Navigation – Plan du site

Les enjeux du court métrage malgache

Karine Blanchon

Résumés

La production de courts métrages est en pleine croissance sur le continent africain, et notamment à Madagascar. Quelles sont les particularités de ces films ? Comment ce format s’insère-t-il dans l’économie du cinéma à Madagascar ? Cet article analyse les modalités de production, de distribution et de diffusion des courts métrages malgaches au regard de la situation du cinéma sur cette île de l’océan Indien où les salles de cinéma ont quasiment disparu.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1« On ne va pas quand même payer pour aller voir une moitié de films ! », me répondit un jour un jeune Malgache alors que je l’interrogeais au début des années 2000 sur la possibilité de voir des courts métrages à Madagascar. Depuis l’arrivée des technologies numériques et la création d’un festival uniquement dédié aux films courts dans la capitale malgache, je n’ai plus entendu une telle affirmation. En effet, en l’espace de quelques années seulement, le développement du court métrage à Madagascar a été fulgurant. Ce développement suscite plusieurs questions qui jusqu’à présent ont peu fait l’objet d’une réelle attention critique de la part des chercheurs. Parmi celles-ci, on pourrait citer les interrogations suivantes : quelles sont les modalités de production, de distribution et de diffusion de ces courts métrages malgaches ? Ces courts métrages laissent-ils apparaître des spécificités ? Comment ce format s’insère-t-il dans l’économie du cinéma à Madagascar ?

2La littérature académique sur le court métrage en Afrique en général est assez réduite. Les discussions sont souvent contenues dans des études plus générales sur les cinématographies nationales (Boughedir 1987 ; Convents 2006 et 2008 ; Diawara 1992, Haynes 2000, Lequeret 2003), des études économiques (Forest 2011) ou des analyses filmiques (Barlet 1997 et 2012). En ce qui concerne le cinéma malgache, outre mes travaux (Blanchon, 2009 et 2015), une seule étude s’est focalisée sur les courts métrages malgaches d’animation (Dupré 2015). Travailler sur le cinéma malgache est en effet un défi, car il n’existe aucun recensement officiel de la production nationale avant 2014, ni de cinémathèque. Par conséquent, cet article se fonde sur des données orales issues d’entretiens que j’ai menés avec des réalisateurs et des producteurs malgaches depuis 2005. J’ai également puisé dans la presse écrite malgache pour recenser les productions réalisées sur le territoire national. Comme la majorité des courts métrages est produite pour le festival des Rencontres du Film Court de Madagascar créé en 2006, j’ai également analysé son catalogue depuis sa première édition. Pour ce travail, je me suis focalisée sur l’étude de courts métrages d’une durée n’excédant pas 45 minutes, tous genres confondus. En effet, selon le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), un court métrage est un film dont la durée est comprise entre 3 minutes et 59 minutes, tandis qu’aux États-Unis, la limite maximum pour un court métrage est fixée à quarante minutes. J’ai donc choisi de considérer une durée médiane. Cette étude va d’abord s’attacher à présenter le contexte de production des courts métrages malgaches avant d’examiner leurs thématiques principales.

1. Une histoire chaotique

3À l’époque du cinématographe, tous les films sont des courts métrages. Les opérateurs Lumière, envoyés de par le monde, tournent des sujets d’actualité qui se mélangent aux reconstitutions d’événements. C’est sous cette forme de docufiction que le court métrage arrive en Afrique francophone. Il faut toutefois attendre les indépendances pour qu’une production africaine apparaisse, composée de courts métrages autoproduits, à forte dimension politique et sociale. Depuis, le court métrage s’est largement imposé, devenant presque un passage obligé pour tous les réalisateurs du continent.

