Navigation – Plan du site

Introduction – Images pour/suite : remake, franchise, filiation

Pierre Beylot

Texte intégral

1Recycler, reprendre, revisiter sont devenus des modes prééminents de fabrication des images et des sons, accentués par la cinéphilie sous toutes ses formes et par la facilité d’accès aux œuvres (le plus souvent sous forme d’extraits) avec Internet et la numérisation (YouTube…).

2Pourtant différentes formes de reprises et de productions sérielles existent de longue date dans l’histoire du cinéma et de l’audiovisuel, où elles ne s’inscrivent pas dans une évolution au sens fort, mais témoignent d’un retour incessant ou d’une constance de la « série » (les serials du muet ; les versions multiples des années 1930 ; les remakes et leurs enjeux d’interculturalité ; les franchises depuis le début des années 1960, etc.). De fait, cette inclination à la sérialité peut sembler tellement fondamentale qu’il sera possible de la voir à l’œuvre dans la manière dont le cinéma a pu recycler des matériaux qui l’ont précédé, s’inscrivant dans ce qu’il convient de nommer des séries culturelles, mais aussi dans tous les aspects de l’architecture esthétique que se donnent des systèmes économiques. En outre, ces pratiques comportent aussi une dimension patrimoniale, en particulier dans les innombrables adaptations, biopics, et autres réactivations des héritages culturels.

3Ce numéro de Mise au Point, issu des textes présentés lors du congrès de Bordeaux de l’Afeccav de juillet 2016, expertisés en double aveugle, revient sur les formes diverses de recyclage et de sérialisation qui ont marqué l’histoire du cinéma et de la télévision et modifient les pratiques de création et d’appropriation des images et des sons dans un paysage globalisé, désormais caractérisé par l’intensification des échanges interculturels et transmédiatiques. Un premier ensemble de textes concerne le phénomène de la franchise et les différents types d’acteurs institutionnels et de productions qui y participent : il peut s’agir d’une chaîne de télévision comme la chaîne câblée HBO qui développe depuis ses débuts une stratégie de différenciation culturelle par rapport aux networks. Sa politique de production et de programmation au cours de la dernière décennie impose une vision élitiste de la culture télévisuelle, marquée par une conception auteuriste et une démarche de légitimation culturelle qui s’exprime dans des séries aussi différentes que Mildred Pierce ou Westworld, Game of Thrones ou Boardwalk Empire, qui contribuent à construire l’image de marque d’une chaîne qui se veut indépendante et créative. Au-delà du cas de HBO, le phénomène de la franchise, présent dès les débuts de la télévision, prend une ampleur nouvelle à partir des années 1990 dans le cadre d’une circulation internationale des productions télévisées et de leurs déclinaisons sur différents supports médiatiques. Pour les séries de fiction, la franchise suppose la formalisation dans un document qualifié de format ou de bible des caractéristiques constitutives de la série. Il s’agit ainsi de mieux identifier son « projet sériel » dans un contexte marqué par la démultiplication de l’offre médiatique et la fragmentation des publics. Enfin, les studios de cinéma développent également des franchises qui peuvent donner lieu à des logiques de production nouvelles : on peut observer ainsi comment les studios Disney développent, depuis le début des années 2010, les « live action remakes », remakes en prise de vue réelle de films d’animation Disney, produits par ces mêmes studios, tels que Alice au pays des merveilles, Cendrillon ou Le Livre de la jungle. Les productions Disney se sont toujours appuyées sur un « palimpseste mémoriel » fondé sur la reprise d’un univers décliné dans les films comme dans les parcs d’attraction. Mais il s’agit ici d’une pratique nouvelle qui crée d’autres formes d’incarnation qui permettent de raconter une même histoire d’un autre point de vue, comme celui de la méchante sorcière dans Maléfique, spin off de La Belle au bois dormant.

4Avec le cas du spin off, on aborde déjà un deuxième vaste ensemble de pratiques de réécriture et de sérialisation : à la télévision, le spin off est fortement présent dans les fictions sérielles comme dans Better Call Saul, centré autour d’un personnage secondaire de Breaking Bad. La série dérivée permet d’apprécier le degré de fidélité ou d’émancipation par rapport à l’original dont elle est aussi un prequel. Cette pratique transfictionnelle marque un déplacement esthétique puisque le spin off privilégie l’approfondissement psychologique et l’étirement temporel plutôt que l’action et le suspense qui prévalaient dans la série d’origine. Dans le cinéma de fiction, le remake a donné lieu à de nombreux travaux, mais il a été moins fréquemment étudié dans le champ du documentaire. Or, le remake documentaire repose sur un apparent paradoxe puisqu’il conduit à « rejouer l’imprévu » : reprenant des documentaires urbains fondés sur l’imprévisibilité des rencontres, tels Chronique d’un été (1961) ou À Saint-Henri le 5 septembre (1962), des documentaristes des années 2000-2010 réactivent en fait un protocole artistique qui n’a pas seulement pour but de faire revivre une mémoire, mais témoigne des mutations sociales et culturelles qui se sont opérées au cours de ces décennies. D’autres pratiques de réécriture atypiques combinent plusieurs arts et plusieurs médias : c’est le cas de Shirley (2013) de Gustav Deutsch qui constitue un exemple original de remake transmédiatique au croisement de la peinture, de l’architecture, du cinéma et de l’installation puisqu’il s’agit de recréer et d’incarner à l’écran avec des acteurs en chair et en os treize tableaux d’Edward Hopper. Dans certains contextes culturels, le remake peut prendre une ampleur considérable comme le montre l’exemple de la Légende des quarante-sept rônins qui a donné lieu au Japon, depuis l’époque du muet, à plusieurs centaines d’adaptations sur les écrans de cinéma, et plus tard de télévision. Ces variations autour d’un même récit archétypal sont à appréhender comme une série de remakes où chaque métrage reprend l’histoire pratiquement de zéro, plutôt que comme une saga ou une franchise qui se développerait au fur et à mesure.

