Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Syntaxe de l’énoncé

Syntaxe de l’énoncé

Section 6
Maria Khachaturyan
p. 213-244

Texte intégral

  • 1 Comme la structure discursive permet un inventaire au moins aussi riche de relations entre les élém (...)

1Nous définissons de façon préliminaire les énoncés en tant qu’unités séparées par des pauses, mis à part les propositions subordonnées qui ne peuvent pas être employées indépendamment, et les groupes nominaux topicalisés qui sont considérés comme faisant partie du même énoncé que la proposition dont ils dépendent, même s’ils en sont séparés par une pause. La délimitation des énoncés se base alors sur des critères à la fois structuraux et prosodiques. Les critères structuraux servent à rattacher les propositions subordonnées aux propositions matrices au sein du même énoncé. Les critères prosodiques servent à distinguer les propositions indépendantes séparées prosodiquement, tant que les critères structuraux le permettent1.

2Les énoncés sont des propositions qui contiennent une (des) copule(s) et/ou un (des) verbe(s) employé(s) dans une construction avec un marqueur prédicatif pronominal. La copule et la construction verbale à la base d’un marqueur prédicatif constituent le centre prédicatif. Les énoncés à un seul centre prédicatif sont des énoncés simples et seront examinés dans §6.1, les énoncés à plusieurs centres prédicatifs sont des énoncés complexes et seront examinés dans §6.2. La structure de l’information sera étudiée dans §6.3.

6.1. Énoncé simple

6.1.1. Propositions monoprédicatives

3Nous avons examiné la syntaxe de l’énoncé simple monoprédicatif dans les articles précédents. Résumons ces données.

Les énoncés copulatifs ont été étudiés dans §5.3 et §5.4.

4Les propositions ontiques et existentielles, dont le centre de prédication est le verbe kɛ̄ ‘être, faire’, ont la structure (S) - aux - (kɛ̄) - X, où Х est un groupe postpositionnel avec la postposition (dans le cas de la construction d’équivalence), kɛ̀lɛ̀ (dans le cas de la construction possessive), un adjectif, facultativement accompagné d’une postposition (dans le cas de la construction attributive), ainsi qu’un adverbe, un nom dans la fonction locative, un groupe postpositionnel circonstant. Nous avons évoqué deux types de propositions ontiques et existentielles : propositions au présent (voir §5.5.1 et §5.5.2), où la série existentielle est utilisée, tandis que le verbe kɛ̄ ‘être, faire’ est omis, et au passé (voir §5.7.2), où la série du prétérit est employée. Cependant, les propositions ontiques et existentielles peuvent avoir d’autres caractéristiques aspectuelles et temporelles : elles peuvent être employées au futur avec la série imperfective et le verbe auxiliaire ‘aller’, au parfait, avec la série du parfait, etc :

(6.1)

a.

Sèé

lɛ̄

dɔ̄mì

ká.

Se

3sg.exi

chef

avec

‘Se est le chef’.

b.

Sèé

ē

kɛ̄

dɔ̄mì

ká.

Se

3sg.pret

faire

chef

avec

‘Se était le chef’.

c.

Sèé

lɛ́ɛ̀

kɛ̄-ɛ̀

dɔ̄mì

ká.

Se

3sg.ipfv

aller:IPFV

faire-ger

chef

avec

‘Se sera le chef’.

d.

Sèé

āà

kɛ̄

dɔ̄mì

ká.

Se

3sg.prf

faire

chef

avec

‘Se est devenu le chef’.

5Citons un exemple d’une proposition existentielle tiré du parler spontané :

(6.2)

Āà

kɛ̄

tíé

lɛ́ɛ̀

kɛ̀

ī

yí.

3sg.prf

faire

feu

3sg.ipfv

faire:IPFV

2sg.nsbj

cœur

dans

‘Cela a fait qu’il y a le feu dans ton cœur’.

6Les autres propositions verbales ont la structure S — O — V — X, leur syntaxe et notamment la dérivation actancielle ont été étudiées dans §5.

6.1.2. Propositions polyprédicatives

7Nous entendons par propositions polyprédicatives les propositions dont l’une est une proposition à un verbe fini ou une copule et l’autre contient l’une des formes infinies, la forme de l’infinitif ou la forme du gérondif (plus rarement, la forme de base). Certaines propositions polyprédicatives ont déjà été analysées dans §5 : il s’agit des constructions aspectuelles au verbe auxiliaire, §5.15. Certaines propositions aux actants phrastiques sont elles aussi polyprédicatives (§4.1.2.5, voir notamment le tableau 4.1 où les types de marquage des actants phrastiques sont énumérés).

8Dans cette section, nous évoquerons les autres constructions polyprédicatives qui n’ont pas encore été analysées.

  • la construction à valeur de but, où le prédicat secondaire est un verbe généralement employé dans la forme du gérondif, ex. (6.3), (6.4) (nous avons relevé quelques cas où le verbe était dans la forme de base, ex. 6.5).

(6.3)

Ŋ̄

dàā

ē

píé

kɛ̄-ɛ̀

pɛ̰́.

1sg.nsbj

père

3sg.pret

aller

trace

faire-ger

hier

‘Hier mon père est parti chasser’.

(6.4)

lòkó

ló-à

lɛ̄

sɔ̄

vɔ̀

pɛ́lɛ́-ɛ̀

lūú.

1pl.nsbj

mère

aller–ger

cop

habit

pl

laver-ger

brousse

‘Notre mère est partie en brousse laver les vêtements’.

(6.5)

Gɔ̰̄

ē

wéé

ŋ̄

bà.

homme

indef

3sg.pret

aller

parler

1sg.nsbj

dans

‘Un homme est allé me saluer’.

  • la construction dans laquelle le prédicat secondaire, un verbe dans la forme de l’infinitif, exprime une action qui se déroule en même temps que l’action exprimée par le verbe principal, un équivalent de la construction à participe présent en français.

(6.6)

ē

gɛ̰̀

gbóó

ɓō-pìà.

3sg.pret

3sg.refl

épouse

voir

sanglot

enlever-inf

‘Il a trouvé sa femme pleurant’.

  • la construction dans laquelle le prédicat secondaire, un verbe dans la forme du gérondif, a une valeur de résultatif, un équivalent de construction au participe passé.

(6.7)

Ŋ̄

kɛ̄

kɔ́nɔ́

ɓèlè-pɛ̀lɛ̀

wɔ̄ɔ̀

tá̰à̰

pɛ̰́.

1sg.pret

être

nourriture

manger-inf

se.coucher.ger

par.terre

hier

‘Hier je mangeais couché’.

  • la construction contenant un groupe verbal nominalisé dans la position du topique phrastique (§4.2.5), ce groupe verbal a une valeur de complément circonstanciel de temps (6.8).

(6.8)

gó-à

lɔ́ɔ́í

ā

íì

béī

zɔ̰̄-ɔ̰̀.

2sg.nsbj

sortir–ger

marché

top

2sg.ipfv

aller:IPFV

manioc

piler-ger

‘Quand tu reviendras du marché, je pilerai le manioc’.

  • Finalement, la forme de l’infinitif peut, elle aussi, être employée pour former un complément circonstanciel de temps.

(6.9)

kɔ́nɔ́

yà-pìà

tá̰à̰,

gɛ̰̀

nɔ́

ɔ̄,

ref

nourriture

asseoir-inf

par.terre

3pl.pret>3sg

voir

seulement

top

wáà

à

mɔ̀.

3pl.jnt

jeter :jnt

3sg.nsbj

sous

‘Quand il a mis la nourriture par terre, ils l’ont vu et ils se sont jetés sur lui’.

6.2. Énoncé complexe

9Nous classifierons les énoncés complexes en énoncés coordinatifs et subordinatifs. Dans les énoncés subordinatifs, les énoncés à des propositions balancées (balanced) et les énoncés à proposition subalterne (deranked ; KoptjevskajaTamm 1993 : 23–24) se distinguent. Dans les énoncés coordinatifs, les propositions sont juxtaposées et facultativement séparées par des connecteurs qui, une fois enlevés, ne changent pas la grammaticalité de l’énoncé. Les propositions dans les énoncés coordinatifs peuvent être séparées par une pause, il s’agira dans ce cas, selon notre définition, de deux énoncés simples. Dans les énoncés à propositions balancées, les deux propositions sont structurellement au même niveau. La subordination dans ces énoncés est alors définie plutôt dans les termes rhétoriques du sémantisme de relation entre les propositions (cf. Mann and Thompson 1988) que dans les termes syntaxiques, puisqu’il n’y a pas d’indice formel de leur statut subordonné. Or, dans les énoncés à proposition subalterne, la forme même du prédicat signale le statut subordonné de la proposition, la distinction entre la proposition principale et la proposition subalterne devient formelle.

6.2.1. Énoncés coordinatifs

  • 2 Par conséquent, il n'est pas possible d'omettre un marqueur pronominal dans le cas de coordination (...)

10Dans les énoncés coordinatifs avec des sujets coréférentiels, les marqueurs prédicatifs pronominaux accompagnent obligatoirement chaque verbe2.

(6.10)

a.

kɔ́nɔ́

ɓèlè

ē

ē

zúlú.

3sg.pret

nourriture

manger

3sg.pret

3sg.refl

laver

‘Il a mangé et il s’est lavé’ (parfait + parfait) ;

b.

*

kɔ́nɔ́

ɓèlè

ē

zúlú.

3sg.pret

nourriture

manger

3sg.refl

laver

11Les propositions coordonnées peuvent être précédées par les connecteurs suivants : kálá, kɛ̄ɛ̄ ‘mais’ (l’emprunt du français ‘mais’ peut également être employé), ētó ~ étó ‘et’. La disjonction est exprimée par la particule wàá ~ ɔ̀ɔ́ :

(6.11)

Íì

zùlù

ɔ̀ɔ́

íì

yìì

làkpá̰á̰

ká ?

2sg.ipfv

2sg.nsbj

laver:IPFV

ou

2sg.ipfv

habiter:IPFV

2sg.exi

souillon

avec

‘Tu te laves ou tu vas passer la nuit comme un souillon ?’

12Le sémantisme de ces connecteurs est parfois proche des conjonctions en français, d’où le glosage, mais n’est pas identique (voir l’ex. 6.16 où le connecteur étó introduit la proposition matrice d’un énoncé relatif).

13Dans certains exemples, les propositions coordonnées ont des propositions dépendantes, ce qui complique la compréhension de la structure syntaxique. Nous marquerons dans ces cas les propositions coordonnées par des crochets.

(6.12)

Nɛ̀

gbāā,

kóò

kɛ̀

mensonge

comme.ça

maintenant

1pl.ipfv>3sg

faire:IPFV

nɔ́

pá,

kálá

à

kɛ̄

sɛ̀lɛ̀

dìè

lɛ̄

bà.

seulement

trop

mais

3sg.nsbj

faire

sol:CS

vrai

cop

dans

‘Ce mensonge, nous le faisons trop, mais c’est dans ce village qu’on le fait essentiellement’.

(6.13)

ā

ɓō

ā,

[lɛ̀ɛ́

gbāā

aller.rel

3sg.pret>3sg

enlever

top

3sg.neg

maintenant

Názàlɛ̀],

[kɛ̄ɛ̄

ē

ē

ē

yàlà

rester

Nazareth

mais

3sg.pret

aller

3sg.pret

3sg.refl

place

kṵ́

Kàpɛ́nìɛ̀

lɛ́

ē

kɛ̄

Gálàlíì

Yíí

pṵ́á̰

saisir

Capernaüm

rel

3sg.pret

faire

Galilée

eau

lac

sɔ́nɔ́

ɔ̄

yí].