4Le premier court métrage de fiction d’Afrique continentale francophone est tourné en 1963. Il s’agit également de la première fiction africaine. Borom Sarret est un court métrage de 22 minutes signé par le réalisateur sénégalais Ousmane Sembène. À Madagascar, l’histoire du court métrage se décline en plusieurs périodes. Trois ans après la naissance officielle du cinématographe et l’annexion de Madagascar par la France, l’artiste français Louis Tinayre tourne les premières images animées de Madagascar. Gallieni, gouverneur à Madagascar de 1896 à 1905, encourage en effet le développement du cinéma sur l’île, car, selon lui, il permet d’affirmer l’autorité des colons grâce à une technologie qualifiée de « magique » par les populations malgaches. Pour autant, Louis Tinayre n’est pas venu à Madagascar pour faire un film mais pour préparer un diorama en vue de l’exposition universelle de 1900. Le cinéma n’est pour lui qu’un support mémoriel pour élaborer ses peintures. Il enregistre sur pellicule des scènes de la vie quotidienne dans la capitale malgache, dans les rizières et aux abords des carrières de pierres, car, pendant six mois, il sillonne le pays avec sa femme. Il rapporte huit bobines qui ne seront jamais projetées publiquement. Aujourd’hui restaurées, montées et numérisées par le Centre national du cinéma et de l’image animée, elles constituent un court métrage composé de plusieurs séquences, sans titre, et d’une durée totale d’une quinzaine de minutes.

5Louis Tinayre ouvre la voie à d’autres explorateurs et opérateurs au service des firmes cinématographiques françaises comme Alfred Machin, François Le Noan ou Jean Legrand. Tous voyagent armés, en cette contrée qu’ils jugent hostile, et accompagnés de centaines de kilos de bagages. Ils doivent en effet emporter tout ce qu’ils ne trouveront pas sur place, dont, en premier lieu, de la pellicule. Ainsi, en 1910, Alfred Machin développe plusieurs centaines de mètres de pellicule réunis en deux documentaires intitulés Mœurs et coutumes des Sakalaves (85 mètres) et Une briqueterie sakalave à Ankavandra en Afrique orientale française (125 mètres). Il signe également la réalisation de Cérémonie à Madagascar, sur le fatidra (le pacte du sang). Des missionnaires arrivent aussi d’Europe du Nord et des États-Unis pour enregistrer les danses et les cérémonies locales. Ils utilisent essentiellement ces images comme des outils de propagande pour financer leurs actions à Madagascar. À partir des années 1920, chaque chef-lieu de province de l’île dispose au moins d’une salle de cinéma. Les actualités et des fictions grand public y sont alors diffusées. Les spectateurs malgaches se rendent au cinéma pour voir à quoi ressemble la vie du « vazaha » (l’étranger), car c’est exclusivement le « Blanc » qui apparaît à l’écran.

6La première réalisation malgache est l’œuvre du président de l’association des citoyens français d’origine malgache, Philippe Raberojo, et date de 1937. Son docufiction, intitulé Rasalama maritiora voalohany (le martyre de Rasalama), célèbre, pendant vingt-deux minutes, la colonisation française à Madagascar, notamment en montrant les constructions et les missions. Ce parti pris en faveur des Français lui assure la projection de son film. Il est diffusé en 1938 dans la capitale malgache. Jusqu’à la proclamation de l’indépendance de Madagascar en 1960, il n’y aura plus aucune autre réalisation cinématographique malgache. En effet, les autorités coloniales contrôlent fermement chaque image produite dans le pays. Après l’indépendance, la France maintient encore des relations de coopération avec Madagascar, notamment dans le domaine culturel, en offrant des bourses d’études à des Malgaches. Le cinéma est alors en plein essor sur le territoire national avec une programmation quotidienne dans les salles de cinéma du pays. En 1965, le gouvernement malgache, soutenu par l’ancienne puissance coloniale, décide la création d’un Comité du Film Éducatif de la République Malgache afin de produire localement des films éducatifs. Ce comité ne sera véritablement effectif qu’à partir de 1968 sous le nom de Centre Malgache de Production de Films Éducatifs (CMPFE). De jeunes stagiaires malgaches sont envoyés à l’ORTF à Maisons-Laffitte avant de revenir au pays pour réaliser des courts métrages de sensibilisation et d’éducation destinés aux populations des zones rurales.

