Navigation – Plan du site

Disney, remakes et reprises

Bérénice Bonhomme

Résumés

La stratégie d’auto-citation a toujours été constitutive du monde Disney. Cependant, depuis quelques années, on peut observer un nouveau développement de ce parti pris. On voit sortir sur les écrans un nouveau type de productions Disney, ce qu’on appelle des Live action remakes, c’est-à-dire des remakes en prise de vue réelle des classiques d’animation Disney comme Cendrillon ou La Belle et la Bête. Nous nous concentrerons dans notre travail sur ce nouveau phénomène.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous nous concentrerons dans cet article sur les remakes de film d’animation. Il existe aussi des r (...)

1Depuis quelques années, on voit sortir sur les écrans un nouveau type de productions Disney, ce qu’on appelle des Live action remakes, c’est-à-dire des remakes en prise de vue réelle des classiques d’animation Disney1. Cette tendance a débuté il y a quelque temps avec Les 101 Dalmatiens en 1996, Alice au pays des merveilles de Tim Burton en 2010. Puis tout s’est accéléré, avec en 2015 Cendrillon et en 2016 Le Livre de la jungle. À cela s’ajoutent les films qui ne sont pas vraiment des remakes, mais qui s’inspirent d’univers antérieurs, comme Il était une fois (2007), ou des films qui explorent un personnage d’un dessin animé et proposent une nouvelle version de l’histoire, comme Maléfique en 2014. Si l’on se penche sur les projets en cours de production cela devient assez vertigineux, avec des annonces en cascade. On peut proposer rapidement une typologie :

2Remakes (utilisation de la même histoire) :
Déjà sortis : Les 101 Dalmatiens, Alice au pays des merveilles (assez éloigné du dessin animé) et sa suite Alice de l’autre côté du miroir, Cendrillon, Le Livre de la jungle, La Belle et la Bête.
Annoncés : Dumbo (Tim Burton), Merlin l’Enchanteur, Mulan, Winnie l’ourson, Peter Pan, Pinocchio, Le Roi Lion.

3Spin-off (films qui développent un autre personnage et/ou un autre point de vue sur l’histoire) :
Déjà sortis : Maléfique.
Annoncés : Cruella, Rose Red (la sœur de Blanche Neige), Tinker Bell (personnage de Peter Pan), Génie (personnage d’Aladdin) et Prince Charming (personnage de Cendrillon).

4Le phénomène prend donc de plus en plus d’ampleur, surtout si l’on ajoute que certains de ces films ont déjà une suite annoncée, avec Maléfique 2 qui est en cours de production et Le Livre de la jungle 2 qui est en développement.

  • 2 Constantine Verevis, Film Remakes, Édimbourg, Edinburgh University Press, 2006, p. 3.
  • 3 Hélène Laurichesse, « La sérialité au cinéma : une stratégie de marque ? », Mise au point [en ligne (...)

5 On sait bien que le remake peut être compris comme un produit industriel qui participe d’une logique commerciale. Comme l’explique Constantine Verevis : « For film producers, remakes are consistently thought to provide suitable models, and something of a financial guarantee, for the development of studio-based projects2. » Cette tendance est aussi sans doute tout simplement dans l’air du temps, un temps de sequels, prequels et reboots, comme l’a analysé Hélène Laurichesse3 qui met en évidence une stratégie de marque dans le phénomène sériel particulièrement important que l’on observe actuellement au cinéma. Je voudrais m’attarder ici sur ce phénomène Disney, qui me semble proposer quelques spécificités intéressantes.

La stratégie de reprise chez Disney : une constante depuis les origines

6Tout d’abord, il apparaît que la stratégie de la reprise a toujours été constitutive du monde Disney. En effet, Disney tire, en partie, sa force de la constitution d’un palimpseste mémoriel, au gré d’un système de renvois internes :

  • Il existe des lignées de « méchants » Disney qui se ressemblent tous un peu.

  • Il y a des « voix » Disney, que l’on retrouve de film en film.

  • Certains plans se ressemblent trait pour trait, dans des films différents (stratégie de recyclage). L’existence d’une banque de données dans laquelle puisent les animateurs est une des richesses de l’empire Disney.

