbes (à valeur de pluriaction, voir les exemples ci-dessus) et des numéraux à valeur distributive (on les écrit toujours en lettres) kélen-kélen ‘par un’, fìla-fìla ‘par deux’, wɔ́ɔrɔ-wɔ́ɔrɔ ‘par six’.

132L’écriture avec un trait d’union est observée même là où le verbe redoublé est doté d’un suffixe flexionnel :

  • 9 Ici et dans ce qui suit, je donne des exemples phrastiques sans gloses. D’un part, les règles stand (...)

133Ù bòli-bòlila kà ò sògo tóbilenw dí̀gɔ bɛ́ɛ mà.Ils ont couru par-ci par-là et ont donné de cette viande cuite à tout le monde’.9

134Ù ní ɲɔ́gɔncɛsiraw bɛ́ɛ tìgɛ-tìgɛra péwu. Les routes entre eux ont été toutes coupées (une par une)’.

135On trouve quelques paires minimales des formes redoublées motivées et non-motivées, comme sɔ̀gɔ-sɔ̀gɔ percer par ci par là, trouer par ci par là’ (de sɔ̀gɔ ‘percer’) vs. sɔ̀gɔsɔgɔ ‘tousser, la toux’. Dans ces cas, l’orthographe différente (écriture collée vs. séparée par un trait d’union) permet de distinguer les sens.

136La proposition de l’écriture collée pour les formes redoublées non-motivées et avec un trait d’union pour les formes redoublées motivées a été retenue après une longue discussion.

2.2.9. Noms composés tonalement non-compacts

137En bamanankan, il y a des noms composés de types différents dont les parties constitutives ne sont pas tonalement compactes. Après une discussion très animée, il a été décidé de les écrire avec des traits d’union (8 voix contre 3 ; l’option alternative avait été d’écrire leurs composantes comme des mots séparés).

138Parmi ces noms composés non-compacts, la majorité sont des conglomérés, c.-à.-d. des noms composés basés sur des constructions autres que celles des groupes nominaux (Dumestre 1983). La plupart des modèles des noms conglomérés ne sont pas tonalement compacts (les composantes gardant leurs tons d’origine), ces noms sont écrits avec des traits d’unions : sìgi-ń-bólo-mà ‘personne tranquille ; tranquillité’, sé-ń-yɛ̀rɛ̂-kɔ́rɔ ‘autosuffisance’, ála-ká-mùrujan ‘arc-en-ciel’, ntòri-ká-sìgilan ‘espèce de champignon’, dùgutigi-y'-án-wéle ‘chemise sans manches’.

139Cependant, dans un certain nombre des conglomérés, les tons originaux ne sont pas maintenus, et le mot appartient à un de deux types tonaux standards. Dans des cas pareils, on l’écrit collé : sìginfɛ ‘le fait de vivre ensemble’.

140En particulier, les conglomérés du type « V ka V » (verbe – marque de l’infinitif – verbe) ne sont pas tonalement compacts, on les écrit collés : bàlakawuli ‘ganga de Gambie (oiseau)’, sòlikawuli ‘le fait de se lever de bonne heure’.

141Il se trouve des cas où la composition nominale suit un modèle syntaxique basique (le plus souvent, une construction génitivale, Nom + Nom), mais, contrairement aux attentes, le mot composé n’est pas tonalement compact. Dans de pareils cas, l’écriture avec un trait d’union est appliquée :

142tù-shɛ̀nin ‘poule de rochers’, bá-wɔ̀lɔ ‘oie d'Egypte’, dàba-kàla ‘arbre à bois dur’, jí-sò ‘un animal aquatique’.

2.2.10. L’écriture des adverbes pré-verbaux

143En bamanankan il y a une classe des adverbes qui précèdent les verbes et, le plus souvent, forment avec eux des unités tonalement compactes : sɛ̀bɛkɔrɔ ‘sérieusement’, dàmatɛmɛ ‘excessivement, etc. ; voir (Dumestre 1987: 484–490; Dumestre 2003: 289–292).

144A part cela, il existe un mécanisme productif de conversion régulière des noms en adverbes préverbaux à valeur comparative, comme fàli ‘âne’ dans Ù y’à fàlibugɔ ‘Ils l'ont frappé comme un âne’ (Vydrin 2012; Vydrin 2019: 379–382).

145Dans le Guide de transcription (Anonyme 1993: 13), une écriture séparée a été recommandée pour les adverbes préverbaux (y compris ceux dérivés des noms).

146Après une longue discussion, l’Atelier a recommandé une écriture collée pour tous les types des adverbes préverbaux (y compris ceux provenant des noms) : Án b’ò sɛ̀bɛkɔrɔdɔn Nous le savons parfaitement’, Ù ye dùgu ìn dàgakolonci ‘Ils ont écrasé ce village comme une vieille calebasse’.