7Durant ses dix années d’existence, le CMPFE va produire au total vingt-trois films éducatifs sur des thèmes aussi variés que la culture du café, le dressage des bœufs, le sport ou la santé. Ils sont majoritairement tournés en noir et blanc. Deux sont en couleur. Il n’existe malheureusement aucune preuve de leur diffusion auprès des populations rurales de l’île. Les techniciens formés au cinéma vont également utiliser le matériel du CMPFE pour tourner des œuvres plus personnelles. Ainsi, les années soixante-dix voient naître la première génération des réalisateurs malgaches qui tournent six courts métrages de fiction. Hugues Raharimanantsoa signe Sari en 1971 et Jeannot Rarojo réalise Rovi-damba Ririna en 1973. La même année, Justin Limby Maharavo et Benoît Ramampy tournent respectivement Asakasaka et L’Accident. Architote Andrianajamanana termine quant à lui Couchant en 1974. Ces films font la fierté des journaux malgaches qui titrent sur le succès des réalisateurs malgaches dans les festivals de cinéma internationaux.

8Cependant, la Deuxième République de Madagascar (1975-1992) amorce un tournant aussi radical que fatal pour la production cinématographique nationale et sa diffusion. En pleine Guerre froide, le gouvernement malgache opte pour un régime socialiste et s’attribue le monopole de l’importation, de la production et de la diffusion des films. Les importations de films chutent. Le public malgache déserte les écrans. Les salles de cinéma ferment leurs portes de février à avril 1975, certaines ne rouvriront plus. Les réalisateurs malgaches interrompent leurs activités, contraints de suivre la doctrine socialiste ou de se taire. Cette situation dure jusqu’en 1993. Madagascar s’ouvre alors timidement au libéralisme. Des chaînes de télévision et des radios privées voient le jour. Influencés par les films venus d’Asie diffusés sur les petits écrans, quelques films de karaté et de combat commencent à être produits en malgache, notamment par Avoko Rakotoarijaona. Mais il faut attendre 2002 pour qu’un véritable changement se produise avec l’apparition des caméras vidéo. Dès lors, la production de films malgaches augmente. Des dizaines de longs métrages sont réalisés chaque mois. Pour les diffuser, les salles de cinéma rouvrent les week-ends. Le public afflue pour voir ces films qui parlent malgache et qui traitent du quotidien de ce peuple.

9L’engouement retombe néanmoins assez rapidement en raison des crises politiques de 2002, puis de 2009. L’argent pour faire des films vient à manquer. Seules quelques productions emblématiques continuent leur chemin comme la série des longs métrages Malok’ila produite par Scoop Digital. En 2014, le gouvernement malgache décide de la création de l’Office Malagasy du Cinéma (OMACI) doté d’un budget annuel de 21 800 euros. Cet établissement public à caractère industriel et commercial est rattaché au ministère de la Culture et du Patrimoine. Sa principale mission est de réglementer et de soutenir le secteur du cinéma à Madagascar. Il a fortement encouragé l’installation de nouveaux écrans dans le pays. Entre fin 2017 et le début de l’année 2018, deux multiplexes ont ainsi ouverts leurs portes dans la capitale malgache pour diffuser majoritairement des œuvres étrangères. L’OMACI est également censé soutenir la production nationale. Il m’a communiqué le tableau des films ayant obtenu un visa de distribution depuis 2014 (figure 1).

10Il est à noter que ce tableau ne recense aucun court métrage. En effet, ces derniers ne sont pas diffusés dans le circuit commercial mais uniquement lors des festivals nationaux et internationaux. Pourtant, le court métrage malgache connaît une croissance exponentielle depuis la création en 2006 du premier et unique festival consacré à ce format : les Rencontres du Film Court (RFC). Ainsi, entre 1937 et 2005, la cinématographie malgache ne recense que quarante-huit courts métrages. De 2006 à 2017, 475 films courts sont réalisés uniquement pour les RFC (figure 2).