à.côté

top

dans

‘Il quitta Nazareth, et vint demeurer à Capernaüm, située près de la mer, dans le territoire de Zabulon et de Nephthali (lit. : Quand il a effectué le départ, il n’est pas resté à Nazareth, mais il est parti prendre sa place à Capernaüm, qui était à côté du lac en Galilée)’ (M.4 :13).

(6.14)

nīá

tournant

ā

3sg.conj

tourner:COND.cond

tournant

dans

top

3sg.nsbj

bɛ̰̀ɛ̰̄

ē

táá

ɓéŋ́ɓō

ké]

[mais...]

aussi

3sg.pret

marcher

un.peu

comme.ça

mais

3pl.coord

ó

ɓɔ̄-á

sá̰gbá

pìà

3sg.emph

3pl.conj

sortir:COND-cond

route

droit

endroit:CS

ā

[...lɛ́ɛ̀

dɔ̄

tá̰à̰].

top

3sg.ipfv

s’arrêter:IPFV

par.terre

‘Quand elle tourne dans un tournant, lui aussi, il marche (lit. : il a marché) un peu doucement, mais quand ils arrivent à l’endroit où la route est toute droite, il s’arrête’.

(6.15)

gèē

ŋ̄

mìà

lɛ̀ɛ̄,

1sg.pret>3sg

dire

1sg.nsbj

accoucher

personne.pl:CS

pour

ō

wéé

à

mɔ̀

ētó

ō

lī.

3pl.exi

parler

3sg.nsbj

sur

et

3pl.pret

ventre

devenir.beau

‘Je l’ai dit à mes parents, ils ont accepté cela et ils étaient contents’.

(6.16)

[Lɛ̄

ŋwánà

gɛ̰̀],

[étó...]

3sg.exi

vérité

avec

1sg.pret>3sg

dire

et

ɲ́à

kélá

wèè

ɓō

[...yē

lɛ́

wálà

1sg.conj>3sg

témoin

parole:CS

enlever

3sg.emph

3sg.exi

Dieu

píé

kɛ̄

ká.]

3sg.poss

laisser :nmlz

vers

faire

personne:CS

avec

‘C’est la vérité (que) j’ai vue, et pour que je fasse un témoignage, voilà celui qui suit Dieu’.

(6.17)

[Ŋwɔ́

tɛ́

mɛ́lɛ̄kɛ̀ì

ɲɛ̄

dìì

affaire

rel

2pl.nsbj

obligation

pl

2pl.conj>3sg

finir

vache

wɛ̄]

[étó

gɔ́

wɛ́lɛ́

dōó

āà

ɲɛ̄.]

avec

top

et

cola

os

un

3sg.prf>3sg

finir

‘Une affaire que vous devriez régler (lit. : finir) avec une vache, se règle avec une noix de cola’.

14Le connecteur ɓīī ‘parce que’ doit également être considéré comme connecteur coordinatif, même s’il exprime une relation subordinative de raisonnement, il est utilisé pour le développement d’une idée dans le narratif, sans forcément présenter une raison. C’est pourquoi un emprunt du français parce que est très fréquemment utilisé, lui aussi, et pas seulement dans son sens français.

(6.18)

Wɔ̀ɔ́ɔ̀

láà

gèē

óò

wìì

vɔ̀

lion

3sg.ipfv >3sg

dire:IPFV

3pl.ipfv

viande

pl

yɔ̄ɔ̄-yɔ̄ɔ̄

séŋ́

zɛ̄

tòò,

kìē

áà

gbóó

mauvais~pl

chaque

tuer

demain

chimpanzé

3sg.jnt

sanglot

ɓò

pɛ́nɛ̄ɛ̄,

ɓīī

lɛ́

lɛ̄

wìì

effectuer :jnt

aujourd’hui

parce.que

3sg.emph

rel

3sg.exi

viande

yɔ̄ɔ̄

wìì

vɔ̀

séŋ́

bà.

mauvais

avec

viande

pl

chaque

dans

‘(L’informateur explique la signification d’un proverbe.) Le lion dit que demain on tuera tous les animaux laids, le chimpanzé pleure aujourd’hui, parce que c’est l’animal le plus laid parmi les animaux’.

(6.19)

Kwíí

tɔ̀ɔ̀

ɓɔ̀

kúlū

láà

bàlà

Européen

poule

sortir :nmlz

clôture

dans

rel>3sg.refl

course

sí-pɛ̀lɛ̀

parce que

óò

dɔ̄

lever-inf

avec

parce.que

3pl.ipfv>3sg

intérieur

connaître:IPFV

  • 3 La glose du marqueur láà n’est pas très claire : comme il s’agit sémantiquement d’une construction (...)

kélɛ̄

lɛ̄

kéléŋ́-kèlèŋ̀.

que

3sg.exi

sain

‘C’est lorsque le canard est sorti de la cage et qu’il court, voilà comment on sait qu’il est en bonne santé (lit. : c’est la sortie du canard de la cage qu’il est avec le fait de courir, parce qu’on sait qu’il est sain)’3.

15Tous les connecteurs employés dans les énoncés coordinatifs liant deux propositions coordonnées peuvent être employés au début de l’énoncé. Cela n’est pas surprenant compte tenu du fait que nous définissons les énoncés coordinatifs à la base du critère prosodique, le placement des pauses, et non pas structurel. Voir par exemple un énoncé tiré de la traduction du Nouveau Testament qui commence par le connecteur kɛ̄ɛ̄ :

(6.20)

Kɛ̄ɛ̄

lɛ̀

lɛ́

Zɔ̰̀ɔ̰́

ē

Fálásíì

mais

endroit

rel

Jean-Baptiste

3sg.pret

pharisien

mìà

ɛ̰́ɛ̰́

Sáyúsíì

mìà

búnūzɛ̀

gɛ̰̀,

wáà

personne.pl:CS

et

sadducéen

personne.pl:CS

certain

voir

3pl.jnt

venir

à

píé

kɛ̄

é

ō

bàtáì

kɛ̄

ɛ̄...

3sg.nsbj

vers

pour.que

3sg.conj

3pl.nsbj

baptême

faire

top

‘Mais, voyant venir à son baptême beaucoup de Pharisiens et de Sadducéens... (lit. : Mais quand Jean-Baptiste a vu des Pharisiens et des Sadducéens venir vers lui pour qu’il fasse leur baptême...)’ (M.3 :7).

16Pour marquer la deuxième action et celles qui suivent dans une succession d’actions à valeur d’impératif, la construction minimale conjonctive (S – aux.conj – V) est utilisée.

(6.21)

Lō

lɔ́ɔ́í

í

wìì

lɔ́

yī.

aller:IPFV

marché

2sg.conj

viande

acheter

là-bas

‘Va au marché et achètes-y de la viande’.

17La simultanéité est exprimée par le connecteur kɛ̄ :

(6.22)

dɔ̀ɔ̀

nū

ɓɔ̄

sìī

mɔ̀

ref

causerie:IZF

3sg.pret

venir

3sg.pret

sortir

araignée

sur

kɛ̄

lɛ̄

sɛ́lɛ́

là

bèí.

en.ce.moment.là

3sg.exi

sol

sur

aval

‘Cette information a atteint l’Araignée quand elle était dans un village du sud (lit. : en ce moment-là elle était au village du sud).’

6.2.2. Énoncés subordonnés

18Nous commencerons cette section par l’énumération de différents procédés qui introduisent les propositions subordonnées balancées et subalternes. Dans les sous-sections suivantes, les propositions subordonnées seront classifiées en fonction de leur type sémantique.

19Les prédicats faisant partie des énoncés à propositions balancées sont structurellement au même niveau. Les procédés qui indiquent le statut subordonné sont : les topicalisateurs ā et ɓɛ̄ ~ wɛ̄ ~ wā terminent certaines propositions subordonnées (temporelles, relatives), et les connecteurs, comme le marqueur de relativisation lɛ́ ~ tɛ́ ~ nɛ́ qui se réalise aussi comme le ton haut flottant, les marqueurs de propositions subordonnées de temps yé ~ yēlɛ́, lɛ̀, le connecteur kélɛ̄ ~ kélɛ̀ ‘que’ qui introduit les propositions complétives, le marqueur kɛ̄ ‘pour que’ qui introduit les propositions de but, ainsi que des propositions subordonnées de temps à valeur ‘avant que’, les marqueurs fɔ̰́pē ~ fɔ̰́kē ~ fɔ̰́kɛ̄ à valeur ‘jusqu’à ce que’.

20La forme des prédicats faisant partie des propositions subalternes montre leur statut subordonné. Ils sont introduits par les marqueurs de la série conjonctive, comme dans différentes constructions à valeur modale. Dans ces propositions le verbe peut même s’adjoindre des morphèmes spéciaux, étant employé dans la forme conditionnelle, irréelle, ou contrefactuelle. Certains énoncés complexes exigent que des constructions spéciales soient employées même dans les propositions principales : il s’agit des propositions conditionnelles.

6.2.2.1. Actants et compléments phrastiques

21La construction minimale conjonctive (S – aux.conj – V, voir §5.10) est utilisée pour exprimer l’actant phrastique de certains verbes modaux (bɛ̀ī ‘être capable’ dans le sens ‘il est possible que’), ainsi que des verbes nāā ‘aimer, vouloir’ et tùò ‘craindre’ et certains autres ; en fonction du complément phrastique de certains noms (dùá ‘devoir’ dans le sens « X doit... ») ou adjectifs (yɛ́lɛ̀zɛ̀ ‘honteux’).

(6.23)

Lɛ́ɛ̀

bɛ̀ī

í

gā.

3sg.ipfv

être.possible:IPFV

2sg.conj

mourir

‘Il est possible que tu meures’.

(6.24)

dàā

lɛ́ɛ̀

yɛ́lɛ́

tàà

é

tòò.

2sg.nsbj

père

3sg.ipfv

esprit

promener:IPFV

3sg.conj

aller

demain

‘Ton père songe à partir demain’.

(6.25)

Ŋ̄

dàā

ā

dá̰

kɛ̄

1sg.nsbj

père

3sg.pret>3sg

intérieur

essayer

pour.que

é

kìē

zɛ̄

kálá

ā

ɓúó.

3sg.conj

chimpanzé

tuer

mais

3sg.pret>3sg

rater

‘Mon père a essayé de tuer un chimpanzé mais il l’a raté’.

(6.26)

dùá

lɛ̄

wáá

sɔ́ɔ́lī

sālà.

3sg.nsbj

obligation

cop

3sg.conj

mille

cinq

payer

‘Il doit payer 5 mille (francs)’.

(6.27)

Lɛ̄

yɛ́lɛ̀-zɛ̀

kɛ̄

í

nɛ̀

kɛ̄.

3sg.exi

honte-adj

pour.que

2sg.conj

mensonge

faire

‘Mentir est honteux’.

6.2.2.2. Propositions complétives

22Dans les propositions complétives, y compris les constructions de discours rapporté qui sont introduites par le connecteur facultatif kélɛ̄ ~ kélɛ̀ ‘que’, les propositions principale et subordonnée n’ont pas de particularités par rapport aux énoncés simples.

(6.28)

Óò

gèē

(kélɛ̄)

ɓò

gɔ̰̄

wáá

gé.

3pl.ipfv

dire:IPFV

que

chèvre

homme

cœur

cop.neg>3sg

ventre

‘On dit que le bouc n’a pas de cœur dans son ventre’.

(6.29)

Ŋ̄

gɛ̰̀

(kélɛ̄)

ɓāà

sɔ̄

yīè

lɔ́.

1sg.pret

voir

que

2sg.prf

habit

bon

acheter

‘J’ai vu que tu avais acheté de bons habits’.

(6.30)

Láà

dɔ̄

(kélɛ̄)

yíí

lɛ̄

dɔ́lɔ́.

3sg.ipfv

intérieur

savoir:IPFV

que

eau

3sg.exi

froid

‘Il comprend que l’eau est froide’.

