Navigation – Plan du site

AccueilNuméros70Le TAM en maninka de Guinée : la ...

Le TAM en maninka de Guinée : la zone du futur

TAM in Guinean Maninka : the futural zone
Валентин Феодосьевич Выдрин. ТАМ в гвинейском манинка: футуральная зона
Valentin Vydrin
p. 77-111

Résumés

Le maninka de Guinée possède trois constructions verbales dont les valeurs de base appartiennent à la zone du futur-prospectif : le futur-1 (avec la marque prédicative dí), le futur-2 (avec la marque prédicative dínà) et le prospectif (marqué par le suffixe verbal -tɔ). Dans l’article, la distribution et le sémantisme de ces constructions sont analysés sur la base d’élicitation et dans un texte naturel. Il s’avère que la construction peu fréquente du futur-2 est utilisée pour le futur ultérieur ; la construction prospective peut exprimer, en plus du prospectif proprement dit, les valeurs futurales et modales ; la construction du futur-1 apparaît surtout avec des valeurs futurales de types différents, mais elle peut également exprimer l’habituel. Une corrélation négative de la construction du futur-1 avec la focalisation d’un argument est détectée, ce qui est interprété par la présence du trait « focus sur l’opérateur » dans cette construction.

Des hypothèses sont émises sur les origines et les itinéraires étymologiques de chaque construction : le verbe de la construction prospective provient du converbe dont la valeur originelle est le taxis de simultanéité ; la marque prédicative du futur-1 peut provenir du verbe qualitatif dí ‘être agréable ; être facile’ ; la marque prédicative du futur-2 est, par son origine, la marque du futur-1 fusionnée avec le verbe nà ‘venir’.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction1

  • 1 Une première version de cet article a été publiée en russe dans la revue Voprosy yazykoznaniya (Vyd (...)

1Le maninka de Guinée est parlé, comme première langue, par plus de cinq millions de locuteurs, surtout en Haute Guinée, mais aussi en Guinée Forestière, au Fouta-Djalon et à Conakry ; une diaspora importante des Maninka guinéens est présente en Sierra Leone et au Libéria. En plus, plusieurs millions personnes se servent du maninka guinéen comme langue véhiculaire. La koïné supradialectale sur laquelle est basé le maninka standard de Guinée (qui est l’objet de cette étude) est dérivée du dialecte de la ville de Kankan (le centre administratif de la Haute Guinée) et ses environs.

2Dans cet article je vais analyser trois constructions verbales pour lesquelles les valeurs futurales constituent le noyau du sémantisme grammatical : les constructions prospective, du futur-1 et du futur-2. J’utilise l’orthographe officielle guinéenne qui est en grandes lignes conforme à l’orthographe bambara du Mali ; pour les détails voir (Diané & Vydrin 2014).

3Dans les grandes lignes, la morphosyntaxe du maninka de Guinée est très proche de celles des langues mieux décrites du groupe mandingue. Sans doute, le point de divergence le plus sensible est le système aspecto-temporel-modal (TAM) ; pour ce système en bambara, voir surtout (Idiatov 2000; Dumestre 2003: 203–219; Vydrin 2019b: 90–105) ; pour le mandinka, voir (Creissels & Sambou 2013: 66–84) ; pour le maninka de Kita, (Creissels 2009: 45–55, 85–88).

4Dans le Tableau 1 sont présentées les formules des constructions verbales exprimant les valeurs TAM.

  • 2  La variation libre d ~ r dans la position interne est typique du maninka de Guinée : dans cert (...)

Valeur de la construction

Affirmatif

Négatif

Progressif

S yé (DO-) VN\Art lá, kàn

S tɛ́ (DO) VN\Art lá, kàn

Habituel

S yé (DO) V-la

S tɛ́ (DO) V-la

Futur-1

S dí (DO) V

S tɛ́ (DO) V

Futur-2

S dínà, bɛ́nà (DO) V

S tɛ́nà (DO) V-la

Prospectif

Intrans.

S V-

(S V-tɔ tɛ́)

Trans.

S kɛ́tɔ DO V-la

(S kɛ́tɔ tɛ́ DO V-la)

Aorist-1

Intrans.

S V-da/-ra/-na

S má (DO) V

Trans.

S kà (DO) V

Aorist-2

S nà, nɔ̀ (DO) V-la

S má (DO) V

Parfait

S báda/bára (DO) V2

S má (DO) V

Résultatif

S V-nin/-nɛn (yé)

S V-nin/-nɛn tɛ́

Passé récent

Intrans.

S V-san (nè)

Trans.

S bán-san DO V-la

Présomptif/Probabilitif

S V-nin/-nɛn dí kɛ́

S V-nin té kɛ́

Présomptif certain

S V-nin/-nɛn dínà kɛ́

S V-nin/-nɛn ténà kɛ́

Inférentif

S nɔ̀ dì kɛ́ (DO) V-la

S nɔ̀ tɛ̀ kɛ́ (DO) V-la

Impératif

(DO) V

S kánà (DO) V

Subjonctif

S yé (DO) V

S kánà (DO) V

Optatif

Ála má / mâ (DO) V-ra

Conditionnel

S báa (DO) V

5Tableau 1. Système TAM du maninka de Guinée

6Quelques commentaires du Tableau 1 :

71) Les conventions sont les suivantes : S est pour le sujet, DO pour le complément d’objet direct (qui est obligatoire pour les verbes transitifs), V pour un prédicat verbal, VN (dans la construction du progressif) pour un nom verbal (dérivé du verbe par conversion), ART pour l’article référentiel (ton flottant bas après le mot). Les variantes (dialectales, libres ou contextuelles) des marqueurs grammaticaux sont séparées par une barre oblique. Les marqueurs synonymiques sont séparés par une virgule. Entre les parenthèses sont donnés des éléments pouvant être omis dans certaines conditions, ex. : la copule yé (qu’on omet le plus souvent dans la construction résultative) ; le focalisateur lè/nè (qui est obligatoire dans la construction du passé récent, mais s’omet en présence de l’adverbe kúda ‘récemment’) ; le complément d’objet direct (qui est obligatoire dans la construction transitive et absent de la construction intransitive).

82) Le maninka de Guinée a deux opérateurs quasi-synonymiques, tùn et tɛ̀dɛ. Du point de vue sémantique, leur sens originel semble être celui du décalage rétrospectif, mais en maninka de Guinée il évloue vers la valeur du passé. Ils sont mutuellement interchangeables dans pratiquement tous les contextes, mais leurs comportements syntaxiques diffèrent légèrement. En particulier, la marque prédicative (ou la copule) yé peut être omise après tɛ̀dɛ, mais elle est maintenue après tùn, ce qui est indicatif de la grammaticalisation plus poussée de tɛ̀dɛ (qui est donc en train de se transformer en marque prédicative/copule de plein droit). Ces opérateurs n’appartiennent pas à la classe des marques prédicatives et se combinent avec celles-ci (sinon, dans une construction verbale maninka, un seul créneau est disponible pour la marque prédicative, et deux marques prédicatives ne peuvent pas se suivre). Ces opérateurs ont des variantes dialectales, respectivement tɛ̀rɛ et tìn. Ces opérateurs suivent directement le sujet (et précèdent donc une marque prédicative). Les deux opérateurs peuvent se suivre (toujours dans l’ordre suivant : tùn tɛ̀dɛ) pour exprimer la valeur du plus-que-parfait.

93) Il y a deux infinitifs en maninka de Guinée (de même qu’en maninka de Kita, voir (Creissels 2009: 73–75)). Le premier (infinitif-1, ou « ka-infinitif ») est introduit par le marqueur kà qui ressemble aux marques prédicatives : c’est un mot auxiliaire qui précède immédiatement le verbe intransitif ou le complément d’objet direct. Le deuxième (infinitif-2, ou « la-infinitif ») est marqué par le suffixe verbal -la (-na après un élément nasal) ; il apparaît aussi dans certaines constructions finies (l’habituel, le futur-2 négatif, l’aoriste-2, etc.).

2. Le sémantisme des constructions prospective et futurales : les données obtenues par l’élicitation

10A l’étape initiale, le sémantisme des constructions en question a été étudié par l’élicitation, sur la base des questionnaires typologiques (Dahl 1985: 198–206; Dahl 2000: 789–799). Mon assistant de langue était Mamadi Diané, né en 1951 à Nzérékoré (le centre administratif de la Guinée Forestière où les Maninka constituent une partie considérable de la population ; son père était originaire de Kankan), locuteur de maninka standard. Le système TAM représenté au Tableau 1 provient surtout des résultats de cette élicitation (complétés par d’autres sources).

  • 3 En maninka de Guinée, d'autres constructions ne peuvent exprimer des valeurs futurales et prospecti (...)

11Nous avons donc trois constructions affirmatives au sémantisme futural et prospectif, et leurs analogues négatifs.3

121) La construction du futur-1 a la marque prédicative dí à l’affirmatif, tɛ́ ~ té au négatif (la voyelle de la marque négative varie d’un dialecte à l’autre ; dans les textes écrits on utilise presque exclusivement la variante tɛ́).

  • 4 Selon Mamadi Diané, dínà est un marqueur du « maninka authentique », tandis que bɛ́nà ~ bénà r (...)
  • 5 Mamadi Diané prononçait cette marque prédicative ténà, mais dans les textes écrits elle apparaît (...)

132) La construction du futur-2 comporte la marque prédicative dínà ou bɛ́nà ~ bénà (la préférence à l’une ou l’autre marque, sans doute, dépend du dialecte).4 La construction négative dont la formule est S tɛ́nà (DO) V-la5 est asymétrique avec la construction affirmative, car son verbe apparaît sous forme de « la-infinitif ».

143) La construction prospective dont la structure est différente en fonction de la transitivité ou intransitivité du verbe. La construction intransitive a la formule S V-tɔ, et celle transitive, S kɛ́tɔ DO V-la (le verbe auxiliaire kɛ́ ‘faire; devenir’ adjoint le suffixe du prospectif, et le verbe sémantique apparaît sous forme de la-infinitif).

2.1. La construction du futur-1

15L’éventail des valeurs aspecto-temporelles et modales de cette construction dépasse de loin la zone du futur qui reste, cependant, centrale pour la construction. Considérons ces valeurs une par une.

2.1.1. Valeurs futurales de la construction du futur-1

16Selon la perception de Mamadi Diané, la construction avec dí et tɛ́, par contraste avec la construction du futur-2, exprime la valeur du futur immédiat intentionnel (1, 2).

(1)

dí

lá

jóna.

1sg

fut1

1sg

se.coucher

tôt

17<Quel est ton programme pour ce soir ?> ‘Je vais me coucher de bonne heure’.

(2)

dí

lɛ̀tɛrɛ`

sɛ́bɛ.

1sg

fut1

lettre\art

écrire

18<Qu’est-ce que tu vas faire maintenant ?> ‘Je vais écrire une lettre’.

  • 6 J’utilise les termes « futur intentionnel » et « futur prédictif » dans le sens de Dahl (2000: 309– (...)

19Cependant, cette construction peut exprimer facilement aussi le futur prédictif (3, 4).6

(3)

dí

lá

jóna

bì.

3sg

fut1

3sg

se.coucher

tôt

aujourd’hui

20<Mon frère est fatigué.> ‘Il va se coucher de bonne heure aujourd’hui’.