2.2.11. Écriture collée vs séparée pour certains mots/expressions fréquentes

1472.2.11.1. On trouve en bamanankan des séquences des phonèmes identiques qui expriment des sens différents. Parfois ces séquences portent des tons différents, et parfois elles ne se distinguent même pas de ton. L’écriture séparée ou collée permet de les distinguer (cependant, dans la pratique écrite du bamanankan, cette différence n’est pas toujours respectée). Énumérons certains de ces cas.

148mùnna ‘pourquoi ?’ vs. mùn ná ‘dans quoi?’, ex. :

149Í ye à kàlan mùnná ? ‘Pourquoi l’as-tu enseigné ?’ vs.

150Í ye à kàlan mùn ná ? ‘Qu’est-ce que tu lui as enseigné ?’

151kójugu ‘très’ vs. kó jugu ‘affaire grave, crime, mauvaise pensée’, ex.:

152À ka dàgaw ka ɲì kójugu! ‘Ses canaris sont très bons’.

153Ò tùma` lá, kó jugu` dònna ù dùsukun` ná. ‘A ce moment, une mauvaise pensée est entrée dans leurs cœurs’.

154k’à sɔ̀rɔ, kàsɔrɔ (l’Atelier a décidé de retenir les deux écritures) ‘bien que, malgré’ (valeur de concession) vs. ka sɔ̀rɔ ‘puis’ (valeur consécutive), ex. :

155Ò wáatiw lá, mùso` tùn bɛ́ sàn bî náani kɛ́ dénwolo` lá kàsɔrɔ/k’à sɔ̀rɔ à má bàna mìnɛ. ‘A cette époque-là, une femme accouchait pendant quarante ans, sans tomber malade’.

156Í bɛ fìnfin` kɛ́ ò kɔ́nɔ, kà sɔ̀rɔ kà cɛ̀ncɛn` dá ò kàn... ‘Mets du charbon là-dedans, puis rajoute du sable…’

157kàbán ‘déjà’ vs. kà bán ou k’à bán ‘complètement’, ex. :

158À bìnaakɛ nìn, à yɛ̀rɛ̂ sàra kàbán. Son oncle maternel lui-même est déjà mort’.

159Ò y'à sɔ̀rɔ mùso` tílala à ká kó` lá kà bán péwu. Il s’est avéré que la femme a fini son affaire complètement’.

  • 10 Dans l’expression à ɲɛ́` mà ‘comme il faut’, la particule de focalisation peut être insérée en (...)

160ɲɛ́mà ‘devant’, une postposition composée vs. ɲɛ́` mà, dans l’expression à ɲɛ́` mà ‘comme il faut’ :10

161À b’í n’à fɔ́ fɛ́n` dɔ́ tùn bɛ́ kálo` ɲɛ́mà. C’était comme s’il y avait eu quelque chose devant la lune’.

162Ń b’ò dɔ́n à ɲɛ́` mà. Je le connais très bien, comme il faut’.

1632.2.11.2. Quelques cas individuels problématiques

164L’Atelier a fait la discussion sur quelques mots et expressions pour lesquelles on observe des divergences dans la pratique écrite du bamanankan, cf. Tableaux 2 et 3.

Sens

Forme recommandée

Forme déconseillée

‘quelques’

dámadɔ

*dáma dɔ́

‘un autre’

dɔ́wɛrɛ

*dɔ́ wɛ́rɛ

‘depuis’

kàbíni

*kàbí ní

très, beaucoup’

kósɛbɛ, kósɛ̀bɛ

*kó sɛ̀bɛ

‘bien, comme il faut’

kóɲùman

*kó ɲùman

‘de nouveau’

kókura

*kó kúra

‘quand, lorsque’

mînkɛ́, mínkɛ́ni

*mîn kɛ́, *mín kɛ́ni

là-bas

yènnínnɔ̀, yènnɔ̀

*yen nin nɔ ou *yènní nɔ̀, *yen nɔ

165Tableau 2. Formes liées recommandées

  • 11 Très bizarrement, une habitude s’est établie dans les publications en bamanankan d’écrire collée l’ (...)