23Le connecteur ékɛ̄á introduit les interrogations indirectes, le topicalisateur est placé à la fin de ces propositions :

(6.31)

làá

dɔ̄

ékɛ̄á

Kɔ̀ɔ́

personne

indef

3sg.neg>3sg

intérieur

connaître

si

Ko

lɛ́ɛ̀

kɛ̄-ɛ̀

kéléŋ́kèlèŋ̀

ā.

3sg.ipfv

aller:IPFV

faire-ger

sain

top

‘Personne ne sait si Ko va guérir’.

24Une autre possibilité d’introduire le discours rapporté est le marqueur prédicatif de la série prospective qui peut être accompagné par le connecteur kélɛ̄ ‘que’. Le schéma des constructions avec le discours rapporté peut être représenté comme suit : aux.prosp – (kélɛ̄) – proposition avec le discours rapporté.

(6.32)

Yèlè

(kélɛ̄)

àmɔ́ɔ̄ŋwɔ̀

gbàlà

mìà

3sg.prosp

que

par.conséquent

Kpellé

personne.pl

yà-à

lɛ̄

lūú

kpā̰kpā̰.

s’asseoir-ger

cop

brousse

dans

plein

‘Il dit que c’est pourquoi il y a plein de Kpellés dans la forêt’.

25Dans les propositions de discours rapporté à valeur optative, la construction minimale du conjonctif est utilisée (voir §5.10).

(6.33)

ɓɔ̀ɔ̄zɛ̀

ɓáà

gèē

bɛ̰̀ɛ̰̄

à

3sg.emph

simplement

2sg.ipfv>3sg

dire:IPFV

aussi

3sg.nsbj

lɛ̀ɛ̄

wàà

lūú

nɔ́

í

ī

pour

1pl.conj

entrer

brousse

seulement

2sg.conj

2sg.nsbj

mɛ́

nīà

kìē

ká.

surface

tourner

chimpanzé

avec

‘Lui-même si tu lui dis d’aller (lit. : que nous allions) en brousse pour qu’il se transforme (lit. : tu te transformes) en chimpanzé.’

6.2.2.3. Proposition de but

26Les propositions subordonnées de but s’expriment par la construction minimale conjonctive (S – aux.conj – V, voir §5.10) introduite facultativement par le connecteur kɛ̄ ‘pour que’ :

(6.34)

Lōà

vɔ̀

wāà

lūú

kɛ̄

ó

tóló

nāā.

femme.pl

pl

3pl.prf

aller

forêt

pour.que

3pl.conj

champignon

chercher

‘Les femmes sont allées dans la forêt pour cueillir des champignons’.

6.2.2.4. Propositions subordonnées de temps

27En fonction de la valeur qu’exprime une proposition subordonnée de temps donnée, plusieurs constructions se distinguent :

1. Valeur ‘quand’ (événement qui précède un autre, exprimé par la proposition principale).

28Si la proposition subordonnée fait référence au passé, elle s’exprime soit par une construction aspectuelle du perfectif avec un connecteur facultatif yé ~ yēlɛ́ ou lɛ̀ au début de la proposition (6.35 et 6.36), soit par la construction de protase réelle assertive, ex. (6.37) (voir §6.2.2.5), dans les deux cas un topicalisateur (ā ou ɓɛ̄ ~ wɛ̄ ~ wā) est généralement présent à la fin de la proposition. Si elle a la valeur habituelle ou fait référence au futur (dans ce cas, la proposition temporelle est proche de la proposition conditionnelle à valeur réelle habituelle), la deuxième de ces deux options est choisie (6.38). Une autre possibilité pour exprimer cette valeur est la construction du parfait, toujours avec un connecteur yé ~ yēlɛ́ ou lɛ̀ et un topicalisateur à la fin de la proposition, ex. (6.39) et (6.40). Si la proposition subordonnée doit contenir la négation, la construction de l’imperfectif négatif est employée (6.40).

(6.35)

[Ŋ̄

yíí

ká̰

nɔ́

ā,]

māà

1sg.pret

eau

couper

seulement

comme.ça

top

1sg.prf

tíé

gḭ̄ḭ̄

mā.

feu

odeur

entendre

‘Juste quand j’ai traversé le fleuve, j’ai senti le feu’.

(6.36)

[Lɛ̀

sɛ́lɛ́

líé

Hɛ́lɔ̀

ē

quand

sol

devant

prendre

personne:CS

Hérode

3sg.pret

ŋwɔ́

ē

kéā

ā,]

à

affaire

3sg.refl

dem

entendre

top

3sg.nsbj

cœur

dɔ̄-ɔ̀

ē

kɛ̄

á

ē

gà̰

mɔ̀.

commande-ger

3sg.pret

do

3sg.nsbj.avec

3sg.refl

pied

sous

‘Le roi Hérode, ayant appris cela, fut troublé (lit. : quand la personne qui est devant les villages, Hérode, a entendu cela, son cœur s’est arrêté à ses pieds)’.

(6.37)

Wɛ̀ī

é

nū-á

ā,

ē

singe

3sg.conj

venir:COND-cond

top

3sg.pret

wèɓà

kɛ̄,

ē

ló.

3sg.poss

salutation

faire

3sg.pret

aller

‘Quand le singe est venu, il a fait la salutation et il est parti’.

(6.38)

[Làgīnɛ̄ɛ̀

é

nū-á

pɛ̄

Guinée

personne:CS

3sg.conj

venir:COND-cond

chose

lɔ́

ī

kɛ̀lɛ̀

ɛ̄,]

yékɛ̀

é

acheter

2sg.nsbj

paume

top

il.ne.faut.pas

3sg.conj

ē

kɔ̀

á

mɔ̀.

3sg.refl

bras

toucher

3sg.nsbj

sous

‘Quand un Guinéen t’achète quelque chose, il ne faut pas qu’il le touche’.

(6.39)

[Āà

gbāā

ā]

lɛ̀ɛ́

kɛ̄

3sg.prf

venir

maintenant>3sg

avec

top

3sg.neg

faire

lɛ̀

lāā

ɓɛ̄.

endroit

route.rel

3sg.exi>3sg

avec

top

‘Quand elle l’apporte (la nourriture), elle n’est plus de la manière qu’elle est (une femme sorcière)’.

(6.40)

[Yé

ɓāà

kwíí

tɔ̀ɔ̀

wàà

kúlū

yí,]

[yé

quand

2sg.prf

Européen

poule

entrer

clôture

dans

quand

ɓāà

ɓɔ̄,]

[yé

lɛ̀ɛ́

bàlà

ā,]

kɛ̄

2sg.prf>3sg

sortir

quand

3sg.neg

course

prendre

top

à.ce.moment

à

dɔ̄

kélɛ̄

yáá

lāā

mɔ̀.

3sg.nsbj

intérieur

connaître

que

maladie

3sg.exi>3sg

sous

‘Quand/si tu mets le canard dans la cage, quand tu le sors, s’il ne court pas, sache qu’il est malade’.

2. Valeur ‘jusqu’à ce que’.

29Cette valeur s’exprime par la construction minimale conjonctive précédée par le connecteur étóákáyí ‘jusqu’à ce que’.

(6.41)

Lɛ̀ɛ́

gbāā

gbɛ̰̀

yī

étóákáyí

3sg.neg

neg

une.fois

poser

là-bas

jusqu’à.ce.que

Jean-Baptiste

é

gā.

Jean-Baptiste

3sg.conj

mourir

‘Il n’a jamais mis pied là-bas jusqu’à ce que Jean-Baptiste soit mort’.

3. Valeur ‘avant que’.

30La valeur ‘avant que’ s’exprime par une construction à la base d’un marqueur prédicatif de la série subjonctive, un verbe dans la forme du contre-factuel, l’adverbe tḭ̄á̰ ‘encore’ et le connecteur kɛ̄ ‘pour que’.

(6.42)

lúó

lɛ́

ò

bɔ̰́ɔ̰́

lùòwè

gèē

ref

jour

rel

3pl.sbjv

initiation

conseil

dire

3sg.nsbj

kɛ̄

é

tḭ̄á̰

nū-à

pɛ̄lɛ̄í

ā...

avec

pour.que

3sg.conj

encore

venir-cntrfct

village

top

‘Le jour où ils conseillent les initiés avant qu’ils ne reviennent au village...’.

(6.43)

Ŋ̄

wɔ̄ɔ̄

pɛ̰́

tá̰à̰

kɛ̄

ŋ̄

lìī

1sg.pret

se.coucher

hier.soir

par.terre

pour.que

1sg.nsbj

aîné

é

tḭ̄á̰

nū-à.

3sg.conj

pas.encore

venir-cntrfct

‘Hier je me suis couché avant que mon frère ne vienne’.

Sur la valeur de simultanéité, voir §6.2.1.

6.2.2.5. Propositions conditionnelles

31Les propositions faisant partie des propositions conditionnelles se forment généralement à la base des constructions spéciales. Nous les énumérons dans les sections suivantes.

6.2.2.5.1. Protase réelle assertive

32Dans la construction de la protase réelle assertive avec une condition réelle (qui est proche d’une valeur temporelle), le verbe a la forme du conditionnel (sur sa morphologie, voir §2.5.2.4). La construction de la protase de la proposition conditionnelle est la suivante : (S) – aux.conj – V:COND-cond.

(6.44)

mā-á

ā

káà

yéí

sí-à.

2pl.conj>3sg

entendre:COND-cond

top

2pl.ipfv

aller:IPFV

rire

prendre-ger

‘Si (quand) vous l’entendez, vous rirez’.

6.2.2.5.2. Protase irréelle négative

33La construction de la protase irréelle négative se base sur le marqueur prédicatif de la série imperfective, le marqueur gɔ̰̀á̰, et le suffixe du gérondif/ contre-factuel . La construction est organisée de la manière suivante : (S) – aux.ipfvgɔ̰̀á̰ – V-cntrfct.

(6.45)

Íì

gɔ̰̀á̰

pɛ̄

gbínī

kpɔ́-ɔ̀

bíī

tɔ́ɔ̄

2sg.ipfv

cond.neg

chose

lourd

mettre-cntrfct

sac

dem

ā,

lɛ́ɛ̀

yìì.

dans

top

3sg.ipfv

aller:IPFV

vivre.ger

‘Si tu ne mets pas des choses lourdes dans ce sac, il tiendra longtemps’.

6.2.2.5.3. Protase irréelle assertive-1

34La construction de la protase irréelle assertive-1 diffère de la construction de la protase assertive réelle par la présence de l’opérateur kɛ̀ɛ̀ :

(6.46)

bólō

kpɔ̄-á

kɛ̀ɛ̀

zūú

2sg.conj

banane

dem

mettre:COND-cond

retr

route.loc

ā

kɔ́á

gbṵ̄-ṵ̀

ī

mɔ̀.

top

1pl.proh

rassembler-cntrfct

2sg.nsbj

sur

‘Si tu avais mis les bananes sur la route, on t’aurait aidé’.

6.2.2.5.4. Protase irréelle assertive-2

35La construction de la protase irréelle assertive-2 se base sur la série subjonctive. Cette construction comporte également un verbe dans la forme de l’irréel. Le schéma de la construction est comme suit : (S) – aux.sbjv – V :irreal-.

(6.47)

dìá

ŋ̄

píé

kálémɔ̀

ɔ̄

2sg.sbjv

passer :irreal.irreal

1sg.nsbj

vers

maison

top

máá

ī

wɔ̀lɔ̀

kpɔ́-ɔ̀.

1sg.proh

2sg.nsbj

logement

mettre-cntrfct

‘Si tu étais passé chez moi, je t’aurais hébergé pour la nuit’.

6.2.2.5.5. Protase irréelle négative

36La protase irréelle négative se forme à l’aide de la série subjonctive, le marqueur gɔ̰̀á̰ et le verbe principal avec le suffixe du gérondif/ contre-factuel  : (S) – aux.sbjvgɔ̰̀á̰ – V-.

