Navigation – Plan du site

Émergence des Digital Imaging Technician (D.I.T.) : vers la reconnaissance d’un nouveau métier ?

Alexia de Mari

Résumés

L’arrivée du numérique a engendré le remaniement de toute la chaîne de production et l’arrivée de nouveaux métiers, dont celui de Digital Imaging Technician, aussi appelé D.I.T. Ce nouvel intermédiaire va travailler avec l’équipe image. Il s’occupe du traitement des images, de la sauvegarde des rushes et peut effectuer un pré-étalonnage. Si ce poste est désormais répandu dans les productions américaines à gros budget, il peine encore à s’imposer dans l’industrie cinématographique française. Cet article analysera le rôle du D.I.T., ses méthodes de travail et sa place au sein de l’équipe de tournage.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je renvoie à l’article de Bérénice Bonhomme au sujet de l’évolution du métier de superviseur : Bonh (...)
  • 2 Nous utiliserons le terme de D.I.T. pour le reste de l’article.

1L’arrivée des caméras numériques dans la production cinématographique a engendré le remaniement de toute une chaîne de production : disparition de certains corps de métier, de petites entreprises, avènement de nouvelles étapes dans la chaîne de production et de nouvelles professions… Tous les corps de métiers ont dû s’adapter à ce nouveau médium. Producteurs, distributeurs, loueurs, ingénieurs ont été obligés de travailler différemment et d’ajuster leurs méthodes de travail rapidement et de manière efficace sous peine d’être contraints de déposer le bilan. Les techniciens se sont peu à peu approprié le format numérique, et le tournage en format pellicule fait aujourd’hui figure d’exception. Si le son numérique a rapidement été adopté, sans bouleverser en profondeur le travail des ingénieurs du son, l’arrivée de l’image numérique, quant à elle, a eu un impact beaucoup plus significatif. L’utilisation des images numériques a contribué à l’éclosion de nouveaux métiers qui, aujourd’hui encore, peinent parfois à s’imposer. Il faut composer avec des équipes de tournage qui évoluent rapidement, s’adapter aux nouveaux interlocuteurs et la transition peut parfois être longue comme avec l’arrivée du superviseur des effets visuels (VFX), qui tient aujourd’hui une place importante sur les plateaux de tournage, mais qui a peiné à s’imposer comme un technicien à part entière, faisant partie de l’équipe du film1. Entre les habitudes de tournage des équipes qui ont connu la hiérarchie des tournages en format pellicule, la peur de voir leur fonction devenir obsolète, le remaniement d’une équipe peut parfois être source de tensions et d’incompréhensions entre les différents membres qui la composent. C’est dans ce contexte que l’on voit apparaître depuis quelques années la figure du Digital Imaging Technician (D.I.T.2). Selon les besoins, celui-ci peut être chargé de sauvegarder les fichiers, de vérifier que les caméras soient toutes étalonnées de manière homogène et/ou de pré-étalonner le film avant l’envoi des rushes à la postproduction. Une liste de tâches qui incombe aux D.I.T. s’est dessinée avec le temps et évolue encore aujourd’hui. La fonction en étant encore à ses prémices, la définition des tâches reste parfois floue, et c’est pour défendre leur rôle et mieux le définir qu’a été créé, en 2012, l’ADIT, Association française des D.I.T. Le besoin de reconnaissance de ce poste au sein de l’industrie cinématographique est très fort et il est important pour les techniciens qui se sont spécialisés dans cette branche de mettre en avant ce savoir-faire.

2L’émergence de nouveaux métiers liés au numérique soulève plusieurs questions. Quelles sont les difficultés auxquelles ils sont confrontés sur les plateaux de tournage ? Comment et pourquoi le métier de D.I.T. s’est-il développé ? Quelles sont ses perspectives d’évolution au sein de l’équipe de tournage ?

3Afin de trouver des éléments de réponse, cet article se basera notamment sur des entretiens menés avec des D.I.T. et sur des documents de travail utilisés en amont et pendant le tournage de films. Nous concentrerons en premier lieu notre propos sur la formation nécessaire au métier de D.I.T. et le réseau de ces professionnels avant de voir quels sont les enjeux de cette nouvelle profession et quelles évolutions pourraient permettre à ce métier de devenir un acteur majeur de la production cinématographique.