(4)

Nɛ́nɛ`

dí

bɔ́

sínin.

froid\art

fut1

sortir

demain

21Il fera froid demain’.

22La construction du futur-1 peut exprimer le futur dans le passé (5a), mais s’il est déjà évident que l’événement n’a pas eu lieu et n’aura pas lieu, on introduit l’opérateur tɛ̀dɛ dans la construction du futur-1 (5b).

(5a)

kɔ̀rɔ

kà

fɔ́

kúnun

kó

sán`

1sg

aîné

aor

3sg

dire

hier

quot

pluie\art

dí

nà

bì.

fut1

venir

aujourd’hui

23Mon frère aîné a dit hier qu’il pleuvra aujourd’hui’.

(5b)

kɔ̀rɔ

kà

fɔ́

kúnun

kó

sán`

1sg

aîné

aor

3sg

dire

hier

quot

pluie\art

tɛ̀dɛ

dí

nà

bì.

pst

fut1

venir

aujourd’hui

24Mon frère aîné a dit hier qu’il devrait pleuvoir aujourd’hui’ ou bien ‘… qu’il pleuvrait aujourd’hui’ (mais il est déjà évident que la prévision a été fausse).

25La construction du futur-1 peut exprimer également la valeur du « futur horaire » (timetable future) (6) et du futur de l’instruction (7), proche de l’impératif.

(6)

Tɛ́rɛn`

dí

wà

mìdin`

nè

lá.

train\art

fut1

aller

midi\art

foc

à

26‘Le train part à midi’.

(7)

dí

turne

bólo-maran`

ná

síla-faran`

ná,

2sg

fut1

tourner

2sg

main-gauche\art

à

route-bifurcation\art

à

dí

táama

mìniti

tán

kɔ́rɔ...

2sg

fut1

marcher

minute

dix

sous

27‘Tu tourneras à gauche à la bifurcation, tu marcheras pendant dix minutes...’

2.1.2. Valeurs non-futurales du futur-1

28La construction avec la marque prédicative dí peut exprimer les valeurs modales de la capacité potentielle (8) et du but (9).

(8)

kɔ̀rɔ

dí

kába

mɛ̀n

kɔ́rɔtà.

1sg

aîné

fut1

pierre

ce

soulever

29‘Mon frère aîné peut soulever cette pierre’ (il est très fort).

(9)

yé

lɛ̀tɛrɛ

lè

sɛ́bɛ-la

kɔ̀rɔ

mà,

1sg

cop

lettre

foc

écrire-inf2

1sg

aîné

adr

sáa

dí

lɔ́n

kó

wà-tɔ

yé-la.

pour.que

3sg

fut1

3sg

savoir

quot

1sg

aller-prosp

3sg

voir-inf2

30‘Je suis en train d’écrire une lettre à mon frère aîné pour qu’il sache que je vais lui rendre visite’.

31Assez proche du potentiel est l’habituel dans l’apodose de la phrase conditionnelle (cf. (10) où nous avons une valeur potentielle-habituelle) ; cependant, la valeur habituelle peut être exprimée par la construction du futur-1 même hors du contexte conditionnel (11).

(10)

Ní

kà

kába`

bìla

bɔ̀dɔ

mɛ̀n

kɔ́nɔ,

dí

fára.

si

2sg

aor

pierre\art

mettre

sac

ce

dans

3sg

fut1

déchirer

32‘Si tu mets une pierre dans ce sac, il se déchire’.

(11)

dí

sà`

yé.

dí

kába`

tà

1sg

fut1

serpent\art

voir

1sg

fut1

pierre\art

prendre

kà

láfìli

sà`

mà.

inf1

3sg

jeter

serpent\art

adr

33<Voici ce qui m’arrive parfois : je me promène dans une forêt…> ‘Je prends une pierre et la jette sur le serpent’.

34La construction du futur-1 a été utilisée également là où on s’attendait à un « présent reportatif », mais cette traduction a été accompagnée du commentaire suivant : le locuteur est en train de commenter les événements, mais ses commentaires ne sont pas tout à fait simultanés, ils se produisent avec un certain retard, après une réflexion.

(12)

Kámaren`

dí

bálon`

tà

kà

láfìli

dénmuso`

mà.

garçon\art

fut1

ballon\art

prendre

inf

3sg

jeter

fille\art

adr

Dénmuso`

fánan

dí

láfìli.

fille\art

aussi

fut1

3sg

jeter

35‘Le garçon prend un ballon et le jette à la jeune fille. (Puis) la jeune fille le jette’.

2.2. La construction du futur-2

36D’après Mamadi Diané, la caractéristique distinctive principale du sémantisme de cette construction est une distance (un laps de temps ou un événement) entre le moment de la parole et l’action décrite par le verbe. Ainsi, dans (13) il est sous-entendu que l’action du médicament se manifesterait avec un délai, et si on remplace dínà par dí, il s’agirait d’un effet immédiat. Dans la phrase (14) celui qui parle sous-entend qu’avant le départ de son frère on s’attend aux quelques événements ; sinon, on utiliserait le futur-1 ou le prospectif. Le futur-2 est approprié pour une promesse ou une prédiction vue comme n’ayant pas de limite dans le temps (15).

(13)

dínà

fìsaya

mà.

2sg

fut2

améliorer

2sg

adr

37<Prends ce médicament.> ‘Il t’aidera’.

(14)

kɔ̀rɔ

kó,

kó

dínà

wà

só`

kɔ́nɔ

sínin.

1sg

aîné

dire

quot

3sg

fut2

aller

village\art

dans

demain

38‘Mon frère aîné dit qu’il ira au village demain’.

(15)

mán

dí

ɲɛ́,

dòn

3sg

qual.neg

agréable

1sg

devant

3sg

top.cntr

tɛ́nà

díya-la

ɲɛ́.

fut2.neg

plaire-inf2

1sg

devant

39‘Il ne me plait pas et il ne me plaira pas’.

40La distinction sémantique « volitif vs. prédictif » n’est pas pertinente pour le futur-2 ; cette construction apparaît dans les contextes prédictifs (13) comme volitifs (16).

(16)

dínà

báara

sɛ̀nɛ`

dɔ́.

1sg

fut2

travailler

champ\art

en

41<Qu’est-ce que tu vas faire demain ?> ‘Je travaillerai au champ’.

2.3. La construction prospective

42Je pars de la définition suivante du prospectif : « Le prospectif est une forme verbale introduisant un événement p et son stade préparatif s simultané avec le point de repère » (Kozlov 2017: 49). La construction en question exprime plusieurs valeurs grammaticales ; je l’ai nommé « prospective » selon la valeur qui la distingue le plus radicalement des autres constructions futurales (même si le prospectif n’est pas le mieux représenté parmi les différentes valeurs de cette construction).

43La valeur prospective de cette construction est illustrée par les exemples (17, 18).

(17)

sùnɔɔ-tɔ

lè.

1sg

s’endormir-prosp

foc

44‘Je suis sur le point de m’endormir’.

(18)

Fɔ́ɲɔ`

kɛ́-tɔ

yíri`

lá-bè-la.

vent\art

faire-prosp

arbre\art

caus-tomber-inf2

45‘Le vent est sur le point de faire tomber l’arbre’.

46Tout en accord avec l’attente, en présence de l’opérateur du passé tɛ̀dɛ, cette construction exprime la valeur avertive (un événement qui était imminent mais ne s’est pas réalisé), cf. (Kuteva 1998).

(19)

Kúnun,

mɔ̀bili`

dó

sé-tɔ

lè

tɛ̀rɛ

mà.

hier

voiture\art

certain

arriver-prosp

foc

pst

1sg

adr

47‘Hier, une voiture a failli de me renverser’.

48En même temps, pour la construction prospective il est tout à fait normal d’exprimer la valeur du futur proche, surtout intentionnel (20), mais la valeur du futur prédictif ne lui est pas étrangère non plus (21), surtout là où l’agent est inanimé.

(20)

tó-tɔ

bón`

ná.

1sg

rester-prosp

maison\art

à

49<Qu’est ce que tu vas faire maintenant ?> ‘Je resterai à la maison’.

(21)

Tèle`

bɔ́-tɔ

sínin

sízɛr

lá.

soleil\art

sortir-prosp

demain

six.heures

à

50‘Le soleil va se lever demain à six heures’.

51Il est le plus typique de cette construction d’exprimer le futur immédiat (l’action va s’accomplir tout de suite, l’action est sur le point de se produire). Si l’action se localise dans le futur proche, mais non pas immédiat (ce soir, demain…), la construction du prospectif est toujours possible (22), mais elle est en compétition avec le futur-1. On trouve aussi des cas où la construction prospective se réfère aux actions plus ou moins éloignées dans le temps (23).

(22)

kɛ́-tɔ

lɛ̀tɛrɛ

lè

sɛ́bɛ-la.

3sg

faire-prosp

lettre

foc

écrire-inf2

52<Quel est le programme de ton frère pour ce soir ?> ‘Il va écrire une lettre’.

(23)

tó-tɔ

Ábìjan

nè

sàndɔ́.

1sg

rester-prosp

Abidjan

foc

année.prochaine

53<Est-ce que vous allez rester chez nous l’année prochaine ?> ‘L’année prochaine je resterai à Abidjan’.

54J’ai rencontré une tournure avec le verbe yé ‘voir’ au passif qui est formellement identique à la construction prospective, mais exprime le passé immédiat (24). Apparemment, cela est du à l’idiomatisation.

(24)

yé-tɔ

lè

bólo

nìn.

3sg

voir-prosp

foc

1sg

cntrl

voici

55<As-tu vu mon frère ?> ‘Je viens de le voir’ (il y a quelques minutes).

3. Les construction du prospectif et du futur dans les contextes naturels

3.1. Choix du texte

56A la deuxième étape, les conclusions préliminaires formulées sur la base de l’étude par le questionnaire ont été vérifiées sur les textes naturels. Cette étude a été favorisée par l’existence du Corpus Maninka de Référence (Vydrin et al. 2014) dont le volume, au moment de l’étude, était un peu plus de 3,5 millions de mots. Cependant, en se servant de ce Corpus, il faut tenir compte de quelques aspects non-négligeables.

571) Le Corpus Maninka de Référence, au moment de cette étude, n’avait pas de sous-corpus désambiguïsé. Et cette circonstance est de taille, car une des marques prédicatives en question, dí, a des homonymes se caractérisant par une fréquence élevée (la postposition instrumentale et équative dí et le verbe qualitatif dí ‘être agréable’), ce qui rend difficile l’évaluation statistique de sa fréquence.

  • 7 A l’état actuel, le Corpus Maninka de Référence ne comporte pas de publications du Burkina Faso, de (...)

582) L’idéologie du mouvement culturel nko se base sur l’unité linguistique du mandingue. Des variétés différentes appartenant au groupe linguistique mandingue (le maninka, le bambara, le dioula, le mandinka, le khassonka, etc.) sont vues comme des dialectes d’une seule langue, le nko, et on prétend souvent que ces dialectes seraient traités comme égaux. Cependant, en réalité, les adeptes du nko ont tendance à utiliser par écrit le maninka de Guinée (qui est la langue de Solomana Kanté, le créateur du nko), quel que soit leur langue ou dialecte natale, cf. (Vydrin 2011). Bien évidemment, les textes en nko produits par des auteurs maliens manifestent un substrat bambara7 et ne peuvent pas servir pour une étude du sémantisme grammatical du maninka de Guinée.