  • Le rituel des chansons est récurrent.

  • On peut même remarquer des « hidden Mickey », c’est-à-dire des têtes de Mickey cachées dans l’image des films, qui impriment la marque des grandes oreilles partout.

  • 4 Dernier renversement en date : désormais l’attraction Pirates des Caraïbes de Disneyland Paris, qui (...)

7Chez Disney, le territoire fictionnel va même avoir tendance à envahir le réel. Il existe un monde Disney, cohérent et autonome, qui trouve son aboutissement dans les parcs à thème. Dans ces parcs, sont diffusées sans relâche les chansons des films, qui envahissent l’espace sonore. Le cas de l’attraction Pirates des Caraïbes est intéressant à cet égard. On y voit l’exemple d’un univers qui se nourrit de l’intérieur. Ainsi, les films ont souvent inspiré des attractions mais désormais certaines attractions inspirent des films. Pirates des Caraïbes est devenu une série cinématographique à succès, dans laquelle les protagonistes chantonnent à tour de rôle la chanson de l’attraction4. La cohérence du monde Disney repose sur une circulation et une reprise constantes des éléments qui le composent. Le remake et le spin-off apparaissent comme des déclinaisons logiques de cette stratégie de circulation constante. Notons que cette logique de circulation est transmédiatique. Ainsi, dans la série télévisée Once Upon a Time, qui est produite par ABC (filiale TV de Disney), de nombreux personnages Disney participent à l’histoire. On croise ainsi Ariel de La Petite Sirène, Belle de La Belle et la Bête, et même Elsa de La Reine des neiges.

Citer pour se souvenir ou citer pour oublier ?

8Dans son article sur le remake américain, Jacqueline Nacache explique :

  • 5 Jacqueline Nacache, « Comment penser les remakes américains ? », Positif, juin 1999, n° 460, p. 80.

Ne voyons pas non plus dans le remake américain un quelconque palimpseste qu’il faille soulever pour découvrir l’original, ni une sorte de travail d’anamorphose grâce auquel, en regardant le film avec un œil assez expérimenté (équivalent des appareillages nécessaires au décryptage des anamorphoses) on finit par découvrir le film premier qui se cache dans les volutes du second. Ce qui lie les films les uns aux autres, ce n’est ni leur ressemblance ni leur dissemblance, mais une intense circulation d’images, d’idées, de paroles, que l’on peut aisément déceler lorsqu’on veut bien considérer les films dans un système d’échange qui laisse de côté évaluations esthétiques, classifications culturelles et nostalgie critique, et met au jour cette loi de compensation, ce système de vases communicants qui caractérisent si intimement le récit et l’esthétique hollywoodienne5.

  • 6 Même s’il s’agit de trophées plutôt internes à l’entreprise, le palmarès est largement diffus. De p (...)
  • 7 « Nostalgie : l’équipe de La Belle et la Bête se réunit pour les 25 ans du film d’animation », Shad (...)

9Un tel système de vases communicants et d’intense circulation est à l’œuvre depuis les débuts de la compagnie dans les productions Disney. Le remake est une facette de cette stratégie, vers laquelle Disney s’est tourné massivement assez récemment mais qui connaît actuellement un développement très important. Il me semble pourtant que, dans le cas Disney, la notion de palimpseste reste heuristique. En effet, au fil des films, s’est développé un dispositif assez original de renvois internes qui accentue la cohérence du corpus Disney. La vision de plusieurs de ces dessins animés provoque un sentiment particulier chez le spectateur, une impression de familiarité. Cela s’explique, en partie, par le geste de reprise qui caractérise la création Disney. Le palimpseste Disney est également enrichi par le mode de consommation spectatorielle dont il fait l’objet. En effet, la vision d’un dessin animé de Disney est, le plus souvent, caractérisée par la répétition. Vision répétitive de l’enfant qui regarde le dessin animé jusqu’à connaître tous les dialogues par cœur, mais aussi vision de l’adulte qui revoit des années plus tard les dessins animés de son enfance. Se met alors en place un double regard, celui de l’enfant d’autrefois et de l’adulte d’aujourd’hui. Le palimpseste Disney se confond alors avec celui de notre mémoire et de ses différentes strates. D’ailleurs, cette richesse mémorielle est exploitée de façon consciente par Disney, dans une logique commerciale. Ainsi, le groupe met en avant une classification interne qui apparaît comme patrimoniale, avec une numérotation, et qui qualifie ses propres films de « classiques Disney » ou encore de « chefs-d’œuvre ». Il existe même une sorte de festival Disney, les Disney Legends, lancé en 1987 par la Walt Disney Company pour récompenser avec un trophée les hommes et les femmes qui ont contribué de manière émérite à l’entreprise6. De même, les anniversaires de sortie des films sont fêtés avec faste, comme par exemple les 25 ans de La Belle et la Bête. Le 9 mai 2016, un événement est organisé par l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences (qui s’occupe des Oscars), réunissant une grande partie de l’équipe du film7. Le monde Disney est bâti sur la mémoire et la nostalgie, ce qui participe de sa puissance économique.