D.I.T., un métier en voie de reconnaissance

4Le site Internet de l’ADIT présente le métier de D.I.T. de manière assez précise (définition, liste de tâches, salaire, etc.). Il recense également les membres de l’ADIT et donne accès à leurs coordonnées. Il est ainsi précisé que :

  • 3 Site de l’Association française des Digital Imaging Technician disponible à l’adresse suivante : <https://www.a-dit.com>.

Le métier émergeant du « Digital Imaging Technician » ou dans sa forme contractée D.I.T. favorise la création artistique car il crée un espace de communication entre tous les acteurs techniques d’un film et ainsi donne aux artistes le temps nécessaire pour mener à bien les idées. Mais ce métier demande des compétences et des connaissances techniques spécifiques et adaptées aux évolutions technologiques du cinéma numérique et de l’audiovisuel.
L’ADIT, « Association française des D.I.T. », pose ici une partie des fondements du statut de « Digital Imaging Technician » ou D.I.T. dans le paysage cinématographique et audiovisuel moderne européen. Ce poste à consonance anglophone est le maillon entre la production et la postproduction image d’un film. Le D.I.T. conseille et élabore des stratégies ou des workflows pour donner aux directeurs de la photographie une meilleure souplesse de travail, aux productions la sérénité de la sauvegarde des rushes et aux postproductions les données nécessaires au bon traitement des images3.

  • 4 Flux de travaux qui peut représenter le trajet des rushes du tournage à la postproduction.
  • 5 Les métadonnées donnent des informations sur un fichier.

5Cette brève présentation permet d’avoir une vision très large des missions qui vont pouvoir être confiées à un D.I.T. en Europe. En effet, aux États-Unis, le D.I.T. travaille souvent en autonomie avec son équipe, alors qu’en Europe il est plutôt seul, notamment à cause des contraintes budgétaires des films français. Nous ne parlerons pas du modèle américain dans cet article. De manière générale, le D.I.T. va permettre de proposer un workflow4 structuré, une construction des métadonnées5, il va contrôler le signal vidéo et calibrer les caméras, faire un pré-étalonnage et sécuriser les rushes.

Exemple de workflow. Source : document de travail Brice Barbier.

  • 6 Techniciens spécialisés utilisant les caméras Phantom, caméras qui peuvent enregistrer plusieurs mi (...)
  • 7 <http://theditbook.com/ditbook_base.php>, consulté le 13 avril 2019.

6Il centralise toutes les informations techniques et artistiques qui peuvent être utiles au chef opérateur ou à d’autres membres de l’équipe du film. La plupart des D.I.T. ont une formation de technicien ou étaient techniciens avant de devenir D.I.T. (élèves de l’École nationale supérieure Louis Lumière, étalonneurs, techniciens Phantom6, etc.). En France ils sont aujourd’hui une trentaine à exercer ce métier (27 au sein de l’ADIT, 29 recensés sur le site THE DIT BOOK). Des formations commencent à voir le jour, notamment à la Cifap et aux Lapins bleus, formations animées en grande partie par des D.I.T. Parmi les participants, certains assistants opérateurs viennent pour mieux comprendre ce nouveau métier, car ils se côtoient et partagent certaines tâches. L’ouverture de ces spécialisations dans les centres d’enseignement montre l’intérêt des professionnels pour ce nouveau corps de métier et représente une forme de reconnaissance de la part de l’industrie du cinéma en France. Dans les grandes écoles françaises, telle Louis Lumière, on ne forme pas à proprement parler au métier de D.I.T., même si ce métier est présenté aux étudiants, mais tous acquièrent pendant leurs années de formation les compétences nécessaires pour effectuer ce travail. Il y a peu de D.I.T. en France, mais ils sont suffisamment nombreux pour couvrir le marché dans la majorité des cas, sans le saturer. Cependant, il arrive parfois que tous les techniciens soient en tournage, alors pour pallier le manque d’intervenants en France, Brice Barbier, D.I.T., eut l’idée de créer le site THE DIT BOOK7 afin de recenser tous les D.I.T. d’Europe. Le site compte aujourd’hui une centaine d’inscrits, permet d’obtenir les coordonnées des techniciens et de créer un espace de visibilité en Europe.

