Navigation – Plan du site

Du tableau à la séquence
Revoir Hopper (Gustav Deutsch, Shirley, 2013)

Livio Belloï

Résumé

Avec Shirley (2013), l’artiste autrichien Gustav Deutsch s’est engagé dans un projet audacieux, consistant à recréer, à incarner et à animer, dans le cadre d’un processus narratif, treize tableaux du peintre américain Edward Hopper. Après avoir retracé la genèse de Shirley, le présent article s’interroge sur la notion de remake quant à cette œuvre si singulière. Il se focalise plus précisément sur la transposition, dans la première partie du film, d’un tableau spécifique de Hopper : New York Movie (1939). Une mise en regard du tableau et de la séquence qui s’en inspire permet de dégager, à l’œuvre dans Shirley, un rapport singulier entre la citation et le détournement. Pour Deutsch, le remake de Hopper ne constitue, somme toute, qu’un point de départ, une configuration visuelle que le cinéaste se sent libre de remodeler à sa guise. Dans cette mesure, Shirley s’inscrit en une relation de parfaite continuité avec les œuvres de found footage pour lesquelles Deutsch est surtout connu.

Haut de page

Dédicace

À la mémoire de Cesira Novello (1931-2017)

Texte intégral

  • 1 Sur Film ist., voir notamment Livio Belloï, Film ist. La pensée visuelle selon Gustav Deutsch, Laus (...)
  • 2 Gustav Deutsch, Shirley. Visions of Reality, KGP Kranzelbinder Gabriele Production, 93’, 2013.

1L’année 2013 a vu l’apparition d’un singulier objet de cinéma. Cette année-là en effet, l’artiste autrichien Gustav Deutsch, grand maître du cinéma de found footage, auteur notamment de la monumentale trilogie Film ist. (1996-2009)1, sortait sur nos écrans son premier film de fiction tourné avec des acteurs de chair et de sang. Avec Shirley (du nom de son personnage principal), sous-titré Visions of Reality2, Deutsch s’engageait dans un pari pour le moins audacieux, puisqu’il s’agissait, en la circonstance, de recréer, d’incarner et d’animer treize tableaux du peintre américain Edward Hopper.

  • 3 Pour un aperçu de cette installation, voir Gustav Deutsch et Hanna Schimek, Shirley, der Film/the F (...)

2En termes généalogiques, Shirley est le point d’aboutissement d’un processus relativement long, scandé par différentes phases qui déclinent, chacune à leur manière, la notion même de remake ou de reprise. Le premier remake dont Shirley dérive tient de l’installation multimédia. En 2008-2009, dans le cadre d’une exposition intitulée Western Motel : Edward Hopper and Contemporary Art organisée par la Kunsthalle (Vienne), Deutsch livre un premier état de sa réflexion quant à l’œuvre du peintre. D’une part, il expose des répliques-miniatures, à l’échelle et en trois dimensions, de dix tableaux de Hopper ; de l’autre, il recrée, non plus à l’échelle, mais grandeur nature, le décor de Western Motel (1957), tableau bien connu qui tenait lieu d’illustration à l’affiche même de l’exposition. Tout le dispositif est conçu de telle sorte que les visiteurs de la Kunsthalle puissent investir et occuper, littéralement, l’espace imaginé par le peintre et recréé par le cinéaste3.

  • 4 Ibid. p. 9.

3La deuxième phase du processus aura consisté à peupler cet espace en trois dimensions et à y tourner un premier court métrage portant le même titre que le tableau dont il s’inspire. C’est là, comme l’a observé Gabriele Kranzelbinder4, le « pilote » de Shirley.

  • 5 Rappelons au passage que Gustav Deutsch est architecte de formation (études effectuées entre 1970 e (...)

4À partir de 2010, le projet prend une tournure strictement architecturale5. Au décor propre à Western Motel, devaient s’adjoindre des reconstitutions grandeur nature et minutieuses jusqu’au moindre détail de douze autres tableaux de Hopper, puisés un peu partout dans son œuvre, entre 1931 et 1965. Une fois ces décors réalisés, il ne restait plus au cinéaste qu’à y disposer des acteurs et à y déployer un récit connectant entre eux les différents tableaux devenus vivants. Autant dire, dès lors, que Shirley procède fondamentalement de remakes en chaîne, à l’intérieur d’une vaste constellation où s’entrecroisent tour à tour peinture, cinéma, architecture, exposition et installation.