  • 8 Op. cit., p. 78.

10Dans cette perspective, comment comprendre cette avalanche de remakes. Par exemple, Cendrillon (2015) et Le Livre de la jungle (2016) sont-ils des réactualisations des dessins animés qui les ont précédés, une réactualisation technologique et contemporaine destinée à supplanter la version précédente ? Jacqueline Nacache pointe ainsi que le remake « organise l’oubli8 ». De son côté, Raphaëlle Moine explique que le remake :

  • 9 Raphaëlle Moine, Remakes : Les films français à Hollywood, Paris, CNRS édition, 2007, p. 103.

repose sur une conception de la création totalement antagoniste de celle qui fonde et soutient l’attitude critique et cinéphilique. Celle-ci participe de la lecture du texte filmique comme monument, où les films sont appréciés comme des objets singuliers, situés dans une histoire du cinéma, que la critique hiérarchise et ordonne dans un véritable travail de mémoire, tandis que le modèle culturel qui justifie la production de remake est au contraire une culture de l’événement, où une version chasse l’autre9.

11Or, Disney semble osciller entre ces deux attitudes. La compagnie organise sa filmographie autour de monuments, de « classiques » et développe un travail de mémoire. En même temps, en refaisant les films, en proposant de nouvelles technologies, il s’agit bien évidemment de « faire événement » et d’attirer un nouveau public. La productrice Suzanne Todd (qui a travaillé sur Alice au pays des merveilles et sa suite Alice de l’autre côté du miroir) déclare d’ailleurs :

  • 10 AFP, « Disney touche le jackpot en revisitant ses grands classiques », La Croix, 20 avril 2016. <https://www.la-croix.com/Economie/Disney-touche-jackpot-revisitant-grands-classiques-2016-04-20-1300754777>. D</https> (...)

Je ne sais pas si mes trois enfants regarderaient avec autant d’intérêt et autant de plaisir les vieux dessins animés, parce qu’ils ont grandi avec la génération Pixar10.

12« Faire événement », faire du neuf avec du vieux, cela a toujours fait partie de la stratégie Disney qui organise des ressorties de ses classiques d’animation au cinéma. Certes, pendant un temps, ces ressorties étaient la seule manière de faire découvrir les films, mais elles vont se poursuivre après la démocratisation du magnétoscope (ce qui montre l’importance de faire événement). Ce goût pour les remakes fait aussi suite à une mise en relief de nombreux films d’animation Disney, qui sont à cette occasion ressortis sur les écrans pour être vus en 3D (Le Roi Lion en 2011, La Belle et la Bête en 2012, etc.), et le remake est un pas supplémentaire dans la revisitation et la revitalisation de leur vieux catalogue. Comment comprendre cet apparent paradoxe ?

