Navigation – Plan du site

Entre trahison et restitution :
Controverses autour des ressorties françaises du serial
Les Mystères de New York

Marie Frappat

Résumés

Les serials de Pearl White The Exploits of Elaine, The New Exploits of Elaine et The Romance of Elaine sortent en France, semaine après semaine, en 1915 et 1916, dans une version raccourcie par Pathé, sous le titre Les Mystères de New York. Ils ont un énorme succès. En 1929, ils ressortent à l’occasion de l’ouverture du cinéma l’œil de Paris, dans une adaptation attribuée par certains à Jean Epstein. Beaucoup de personnes sont choquées par cette version qui suscite des débats houleux sur la manière dont les films devraient être respectés au même titre que les œuvres d’art. Une autre copie est retrouvée plus tard par la Coopérative internationale du film indépendant qui établit une nouvelle version en 1932 considérée comme davantage respectueuse de l’esprit de l’original. Pourrait-on voir là les débuts d’une nouvelle façon de traiter les films anciens et de rechercher une forme d’intégrité dans leur réédition, ce qui sera plus tard appelé « restauration » ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire de la restauration, voir Marie Frappat, L’Invention de la restauration des films, th (...)

1Depuis plusieurs années, et notamment depuis la conversion au numérique de toute la chaîne de production, de distribution et d’exploitation des films, les entreprises de restauration, dé-restauration et re-restauration se sont multipliées, tout comme l’on ne compte plus les rééditions d’un même film. Aucune restauration n’ose, depuis les années 2000, se présenter comme définitive et, plus généralement, on voit régulièrement fleurir de nouvelles éditions qui sont conçues comme des réponses à des éditions antérieures1.

2On peut penser qu’il y a dans ces restaurations et ces rééditions successives une nouvelle forme de sérialité : après une reconstitution « incomplète », une autre viendra qui sera le fruit de la mise au jour de nouveaux éléments ou de nouvelles découvertes concernant l’histoire du film ; après une réédition limitée techniquement ou destinée exclusivement à tel ou tel support, on appliquera dans la suivante des techniques de transfert et de traitement de l’image et du son considérées comme plus performantes ; après la sortie d’une version jugée scandaleuse, les fans ou les puristes appelleront de leurs vœux une nouvelle version qui soit davantage fidèle à ce qu’ils pensent être l’œuvre originale, même si celle-ci a existé dès le départ sous des formes multiples.

  • 2 Voir par exemple à ce sujet Will Brooker, Using the Force: Creativity, Community and Star Wars Fans(...)

3Bien avant La Guerre des étoiles, dont les transformations lors des multiples ressorties et rééditions vidéo ont suscité tant de débats auprès des fans2, l’un des premiers films dont les différentes reprises ont occasionné de telles controverses fut lui aussi un objet de la culture populaire. Le plus fameux des serials américains, Les Mystères de New York, avec Pearl White, sorti en France à partir de décembre 1915, a connu deux nouvelles versions françaises tardives, en 1929 puis en 1932. À l’occasion de ces ressorties la question s’est posée du respect d’une œuvre, dans sa lettre comme dans son esprit, ainsi que du respect, à travers elle, de ses spectateurs, de leurs souvenirs et de leur rapport intime à ce film.

Le serial de 1915-1916 : un film aux multiples visages

  • 3 Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé-Cinéma (1915-1916-1917-1918), Bures-sur-Yvette, Éditions He (...)

4Les Mystères de New York, dont le premier épisode est projeté en France à partir du 3 décembre 1915, se présente dès le départ comme la version française remaniée de trois serials américains réalisés par Louis Gasnier et George B. Seitz, centrés sur le personnage d’Elaine Dodge interprétée par Pearl White. The Exploits of Elaine, The New Exploits of Elaine et The Romance of Elaine, constitués respectivement de 14, 10 et 12 épisodes de deux bobines chacun (two reels, c’est-à-dire deux bobines de 300 mètres à l’époque), sortent semaine après semaine aux États-Unis à partir du 28 décembre 1914, du 5 avril 1915 et du 16 juin 1915. Ces trois serials de 36 épisodes en tout (21 600 mètres) font l’objet, en vue de leur sortie française, d’une compilation et d’une adaptation par Pathé qui les distribue en 22 épisodes de 600 mètres chacun, soit un total de 13 200 mètres3.

  • 4 Voir par exemple l’affiche conservée à la Bibliothèque historique de la ville de Paris sous la cote (...)
  • 5 La novellisation et les stratégies d’adaptation ont été analysées par Amélie Chabrier, dans « Les M (...)

5Aux États-Unis déjà, les aventures de la fille du banquier Taylor Dodge et du détective Craig Kennedy (devenu le détective scientifique français Justin Clarel dans la version française), aux prises avec le gang de la Main qui étreint et son chef l’Homme au mouchoir rouge, avaient été relatées conjointement par la presse et par le cinéma, la sortie des films étant accompagnée de leur publication en feuilleton. Après avoir remporté un « succès formidable » auprès de « 4 500 000 lecteurs4 », ces aventures sont adaptées en français par Pierre Decourcelle, publiées par le quotidien Le Matin à partir du 27 novembre 1915, une semaine avant la sortie de chaque épisode au cinéma, et reprises par différents journaux régionaux5.