  • 6 C’est d’ailleurs sur une citation d’Emily Dickinson que Shirley, par la voix intérieure de son héro (...)

5La structure générale de Shirley appelle quelques mots de commentaire. Le prologue du film s’affiche comme une reconstitution de Chair Car, tableau daté de 1965 – soit la plus tardive des œuvres de Hopper que Deutsch ait entrepris de recréer. Incarnée par Stephanie Cumming, Shirley entre dans le wagon par la droite et prend place sur un siège. De son sac à main, elle extrait bientôt un livre qu’elle se met à feuilleter. Un raccord dans l’axe nous révèle qu’il s’agit d’un ouvrage d’Emily Dickinson (1830-1886), la poétesse favorite de Hopper6. Ainsi visualisée, la couverture du livre nous fait signe en ce qu’elle reproduit, précisément, Western Motel, mais dans la version retravaillée par Deutsch, ce qui produit au passage un effet de miroitement, sinon de mise en abyme. S’ensuit un lent zoom avant braqué sur la couverture de l’ouvrage, qui débouche sur un effet de flou. C’est sur cet amas de couleurs informes que finissent par se détacher les titre et sous-titre de l’œuvre, avant que ne s’amorce la première séquence du film.

  • 7 À ce sujet, voir Livio Belloï, op. cit., p. 212-218. Pour l’occasion, Deutsch réactive le thème du (...)
  • 8 Si les tableaux de Hopper déterminent la date à laquelle se déroulent les différentes séquences de (...)

6À l’autre bout du récit, nous retrouvons cette même masse informe vis-à-vis de laquelle la caméra entame cette fois un mouvement inverse, recadrant Shirley dans la voiture-salon inaugurale, alors qu’elle s’apprête à partir pour Rome rejoindre la troupe du Living Theatre, en vue de travailler avec le compositeur italien Luigi Nono. Récit encadré, dès lors, qui mise pleinement sur les pouvoirs imagés de la lecture, thème déjà exploré dans le segment 11.3 de Film ist.7. Récit enchâssé qui, dans cette structure même, trouve son ordonnancement temporel : si Chair Car constitue bel et bien le tableau le plus tardif auquel Deutsch ait choisi de donner vie, tous les autres lui sont forcément antérieurs. Ce qui signifie que le corps du film peut se lire comme une succession de flash-back, chaque nouvelle séquence prenant place, en termes de chronologie, à la date même à laquelle le tableau correspondant de Hopper a été composé8.

  • 9 Walter Wells, Un Théâtre silencieux : l’art d’Edward Hopper, Paris, Phaidon, 2007, p. 224.
  • 10 Wells a bien mis en évidence la propension de Hopper à représenter des salles de spectacle (Two on (...)
  • 11 S’appuyant sur la présence des plafonniers dans la portion gauche de l’image, Walter Wells livre un (...)

7Mais allons voir les choses de plus près et penchons-nous, en la circonstance, sur la quatrième séquence de Shirley, basée sur New York Movie (1939), le « tableau « cinématographique » le plus puissant de Hopper » selon son exégète Walter Wells9. Le trait le plus immédiatement remarquable, quant à ce tableau, tient à son caractère bipartite très affirmé : à gauche, la salle de cinéma proprement dite10 ; à droite, l’ouvreuse, saisie dans une posture d’attente, comme envahie par l’ennui. Au centre, une masse sombre, constituée d’un mur et d’une colonne, qui obstrue la représentation et bloque le regard. Alors que, dans son principe, New York Movie se donne pour ambition de représenter un espace un et homogène, le tableau s’offre à nous comme un diptyque, voire, osons l’expression, comme un écran divisé11.

  • 12 Ces dessins préparatoires sont conservés par le Whitney Museum of American Art. Il est loisible de (...)