2. Les festivals : un tremplin pour les courts métrages malgaches

11L’émergence de festivals ou de sections consacrées au court métrage a donc grandement contribué à son développement en Afrique, et plus particulièrement à Madagascar. Actuellement, il existe en moyenne un festival de courts métrages dans chaque pays d’Afrique francophone à l’instar d’Africourt au Bénin créé en 2008, de Yaoundé tout court au Cameroun lancé en 2005, du CIFF aux Comores depuis 2011, du Festival international du court métrage d’Abidjan depuis 1998, du festival Île Courts à l’Île Maurice créé en 2007, du festival de Kinshasa depuis 2014, ou encore du récent festival Kidogo Kidogo dans la ville de Lubumbashi en République du Congo. Les festivals servent la promotion des films en récompensant leurs auteurs. Ils permettent souvent à ceux-ci de s’exporter, de se former et de trouver des financements étrangers. À Madagascar, les Rencontres du Film Court existent depuis 2006, à l’initiative du réalisateur Laza Razanajatovo, et en partenariat avec l’Institut français. Laza Razanajatovo est réalisateur et producteur. Lorsqu’il lance l’idée de créer un festival de courts métrages à Madagascar, il rencontre peu de soutiens et beaucoup de moqueries. Il lui est en effet expliqué qu’il est vain de vouloir créer un festival de courts métrages dans un pays où le cinéma n’existe pas. Pourtant, après plus de dix ans à la tête des RFC, il a su faire de cette manifestation annuelle un événement national incontournable dans tout l’océan Indien.

12Ainsi, dès la première édition des RFC, trente-sept films sont reçus. Parmi eux, douze intègrent la compétition nationale. Passé la surprise de cet intérêt, le festival prend de l’ampleur au fil des ans avec aujourd’hui plus de trois cent cinquante projections à Antananarivo et dans quinze villes de province, une compétition nationale et panafricaine réunissant plus de vingt mille spectateurs, une vingtaine d’invités en dix jours, mais également des dizaines d’ateliers portant sur l’écriture, la réalisation ou la production cinématographique. Laza Razanajatovo justifie ainsi la création de ce festival :

  • 1 Entretien avec Laza Razanajatovo réalisé en avril 2006 à Antananarivo, Madagascar.

On a tellement envie de raconter des histoires avec rien, parce qu’il n’y a pas d’industrie, il n’y a pas d’argent pour faire des films, que chaque film qui aboutit est un film utile. Depuis très longtemps, ce sont des étrangers qui racontent nos histoires. Nous avons enfin l’occasion d’offrir un point de vue original de ce qui se passe chez nous. De vivre les choses de l’intérieur. J’y vois beaucoup d’espoir. C’est ça que j’ai envie de célébrer1.

13Les films reçus proviennent des différentes provinces, mais avec une prédominance des productions issues de la capitale malgache. En effet, Antananarivo concentre les principales sociétés de production et les multiplexes.

14L’âge moyen des réalisateurs envoyant leur film au festival est de 25 ans. Sur les 475 courts métrages reçus depuis 2006, 73 ont été réalisés par des femmes. Sur ces 73 femmes, seules quatre ont été primées (figure 3).

Date

Films reçus

Films sélectionnés

2006

30

12

2007

27

14

2008

34

12

2009

26

6

2010

46

9

2011

54

16

2012

52

23

2013

40

20

2014

39

14

2015

40

16

2016

35

16

2017

52

25

Figure 3. Source : RFC, 2018.

15Les réalisateurs des RFC font souvent là leur première expérience cinématographique, avec ou sans budget. La durée moyenne de leur film oscille entre quatre et dix minutes. Les films sont écrits et tournés majoritairement en malgache. Toutefois, ils doivent obligatoirement être doublés ou sous-titrés en français, car les RFC sont financées en partie par l’Institut français, qui a fait de la langue une condition indispensable pour candidater. La réussite de ce festival s’explique d’abord par le contexte politique de sa création. En effet, après des années de censure et de restrictions financières, le pays laisse enfin les artistes s’exprimer plus librement. De plus, dans une situation économique défavorable, le court métrage semble être un bon compromis puisqu’il peut être tourné avec un faible budget et une équipe réduite.