13Tout d’abord, les dessins animés Disney sont, pour une grande part, issus de textes préexistants. La création de Disney s’est beaucoup construite sur l’adaptation, en particulier des contes de fées. Ainsi de Blanche Neige, La Belle au bois dormant, Cendrillon, La Belle et la Bête, La Petite Sirène, Aladdin. Au-delà, on peut citer certains classiques de la littérature populaire comme Sherlock Holmes en tant que source d’inspiration (Basil détective privé). Pensons également à des romans bien connus qui avaient déjà fait leurs preuves (en particulier en ce qui concerne les jeunes lecteurs) comme Peter Pan de J. M. Barrie, Pinocchio de Collodi ou encore Le Livre de la jungle de Rudyard Kipling et qui ont inspiré les dessins animés du même nom. D’autres films s’inspirent de romans moins connus, par exemple Les 101 Dalmatiens, issu du roman de Dodie Smith ou encore La Belle et le Clochard, adapté d’une histoire de Ward Greene, Happy Dan, the Whistling Dog, parue en 1937. On voit que la création Disney se construit autour de la reprise et la réécriture d’éléments qui existent de façon préalable. Notons que le choix de l’adaptation systématique est de moins en moins évident et que la notion d’histoire (plus ou moins) originale a émergé depuis quelque temps dans les productions Disney, même si on ne peut que remarquer la présence d’archétypes (en particulier initiatiques) qui rapprochent ces histoires originales du conte. La dynamique Disney se réfère cependant volontiers à des sources. On pense aux contes de fées, création collective et anonyme qui nous est transmise. Contrairement aux écrivains qui se prétendent originaux, les narrateurs des contes se réfèrent à un narrateur antérieur. Le conte est un palimpseste qui prend ses racines dans un fonds immémorial. Les productions Disney paraissent se rattacher à cette tradition. Ainsi, le Cendrillon de Disney n’est qu’une des couches qui constituent les multiples variantes de cette histoire, une proposition parmi d’autres, ce qui laisse place à son remake en prise de vue réelle.

14 Disney proposerait donc l’adaptation de textes préexistants (comme les contes) tout en organisant leur mémoire. De fait, le livre est une source mise en avant dans plusieurs dessins animés Disney de même que dans les remakes en prise de vue réelle. De nombreuses productions Disney commencent par l’ouverture d’un livre et Le Livre de la jungle (2016) propose un générique livresque qui met en avant la source Kipling, en escamotant de façon assez surprenante l’étape du film d’animation (qui n’est pas cité comme source). Mais ici, sous couvert de renvoyer au travail de la mémoire, il s’agit surtout d’organiser l’oubli. Très souvent, le dessin animé semble occuper toute la place et occulter les autres versions. Il est devenu difficile de penser à Blanche Neige sans que viennent à l’esprit des images du film, et c’est le cas pour de nombreux contes. Combien d’adultes de moins de 35 ans savent actuellement que La Petite Sirène d’Andersen finit mal ?

15 Ce cannibalisme sur les contes apparaît avec évidence dans la série Once Upon a Time qui est censée raconter l’histoire d’un monde de contes de fées, transposé dans le monde réel par le biais d’une malédiction. Mais ce monde des contes de fées est surtout un monde Disney, où l’on peut croiser des personnages comme Mulan ou La Reine des neiges. De même dans Il était une fois (le film), c’est un peu le même kidnapping qui est à l’œuvre (c’est d’ailleurs le même titre). Le film raconte l’histoire de Giselle, personnage de dessin animé, qui tombe dans le monde réel. Elle va donc reproduire des comportements de personnages de contes comme par exemple chanter ou faire le ménage avec des animaux… c’est-à-dire des stéréotypes qui sont typiquement Disney. Jacqueline Nacache parle de « prélèvement d’aura » pour les remakes, et c’est ce qui est à l’œuvre dans ces adaptations : le monde des contes de fées est devenu un monde Disney. Disney prend toute la place et avec ses remakes il devient superposition de strates, épaisseur temporelle, feuilletage, couche et sous-couche.

  • 11 Excepté évidemment le nom de Walt Disney, « the man who was a studio », pour reprendre le titre du (...)

16La vraie source du Livre de la jungle est avant tout le dessin animé, et la reprise de la chanson « Il en faut peu pour être heureux » ne permet pas d’en douter. D’ailleurs, rappelons ici que le personnage de King Louie, l’orang-outan, est une invention Disney absente du livre. Le paradoxe entre patrimoine et événement n’en est pas un, si on comprend Disney comme un univers de plus en plus autonome qui s’auto-nourrit. Disney organise avant tout la mémoire Disney et chaque film fait partie d’un tout. Il faut d’ailleurs remarquer la puissance de la licence Disney qui efface jusqu’au nom du réalisateur11. Il s’agit de films Disney avant tout…

Pourquoi des films « live action » ?