8Aussi étrange qu’elle puisse paraître, cette division du tableau n’est pas pour autant inexplicable : elle doit être rapportée, en l’occurrence, à un fait de genèse. New York Movie est connu pour être le tableau de Hopper qui aura exigé le plus grand nombre de croquis préparatoires (54 en tout)12. À consulter ces croquis, l’on se rend compte que ce tableau, s’il n’est pas un diptyque au sens strict du terme, s’avère bien être, à tout le moins, un composite ou un conglomérat. En fait, les deux portions latérales du tableau renvoient à deux salles de cinéma distinctes. Celle de gauche correspond à un croquis esquissé au Palace Theatre, celle de droite à des dessins préparatoires exécutés au Strand (deux salles de cinéma de Broadway que le peintre fréquentait assidûment). Pour composer New York Movie, Hopper procède ainsi à une juxtaposition de deux lieux distincts, qui en forment un troisième, pure invention de ce tableau. Il y a donc là une manière de collage ou de montage. La masse sombre située au centre de l’image est ce qui aura contribué à raccorder les deux lieux, à les souder. C’est une couture, mais c’est aussi une sorte de balafre que le peintre n’a aucunement cherché à estomper.

9De part et d’autre de cette couture, qui occupe à elle seule près d’un tiers du tableau, Hopper s’est employé à tisser tout un réseau de dichotomies qui forment la charpente même de l’œuvre. En premier lieu, la salle et le hall s’opposent comme s’opposent pénombre et lumière. La salle, sur la gauche, est le lieu du divertissement, de la consommation ; le hall, quant à lui, sur la droite, est le lieu du travail et, en l’occurrence, de l’ennui. En termes spatiaux, la salle offre une profondeur assez ample, dans laquelle le regard a tout loisir de s’enfoncer, avec l’écran de cinéma, au fond de l’image, pour seule limite ; l’espace du hall, à l’inverse, obéit à une profondeur plus restreinte, le regard venant d’abord buter sur la silhouette féminine, puis sur le rideau rouge qui annonce la volée d’escaliers et fait partiellement obstacle.

  • 13 Michael Fried, La Place du spectateur. Esthétique et origines de la peinture moderne [1980, 1988], (...)

10L’opposition est également le schème qui préside aux rapports entre les figures humaines représentées : pluriel dans la salle, où sont assis deux personnages, contre singulier dans le hall. Les spectateurs dans la salle sont de surcroît figurés de dos, à peu près dans la même position que celle qu’occupe le spectateur devant le tableau, alors que l’ouvreuse se présente à nous de profil, dans un rapport de quasi-perpendicularité vis-à-vis des éléments de décor qui l’entourent. Eux sont assis, elle est debout. Eux adoptent une posture centrifuge, leur regard se projetant dans l’image que l’écran leur donne en pâture ; elle observe une posture plutôt centripète, entre repli sur soi et auto-absorbement (pour reprendre, en l’adaptant quelque peu, le concept forgé par l’historien de l’art Michael Fried13). En d’autres termes, la césure autour de laquelle le tableau s’articule sépare deux univers posés comme strictement antagoniques. Entre l’espace de la salle et celui du hall, Hopper érige une barrière qui paraît étanche, infranchissable.

11Introduit par deux intertitres véhiculant des informations de temps et de lieu (« Monday, August 28th 1939 », « New York, 10 p.m. »), sur lesquels se donne à entendre une voix radiophonique relatant des événements arrivés en ce jour précis, le remake cinématographique que Deutsch livre de New York Movie frappe d’abord par sa rigoureuse précision. Tout y est : à gauche, la salle de cinéma avec ses deux seuls spectateurs visibles ; isolée à droite, dans l’espace du hall, l’ouvreuse, qui prend en l’occurrence les traits du personnage de Shirley ; au centre, la colonne et le mur, qui font césure. Mais, sous cette conformité apparente, il convient de pointer les transformations multiples que le cinéaste imprime au tableau dont il s’inspire.

  • 14 « Hollywood is a dead end. Everybody comes back. Like Clifford. After Waiting for Lefty and Awake a (...)
  • 15 À l’affiche de Golden Boy, l’on retrouve non seulement Elia Kazan, mais aussi un certain Jules Garf (...)
  • 16 Engagé à Hollywood comme scénariste, Odets continuera à écrire des pièces de théâtre dont certaines (...)