  • 6 23 f. dactyl., 4-COL-4 (3202).
  • 7 En Belgique, c’est la même répartition qui est adoptée pour la projection des Mystères de New York (...)

6Reprenant et combinant les trois serials américains, les treize premiers épisodes cinématographiques sont consacrés à la Main qui étreint, les six suivants à la lutte contre la secte du Serpent noir des Chinois Wu Fang et Long Sin, et les trois derniers au combat contre un espion étranger nommé Del Mar. Selon le scénario déposé à la Bibliothèque nationale de France en 19166, les vingt-deux épisodes ont pour titres : (1) La main qui étreint, (2) Le Sommeil sans souvenir, (3) La Prison de fer, (4) Le portrait qui tue, (5) La Chambre turquoise, (6) Sang pour sang, (7) Le Clocher de Darnemouth, (8) La Voix mystérieuse, (9) Les Rayons rouges, (10) Le Baiser mortel, (11) Le Bracelet de platine, (12) La Ville chinoise, (13) L’Homme au mouchoir rouge, (14) La Maison hantée, (15) Le Secret de la bague, (16) Les Pirates de l’air, (17) Les Deux Elaine, (18) Les Roses rouges, (19) La Goélette « La Panthère », (20) L’Invention de Justin Clarel, (21) La Malle verte, (22) Le Sous-marin X237.

  • 8 Jean-Jacques Meusy, op. cit., p. 439.
  • 9 Les 20 épisodes des Perils of Pauline sont condensés en 9 épisodes dans Les Exploits d’Elaine : (1) (...)
  • 10 Francis Lacassin, Pour une contre-histoire du cinéma, Lyon, Arles, Institut Lumière, Actes Sud, 199 (...)

7Le premier épisode, La main qui étreint, sort le 3 décembre 1915 dans 156 salles en France dont 54 salles parisiennes8. Le succès est tel que neuf épisodes du serial antérieur interprété par Pearl White, intitulé en anglais The Perils of Pauline, verront leur héroïne renommée et seront distribués après coup à partir du 4 août 1916 en français sous le titre Les Exploits d’Elaine9 (ce qui peut facilement prêter à confusion dans l’identification des films). Autre signe de succès, de nombreuses parodies sont mises en scène : Le pied qui étreint de Jacques Feyder, Les Mystères du jambon d’York, La main qui éteint, Max et la main qui étreint avec Max Linder10.

  • 11 Cette résolution présentée à la Chambre des députés le 28 juin 1917 par Fernand Rabier et 157 autre (...)
  • 12 P. Simonot, « Propos du vieux régisseur : paille et poutre (contribution à l’œuvre d’assainissement (...)
  • 13 Louis Delluc, « Ciné roman », Paris-Midi, 8 juin 1918, repris dans l’édition des textes de Delluc é (...)

8S’il provoque l’enthousiasme des foules, le serial est décrié par beaucoup. Les Mystères de New York sont régulièrement dénoncés comme ayant inspiré une vague de faits divers criminels dans toute la France, au point que certains en appellent à l’interdiction par le gouvernement des films représentant « des drames policiers, des crimes, des vols, des agressions à main armée11 ». Du point de vue cinématographique aussi le genre est critiqué : dans Hebdo-Film, par exemple, on peut lire que si la proposition de Fernand Rabier d’interdire ces films « peut débarrasser le cinéma des platitudes dont Les Mystères de New York, Le Cercle Rouge et Le Masque aux dents blanches sont les plus sinistres échantillons », le député aura tous les « suffrages » de l’auteur et « son nom sera béni jusqu’à la septième génération12 ». Même sous la plume de Louis Delluc, qui apprécie pourtant beaucoup Pearl White, on lit : « Ces films sont idiots, ou, ce qui est pis, idiotement faits. Les Mystères de New York, Les Exploits d’Elaine, La reine s’ennuie, sont inexcusables d’avoir tiré un aussi médiocre parti des éléments dont ils disposaient13. »

  • 14 Voir à ce sujet Christophe Gauthier, La Passion du cinéma : cinéphiles, ciné-clubs et salles spécia (...)
  • 15 Le livre est publié chez Gallimard en 1921. Alain et Odette Virmaux en reproduisent un extrait dans (...)

9Mais le grand public, les adolescents, et ceux qui formeront la future génération de critiques et d’écrivains dans les années 192014 sont conquis. Louis Aragon, dans Anicet ou le Panorama, écrit quelques années plus tard « un hymne à celle que le grand public appelait par un involontaire calembour Perle Vite, rendant hommage à son énergie et à sa riche beauté15 ». Par la suite, des critiques comme Robert Desnos ou Paul Gilson feront régulièrement référence à ce serial. En 1923, Desnos écrit dans Paris-Journal :

  • 16 Paris-Journal, 6 avril 1923, repris par Marie-Claire Dumas dans son anthologie des textes de Robert (...)

La génération qui arrive a l’âge du cinéma ; elle ouvrit les yeux pour voir des villes entières poursuivre des citrouilles en folie et pour rire aux facéties du petit ramoneur et du marmiton. Peut-être est-il permis de croire qu’elle en comprendra mieux les ressources. […] J’en sais qui se rappellent avec émotion Les Vampires et d’autres qui regrettent qu’on n’ait jamais repris Fantômas, dont j’assurerais que les années n’ont pas modifié l’intérêt, ou Les Mystères de New York qui, en dépit des sarcasmes de toute la presse, bouleversèrent l’imagination des spectateurs16.