Capture d’écran du site THE DIT BOOK qui permet d’accéder à une liste de D.I.T. en Europe. Ils font la démarche de s’inscrire sur le site http://theditbook.com/​ditbook_base.php.

  • 8 La société Be4Post a été fondée en 2014 et propose des machines adaptées au travail des D.I.T. <http://www.be4post.com>, co</http> (...)

7Le D.I.T. a besoin, pour travailler, d’une station mobile, voire d’un van, selon les exigences du technicien, pour pouvoir effectuer ses opérations. Des programmes puissants doivent être utilisés afin de réaliser un étalonnage parfois en direct, une sauvegarde des rushes, etc. La société Be4Post8 s’est spécialisée dans la location de matériel destiné aux D.I.T. Les stations de travail, toujours plus compactes et puissantes, permettent d’effectuer un travail en direct et n’empiètent pas trop sur le plateau de tournage.

Station D.I.T. proposée par Be4Post, source : site Internet Be4Post.

8La création de l’ADIT, l’ouverture de formations spécifiques, le lancement d’une société spécialisée dans la location de matériel répondant aux besoins des D.I.T. sont autant d’éléments qui valorisent l’insertion et augmentent la visibilité de ce nouveau métier. Ces outils mettent en avant les compétences des D.I.T. et leur utilité sur un plateau de tournage. Car si les compétences de ces techniciens sont reconnues, il faut justifier leur présence qui représente un coût supplémentaire pour la production.

Les principaux collaborateurs du D.I.T.

  • 9 D. Bruyère dans N. Klimberg, « Rencontre avec Danys Bruyère, DGA Exploitation & Technologies de TSF (...)

9Le D.I.T. va majoritairement travailler en collaboration avec le chef opérateur, mais sa présence sur le plateau va pouvoir aider le maquilleur, les coiffeurs et également la scripte, car il peut sauvegarder des photogrammes des scènes tournées durant la journée. Des iPad sont souvent distribués à l’équipe de tournage, lorsque le budget du film le permet. Tous les iPad sont calibrés, permettant ainsi aux différents corps de métiers d’avoir accès à un visuel de ce qui a été filmé plus tôt. Danys Bruyère, directeur général adjoint de la branche exploitation et technologies chez TSF souligne l’importance de l’étalonnage pour l’ensemble des différents corps de métiers. « À l’heure où il n’est pas rare de compter sur un plateau trois ou quatre références de moniteurs, des iPad, […] avoir une référence colorimétrique à peu près cohérente est important. »9 La scripte peut également ajouter directement ses notes dans un dossier sur la tablette, les informations seront alors transmises en postproduction grâce au D.I.T. Pour la scripte, cette innovation permet de savoir avec certitude que le document ne sera pas perdu et sera lu de manière plus régulière, car il se trouvera directement dans le dossier livré aux membres de la postproduction. Le superviseur VFX va pouvoir s’appuyer sur lui afin de s’assurer que toutes les informations sont présentes, et que le travail de postproduction sera mené correctement. Si le métier de D.I.T. a parfois du mal à s’imposer au sein de l’équipe de techniciens image, les autres collaborateurs voient dans son travail un gain de temps et l’occasion de vérifier des informations de manière rapide et fiable. Ainsi, l’équipe déco, les maquilleurs et coiffeurs ont l’opportunité de bénéficier du travail du D.I.T. grâce aux images qui leur sont fournies pendant le tournage. Si l’on fait un parallèle avec l’industrie télévisuelle, il est possible d’apparenter le travail de l’ingénieur vision avec celui du D.I.T. Si l’ingénieur vision a rapidement été reconnu comme une figure indispensable dans les régies de télévision, au cinéma, le D.I.T. a encore des difficultés à s’imposer sur les plateaux de tournage. Certains cinéastes ne voient pas les bénéfices qu’ils pourraient tirer en employant une personne supplémentaire. La production, par souci d’économie, va parfois faire l’impasse sur cet intermédiaire, et les chefs opérateurs, quant à eux, ne souhaitent pas toujours la présence sur un plateau de tournage d’un membre qui devrait, pour eux, appartenir à la postproduction. Certaines tâches du premier assistant opérateur sont traitées par le D.I.T., ce qui va éventuellement créer des tensions. Il peut également y avoir des conflits entre ce nouvel interlocuteur et les étalonneurs définitifs, qui se voient dépossédés d’une partie de leur travail et de leur liberté artistique.