12La première question à se poser de ce point de vue est sans conteste celle de l’écran. Dans New York Movie, Hopper réserve à ce dernier une place relativement restreinte : sur la gauche du tableau, nous ne voyons guère qu’un fragment de l’écran, à la surface duquel se laisse deviner un paysage montagneux, enneigé, vierge de toute figure humaine. La première intervention de Deutsch quant au matériau-source consiste précisément à élargir l’espace dévolu à l’écran, de telle sorte qu’une scène de film puisse venir s’y projeter, fût-ce partiellement. Ce film, que Deutsch incruste dans la scène hopperienne, n’est autre que Dead End (Rue sans issue, 1937) de William Wyler, avec Sylvia Sidney, Humphrey Bogart et Joel McCrea dans les rôles principaux – un film qu’en termes de vraisemblance historique élémentaire, le personnage de Shirley aurait en effet très bien pu voir en 1939. Mais là n’est pas le plus important. Comme le personnage féminin y fait allusion dans son monologue intérieur, le film de Wyler adapte en fait une pièce de théâtre écrite en 1935 par Sidney Kingsley (1906-1995) et produite par le Group Theatre, cette troupe new-yorkaise d’avant-garde fondée en 1931 par Lee Strasberg, Cheryl Crawford et Harold Clurman. Séduit par cette pièce dépeignant les bas-fonds d’un quartier de New York, le producteur Samuel Goldwyn en racheta les droits (pour « 165 000 dollars », précise Shirley), avant d’en confier la réalisation à William Wyler. Quant au « Clifford » évoqué dans le monologue de Shirley14, il s’agit bien sûr de Clifford Odets (1906-1963), l’auteur de pièces engagées comme Waiting for Lefty (1935, avec Elia Kazan dans la distribution) et Golden Boy (1937)15, lui aussi membre du Group Theatre et entretenant des relations assez tortueuses avec l’industrie cinématographique hollywoodienne16.

13C’est précisément ce film projeté qui va permettre à Deutsch de subvertir le dispositif hopperien originel. Pour le cinéaste, il s’agit, plus spécifiquement, de rétablir une communication entre les deux espaces initialement disjoints. Ce décloisonnement s’opère avant tout par le biais du son. Alors que la caméra entame un lent pano-travelling vers la silhouette de Shirley, cette dernière récite au mot près, et en voix in, ce qui est suffisamment rare pour être souligné, les répliques prononcées par le personnage féminin dans le film de Wyler. Pour l’anecdote, ce personnage n’est autre que la mère du gangster Baby Face Martin (Bogart), incarnée par Marjorie Main, actrice qui tenait le même rôle dans la pièce de Kingsley. L’imitation qu’en livre Shirley accentue le côté las et traînant de cette voix, de cette sorte de miaulement un peu plaintif, dont elle semble gentiment se moquer en le contrefaisant. Si Shirley est capable de faire siennes ces répliques, ce n’est pas en raison de son métier d’ouvreuse, qui aurait vu le film des dizaines, voire des centaines de fois : c’est plutôt que, dans le scénario imaginé par Deutsch, elle est une actrice du Group Theatre, qui a joué dans la version originale de Dead End. En cela, Shirley est particulièrement bien placée pour juger des mérites respectifs de Kingsley et de Wyler – même si, aujourd’hui, comme elle le signifie à deux reprises en voix intérieure, elle avoue préférer le rôle, moins en vue, plus marginal, de « l’ouvreuse » (usherette).

14Depuis sa position de retrait, Shirley formule un plaidoyer en faveur du théâtre contre le cinéma, pour Kingsley contre Wyler. À ses yeux, le film de Wyler (qui n’était évidemment pas choisi au hasard) est exemplaire du fait que l’industrie hollywoodienne elle-même est une voie sans issue (« a dead end »). Tel est du reste le paradoxe qui travaille et traverse cette séquence : si Deutsch vise à faire tomber la barrière entre les deux espaces juxtaposés par Hopper, c’est pour mieux y réinstaller une dichotomie mettant aux prises, d’une part, le théâtre engagé, progressiste, soucieux de problématiques sociales tel que le pratique le Group Theatre et, de l’autre, le cinéma hollywoodien, que le personnage de Shirley perçoit comme aliéné et aliénant, inféodé aux pleins pouvoirs des producteurs.