59Une autre conséquence de ce postulat idéologique est l’idée de Solomana Kanté et de certains de ses disciples que « la langue écrite nko » doit intégrer des formes provenant des variétés mandingues différentes, et que ces formes doivent être vues comme des synonymes. On observe des tentatives d’application plus ou moins systématique de cette idée surtout dans quelques anciens livres éducatifs en nko (tandis que dans des éditions plus récentes de ces livres, une re-maninkaïsation s’est produite), cependant, dans des publications plus récentes d’auteurs guinéens, on observe parfois l’utilisation occasionnelle de formes étrangères au maninka de Guinée (surtout celle provenant du bambara ou du dioula ivoirien). Quoi qu’il en soit, cette pratique a l’air d’un hommage superficiel à l’idéologie, et il semble peu probable qu’elle pourrait influencer sérieusement l’emploi des constructions verbales en question.

60Mon but étant une étude basique du sémantisme futural et prospectif, sa vérification sur la totalité du Corpus Maninka de Référnce (ou, à la limite, de toutes les publications guinéennes incluses dans ce Corpus) serait irréaliste. Je me suis limité à un ouvrage, Cɛ̀nɛn gbànannɛn, qui comporte 29565 mots. Son auteur (plus précisément, son traducteur) est Ibrahima Kanté, originaire de la région de Batè (au nord de Kankan en Haute Guinée), fils de Solomana Kanté (l’inventeur de l’écriture Nko). Ibrahima Kanté était un des leaders importants du mouvement du Nko. Il n’y a aucun doute qu’il est locuteur natif de la variante standard du maninka de Guinée (malgré l’utilisation occasionnelle des lexèmes n’appartenant pas au vocabulaire maninka ; je suppose que cela s’explique par la tendance idéologique susmentionnée). Cet ouvrage est une traduction du livre La Belle Histoire de Leuk-le-Lièvre de Léopold Sédar Senghor et Abdoulaye Sadji, une interprétation littéraire du cycle des contes populaires sur le Lièvre. Par la complexité du style, cet ouvrage dépasse les contes populaires typiques, mais ce texte est beaucoup moins compliqué que des ouvrages philosophiques ou la plupart des articles des journaux où des innovations lexicales et syntaxiques abondent. La complexité moyenne de ce texte est conforme aux besoins de mon analyse.

3.2. La statistique des occurrences

61Considérons d’abord les valeurs numériques des occurrences des marqueurs des constructions dans le texte Cɛ̀nɛn gbànannɛn.

  • 8 Les occurrences de la construction négative du futur-1 n’ont pas été comptées, car la marque prédic (...)

621) dí et d’ (celui-ci étant l’allomorphe de dí devant un mot commençant par une voyelle) apparaissent dans le texte 907 fois (654 occurrences de dí, 253 occurrences de d’).8 Puis j’ai effectué un tri manuel, et parmi les 907 cas, 320 occurrences (donc 35%) se sont avérées celles de la marque du futur-1. Cela veut dire que dans cet ouvrage, les occurrences de ce marqueur représentent un peu plus de 1% de tous les mots.

63Essayons d’extrapoler ces nombres sur le Corpus Maninka de Référence. Une recherche dans le sous-corpus nko produit 66 188 occurrences de dí et 13 593 occurrences de d’, ce qui donne en somme 79 691 occurrences. 35% de ce nombre correspondent à 27 891 occurrences, à peu près 0,9% de tous les mots dans le sous-corpus nko. On peut constater que les fréquences dans notre texte et dans le sous-corpus nko sont du même ordre (à l’étape actuelle de cette recherche, on peut négliger la différence entre les taux de 1% et 0,9% qui peut s’expliquer soit par la marge de l’erreur statistique, soit par la fréquence différente dans les genres textuels différents, soit par un taux plus bas dans les textes dont les auteurs ne sont pas locuteurs natifs du maninka de Guinée). Évidemment, la marque prédicative du futur-1 est parmi les lexèmes les plus fréquents du maninka de Guinée.

642) J’ai trouvé dans le texte Cɛ̀nɛn gbànannɛn 105 occurrences des formes verbales avec le suffixe -tɔ, surtout dans la construction prospective. Cette construction est donc assez fréquente, même si la construction du futur-1 la dépasse considérablement. Curieusement, je n’ai trouvé qu’une seule occurrence de la construction prospective négative dans le Corpus Maninka de Référence (dans la traduction de la Bible ; pourtant, elle se rencontre parfois dans des textes écrits en dehors de ce Corpus).

653) La construction affirmative du futur-2 avec le marqueur dínà (et son allomorphe dín’ qui apparaît devant un mot commençant par une voyelle) est apparu 10 fois. De plus, une construction avec bɛ́nà a été trouvée, et il y a eu 4 occurrences de la construction négative avec le marqueur tɛ́nà (dans deux cas, il a été écrit en deux mots, tɛ́ nà) suivi du verbe à la forme de la-infinitif. Il s’avère donc que le futur-2 apparaît dans ce texte 30 fois moins fréquemment que le futur-1. La même tendance s’observe dans le sous-corpus Nko où 850 occurrences du marqueur dínà/dín’ ont été trouvées, donc 33 fois moins souvent que le marquer du futur-1 (si on se base sur le nombre 27 891 d’occurrence du futur-1 obtenue par extrapolation). Le ratio des occurrences du futur-1 et futur-2 dans le texte Cɛ̀nɛn gbànannɛn est donc proche du celui dans le sous-corpus Nko.

66Ces chiffres me permettent de supposer, d’une façon préliminaire, que la construction du futur-1 est celle qui exprime le futur par défaut, le futur-2 étant une construction marquée (sinon marginale).

67Passons maintenant à l’analyse sémantique des emplois de ces constructions dans le texte. Il faut mentionner d’avance que les évaluations quantitatives de la fréquence d’apparition des valeurs grammaticales des constructions seront approximatives, surtout à cause de la présence des cas où le contexte ne permet pas de définir le sémantisme grammatical de la construction avec la précision voulue.

3.3. Les valeurs de la construction du futur-1 dans le texte Cɛ̀nɛn gbànannɛn

68La première observation intéressante est que parmi toutes les occurrences de la construction verbale avec la marque prédicative dí (au nombre de 320), moins de la moitié appartient à la zone du futur (le futur volitif, prédictif et certain ; le futur de l’instruction, le futur dans le passé). Si on y ajoute des valeurs sémantiques adjacentes (une capacité potentielle, le taxis de successivité dans la proposition principale d’une phrase conditionnelle), cela dépasse la moitié ; cependant, dans plus de 40% d’occurrences, les valeurs restent hors la zone futurale.

69Considérons toutes les valeurs grammaticales de cette construction.

3.3.1. Valeurs futurales du futur-1

70Le nombre des occurrences du futur volitif et futur prédictif dans le texte Cɛ̀nɛn gbànannɛn est d’un peu plus de 50 pour chaque valeur. Conformément aux attentes, la valeur volitive se réalise avec le sujet représenté par un pronom de première personne (25) ; s’il est représenté par le pronom de la 2e personne (26), il s’agit surtout de questions (en particulier, de questions rhétoriques) ; pour que le sujet soit représenté par la 3e personne, il faut que le locuteur s’associe, d’une certaine manière, avec le participant de la situation désigné par le sujet (27).

(25)

Bàri

bì,

d’

bɔ́

dɔ́!

mais

aujourd’hui

1sg

fut1

3sg

sortir

2sg

dans

71‘Mais aujourd’hui je vais te débarrasser de cela !’

(26)

tɛ́

hína

nê

ní

ná

dénbaya`

2sg

fut1.neg

avoir.pitié

1sg.fort

et

1sg

poss

famille\art

lá

dɛ́ ?

à

certes

72‘N’auras-tu pas pitié de moi et ma famille ?’

(27)

Dɔ́ɔ-sàn

nè

tèn,

m’

lɔ́n

cadet-lièvre

foc

ainsi

3sg

pfv.neg

3sg

savoir

dí

mɛ̂n

kɛ́

sínɛ̀n.

3sg

fut1

rel

faire

maintenant

73‘Le jeune frère Lièvre est comme ça, il ne sait pas ce qu’il va faire maintenant’.

74La valeur du futur prédictif peut se réaliser avec un sujet de n’importe quelle personne (28, 29), mais les cas avec le sujet en 3e personne (30) prédominent nettement.

(28)

Tùmadɔ́,

d’

tɛ̀dɛ

yèn.

peut-être

2sg

fut1

2sg

trouver

75‘Peut-être, je te trouverai là-bas’.

(29)

Kàtuun

dí

bɔ̀dɔ

fìla

yé…

parce.que

2sg

fut1

sac

deux

voir

76‘Parce que tu verras deux sacs…’

(30)

dí

nà

yó

dèri-nɛn

kɛ́-la

3sg

fut1

venir

comme

3sg

s’habituer-prcp.res

3sg

faire-inf2

ɲá`

mɛ̂n.

œil\art

rel

77‘Il viendra, comme il le fait toujours’.

78La construction du futur-1 peut exprimer la valeur de l’assertif (le futur certain), on en trouve 3 occurrences dans Cɛ̀nɛn gbànannɛn (31). A la différence du bambara, le maninka de Guinée n’a pas de construction spécialisée pour cette valeur grammaticale. Il serait sans doute plus précis de dire que l’assertif est exprimé par des procédés lexicaux (tels que les particules modales) avec lesquels la construction du futur-2 est compatible.

(31)

Ǹba,

dí

án

múnanfan

jɔ́.

bon

cela

fut1

2pl

profiter.à

certainement

79‘Bon, certainement, cela nous sera utile’.

80La même construction peut exprimer le futur dans le passé (32).

(32)

Sánɛn`

kɔ̀nɔdɔ́fìli-dá,

m’

lɔ́n

lièvre\art

embarrasser-aor.intr

3sg

pfv.neg

3sg

savoir

dí

mɛ̂n

tà.

3sg

fut1

rel

prendre

81‘Le Lièvre a été embarrassé, il ne savait pas quoi choisir’.

82Finalement, j’ai trouvé une dizaine de cas où le futur-1 exprimait la valeur du « futur d’instruction », proche de l’impératif (33), mais cette valeur s’avère compatible avec la 3e personne du sujet (34). On peut dire que cette valeur est assez fréquente en maninka de Guinée.

(33)

Sánbà,

sìbo

kán`

nè

nìn

háali,

bàri,

Samba

rêve

cou\art

foc

cela

vraiment

mais

d’

jàn-tó

jɛ̀dɛ̂

dɔ́.

2sg

fut1

2sg

attention-rester

2sg

même

dans

83‘Samba, c’est un rêve, mais tu dois être prudent !’

(34)

Nê

tá

nìn

bád’

bɔ́.

Ílê

tá

1sg.fort

part

ce

prf

3sg

sortir

2sg.fort

part

ce

dí

tó

sènɲa

gbɛ́dɛ

lá.

fut1

rester

fois

autre

à

84<L’Hyène et le Lièvre sont en train de planifier de leurs parents contre la nourriture, pour survivre à la famine. L’Hyène dit :>‘La mienne (tente) suffira. Que la tienne reste pour la prochaine fois’.