Sens

Recommandé

Déconseillé

‘à l’oubli de’

à ɲìnɛ` mà

*a ɲinɛma

derrière le fleuve, sur l’autre rive de fleuve’

bá` kɔ́

*bakɔ

‘sous la main’

bólo kɔ́rɔ

*bolokɔrɔ

‘faire une intrusion; mettre fin, annuler’

dàn kári11

*dankari

‘par terre’

dùgu` mà

*duguma

‘jusqu’ici’

háli bì

*halibi

‘pardonner’

hàkɛ tó

*hakɛto

‘comme’

í n’à fɔ́

*inafɔ, *i na a fɔ

‘comme, comme si’

í kó

*iko

‘s’ingérer’

k’í sèn` dòn

*k’i sendon

‘se suicider’

k’í yɛ̀rɛ̂ fàga

*k’i yɛrɛfaga

‘au hasard’

kùn fɛ̀

*kunfɛ

‘grâce à’

nùn mà

*nunma, *numa

‘au cours de’

sèn fɛ̀

*senfɛ

‘en marche, en cours, sur pied’

sèn kàn

*senkan

166Tableau 3. Formes séparées recommandées

167Il y a une expression, [kàà mǎsɔ̀rɔ̀] ‘parce que’, pour laquelle les experts ont retenu les deux écritures : k’a màsɔ̀rɔ (écriture séparée) ou kàmasɔrɔ (écriture liée).

2.2.12. Noms propres

168Les noms propres sont écrits avec la première lettre en majuscule. Les groupes suivants sont considérés comme des noms propres (et s’écrivent donc avec les majuscules ; cette liste n’est pas exhaustive) :

169– prénoms de gens (et noms des animaux): Áminàta, Sékù,

170– nom de familles, désignations de membres de familles/clans : Jàra, Kúlubàli, Kàmisoko, Kúlibalilaka membre de la famille / du clan Coulibaly’,

171– les habitats des familles : Jàrala, Kúlubalila,

172– noms des localités (toponymes) : Bàmakɔ, Líbɛriya,

173– équipes, noms de compagnies : Àrajomali ‘Radio Mali’, Sótarama ‘SOTRAMA’,

174noms de monuments : Kɔ̀nɔba, Bugiba, Màliba, Sìgi, Sàmaba.

175Si un nom propre consiste en plusieurs mots, chaque mot est écrit avec une lettre majuscule, ex. :

176Promenade des Angevins : Anzekaw Tɔ́gɔlasiraba,

177Jardin du maire de Bamako : Bamakɔ Mɛri Tɔ́gɔlafiɲɛminɛyɔrɔ,

178Hôpital Gabriel Touré : Gabiriyɛli Ture Dɔ̀gɔtɔrɔsoba,

179Square Patrice Lumumba : Patirisi Lumunba Tɔ́gɔlakɛnɛ,

180Rond-point Kwamé Krouma : Kuwame Kuruma Tɔ́gɔlakurubɔ.

181Ne sont pas vus comme des noms propres les catégories suivantes de noms (qui sont donc écrits avec des lettres minuscules) :

182– jours de la semaine, les mois: àraba ‘mercredi’, zánwuye ‘janvier’,

183– noms de groupes ethniques, des nations, des habitants de lieux : sínɛfɔ ‘Sénoufo’, séguka ‘habitant/originaire de Ségou’,

184– noms des langues : sínɛfɔkan.

2.2.13. Mots étrangers

185Pour les mots étrangers non-adaptés (surtout des noms propres), l’Atelier a décidé de continuer la pratique actuelle de l’adaptation de l’orthographe de ces mots au modèle bamanankan : Bɛrinari ‘Bernard’, Zozefini ‘Josephine’, Yesu Kirisa ‘Jesus Christ’, Abuduli Kadɛri ‘Abdoul Kader’; Zerari Dumɛsi ‘Gérard Dumestre’, BetowɛnBeethoven’, Digoli ‘de Gaulle’, Olandi ‘Hollande’, Merikeli ‘Merkel’.

2.2.14. Les sigles et acronymes

186Les sigles et acronymes provenant des langues autres que bamanankan s’écrivent dans le respect de la prononciation du bamanankan sans placer ni des points ni des tirets. On accompagne ces formes par le sigle originel (français, anglais, etc.) : Inɛsiko (UNESCO), Inisɛfu (UNICEF).

2.3. Propositions de l’article (Konta & Vydrin 2014) non retenues par l’Atelier

187Certaines propositions formulées dans l’article de Konta & Vydrin (2014) ont été rejétées par les participants de l’Atelier, en particulier :

188– La réintroduction de gw (dont l’utilisation a été déconseillée dans les guides de transcription). En fait, gw représente un phonème à part du bamanankan, différent de /g/, le problème est en son instabilité élevée dans les dialectes et même en bambara standard. L’Atelier a décidé de maintenir la recommandation négative par rapport à l’utilisation de gw.

189Il a été proposé de ne pas utiliser l’élision vocalique finale pour les verbes (c.-à-d., ne pas écrire À d’à mà ‘Donne-le lui’, Án bɔ́r’à lá ‘Nous sommes sortis de cela’, et utiliser les formes complètes : À dí à mà, Án bɔ́ra à lá.). L’Atelier a décidé de ne pas introduire cette restriction, pourvu que cela ne perturbe la compréhension.