  • 17 Il est à noter que cette séquence n’est pas la seule qui, dans Shirley, convoque le cinéma. Variati (...)

15Après l’intervention de Shirley, Deutsch revient, en termes de cadrage, à la configuration initiale, la plus proche du tableau de Hopper. Dans la deuxième partie de cette séquence, le cinéaste fait porter l’attention sur l’autre pan de la représentation, soit la salle de cinéma elle-même. Sur l’écran second, se profile une autre séquence de Dead End, qui est comme le double de la première. Ce sont les retrouvailles de Baby Face Martin, non plus avec sa mère (auprès de laquelle il a essuyé un rejet particulièrement brutal), mais avec son amour de jeunesse, Francey, incarné par Claire Trevor, dont ce sera d’ailleurs l’unique apparition dans le film de Wyler. Là encore, les retrouvailles tournent à l’aigre, Baby Face Martin découvrant que son ancienne fiancée, acculée par la pauvreté, a sombré dans la prostitution. En échantillonnant ces quelques plans (et c’est également vrai de la séquence précédente), Deutsch joue le jeu de son héroïne et lui prête main forte : il réduit le film de Wyler à ce qu’il est dans le fond, à savoir un mélodrame académique et larmoyant, vidé de toute critique sociale explicite, dénaturant, en cela, la pièce originelle de Kingsley17.

  • 18 Gustav Deutsch et Hanna Schimek, op. cit., p. 108.
  • 19 Cette double logique de la reconstitution et du détournement permet de faire le départ entre Shirle (...)

16Dans un entretien daté de 2013, Deutsch précise qu’il a approché les tableaux de Hopper comme si ces derniers étaient des « instantanés » (snapshots), qu’il s’est employé à transformer, par expansion, en des séquences de six à huit minutes18. En d’autres termes, avec Shirley, Deutsch élabore un récit au départ d’un nombre limité d’images tutrices qu’il se sent libre de manipuler à sa guise. Aussi faut-il distinguer, dans sa démarche et pour chacune des séquences concernées, deux moments spécifiques : d’une part, le moment de la citation ou du remake au sens strict, ce que l’on pourrait nommer le moment-Hopper dans les différents tableaux vivants de Shirley ; et, de l’autre, plus fondamental et nettement plus riche d’enjeux, le moment de la subversion ou du détournement, à la faveur duquel le cinéaste fait dévier ou dériver les tableaux du peintre américain19. À cet égard, Shirley n’est en rien le tournant radical que nombre de commentateurs ont voulu y voir. Sous de multiples aspects, le film de Deutsch s’inscrit en une relation de continuité et de parfaite cohérence avec ses grandes œuvres de found footage.

Haut de page

Bibliographie

Thom Andersen et Noël Burch, Les Communistes de Hollywood. Autre chose que des martyrs, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle (coll. « L’œil vivant »), 1994.

Livio Belloï, Film ist. La pensée visuelle selon Gustav Deutsch, Lausanne, L’Âge d’Homme (coll. « Histoire et esthétique du cinéma »), 2013.

Wilbirg Brainin-Donnenberg et Michael Loebenstein (dir.), Gustav Deutsch, Wien, Synema, 2009.

Michael Cowan, « Les rythmes du désir filmique chez Gustav Deutsch », Intermédialités, n° 16, 2010, p. 209-216.

Gustav Deutsch et Hanna Schimek, Shirley, der Film/the Film, Visions of Reality, die Austellung/the Exhibition, Wien, Verlag für Moderne Kunst, 2013.

Michael Fried, La Place du spectateur. Esthétique et origines de la peinture moderne [1980, 1988], Paris, Gallimard (coll. « Nrf essais »), 1990.

Helen Krich Chinoy, The Group Theatre : Passion, Politics, and Performance in the Depression Era, New York, Palgrave Macmillan, 2013.