3.3.2. Les valeurs non-futurales de la construction du futur-1

85Parmi ces valeurs, considérons d’abourd celles adjacentes à la zone du futur. Ce sont des valeurs comportant la composante « action postérieure » ; cette composante se combine avec des valeurs modales.

86La valeur de la capacité potentielle (capacité interne, externe, épistémique) représente, en fait, un éventail sémantique qui avoisine une extrémité de la zone du futur (Plungian 2011: 263), et alors une interprétation devient acceptable (35), tandis qu’à l’autre bout de cet éventail se trouvent des emplois à valeur purement modales, là où la temporalité ne se discerne plus (36) ; cf. (8, 37), où la valeur prototypique de la capacité potentielle est représentée. Cette valeur est parmi celles moyennement fréquentes : plus de 20 occurrences dans Cɛ̀nɛn gbànannɛn.

(35)

t’

fàa

bòon,

bàri

d’

mákolo.

cela

fut1.neg

cela

tuer

q.prt

mais

3sg

fut1

3sg

entraîner

87<Le Lièvre donne des flèches magiques au garçon, ces flèches doivent l’aider à punir les offenseurs.> ‘Peut-être, elle (la flèche) ne le tuerait / ne pourra pas le tuer, mais elle lui donnera une leçon’.

(36)

Ála!

Jɔ̂n

dí

mìnan-den`

ná-bɔ́

yàn?

oh

Dieu

qui

fut1

antilope.guib-enfant\art

caus-sortir

ici

88‘Oh mon Dieu ! Qui a pu ravir ici l’enfant de l’Antilope Guib ?’

(37)

Kùle

téeran`

tɛ́

kàɲa

yíri

sí

mà.

Koulé

hache\art

fut1.neg

échouer

arbre

aucun

sur

89‘Aucun arbre ne pourra résister à la hache du menuisier koulé’.

90La valeur du taxis de postériorité dans l’apodose (c.-à-d. dans la proposition principale) de la phrase conditionnelle-temporelle peut être comptée parmi celles quasi-futurales. L’action du verbe de la construction du futur-1 peut être perçue comme ponctuelle (38) ou comme habituelle (39).

(38)

Ǹba,

n’

sé-dá

só,

bon

si/quand

2sg

arriver-aor.intr

village

d’

báden`-nu

tɛ̀dɛ

yèn.

2sg

fut1

2sg

frère.soeur.utérin\art-pl

touver

là

91‘Bon, quand tu arriveras au village, tu y trouveras tes confrères’.

(39)

Tèle`

báa

yélen`

lɔ̀

dɔ́,

soleil\art

cond

3sg

lumière\art

arrêter

3sg

dans

àlê

fána

dí

wálaki

dùu`

mà.

3sg.fort

aussi

fut1

cela

réfléchir

terre\art

sur

92‘Quand le soleil dirige sa lumière sur lui, lui aussi la reflète vers la terre’.

93J’ai trouvé deux occurrences de la construction du futur-1 avec une valeur contrefactuelle. Dans les deux cas il s’agit d’actions du plan présent vues par le locuteur soit comme très peu probables, voire impossibles (40), soit indésirables. La rareté de cet emploi du futur-1 ne veut pas dire forcément qu’il soit atypique ; sans doute, cela est dû à la basse fréquence de contextes appropriés dans le texte.

(40)

N’

an

tùn

bɛ́

káburu-da`

másɔ̀dɔn-ná

si

1pl

pst

cop

tombe-bord\art

atteindre-inf2

yànn’

bìri

tɛ́,

d’

lá-kunun.

avant.de

3sg

enterrer

entre

1sg

fut1

3sg

caus-reveiller

94<Les trois prétendants voient de très loin, par le moyen d’un procédé magique, que leur bien-aimée est morte et qu’on est en train de la porter vers la tombe. L’un dit :> ‘Si nous arrivions au bord du tombeau avant qu’on l’enterre, je la ressusciterais’.

95Si la condition contrefactuelle appartient au plan du passé ou l’action est perçue comme complètement irréalisable, on introduit dans la construction du futur-1 l’opérateur du passé tùn ou tɛ̀dɛ (41).

(41)

N’

íle

tɛ́,

tɛ̀dɛ

dí

júu-ya.

si

2sg.fort

cop.neg

3sg

pst

fut1

mauvais-dequ

96‘Si ce n’était pas toi, cela tournerait très mal’.

97La valeur de but est plus distante de la zone sémantique futurale que les valeurs traitées ci-dessus, mais on y trouve quand-même une composante quasi-futurale du taxis de postérieurité : l’action du verbe dans la construction futur-1 est vue comme postérieure à une autre action dont elle est le but (42). Cette valeur de la construction du futur-1 est moyennement fréquente ; dans mon échantillon, il y en a une quinzaine d’occurrences. Elle se réalise surtout avec les conjonctions de but, jɔ̀nsá, kósa, sá (qui demandent la construction du futur-1 à l’affirmatif, et avec la négation, la construction du subjonctif négatif avec la marque prédicative kánà), mais on trouve aussi des cas où la valeur du but est exprimée par la construction du futur-1 sans conjonction.

(42)

k’

yílimagbɛ̀lɛya,

k’

yɛ̀dɛ̂

lámàa,

kósa

3sg

aor

refl

s’efforcer

inf1

3sg

même

bouger

pour.que

báabaa`

d’

lɔ́n

k’

má

fàa

múnùn.

termite\art

fut1

3sg

savoir

quot

3sg

pfv.neg

mourir

déjà

98‘Elle a fait un effort et s’est remuée pour que les termites sachent qu’elle n’était pas encore morte’.

99Assez fréquentes dans le texte sont les valeurs itérative (43) et habituelle (44, 45), au présent (43, 44) et au passé (45) : environ 50 occurrences (tout compris). Parmi toutes les valeurs de la construction du futur-1, l’habituel est le plus éloigné de la zone futurale, car la composante sémantique futurale ne s’y aperçoit plus (surtout s’il s’agit de l’habituel au passé). Cependant, la liaison de la valeur habituelle avec le reste du continuum sémantique s’établit par l’habituel dans l’apodose de la phrase conditionnelle-temporelle (39) et la valeur de la capacité potentielle. Le potentiel et l’habituel diffèrent en ce que l’action est vue comme une capacité potentielle (qui peut ou non se réaliser), ou comme une option qui se réalise régulièrement ; et dans certains cas, les deux interprétations sont acceptables (46).

(43)

Tèle

fìla

tèle

fìla,

ná

fàli

kélen

dí

túnun.

jour

deux

jour

deux

1pl

poss

âne

un

fut1

disparaître

100‘Tous les deux jours, un de nos ânes disparaît’.

(44)

Kó

yèn-ka`-lu

dí

bìnbiri`

fàlen

fén`

bɛ́ɛ

lá.

quot

là-gent\art-pl

fut1

mil\art

échanger

chose\art

tous

à

101‘On dit que les gens de ce pays-là troquent du mil contre toutes les choses’.

(45)

Lón

lón

dámun-ta`

nín

mìn-ta`

dí

jour

distr

jour

manger-ptcp.pot\art

et

boire-ptcp.pot\art

fut1

lá-dòn

dɔ́ɔ

sàn

kàn

k’

lá-tɔ̀lɔ

bɛ́dɛkɛ̌.

caus-entrer

frère.cadet

lièvre

sur

inf1

3sg

caus-grossir

bien

102‘Chaque jour on apportait de la nourriture et des boissons au Frère Lièvre, et on l’a bien engraissé’.

(46)

Àa

lè

jɔ́

yó

dùmaren`

d’

3sg.cop

foc

justement

comme

mirroire\art

fut1

3sg

kɛ́

ɲá`

mɛ̂n.

faire

œil\art

rel

103<On explique que la lumière de la Lune n’est qu’une réflexion de la lumière du Soleil :> ‘C’est exactement de la même façon que fait le miroir’.

  • 9 Cf (Haspelmath 1998: 39) sur les cas où « l’aoriste » turque (dont le sémantisme de base est l’habi (...)

104J’ai trouvé 3 cas dans Cɛ̀nɛn gbànannɛn où la construction avec dí exprime la valeur du présent historique.9 Apparemment, comme le présent historique peut être interprété l’exemple (12) à 2.1.2.

(47)

d’

kán`

májìi

k’

máyɛ̀lɛ...

3sg

fut1

3sg

cou\art

baisser

inf1

3sg

élever

Sánbà

d’

tólo-málɔ̀

fùle

kán

nìn

ná.

Samba

fut1

3sg

oreille-diriger

flûte

cou

ce

à

105‘Elle abaisse le son, puis l’élève... Samba écoute ce son de flûte’.

3.4. Sémantisme grammatical de la construction prospective dans le texte Cɛ̀nɛn gbànannɛn

106Du nombre total de 105 occurrences de la construction prospective dans le texte, j’ai pris en compte 95 pour l’analyse du sémantisme grammatical ; dans les 10 cas restants, le contexte a été insuffisant pour définir avec la précision le sémantisme de la construction.

3.4.1. La valeur prospective de la construction du prospectif

107Comme cela a été dit en §2.3, cette valeur peut être considérée comme centrale pour la construction, surtout parce qu’elle la distingue nettement des autres constructions de la zone du futur (49). Elle est relativement fréquente, même si elle ne prédomine pas : dans mon échantillon, on la trouve dans 26 cas (si on y rajoute les occurrences de l’avertif, cf. ci-dessous), donc environ 28%. Selon Kozlov (2017), les variantes principales de la valeur prospective sont les suivantes : le proximatif, le prospectif standard, le prédestinatif. Toutes les trois ont été attestées en maninka de Guinée, mais leur fréquence n’est pas la même :

108– la valeur proximative (48) est la plus fréquente, 11 occurrences dans mon échantillon ;

109– le prospectif standard (49) compte 6 occurrences. Il faut mentionner que cette valeur est parfois assez difficile à distinguer du futur intentionnel ou du progressif ;

110– le prédestinatif (50) est le moins fréquent avec 2 exemples (50), ce qui correspond aux attentes.

(48)

tɛ́

sòbo

kó

dɔ́

bìtuun

bòon,

tɛ́

3sg

cop.neg

viande

affaire

dans

maintenant

q.prt

3sg

cop.neg

tásara

kó

fána

dɔ́,

kùn`

bɔ́-tɔ

nìn

dɔ́

dì?

vengeance

affaire

aussi

dans

3sg

tête\art

sortir-prosp

ce

dans

comment

111‘Est-ce qu’elle pouvait penser maintenant à la viande, est-ce qu’elle pouvait penser à la vengeance, quand sa tête était sur le point d’être arrachée ?’

(49)

Báden-nu,

álu

bára`

dɔ́bɔ

ɲɛ́,

sɔ̀dɔn-tɔ!

frère\art-pl

2pl

place\art

libérer

1sg

devant

1sg

naître-prosp

112<Le Lièvre se prononce dans une discussion où on cherche à trouver celui qui est le plus jeune :> ‘Mes frères, dégagez la place devant moi, je suis sur le point d’être né !’.