3. Sélection des variantes standards des lexèmes

190Les débats sur les règles ont pris deux jours de travail de l’Atelier, ce qui a été suivi de presque trois semaines de travail sur la liste lexicale. La procédure était la suivante : la liste des variantes à discuter, avec toutes les données statistiques, était projetée sur l’écran. Chacun était invité à évaluer les variantes et à suggérer, laquelle d’entre elles devrait être prise pour standard. Si les avis divergeaient, on passait au vote aux mains levées. Parfois, à la demande de participants, certains lexèmes étaient rediscutés et revotés.

191Assez souvent on tombait sur des lexèmes que certains experts ignoraient ; dans ces cas, seuls les participant familiers avec le lexème contribuaient à la discussion et au vote.

192Les résultats de ce travail se présentent dans la nouvelle version du dictionnaire Bamadaba en ligne (Bailleul et al. 2011), et les nouvelles versions du Corpus Bambara de Référence seront annotées en tenant compte des choix orthographiques dans le dictionnaire. Il serait souhaitable qu’un dictionnaire orthographique bambara à l’usage des enseignants et élèves maliens soit publié au Mali en version papier, mais cela dépend des instances chargées de la politique linguistique du pays, et cette tâche semble difficilement réalisable dans la situation actuelle au pays.

193Les tableurs utilisés pendant le travail de l’Atelier seront mis en ligne sur le site du Corpus Bambara de Référence et du dictionnaire Bamadaba ; dans ces tableurs on trouvera les données statistiques pour chaque variante de chaque lexème, et les indicateurs désignant les décisions prises (r – variante recommandée, t – variante tolérée, e – variante à éliminer).

194Il ne s’agit pas de discuter ici tous les lexèmes traités, mais je présenterai quand même quelques cas typiques auxquels les participants de l’Atelier se sont confrontés.

3.1. Les variantes « tolérées »

195Comme il a été déjà dit, le but d’un dictionnaire orthographique est la normalisation (autrement dit, la standardisation) de la langue écrite bambara. La normalisation sous-entend l’élimination de la variabilité, ou, au moins, sa minimalisation. Cependant, le nombre des variantes « tolérées » s’avère assez élevé, car on a fait recours à ce statut souvent en quête de compromis. Il y a eu même des cas où, pour des raisons multiples, on a attribué ce statut à plus d’une variante, ex. :

196hɛ́rɛ r, hɛ́ra t, hɛ́ɛrɛ t ‘paix, bonheur’,

197lìngilanga r, lèngelanga t, jìngijanga t ‘se dandiner’,

198kàmali r, kàmani t, kàmari t ‘rassembler’.

199Le statut « tolérée » a été souvent attribué à toutes les variantes des adverbes expressifs (ou autres mots d’origine idéophonique), car ces variantes peuvent exprimer des nuances sémantiques, parfois évasives. Ex. :

200kɛ́lɛnwu r, kɛ́wu t, kɛ́lɛwu t, kéwu t, káwu t ‘bruit de casse’

3.2. Des variantes recommandées malgré les données statistiques

201L’idée originale avait été de choisir les variantes standards en s’appuyant surtout sur les données statistiques, c.-à-d. sur leurs fréquences dans le Corpus Bambara de Référence. Cependant, lors des discussions au sein de l’Atelier, d’autres arguments ont été considérés comme plus consistants. Quelques exemples sont présentés dans le Tableau 4.

Trad.

Variante

Statut

Corpus non-désamb.

Corpus désamb.

Auteurs

Documents

écraser

cɔ́nkɔn

e

137

127

39

5

cɔ́ngɔ

r

30

29

24

11

cɔ́nkɔ

t

20

20

12

4

créature

dánfɛn

t

351

350

178

44

dáfɛn

r

252

249

119

35

hameçon

dóolen

r

3

3

2

2

ndóolen

e

dólen

t

56

56

17

9

ndólen

e

1

1

1

dɔ́len

e

15

courber

dù

e

5087

65

52

25

dùn

r

13832

4

4

4

veuvage

fìriya

t

64

fìliya

r

52

21

3

3

fùruja

e

3

fìiya

e

2

202Tableau 4. Variantes recommandées choisies malgré les données statistiques

203Les raisons de ces choix pouvaient être différents. Ainsi, la variante dáfɛn ‘créature’ a été retenue pour donne suite au choix de la variante dá pour le verbe ‘créer, fabriquer’ (par défaut, la même forme doit être choisie dans les mots composés et dérivés, sauf s’il y a de très forts arguments pour le contraire). La variante dóolen pour ‘hameçon’ a été retenue à cause de sa voyelle longue, un trait distinctif ancien. Et dans des nombreux cas, l’argument principal a été l’intuition linguistique de la majorité des participants.