  • 10 Dans un entretien mené avec Audrey Samson en mars 2018.
  • 11 Entretien mené avec Brice Barbier à Paris en septembre 2018.

10En ce qui concerne le travail conjoint du chef opérateur et du D.I.T., dans les faits, les appréhensions qui peuvent exister chez les chefs opérateurs n’ayant jamais travaillé avec un D.I.T. s’estompent assez vite. Audrey Samson, D.I.T., explique que, parfois, les chefs opérateurs sont sceptiques à l’idée d’avoir un nouveau membre au sein de l’équipe de tournage, mais que les avantages proposés par leur travail les font changer d’avis : le technicien n’est plus vu comme quelqu’un qui pourrait leur faire perdre le contrôle de l’image mais, au contraire, comme une aide qui va leur permettre d’être plus libres artistiquement car ils auront plus de temps à consacrer à la partie artistique de leur travail10. Les tâches effectuées par ce technicien, qui fait le lien entre la production et la postproduction, soulagent le chef opérateur d’une partie de son travail et lui permettent de se focaliser sur l’artistique plutôt que sur des questions purement techniques qui lui font parfois perdre du temps. Il a alors la possibilité de se concentrer sur le rendu esthétique de son image, tout en étant assuré de la qualité de ses rushes. Lorsque le D.I.T. est sur le plateau, il a l’opportunité de voir directement avec lui si les images lui conviennent et d’effectuer un pré-étalonnage qui lui permettra de visualiser ce que son travail donnera potentiellement en postproduction. Il peut également le conseiller concernant le filtrage, le réglage de la caméra, etc. Selon Brice Barbier11, les chefs opérateurs qui ont connu le tournage en pellicule et se sont adaptés au tournage numérique s’accommodent très bien du travail effectué par les D.I.T. lorsqu’ils travaillent avec eux ; ils ont su adapter leur méthode de travail au fil du temps et profitent de ce nouvel interlocuteur pour essayer d’améliorer la qualité de leur travail. Bien que les tournages en France se passent majoritairement de ce nouveau métier, lorsque le D.I.T. est présent, cela engendre un confort supplémentaire pour le travail du chef opérateur.

11Le rôle du D.I.T. est de proposer différents looks pour que le choix artistique du chef opérateur soit moins standard que s’il avait choisi un look prédéfinit par la caméra par manque de temps. Cela doit donner la possibilité au chef opérateur de créer des images moins normalisées. Le fait d’avoir avec lui un D.I.T. va également lui permettre de se libérer de la technique pour se concentrer sur l’aspect artistique de son métier (éclairage, ouverture de diaphragme pour jouer avec la profondeur de champ, etc.) et ainsi gagner du temps, car il est déchargé des problèmes techniques qui peuvent être réglés par le D.I.T.

12Le D.I.T. est présent en période de pré-production et pendant le tournage, rarement au moment de la postproduction. L’étalonneur reçoit directement les rushes préparés lors du tournage et retravaille l’image avec le réalisateur ou le chef opérateur.

Le travail en amont et sur le plateau de tournage

  • 12 Définition du rôle de data manager tel qu’il est présenté sur le site de l’ADIT <https://www.a-dit.com/data-manager>, consulté le 13 av</https>

13En pré-production, le D.I.T. prépare son tournage, donne la liste du matériel dont il aura besoin et propose un workflow. Il donne son avis sur le type de matériel qu’il sera possible de louer, prépare le cahier des charges adéquat au tournage à venir. Il est parfois aidé par un data manager quand il y a un nombre important de caméras ou beaucoup de données à traiter. Le data manager travaille sur « la gestion de données12 » et s’occupe des rushes (transferts, sécurisation, archivage, etc.).