(6.48)

gɔ̰̀á̰

sá̰-à̰

ā̰,

ī

2sg.sbjv

cond.neg

trébucher-cntrfct

top

2sg.nsbj

gà̰

lɛ̀ɛ́

gɔ̰̀á̰

fɔ̀ɔ̀.

jambe

3sg.neg

cond.neg

gonfler.cntrfct

‘Si tu n’avais pas trébuché, ta jambe ne serait pas gonflée’.

(6.49)

gɔ̰̀á̰

pɛ̄

ɓɛ̄

sí-à

ā

3sg.sbjv

cond.neg

chose

dem

prendre.cntrfct

top

lɛ̀ɛ́

gɔ̰̀á̰

félà

gbāā.

3sg.neg

cond.neg

éclaircir.cntrfct

maintenant

‘Si elle n’avait pas utilisé ce produit, sa peau n’aurait pas été si claire (lit. : elle n’aurait pas éclairci)’.

6.2.2.5.6. Apodose irréelle assertive

37La construction de l’apodose assertive irréelle comporte un marqueur prédicatif de la série prohibitive, ainsi qu’un verbe avec le suffixe du gérondif / contre-factuel  : (S) – aux.proh – V-cntrfct.

(6.50)

Èkɛ̄á

ī

wìì

zɛ̄

ɛ̄

kɔ́á

ɓèlè-à.

si

2sg.pret

animal

tuer

top

1pl.proh>3sg

manger-cntrfct

‘Si tu avais tué l’animal, on l’aurait mangé’.

6.2.2.5.7. Apodose irréelle négative

38La construction de l’apodose irréelle négative se forme à la base des marqueurs prédicatifs de la série négative et du marqueur prédicatif gɔ̰̀á̰. Le verbe a la forme du gérondif / contre-factuel : (S) – aux.neggɔ̰̀á̰ – V-cntrfct.

(6.51)

gɔ̰̀á̰

pɛ̄

ɓɛ̄

sí-à

ā,

lɛ̀ɛ́

3sg.sbjv

cond.neg

chose

dem

prendre-cntrfct

top

3sg.neg

gɔ̰̀á̰

félà

gbāā.

cond.neg

éclaircir.cntrfct

maintenant

‘Si elle n’avait pas utilisé ce produit, sa peau n’aurait pas été si claire (lit. : elle n’aurait pas éclairci)’.

39Mises à part les constructions énumérées ci-dessus, dans la position de la protase réelle assertive, la construction du parfait peut être utilisée, tandis que dans la position de la protase réelle négative, la construction de l’imperfectif négatif peut s’employer. Dans la position de l’apodose réelle assertive ou négative, les constructions imperfective et du futur assertif (les deux, à la base de la série imperfective) et négative et du futur négatif (les deux, à la base de la série négative) respectivement, sont utilisées. Résumons les constructions utilisées dans les propositions conditionnelles dans le Tableau 6.1. Nous ne connaissons pas les différences sémantiques entre les constructions indiquées dans la même cellule.

Tableau 6.1 : Constructions utilisées dans les propositions conditionnelles

protease

apodose

réelle assertive

(S) – aux.conj – V (6.52) ;

(S) – aux.conj – V:COND-á (6.44) ;

/ lɛ̀ – (S) – aux.prf – V (6.54, 6.55)

(S) – aux.ipfv – V:ipfv

(6.53)

(S) – aux.ipfv– V-ger

(6.44, 6.45)

réelle négative

/ lɛ̀ (S) – aux.neg – V

(6.55);

(S) – aux.ipfvgɔ̰̀á̰ – V-cntrfct (6.45)

(S) – aux.neg – V;

(S) – aux.neg– V-ger

(6.52)

irréelle assertive

(S) – aux.conj –V:COND-á kɛ̀ɛ̀ (6.46) ;

(S) – aux.sbjv – V :irreal-á

(6.47, 6.48)

(S) – aux.proh – V-cntrfct (6.47, 6.50)

irréelle négative

(S) – aux.sbjvgɔ̰̀á̰ – V-cntrfct (6.51)

(S) – aux.neggɔ̰̀á̰ – V-cntrfct (6.48, 6.49, 6.51)

40Dans la construction de la protase réelle assertive avec une condition réelle (qui est proche d’une valeur temporelle), le verbe a la forme de l’irréel (sur sa morphologie, voir §2.5.2.4). La construction de la protase de la proposition conditionnelle est la suivante : (S) – aux.conj – V:COND-cond.

(6.52)

[Í

gɛ̄lɛ̀

bɛ̰̀ɛ̰̄

bɛ̀ɛ́

ā

2sg.conj

roche

tomber

aussi

sac

dem

dans

ā,]

lɛ̀ɛ́

pɛ́ɛ̀.

top

3sg.neg

aller

une.fois

déchirer.ger

‘Même si tu mets un caillou dans le sac, il ne se déchirera pas.’

(6.53)

[Í

nāá

í

pɛ̄

kùù

gbùò

2sg.conj

vouloir:COND.cond

2sg.conj

chose

nombre

grand

sɔ̀lɔ̄

ɓō

ā,]

à

líé

lɛ́ɛ̀

ɲɛ̄

obtention

effectuer

top

3sg.nsbj

devant

3sg.ipfv

finir:IPFV

à

mɔ̀.

laisser :nmlz

3sg.nsbj

dans

sous

‘Si tu veux obtenir beaucoup de choses, tu ne gagnes rien (lit. : le résultat finit par le fait de rester là-bas)’.

(6.54)

[Āà

kɛ̄

yēmɔ̀

kìē

nāā

kwí

púlú

vɔ̀

ká,

3sg.prf

faire

réellement

chimpanzé

aimer

Européens

blanc

pl

avec

lɛ́

ō

ā,]

ŋ́ŋ̀

bɛ̀ī

à

mɔ̀

ŋ́

rel

3pl.pret

venir

top

1sg.ipfv

être.capable:IPFV

3sg.nsbj

sur

1sg.conj

gbɛ̰̀

ō

ɲɛ̀ɛ̄

líé.

poser

3pl.nsbj

visage

devant

‘Si ce sont au moins des Européens qui cherchent les chimpanzés, je peux me mettre devant eux’.

(6.55)

[Yé

ɓāà

kwíí

tɔ̀ɔ̀

wàà

kúlū

yí,]

[yé

quand

2sg.prf

Européen

poule

entrer

clôture

dans

quand

ɓāà

ɓɔ̄,]

[yé

lɛ̀ɛ́

bàlà

ā,]

kɛ̄

2sg.prf>3sg

sortir

quand

3sg.neg

course

lever

top

à.ce.moment

à

dɔ̄

kélɛ̄

yáá

lāā

mɔ̀.

3sg.nsbj

intérieur

connaître

que

maladie

3sg.exi>3sg

sur

‘Quand tu mets le canard dans la cage, quand tu le sors, s’il ne court pas, sache qu’il est malade’.

  • 4 Le marqueur ékɛ̄á est le résultat de la lexicalisation de la construction de protase réelle avec (...)

41Finalement, les connecteurs ékɛ̄á et èkɛ̄á4 peuvent introduire les protases, le premier étant principalement réservé aux protases réelles, le deuxième, aux protases irréelles, même si la distribution n’est pas absolument nette pour le premier connecteur (comparez les ex. 6.57 et 6.58 ; voir également 6.50 plus haut).

(6.56)

Èkɛ̄á

ī

wìì

zɛ̄

ɛ̄

kɔ́á

ɓèlè-à.

si

2sg.pret

animal

tuer

top

1pl.proh>3sg

manger-cntrfct

‘Si tu avais tué l’animal, on l’aurait mangé’.

(6.57)

[Ékɛ̄á

ī

wálà

gbē

ā,]

í

à

gèē

si

2sg.exi

Dieu

fils

avec

top

2sg.conj

3sg.nsbj

dire

gɛ̀lɛ̀

vɔ̀

ō

kéā

lɛ̀ɛ̄

ó

kɛ̄

bēlè

ká.

roche

pl

3pl.nsbj

ceci

pour

3pl.conj

faire

pain

avec.

‘Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains (lit. : Si tu es fils de Dieu, dis à ces pierres de se transformer en pain)’ (M.4 :3).

(6.58)

[Ékɛ̄á

kèá

yɔ̀ɔ́

bèí

zàā

ā,]

si

dans.les.temps.passés

1pl.pret

descendre

aval

dans

top

kɔ́á

kìē

ā

gɛ̰̀-ɛ̰̀

kèá.

1pl.proh

chimpanzé

dem

voir-cntrfct

dans.les.temps.passés

‘Si nous étions descendus dans le temps, nous aurions vu ce chimpanzé’.

6.2.2.6. Propositions relatives

42Dans les propositions relatives se distinguent la proposition matrice (pm) et la proposition subordonnée relative (proposition relative, pr). Nous allons appeler le groupe nominal relativisé dans la pm, le npmat, le groupe nominal dans la pr, le nprel.

43Nous commencerons par caractériser les types de propositions relatives. À la fin de la section, nous présenterons quelques spécificités des npmat et nprel.

  • 5 Nɛ́ est un allomorphe de lɛ́ après les voyelles nasales.

44Les marqueurs de relativisation suivants se distinguent : lɛ́ ~ tɛ́ ~ nɛ́5, ainsi qu’un marqueur exprimé par un ton haut flottant (sur ce dernier, voir §1.6.4), placés juste après le nprel ; et les topicalisateurs ā et ɓɛ̄ ~ wɛ̄ ~ wā qui terminent facultativement la pr. En mano, tous les groupes nominaux (groupe nominal du sujet, de l’objet direct, de l’objet indirect, possesseur, dépendant génitival) peuvent être relativisés. Trois placements de la pr sont possibles : les positions non-emboîtées, au début et, plus rarement, à la fin de l’énoncé, et la position emboîtée au milieu de l’énoncé, juste avant le npmat. Le même np peut être relativisé plusieurs fois.

45Deux variantes de structure de la pr se distinguent. Dans la première, le nprel est exprimé par un groupe nominal dans la position du topique au début de la pr suivi par un relativiseur, sa position au sein de la pr étant remplie par une marque pronominale : marqueur prédicatif pronominal, pronom possessif ou pronom non-sujet en accord avec la personne et le nombre du référent du nprel ; la marque pronominale peut être parfois absente. Dans la deuxième, il n’y a pas de groupe nominal dans la position du topique, le nprel est exprimé par un index pronominal. Comparons les deux structures : Structure 1. nprel rel – proposition – (top) ; Structure 2. rel – proposition – (top).

46La première variante de la structure s’emploie lorsque le référent du groupe nominal relativisé est mentionné pour la première fois dans la pr en question. Elle est généralement employée lorsque la pr se trouve au début, ou bien au milieu de l’énoncé, juste avant npmat, mis à part les cas où le même groupe nominal est relativisé plusieurs fois : pour la deuxième pr et, éventuellement, celles qui suivent, la deuxième variante est employée. Cette dernière s’emploie également dans le cas des pr placées à la fin de l’énoncé.

47Dans la pr, la série imperfective des marqueurs prédicatifs est systématiquement remplacée par la série subjonctive (6.69), le marqueur prédicatif de la 3e personne sg de la série existentielle lɛ̄ a une variante facultative ē après le relativiseur lɛ́ (6.66).

1. pr au début de l’énoncé

48Dans l’exemple suivant, le npmat et le nprel occupent la position du sujet. Le npmat est indexé dans le marqueur prédicatif portemanteau. Le relativiseur est exprimé par le ton haut flottant :

(6.59)

[

è

à

dɔ̄

ɔ̄]

personne.rel

3sg.sbjv

3sg.nsbj

connaître:IPFV

top

é

kɔ̀

wɛ̀lɛ̀.