16De plus en plus ouvertes sur l’international, les RFC ont accru leurs partenariats et leurs sources de financement. Ainsi, presque exclusivement financées par l’Institut français au moment de leur création, les RFC bénéficient aujourd’hui du soutien, entre autres, de l’OMACI, de la coopération allemande, de l’Union européenne, de la principauté de Monaco, du ministère de l’Éducation nationale malgache, des ambassades françaises, allemandes et américaines à Madagascar et de l’Organisation internationale de la francophonie. De nombreux partenaires privés s’ajoutent à cette liste non exhaustive comme Air France, Canal+ ou l’opérateur de téléphonie Telma. Le public présent à ce festival n’a pas cessé de croître. Ainsi, d’après les statistiques relevées sur le site Internet des RFC, 85 % des spectateurs ont entre 18 et 35 ans. Il y a 58 % d’hommes et 42 % de femmes. Ce public est pour 65 % tananarivien et pour 10 % constitué d’étrangers expatriés ou touristes. Les lauréats de chaque catégorie (animation, fiction, documentaire) reçoivent un prix d’un montant de 1 000 € chacun. Ils reçoivent également une formation « renforcement de capacité » dans une école de cinéma à Berlin et participeront au KinoLab du festival Off-Courts de Trouville. Depuis 2011, les Rencontres du Film Court ont également mis en place un fonds de subvention pour les courts métrages, dénommé Serasary, et doté d’environ 10 000 euros. Il permet la réalisation de trois courts métrages par an, un documentaire, une fiction et un film d’animation, n’excédant pas trente minutes. Serasary est sponsorisé par Vima, un groupe industriel malgache œuvrant dans l’immobilier, la construction, le bois et les secteurs de la télécommunication. Si la subvention est accordée, l’association des Rencontres du Film Court devient automatiquement coproductrice du projet.

17Ce soutien à la production est nécessaire, car faire un film à Madagascar a toujours été et continue d’être un défi, tant les structures institutionnelles pour aider à la production et à la diffusion des œuvres manquent, comme l’explique Luck Ambinintsoa Razanajaona :

  • 2 Entretien avec Luck Ambinintsoa Razanajaona réalisé en juillet 2015 à Antananarivo, Madagascar.

Ce n’est un secret pour personne : aujourd’hui la culture ça représente même pas 1 % du budget et encore je suis large. Dans le budget de l’État, toute la culture représente une ou deux lignes d’explication alors imagine quel est le pourcentage consacré au cinéma2.

  • 3 Luck Ambinintsoa Razanajaona a réalisé plusieurs courts métrages de fiction et des documentaires.

18De plus, le court métrage est un format très peu financé. Le festival RFC entretient des partenariats avec d’autres festivals internationaux, ce qui permet aux réalisateurs malgaches primés de faire voyager leurs œuvres. La diffusion de ces films est également facilitée par les outils numériques. Ainsi, avec les mutations liées aux nouvelles technologies, les circuits de production et de diffusion des œuvres cinématographiques sont devenus transnationaux (Cooper 2004). C’est également vrai pour Madagascar où les films circulent à l’intérieur du pays, tout autant que parmi la diaspora et dans les festivals internationaux de cinéma. Ils s’échangent aussi sur les plateformes de VOD ou de téléchargement. Ces nouveaux supports de diffusion favorisent également la production. En 2017, le réalisateur malgache Lova Nantenaina s’appuie sur le site HelloAsso pour coproduire un court métrage documentaire intitulé À toi de jouer, initiant une série de films de cinq minutes sur le thème des jeux traditionnels malgaches. L’appel lui permet de récolter plus de 4 000 euros. Les courts métrages sont désormais diffusés via le site Internet des RFC ou les pages Facebook et YouTube de leurs auteurs. Ces nouveaux outils permettent aux réalisateurs de lever les barrières de la diffusion comme l’explique le réalisateur Luck Ambinintsoa Razanajaona3 :

  • 4 Entretien avec Luck Ambinintsoa Razanajaona réalisé en juillet 2015 à Antananarivo, Madagascar.