10Quelques années plus tard, son vœu de reprise est exaucé mais ses attentes sont déçues.

Le scandale de 1929 ou la trahison du souvenir

  • 17 Christophe Gauthier citant Germaine Dulac dans La Passion du cinéma, op. cit., p. 185.
  • 18 La Semaine à Paris, 19 avril 1929. Le programme est repris jusqu’au 27 juin.

11Au printemps 1929, une nouvelle salle de cinéma, l’œil de Paris, ouvre au 4 bis, rue de l’Étoile, dans le xviie arrondissement, à la place du théâtre-cabaret du même nom. Son directeur, Jean Vallée, l’inaugure en présence de Germaine Dulac qui « insiste sur le rôle de telles salles qui doivent “faire comprendre à la foule les films qui ont été compris par l’élite”, afin de susciter à la deuxième vision l’enthousiasme pour des films qui n’avaient connu que l’indifférence ou le scandale lors de la première17 ». Le programme d’ouverture, à partir du 19 avril, comprend Mirage d’Hollywood, de Robert Florey, Arabesque, de Germaine Dulac, Finis Terrae, de Jean Epstein et « Les Mystères de New York, avec Pearl White18 ».

12Les articles parus au moment de cette reprise insistent sur le fait que « Les Mystères de New York représentent une date dans l’histoire du cinéma » :

Ce fut le premier film à épisodes : jusqu’alors, à l’époque charmante du cinéma d’avant guerre, les images qui paraissaient à l’écran amusaient un instant, et étaient sitôt oubliées : pure lanterne magique pour grands enfants. On ne songeait guère au « répertoire », pas davantage à donner une importance quelconque à ces jeux de lumières et d’ombres. Avec Les Mystères de New York, dont les péripéties tenaient, d’une semaine à l’autre, les spectateurs haletants, on fut obligé d’apporter à l’intrigue, aux personnages, à l’atmosphère – déjà ! – une attention particulière : du coup, le septième art était né. […]

  • 19 Guy Crouzet, Le Carnet de la semaine, 1er juin 1929, coupure de presse tirée du recueil factice d’a (...)

La blonde Pearl White, héroïne en proie aux pires épreuves, tour à tour enlevée en avion, en auto, en canot automobile, sans cesse ligotée, bâillonnée, chloroformée, fut la première grande étoile de l’écran ; elle figura pour toute une génération adolescente cette « amante idéale » que d’autres temps prirent dans l’histoire ou dans la légende19.

  • 20 Sa longueur serait de 600 mètres, si l’on en croit un article postérieur de Maurice Henry (« Nous r (...)
  • 21 Charles de Saint-Cyr, « Ouverture de “l’œil de Paris” : un programme générateur de commentaires int (...)

13Cependant, ce n’est pas une reprise in extenso du serial qui est proposée, tant s’en faut, mais une sélection de fragments20. L’entreprise suscite des réactions indignées : l’œil de Paris a « acheté une copie du vieux film » et l’a « volontairement coupaillée en vue de la ridiculiser21 ».

  • 22 Guy Crouzet, Le Carnet de la semaine, 1er juin 1929, op. cit.

On eût aimé que les épisodes aujourd’hui sélectionnés parmi ceux qui passionnèrent le public de 1918 fussent présentés tels qu’ils le furent à cette époque. Hélas ! l’adaptateur actuel a éprouvé le besoin de faire de l’esprit, un esprit déplorablement facile, en découpant le film de manière à produire des effets ridicules, et en y introduisant des sous-titres lourdement ironiques. Cette besogne au moins inutile – pourquoi s’acharner sur un cadavre ? – a fâcheusement altéré le caractère de l’ensemble, et défigure un souvenir qui a son prix22.

  • 23 Christophe Gauthier, La Passion du cinéma, op. cit., p. 284.
  • 24 Jacques Navore, « Un homme de goût », Du cinéma [titre des premiers numéros de la future Revue du c (...)

14Cette nouvelle version fortement raccourcie provoque la colère des surréalistes rassemblés autour de Jean George Auriol et de Robert Aron dans La Revue du cinéma23. Ils rédigent un article virulent, intitulé ironiquement « Un homme de goût24 », dans lequel ils dénoncent l’auteur de cette « adaptation gâteuse », de ce « comprimé des Mystères de New York monté en dépit de toute logique » :

Un facétieux qui, il faut le croire pour s’éviter de furieuses envies de pied au cul, n’a pas conscience de ses actes, – mais pourtant il se croit drôle, – un joyeux drille, dis-je, a consacré ses soirées et ses souvenirs littéraires récents à la rédaction d’un résumé des chapitres précédents absolument falsifié où a cours l’esprit le plus platement cordonnier, littérateur saoul, néo-thomiste, périodique à potins, garçon coiffeur, journaliste, funérailles.

15Ce n’est pas tout. Les sous-titres sont agrémentés de plaisanteries du genre faute d’orthographe à prétention comique, par exemple Hempoisonnée, Elaine écrit de toutes les façons possibles.

  • 25 Jacques Navore, « Un homme de goût », op. cit.