(50)

dí

sé

kɛ́-la

bì

wála

sínin,

3sg

fut1

arriver

faire-inf2

aujourd’hui

ou

demain

bɔ́-tɔ

mànsa`

lá

jàmari

lè

dɔ́.

cela

sortir-prosp

roi\art

poss

ordre

foc

dans

113‘Cela peut se produire aujourd’hui ou demain, cela dépend de l’ordre du roi’ (lit. : « … cela sortira de l’ordre du roi »).

114Nous avons donc en maninka ce qu’on peut déterminer (dans les termes de Kozlov) comme « le prospectif étendu ».

115Assez fréquente (7 occurrences) s’avère la valeur avertive qu’on peut qualifier comme le prospectif au passé (51).

(51)

dùusagbɛ`,

àlê

fána

bán-nɛn

tíbi-li`

lá,

cela

aube\art

3sg.fort

aussi

finir-res

cuisiner-nmlz\art

à

kó

jína

mansa`

kɛ́-tɔ

dàa`

tà-la,

àlê

quot

génie

roi\art

faire-prosp

pot\art

prendre-inf2

3sg.fort

k’

bàn.

aor

refl

refuser

116‘Le lendemain, quand lui aussi avait fini de cuisiner, le roi des génies faillit prendre le pot, il (le chasseur) refusa’.

3.4.2. La valeur du futur

117Il s’agit le plus souvent d’un futur proche, intentionnel ou prédictif. L’emploi futural de la construction du prospectif est le plus fréquent (35% de toutes les occurrences : 20 pour le futur intentionnel et 13 pour le futur prédictif) ; mais, en fait, il n’est pas toujours facile de distinguer le futur intentionnel du prospectif standard. Évidemment, la prédisposition à l’expression d’une valeur ou d’une autre est liée (parmi les autres facteurs) aux caractéristiques actionnelles des verbes : les constructions avec des verbes de mouvement expriment plus facilement le futur intentionnel (52), et le futur prédictif se manifeste le plus souvent dans les phrases avec le verbe kɛ́ utilisé intransitivement avec le sens ‘être ; devenir’ (53).

(52)

Ǹba,

án

báda

tó

dɔ́.

Nê

dòn-tɔ

bon

1pl

prf

rester

3sg

dans

1sg.fort

entrer-prosp

fùdu`

dɔ́.

intestin\art

dans

118‘Oh, nous sommes foutus ! Que je me cache dans l’intestin’.

(53)

Nìn

sèn`,

báa

fɔ́

ɲá`

mɛ̂n,

ce

fois\art

1sg

cond

3sg

dire

œil\art

rel

kɛ́-tɔ

tèn

nè.

3sg

faire-prosp

ainsi

foc

119‘Cette fois-ci, ce sera comme je le dirai’.

3.4.3. Les valeurs de la zone du présent

120Les valeurs du progressif (54) et du présent actuel (55) ne sont pas très fréquentes, elle constituent environ 13% de toutes les occurrences dans l’échantillon (cependant, il faut tenir compte du fait que les valeurs du progressif et du prospectif sont parfois difficiles à différencier, ce qui a été déjà mentionné dans §3.4.1). Ces valeurs sont proches de celle du taxis de simultanéité dans une proposition subordonnée dans une phrase temporelle ou dans les cas où la forme en -tɔ apparaît en fonction du prédicat second (56). A la différence du bambara, cette valeur s’avère peu fréquente en maninka de Guinée (4 occurrences dans mon échantillon).

121Très marginale (une ou deux occurrences) est la valeur de l’habituel.

(54)

Sánbà

ílê

dòn

kàsi-tɔ

mùn

nè

lá?

Samba

2sg.fort

top.cntr

pleurer-prosp

quoi

foc

à

bɔ́-lu

kán`

dí,

Sánbà

mákùn.

3sg

jumeau-pl

voix\art

ce

comme

Samba

2sg

se.taire

122‘Samba, pourqoui pleures-tu ?’ – disaient ses camarades d’âge, – Samba, calme-toi!’

(55)

Álu

lá-tɔ̀lɔ-tɔ

mùn

kánmà?

2pl

caus-grossir-prosp

quoi

pour

123‘Pourquoi est-ce qu’on est en train de vous engraisser ?’

(56)

Ân

bá`

wá-tɔ

m’

sàra

lè

k’

1pl

mère\art

aller-prosp

pfv.neg

3sg

avertir

foc

quot

ân

ɲé

mɔ́n

ɲɔ́ɔn

yó

kába ?

1pl

conj

1pl

mettre.en.boule

recp

comme

pierre

124‘En partant, est-ce que notre mère ne nous a pas prescrit d’être ensemble, comme une pierre ?’

3.4.4. Les valeurs modales

125La construction du prospectif manifeste la tendance à une expansion sémantique en dehors de la zone futurale, et elle rend de façon systématique la valeur de la capacité épistémique dans des propositions interrogatives où l’action du verbe est mise en doute (57) ou dans une question rhétorique (58) ; 15 occurrences de ces valeurs ont été attestées dans mon échantillon.

(57)

Bànku

wulen

sú

bɔ́-tɔ

jɔ̂n

báda

ní

sol

rouge

espèce

ce

sortir-prosp

qui

chez

si

báabaa`

tɛ́?

termite\art

cop.neg

126‘Chez qui trouvera-t-on une telle terre rouge, si ce n’est pas les termites ?’

(58)

térikɛ,

ílê

dòn

kɛ́-tɔ

mùn

gbɛ́dɛ

dí

1sg

ami

2sg.fort

top.cntr

faire-prosp

quoi

autre

comme

ni

mànsa`

lá

mànfenɲa`

tɛ́?

si

roi\art

poss

sauce\art

cop.neg

127‘Mon ami, qu’est-ce que tu peux devenir si ce n’est pas la sauce du roi ?’

128Beaucoup plus rare (3 occurrences) est la valeur de la modalité déontique dubitative (59).

(59)

Àlu

lá-baara-tɔ

tùɲa

lè

lá.

3pl

caus-travailler-prosp

vérité

foc

à

129‘Il faut les mettre en marche en vérité’ (là où c’est vraiment nécessaire).

3.4.5. Quelques tendances formelles et lexicales

130L’analyse de l’échantillon manifeste les particularités suivantes dans la distribution des verbes dans la construction prospective :

131– environ 15% des occurrences correspondent à des verbes transitifs (là où le suffixe ‑tɔ s’adjoint au verbe auxiliaire kɛ́ et où le verbe sémantique apparaît sous forme du la-infinitif) ;

132– presque un quart de toutes les occurrences correspondent au le verbe wá ‘aller, s’en aller’, cf. (60), et un peu moins de 20%, sur kɛ́ utilisé intransitivement dans le sens ‘avoir lieu’. Si on ajoute à cela les autres verbes du mouvement, on arrive à 60% de toutes les occurrences de la construction prospective dans le texte.

(60)

dɔ́

wá-tɔ

fɛ́lɛ

lá.

cela

dans

1sg

aller-prosp

chasse

à

133‘Alors, je vais à la chasse’.

3.5. Le sémantisme de la construction du futur-2 dans le texte Cɛ̀nɛn gbànannɛn

  • 10 Cependant, l’interprétation volitive semble acceptable dans certains contextes également. Évidemmen (...)

134Les occurrences, relativement peu nombreuses, de cette construction dans le texte se répartissent entre deux valeurs : le futur prédictif10 séparé du moment de la parole par une distance temporaire ou par quelques événements (61), et l’apodose de la phrase conditionnelle-temporelle exprimant la valeur du taxis de postériorité dans le futur (62, 63).

(61)

Álu

dín’

lɔ́n

bì

tɛ́.

2pl

fut2

3sg

savoir

aujourd’hui

cop.neg

135‘Vous le saurez un jour’.

(62)

N’

dòn

tó-da

kálabaanteya`

kàn,

si

2sg

top.cntr

rester-aor.intr

désobéissance\art

sur

ân

dínà

ɲɔ́ɔn

yé.

1pl

fut2

recp

voir

136‘Si tu continues avec tes bêtises, nous nous reverrons’.

(63)

báa

dún,

dí

fàa

má

jènin,

1sg

cond

3sg

suspendre

3sg

fut1

tuer

3sg

pfv.neg

brûler

báa

jènin,

tɛ́nà

sé

dún-na

mùtúun.

1sg

cond

3sg

brûler

3sg

fut2.neg

arriver

suspendra-inf2

plus

137<L’Hyène est en train de réfléchir sur la façon de se venger au Lièvre :> ‘Si je le pends, il va mourir et il ne sera pas brûlé ; et si je vais le faire brûler, il ne pourra plus être pendu’.

138Il y a eu un cas où la construction du futur-2 exprime la valeur de l’itératif au passé (64). Comme nous avons vu (§3.1.2), cette valeur est attestée pour la construction du futur-1 aussi.

(64)

Sòbo`

dínà

gbàsi

nàma`

dá`

lá,

viande\art

fut2

frapper

hyène\art

bouche\art

à

tɛ́

s’

mìna-la.

3sg

cop.neg

arriver

3sg

attraper-inf2

139<L’Hyène s’était coincée entre les branches de l’arbre et était restée suspendue. Le Lièvre a divisé leur proie en parties et s’est mis à jeter la viande appartenant à l’Hyène tout en visant sa bouche.> ‘La viande frappait la bouche de l’Hyène, mais elle ne pouvait pas l’attraper’.

3.6. La focalisation inhérente de la construction du Futur-1

  • 11 Parmi les 105 occurrences de la construction prospective, 15 n’ont pas été prises en compte pour de (...)

140Si on compare la construction prospective avec celle du futur-1, une particularité intéressante se manifeste. Plus précisément, on observe une corrélation négative entre la construction du futur-1 et l’expression standard de la focalisation qui est marquée en maninka de Guinée par la particule lè/nè (l’allomorphe nè apparaît après un élément nasal). Dans mon échantillon11 on trouve 32 cas où le focalisateur se trouve dans la proposition comportant la forme verbale en ‑tɔ (11 cas de focalisation du sujet, 12 cas de focalisation de l’oblique, 8 cas où le focalisateur suit la forme verbale, 1 cas de focalisation du complément d’objet direct). Dans les 58 cas restants, le focalisateur est absent.

141A titre de comparaison, j’ai pris le groupe des phrases avec la construction du futur-1 à valeur du futur volitif ou prédictif (plus de 100 occurrences). Dans ce groupe, dans seulement 5 cas le focalisateur apparaît dans la proposition avec la construction du futur, et dans 112 cas il est absent.

142Il s’avère donc que dans les propositions comportant la construction prospective la particule de focalisation apparaît sept fois plus souvent que dans celles comportant la construction du futur-1.

143La corrélation négative de certaines constructions TAM n’est pas un phénomène exceptionnel dans les langues mandé. Comme cela a été montré dans (Vydrin 2016), en maninka de Guinée le focalisateur n’est pas compatible avec la construction verbale du parfait. La même situation a été signalée en kakabé par Alexandra Vydrina (2020). En bambara, l’incompatibilité avec le focalisateur est attestée pour la construction du futur certain (Vydrin 2023).

144Selon Vydrina (2020), cette distribution peut être expliquée par le fait que la construction du parfait (dont la marque prédicative en kakabé est bati) comporte une focalisation inhérente de l’opérateur du TAM, ce qui rend difficile l’expression du focus d’un autre type dans la même proposition. Évidemment, cette explication peut être étendue sur les autres cas mentionnés ci-dessus.