Les télévisions africaines ont une image très précise de ce qu’est le cinéma africain et tu ne peux pas en dévier. Ils ont des clichés qui leur conviennent parce que ça convient également à leurs acheteurs. Plutôt que de se risquer sur la créativité et le potentiel de quelqu’un, ils préfèrent pantoufler. C’est une forme de colonialisme mental. Tu ne peux pas raconter ce que tu veux car tu n’auras pas de préachat4.

3. Une écriture spécifique

19Le court métrage suppose une écriture exigeante, efficace et, dans le contexte malgache, rattachée à son territoire. C’est un film à part entière, une expression artistique particulière, à la fois dans sa forme et dans son processus narratif, qui ferait presque de lui un genre cinématographique plutôt qu’un format et le rapproche de la nouvelle dans le domaine littéraire. Le premier court métrage produit sur le continent africain, Borom Sarret, était d’ailleurs l’adaptation d’une nouvelle écrite par Ousmane Sembène. De plus, on retrouve souvent dans les courts métrages l’utilisation de la voix off. Cette technique remplace la voix narrative qui apparaît à l’écrit et permet de pallier les problèmes de son lors de l’enregistrement des prises ; elle peut également remédier à certains problèmes concernant la qualité du jeu des acteurs. À l’instar de la nouvelle, les courts métrages ont par ailleurs souvent conservé une unité de lieu et mettent en scène un nombre limité de personnages. À Madagascar, les liens entre court métrage et littérature sont manifestes. Ainsi, en 1993, l’écrivaine Michèle Rakotoson sollicite un financement auprès d’Écrans Sud pour un court métrage documentaire de 26 minutes sur la création culturelle à Madagascar intitulé Ambohitsaina, la colline où souffle l’esprit. Toutefois, elle n’obtiendra pas ce financement et le film ne sera jamais tourné. Le poète malgache Elie Rajaonarison réalise pour sa part en 1980 un court métrage documentaire de 15 minutes intitulé Sous le pont Mirabeau, sur les relations interculturelles à Madagascar.

  • 5 Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou.

20Outre ses liens avec la littérature, le court métrage malgache se caractérise également par une écriture engagée et un ancrage au sein d’une réalité sociale. Dans une société malgache frappée par un fort taux d’analphabétisme, où l’oralité joue un rôle prépondérant dans la transmission des héritages culturels et de l’histoire nationale, le cinéma est un relais privilégié. Les films véhiculent d’ailleurs les préoccupations sociales d’une population tiraillée entre sa volonté de préserver ses traditions et son désir de s’émanciper d’une tradition contraignante. Dès les premières productions de courts métrages, les réalisateurs malgaches ont mis en scène des problématiques sociales, avec des thèmes récurrents comme la maladie, la solitude, la pauvreté ou l’espoir. L’un des premiers est Richard Claude Ratovoranivo qui tourne en 1971 une fiction de 16 minutes en 16 mm en noir et blanc, intitulée Tranon-kala (toile d’araignée). Pendant onze minutes, il évoque l’histoire d’un condamné à mort qui, juste avant d’être exécuté, se remémore sa vie. Un an plus tard, Benoît Ramampy signe L’accident, un court métrage en noir et blanc de vingt-huit minutes, tourné en 16 mm avec une équipe malgache entièrement bénévole. Ce film relate la lutte des classes au sein de la société malgache en prenant pour point de départ un fait divers tragique, celui d’un accident de la circulation au cours duquel un enfant perd la vie après avoir été percuté par une voiture dont le chauffeur, ivre au moment des faits, ne sera pas inquiété par la police en raison de ses relations avec les autorités locales. Il reçoit le prix du meilleur court métrage au FESPACO5. Le réalisateur Laza Razanajatovo signe lui aussi des œuvres très critiques à l’égard des gouvernements malgaches successifs comme avec Le Marchand de rêves (2007) ou 6h58 (2009). Dans ce dernier court métrage de onze minutes, Marc, un vieil homme, survit en fouillant dans les poubelles de la capitale malgache. Sa seule évasion se trouve dans les livres et les cartes postales qu’il collectionne. Ses trouvailles se faisant de plus en plus rares, il accuse les ordinateurs d’être des outils détruisant la culture. En vandalisant un cybercafé, il espère que son message sera entendu mais lorsque la police vient l’arrêter, tous le prennent pour un vieux fou.

21Lieu d’expérimentation par excellence, le court métrage a encouragé l’apparition du film d’animation, genre qui n’existait pas auparavant dans la cinématographie malgache et qui permet de pallier le manque d’acteurs et de techniciens professionnels sur l’île. Le court métrage d’animation permet également d’aborder une multitude de thèmes, qui vont de la religion (Ben Laden Virus de Mandza, 2001) à la vie quotidienne (Manja Loatra d’Andry Rarivonandrasana, 2010), en passant par des sujets politico-historiques (Afropower de Manohiray Randriamananjo, 2010), le tout avec souvent beaucoup d’humour. Dès la première édition des RFC, un film d’animation est d’ailleurs récompensé. Le jour se lève... puis se couche, écrit et réalisé par Jiva Eric Razafindralambo en 2005, offre huit minutes trente de poésie en relatant l’histoire ordinaire d’un paysan malgache labourant sa rizière avec son zébu. Dans un mirage né de sa fatigue et de sa faim, il se prend à rêver d’une cité d’or s’élevant au-dessus de lui. Autodidacte comme la majorité des cinéastes malgaches, ce réalisateur a construit et développé son talent au fil des longues heures passées sur des forums Internet consacrés à la réalisation de films en 2D et 3D.

22Les réalisateurs sont en effet en grande majorité autodidactes. Graphistes, dessinateurs, opérateurs de prise de vues, mais aussi chanteurs ou étudiants, ils proviennent de milieux divers, avec, pour point commun, une envie de cinéma née du visionnage de films sur Internet et de tutoriels en ligne. Ils se perfectionnent ensuite dans des écoles internationales de cinéma grâce aux prix qu’ils gagnent aux RFC. Luck Ambinintsoa Razanajaona est, par exemple, diplômé de l’école supérieure des arts visuels de Marrakech (ÉSAV). Quelques-uns ont fait le chemin inverse, comme Laza Razanajatovo qui a suivi une formation à la Fémis à Paris et Lova Nantenaina à l’école supérieure d’audiovisuel (ÉSAV) à Toulouse. Une grande majorité de ces réalisateurs est donc constituée d’amateurs. Si l’autofinancement leur assure une totale liberté d’expression, il pose néanmoins le problème de la diffusion des œuvres. Aujourd’hui, les courts métrages malgaches sont essentiellement visibles dans les festivals de cinémas internationaux en France (Pavillon des cinémas du monde au festival de Cannes, festival de l’animation à Annecy, festival du court métrage de Clermont-Ferrand) mais aussi à l’étranger (Toronto, New York, Burkina Faso, Afrique du Sud).

  • 6 La société de production Scoop Digital, fondée dans la capitale malgache en 2006 et dirigée par le (...)

23Les courts métrages malgaches sont pensés et réalisés dans l’objectif d’être diffusés dans ces festivals, à l’inverse des longs métrages qui sont pensés dans un objectif plus commercial pour une diffusion locale sur support VCD6. De plus, les films courts sont en plein essor grâce aux RFC qui les subventionnent et les diffusent. Si ce festival venait à disparaître, la production de courts métrages pourrait être en danger. Il convient de rester vigilant afin de ne pas produire uniquement des courts métrages malgaches destinés aux festivals, a fortiori dans un pays qui ne compte aucune salle de cinéma spécifiquement dédiée à ce format.

Haut de page

Bibliographie

Olivier Barlet, Les cinémas d’Afrique des années 2000 : perspectives critiques, Paris, L’Harmattan, 2012.

Olivier Barlet, Les cinémas d’Afrique noire : le regard en question, Paris, L’Harmattan, 1997.

Karine Blanchon, Caméra rebelle, un portrait du réalisateur Benoît Ramampy, Paris, L’Harmattan, 2015.

Karine Blanchon, Les cinémas de Madagascar (1937-2007), Paris, L’Harmattan, 2009.

Férid Boughedir, Le Cinéma africain de A à Z, Bruxelles, OCIC, 1987.

Guido Convents, Images et démocratie. Les Congolais face au cinéma et à l’audiovisuel. Une histoire politico-culturelle du Congo des Belges jusqu’à la République Démocratique du Congo (1896-2006), Kessel-Lo, Afrika Filmfestival, 2006.

Guido Convents, Images et paix. Les Rwandais et les Burundais face au cinéma et à l’audiovisuel. Une histoire politico-culturelle du Ruanda-Urundi allemand et belge et des Républiques du Rwanda et du Burundi (1896-2008), Kessel-Lo, Afrika Filmfestival, 2008.

Frederick Cooper, 2004, « Grandeur, décadence… et nouvelle grandeur des études coloniales depuis les années 1950 », Politix, vol. 17 n° 66, p. 17-48.

Manthia Diawara, African Cinema: Politics and Culture, Bloomington, Indiana University Press, 1992.

Colin Dupré, « Cinéma malgache : la renaissance passe par l’animation », Inaglobal, 2015, <http://www.inaglobal.fr/cinema/article/cinema-malgache-la-renaissance-passe-par-l-animation-8197>.

Claude Forest, « L’industrie du cinéma en Afrique. Introduction thématique. », Afrique contemporaine, vol. 238, n° 2, 2011, p. 59-73.

Jonathan Haynes, Nigerian Video Films, Athens, Ohio University Press, 2000.

Elisabeth Lequeret, Le cinéma africain, un continent à la recherche de son propre regard, Paris, Cahiers du Cinéma, 2001.

Haut de page

Note de fin

1 Entretien avec Laza Razanajatovo réalisé en avril 2006 à Antananarivo, Madagascar.

2 Entretien avec Luck Ambinintsoa Razanajaona réalisé en juillet 2015 à Antananarivo, Madagascar.

3 Luck Ambinintsoa Razanajaona a réalisé plusieurs courts métrages de fiction et des documentaires.

4 Entretien avec Luck Ambinintsoa Razanajaona réalisé en juillet 2015 à Antananarivo, Madagascar.

5 Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou.

6 La société de production Scoop Digital, fondée dans la capitale malgache en 2006 et dirigée par le réalisateur Mamitiana Razafimandimby, s’est imposée sur le marché du long métrage malgache. Son film phare, Malok’ila, en est, en 2014, à son quatorzième volet ! Chaque film finance le suivant. Elle vend en moyenne 50 000 VCD par épisode, sachant qu’un VCD se vend environ 1,5 euros, soit 75 000 euros par film. La société de téléphonie Telma est partenaire du film Malok’ila depuis ses débuts et pour chaque nouveau film.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/2689/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Figure 2
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/2689/img-2.png
Fichier image/png, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Blanchon, « Les enjeux du court métrage malgache », Mise au point [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 22 octobre 2018, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/map/2689 ; DOI : 10.4000/map.2689

Haut de page

Auteur

Karine Blanchon

Docteure en langues, littératures et sociétés, Karine Blanchon est chercheure au laboratoire MICA de l’université de Bordeaux. Spécialiste des cinémas malgaches, elle leur a consacré deux ouvrages publiés chez l’Harmattan (Les cinémas de Madagascar (1937-2007) en 2009 et Caméra rebelle, un portrait du réalisateur Benoît Ramampy en 2015) et plusieurs articles. Elle travaille actuellement sur les pratiques spectatorielles à Madagascar avec le réseau HESCALE.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page