Ce n’est rien encore. Des poums, des bruits de crécelle, de sirène, de klaxon, accompagnent à tort et à travers la projection dans le dessein bien évident de ridiculiser un film où la plupart de nous reconnaissent leur première image de l’amour25.

  • 26 Charles de Saint-Cyr, « Ouverture de “l’œil de Paris” », op. cit., p. 45. On peut se demander si l’ (...)

16Si les bruitages heurtent certains spectateurs, d’autres y voient toutefois une « plaisante suite de bruits burlesques26 ». Plus que la sonorisation ou même que le raccourcissement et ce qu’on appellerait aujourd’hui le remontage – jugés « nécessaires » –, c’est l’esprit dans lequel est faite cette adaptation qui pose problème :

  • 27 Alexandre Arnoux, notule parue dans Pour vous n° 22, 18 avril 1929, p. 6.

Malheureusement, la personne chargée de monter et de raccorder le film, de faire les coupures nécessaires et de composer les sous-titres indispensables, a cru devoir se livrer à une débauche, fort peu plaisante, d’esprit facile et de mauvais goût27.

17L’auteur de l’adaptation n’est pas crédité au générique, mais une note de bas de page de l’article de La Revue du cinéma le dévoile indirectement :

  • 28 Jacques Navore, « Un homme de goût », op. cit.

Il paraît que la responsabilité de cette perfidie doit être attribuée à un certain individu dont le goût pour la littérature est bien connu et qui, dans d’autres circonstances, s’était attaqué à Edgar Poe. Ce monsieur choisit ses victimes. Je me ferai un plaisir de le nommer dès qu’il aura bien voulu confirmer les bruits qui courent sur son compte28.

  • 29 Robert Desnos, Le Merle, 3 mai 1929 (repris dans les deux anthologies citées ci-dessus : Les Surréa (...)
  • 30 Maurice Henry, « Nous reverrons Les Mystères de New York », op. cit. : « M. Jean Epstein, il y a de (...)
  • 31 Plusieurs indices permettent de penser que c’est possible. Les cinéastes pouvaient se charger de l’ (...)

18Le « misérable metteur en scène français qui l’a tripatouillée », selon les mots de Desnos29, est nommément désigné deux ans plus tard par Maurice Henry30 : Epstein, réalisateur de La Chute de la maison Usher, serait donc l’auteur de cette adaptation, mais hormis ces insinuations et cette citation, rien ne permet de l’affirmer avec certitude31.

  • 32 Charles de Saint-Cyr, « Ouverture de “l’œil de Paris” », op. cit.

19Si les inconditionnels du film et de Pearl White se sentent outragés, certains se félicitent aussi des échanges qu’une telle ressortie favorise, notamment sur le plan juridique. Lors des conversations à l’entracte, de « vives protestations » s’affirment et se pose la question « de la propriété artistique et de l’intangibilité des films », car « un film devrait être aussi sacré qu’une œuvre dramatique32 » :

  • 33 Alexandre Arnoux, notule parue dans Pour vous, op. cit.

Il devrait être interdit, quand on réédite une œuvre ancienne, de la ridiculiser à dessein. Nul ne songerait à publier Racine en l’ornant de fautes d’orthographe et de pataquès. Sans doute Les Mystères de New York ne se comparent pas à Andromaque. Cependant, il est des règles de décence et d’honnêteté que l’on ne doit pas violer sans quelque répugnance33.

  • 34 Guy Crouzet, Le Carnet de la semaine, 1er juin 1929, op. cit.
  • 35 Christophe Gauthier, Une composition française : la mémoire du cinéma en France des origines à la S (...)

20On convoque même L’Iliade et L’Odyssée, « film à épisodes parlé », pour amorcer la comparaison avec la littérature, et on va jusqu’à souhaiter la création d’une « société protectrice des vieux films34 » pour éviter que de tels agissements et mutilations ne se reproduisent. Dès lors, s’engage un combat pour l’intégrité d’une œuvre et de son auteur que l’on visera à respecter et à restituer35.

Une entreprise de restitution jugée plus fidèle en 1931-1932

  • 36 A., « Revue des programmes », La Revue du cinéma n° 23, 1er juin 1931, p. 65.
  • 37 Maurice Henry, « Nous reverrons Les Mystères de New York », op. cit.
  • 38 Christophe Gauthier, La Passion du cinéma, op. cit., p. 201.

21En juin 1931, La Revue du cinéma annonce qu’une « excellente copie » du film a été retrouvée, remontée et retitrée, et qu’elle passera bientôt au Vieux-Colombier36. Un article plus détaillé présente le projet dans Pour vous en juillet 193137. C’est la Coopérative internationale du film indépendant qui a retrouvé cette copie. Fondée en 1929, après le Congrès international du cinéma indépendant de La Sarraz, présidée par Robert Aron, elle a pour but de « produire des films et de les amortir dans le réseau des ciné-clubs et des salles indépendantes38 ».

22Dans un document de la société, on retrouve un premier bilan de l’opération effectuée sur Les Mystères de New York :

  • 39 Document non daté tiré du dossier d’archives concernant la Coopérative internationale du film indép (...)