Deborah Lyons, Brian O’Doherty et Adam D. Weinberg, Edward Hopper. De l’œuvre au croquis, Paris, Éditions Prisma, 2012.

Wendy Smith, Real Life Drama : The Group Theatre and America, 1931-1940, New York, Knopf, 1990.

Walter Wells, Un Théâtre silencieux : l’art d’Edward Hopper, Paris, Phaidon, 2007.

Haut de page

Notes

1 Sur Film ist., voir notamment Livio Belloï, Film ist. La pensée visuelle selon Gustav Deutsch, Lausanne, L’Âge d’Homme (coll. « Histoire et esthétique du cinéma »), 2013 et Michael Cowan, « Les rythmes du désir filmique chez Gustav Deutsch », Intermédialités, n° 16, 2010, p. 209-216. Pour un point de vue plus panoramique sur l’œuvre de Deutsch, voir Wilbirg Brainin-Donnenberg et Michael Loebenstein (dir.), Gustav Deutsch, Wien, Synema, 2009.

2 Gustav Deutsch, Shirley. Visions of Reality, KGP Kranzelbinder Gabriele Production, 93’, 2013.

3 Pour un aperçu de cette installation, voir Gustav Deutsch et Hanna Schimek, Shirley, der Film/the Film, Visions of Reality, die Austellung/the Exhibition, Wien, Verlag für Moderne Kunst, 2013, p. 28-29 et 34. Outre des articles signés par Brigitte Felderer et Olaf Möller, cet ouvrage comprend un long entretien avec Gustav Deutsch et sa collaboratrice Hanna Schimek (nous allons y revenir), ainsi que de nombreux dessins, plans et photos de plateau.

4 Ibid. p. 9.

5 Rappelons au passage que Gustav Deutsch est architecte de formation (études effectuées entre 1970 et 1979 à l’Université technique de Vienne).

6 C’est d’ailleurs sur une citation d’Emily Dickinson que Shirley, par la voix intérieure de son héroïne, se clora.

7 À ce sujet, voir Livio Belloï, op. cit., p. 212-218. Pour l’occasion, Deutsch réactive le thème du bovarysme, tel qu’il a été conceptualisé, dès 1902, par le philosophe Jules de Gaultier.

8 Si les tableaux de Hopper déterminent la date à laquelle se déroulent les différentes séquences de Shirley (chronologiquement, de 1931 à 1965), c’est Deutsch qui en choisit le lieu (de Paris à New York, en passant par Los Angeles, New Haven, Albany, etc.), le jour (le 28 août, à une exception près) et l’heure (matinée ou soirée).

9 Walter Wells, Un Théâtre silencieux : l’art d’Edward Hopper, Paris, Phaidon, 2007, p. 224.

10 Wells a bien mis en évidence la propension de Hopper à représenter des salles de spectacle (Two on the Aisle, 1927 ; The Sheridan Theater, 1937 ; First Row Orchestra, 1951 ; Intermission, 1963, etc.). Il va jusqu’à formuler l’hypothèse, assez séduisante, d’un « Hopper imprésario » (ibid. p. 223-241).

11 S’appuyant sur la présence des plafonniers dans la portion gauche de l’image, Walter Wells livre une lecture un peu différente de la structure propre à ce tableau : « Un rideau et une colonne ornementale divisent le tableau en deux, tandis que seuls ces étranges plafonniers lumineux situés dans la partie obscure font apparaître des couleurs qui enveloppent l’ouvreuse de l’autre côté de la colonne. Sans ces plafonniers, le tableau serait un diptyque formé de deux images reliées mais séparées, celle de l’ouvreuse indifférente au film et celle des spectateurs assis loin d’elle. » (ibid. p. 229) Pour Wells, les plafonniers en question auraient ainsi valeur de traits d’union entre les deux espaces.