145Concernant les constructions de la zone du futur en maninka de Guinée, on peut supposer que la construction du futur-1 se caractérise par la focalisation de l’opérateur du TAM, à la différence de la construction du prospectif.

4. L’origine des marqueurs et des constructions futurales

4.1. Futur-1

4.1.1. La polysémie du futur-habituel en perspective typologique

146Comme cela a été montré, la construction du futur-1 peut exprimer les valeurs grammaticales suivantes : le futur prédictif, le futur volitif, le futur d’instruction (proche de l’impératif), le taxis de postériorité (le futur dans le passé ; l’apodose dans une proposition conditionnelle-temporale), le potentiel (et ses variantes : la capacité interne, la capacité externe, la possibilité épistémique), le but (dans une proposition subordonnée), l’itératif et l’habituel (dans le passé et dans le présent), le présent historique. L’ancienneté de cette construction est attestée à la fois par la non-transparence étymologique de la marque prédicative dí (dont il sera question plus loin) et par l’envergure de sa polysémie. En particulier, son apparition dans la proposition subordonnée (à valeur de but) et dans la proposition conditionnelle-temporelle (ce qui est typique des formes du futur dans différentes langues du monde) est caractéristique des anciennes formes et constructions du futur (Bybee, Perkins & Pagliuca 1994: 274–275). Et l’utilisation du futur en fonction d’impératif est bien répandue dans les langues du monde (Bybee, Perkins & Pagliuca 1994: 273–274) et ne doit donc pas nous étonner.

147En ce qui concerne la polysémie du futur-1, l’enjeu principal consiste dans la relation entre les valeurs futurales centrales (le futur prédictif et le futur intentionnel), la valeur de capacité épistémique (le potentiel) et l’habituel + impératif.

148D’ailleurs, un tel regroupement des valeurs aspecto-temporelles et modales est assez trivial, et il a été discuté maintes fois par les linguistes, cf. en particulier (Bybee, Perkins & Pagliuca 1994: 156, 276–277; Haspelmath 1998; Tatevosov 2004; Shluinsky 2006). Pour une discussion de ce sujet par rapport aux langues mandingues, voir (Tröbs 2009: 215–218). On a proposé deux modèles principaux pour expliquer cette polysémie :

1491) le progressif, en vieillissant, élargit son aire d’application et s’élargit à toute la zone du présent, y compris l’habituel, et aussi le futur. A l’étape suivante, un nouveau progressif émerge ; il supplante l’ancienne forme ou construction de la zone du progressif et lui laisse l’habituel et le futur (Bybee, Perkins & Pagliuca 1994: 156, 276–277; Haspelmath 1998) ;

1502) l’habituel développe la valeur de capacité potentielle, et celle-ci évolue vers le futur prédictif, puis en futur intentionnel (Tatevosov 2004; Shluinsky 2006).

4.1.2. Les hypothèses sur l’étymologie de la marque du futur-1 : de la construction locative via l’imperfectif ?

151Dans la littérature mandéisante, on a déjà discuté la proximité du sémantisme grammatical de la construction maninka de Guiné que je désigne « futur-1 » avec des constructions analogiques dans certaines variétés du mandingue de l’ouest et dans des langues du groupe mokole où les marques prédicatives sont du type SI ou SE (Kastenholz 2003: 47–48; Tröbs 2003: 6–7; Tröbs 2009: 218–219).

152La construction mandinka avec la marque prédicative sí ~ sé est désignée comme potentielle (Creissels & Sambou 2013: 76–80). Son sémantisme et sa polysémie sont semblables à ceux-ci de dí en maninka de Guinée ; elle peut exprimer la valeur du futur probabilitif (une combinaison des composantes sémantiques du prédictif et de la probabilité), le futur intentionnel, le futur d’instruction (= l’impératif faible), la capacité épistémique, le taxis de postériorité à l’apodose d’une proposition conditionnelle-temporelle, et du but. A la différence de la construction maninka du futur-1, elle n’a pas de valeur habituelle. Cette construction n’a pas d’analogue négatif.

153La marque prédicative sí en khassonka a l’analogue négatif mé (Tveit 1997: 58–59). Sa polysémie est presque identique à celle de dí en maninka de Guinée.

154En maninka de Niokolo (Sénégal), la construction « potentielle » a plus ou moins le même assortiment des valeurs : le potentiel, le futur, l’habituel. Sa marque prédicative à l’affirmatif est sè, au négatif mèe (Creissels 2013: 41–42).

155Des marques prédicatives similaires existent dans toutes les langues du groupe mokolé, sauf le lélé : si en kakabé (Vydrina 2017), sí en koranko (Kastenholz 1987: 260–263), si en mogofin (Janse 1999: 31–33).

156Selon Tröbs (2003: 6–7; 2009: 218–219), toutes ces marques prédicatives peuvent remonter à une copule du Proto-Mandé postulée par Creissels (1997a: 11) sous forme *TI, *TE, *DI ou *DE qu’il relie à des copules des autres langues niger-congo, en particulier, la copule proto-bantou *dɩ̀. Dans les langues de la famille mandé, on trouve une copule tī en bobo (Le Bris & Prost 1981: 331–332) ; il existe en bissa-barka une copule ti et la marque prédicative (provenant de cette copule) de la construction du progressif-futur (Prost 1950: 176). D’après Tröbs (2009: 218–219), le verbe vaï tí ‘être, devenir’ peut être lié étymologiquement à la même copule. Tröbs émet l’hypothèse suivante : cette copule archaïque apparaissait d’abord dans la construction non-verbale locative, à partir de laquelle une construction verbale de l’imperfectif pouvait se développer qui a suivi « le cycle de l’imperfectif » décrit par Bybee et al. (1994) (cf. §4.1.1).

157Kastenhols (2003: 48), sans rejeter entièrement cette étymologie des marques sí, dí, émet du scepticisme à son sujet : d’abord, le verbe vaï tí est peu grammaticalisé et ne manifeste pas de signes d’évolution en marqueur grammatical ; de plus, on ne trouve pas d’éléments lexicaux qu’on pourrait rapprocher avec ce verbe vaï dans les langues mokolé et manding de l’ouest où les marques grammaticales sí, dí sont attestées.

158Kastenholz considère la supposition de Creissels (1997b: 7) pour qui ce marqueur pourrait remonter au verbe ‘atteindre, arriver, pouvoir’ qui apparaît sous forme sí (dans les variétés mandingues du nord-ouest) ou sé (mandé est). Il rejette cette hypothèse, car le réflexe de la même proto-forme dans les langues du groupe mokolé est ké. La consonne k- en mokolé correspond régulièrement à s- en mandingue, et la forme ké est certainement plus archaïque que sé.

  • 12 Il est vrai que l’élément post-verbal remontant à une postposition peut s’élider, ce qui s’est pass (...)

159Je suis d’accord avec les objections de Kastenholz, et je peux ajouter encore un argument contre l’hypothèse de Tröbs. Si on veut postuler un cycle imperfectival classique pour la construction avec la copule *TI ~ *DI ~ *SE, on s’attendrait à ce que le verbe sémantique devrait apparaître avec un élément postpositionnel (un suffixe) remontant à une postposition locative ; c’est le cas pour toutes les constructions des langues mandé pour lesquelles la provenance des constructions imperfectives à partir des constructions non-verbales est indubitable.12 Et pourtant, dans toutes les langues ayant des constructions verbales du potentiel-futur-habituel avec la marque dí, sí ou sé les verbes apparaissent dans ces constructions dans leurs formes lexicales, sans aucun suffixe.

160En même temps, Kastenholz est d’accord avec Tröbs sous un autre rapport : « La différence formelle (dí en maninka, sí en mandingue de l’ouest et en koranko etc.) ne pose pas de problème. Il s’agit d’une correspondance régulière bien attestée : en koranko et (partiellement) dans les dialectes du mandingue ouest /s/ correspond à /l/ ou /d/ dans les dialectes mandingues de l’est et du sud » (Kastenholz 2003: 47).

161Il est vrai qu’une telle correspondance régulière existe ; elle remonte apparemment à un « faible *d » de la proto-langue (évidemment, un implosif). Cependant, cette correspondance se présente comme suit (il s’agit des consonnes initiales) :

162mokolé : mandinka l (ou s, dans quelques mots) : maninka : bambara d

163Ex. : ‘raser’ : kakabé síi : koranko sí : mandinka líi : maninka lí : bambara dí.

164En bambara, des formes avec l- (au lieu de d- auquel on s’attendrait) apparaissent sporadiquement, elles s’expliquent par l’influence du maninka. Par contre, en maninka se reflète sans exception par l-. Cela veut dire que, pour être en correspondance régulière avec les formes mokolé, la marque prédicative en maninka devrait être *lí.

165Si on prend en compte cette dernière objection, on est obligé de rejeter à la fois les deux hypothèses :

166– la provenance de la marque du futur-1 dí en maninka de Guinée d’une copule hypothétique du type TI ;

167– l’origine commune de cette marque avec les marqueurs du type SI des langues mokolé et mandingues de l’ouest, malgré la similitude apparente de leurs formes et sémantismes.

4.1.3. Les hypothèses sur l’étymologie de la marque du futur-1 : un lien avec la marque du perfectif en maninka de Kita ?

168Une marque prédicative di existe également en maninka de Kita, mais elle se distingue de la marque dí qui nous préoccupe en maninka de Guinée par son sémantisme, car elle exprime la valeur du perfectif. Une marque du perfectif li ~ ri existe également en bambara de la région de Kaarta (géographiquement proche de la zone du maninka de Kita).

169Comme cela a été mentionné plus haut, la construction du futur-1 peut exprimer, très marginalement, les valeurs perfectives, ce qui crée une tentation de proposer une origine commune de ces deux marques en maninka de Guinée et le maninka de Kita. Cependant, le comportement syntaxique de deux formes contredit ce rapprochement.

Illustration 1. La distibution des marques DI, SI, LI du futur-1, du potentiel et du perfectif dans les langues mandingues et mokolé (sur la base de la carte (Vydrin & Koryakov 2017).

  • 13 Si on suit une interprétation qui est devenu populaire depuis quelques temps, di en maninka de Kita (...)

170En maninka de Kita, la marque du perfectif di n’apparaît que dans des constructions verbales transitives, tandis qu’avec des verbes transitifs on utilise le suffixe -ta.13 Par contre, en maninka de Guinée, la marque du futur-1 dí n’est pas sensible à la transitivité ou l’intransitivité du verbe.

171Selon une hypothèse devenue populaire parmi les mandéïsants (et qu’on ne peut pas du tout négliger), les marques prédicatives du perfectif transitif dans les langues mandingues peuvent provenir des postpositions à valeur instrumentale-associative-transformative (Bird & Kendall 1986; Creissels 1997a; Kastenholz 2003). Il faut souligner qu’il s’agit ici d’un modèle uniforme de la provenance de cette construction (le complément d’agent d’un verbe intransitif, suivi d’une postposition, est frontalisé et réinterprété comme un nouveau sujet, l’ex-postposition est réinterprétée comme la marque prédicative, et l’ex-sujet devient un complément d’objet direct) qui se reproduit dans les langues différentes, tandis que les marques prédicatives et les postpositions (dont elles proviennent) varient d’une langue à l’autre.