Avec les bénéfices provenant des locations aux ciné-clubs, [la Coopérative a acheté] une copie égarée du film classique Les Mystères de New York, en [a fait] le montage et le tirage et [l’a préparé] pour l’exploitation. Au cours de l’exercice en question les dépenses pour l’achèvement de la mise en état du film ont été de 10 262,30 francs – les recettes figurant dans ce premier exercice au compte de cette opération sont de 10 000 francs. Mais sans vouloir anticiper sur l’exercice suivant, il convient de signaler dès maintenant que les recettes totales provenant des Mystères de New York ont été d’environ 15 850 francs ce qui fait pour cette opération un bénéfice d’environ 5 000 francs, sans compter l’intérêt moral qu’il y a eu pour la Société coopérative du film indépendant à tirer de ce film passé en exclusivité au cinéma du Vieux Colombier39.

23Il est donc, on le voit, possible de tirer un profit économique d’une entreprise de réédition d’un film ancien (élevé ici au rang de « classique »). Mais le plus important, semble-t-il, est le prestige « moral » qu’on retire de cette opération de réhabilitation.

  • 40 On peut remarquer qu’Emsalem a plusieurs fois contribué à La Revue du cinéma, notamment dans le n°  (...)
  • 41 A., « Revue des programmes », op. cit.
  • 42 Maurice Henry, « Nous reverrons Les Mystères de New York », op. cit.
  • 43 Ibid.

24Le responsable de la nouvelle adaptation et du retitrage est le jeune cinéaste René Emsalem40 dont on souligne la « probité41 » et l’« honnêteté42 » de la démarche. Bien loin de la dérision qui avait présidé à la version de 1929, Emsalem a réalisé ce montage « uniquement parce qu’il aimait Les Mystères de New York, et parce qu’il avait la volonté d’en faire quelque chose qui gardât tous les caractères de la bande originale, et qui en même temps fût accessible aux publics des salles de cinéma d’aujourd’hui43 ».

25On voit poindre l’idée qu’il faut adapter le film ancien au public contemporain. La copie retrouvée faisait environ 7 000 mètres, elle a été réduite à 2 500 mètres. On peut penser que cette copie comprenait un peu plus de la moitié de la version française, c’est-à-dire les treize premiers épisodes, jusqu’à la mort de l’Homme au mouchoir rouge, le chef de la Main qui étreint. Comme il n’y avait pas de cartons, il a fallu les refaire. Cependant,

  • 44 Ibid.

l’action, extrêmement vivante et expressive, ne nécessitant pas d’abondantes explications, et le public étant maintenant parfaitement entraîné à comprendre le sens des gestes et à lire le reflet des pensées des personnages sur le visage des acteurs, il était nécessaire de rompre le moins possible le dynamisme du film ; les sous-titres de la nouvelle version seront donc rares, et courts. […] [Emsalem] s’est efforcé de réduire le film sans le mutiler, c’est-à-dire en ne supprimant que les passages les moins attachants, et en laissant aux personnages leur silhouette essentielle et au drame son aspect le plus poignant44.

  • 45 Particulièrement Georges Charensol dans une coupure de presse non identifiée du 21 février 1932 et (...)
  • 46 Il faut rappeler que les spectateurs de l’époque fondaient leurs comparaisons sur les souvenirs qu’ (...)

26D’après la presse de l’époque45, on peut supposer que manquent par exemple l’« électrocution au téléphone » du premier épisode et les « drames du quartier chinois » des épisodes 14 à 20, mais que sont bien présents l’épisode 7 du faux pasteur au clocher de Darnemouth ou encore l’épisode 9 du rayon rouge46.

  • 47 Charensol parle ainsi de « l’intérêt qu’on porte au sujet bien que les épisodes soient fragmentaire (...)
  • 48 Selon François Vinneuil (pseudonyme de Lucien Rebatet), dans L’Action française du 15 janvier 1932, (...)

27Maurice Henry annonce à l’été 1931 que le film passera au Vieux-Colombier en deux ou trois séances. Selon La Semaine à Paris, « quelques épisodes des Mystères de New York » sont montrés au cinéma de Jean Tedesco pendant un mois, du 8 janvier au 7 février 1932, en accompagnement du Sang d’un poète de Jean Cocteau. On peut penser que c’est en une seule séance que passe le serial qui perd ainsi sa dimension feuilletonnesque47. En outre, le film est sans doute projeté à la cadence sonore de 24 images par seconde puisqu’elle semble être trop rapide et provoquer un effet de sautillement48. Certains évoquent encore, comme en 1929, le rire né du décalage entre la bande des années 1910 et le public du début des années 1930. Charensol écrit :

  • 49 Georges Charensol, « Les Mystères de New York », op. cit.

Certes, dans la salle on rit parfois des naïvetés, des invraisemblances, de la mode féminine, de l’archaïsme des autos, mais tout de même le public est pris par tant d’inventions, de rapidité dans l’action, par la surprenante qualité de cette photographie, la sobriété du jeu des interprètes49.

28Enfin, le débat s’engage autour de la restitution intégrale du film original :

Le choix d’épisodes des Mystères de New York qui accompagnent, au Vieux-Colombier, Le Sang d’un poète, est excellent et il n’est pas sûr que la réédition intégrale du premier grand film policier apporterait, à ceux qui la souhaitent le plus vivement, les satisfactions qu’ils espèrent.

Au contraire, ce que nous revoyons au Vieux-Colombier, par suite d’un choix, confirme tout ce que nous pouvions savoir sur l’identité des résultats obtenus par l’instinct et la recherche la plus méticuleuse. […]

Bien sûr, on peut encore prospecter. Les quinze kilomètres de pellicules peuvent encore nous réserver bien des surprises.

  • 50 « Mystères de New York », Le Carnet de la semaine, 24 janvier 1932.

Mais il est douteux que le texte complet puisse rendre les mêmes services insignes que des extraits honnêtement choisis50.

29Faut-il toujours préférer la version la plus longue et la plus « complète » ? Le débat, on le voit, n’est pas nouveau. Et pour un film à épisodes, il est d’autant plus crucial.

30Voilà donc un premier exemple particulièrement révélateur de film ressorti dans une version considérée comme une trahison et qui a fait l’objet, pour une nouvelle sortie, d’un travail de restitution plus fidèle. On y voit poindre les différents débats récurrents dans l’histoire de la restauration des films – même si le terme de « restauration » n’est pas encore en usage à l’époque qui nous intéresse : la longueur du métrage à rétablir, l’accompagnement musical, la cadence de projection, l’adaptation à un contexte technologique différent et à un public contemporain de la ressortie, et plus généralement, l’« esprit » qui préside à l’opération. Plus tard, des films parmi tant d’autres comme La Passion de Jeanne d’Arc de Carl T. Dreyer, Metropolis de Fritz Lang, ou encore récemment Le Voyage dans la Lune de Georges Méliès feront eux aussi l’objet de ressorties controversées, et donneront lieu à de nouvelles restaurations ou à l’exhumation de nouvelles versions.

  • 51 Sur ces questions, voir Christophe Trebuil, Un cinéma aux mille visages : le film à épisodes en Fra (...)

31On pourrait toutefois se demander, avec certains critiques de l’époque, quel intérêt il y aurait à essayer de retrouver l’état original d’un film comme Les Mystères de New York. On pourrait même douter du fait que cet état ait existé un jour. Les Mystères de New York ne sont qu’une version parmi d’autres des différents serials américains autour du personnage d’Elaine Dodge, ils ont circulé, comme de nombreux autres films à épisodes, dans des versions différentes selon les époques, les pays, les salles, les formats51. Ce serait là vouloir respecter l’intégrité d’une œuvre qui n’en est pas une, d’un objet qui n’est autre qu’un produit de consommation culturelle populaire, dès le départ soumis à de multiples transformations. Mais en retrouvant les traces de ces interventions, notamment grâce aux polémiques qu’elles ont suscitées, et en conservant les films dans leurs versions postérieures, on peut alors mieux comprendre comment ils ont été vus à une époque donnée et contribuer à une histoire du regard désormais indissociable de l’histoire du cinéma.

Haut de page

Notes

1 Sur l’histoire de la restauration, voir Marie Frappat, L’Invention de la restauration des films, thèse de doctorat, université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 2015.

2 Voir par exemple à ce sujet Will Brooker, Using the Force: Creativity, Community and Star Wars Fans, Londres, Continuum, 2003.

3 Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé-Cinéma (1915-1916-1917-1918), Bures-sur-Yvette, Éditions Henri Bousquet, 1999, p. 51.

4 Voir par exemple l’affiche conservée à la Bibliothèque historique de la ville de Paris sous la cote 1-AFF-002679 ainsi que l’annonce du 13 novembre 1915 dans Le Matin reproduite par Jean-Jacques Meusy dans Paris-Palaces ou le temps des cinémas (1894-1918), Paris, CNRS Éditions, AFRHC, 2002 (1re édition 1995), p. 438.

5 La novellisation et les stratégies d’adaptation ont été analysées par Amélie Chabrier, dans « Les Mystères de New-York : stratégies d’adaptation d’un serial américain au pays de l’oncle Sue », Médias 19 [en ligne] Marie-Ève Thérenty (dir.), Les Mystères urbains au prisme de l’identité nationale, mis à jour le 25 novembre 2013, <http://www.medias19.org/index.php?id=13613>. La distribution internationale des films à épisodes avec Pearl White a été abordée par l’ouvrage collectif dirigé par Marina Dahlquist, Exporting Perilous Pauline : Pearl White and the Serial Film Craze, Urbana, Chicago, University of Illinois Press, 2013.

6 23 f. dactyl., 4-COL-4 (3202).

7 En Belgique, c’est la même répartition qui est adoptée pour la projection des Mystères de New York fin 1920 - début 1921 au Pathé-Palace de Bruxelles. Cependant, à la lecture du programme qui raconte les épisodes de façon détaillée, il semble que la fin ait été légèrement modifiée par rapport à la version française. Le contexte géopolitique n’étant plus le même qu’en 1915, l’espion n’est plus directement au service de l’Allemagne et le départ du couple Justin Clarel – Elaine Dodge pour la France (ajouté pour la version française par rapport à la version américaine) n’est plus évoqué. Jean Mitry, dans son Histoire du cinéma : Art et Industrie (vol. II : 1915-1925), Paris, Éditions universitaires, 1969, p. 26-27, établit un tableau comparatif entre l’agencement des épisodes américains et la répartition française. Cette dernière ne correspond pas tout à fait à celle que je viens d’évoquer, le nombre d’épisodes est le même mais certains sont intervertis, d’autres sont ajoutés, d’autres enfin n’apparaissent pas, et malheureusement, je n’ai pas réussi à savoir sur quelles sources Mitry fondait sa comparaison. Georges Sadoul, dans son Histoire générale du cinéma, vol. 3 : Le cinéma devient un art (1909-1920), Paris, Denoël, 1951, p. 423, reprend la même liste de titres que celle que j’ai citée, à l’exception du septième épisode, Le Clocher de Darnemouth, rebaptisé La Seconde Femme de Taylor Dodge.