12 Ces dessins préparatoires sont conservés par le Whitney Museum of American Art. Il est loisible de les consulter en ligne à l’adresse suivante : <http://whitney.org/Exhibitions/HopperDrawing/Explore> (dernière consultation : le 6 août 2017). Sur la pratique et l’importance du croquis pour Hopper, voir Deborah Lyons, Brian O’Doherty et Adam D. Weinberg, Edward Hopper. De l’œuvre au croquis, Paris, Éditions Prisma, 2012. En consultant les carnets de travail de Hopper, l’on découvre notamment que Shirley est en fait le surnom que le peintre attribuait au personnage de la secrétaire dans le tableau intitulé Office at Night (1940) – œuvre elle aussi convoquée et retravaillée dans Shirley. En d’autres termes, le prénom du personnage de Deutsch et, par rebond, le titre de son film constituent également des emprunts, plus discrets, à Hopper.

13 Michael Fried, La Place du spectateur. Esthétique et origines de la peinture moderne [1980, 1988], Paris, Gallimard (coll. « Nrf essais »), 1990.

14 « Hollywood is a dead end. Everybody comes back. Like Clifford. After Waiting for Lefty and Awake and Sing !, Hollywood offered 4000 dollars a week. He resisted at first. But then, Paradise Lost went into trouble at the box office. So he went. A communist in Hollywood ». Cette dernière phrase fait évidemment songer à l’important ouvrage de Thom Andersen et Noël Burch : Les Communistes de Hollywood. Autre chose que des martyrs, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle (coll. « L’œil vivant »), 1994.

15 À l’affiche de Golden Boy, l’on retrouve non seulement Elia Kazan, mais aussi un certain Jules Garfield, de son vrai nom Julius Garfinkle, qui, en cinéma, allait devenir John Garfield (Tay Garnett, The Postman Always Rings Twice, 1946 ; Robert Rossen, Body and Soul, 1947 ; Abraham Polonsky, Force of Evil, 1948, etc.).

16 Engagé à Hollywood comme scénariste, Odets continuera à écrire des pièces de théâtre dont certaines feront par la suite l’objet d’adaptations à l’écran. C’est le cas, exemplairement, de Clash by Night (Fritz Lang, 1952) et de The Big Knife (Robert Aldrich, 1955). Sur le Group Theatre, voir principalement Wendy Smith, Real Life Drama : The Group Theatre and America, 1931-1940, New York, Knopf, 1990 et Helen Krich Chinoy, The Group Theatre : Passion, Politics, and Performance in the Depression Era, New York, Palgrave Macmillan, 2013.

17 Il est à noter que cette séquence n’est pas la seule qui, dans Shirley, convoque le cinéma. Variation autour du tableau intitulé Intermission (1963), la douzième séquence du film met en scène Shirley alors qu’elle assiste, dans une salle quasiment déserte, à la projection d’un film. Fait notable : le film en question, Une aussi longue absence (Henri Colpi, 1961), reste strictement confiné au hors-champ, conformément au dispositif imaginé par Hopper. Le film de Colpi (sur un scénario de Marguerite Duras) se laisse cependant reconnaître par sa bande-son, au travers de quelques fragments de dialogue entre Alida Valli et Georges Wilson et de la chanson « Trois petites notes de musique » composée par Georges Delerue.

18 Gustav Deutsch et Hanna Schimek, op. cit., p. 108.

19 Cette double logique de la reconstitution et du détournement permet de faire le départ entre Shirley et les travaux, assez proches en apparence, de la jeune plasticienne néerlandaise Laetitia Molenaar. Depuis 2010, Molenaar s’est attachée elle aussi à reproduire en trois dimensions et en miniature des tableaux de Hopper (voir son site : <https://laetitiamolenaar.com>, dernière consultation : le 7 août 2017). Mais la seule modification qu’elle y introduit tient au fait qu’elle s’incruste dans l’univers de Hopper, se glissant dans la peau des personnages féminins figurés par le peintre (c’est-à-dire, en un certain sens, dans la peau de Josephine Hopper, son épouse, qui était aussi son modèle féminin attitré). Chez Deutsch, la reconstitution est le point de départ ; chez Molenaar, c’est en quelque sorte le point d’aboutissement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Livio Belloï, « Du tableau à la séquence
Revoir Hopper (Gustav Deutsch, Shirley, 2013)
 », Mise au point [En ligne], 10 | 2018, mis en ligne le 15 janvier 2018, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/map/2451 ; DOI : 10.4000/map.2451

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page