14Deux types de configuration peuvent exister pour les D.I.T., ce qui modifie en partie leur travail lors du tournage : le D.I.T. on set, qui se trouve sur le plateau, légèrement en retrait, et le D.I.T. data (ou D.I.T. off set) qui, lui, ne se trouve pas sur le plateau et travaille donc en léger différé. Dans les deux cas, un travail en pré-production est à prévoir, cette phase est importante notamment pour le off set car c’est là qu’il va échanger avec l’équipe de tournage pour adopter une stratégie de communication leur permettant d’optimiser les échanges qui devront avoir lieu, malgré la distance qui les sépare.

15Pendant le tournage, le D.I.T. on set va régler les caméras, vérifier si la colorimétrie de plusieurs caméras, pour une même scène, est homogène, effectuer des vérifications avec le premier assistant opérateur, et faire en direct l’étalonnage des plans. Il est légèrement en retrait, derrière sa station de travail. Il est important que le dialogue se fasse avec les autres membres de l’équipe pour qu’il ne soit pas isolé, dans le but de travailler conjointement avec le chef opérateur et de répondre à ses attentes. Il s’occupe également des moniteurs afin que tous soient bien calibrés, vérifie la qualité du signal, etc. Il va identifier les supports, organiser l’arborescence des dossiers, enregistrer les rushes et les envoyer en postproduction.

  • 13 Effet de scintillement que l’on remarque parfois lorsqu’on filme les écrans d’ordinateur par exempl (...)

16Le D.I.T. data, qui n’est pas forcément présent sur le tournage à la face (à côté de la caméra) comme le D.I.T. on set et se trouve plutôt dans une pièce à proximité, calibre les moniteurs, règle les caméras, mais laisse l’équipe image s’assurer du bon fonctionnement en leur indiquant quels réglages ont été effectués. Quotidiennement, il s’attache à vérifier qu’il n’y ait pas de problème de vignetage, d’effet flicker13 ou autre. Il n’effectue pas d’étalonnage en direct. Son travail se situe majoritairement au niveau de la gestion des rushes. Il sécurise les données, crée une arborescence des dossiers, il va également analyser les images en fonction des indications qui lui ont été données par le chef opérateur et il peut synchroniser le son avant d’envoyer les fichiers à l’équipe de postproduction.

Exemple d’arborescence des dossiers. Source document de travail de Brice Barbier.
Ces présentations peuvent bien entendu varier, il y a autant de manières de faire qu’il existe de D.I.T., et à chaque changement d’équipe, la distribution des tâches peut être modifiée.

17Dans tous les cas, le D.I.T. est rarement présent en postproduction. Il peut intervenir pour calibrer les écrans, vérifier la qualité du DCP final ou encore s’assurer que l’étalonnage soit conforme aux volontés du chef opérateur si ce dernier ne peut être présent et en fait la demande, mais généralement il n’intervient pas lors de cette étape de production.

18Lorsqu’un tournage est effectué sans D.I.T., le laboratoire reçoit parfois les rushes à J+2 ou J+3. Si à ce stade, on se rend compte qu’un problème est survenu lors d’une prise, le décor a peut-être déjà été détruit, l’équipe de tournage a éventuellement changé de lieu. Avec la présence du D.I.T., il est possible de savoir le jour même si les plans sont bons ou non, ce qui permet d’assurer une sécurité. Selon les configurations, le monteur peut recevoir les rushes le jour même et, lorsque le tournage est terminé, un ours est déjà prêt à être envoyé à l’équipe de postproduction, ce qui fait gagner un temps considérable dans la chaîne de production.