3sg.conj

bras

se.lever

‘La personne qui le connaît, qu’elle lève la main’.

49Dans l’exemple suivant, le npmat et le nprel occupent la position de l’objet direct, étant exprimés par des marqueurs prédicatifs portemanteaux.

(6.60)

[Tā

pɛ̀

lɛ́

à

mìà

planter

chose:CS

rel

3sg.nsbj

personne.pl

pl

ā,]

làá

zɛ̄.

3pl.pret>3sg

laisser

top

3sg.neg>3sg

intérieur

tuer

‘La plantation que ses parents lui ont laissée, il ne la défriche pas’.

50Si la pr est placée au début de l’énoncé et le npmat, qui normalement devrait être exprimé par un pronom, est l’élément initial du groupe nominal du sujet de la pm, ce dernier peut chuter. Comparer l’ex. (6.61) et (6.62) : dans l’ex. (6.61) le pronom non-sujet à occupe la position de l’objet direct du verbe composé zī sí ‘commencer’, alors que dans l’ex. (6.62), la même position auprès du verbe ‘accoucher’ est vide (marquée par trois points d’interrogation).

(6.61)

[Nɔ̀ɔ̄là

tɛ́

màá

mìà

plaisanterie

rel

1pl.coord

maa

personne.pl:CS

1pl.nsbj

fḭ̀à̰

wɛ̄,]

à

ē

lèē

sí-à

là.

entre

top

3sg.nsbj

route

3sg.pret

prendre

mère

prendre-ger

sur

‘La plaisanterie qui existe entre nous et les maamia, elle a commencé par le mariage’.

(6.62)

[Zízɛ̀

Kɛ́lɛ̀ì

lɛ́

ē

kɛ̄

Dèɓé

sùūlà

Jésus

Christ

rel

3sg.pret

do

David

descendance

personne:CS

ká...

ā,]

gà̰

mɔ́ɔ̄

kìì

lɛ́

ēkéā.

avec...

top

3sg.nsbj

accoucher

pied

surface

livre:CS

3sg.exi

comme.ça

‘Généalogie de Jésus Christ, fils de David (lit. : Jésus Christ, qui était fils de David, sa généalogie est comme ça’ (M.1 :1).

51Dans l’exemple suivant, le même groupe nominal est relativisé deux fois, la première pr ayant la variante de structure 1 et la deuxième, la variante de structure 2. Les nprel et le npmat occupent la position du sujet, le npmat se trouvant dans une construction de cleft :

(6.63)

[mīā

nɔ́fé

tɛ́

ò

wálà

wéè

personne.pl

n’importe.quel

rel

3pl.sbjv

aller:IPFV

Dieu

parole

tèē

ɓō

ā,]

[lɛ́

òó

kɔ̀

wálà

objection

enlever

top

rel

3pl.neg

aller

3pl.nsbj

main

s’asseoir

Dieu

tɔ́ŋ̀

ā,]

lɛ́

ò

3sg.poss

coutume

sous

top

3pl.emph

rel

3pl.sbjv

aller:IPFV

ló-à,

ō

lɛ́

ō

lɛ̄

tíé

ká.

aller-ger

3pl.emph

rel

3pl.nsbj

emph

3sg.exi

feu

avec

‘Tous ceux qui objecteront à la parole de Dieu et qui n’accepteront ses amendes, ce sont eux qui partiront (de l’Eglise), ce sont eux qui seront dans l’enfer (lit. : avec le feu)’.

2. pr devant npmat

52Dans l’exemple suivant, le npmat et le nprel se trouvent dans la position de l’objet direct, ce dernier est exprimé par un marqueur prédicatif portemanteau, le npmat est un pronom non-sujet.

(6.64)

Lɛ́ɛ̀

nàà

é

[ká

lɛ́

kɔ̄ā

ŋwɔ̀

3sg.ipfv

aimer:IPFV

3sg.conj

maison

rel

1pl.pret>3sg

affaire:CS

gèē

pɛ̰́

ɛ̰̄]

lɔ́.

dire

hier.soir

top

3sg.nsbj

acheter

‘Il veut acheter la maison dont on a parlé hier’.

53Lorsque le topicalisateur a la forme ā et le npmat est de la 3e personne sg, ce dernier peut fusionner avec le topicalisateur :

(6.65)

[àmɔ́ɔ̄

sḭ̄á̰ŋèlè

lɛ́

à

dɔ̄-ɔ̀

ē

kɛ̄

1pl.pret

ref

étoile

rel

3sg.nsbj

arrêter-ger

3sg.pret

faire

á

lɛ̀í

ɲɛ́nɛ́

wɛ̀lɛ̀

pìà

ā]

gɛ̰̀.

3sg.nsbj.avec

ciel

soleil

se.lever

lieu:CS

top>3sg

voir

‘Nous avons vu son étoile en Orient (lit. : Nous avons vu son étoile qui était arrêtée dans le ciel là où le soleil se lève)’ (M.2 :2).

(6.66)

Yékɛ̀

í

Dàā

lɛ́

il.ne.faut.pas

2sg.conj

2sg.nsbj

père

personne:CS

rel

ē

ɓà

Wálà

ā]

dá̰.

3sg.exi

2sg.poss

Dieu

avec

top>3sg

intérieur

goûter

‘Il ne faut pas tenter ton père qui est ton Dieu’.

54Si le npmat est de la 3e personne sg et se trouve en position d’objet indirect, il peut être omis :

(6.67)

Zózɛ̀

lɛ́

ō

dɔ̄-ɔ̀

Joseph

rel

3pl.coord

3sg.emph

3pl.nsbj

parole

s’arrêter-ger

ē

kɛ̄

á

ā,

ē

kɛ̄

3sg.pret

faire

3sg.nsbj.avec

top

3sg.pret

faire

[gɔ̰̄

lɛ́

è

ŋwɔ́

kpēŋ̄

kɛ̀

ɛ̄]

ká.

homme

rel

3sg.sbjv

affaire

bon

faire:IPFV

top

3sg.nsbj

avec

‘(Joseph, son époux, qui était un homme de bien (lit. : Joseph qui, elle (Marie) et lui ils se sont mis d’accord avec lui, était un homme qui faisait de bonnes choses)’ (M.1 :19).

55Comparez l’exemple précédent avec un exemple où le npmat est de la 3e personne pl, toujours en position d’objet indirect :

(6.68)

Zòyààgé

é

kɛ̄

[mīā

nɔ́fé

paix

3sg.conj

faire

personne.pl

n’importe.quel.rel

ò

lɔ̀

kɛ̀

wálà

ā]

ō

kɛ̀lɛ̀.

3pl.sbjv

amour

faire:IPFV

Dieu

avec

top

3pl.nsbj

adr

‘Que la paix soit avec tous ceux qui aiment Dieu’.

56Le même nprel peut être relativisé plusieurs fois. Dans l’exemple 6.69 est relativisé un complément circonstanciel sans postposition. Il n’y a alors pas de npmat, les pr occupent elles-mêmes la position de complément circonstanciel. La première pr a la variante de structure 1 et la deuxième, la variante de structure 2.

(6.69)

Lɛ́ɛ̀

nɔ́

[pɛ̄lèē

lɛ́

kɛ̀]

3sg.ipfv

partir:IPFV

seulement

argent

rel

1pl.sbjv>3sg

faire:IPFV

[lɛ́

Sɔ̄gīpāà

à

nɔ̄

lɛ̀ɛ̄

kɔ̄āà

rel

Soguipa

3sg.sbjv>3sg

donner:IPFV

1pl.nsbj

pour

1pl.prf

tɔ́ŋ́

lóbāá

n

lɔ̀ɔ̀

dɔ̄.]

huile.de.palme

pl

hévéa

pl

commerce:CS

arrêter

‘Cela vient seulement de l’argent que nous faisons, que Soguipa nous donne quand nous vendons l’huile de palme et l’hévéa’.

57Généralement, la proposition subordonnée relative qui se trouve à l’intérieur de la proposition principale précède immédiatement le npmat. Elle peut cependant en être séparée. Dans l’exemple suivant, la proposition relative est pɔ̄ɔ̀ gḭ̄ḭ̄ yīè-zɛ̀ lɛ́ ò sī fɛ́lɛ́ŋ́kḭ̄sɛ̀ ‘des choses à une bonne odeur qu’on appelle encens’, le npmat, qui est un pronom non-sujet de la 3e personne pl ō, n’y est pas directement adjacent.

(6.70)

Nɔ̀-lɛ̀ɛ̄-pɛ̀

ē

kílíā,

ē

donner :nmlz-pour-chose:CS

3sg.refl

tel

3sg.pret

kɛ̄

góò

[pɔ̄ɔ̀

gḭ̄ḭ̄

yīè-zɛ̀

lɛ́

faire

or

et

chose.pl

odeur

bon-adj

rel

3pl.sbjv>3sg

fɛ́lɛ́ŋ́kḭ̄sɛ̀]

mɛ́ɛ̀

ā

ō

ká.

prendre:IPFV

encens

et

talisman

dem

3pl.nsbj

avec

‘...et lui offrirent en présent de l’or, de l’encens et de la myrrhe (lit. : ces choses à donner en question, c’était de l’or et des choses à une bonne odeur qu’on appelle encens et un talisman sous forme d’une canne’ (M.2 :11).

3. pr à la fin de l’énoncé

58Ce type de pr est assez rare. Dans les deux exemples qui suivent, est relativisé le groupe nominal en position d’objet direct et dans le groupe postpositionnel dans une proposition d’identification, respectivement. À chaque fois, la variante de structure 2 est employée.

(6.71)

Ŋ́ŋ̀

nàà

í

ɓū

kpàà

[lɛ́

wèŋ̄

1sg.ipfv

aimer:IPFV

2sg.conj

riz

préparer

rel

sel

wáá

mɔ̀

ɔ̄.]

indef

cop.neg>3sg

sur

top

‘Je veux que tu prépares le riz sans sel (lit. : qu’aucun sel n’y soit)’.

kwí

púlú

vɔ̀

[lɛ́

ā]

ŋ́ŋ̀

Européen

blanc

pl

avec

rel

3pl.pret

venir

top

1sg.ipfv

bɛ̀ī

à

mɔ̀

ŋ́

gbɛ̰̀

ō

ɲɛ̀ɛ̄

líé.

être.capable:IPFV

3sg.nsbj

sous

1sg.conj

poser

3pl.nsbj

visage

devant

‘Il dit : si c’étaient vraiment des Européens, amateurs de chimpanzés, qui étaient venus, je pourrais apparaître devant eux’.

59Lorsque le même nprel est relativisé plusieurs fois, la variante de structure 2 est employée pour toutes les pr, comme dans l’exemple suivant où le npmat se trouve dans un groupe postpositionnel, tandis que la pr se trouve à l’intérieur d’une construction du cleft (zí lɛ́... ā) :

(6.73)

lɛ́

āà

kɛ̄

lúlɔ̀

[lɛ́

route:FOC

rel

3sg.prf

faire

1pl.nsbj

sœur

avec

rel

āà

táá

gbèŋ̄

píé]

[lɛ́

ē

nū

ā]

3sg.prf

partir

marcher

loin

vers

rel

3sg.pret

venir

top

lɛ̀ɛ́

ɓē

yìì

kpàkálà

dɔ̄.

3sg.neg

chose.sacrée

eau:CS

savoir

arrêter

‘La chose qui s’est passée avec notre sœur qui était partie pour longtemps, qui est revenue, elle ne connaît pas l’eau sacrée’.

60Le npmat et la pr peuvent se trouver dans une proposition subordonnée. Dans l’exemple suivant, le npmat se trouve dans la proposition exprimant le complément phrastique du verbe nāā ‘vouloir’.