3.3. Les variantes recommandées ou tolérées absentes de la liste originale

204Il y a eu des cas où les variantes phonétiques de la liste originale (provenant du dictionnaire Bamadaba) ont été complétées, lors de la discussion, par d’autres variantes, et la prépondérance (le statut « tolérée » ou même « recommandée ») a été donnée aux variantes rajoutées.

205Il s’agit, en fait, des lacunes dans la version du dictionnaire Bamadaba utilisée comme base pour la liste des variantes lexicales, lacunes comblées au cours de la discussion. D’ailleurs, la plupart des variantes (mais pas toutes) rajoutées à la liste apparaissent dans le Corpus Bambara de Référence. Voici quelques cas.

206dèndegelu r ‘épier, regarder en tendant les yeux et en se cachant’, les autres formes, dègedegelu, dègedegeli, dèndegeru, dèndege, ont été « rejetées ». C’est un lexème peu fréquent dans les textes (seules 2 occurrences dans le Corpus, dans les deux cas, c’est la variante dègedegeli).

207dɛ̀ɛmɛdɛɛmɛ r ‘se démener ; aider à marcher’, une variante non-représentée dans le Corpus où seule la forme dɛ̀mɛdɛmɛ apparaît. Cependant, les experts ont voté pour la recommandation de la variante avec les voyelles longues.

208álajì r, lájì t ‘hadji’. Dans la liste originale (et dans la version de Bamadaba, ce lexème avait trois variantes : ɛ́lihajì, ɛ́li hajì, hájì ; les experts en ont rajouté trois autres. Dans le Tableau 5, les statistiques des occurrences des variantes dans le Corpus sont présentées. Comme on voit, les deux variantes les plus fréquentes ont été rejetées par les experts, et la variante « tolérée » n’est pas du tout attestée dans le Corpus.

Variante

Statut

Corpus non-désamb.

Corpus désamb.

Auteurs

Documents

ɛlihaji

e

60

59

43

24

haji

e

145

1

1

ɛli haji

e

103

103

13

12

álajì

r

49

lájì

t

0

ɛ́lajì

e

0

209Tableau 5. Statistiques des occurrences pour álajì ‘hadji’

210fìsika r, fìsinka e, fìnsan e ‘cuire au bain-marie’ est un mot peu fréquent ; on a retenu la variante qui a été familière au moins à quelques participants de l'Atelier.

211júra r ‘visiter un lieu saint’ est un autre mot peu fréquent. Les deux variantes de la liste originelle, júura et jóora, ont été rejetés par l'Atelier, au profit de la forme à voyelle brève.

212kɛ́rɛkɛ ‘selle’ (voir Tableau 6) est un ancien emprunt, probablement au soninké. Aux quatre variantes de la liste originale (kírikɛ, kírike, kílike, kɛ́rikɛ) les experts ont rajouté deux, dont une, kɛ́rɛkɛ, a été retenue comme standard (contrairement aux statistiques des occurrences dans le Corpus), tandis qu'une des formes originales, kírike, a obtenu le statut de « tolérée ».

Variante

Statut

Corpus non-désamb.

Corpus désamb.

Auteurs

Documents

kírikɛ

t

60

59

18

kírike

e

73

72

17

kílike

e

6

6

1

kɛ́rikɛ

e

7

6

5

kɛ́rɛke

e

kɛ́rɛkɛ

r

12

213Tableau 6. Statistiques des occurrences pour kɛ́rɛkɛ ‘selle’

214ɛ́rɛni ‘hernie’ est un emprunt français. Dans la liste originale, on trouve trois variantes : éreni, érini, ɛ́reni, dont une seule, éreni, apparaît dans le Corpus. A cette occasion, on peut mentionner le principe que les experts ont décidé d’appliquer aux emprunts français récents est d’éviter la variabilité (pas de variantes « tolérées » !).

215On trouve également des cas où une variante rajoutée à la liste par les experts est, suite à la discussion, marquée comme « tolérée ». Il s’agit aussi de lacunes importantes remplies au cours du travail de l’Atelier. Ex. :

216dádè r, dájè t, dádèn e ‘se taire’. La variante dájè avait été absente, et on ne la trouve pas dans le Corpus. D’ailleurs, la variante rejetée dádèn est très bien représentée (68 occurrences dans le Corpus, dont 36 dans le sous-corpus désambiguïsé ; 16 textes, 6 auteurs).

217fɛ́ngɛɲɛ r, pɛ́ngɛɲɛ t, fɛ́ngɛngɛ e ‘derrière, fesses’. La variante pɛ́ngɛɲɛ a été rajoutée par les experts au cours de discussion.

