Navigation – Plan du site

Appel à contribution
Mise Au Point n° 12

De l’écriture aux écrans : les effets du numérique sur les métiers et les qualifications professionnelles

La numérisation de la chaîne de fabrication et de diffusion des films (et téléfilms, web-séries, etc.) a entraîné, dans son sillon, des transformations et des reconfigurations. Cela se voit au niveau des contours de certains métiers, des qualifications et des compétences nécessaires à l’exécution de leurs fonctions. Les frontières entre certaines professions sont devenues poreuses (ex. monteur son/mixeur) ou se sont redéfinies avec l’arrivée de nouveaux professionnels (ex. : data manager/DIT, stéréographe, etc.). En parallèle, l’introduction des nouvelles technologies, modifiant profondément la relation au temps, à l’espace et à la matière, pousse à questionner les habitudes et les relations professionnelles. Cela remet également en cause la logique d’organisation des tâches ainsi que l’articulation des métiers traditionnels à une série de nouveaux intermédiaires dont l’arrivée accompagne le processus d’implantation du numérique sur les plateaux de tournage, dans les studios de post-production et dans la chaîne de diffusion. En outre, les nouveaux formats de contenus qui sont nés avec le Web et l’audiovisuel sur mobile contribuent à repenser les filières professionnelles classiques pour tenir compte des stratégies éditoriales, de marketing et de « communication 360 » des contenus audiovisuels. Des métiers de production, de valorisation et de marketing à la critique cinématographique et aux métiers du patrimoine, les innovations dans le domaine des médias et des usages ouvrent plusieurs réflexions. D’une part sur les mutations des compétences professionnelles, d’autre part sur le brouillage, sinon la dilution, de la frontière entre sphère professionnelle et amateur, entre production culturelle et consommation. Enfin, l’idée d’un « consommateur créatif » actif et collaborant à l’élaboration, au financement et à la promotion des œuvres grâce aux plateformes numériques, « laissant penser à une prise de pouvoir de la créativité sur les processus industriels » (Paquienséguy 2010), incite à questionner la nature de ces pratiques co-créatives et leur appropriation dans les stratégies industrielles.

Les contributions proposées devront s’inscrire à l’un des axes suivants :

  • Les métiers du cinéma transformés par le numérique ou nouveaux : restructuration des métiers, problèmes de déqualification, apparition de nouvelles demandes en termes de compétences, évolution de la formation, etc.

  • La mutation numérique vue par les métiers du cinéma : discours, représentations, croyances

  • La professionnalisation de l’amateur et son impact sur les qualifications professionnelles

  • Recompositions industrielles, hybridations numériques et évolution des filières professionnelles classiques

Seront particulièrement appréciées les propositions de contribution adoptant une démarche comparative permettant d’illustrer, à partir de contextes et de modèles de production différents, l’impact du numérique sur la restructuration des métiers, la recomposition des savoir-faire, l’émergence de nouveaux métiers ou de formes inédites d’organisation du travail créatif. Sont également bienvenues les contributions mettant en perspective historique les transformations récentes.

Les propositions de contribution devront être soumises, en français ou en anglais à Martin Barnier (Martin.Barnier@univ-lyon2.fr), Bérénice Bonhomme (berenice.bonhomme@univ-tlse2.fr) et Kira Kitsopanidou (kira.kitsopanidou@gmail.com) pour le 1er mars 2018.

Après l’examen des propositions par le comité éditorial de Mise au Point, les auteurs dont les propositions auront été retenues s’engageront à remettre leur contribution pour le 15 juin 2018. Les articles soumis ne doivent pas faire l’objet de publication dans une autre revue.