172Si on accepte cette hypothèse, la postposition dí pourrait être reconnue comme la source de la marque du perfectif di en maninka de Kita, mais non de la marque du futur-1 dí en maninka de Guinée, car celle-ci apparaît dans les constructions transitives comme intransitives.

4.1.4. Les hypothèses sur l’étymologie de la marque du futur-1 : une tentative de reconstruction interne

173Explorons les possibilités de la reconstruction interne de la marque du futur-1. La marque dí a trois homonymes complets en maninka de Guinée : une postposition à valeur instrumentale et associative ; le verbe ‘donner’ ; le verbe qualitatif ‘être bon, être agréable’.

174On a déjà parlé de la postposition dí comme candidat à l’étymon de la marque prédicative, cf. §4.1.3. Évidemment, la provenance de la marque prédicative du futur-1 de cette postposition peut être exclue.

175Le sémantisme du verbe dí ‘donner’ est suffisamment basique et abstrait, mais une évolution des verbes ‘donner’ vers des marques de la capacité épistémique ou du futur n’a pas été attestée dans les langues du monde (Bybee, Perkins & Pagliuca 1994; Heine & Kuteva 2002: 149–155).

176Quant au verbe qualitatif dí, sa polysémie n’est pas dépourvue d’intérêt : à part ses sens centraux (‘être agréable’, ‘être bon’, ‘être bon au goût’), il peut exprimer le sens ‘être rapide’ et ‘être facile’ (65).

(65)

...lɔ́n-nin`

sɔ̀dɔn`

ká

dí

sín-min

kan

savoir-nmlz\art

recevoir\art

qual

agréable

sein-boire

langue

nè

dɔ́

wáli

kan`

dí

pánaun.

foc

dans

étranger

langue\art

comme

de.loin

177‘… il est beaucoup plus facile d’obtenir le savoir dans sa langue natale que dans une langue étrangère’.

178Le passage du sens ‘être facile, être rapide’ vers la valeur de la capacité épistémologique semble être assez naturel. Si cette évolution se produit, le verbe qualitatif acquiert les caractéristiques d’un verbe modal, et alors, il devient un bon candidat à une source de la marque prédicative du futur-1.

179Cependant, cette hypothèse doit être traitée avec prudence, car le sens ‘être facile’ n’est pas très fréquent pour ce verbe (il est nettement inférieur au sens central ‘être agréable, plaire’). Et en plus, comme le montre l’exemple (65), lorsque ce verbe s’utilise avec son sens modal, le verbe sémantique (sɔ̀dɔn ‘obtenir’) est nominalisé et incorporé dans le groupe du sujet. Autrement dit, la syntaxe de cette construction est telle qu’il rendrait difficile son évolution en construction du futur-1.

180Si on assume quand même que la construction avec le verbe qualitatif dí pourrait être le point de départ de l’évolution vers la construction du futur-1, on peut proposer la séquence suivante de l’évolution sémantique (voir Schéma 1), sans rentrer dans la discussion concernant l’arrangement des étapes ultérieures de l’évolution (tel que l’évolution du futur volitif à partir du futur prédictif, ou vice-versa).

181Schéma 1. Évolution du sémantisme du futur-1 en maninka de Guinée

182Cet itinéraire est proche du modèle de Tatevosov-Shluinsky (voir §4.1.1) dont il se distingue en ce que je propose le potentiel (plutôt que l’habituel) comme point de départ de l’évolution.

4.2. La construction prospective

183A la différence du marqueur du futur-1, l’origine de la forme verbale en -est plutôt transparente. Le suffixe -tɔ, à la manière des autres suffixes des formes non-finies dans les langues mandé, remonte à la postposition locative *Tɔ́ dont les réflexes existent dans la plupart des langues mandingues, mais aussi en jeri, vaï, lélé (et il peut donc être reconstruit pour le proto-mandé central). Le seul souci à propos de cette étymologie est le fait qu’en maninka et en bambara on n’observe pas le changement phonétique régulier *t > d ou r qui a cependant eu lieu dans la postpostion inessive (maninka dɔ́ ~ rɔ́, dialectes bambara rɔ́ ~ lɔ́ ~ rá) qui, celon cette hypothèse, est la source du suffixe en question. On peut supposer que cette irrégularité est due à la grammaticalisation.

184Dans d’autres variétés mandingues, la forme analogique s’utilise le plus souvent comme non-finie, et on peut la considérer comme le gérondif ou le converbe. En bambara, elle apparaît surtout en fonction de prédicat second (en exprimant la valeur du taxis de simultanéité) ou comme le seul prédicat d’une proposition subordonnée de temps (toujours exprimant la simultanéité avec l’action de la proposition principale) ; elle peut également exprimer la valeur du prospectif (pour plus de détail concernant l’emploi de la forme en -tɔ en bambara cf. (Vydrin 2019b: 222–229)).

185L’utilisation de la forme en -en fonction de prédicat second en maninka de Guinée est possible aussi (66), mais cela est beaucoup moins fréquent (seules 2 occurrences dans mon échantillon) qu’en fonction de prédicat principal.

(66)

Àlu

wá-tɔ`

báa

fàli`

dònin

mùran

 

3pl

partir-prosp\art

cond

âne\art

charger

bagage

sàn-ta`

lá,

àlu

nà-tɔ`

d’

dònin

acheter-ptcp.pot\art

à

3spl

venir-prosp\art

fut1

3sg

charger

fère

kɔ̀fili

fén`-nù

lá.

vendre

revente

chose\art-pl

à

186‘S’ils chargeaient l’âne de bagages qu’ils achetaient, en revenant, ils le chargeaient des marchandises à revendre’.

187Malgré la rareté de l’utilisation non-finie de la forme en -en maninka de Guinée, cette fonction, selon toute vraisemblance, est primordiale. La provenance du prospectif du participe imperfectif (dont le converbe bambara est proche par son sémantisme grammatical) a été attestée dans des nombreuses langues du monde, c’est un des itinéraires typiques de la grammaticalisation (Kozlov 2017: 63–64).

188L’évolution sémantique de cette forme en maninka de Guinée peut être représentée par le schéma suivant :

189le taxis de simultanéité > le progressif > le prospectif > le futur intentionnel (proche) > le futur prédictif (non-marqué par l’indice de distance temporelle)

190L’évolution vers les valeurs modales représente, sans doute, un branchement parallèle au niveau du prospectif ou du futur intentionnel.

191On peut supposer que l’expansion de la construction du prospectif vers la zone du futur a été favorisée par la sensibilité de la construction du futur-1 à la focalisation (cf. §3.6) : la focalisation d’argument dans une proposition oblige à éviter la construction du futur-1, et la construction du prospectif peut servir de remplaçant.

4.3. La construction du futur-2

192De toute évidence, c’est une construction « déventive » d’origine, elle a été dérivée de la construction du futur-1 par la grammaticalisation du verbe nà ‘venir’, ce qui est trivial pour les langues mandé, et pour les langues du monde aussi. La caractéristique spécifique du maninka de Guinée consiste dans la spécialisation de cette construction en sémantisme du post-futur (« futur éloigné »). Cependant, même dans cet emploi, et en apodose d’une proposition conditionnelle-temporelle, le futur-2 se trouve en concurrence avec le futur-1, ce qui rend son emploi peu fréquent.

5. Conclusions

193Pour faire simple, on peut dire que les valeurs appartenant à la zone du futur-prospectif se distribuent en maninka de Guinée entre les trois constructions de la manière suivante :

194– le prospectif : les valeurs du prospectif et du futur proche ;

195– le futur-2 : le post-futur (le futur éloigné) ;

196– le futur-1 : la valeur du futur par défaut, avec la focalisation de l’opérateur. En fait, le futur-1 peut apparaître dans tous les contextes futuraux (main non pas en prospectif), elle est donc en compétition avec les deux autres constructions. Évidemment, sa concurrence avec le futur-2 est la plus réussie, ce qui rend celui-ci affaibli et peu fréquent.

197Si ma reconstruction est vraie, les trois constructions futurales du maninka de Guinée représentent trois modèles différents d’évolution :

198– le prospectif : développement de la valeur du futur à partir du taxis de simultanéité, via le progressif et le prospectif ;

199– le futur-1 : une évolution radiale à partir du potentiel, d’un part, en direction vers la zone futurale, d’autre part, vers l’habituel (qui ne se dérive donc ni du progressif, ni du présent) ;

200– le futur-2 : cette construction est dérivé du futur-1 (dans son emploi futural).

201Je voudrais noter, en titre de conclusion, que dans cette étude, j’ai fait exprès de combiner une recherche par l’élicitation et une recherche dans un texte naturel. Les deux approches se sont avérées complémentaires : sans élicitation, il aurait été difficile d’identifier la composante sémantique « post-futurale » de la construction du futur-2, et sans l’analyse du texte naturel il aurait été difficile de découvrir toute la polysémie (en particulier, la corrélation des constructions avec la focalisation des arguments) et de trouver la distribution statistique entre les constructions et leurs sens.

Gloses

2021, 2, 3 — 1e, 2e, 3e personne

203ABSTRsuffixe d’abstraction

204ADR — postposition à valeur adressative (mà)

205AORaoriste

206ARTarticle tonal

207C — consonne

208CAUS — préfixe causatif

209CNTRL — postposition bólo exprimant la possession et le contrôle

210COND — conditionnel

211COP — copule

212DEQU — suffixe de la dérivation des noms et des verbes dynamiques à partir des verbes qualitatifs

213DISTR — conjonction distributive

214DO — complément d’objet direct

215FORT — série forte des pronoms personnels

216FOC — particule de focalisation

217FUT1 — futur-1

218FUT2 — futur-2

219GENT — suffixe du nom d’originaire ou habitant du lieu

220INF1 — infinitif en kà

221INF2 — infinitif en -la

222INTR — intransitif

223NEG — négatif

224NMLZ — suffixe du nom d’action

225OPT — optatif

226PFV — perfectif

227PL — pluriel

228POSS — marque possessive (une postposition)

229PRFparfait

230PROSP — prospectif

231PSTpassé

232PTCP.POTparticipe potentiel

233Q.PRT — particule interrogative accompagnant une question partielle

234QUALmarque prédicative de la construction qualitative verbale

235QUOTquotatif

236RECPpronom réciproque

237REFLpronom réfléchi

238REL — marque de relativisation

239RES — participe résultatif-statif

240S — sujet

241SBJV— subjonctif

242SGsingulier

243TAMtemps, aspect, mode

244TOP.CNTRparticule de topicalisation contrastive

245V — 1) verbe, prédicat verbal; 2) voyelle

246VN — nom verbal

Haut de page

Bibliographie

Références

Bird, Charles & Martha Kendall. 1986. Postpositions and auxiliaries in Northern Mande: Syntactic indeterminacy and linguistic analysis. Anthropological Linguistics 28(4). 389–403.

Bybee, Joan, Revere Perkins & William Pagliuca. 1994. The evolution of grammar. Tense, aspect and modality in the languages of the world. Chicago: University of Chicago Press.

Creissels, Denis. 1997a. Une tentative d’explication de particularités typologiques de la négation en mandingue. Mandenkan 32. 3–21.