3.4. Lexèmes que les experts ignorent

218Le bambara étant une grande langue, avec beaucoup de dialectes et variantes régionales, il n’est pas étonnant qu’un nombre sensible de lexèmes figurant dans les grands dictionnaires s’est avéré inconnu de nos experts. Sans doute, ce sont des mots régionaux ou obsolètes ; il s’agit souvent des noms des espèces bilogiques que les citadins ignorent très naturellement. Voici quelques exemples :

219dàga-sìgi-dàga-lá ‘bouton blanc’ (Leucas martinicensis), dɔ̀nka ‘petit tambour de griot’, gága ‘panier de cola’, làfa ‘bonnet’, nɔ̀ɔrɛ ‘bourses’, ntènkisɛdabilen ‘arbre érythrine (Erythrina senegalensis)’, sɔ̀mi ‘acte sexuel’, wɔ̀yɔ, wòyo ‘faire fondre’, ngíran ‘oiseau échasse blanche’.

220Quand les lexèmes de ce type ont des variantes phonétiques, le seul moyen de classifier leurs variantes reste les données statistiques ; et si ces données manquent (le mot n’apparaît pas dans le Corpus, ou il n’y apparaît que très rarement), toutes les variantes ont reçu le statut soit « recommandé », soit « toléré ».

221D’autres mots ont été connus d’un seul expert, voir de deux. Ainsi, tout le monde a ignoré les mots suivants, sauf Dokala Diarra (originaire du Bélédougou ; la liste n’est pas exhaustive) : dúngùru ‘planchette sur le linteau de la porte’, háwulɛ ‘gourmandise’, nɔ̀mi ‘bancal’, sɛ̀li ‘bouder’, tìntɔ, tìntɔn ‘jeune initié’.

  • 12 Curieusement, fúse et kɔ̀nkɔnnìn sont absents du dictionnaire (Dukure & Baalo 2021).

222D’autres mots n’ont été connus que d’Issiaka Ballo, originaire du Baninko, par exemple: fúse ‘gris’, kòlonkolon ‘tambour rituel’, kɔ̀nkɔnnìn ‘silure’, tɔ́rilan ‘marteau’.12

223L’information « négative » sur l’usage de mots (c.-à-d., le fait qu’ils soient peu connus et peu utilisés dans la communauté linguistique) est rarement présente dans les dictionnaires. Et pourtant, cette information est d’une grande valeur pour la compréhension de la dynamique de la langue.

3.5. D’autres cas compliqués

224Lors des discussions de l’Atelier, beaucoup d’autres sujets lexicographiques ont été abordés, et la présence d’un groupe représentatif d’experts-locuteurs natifs a permis de trouver des réponses. Par exemple, on a établi ou confirmé que certains mots ont des variations tonales (régionales ou autres ; la distribution des variantes tonales demande une étude beaucoup plus approfondie). Voici quelques exemples :

225náganagalèn (Ségou), náganagalen (Bamako) ‘hirondelle’ ;

226mà ou má ‘lamantin’, ton bas pour tous les experts, sauf Ibrahima Diawara ;

227mà ou maa (atonal) marque de l’optatif : pour la majorité d’experts : une voyelle brève, ton bas ; pour une minorité : une voyelle longe, ton variable ;

228sàgon (Bélédougou), sáfo (tous les autres) ‘fade’ ;

229kɔ́kɔri (Issiaka Ballo), kɔ̀kɔri (tous les autres experts) ‘instrument recourbé pour évider les calebasses’.

230Il est vrai que l’information sur la tonalisation des mots n’a pas d’incidence directe sur l’orthographe bambara (car les tons n’y sont pas notés), mais elle est très importante pour la lexicographie et les études tonologiques.

  • 13 Selon toute apparence, lɛ̀ est une forme d’origine maninka, et jɛ̀ est la vraie forme bambara ; les (...)

231D’autres cas compliqués ont trouvé des réponses également. Ainsi, il existe en bambara deux formes pour ‘cochon’, lɛ̀ et jɛ̀, les deux ayant, sans doute, la même origine.13 Pour une moitié des participants de l’Atelier, lɛ̀ désigne le cochon domestique, et jɛ̀, le cochon sauvage ; on peut donc les considérer comme des lexèmes différents (apparemment, cette distinction est plus typique de la partie est de l’aire linguistique bambara). Pour les autres, lɛ̀ et jɛ̀ ont le même sens, il s’agit donc des variantes du même lexème.

4. Conclusions

232Cet article n’a aucune ambition théorique ; son but est juste de présenter l’état actuel du projet d’un dictionnaire orthographique bambara, et les circonstances dans lesquelles le travail sur ce dictionnaire se déroule.

  • 14 Je ne touche pas ici aux relations entre l’écriture latine et le N’ko, c’est un problème à part. Se (...)