8 Jean-Jacques Meusy, op. cit., p. 439.

9 Les 20 épisodes des Perils of Pauline sont condensés en 9 épisodes dans Les Exploits d’Elaine : (1) Par le vertige et par le feu, (2) La Déesse du Far-West, (3) Le Trésor du pirate, (4) Le Virage mortel, (5) Le Fil aérien, (6) L’Aile brisée, (7) La Plongée tragique, (8) Le Reptile sous les fleurs, (9) Le Cercueil flottant (Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé-Cinéma, op. cit., p. 77-80).

10 Francis Lacassin, Pour une contre-histoire du cinéma, Lyon, Arles, Institut Lumière, Actes Sud, 1994 (1re édition 1972), p. 187.

11 Cette résolution présentée à la Chambre des députés le 28 juin 1917 par Fernand Rabier et 157 autres députés a donné lieu au rapport Brenier qui cite notamment Les Mystères de New York (Impressions : projets de lois, propositions, rapports, etc., Chambre des députés, n° 3841, 11 octobre 1917, p. 3-4).

12 P. Simonot, « Propos du vieux régisseur : paille et poutre (contribution à l’œuvre d’assainissement des spectacles en France) », Hebdo-Film, 14 juillet 1917, p. 4.

13 Louis Delluc, « Ciné roman », Paris-Midi, 8 juin 1918, repris dans l’édition des textes de Delluc établie et présentée par Pierre Lherminier, Écrits cinématographiques II : Cinéma & Cie, Paris, Cinémathèque française, 1986, p. 78-79.

14 Voir à ce sujet Christophe Gauthier, La Passion du cinéma : cinéphiles, ciné-clubs et salles spécialisées à Paris de 1920 à 1929, Paris, AFRHC, École des Chartes, 1999.

15 Le livre est publié chez Gallimard en 1921. Alain et Odette Virmaux en reproduisent un extrait dans l’anthologie Les Surréalistes et le Cinéma, Paris, Seghers, 1976, p. 127-129.

16 Paris-Journal, 6 avril 1923, repris par Marie-Claire Dumas dans son anthologie des textes de Robert Desnos, Les Rayons et les Ombres, Paris, Gallimard, 1992, p. 23-25.

17 Christophe Gauthier citant Germaine Dulac dans La Passion du cinéma, op. cit., p. 185.

18 La Semaine à Paris, 19 avril 1929. Le programme est repris jusqu’au 27 juin.

19 Guy Crouzet, Le Carnet de la semaine, 1er juin 1929, coupure de presse tirée du recueil factice d’articles consacrés aux Mystères de New York dans le fonds Auguste Rondel, BnF-ASP, Rf-56218.

20 Sa longueur serait de 600 mètres, si l’on en croit un article postérieur de Maurice Henry (« Nous reverrons Les Mystères de New York », Pour vous n° 140, 23 juillet 1931, p. 11).

21 Charles de Saint-Cyr, « Ouverture de “l’œil de Paris” : un programme générateur de commentaires intéressants et qui, notamment, pose la question de la propriété artistique et de l’intangibilité des films… et le contingentement en face du lock-out ! », La Semaine à Paris n° 360, 19 avril 1929, p. 42-45.

22 Guy Crouzet, Le Carnet de la semaine, 1er juin 1929, op. cit.

23 Christophe Gauthier, La Passion du cinéma, op. cit., p. 284.

24 Jacques Navore, « Un homme de goût », Du cinéma [titre des premiers numéros de la future Revue du cinéma] n° 3, mai 1929, p. 93. Le nom de Jacques Navore est sans doute un pseudonyme collectif. L’ensemble de la rédaction s’associe à cet article, ainsi que Pearl White. Selon Francis Lacassin, l’actrice s’est retirée à Paris à partir du milieu des années 1920 (Pour une contre-histoire du cinéma, op. cit., p. 213-215). Il est possible qu’elle ait été contactée pour l’occasion par la revue, mais il est difficile de le vérifier.

25 Jacques Navore, « Un homme de goût », op. cit.

26 Charles de Saint-Cyr, « Ouverture de “l’œil de Paris” », op. cit., p. 45. On peut se demander si l’accompagnement sonore dont a bénéficié le film en 1929 était un accompagnement en direct dans la salle ou s’il était enregistré sur disques, synchronisés ou non, ou sur film. Je n’ai pas encore retrouvé de traces de l’équipement dont disposait l’œil de Paris. Cependant, le film qui prend la suite de la programmation à partir de la fin du mois de juin donne un indice qui ferait penser à du son sur disque : Le Batelier de la Volga de Cecil B. De Mille (1926), est présenté à cette occasion « avec adaptation sonore » (La Semaine à Paris, 28 juin 1929), or selon le Journal des débats politiques et littéraires n° 173 du 23 juin 1929, ce film « sera donné dans une nouvelle version sonorisée en Amérique, d’après le procédé perfectionné Erkaphototone et enregistré spécialement pour cette bande ». Selon Henri Chamoux (<www.archeophone.org>, dernière consultation le 5 janvier 2017), la société anonyme Erka Prodisco, 38 bis, avenue de la République, Paris, dépose en effet le 31 mai 1929 le brevet n° 206405 pour des appareils phonographiques. Lors de sa première exploitation dans les années 1910, le serial était accompagné musicalement en fonction des salles où il passait. Les programmes du Pathé-Palace de Bruxelles en 1920-1921 précisent « avec orchestre ».

27 Alexandre Arnoux, notule parue dans Pour vous n° 22, 18 avril 1929, p. 6.

28 Jacques Navore, « Un homme de goût », op. cit.

29 Robert Desnos, Le Merle, 3 mai 1929 (repris dans les deux anthologies citées ci-dessus : Les Surréalistes et le Cinéma, p. 129-132 et Le Rayon et les Ombres, p. 178-181).

30 Maurice Henry, « Nous reverrons Les Mystères de New York », op. cit. : « M. Jean Epstein, il y a deux ans, a bien fabriqué une version réduite du film, mais sans succès. »

31 Plusieurs indices permettent de penser que c’est possible. Les cinéastes pouvaient se charger de l’adaptation en français de films étrangers, par exemple Germaine Dulac fait « l’adaptation française » du Cadavre vivant de Fedor Ozep qui passe à l’automne 1929 à l’œil de Paris avant d’être remplacé par un programme dont Disque n° 957, de Dulac, fait partie. En outre, Finis Terrae est présenté dans le même programme que Les Mystères de New York. Mais je n’ai pour l’instant retrouvé aucun document qui permette de l’attester et, sauf erreur de ma part, aucun ouvrage sur Epstein ne mentionne cette adaptation.

32 Charles de Saint-Cyr, « Ouverture de “l’œil de Paris” », op. cit.

33 Alexandre Arnoux, notule parue dans Pour vous, op. cit.

34 Guy Crouzet, Le Carnet de la semaine, 1er juin 1929, op. cit.

35 Christophe Gauthier, Une composition française : la mémoire du cinéma en France des origines à la Seconde Guerre mondiale, thèse de doctorat, université Paris 1, 2007, p. 399-400.

36 A., « Revue des programmes », La Revue du cinéma n° 23, 1er juin 1931, p. 65.

37 Maurice Henry, « Nous reverrons Les Mystères de New York », op. cit.

38 Christophe Gauthier, La Passion du cinéma, op. cit., p. 201.

39 Document non daté tiré du dossier d’archives concernant la Coopérative internationale du film indépendant, BnF-ASP, coll. Léon Moussinac, 4°-COL-10/33.

40 On peut remarquer qu’Emsalem a plusieurs fois contribué à La Revue du cinéma, notamment dans le n° 20 où il a écrit un article sur les films policiers.

41 A., « Revue des programmes », op. cit.

42 Maurice Henry, « Nous reverrons Les Mystères de New York », op. cit.

43 Ibid.

44 Ibid.

45 Particulièrement Georges Charensol dans une coupure de presse non identifiée du 21 février 1932 et Germaine Decaris dans Le Soir, 9 janvier 1932 (fonds Auguste Rondel, BnF-ASP, Rf-56218).

46 Il faut rappeler que les spectateurs de l’époque fondaient leurs comparaisons sur les souvenirs qu’ils avaient du serial ainsi que, sans doute, des illustrations figurant sur les fascicules publiés et sur la publicité reprenant des moments particulièrement marquants visuellement. Il n’était pas possible, bien sûr, de comparer les différentes versions synchroniquement.

47 Charensol parle ainsi de « l’intérêt qu’on porte au sujet bien que les épisodes soient fragmentaires, et qu’il y manque cette “bonne coupure” que Gasnier savait ménager avec autant d’habileté que Michel Zévaco, écrivant “à suivre” au plus pathétique de ses feuilletons ».

48 Selon François Vinneuil (pseudonyme de Lucien Rebatet), dans L’Action française du 15 janvier 1932, « il vaudrait mieux nous restituer le plus divertissant des primitifs du cinéma dans un montage moins arbitraire, et le projeter à une cadence normale, ce qui nous épargnerait le sautillement artificiel des acteurs », mais selon Michel J. Arnaud dans L’Ami du peuple du soir du même jour, « rien, même pas la vitesse de projection trop grande qui donne aux personnages des gestes saccadés, ne réussit à fausser leur jeu ».

49 Georges Charensol, « Les Mystères de New York », op. cit.

50 « Mystères de New York », Le Carnet de la semaine, 24 janvier 1932.

51 Sur ces questions, voir Christophe Trebuil, Un cinéma aux mille visages : le film à épisodes en France (1915-1932), Paris, AFRHC, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Frappat, « Entre trahison et restitution :
Controverses autour des ressorties françaises du serial
Les Mystères de New York
 », Mise au point [En ligne], 10 | 2018, mis en ligne le 15 janvier 2018, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/map/2475 ; DOI : 10.4000/map.2475

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page