(6.74)

[Ŋwɔ́

lɛ́

è

ŋ̄

gɛ̰̀

ɓɛ̄]

ŋ́ŋ̀

affaire

rel

3sg.sbjv

1sg.nsbj

arriver:IPFV

dem

1sg.ipfv

nàà

ɓá

nāā.

aimer:IPFV

2sg.conj>3sg

intérieur

aimer

‘L’affaire qui se passe maintenant avec moi, je veux que tu trouves sa solution’.

61Dans le cas de relativisation d’un terme spatial, un adverbe déictique peut être utilisé au lieu de l’indice pronominal :

(6.75)

Lɛ̀

lɛ́

ò

ɓò

kɔ̀nɔ̀

yī

ā,

lɛ́

endroit

rel

3pl.sbjv

chèvre

se.coller:IPFV

là-bas

top

3sg.emph

rel

è

lɛ́ɛ́

ɓèlè

yī

ā,

ɛ̰́ɛ̰́

lɛ́

zénīí

3sg.sbjv

feuilles

manger:IPFV

là-bas

top

et

3sg.emph

rel

encore

mɛ̀nɛ̄

è

ā

yī

ā.

serpent

3sg.sbjv

venir:IPFV

3sg.nsbj

toucher

là-bas

top

‘Là où on attache le bouc, c’est là-bas où il broute les herbes, mais c’est là-bas où le serpent vient le mordre’.

62Le npmat et le nprel sont en rapport anaphorique, et non pas en rapport de coréférence stricte. Cela se manifeste dans les cas suivants :

1. npmat ≠ nprel

63Le npmat et le nprel peuvent être des groupes nominaux différents :

(6.76)

[Mī

lɛ́

lɛ̄

zèē

ā]

ŋ̀

nɛ́

lɛ̄.

personne

indef

rel

3sg.exi

ici

top

1sg.poss

enfant

cop

‘La personne qui est ici, c’est mon fils (lit. : mon enfant)’.

2. npmat > nprel

64Le référent du npmat peut inclure celui du nprel dans le cas des structures coordonnées ou lorsque un npmat correspond à plusieurs pr. Par conséquent, il peut ne pas y avoir d’accord entre npmat et nprel, comme dans l’ex. (6.77) et l’ex. (6.79) (l’accord dans (6.78) s’explique par le fait que le nprel est déjà marqué du pluriel).

(6.77)

[Mā

lɛ́

kèá

ŋ̄

ō

1sg.emph

rel

il.y.a.longtemps

1sg.pret

venir

3pl.nsbj

Ɓɛ́lɛ́tɔ̰̀

zèē

ā,]

avec

Beleton

ici

top

1pl.coord

3sg.emph

pl

kɔ̄ā

gèē

gbāā

wáà

gèè :

ló.

1pl.pret>3sg

dire

maintenant

3pl.jnt

dire :jnt

1pl.conj

aller

‘Moi qui les ai amenés à Beleton, moi et eux, nous en avons discuté, ils ont dit : allons-y’.

(6.78)

Nɔ̀-lɛ̀ɛ̄-pɛ̀

ē

kílíā,

ē

donner :nmlz-pour-chose:CS

3sg.refl

tel

3sg.pret

kɛ̄

góò

[pɔ̄ɔ̀

gḭ̄ḭ̄

yīè-zɛ̀

lɛ́

faire

or

et

chose.pl

odeur

bon-adj

rel

3pl.sbjv>3sg

fɛ́lɛ́ŋ́kḭ̄sɛ̀]

mɛ́ɛ̀

ā

ō

ká.

prendre:IPFV

encens

et

talisman

dem

3pl.nsbj

avec

‘...et lui offrirent en présent de l’or, de l’encens et de la myrrhe (lit. : ces choses à donner en question, c’était de l’or et des choses à une bonne odeur qu’on appelle encens et un talisman sous forme d’une canne’ (M.2 :11).

(6.79)

gèē

mīā

lɛ̀ɛ̄

3sg.pret>3sg

dire

3sg.poss

personne.pl

pl

for

ó

[gɔ̰̄

nɛ̀

séŋ́

lɛ́

à

kɛ̀ɛ̀

3pl.conj

homme

enfant:CS

chaque

rel

3sg.nsbj

an

āà

kɛ̄

pèèlɛ̄,]

ɛ̰́ɛ̰́

[ōyē

ō

kɛ̀ɛ̀

lɛ̀ɛ́

3sg.prf

faire

deux

et

3pl.emph

3pl.nsbj

an

3sg.neg

ɓɔ̄

nɛ́

pèèlɛ̄

mɔ̀]

[lɛ́

ō

kɛ̄

Bɛ́féléhɛ̰́ɛ̰̀]

sortir

pas.encore

deux

sur

rel

3pl.pret

faire

Bethléem

[wà

pɛ̄

lɛ̄

kélékélé

lɛ́

ē

à

3pl.poss

chose

cop

petit

rel

3sg.refl

3sg.nsbj

  • 6 Dans la phrase « dont la chose est petite et autour », il s’agit probablement de la circoncision.

sɔ́nɔ́

píé

ā

ā,]

ó

ō

zɛ̄.

à.côté

vers

top

intérieur

top

3pl.conj

3pl.pret

tuer

‘...il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléem et dans tout son territoire (lit. : Il a dit à ses hommes : tous les garçons dont l’an fait deux, et dont l’an n’a pas excédé (sortir sous) deux, qui étaient à Bethléem et dont la chose est petite, autour de lui, de les tuer)’ (M.2 :16)6.

65Dans un énoncé qui apparaît comme un énoncé relatif il peut ne pas y avoir de liaison anaphorique entre le groupe nominal extraposé au début de la pr et un quelconque groupe nominal dans la proposition qui suit, comme dans l’exemple suivant. Il s’agit dans ce cas d’une construction de cleft à valeur de topique (voir §6.3.4).

(6.80)

[Mɔ̀ɔ̀

bɛ̰̀ɛ̰̄

lɛ́

kɛ̄

nū-pìà

mīī

mɔ̀

ɔ̄]

í

oiseau

aussi

rel

faire

venir-inf

personne

sous

top

2sg.conj

kɔ́nɔ́

ɓèlè

bɛ̰̀ɛ̰̄,

lɛ̀ɛ́

ī

dà.

nourriture

manger

aussi

3sg.neg

2sg.nsbj

cœur

tomber

‘(Sur les oiseaux qui détruisent la récolte.) Les oiseaux venant chez les gens, même si tu manges, cela ne te rassasie pas’.

6.2.3. Chaîne narrative

66Comme nous l’avons évoqué dans §5.16, le narratif est caractérisé par une distribution particulière des marqueurs prédicatifs. Mis à part cela, des connecteurs et des constructions spéciaux y sont utilisés. Ce sont les connecteurs yēlɛ́ ~ yélɛ́ ~ yēlɛ̄, lɛ́ dans la valeur ‘ainsi, ensuite, alors’ ainsi que le relativiseur lɛ́. Les emprunts du français comme ‘maintenant’ ou ‘donc’ sont utilisés par certains narrateurs.

(6.81)

Yēlɛ́

gbāā

ē

yī

lɛ̄

gbāā

ensuite

maintenant

3sg.pret

rester

là-bas

3sg.exi

maintenant

yī,

tɔ́ŋ́

gwɛ́ɛ́

lɛ̄

gbāā

kɔ́nɔ́

ká.

là-bas

palmier.à.l’huile

ragoût

3sg.exi

maintenant

nourriture

avec

‘Il est resté là-bas maintenant, seul le ragoût de noix de palme est sa nourriture’.

(6.82)

Lɛ́

ō

mīā

zɛ̄

Ɓɛ́lɛ́tɔ̰̀

zèē.

ensuite

3pl.pret

personne.pl

tuer

Beleton

ici

‘Ensuite ils ont tué beaucoup de gens à Beleton’.

(6.83)

Maintenant,

ē

gbāā

kílī,

ō

Maintenant

3sg.pret

laisser

maintenant

comme.ça

3pl.nsbj

lúlɔ̀

vɔ̀

ō

kùù

lɛ̄

gbùò.

sœur

pl

3pl.nsbj

nombre

3sg.exi

grand

‘Maintenant, ce fut comme ça, leurs sœurs sont devenues nombreuses (en parlant d’un nouveau village qui a grandi)’.

67Il est à noter que lorsque le connecteur lɛ́ est utilisé, la série imperfective est remplacée par la série subjonctive, de la même manière que dans les constructions du cleft (voir plus loin) et dans les propositions relatives :

(6.84)

Lɛ́

ò

lɛ́

ò

ɓū

ɓɔ̀ɔ́

gɛ̰̀.

rel

3pl.sbjv

aller:IPFV

rel

3pl.sbjv

riz

sac

voir:IPFV

‘Alors ils vont, ils voient les sacs de riz.’

(6.85)

Lɛ́

mīā

ò

wɛ̀lɛ̀

mɔ́

zèē

rel

personne.pl

3pl.sbjv

se.lever:IPFV

auparavant

ici

wáà

lò

lóbāá

zɛ̄-ɛ̀

à

yí.

3pl.jnt

aller :jnt

hévéa

tuer-ger

3sg.nsbj

dans

‘Alors les gens partaient d’ici auparavant et saignaient l’hévéa là-bas (au Libéria)’.

68Cependant, comme la construction imperfective est très rare dans la chaîne narrative, nous n’avons relevé que les deux exemples cités ci-dessus.

69Dans la chaîne narrative, la construction du cleft à valeur de topique est assez fréquente. Dans cette construction, un groupe verbal nominalisé est extraposé au début de l’énoncé et suivi d’un relativiseur, sa position est remplie par le verbe ɓō ‘effectuer’. Le verbe extraposé répète le verbe de la proposition précédénte. Ce procédé a été utilisé dans la traduction du Nouveau Testament (voir l’exemple ci-dessous). Pour plus de détails sur la construction du cleft à valeur de topique, voir §6.3.4.

(6.86)

ā

ɓō

ā,

lɛ̀ɛ́

gbāā

aller.rel

3sg.pret>3sg

effectuer

top

3sg.neg

maintenant

Názàlɛ̀,

kɛ̄ɛ̄

ē

ē

ē

laisser

Nasareth

mais

3sg.pret

aller

3sg.pret

3sg.refl

Yíí

pṵ́á̰

sɔ́nɔ́

yàlà

kṵ́

Kàpɛ́nìɛ̀

lɛ́

ē

kɛ̄

Gálàlíì

eau

lac

à.côté

place

saisir

Capernaüm

rel

3sg.pret

faire

Galilée

ɔ̄

yí.

top

dans

‘Il quitta Nazareth, et vint demeurer à Capernaüm, située près de la mer (lit. : Quand il était parti (l’aller qu’il a effectué), il n’est pas resté à Nazareth, mais il est parti prendre sa place à Capernaüm, qui était à côté de la mer en Galilée)’. (M.4 :13)

6.3. Structure de l’information

6.3.1. Nouveau référent

70Pour introduire un nouveau référent, les propositions existentielles peuvent être employées :

(6.87)

lɛ̄

nɔ́,

lɛ́ɛ̀

yáá

personne

indef

3sg.exi

seulement

3sg.ipfv

maladie

indef

tɔ́

dɔ̄.

nom

connaître:IPFV

‘Il y a quelqu’un ici, il connaît les noms des maladies’.

(6.88)

Film

lɛ̄

ɓē,

kó

gɛ̰̀.

film

3sg.exi

vivant

1pl.conj>3sg

voir

‘(Le locuteur a téléchargé une vidéo sur son téléphone portable.) Il y a une vidéo, il faut que nous la regardions’.

