Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Patricia Trapero Llobera dir., La Ley de (Ryan) Murphy, Autoría y construcción estética en la ficción televisiva contemporánea, (langue espagnole), Editorial Sintesís, 2017.

Hélène Monnet-Cantagrel

Texte intégral

1Ryan Murphy n’est pas seulement un auteur prolifique de la fiction sérielle télévisuelle contemporaine ; il est incontournable tant son invention formelle et stylistique ont contribué à son renouvellement. Pourtant, peu d’études d’envergure lui sont consacrées comme à ses oeuvres. Plus généralement, si les études sur les séries télévisées ne cessent de s’enrichir, elles s’attachent néanmoins pour la plupart à des contenus ou des contextes, plus rarement à des créateurs. Ce manque est désormais comblé grâce au volume dirigé par Patricia Trapero Llobera, La Loi de (Ryan) Murphy. Neuf articles composent l’ouvrage dont la perspective est de cerner la « création et la construction esthétique dans la fiction télévisuelle contemporaine », comme l’indique le sous-titre. De Popular (The WB, 1999-2001) à Feud (FX, 2017 - en cours) en passant par Nip/Tuck (FX, 2003-2010), Glee (Fox, 2009-2015), American Horror Story (FX, 2011 - en cours) ou American Crime Story (FX, 2016 - en cours), pour ne citer qu’elles, les séries créées par Murphy se caractérisent par une diversité de sujets, de genres et de tons, du musical à l’horreur et du plus baroque au plus sérieux.