17 Ainsi les remakes en prise de vue réelle font partie d’une stratégie plus globale qui construit l’univers Disney, une stratégie à l’œuvre depuis longtemps. Cependant le choix de la prise de vue réelle entraîne un certain nombre de nouveaux questionnements et des conséquences multiples.

  • 12 Mathilde Cesbron, « Les 14 remakes de dessins animés que Disney nous prépare », Le Point POP, 2 avr (...)
  • 13 Marie-Lucie Walch, « Ces 10 dessins animés que Disney va bientôt recycler en films live », L’Expres (...)

18Tout d’abord, sommes-nous vraiment devant des films en prise de vue réelle ? Avec l’évolution des effets visuels (VFX), cette question n’est plus très nouvelle, et s’est développée depuis le début des années 1990. Toute une partie du cinéma avec VFX serait devenue du cinéma d’animation. Cette problématique se pose avec d’autant plus d’acuité pour ces remakes Disney, qu’il y a une très forte utilisation des VFX. Le cas le plus extrême est Le Livre de la jungle où tout est fabriqué par ordinateur (décors et personnages) sauf Mowgli, joué par un jeune acteur. Bien évidemment, je ne vais pas ici régler cette question d’une frontière de plus en plus floue entre le cinéma prise de vue réelle ou d’animation. Notons qu’il est assez logique que Disney se trouve à la pointe de l’hybridation, ce studio ayant proposé, dès sa création, un mélange entre animation et prise de vue réelle, avec la série des Alice Comedies. Par ailleurs, quelle que soit la technique utilisée, ces films semblent reçus comme des films prise de vue réelle. Un petit tour sur Internet suffit pour s’en convaincre : Le Point et Le Figaro parlent d’adaptation en « chair et en os12 », L’Express parle tout simplement d’une adaptation « live »13, et la terminologie consacrée dans les articles, blogs et listes de films est bien le live action movie. Cela montre que la notion clé, bien davantage que celle des techniques utilisées, est celle d’un certain réalisme.

19 Or cette tension vers le réalisme est présente chez Disney depuis longtemps. Comme l’explique Jean-Baptiste Massuet :

  • 14 Cf. Frank Thomas et Ollie Johnston, The Illusion of Life – Disney Animation, New York, Disney Editi (...)
  • 15 Jean-Baptiste Massuet, Quand le dessin animé rencontre le cinéma en prises de vues réelles : modali (...)

parmi les diverses formes possibles de dessins animés, l’une d’entre elles – celle qui retient ici notre attention, la forme figurative – suit une évolution relativement claire, affichée en particulier par son représentant privilégié : l’entreprise Disney. Cette évolution porte un nom, émanant des propres animateurs du studio : « l’illusion de la vie14 ». Il s’agirait, pour faire vite, d’imiter tant que faire se peut l’esthétique du cinéma en prise de vue réelle, de s’approprier ses codes, et d’en proposer une sorte d’équivalent graphique. L’ambition disneyenne est dès lors claire, même si nous tenterons de la travailler davantage dans le détail : le dessin animé disneyen assimile les modes de représentation de la prise de vue réelle et, de fait, tend à être absorbé dans le sillon de l’institution cinématographique15.

  • 16 Voir le livre de John G. West, Walt Disney and Live Action: The Disney Studio’s Live-Action Feature (...)
  • 17 Marcel Jean, Le Langage des lignes, Montréal, Les 400 Coups Cinéma, 2007, p. 24.

20Cette tension vers la prise de vue réelle est donc bien un des éléments constitutifs de l’esthétique Disney. Soulignons d’ailleurs l’importance des films prises de vues réelles depuis le début des studios Disney et en particulier de son vivant16. Le « live action » (sans parler de remake) participe des productions Disney et de la culture Disney, même si c’est un versant de la production peut-être moins connu (quoique, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les films en live ont souvent été de grands succès). Un autre élément fait aussi partie de la recette, une certaine élasticité des corps, une synthétisation du mouvement, des proportions non réalistes, une certaine pureté de la ligne que met en avant Marcel Jean : « Pour Disney, le monde et les gestes du monde sont désordre, tandis que le dessin animé doit être ordre17 ». Bastien Cheval explique :

  • 18 Bastien Cheval, Le cinéma d’animation et l’interrogation du réel : hybridations et enchevêtrements (...)