233Il faut mentionner également un aspect important, souvent évoqué en cette liaison : ce dictionnaire orthographique bambara, comment s’inscrit-il dans le processus d’harmonisation des orthographes des variétés mandingues différentes ?14

234L’idée d’une telle harmonisation est débattue depuis les années 1960. En fait, il s’agit surtout de l’harmonisation des variétés appartenant au sous-groupe mandingue de l’Est : le bambara du Mali, le maninka de Guinée, le dioula de Côte d’Ivoire et le dioula du Burkina Faso (il s’agit, bien évidemment, des variantes « standards » de chaque pays, les dialectes locaux restant quasiment sans écriture). Les variétés du sous-groupe mandingue de l’Ouest sont linguistiquement trop distants (il suffit de mentionner que leur système vocalique compte 5 phonèmes, contre 7 voyelles en mandingue de l’Est), et en fait, on n’a jamais entrepris d’efforts sérieux pour rapprocher l’orthographe du mandinka du Sénégal et de Gambie avec les variétés orientales du mandingue.

235L’harmonisation des variétés orientales du mandingue a apporté certains résultats. Leurs alphabets actuels sont pratiquement identiques ; même s’il y a certaines conventions divergentes (comme l’utilisation de la double voyelle dans l’orthographe dioula du Burkina Faso pour signaler l’article tonal), elles n’empêchent pas (ou très peu) la lisibilité mutuelle des textes.

236Cependant, une standardisation entre le bambara, le dioula de RCI, le dioula du BF et le maninka de la Guinée aux niveaux lexical et grammatical ne me semble pas réalisable. Le travail fait par l’Atelier en mai-juin 2022 a montré les difficultés d’une standardisation même au niveau du bambara seul ; et si on y rajoute les trois autres grandes variétés du mandingue oriental, cela risque de rendre la tâche impossible, et ses résultats peu convaincants.

Haut de page

Bibliographie

Références

Anonyme. 1979. Guide de transcription et de lecture du bambara. Bamako: DNAFLA.

Anonyme. 1980. Lexique bambara-français (bamanan kan ni tubabu kan danyègafè). Bamako: Imprimerie DNAFLA.

Anonyme. 1993. Guide de transcription et de lecture de la langue bambara. 2nd edn. Bamako: Imprimerie DNAFLA.

Bailleul, Charles. 2007. Dictionnaire Bambara-Français. 3rd edn. Bamako: Donniya.

Bailleul, Charles, Artem Davydov, Anna Erman, Kirill Maslinsky, Jean-Jacques Méric & Valentin Vydrin. 2011. Bamadaba : Dictionnaire électronique bambara-français, avec un index français-bambara. http://cormand.huma-num.fr/bamadaba.html.

Dukure, Mamadu F. & Isiyaka Baalo. 2021. Bamanankan daɲɛgafe. Bamako: EDIS.

Dumestre, Gérard. 1983. Les conglomérés en bambara. Mandenkan 6. 37–53.

Dumestre, Gérard. 1987. Le bambara du Mali : Essai de description linguistique. INALCO. Paris.

Dumestre, Gérard. 2001. Les locutions postpositives du bambara. Mandenkan 37. 1–8.

Dumestre, Gérard. 2003. Grammaire fondamentale du bambara. Paris: Karthala.

Dumestre, Gérard. 2011. Dictionnaire bambara-français suivi d’un index abrégé français-bambara. Karthala. Paris.

Kilgarriff, Adam. 1997. Putting frequencies in the dictionary. International Journal of Lexicography 10(2). 135–155.

Konta, Mahamadou & Valentin Vydrin. 2014. Propositions pour l’orthographe du bamanankan. Mandenkan 52. 22–54. https://doi.org/10.4000/mandenkan.318.

Vydrin, Valentin. 2012. Predglagol’nyje narechija v bamana (Предглагольные наречия в бамана) [Pre-verbal adverbs in Bamana]. In Valentin Vydrin & Alexander Zheltov (eds.), Mezhdu Nigerom i Kongo: zametki na pol’akh. K 60-letiju Konstantina Pozdniakova (Между Нигером и Конго: Заметки на полях. К 60-летию Константина Позднякова) [Between the Niger and the Congo: Field notes. To the 60th anniversary of Konstantin Pozdniakov], 79–93. St. Petersburg: Nestor-Istoria.

Vydrin, Valentin. 2019. Cours de grammaire bambara. Paris: Presses de l’INALCO.

Vydrin, Valentin. 2020a. Featural foot in Bambara. Journal of African Languages and Linguistics 41(2). 265–300. https://doi.org/10.1515/jall-2020-2012.

Vydrin, Valentin. 2020b. Vowel elision and reduction in Bambara. Italian Journal of Linguistics 32(1). 103–124. https://doi.org/10.26346/1120-2726-150.

Vydrin, Valentin, Kirill Maslinsky, Jean-Jacques Méric & Andrij Rovenchak. 2011. Corpus Bambara de Référence. http://cormand.huma-num.fr/index.html.