2Il ne fait cependant pas de doute que derrière cette œuvre considérable et protéiforme, il y a l’unité d’une démarche et d’une vision, qui est celle d’un créateur. C’est ce que démontre Patricia Trapero Llobera dans le texte inaugural dont l’objectif est d’analyser la poétique de Murphy : celle-ci se construit par un système composé d’éléments autant formels et conceptuels que par la maîtrise d’un champ socioculturel et industriel. C’est par ce système que peut être définie – au-delà de Murphy – l’autorité d’un showrunner. À partir de là, se déploie un univers pouvant être abordé aussi bien d’un point de vue historique que de celui de ses structures et de son style, ou de sa communication. Cela se confirme dans l’article final d’Ignacio Bergillos García étudiant les stratégies de promotion et d’interaction avec son public mises en place par Murphy, qui en font un modèle de cohabitation de « l’autorité créative avec une stratégie commerciale d’expansion et une attitude collaborative des publics » (p. 263). Comme le développe Patricia Trapero Llobera, le système formel de Murphy se constitue autour d’un ensemble d’unités de base dont chaque série, voire chaque épisode, est une exemplification. Le corps et le genre, la perversité et le mal, l’imaginaire collectif et médiatique sont les principaux thèmes de cet univers, auxquels une vaste culture cinématographique et militante va donner la facture esthétique et éthique caractérisant sa poétique. Ce sont ces points que développent respectivement les articles de Nuria Vidal Trapero (chapitre 2) et María Isabel Escalas Ruiz (chapitre 7). Dans le premier, consacré à l’esthétique néobaroque du showrunner, Nuria Vidal Trapero propose une analyse de la dramaturgie visuelle d’un large corpus comprenant Glee, American Horror Story, American Crime Story, Scream Queens et Feud : Bette & Joan. Si deux modes distincts – classique et chaotique – caractérisent ces productions, celles-ci ont cependant en commun de viser « la création de compositions visuelles esthétiques stimulantes pour développer l’impact émotionnel du spectateur en accord avec l’intention narrative » (p. 80). Entre démesure et classicisme, il s’agit toujours pour Murphy de questionner les modèles et les normes. C’est en ce sens que les représentations de l’enfance, étudiées par María Isabel Escalas Ruiz, se font médiatrices de l’horror sensorium d’American Horror Story (saisons 1 à 6). Convoquant toutes les catégories de la perception, du cognitif au charnel et de l’intellectuel au sensuel, cette notion marque le tournant affectif pris par les productions médiatiques et vise aussi, chez Murphy, à interroger l’identité de son public à partir de la peur. On peut noter ici qu’il s’agira d’ailleurs de la question posée par Kai Anderson dans Cult (AHS, saison 7) à ses nouvelles recrues. Ce questionnement sur l’identité est déjà présent dans Nip/Tuck dont la tendance à l’esthétique Camp ne saurait masquer le portrait au vitriol de la société contemporaine, comme l’analyse María Isabel Menéndez Menéndez (chapitre 4). Cette série qui a fait connaître Murphy est aussi un laboratoire de son identité créative par la mise au point d’une formule narrative autant débordante, voire parfois abjecte, que traversée par des questions éthiques et anthropologiques. Cela se confirme dans Glee et American Horror Story et leur représentation des masculinités étudiées par Rubén Jarazo Álvarez (chapitre 5). Si la télévision et le cinéma contribuent à la construction des normes hétéro et homosexuelles en perpétuant bien souvent des stéréotypes auxquels certains personnages de Glee n’échappent pas, Murphy va cependant plus loin en questionnant le modèle américain fondé sur la famille dont la valeur de ciment de la nation fait retour dans les fictions post 11 septembre. Dans chacune de ces études, la pertinence de l’œuvre de Murphy s’accomplit dans un contexte social et médiatique, plus particulièrement étudié par Juanjo Bermúdez de Castro (chapitre 8), à propos de The Normal Heart (téléfilm de 1985, HBO) et American Crime Story : The People v. O. J. Simpson. Le succès de ces deux œuvres ne tient pas qu’à la manière historiographique de Murphy, visant à multiplier les perspectives, mais aussi à leur diffusion en pleines polémiques sur le Truvada, pour la première, et sur fond de violences raciales et policières, pour la seconde. Cette inscription en contexte peut aussi être perçue dans le rapport à l’au-delà, étudié par Josep Oliver Marroig et Ignacio Pillonetto (chapitre 6), dans American Horror Story. Toujours symbolique, le recours au surnaturel s’inscrit à la fois dans une tradition gothique et dans une post-modernité technologique et médiatique où, en dernier ressort, il vise à réfléchir sur l’altérité et la finitude humaine. Dans l’ensemble, on voit donc bien comment Ryan Murphy « ne cesse de triturer tous les moyens du langage audiovisuel pour tester les limites de la représentation » (p. 123), comme le montre Iván Bort Gual (chapitre 3). Son analyse des différents génériques des séries aboutit à en faire un « repaire de la perversion » – à entendre selon le lacanisme de la « version du père » (p. 129) – et le paradigme d’une esthétique oscillant entre attraction et répulsion par leur dialogue avec les modèles dont ils héritent.

3Si l’ouvrage suit une progression logique de la définition de la création murphyenne partant de son architecture narrative pour finir sur ses stratégies promotionnelles, il manifeste aussi une forte cohérence dans quelque ordre qu’on le lise et fait ainsi la démonstration de la pertinence de sa prémisse à s’intéresser à un créateur. On appréciera, en outre, la véritable place faite, dans ces études, à la dimension strictement audiovisuelle des séries. Au-delà de la rigueur et de la finesse, souvent réjouissante, des analyses d’œuvres majeures de la création télévisuelle contemporaine, La Ley de (Ryan) Murphy doit aussi constituer une invitation à ce que d’autres projets de ce type voient le jour. C’est une étape indispensable à la constitution d’une culture sérielle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Monnet-Cantagrel, « Patricia Trapero Llobera dir., La Ley de (Ryan) Murphy, Autoría y construcción estética en la ficción televisiva contemporánea, (langue espagnole), Editorial Sintesís, 2017. », Mise au point [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/map/3250

Haut de page

Auteur

Hélène Monnet-Cantagrel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page