La finalité de cette conception, que Disney nommera « impossible plausible », est d’équilibrer imaginaire et vraisemblable pour conférer au film une pureté structurelle rejetant tout artéfact qui renverrait au spectateur l’image d’une réalité laborieusement imitée18.

21Les technologies actuelles, avec l’explosion des VFX, permettent justement à Disney de décliner ce « plausible-impossible » au royaume de la prise de vue réelle. Ainsi pensons à la taille des yeux du chapelier fou dans l’Alice de Tim Burton, agrandis par ordinateur, le visage étrange de Maléfique, associant maquillage traditionnel et maquillage numérique ou l’énormité de King Louie dans Le Livre de la jungle. Walt Disney croyait en la puissance de l’ingénierie et Disney a une longue histoire avec les effets spéciaux et visuels. De Mary Poppins à Tron, les effets sont utilisés pour promettre la même souplesse narrative en live qu’en animation. La compagnie poursuit aujourd’hui dans ce sens avec ces remakes en PVR. Par ailleurs, notons que les VFX sont de moins en moins chers, un facteur économique dû à l’explosion du nombre de ces remakes qu’il convient de signaler. De plus le rachat de Lucas Film, en 2012, par la Walt Disney Company comprend également celui de sa filiale Industrial Light & Magic (ILM), société d’effets visuels. Cet achat est donc également technologique et assoit la maîtrise Disney. L’ère des effets numériques ouvre à Disney un nouveau terrain de jeu, d’un monde réaliste mais modifiable à l’infini, à organiser et ordonner selon sa volonté. Le rêve démiurgique de Walt Disney prend un nouvel essor.

22 Nouveau terrain de jeu dit parfois nouvelles règles. Ces adaptations en prise de vue réelle apportent-elles quelque chose de novateur ? Trois éléments nouveaux semblent apparaître de façon récurrente. Tout d’abord l’ébauche d’une certaine complexité. C’est particulièrement évident avec le film Maléfique qui propose le point de vue de la méchante de l’histoire, Maléfique. Il ne s’agit pas de n’importe quelle méchante mais de l’une des plus emblématiques de l’univers Disney. Un personnage sombre, symbolique de la vision manichéenne Disney, issu des contes. Et soudain, tout est remis en question. Ainsi la bande annonce explique : « Vous connaissez le conte, voici la vérité. » Disney m’aurait-il menti quand j’étais enfant ? Comment cela est-il possible ? Cette multiplicité des points de vue propose une complexité qui dynamite l’univers Disney et l’enrichit tout en le remettant en question. Cela va de pair avec une certaine noirceur. Ainsi pour Le Livre de la jungle, le film est déconseillé aux moins de 8 ans et les réactions horrifiées de parents sur les forums tels que AlloCiné ne manquent pas. Je voudrais cependant nuancer cette idée, largement développée dans les critiques de ces films. La peur a toujours été un élément de l’univers Disney (pensons à Pinocchio ou à la mort de la mère dans Bambi) et le dessin animé Le Livre de la jungle est lui aussi assez effrayant. Le plus frappant est que le passage en prise de vue réelle semble obliger à expliquer les choses, les justifier et les approfondir. Par exemple, dans le dessin animé de Cendrillon, le prince est à peine esquissé, une rencontre lors du bal suffit à leur coup de foudre. Dans le film, sa psychologie est beaucoup plus développée, il croise Cendrillon avant le bal, ils se parlent… De même, dans Le Livre de la jungle, le rapport de Mowgli à sa famille adoptive de loups est bien plus développé et l’attachement beaucoup plus évident dans le film. Même les détails sont rendus plus plausibles. Dans le film Le Livre de la jungle, on voit dans un flash-back Mowgli bébé, qui a un pantalon rouge. Comme il a grandi désormais, c’est devenu son fameux pagne rouge emblématique. Cette explication a ses limites (il est très solide tout de même ce pantalon) mais de nombreux enfants s’étaient posé la question. La prise de vue réelle amène naturellement une incarnation différente qui modifie en profondeur l’histoire et sa perception. La dynamique du plausible/impossible évolue.