Creissels, Denis. 1997b. Postpositions as a possible origin of certain predicative markers in Mande. Afrikanistische Arbeitspapiere 50. 5–17.

Creissels, Denis. 2009. Le malinké de Kita (Mande languages and linguistics 9). Rüdiger Köppe Verlag. Köln.

Creissels, Denis. 2013. Le maninka du Niokolo (Sénégal oriental), esquisse phonologique et morphosyntaxique, liste lexicale, textes glosés. Mandenkan 49. 1–218.

Creissels, Denis & Pierre Sambou. 2013. Le mandinka. Phonologie, grammaire, textes. Paris: Karthala.

Dahl, Östen. 1985. Tense and aspect systems. Blackwell. Oxford.

Dahl, Östen. 2000. The grammar of future time reference in European Languages. In Georg Bossong & Bernard Comrie (eds.), Tense and Aspect in the language of Europe, 309–328. Mouton de Gruyter. Berlin, New York.

Diané, Mamadi & Valentin Vydrin. 2014. Propositions pour l’orthographe du maninka (Guinée). Mandenkan 52. 3–21. https://doi.org/10.4000/mandenkan.301.

Dumestre, Gérard. 2003. Grammaire fondamentale du bambara. Paris: Karthala.

Haspelmath, Martin. 1998. The semantic development of old presents: New futures and subjunctives without grammaticalization. Diachronica XV(1). 29–62.

Heine, Bernd & Tania Kuteva. 2002. World lexicon of grammaticalization. Cambridge University Press.

Idiatov, Dmitry. 2000. Le sémantisme des marqueurs aspecto-temporels du bambara: une tentative d’analyse. Mandenkan 36. 1–59.

Janse, Jacqueline. 1999. Grammaire mɔgɔfin (ms.). 2nd edn. Mission Évangélique Réformée Néerlandaise.

Kastenholz, Raimund. 1987. Das Koranko. Ein Beitrag zur Erforschung der Nord-Mande-Sprachen. Köln: Universität zu Köln Ph.D. dissertation.

Kastenholz, Raimund. 2003. Auxiliaries, grammaticalization, and word order in Mande. Journal of African Languages and Linguistics 24. 31–53.

Kozlov, Aleksey A. 2017. Проспектив: семантика и типология [Le prospectif: son sémantisme et typologie]. Moscou: Université d’État de Moscou Mémoire de master.

Kuteva, Tania. 1998. On identifying an evasive gram: Action narrowly averted. Studies in Language 22(1). 113–160.

Le Bris, Pierre & André Prost. 1981. Dictionnaire bobo – français, précédé d’une introduction grammaticale et suivi d’un Lexique français – bobo. Paris: SELAF.

Plungian, Vladimir. 2011. Vvedenije v grammaticheskuju semantiku: grammaticheskije znachenija i grammaticheskije sistemy jazykov mira (Введение в грамматическую семантику: грамматические значения и грамматические системы языков мира) [Introduction into grammatical semantics: grammatical meanings and grammatical systems of the world’s languages ]. Moscow: Rossijskij gosudarstvennyj gumanitarnyj universitet.

Prost, André. 1950. La langue bisa: grammaire et dictionnaire. Ouagadougou: Centre IFAN.

Shluinsky, Andrey. 2006. Polisemija habitualis-futurum: pokazatel’ -ma v jazyke susu [La polysémie du habituel-futur: le marqueur -ma dans la langue soussou]. In Victor Vinogradov & Antonina Koval (eds.), Issledovanija po jazykam Afriki. Sbornik statej, posvjaschennyj 40-letiju otdela afrikanskikh jazykov [Études des langues africaines. Un recuil d’articles à la 40 anniversaire de la section des langues africaines], 332–344. Moscou: Sovetsky pisatel’.

Tatevosov, Sergej. 2004. Jest’ - byvaet - budet: na puti grammaticalizatsii [Un itinéraire de grammaticalisation]. In Jurij Lander, Vladimir Plungian & Anna Urmanchieva (eds.), Issledovanija po teorii grammatiki: irrealis i irreal’nost’ [Études sur la théorie grammaticale: l’irréel], 226–255. Moscou.

Tröbs, Holger. 2003. On the origin of some predicative markers in imperfective constructions in Manding. Mandenkan 38. 1–14.

Tröbs, Holger. 2009. Sprachtypologie, TAM-Systeme und historische Syntax im Manding (West-Mande) (Mande Languages and Linguistics / Langues et Linguistique Mandé 8). Köln: Rüdiger Köppe Verlag.

Tveit, Harald. 1997. Grammaire de la langue khassonké. Bamako: Mission Protestante Norvégienne.

Vydrin, Valentin. 2011. L’alternative du N’ko : une langue écrite mandingue commune, est-elle posible ? In Kristin Vold Lexander, Chantal Lyche & Anne Moseng Knutsen (eds.), Pluralité des langues pluralité des cultures : regards sur l’Afrique et au-delà, 195–204. Oslo: The Institute for Comparative Resarch in Human Culture. http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00715579.

Vydrin, Valentin. 2016. Perfekt v jazyuke maninka Gvinei (Перфект в языке манинка Гвинеи) [The perfect in the Guinean Maninka]. In Timur Majsak, Vladimir Plungian & Ksenia Semenova (eds.), Issledovanija po teorii grammatiki 7 (Исследования по теории грамматики 7) [Studies in the theory of grammar 7], 709–741. St. Petersburg: Nauka.

Vydrin, Valentin. 2019a. Futural’no-prospektivnyje konstruktsii v gvinejskom maninka (Футурально-проспективные конструкции в гвинейском манинка) [Future and prospective constructions in Guinean Maninka]. Voporsy jazykoznanija (5). 73–100.

Vydrin, Valentin. 2019b. Cours de grammaire bambara. Paris: Presses de l’INALCO.

Vydrin, Valentin. 2023. Focalization in Bambara, in comparison with Kakabe. In Nina Sumbatova, Ivan Kapitonov, Maria Khachaturyan, Sofia Oskolskaya & Samira Verhees (eds.), Songs and Trees: Papers in Memory of Sasha Vydrina, 285–310. St. Petersburg: Institute for Linguistic Studies, Russian Academy of Sciences.

Vydrin, Valentin & Yurij Koryakov. 2017. Karty jazykov i dialektov mande (Карты языков и диалектов манде) [Maps of the Mande languages and dialects]. In Valentin Vydrine, Yulia Mazurova, Andrej Kibrik & Elena Markus (eds.), Jazyki mira: Jazyki mande (Языки мира: Языки манде) [Languages of the world: Mande languages], 1141–1150. St. Petersburg: Nestor-Historia.

Vydrin, Valentin, Kirill Maslinsky, Andrij Rovenchak & Ibrahima Sory 2 Condé. 2014. Corpus maninka de référence. http://cormand.huma-num.fr/cormani/.

Vydrina, Alexandra. 2017. A corpus-based description of Kakabe, a Western Mande language: prosody in grammar. Paris: INALCO Ph.D. dissertation.

Vydrina, Alexandra. 2020. Operator focus in discourse and grammar: the two perfectives in Kakabe. Journal of African Languages and Linguistics 41(1). 99–145.

Haut de page

Notes

1 Une première version de cet article a été publiée en russe dans la revue Voprosy yazykoznaniya (Vydrin 2019a).

2  La variation libre d ~ r dans la position interne est typique du maninka de Guinée : dans certaines variétés, y compris le maninka “standard”, les formes avec -d- sont vues comme préférables, dans d’autres, celles avec -r-.

3 En maninka de Guinée, d'autres constructions ne peuvent exprimer des valeurs futurales et prospectives que marginalement (à la différence du bambara, où le futur est parmi les valeurs principales de la construction de l’imperfectif). Il se trouve cependant des cas où la valeur du futur immédiat ou prospectif est transmise par la construction habituelle, ex. : Ń yé lɛ̀tɛrɛ` lè sɛ́bɛ-la sísàn. ‘Je vais écrire une lettre’ (une réponse à la question « Qu’est-ce que tu vas faire maintenant ? »).

4 Selon Mamadi Diané, dínà est un marqueur du « maninka authentique », tandis que bɛ́nà ~ bénà résulte d’une influence bambara. Parmi les deux variantes de celui-ci, Mamadi Diané utilisait bénà, mais dans les textes écrits, seule la forme bɛ́nà apparaît (et cette forme figurera dans cet article aussi).

5 Mamadi Diané prononçait cette marque prédicative ténà, mais dans les textes écrits elle apparaît toujours sous forme tɛ́nà que j’utiliserai aussi dans cet article.

6 J’utilise les termes « futur intentionnel » et « futur prédictif » dans le sens de Dahl (2000: 309–313) : il s’agit du « futur intentionnel » si l’action est sous notre contrôle, et du « futur prédictif » si l’action n’est pas contrôlée par l’homme ou, dans tous les cas, n’est pas contrôlée par le locuteur. Il faut mentionner que la définition de Dahl n’est pas suffisamment stricte ; en particulier, il n’est pas clair de savoir comment qualifier les actions contrôlées par un agent animé mais non contrôlées par le locuteur. D’ailleurs, Dahl mentionne que cette différence sémantique est rarement distinguée grammaticalement dans les langues ; nous verrons qu’en maninka, ce contraste n’est pas exprimé formellement.

7 A l’état actuel, le Corpus Maninka de Référence ne comporte pas de publications du Burkina Faso, de Côte d’Ivoire, de Gambie ou du Sénégal, et il serait prématuré de parler des textes avec un substrat mandinka ou dioula.

8 Les occurrences de la construction négative du futur-1 n’ont pas été comptées, car la marque prédicative tɛ́ est homonymique de plusieurs mots d’une fréquence élevée.

9 Cf (Haspelmath 1998: 39) sur les cas où « l’aoriste » turque (dont le sémantisme de base est l’habituel, le futur et le potentiel) exprime le présent historique.

10 Cependant, l’interprétation volitive semble acceptable dans certains contextes également. Évidemment, l’opposition entre la valeur volitive et prédictive n’est pas pertinente pour cette construction.

11 Parmi les 105 occurrences de la construction prospective, 15 n’ont pas été prises en compte pour des divers raisons.

12 Il est vrai que l’élément post-verbal remontant à une postposition peut s’élider, ce qui s’est passé dans la construction imperfective bambara. Cependant, cela ne change pas la situation, car dans la même langue existent des constructions du progressif résultant du même cycle imperfectival, et le suffixe verbal (provenant de la postposition locative) est maintenu.

13 Si on suit une interprétation qui est devenu populaire depuis quelques temps, di en maninka de Kita peut être vu comme la marque de transitivité privée des caractéristiques du TAM ; la construction transitive perfective est vue dans ce cas comme une construction par défaut (du point de vue du sémantisme grammatical). Cette question n’a pas d’incidence directe sur les questions discutées dans cet article, et je ne l’aborderai donc pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentin Vydrin, « Le TAM en maninka de Guinée : la zone du futur »Mandenkan, 70 | 2023, 77-111.

Référence électronique

Valentin Vydrin, « Le TAM en maninka de Guinée : la zone du futur »Mandenkan [En ligne], 70 | 2023, mis en ligne le 06 janvier 2024, consulté le 24 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/mandenkan/3253 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mandenkan.3253

Haut de page

Auteur

Valentin Vydrin

INALCO — LLACAN, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search