Vydrin, Valentin & Jean-Jacques Méric. 2020. Corpus-driven Bambara spelling dictionary. In Computational Linguistics and Intellectual Technologies Papers from the Annual International Conference “Dialogue” (2020), vol. 19, 1180–1187. Moscow: Russian State University for the Humanities. https://doi.org/10.28995/2075-7182-2020-19-1180-1187.

Haut de page

Notes

1 Au moment de l’étude statistique. Le dictionnaire Bamadaba évolue en permanence ; au moment où j’écris cet article, le nombre de lexème dans Bamadaba a atteint 13 500.

2 Il n’a pas été facile d’établir des critères numériques strictes, d’autant plus que d’autres facteurs ont été pris en compte aussi. Juste pour donner une idée : si la fréquence de la première variante était 2 ou 3 fois plus élevée que celle de la 2e variante, nous marquions cette 2e variante comme « tolérée ». Et si le dépassement était de l’ordre de 10 fois, on marquait la 2e variante comme « rejetée ».

3 Sur le pied caractéristique en bambara, voir (Vydrin 2020a).

4 Dans l’orthoraphe malienne du bambara, les tons ne sont pas marqués. Cependant, dans cet article, je le notes, selon le modèle du Corpus Bambara de Référence.

5 Voir (Vydrin 2020b) et (Vydrin 2020a) sur le conditionnement de l’élision vocalique en bambara.

6 Dans (Konta & Vydrin 2014) il a été proposé d’écrire le mot pour ‘partisan, allié’ avec un « n » à la fin (ɲin), ce qui le distinguerait du verbe qualitatif ɲi être bon’ (les deux lexèmes étant étymologiquement liés). Cependant, les participants de l’Atelier se sont prononcés pour la forme ɲi pour les deux lexèmes.

7 Sauf les cas où elles entrent dans des mots composés, tonalement compacts, ex. : kɔ́fɛsen ‘patte de derrière’.

8 Un autre argument important a été évoqué par Klaudia Dombrowsky (communication personnelle) : il est possible de dire en bambara bî cáman ‘des nombreuses dizaines’, et les adjectifs, d’après la règle générale, s’écrivent séparée des noms précédents. Je peux rajouter, dans la même logique, la possibilité de combiner bî avec le déterminant yírika ‘plusieurs’.

9 Ici et dans ce qui suit, je donne des exemples phrastiques sans gloses. D’un part, les règles standands du glosage sont en contradiction avec la présentation des règles orthographiques (cela concerne surtout l’utilisation des traits d’union). D’autre part, l’audience de cet article est composée surtout de ceux qui connaissent bien la langue bambara et n’ont pas besoin des gloses.

10 Dans l’expression à ɲɛ́` mà ‘comme il faut’, la particule de focalisation peut être insérée entre les mots ɲɛ́ et mà, ce qui justifie leur écriture séparée (malheureusement, dans les publications en bamanankan, cette distinction est peu respectée, et le plus souvent, on écrit ɲɛ́` mà en un seul mot, *ɲɛma). Il faut mentionner également l’adjectif ɲɛ́ma ‘pourvu des yeux’ qui se diffère de la postposition ɲɛ́mà par son ton.

11 Très bizarrement, une habitude s’est établie dans les publications en bamanankan d’écrire collée l’expression dàn kári ‘faire une intrusion ; mettre fin, annuler’. Cependant, l’emploi de cette expression dans une construction transitive en aspect accompli (perfectif) exige la marque prédicative ye qui signale clairement qu’il s’agit d’une construction verbale transitive. Ainsi, on trouve dans Kibaru No 356 : Banbaganciw ye dankari Ameriki jamana la ‘Les terroristes ont attaqué les États-Unis’. La seule interprétation possible est que dan soit un complément d’objet directe (dàn ‘limite’), et kári soit le verbe ; l’écriture collée s’avère donc erronée.

12 Curieusement, fúse et kɔ̀nkɔnnìn sont absents du dictionnaire (Dukure & Baalo 2021).

13 Selon toute apparence, lɛ̀ est une forme d’origine maninka, et jɛ̀ est la vraie forme bambara ; les deux proviennent de la forme Proto-Mandingue que je reconstruis comme *ɗɛ̀.

14 Je ne touche pas ici aux relations entre l’écriture latine et le N’ko, c’est un problème à part. Seule l’écriture latine est concerné par cet article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentin Vydrin, « Vers un dictionnaire orthographique bambara »Mandenkan, 68 | -1, 59-82.

Référence électronique

Valentin Vydrin, « Vers un dictionnaire orthographique bambara »Mandenkan [En ligne], 68 | 2022, mis en ligne le 17 décembre 2022, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/mandenkan/2905 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mandenkan.2905

Haut de page

Auteur

Valentin Vydrin

INALCO — LLACAN, Paris – Université d’État de St. Petersbourg, vydrine@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search