23 Je voudrais conclure sur cette question : à qui s’adresse ces remakes ? Qui va les voir ? Notons tout d’abord que ces films font d’habitude de bons résultats au box office (même s’il y a quelques ratés comme avec Alice de l’autre côté du miroir, qui a eu des résultats mitigés) et sont généralement des succès, ce qui explique sans doute le développement de cette stratégie chez Disney. Or, la tension paradoxale entre « faire mémoire » et « faire événement » que nous avons relevée se retrouve également dans le public. En effet, si ces films sont là pour séduire un nouveau public (une nouvelle génération d’enfants en particulier), ils s’adressent surtout avec force à l’ancienne génération (qui a déjà vu ces films) et proposent avant tout le plaisir de la relecture pour des spectateurs qui ont été nourris toute leur enfance par l’univers Disney et qui sont désormais adultes. Ainsi toutes les bandes annonces sont structurées autour de deux piliers :

  • Mettre en avant quelques marqueurs forts du dessin animé (musique, personnages, décor, accessoires…).

  • Ne pas trop dévoiler pour donner envie d’en savoir plus et de se demander ce qui a changé d’une version à l’autre.

24Encore une fois ce paradoxe entre événement et patrimoine n’en est pas un lorsque l’on parle de Disney. Les anciens spectateurs Disney sont également prescripteurs pour de nouveaux spectateurs. Ceux qui ont vu La Belle et la Bête enfants ont désormais des enfants auxquels faire redécouvrir les « classiques Disney ». Comme dirait Mufasa dans Le Roi Lion, « c’est le grand cycle de la vie », un cycle Disney…

Haut de page

Bibliographie

Alexandre Bohas, Disney, un capitalisme mondial du rêve, Paris, L’Harmattan, 2010, 248 p.

Bastien Cheval, Le cinéma d’animation et l’interrogation du réel : hybridations et enchevêtrements du domaine de l’humain et de l’image par image, Université Paul Valéry - Montpellier III, 2014, <NNT : 2014MON30073>, Thèse de doctorat, 357 p.

Jean-Baptiste Massuet, Quand le dessin animé rencontre le cinéma en prises de vues réelles : modalités historiques, théoriques et esthétiques d’une scission-assimilation entre deux régimes de représentation, Université de Rennes 2, 2013, <NNT : 2013REN20050>, Thèse de doctorat, 529 p.

Raphaëlle Moine, Remakes : Les films français à Hollywood, Paris, CNRS édition, 2007, 207 p.

Jacqueline Nacache, « Comment penser les remakes américains ? », Positif, juin 1999, n° 460.

Frank Thomas et Ollie Johnston, The Illusion of Life – Disney Animation, New York, Disney Editions, 1981, 576 p.

Constantine Verevis, Film Remakes, Édimbourg, Edinburgh University Press, 2006, 198 p.

John G. West, Walt Disney and Live Action: The Disney Studio’s Live-Action Features of the 1950s and 60s, Theme Park Press, 2016, 354 p.

Haut de page

Notes

1 Nous nous concentrerons dans cet article sur les remakes de film d’animation. Il existe aussi des remakes Disney de films prises de vues réelles mais ils ne posent pas exactement les mêmes questions.

2 Constantine Verevis, Film Remakes, Édimbourg, Edinburgh University Press, 2006, p. 3.

3 Hélène Laurichesse, « La sérialité au cinéma : une stratégie de marque ? », Mise au point [en ligne], 3/1, mis en ligne le 1er avril 2011, consulté le 11 janvier 2015, <http//map.revue.org/938>.

4 Dernier renversement en date : désormais l’attraction Pirates des Caraïbes de Disneyland Paris, qui a été rénovée (rouverture le 24 juillet 2017), a été enrichie de plusieurs apparitions du personnage principal des films, Jack Sparrow. Ainsi l’attraction a inspiré une série de films qui, eux-mêmes, remodèlent celle-ci.