5Enfin, des pratiques de reprise et de filiation plus diffuses, qui ne relèvent pas à proprement parler du remake, font l’objet d’une dernière série d’études. L’acteur ou l’actrice peuvent eux-mêmes être vecteurs d’un processus de filiation : Delphine Seyrig, par exemple, apparaît dans deux dramatiques de Marcel Cravenne qui recyclent une persona que L’Année dernière à Marienbad et Baisers volés ont contribué à forger. Dans ces productions télévisées, la star n’est pas seulement une « citation vivante du cinéma de Resnais ou de Truffaut », mais infléchit l’image énigmatique et sophistiquée construite par ces œuvres cinématographiques en créant davantage d’empathie pour les personnages féminins qu’elle incarne. L’exemple de Christopher Lee montre, quant à lui, comment l’acteur britannique construit sa persona de star du cinéma d’horreur en reprenant un certain nombre de rôles iconiques précédemment endossés par Boris Karloff, autre acteur britannique au pseudonyme russe. En incarnant la momie Kharis ou le malfaisant Fu Manchu, Lee reprend des motifs orientalistes, variantes britanniques de l’Unheimliche freudien, où « l’inquiétant naît de la résurgence d’une figure d’altérité venue d’un ailleurs colonial ». Un jeu de démarcation et de filiation peut également se manifester par rapport à un genre, comme en témoigne l’exemple de 12 Years a Slave de Steve McQueen qui se présente comme une relecture du film de plantation : ce genre très présent dans le cinéma hollywoodien avant les années 1950 a pu être illustré de manière emblématique par Autant en emporte le vent et connaît des résurgences contemporaines avec des films comme Django Unchained ou les séries Underground et The Book of Negroes. Tout en rompant avec une vision idyllique de l’époque esclavagiste, le film de McQueen reproduit une iconographie héritée du film de plantation et valorise une figure d’homme noir exceptionnel en échouant à porter un véritable regard critique sur les rapports entre Noirs et Blancs dans la société esclavagiste. Ce jeu de reprise et de réinterprétation peut aussi porter sur une figure historique, comme celle de Christophe Colomb, qui a connu de multiples déclinaisons obéissant à des fins idéologiques. À l’instrumentalisation du personnage dans les films réalisés sous le régime fasciste mussolinien ou sous le franquisme répondent des relectures commémoratives plus récentes comme celle de Ridley Scott où le navigateur génois – incarné par Gérard Depardieu ! – devient curieusement « l’archétype du héros américain ». Dans un cinéma hollywoodien contemporain qui multiplie sequels, prequels et reboots, les suites constituent une forme de filiation privilégiée et peuvent s’afficher comme conscientes d’elles-mêmes en inscrivant au sein de leur diégèse un regard réflexif porté par les personnages. Ce processus opère selon différentes modalités : distancié et critique dans Scream 4, cynique dans 22 Jump Street assumant la reprise d’une même formule scénaristique ou nostalgique dans Jurassic World, toutes ces attitudes correspondant à des stratégies de légitimation d’un cinéma hollywoodien contemporain qui pratique volontiers le « legacyquel ».

6Les questions de réécriture et de filiation peuvent aussi s’appréhender dans une perspective plus large, croisant histoire des formes cinématographiques et histoire culturelle. On peut voir ainsi que les différentes restaurations d’un film créent elles-mêmes une nouvelle sérialité culturelle, comme le montrent les versions successives des Mystères de New York présentées en 1929 et 1932 à partir des serials originaux de 1915-1916. L’étude de ces transformations et des polémiques qu’elles ont suscitées contribue à « une histoire du regard désormais indissociable de l’histoire du cinéma ». Les transferts de la scène à l’écran peuvent également s’inscrire dans un même cadre d’analyse culturelle : comme le montre le cas lyonnais, les adaptations cinématographiques de pièces de théâtre connaissent un grand succès dans les années 1930 et conduisent les salles de théâtre de Lyon à reprogrammer, également avec succès, certaines pièces adaptées, ce qui indique que les relations entre théâtre et cinéma ne doivent pas être envisagées en termes de concurrence, mais comme une forme de promotion culturelle réciproque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Beylot, « Introduction – Images pour/suite : remake, franchise, filiation », Mise au point [En ligne], 10 | 2018, mis en ligne le 16 janvier 2018, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/map/2548 ; DOI : 10.4000/map.2548

Haut de page

Auteur

Pierre Beylot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page