19Malgré ces avantages, la présence de D.I.T. sur un tournage n’est pas généralisée. Tout d’abord, les budgets ne permettent pas toujours d’en recruter un. En effet, dans la grille qui est proposée sur le site de l’ADIT, un D.I.T. devrait être payé sur la même base que le premier assistant opérateur, bien que ces tarifs ne soient pas toujours appliqués. Souvent, le budget ne permet tout simplement pas d’engager un membre supplémentaire. Certains chefs opérateurs préfèrent recruter des membres de l’équipe électro plutôt que de s’offrir le luxe d’avoir un D.I.T. sur le tournage. Le travail effectué par le D.I.T. est alors partagé entre l’équipe de postproduction et les assistants présents sur le plateau. Les productions qui emploient les D.I.T. sont souvent des productions étrangères qui ont l’habitude de travailler avec cette configuration ; il s’agit principalement de films à gros budget. Cela peut également venir d’une demande du chef opérateur si son budget le lui permet. Ainsi, Brice Barbier travaille principalement avec des productions étrangères ou bien avec des réalisateurs ayant travaillé à l’étranger, principalement aux États-Unis. Souvent, les membres de l’équipe image travaillent ensemble sur plusieurs projets, ce qui permet de mettre en place une technique de travail bien rodée, chacun connaît les attentes de l’autre et ses habitudes et le travail de groupe fonctionne bien. Mais le D.I.T. ne peut être présent sur tous les tournages. En effet, lorsqu’un chef opérateur va réaliser un long métrage à gros budget, son projet suivant sera peut-être moins important, ainsi, il gardera son équipe de base mais devra se séparer de son D.I.T. Ainsi, il ne peut suivre la même équipe sur tous ses projets, mais uniquement sur ceux dont le budget le permet.

Conclusion

20Le métier de D.I.T. en est encore à ses prémices et la définition des tâches de ce nouveau technicien est en perpétuelle évolution. Ce dernier permet de faire le lien entre le tournage et la postproduction, il peut faciliter le travail du chef opérateur mais également d’autres membres de l’équipe du film qui étaient jusqu’alors moins affectés par l’arrivée du numérique. L’équipe déco ou la scripte voient là une avancée qui rend possible la vérification de leur travail et d’éviter les faux raccords d’une scène à l’autre. Les méthodes de tournage traditionnelles sont toujours majoritaires en France, les tâches réalisées par le D.I.T. pouvant être effectuées par d’autres membres de l’équipe. Son but est de permettre aux membres de l’équipe image de se décharger de certaines tâches, de faciliter le travail du chef opérateur et de lui permettre une vérification quotidienne de ses images. Cette méthode est éloignée du travail qu’il effectue lors d’un tournage en pellicule, où il ne peut connaître le rendu de ses rushes avant le traitement du film par le laboratoire. Cette façon de travailler s’inscrit dans les habitudes de notre société qui a accès en temps réel aux informations et aux images, ce qui ne convient pas au travail de tous les chefs opérateurs, qui préfèrent voir leurs images plus tard et être complètement focalisés sur leur travail pendant le tournage. Cependant, le travail du D.I.T. permet également au chef opérateur d’acquérir une liberté supplémentaire car il peut se délester de problèmes purement techniques de l’exposition et de n’avoir qu’à se soucier des choix artistiques. Cela lui donne la possibilité de ne pas se disperser et de concentrer l’essentiel de son temps sur l’amélioration de la qualité de ses plans. Ce temps précieux lui fait parfois défaut lorsqu’il doit se focaliser sur des problèmes techniques. La place du monteur peut également évoluer. Lui qui travaille habituellement de manière isolée, en bout de chaîne de production, peut intervenir en temps réel et traiter les images au quotidien. Là encore, il est possible que ce mode de fonctionnement ne convienne pas à tout le monde et parfois cette configuration n’est pas réalisable (pas d’accès à un réseau Internet pour l’envoi des rushes, monteur non disponible…). Il est toutefois possible d’envisager des tournages qui empruntent de plus en plus cette voie avec des films que l’on serait capable d’achever beaucoup plus tôt que dans le schéma habituel.