5 Jacqueline Nacache, « Comment penser les remakes américains ? », Positif, juin 1999, n° 460, p. 80.

6 Même s’il s’agit de trophées plutôt internes à l’entreprise, le palmarès est largement diffus. De plus, le fait même d’instituer ce système de récompenses (qui mime les Oscars) revêt un fort caractère symbolique.

7 « Nostalgie : l’équipe de La Belle et la Bête se réunit pour les 25 ans du film d’animation », Shadows44, 13 mai 2016, 3DVF, <http://www.3dvf.com/actualite-16706-nostalgie-l-eacute;quipe-belle-et-b-ecirc;te-se-r-eacute;unit-25-ans-film-d-animation.html>. Dernière consultation le 1er décembre 2016.

8 Op. cit., p. 78.

9 Raphaëlle Moine, Remakes : Les films français à Hollywood, Paris, CNRS édition, 2007, p. 103.

10 AFP, « Disney touche le jackpot en revisitant ses grands classiques », La Croix, 20 avril 2016. <https://www.la-croix.com/Economie/Disney-touche-jackpot-revisitant-grands-classiques-2016-04-20-1300754777>. Dernière consultation le 1er décembre 2016.

11 Excepté évidemment le nom de Walt Disney, « the man who was a studio », pour reprendre le titre du premier chapitre du livre de John G. West, Walt Disney and Live Action: The Disney Studio’s Live-Action Features of the 1950s and 60s, Theme Park Press, 2016. Cette remarque sur l’effacement du nom est cependant à nuancer, en particulier pour ces remakes live action dont le nom du réalisateur est parfois mis en avant comme Tim Burton ou encore Kenneth Branagh.

12 Mathilde Cesbron, « Les 14 remakes de dessins animés que Disney nous prépare », Le Point POP, 2 avril 2016. <http://www.lepoint.fr/pop-culture/cinema/les-14-remakes-de-dessins-animes-que-disney-nous-prepare-02-04-2016-2029495_2923.php>. Dernière consultation le 2 décembre 2016.
Julia Beyer, « Disney s’attaque à un remake de Mulan en chair et en os », Le figaro.fr, 31 mars 2015.<http://www.lefigaro.fr/cinema/2015/03/31/03002-20150331ARTFIG00240-disney-s-attaque-a-un-remake-de-mulan-en-chair-et-en-os.php>. Dernière consultation le 2 décembre 2016.

13 Marie-Lucie Walch, « Ces 10 dessins animés que Disney va bientôt recycler en films live », L’Express, 23 juillet 2015. <http://www.lexpress.fr/culture/cinema/ces-10-dessins-animes-que-disney-va-bientot-recycler-en-films-live_1700607.html>. Dernière consultation le 2 décembre 2016.

14 Cf. Frank Thomas et Ollie Johnston, The Illusion of Life – Disney Animation, New York, Disney Editions,1981.

15 Jean-Baptiste Massuet, Quand le dessin animé rencontre le cinéma en prises de vues réelles : modalités historiques, théoriques et esthétiques d’une scission-assimilation entre deux régimes de représentation, Université Rennes 2, 2013, <NNT: 2013REN20050>, p. 28.

16 Voir le livre de John G. West, Walt Disney and Live Action: The Disney Studio’s Live-Action Features of the 1950s and 60s, op. cit.

17 Marcel Jean, Le Langage des lignes, Montréal, Les 400 Coups Cinéma, 2007, p. 24.

18 Bastien Cheval, Le cinéma d’animation et l’interrogation du réel : hybridations et enchevêtrements du domaine de l’humain et de l’image par image, Université Paul Valéry - Montpellier III, 2014, <NNT : 2014MON30073>, p. 93.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bérénice Bonhomme, « Disney, remakes et reprises », Mise au point [En ligne], 10 | 2018, mis en ligne le 15 janvier 2018, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/map/2423 ; DOI : 10.4000/map.2423

Haut de page

Auteur

Bérénice Bonhomme

LARA-SEPPIA, Université de Toulouse, UT2J, Toulouse, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page