(6.89)

Fááfèlē

lɛ̄

gbāā

kɛ̀lɛ̀,

áà

corde

3sg.exi

maintenant>3sg.nsbj

adr

3sg.jnt

aller :jnt

gbāā

ɓú

ɓɛ̄

gbà̰à̰

mɛ̀-à

á

ká.

maintenant

riz:FOC

dem

liasse

frapper-ger

prendre

3sg.nsbj

avec

‘Elle avait une corde, elle marchait en tapant le riz avec (la corde)’.

71Les nouveaux référents peuvent être introduits comme des groupes nominaux enchâssés dans la proposition. L’exemple suivant est tiré d’un conte. Le début de l’histoire portait sur l’Hyène, la proposition en question introduit un autre personnage, le Chimpanzé :

(6.90)

Yēlɛ́

à

lɛ̀

kpɛ̀lē-à

sɔ́ɔ́lī-làpɛ̀lɛ̀,

voilà

3sg.nsbj

propre

endroit

faire.jour-ger

cinq-ORD

kìē

áà

dīè.

chimpanzé

3sg.jnt

venir :jnt

passer.ger

‘Alors le cinquième jour (lit. : son cinquième jour) le Chimpanzé est passé’.

6.3.2. Topique

72La position typique du topique est en début d’énoncé. Les groupes nominaux peuvent être extraposés de n’importe quelle position syntaxique, qui est remplie par une marque pronominale anaphorique.

(6.91)

tɔ́ɔ̄,

kóò

bɛ̀ī

à

dɔ̄-ɔ̀.

maison

dem

1pl.ipfv

être.capable:IPFV

3sg.nsbj

arrêter-ger

‘Cette maison, nous pouvons la construire’.

(6.92)

Míá

wā,

ō

séŋ́

ō

ō

zɛ̄.

personne.pl:FOC

dem

3pl.nsbj

chaque

3pl.pret

3pl.nsbj

tuer

‘Ces personnes, toutes, on les a tuées’.

73Le groupe verbal nominalisé peut lui aussi être topicalisé. Dans ce cas, il est remplacé dans l’énoncé par le verbe transitif ɓō ‘effectuer’.

(6.93)

Lēē

nɛ̀

ɓɛ̄

gbāā

ā

femme

enfant:CS

dem

quitter

maintenant

3sg.pret>3sg

ɓō

à

lɛ̀

mɔ̀.

effectuer

ref

endroit

sur

‘La femme, elle est sortie maintenant de là-bas (lit. : la femme, la sortie, elle l’a effectuée de là-bas)’.

74Le groupe nominal topicalisé n’est pas nécessairement extraposé : c’est le cas lorsqu’un groupe nominal est doublé par une marque pronominale qui lui est immédiatement juxtaposée. Toutes les positions sont disponibles pour cette opération. Dans l’exemple (6.94), le topic précède un pronom non-sujet dans la position du dépendant génitival ; dans l’exemple (6.95), il précède un pronom non-sujet en position d’objet direct.

(6.94)

Yēlɛ́

ē

gbàlá

wɛ̄

dɔ̄

ɔ̄

[nɛ́fú

ɓɛ̄]

quand

3sg.pret

mirador

dem

arrêter

top

enfant

dem

dàā

ē

yùlùŋ̀

vɔ̄

áà

3sg.nsbj

père

3sg.pret

lance-pierre

envoyer

3sg.jnt>3sg

dɔ̀kɛ̀

à

kɛ̀lɛ̀.

donner :jnt

3sg.nsbj

adr

‘Quand il a construit le mirador, le père de l’enfant (lit. : cet enfant, son père) a fait un lance-pierres et le lui a donné’.

(6.95)

Kòó

[kā

séŋ́]

zɛ̄-ɛ̀.

1pl.neg

aller

2pl.nsbj

chaque

2pl.nsbj

tuer-ger

‘Nous ne vous tuerons pas tous’.

75Idem pour le groupe verbal nominalisé qui peut précéder le verbe ɓō :

(6.96)

Ɓà

ɓō

wɛ̄ !

2sg.poss

aller

enlever

dem

‘Va-t-en ! (lit. : fais ton aller !)’

6.3.3. Construction du cleft

76La construction du cleft en mano est formée exactement de la même manière que la proposition relative : un groupe nominal extraposé, au début de l’énoncé, est suivi par un relativiseur (lɛ́, nɛ́, tɛ́, ton haut flottant), sa position au sein de la proposition est remplie par une marque pronominale anaphorique, un topicalisateur peut être ajouté facultativement. Au lieu du relativiseur, un marqueur spécial de focus wɛ́ ~ wɔ́ peut être employé (6.97). Le groupe nominal extraposé peut exprimer un focus non-constrastif (6.98) ou contrastif (6.99, 6.100), il est employé dans les questions (6.101). Dans la construction du cleft, la série imperfective est remplacée par la série subjonctive, tandis que le marqueur de la 3e personne sg de la série existentielle est employé dans sa variante ē ou est omis.

(6.97)

Ŋ̄

lìī

wɔ́

gbāā

ò

wèè

ā.

1sg.nsbj

aîné

pl

foc

maintenant

3pl.sbjv

parler:IPFV

top

‘Ce sont mes frères aînés qui parlent maintenant’.

(6.98)

Yèí

gbē

Sèé

lɛ́

ē

ŋwɔ́

ā

gèē

ā.

Yei

fils

Se

rel

3sg.pret

affaire

dem

dire

top

‘C’était Se, fils de Yei, qui a dit ça’.

(6.99)

Ŋ̀ŋ́

gbā

mīī

mɔ̀,

[wìì

lɛ́

1sg.neg

neg

fusil

tomber

personne

sous

animal

rel

zɛ̄

ɛ̄.]

1sg.pret>3sg

tuer

top

‘Je n’ai pas tiré sur une personne, c’était un animal que j’ai tué’.

(6.100)

[Gbàlà

mìà

lɛ́

ò

gèlè

gɔ̰̄

kwíí

Kpellé

personne.pl

rel

3pl.sbjv

guerre

lutter:IPFV

Européen

mɔ̀],

bɛ̰̀ɛ̰̄

kòó

gèlè

gɔ̰̄

kwíí

mɔ̀.

sur

1pl.emph

aussi

1pl.neg

guerre

lutter

Européen

sur

‘Ce sont les Kpellés qui se battent contre les Blancs, mais nous on ne se bat pas contre les Blancs’.

(6.101)

Dḭ̄á̰

Zɛ́zú

ká ?

qui.rel

Jésus

avec

‘Qui est Jésus ?’

6.3.4. Construction du cleft à valeur de topique

77La construction du cleft peut avoir une valeur de topique ; dans ce cas la proposition qui suit la construction en question a une valeur de commentaire. L’énoncé dans son ensemble apparaît comme un énoncé relatif, sauf qu’il n’y a pas de liaison anaphorique entre le groupe nominal extraposé au début de la construction du cleft et un groupe nominal quelconque dans la proposition qui suit.

(6.102)

[Mɔ̀ɔ̀

bɛ̰̀ɛ̰̄

lɛ́

kɛ̄

nū-pìà

mīī

mɔ̀

ɔ̄]

oiseau

aussi

rel

faire

venir-inf

personne

sous

top

kɔ́nɔ́

ɓèlè

bɛ̰̀ɛ̰̄,

lɛ̀ɛ́

ī

dà.

2sg.conj

nourriture

manger

aussi

3sg.neg

2sg.nsbj

cœur

tomber

‘(Sur les oiseaux qui détruisent la moisson.) Les oiseaux venant chez les gens, même si tu manges, cela ne te rassasie pas’.

78Dans l’exemple suivant, le premier relativiseur est exprimé par le ton haut flottant (comme nous l’avons mentionné dans §1.6.4, ce marqueur peut ne pas se manifester et rester sous-jacent) :

(6.103)

Pàpá,

[ŋwɛ́ŋ́lɔ̀ɔ̄

ɓà

kɛ̀],

[tɛ́

papa

demande.rel

2sg.sbjv>3sg

faire:IPFV

rel

maison

lèēlèè

à

kɛ̀

kéā,]

kòó

propriétaire

3sg.sbjv>3sg

faire:IPFV

comme.ça

1pl.neg

nɛ̀

kɛ̄,

Sɔ̄gīpāà

lɛ́

ā

kɛ̄

lɛ́

mensonge

faire

Soguipa

rel

3sg.pret>3sg

faire

que

développement

kɛ̄-ɛ̀

lɛ̄

zèē

ā.

développement

faire-ger

cop

ici

top

‘Papa, la question que tu poses et que madame pose, on ne ment pas, c’est la Soguipa qui a fait qu’il y a le développement ici.

79Le groupe verbal nominalisé peut également être extraposé au début de la construction du cleft. Sa position dans l’énoncé est remplie par le verbe ɓō ’effectuer’.

(6.104)

[Nū

lɛ́

Sɔ̄gīpāà

ā

ɓō

ā,]

venir

rel

Soguipa

3sg.pret>3sg

effectuer

top

1pl.pret

pɛ̄

sɔ̀lɔ̄

ɓō

à

ká.

chose

obtention

effectuer

3sg.nsbj

avec

‘La Soguipa arrivée, cela nous apporte des choses (lit. : on gagne des choses)’.

80Cette construction s’utilise souvent dans la narration et dans les conversations. Le verbe extraposé répète alors le verbe de la proposition précédente.

(6.105)

Míá

ō

wìì

wɛ̄

wɛ̄,

lɛ́

personne.pl.rel

3pl.exi

viande

dem

dans

dem

rel

ā,

[ló

1pl.coord

3sg.emph

pl

1pl.pret

aller

top

aller

1pl.pret

à

ɓō

ā],

ō

gbìnìlà

gbā

gɔ̰̄

ká.

3sg.nsbj

enlever

top

3pl.pret

apparition

neg

lutter

1pl.nsbj

avec

‘Ceux qui se sont transformés dans des animaux (lit. : ceux qui sont dans les animaux), qui sont allés avec nous, quand nous sommes allés (lit. : l’aller, nous l’avons fait), ils ne se sont pas manifestés’.

(6.106)

a.

wɛ̀lɛ̀

ē

dàā

ká,

3pl.pret

se.lever

3pl.coord

3sg.refl

père

avec

ō

lūú.

3pl.pret

aller

brousse

‘Ils se sont levés, lui et son père, et ils sont allés en brousse.

b.

ɓō

ā,

áà

gèè

aller>rel

3pl.pret>3sg

enlever

top

3sg.jnt

dire :jnt

ē

lɛ̀ɛ̄ :

ŋ̄

dàā,

dɔ̄

kélɛ̄

3sg.refl

pour

1sg.nsbj

parent

1sg.prEt>3sg

intérieur

savoir

que

mìì

lɛ̄

ī

ká.

parent

3sg.exi

2sg.nsbj

avec

‘Alors qu’ils allaient (lit. : l’aller, ils l’ont fait), il a dit à son père : « Mon père, je sais que tu es mon géniteur ».

81Dans l’exemple suivant, il y a deux topiques : l’un est un pronom emphatique, māē, et l’autre, un groupe verbal nominalisé, à gɛ̰̀, ’le voir’ :

(6.107)

Áà

gèè :

« Sèé,

dīē

nɔ́

í

3sg.jnt>3sg

dire :jnt

passer

seulement

2sg.conj

ī

gbē

gɛ̰̀

yàá

kɛ́ì,

māē

2sg.nsbj

fils

voir

s’asseoir.ger.avec

chambre

1sg.emph

à

gɛ̰̀

ɓō

ā,

ŋ̄

túó-pìà ».

3sg.nsbj

voir

1sg.pret>3sg

enlever

top

1sg.exi

craindre-inf

‘Elle dit : « Cé, passe seulement, va voir ton enfant assis à la maison, moi qui l’ai vu, j’ai peur »’.

6.3.5. Dislocation à droite

82Un groupe nominal peut être extraposé à la fin de la proposition, lorsqu’il exprime une nouvelle information.