21À l’avenir, ce métier pourrait s’avérer être simplement un métier de transition du passage de la pellicule au numérique. Soit l’évolution des savoir-faire des chefs opérateurs et des assistants opérateurs, combinée aux avancées technologiques qui rendent les machines progressivement plus puissantes et plus rapides, rendra obsolète l’intervention d’un technicien supplémentaire. Soit, au contraire, le D.I.T. deviendra un intervenant qui prendra une place importante dans la chaîne de production, en proposant des images étalonnées de manière plus fine. Le laboratoire, tel qu’il existe aujourd’hui, va possiblement se transformer en conséquence, avec un travail de postproduction réduit. Il s’agit alors, pour ces nouveaux techniciens, d’anticiper les changements qui auront lieu ces prochaines années afin de faire évoluer leurs tâches et d’adapter leur métier aux mutations technologiques.

Haut de page

Notes

1 Je renvoie à l’article de Bérénice Bonhomme au sujet de l’évolution du métier de superviseur : Bonhomme Bérénice, Le chef opérateur, la lumière et les effets visuels en France, « Création Collective au Cinéma », n° 1, 2017, Paris.

2 Nous utiliserons le terme de D.I.T. pour le reste de l’article.

3 Site de l’Association française des Digital Imaging Technician disponible à l’adresse suivante : <https://www.a-dit.com>.

4 Flux de travaux qui peut représenter le trajet des rushes du tournage à la postproduction.

5 Les métadonnées donnent des informations sur un fichier.

6 Techniciens spécialisés utilisant les caméras Phantom, caméras qui peuvent enregistrer plusieurs milliers d’images par seconde, ce qui permet notamment d’obtenir des ralentis en très haute définition.

7 <http://theditbook.com/ditbook_base.php>, consulté le 13 avril 2019.

8 La société Be4Post a été fondée en 2014 et propose des machines adaptées au travail des D.I.T. <http://www.be4post.com>, consulté le 13 avril 2019.

9 D. Bruyère dans N. Klimberg, « Rencontre avec Danys Bruyère, DGA Exploitation & Technologies de TSF (WebTV) », s.d., texte disponible à l’adresse suivante : <http://www.mediakwest.com/web-tv/mediakwest/item/rencontre-avec-danys-bruyere-dga-exploitation-technologies-de-tsf-webtv.html>, consulté le 13 avril 2019.

10 Dans un entretien mené avec Audrey Samson en mars 2018.

11 Entretien mené avec Brice Barbier à Paris en septembre 2018.

12 Définition du rôle de data manager tel qu’il est présenté sur le site de l’ADIT <https://www.a-dit.com/data-manager>, consulté le 13 avril 2019.

13 Effet de scintillement que l’on remarque parfois lorsqu’on filme les écrans d’ordinateur par exemple.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Exemple de workflow. Source : document de travail Brice Barbier.
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/3366/img-1.png
Fichier image/png, 112k
Légende Capture d’écran du site THE DIT BOOK qui permet d’accéder à une liste de D.I.T. en Europe. Ils font la démarche de s’inscrire sur le site http://theditbook.com/​ditbook_base.php.
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/3366/img-2.png
Fichier image/png, 106k
Légende Station D.I.T. proposée par Be4Post, source : site Internet Be4Post.
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/3366/img-3.png
Fichier image/png, 165k
Légende Exemple d’arborescence des dossiers. Source document de travail de Brice Barbier.Ces présentations peuvent bien entendu varier, il y a autant de manières de faire qu’il existe de D.I.T., et à chaque changement d’équipe, la distribution des tâches peut être modifiée.
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/3366/img-4.png
Fichier image/png, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexia de Mari, « Émergence des Digital Imaging Technician (D.I.T.) : vers la reconnaissance d’un nouveau métier ? », Mise au point [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 21 décembre 2019, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/map/3366 ; DOI : 10.4000/map.3366

Haut de page

Auteur

Alexia de Mari

Alexia de Mari est doctorante en études cinématographiques, inscrite sous la direction conjointe de madame Kira Kitsopanidou et monsieur Guillaume Soulez, à l’université Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Son sujet de thèse porte sur les interactions entre le processus de création des objets techniques et leurs utilisations, à travers le cas des premières caméras Aaton. Elle étudie le fonds Aaton de la Cinémathèque française en tant que chercheur associée. Elle est actuellement chargée de cours aux universités Sorbonne Nouvelle - Paris 3 et Rennes 2.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo AFECCAV
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals