Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Maurice Maeterlinck, un auteur dans le cinéma des années dix et vingt

Charlotte Gonzales

Texte intégral

1Docteur en cinéma de l’université libre de Bruxelles, Christian Janssens a soutenu, en 2012, une thèse intitulée Maurice Maeterlinck, un auteur dans le cinéma des années dix et vingt : une approche historique, sociologique et esthétique. Il est également membre du groupe de recherche interdisciplinaire MuCiA (Musique, Cinéma, Arts de la scène). Manifestant de l’intérêt pour la pluridisciplinarité, ses sujets de prédilection sont la littérature et le septième art et, plus précisément, l’adaptation au cinéma et à la télévision des auteurs belges de langue française qu’il se propose d’étudier sous le jour de l’histoire, la sociologie ou encore l’esthétique du cinéma. Ainsi, il est, notamment, l’auteur de l’ouvrage La Fascination Simenon et d’articles sur Maurice Maeterlinck Trois “Blue Bird” dans le cinéma américain, Maurice Maeterlinck et le cinéma : étude sur une adaptation de Monna Vanna ; sur Georges Simenon Maigret à la télévision ou le spectateur et le commissaire ou encore sur l’adaptation d’auteurs belges L’adaptation au cinéma des auteurs belges de langue française.

2L’ouvrage Maurice Maeterlinck, un auteur dans le cinéma des années dix et vingt, publié en 2016 aux éditions scientifiques P.I.E. Peter Lang, est le fruit de la thèse de Christian Janssens et s’adresse à un public averti intéressé aussi bien par la littérature que par l’histoire, l’esthétique du cinéma ou encore la sociologie. De fait, si cet ouvrage se propose de faire jour sur un pan peu étudié de l’œuvre maeterlinckienne, à savoir le septième art, l’une des questions transversales de cette étude concerne le transfert de stratégie d’un champ culturel à l’autre et, notamment, du champ littéraire vers le champ cinématographique. Ainsi, s’appuyant sur la théorie des champs culturels de Pierre Bourdieu et plus précisément sur les notions d’auteur et de champ, Christian Janssens tend à revisiter la notion « d’auteur adapté » au sens où Maeterlinck est un agent appartenant à plusieurs domaines culturels, occupant, par exemple, une position dominante en littérature et une position dominée au cinéma.

3Dans cette étude, il se focalise sur une période précise de l’histoire du cinéma, celle du cinéma « non parlant », durant laquelle Maurice Maeterlinck entre en relation avec les maisons de production. En effet, entre 1910 – date à laquelle est réalisé le premier film associé à son œuvre, une captation de The Blue Bird – et 1929 – qui marque de façon définitive la sortie de l’auteur du champ cinématographique avec l’adaptation de The Burgomaster of Stilmonde –, son œuvre est l’objet d’environ 24 projets oscillant entre captations, adaptations de ses œuvres littéraires et écriture de scenarii ; entre films tournés et projets restés sur le papier. Ainsi, cet ouvrage nous invite à suivre la trajectoire de cet auteur adapté au cinéma, une trajectoire confrontée à l’évolution d’un art qui durant vingt ans a subi de nombreuses mutations à l’instar du changement qui survient suite à la Première Guerre mondiale : la France et l’Italie perdent leur position dominante au profit des États-Unis qui deviennent le nouveau centre mondial.

4Au fil des pages, Christian Janssens s’interroge quant à la façon dont Maurice Maeterlinck entre en relation avec le cinéma mais également sur ses stratégies développées dans le domaine littéraire, sur la façon dont il les reprend dans le champ cinématographique et sur la façon dont il en sort au milieu des années 1920.

5Dès lors, Christian Janssens prend soin de rappeler les notions fondamentales qui ponctuent l’ouvrage comme la notion d’auteur, d’auteur adapté, de champ culturel… Il fait également le portrait d’un écrivain et de son évolution dans le domaine littéraire où il acquiert, en moins de trente ans, une grande notoriété jusqu’à occuper une position dominante. Tout au long de cet ouvrage, il vise à mettre en perspective le champ littéraire et son pendant cinématographique dans l’optique de les comparer et d’expliquer que le « vieillissement artistique » de Maurice Maeterlinck a une incidence sur son passage de l’un à l’autre. Parallèlement à l’étude qui vise à comparer les stratégies suivies par Maurice Maeterlinck afin d’occuper une position dominante dans l’un et l’autre champ, l’auteur nous éclaire quant aux diverses étapes qui entourent la réalisation du film, de la signature du contrat à la postproduction en passant par la préproduction et le tournage. Malgré le caractère disparate films, archives de production, de réalisation ou encore de distribution et rare des sources seuls trois films sur dix ont été conservés : Pelléas et Mélisande, Macbeth et The Blue Bird – qui rend cette partie plus complexe, l’auteur procède, lorsque c’est possible, à une analyse méticuleuse de l’objet filmique. Cette dernière revêt un double intérêt. De fait, elle tend à mettre en relief l’évolution du septième art en matière d’esthétique, de recherche formelle et de composition du plan mais peut aussi être révélatrice de la position qu’un agent occupe dans le domaine qu’il investit l’associant soit au pôle symbolique (recherche de qualité) soit au pôle commercial (recherche économique). Enfin, l’auteur dresse un état des lieux précis de la production cinématographique des années dix et vingt qui a subi de nombreuses mutations, ce qui n’a pas été sans jouer un rôle dans la difficile évolution de l’auteur adapté dans ce champ.

6L’intérêt de cet ouvrage réside donc dans le fait de proposer une étude transdisciplinaire dans laquelle s’entremêlent sociologie, histoire et esthétique du cinéma et offrant une analyse minutieuse d’une œuvre fragmentaire dont les sources protéiformes restent rares.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Gonzales, « Maurice Maeterlinck, un auteur dans le cinéma des années dix et vingt », Mise au point [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/map/3241

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page