(6.108)

Ŋ́ŋ̀

nàà

à

ŋ́

wìì

ɓèlè,

[wìì

ɓéē.]

1sg.ipfv

aimer:IPFV

3sg.nsbj

avec

1sg.conj

viande

manger

viande

vivant

‘Je veux manger de la viande, de la viande vivante’.

(6.109)

sɛ́lɛ́

nɛ́ɛ́

ē

kílíā

lēē

bɛ̰̀ɛ̰̄

ref

sol

petit

3sg.refl

tel

femme

indef

aussi

lɛ̄

yī

wólówòlò

lèè

ká,

[wéé

lèè.]

3sg.exi

là-bas

bavard

femme:CS

indef

avec

parler

femme:CS

‘Dans ce petit village, il y avait une femme bavarde, une femme loquace’.

6.4. Questions

83La syntaxe des questions ouvertes combine les propriétés des propositions complexes et de la structure de l’information.

84La question posée au constituant nominal humain (qui ?) se fait avec le pronom interrogatif dēŋ̀ ’qui’. Deux structures sont alors possibles :

1. Le pronom occupe la position syntaxique au sein de la proposition. Dans ce cas, l’énoncé a la même structure que l’énoncé simple. Cette structure n’est cependant pas possible s’il s’agit de la position syntaxique du sujet.

(6.110)

dēŋ̀

zɛ̄ ?

3sg.pret

qui

tuer

‘Qui a-t-il tué ?’

(6.111)

dàā

lɛ́

dēŋ̀

ká ?

2sg.nsbj

père

3sg.exi

qui

avec

‘Qui est ton père ?’

  • 7 Le verbe dans la valeur ‘appeler’ demande la présence d’un groupe nominal dans la position postv (...)

(6.112)

Óò

ɓà

nɛ́

ɓɛ̄

dēŋ̀ ?

3pl.ipfv

2sg.poss

enfant

dem

prendre:IPFV

qui

‘Comment s’appelle cet enfant à toi ?7

2. Le pronom est extraposé à gauche et suivi d’un relativiseur, comme dans la construction du cleft.

(6.113)

Dḭ̄á̰

ɓɛ̄ ?

qui.rel

dem

‘Qui est-ce ?’

  • 8 Dans la traduction du Nouveau Testament nous avons également attesté la variante .

85Il peut fusionner avec le relativiseur, ayant la forme dḭ̄á̰8. Une ambiguïté peut se créer en ce qui concerne le participant de la situation sur lequel on pose la question.

(6.114)

Dḭ̄á̰

ā

zɛ̄ ?

qui.rel

3sg.pret>3sg

tuer

‘Qui l’a tué ? qui est-ce qu’il a tué ?’

86Comme dans la construction du cleft, la série imperfective est remplacée par la série subjonctive (6.115), tandis que le marqueur de la 3e personne sg de la série existentielle est employé dans sa variante ē ou est omis (6.116).

(6.115)

Dēŋ̀

lɛ́

è

bɛ̀ī

é

sà̰ā̰

ɓɛ̄

kɛ̄ ?

qui

rel

3sg.sbjv

être.capable:IPFV

3sg.conj

travail

dem

faire

‘Qui peut faire ce travail ?’

(6.116)

Dēŋ̀

lɛ́

ī

dàā

ká ?

qui

rel

2sg.nsbj

père

avec

‘Qui est ton père ?’

87Si la question est posée sur le dépendant génitival d’un nom relationnel, le pronom peut être extraposé avec le nom relationnel en tête (6.117, cf. cependant l’ex. 6.122).

(6.117)

Dēŋ̀

bḭ́

lɛ́

ɓà

ɓɛ̄ ?

qui

ombre

rel

2sg.sbjv>3sg

prendre:IPFV

dem

‘Tu dessines l’image de qui ?’

88La question posée au constituant nominal non-humain (qu’est-ce que ?) se fait avec le pronom interrogatif mɛ̄ɛ̄ ~ mɛ̄ ’qu’est-ce que ?’. Exactement comme dans le cas précédent, deux structures sont possibles.

1. Position interne

(6.118)

mɛ̄

kɛ̄-ɛ̀ ?

2sg.pret

venir

qu’est-ce.que

faire-ger

‘Qu’est-ce que tu es venu faire ?’

(6.119)

séŋ́

séŋ́

ē

dɔ̄

mɛ̄ɛ̄

là ?

ref

chaque

chaque

route

3sg.pret

connaître

qu’est-ce.que

sur

‘Tout a commencé par quoi ?’

2. Position extraposée. Le relativiseur employé est le plus souvent nɛ́. Le pronom peut également fusionner avec le relativiseur, ayant la forme mɛ́ ~ mɛ̄ɛ́.

(6.120)

Mɛ̄ɛ́

ā

kɛ̄ ?

qu’est-ce.que.rel

3sg.pret>3sg

faire

‘Qu’est-ce qu’il a fait ?’

(6.121)

Mɛ̄ɛ́

mā-ē

ŋ̀

qu’est-ce.que.rel

1sg.emph-E

1sg.sbjv

aller:IPFV

à

kɛ̄-ɛ̀

yī ?

3sg.nsbj

faire-ger

là-bas

‘Qu’est-ce que moi je vais faire là-bas ?’

(6.122)

Mɛ̄

bḭ́ḭ́

nɛ́

ɓà

lɔ̄ ?

qu’est-ce.que

fleur

rel

2sg.sbjv>3sg

acheter:IPFV

‘Tu achètes quelle fleur ?’

(6.123)

Mɛ́

kāà

fìlí

dɔ̄ ?

qu’est-ce.que.rel

2pl.prf>3sg

pilaf

s’arrêter

‘Vous avez fait quel pilaf ?’

89La particule interrogative kpɛ̄ɛ̀ a plusieurs sens : si elle suit un nom ou un pronom emphatique, elle a en règle générale le sens qualificatif, ‘quel ?’.

(6.124)

Hévéa

bɛ̰̀ɛ̰̄,

ē

kɛ̀ɛ̀

kpɛ̄ɛ̀

ká ?

hévéa

aussi

3sg.pret

venir

an

pourquoi

avec

‘L’hévéa aussi est apparu en quelle année ?’

(6.125)

Tíé

gḭ̄ḭ̄

kpɛ̄ɛ̀

lɛ́

à

yà-à

lɛ̄

lūú

wɛ̄

mɔ̀

wɛ̄ ?

feu

odeur

pourquoi

rel

3sg.nsbj

s’asseoir-ger

cop

brousse

dem

sur

top

‘Pourquoi l’odeur du feu est dans la forêt-là ? (lit. : quelle odeur du feu est dans la forêt)’

90Placée à la fin d’une proposition, la particule a le sens ‘comment ?’ ou ‘pourquoi ?’.

(6.126)

Lɛ̄

ŋwánà-zɛ̀

kpóú,

kpɛ̄ɛ̀ ?

3sg.exi

vérité-adj

même

pourquoi

‘En quoi (lit. : pourquoi) c’est vrai ?’

(6.127)

Íì

nū

gèlè

wɛ̄

gɔ̰̄

kpɛ̄ɛ̀ ?

2sg.ipfv

venir:IPFV

guerre

dem

lutter

pourquoi

‘Comment tu vas livrer le combat ?’

(6.128)

dɔ̄

kpɛ̄ɛ̀

láā

ɓèlè ?

3sg.pret

s’arrêter:IPFV

pourquoi

rel>3sg.pret>3sg

manger

‘Pourquoi il a mangé ?’

(6.129)

Lɛ́ɛ̀

kɛ̀

kpɛ̄ɛ̀

àyē

áà

3sg.ipfv

faire:IPFV

pourquoi

3sg.emph

3sg.jnt>3sg

gèè

mīī-zɛ̄-pɛ̀

lɛ̄ ?

dire :jnt

person-tuer-chose:CS

cop

‘Pourquoi il dit que c’est mortel ?’

91Finalement, l’adverbe mɛ́nɛ̄pɛ̰́ a valeur ‘quand ?’. Il peut être placé au début ou à la fin de l’énoncé ; dans le premier cas il est suivi d’un relativiseur et sa position à la fin de l’énoncé est remplie par le groupe postpositionnel.

(6.130)

a.

vɛ́ɛ́lɛ́

tɔ́ɔ̄

mɛ́nɛ̄pɛ̰́ ?

3pl.pret

verre

dem

casser

quand

b.

Mɛ́nɛ̄pɛ̰́

lɛ́

ō

vɛ́ɛ́lɛ́

tɔ́ɔ̄

à

ká ?

quand

rel

3pl.pret

verre

dem

casser

3sg.nsbj

avec

‘Quand est-ce qu’on a cassé le verre ?’

Haut de page

Notes

1 Comme la structure discursive permet un inventaire au moins aussi riche de relations entre les éléments que la structure de l’énoncé complexe, nous jugeons qu’il n’est pas nécessaire de postuler des énoncés complexes là où une séquence des énoncés simples peut être postulée. Néanmoins, nous appliquons ces critères moins systématiquement que les critères structuraux, notamment parce que la durée des pauses entre propositions n’est pas une mesure stable.

2 Par conséquent, il n'est pas possible d'omettre un marqueur pronominal dans le cas de coordination des verbes avec les sujets coréférentiels, comme cela serait le cas des pronoms libres, cf. en anglais où les pronoms sujet sont libres vs français où les pronoms sujet sont plutôt des clitiques qui accompagnent obligatoirement les verbes : I've been to Paris and haven't seen anything particularly interesting vs J'ai visité Paris et je n'ai rien vu de particulièrement intéressant. Cela nous fournit par ailleurs l'un des arguments en faveur de l'interprétation des marqueurs prédicatifs pronominaux comme partie du groupe verbal, et non pas comme des marques pronominales de sujet (Hachaturyan 2010).

3 La glose du marqueur láà n’est pas très claire : comme il s’agit sémantiquement d’une construction du cleft, láà doit représenter un cas de fusion entre le marqueur de relativisation et le pronom réfléchi de la 3personne sg, qui remplace le marqueur prédicatif de la série existentielle lɛ̄ dans les constructions du cleft, cependant, du point de vue morphonologique, la forme láà reste inexplicable.

4 Le marqueur ékɛ̄á est le résultat de la lexicalisation de la construction de protase réelle avec le verbe kɛ̄ ‘être’ : il provient de la combinaison du marqueur prédicatif de la 3e personne sg. de la série du conjonctif avec le verbe kɛ̄ ‘être’ auquel s’ajoute le suffixe du conditionnel -á. Le marqueur e èkɛ̄á est le résultat de la lexicalisation de la construction de protase irréelle avec le verbe kɛ̄ ‘être’ : il provient de la combinaison du marqueur prédicatif de la 3e personne sg. de la série subjonctive avec le verbe kɛ̄ ‘être’ auquel s’ajoute le suffixe du conditionnel –.

5 Nɛ́ est un allomorphe de lɛ́ après les voyelles nasales.

6 Dans la phrase « dont la chose est petite et autour », il s’agit probablement de la circoncision.

7 Le verbe dans la valeur ‘appeler’ demande la présence d’un groupe nominal dans la position postverbale :
Óò | gbē | sī | Sèé.
3pl.ipfv>3sg | fils | prendre:ipfv | Cé
‘Son fils s’appelle Cé’.

8 Dans la traduction du Nouveau Testament nous avons également attesté la variante .

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Khachaturyan, « Syntaxe de l’énoncé », Mandenkan, 54 | 2015, 213-244.

Référence électronique

Maria Khachaturyan, « Syntaxe de l’énoncé », Mandenkan [En ligne], 54 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 22 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/mandenkan/712 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mandenkan.712

Haut de page

Auteur

Maria Khachaturyan

UC Berkeley, Anthropology department
mashaha@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Mandenkan sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Mandenkan (Llacan)
  • Logo Llacan – Langage, langues et cultures d’Afrique noire
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search