Navigation – Plan du site

Modalités et enjeux de l’arrivée des outils informatiques dans l’exercice du métier d’assistant réalisateur en France des années 1980 aux années 2010

Morgane Cholet

Résumé

La fonction d’assistant réalisateur existe depuis les années 1920. Véritable lien entre le réalisateur et la production, le métier d’assistant réalisateur a, depuis ses débuts, beaucoup évolué. Des transformations notamment dues à l’évolution des méthodes de production, par la rationalisation et la division des tâches aussi visibles dans l’industrie cinématographique, mais également aux changements survenus suite à l’informatisation des méthodes de travail à partir des années 1980. De nouveaux outils qui ne cessent encore aujourd’hui de se développer et de transformer constamment les manières de faire et de travailler de ces professionnels. En s’appuyant sur différents types de sources comme des témoignages publiés, des livres, manuels ou encore annuaires du cinéma mais aussi sur des entretiens réalisés par nos soins, cet article propose donc de voir comment les nouvelles technologies ont fait évoluer les méthodes de travail des assistants réalisateur et comment ces derniers peuvent réagir face à tant de nouveautés, de rapidité et de facilité de prise en main de ces nouveaux outils.

Haut de page

Texte intégral

1La mise en place d’un plateau de tournage demande une très forte logistique (matérielle, humaine, administrative, etc.). L’un des acteurs qui participe à cette organisation est le premier assistant réalisateur. Véritable bras droit du réalisateur, le premier assistant va être la personne en charge d’établir – entre autres – le « planning de tournage » du film et d’en assurer la bonne tenue.

2Dans ce travail de préparation, l’assistant réalisateur est de plus en plus amené à utiliser et maîtriser de nouveaux outils informatiques. S’il existe aujourd’hui de nombreuses applications spécialement créées pour la logistique et la planification de tournage, nous verrons que les premiers logiciels créés à cet effet datent des années 1980. Dans quelles mesures le remplacement du papier et du crayon par des tableurs informatisés et partagés par tous a-t-il modifié en profondeur les méthodes de travail du premier assistant réalisateur et son équipe ? Comment ces professionnels se sont-ils adaptés à ces nouveaux outils ? Ces transformations ont-elles été accompagnées d’un renouvellement générationnel ?

  • 1 Réjane Hamus-Vallée et Caroline Renouard (Dir), « Les métiers du cinéma à l’ère du numérique », Cin (...)

3On a coutume d’envisager la révolution du numérique dans le champ des études cinématographiques du point de vue des métiers de l’image ou du son. En témoigne, par exemple, le numéro spécial de CinémAction, dirigé par Réjane Hamus-Vallée et Caroline Renouard, « Les métiers du cinéma à l’ère du numérique1 » qui explore divers enjeux du passage au numérique dans l’industrie du cinéma, depuis l’adaptation des professionnels de l’image aux nouvelles caméras jusqu’aux dernières manières de filmer, notamment pour les comédiens ou la possible redéfinition de la hiérarchie des postes sur un plateau avec l’apparition de nouveaux métiers et le réagencement de la chaîne de production.

  • 2 Michel Wievioka, L’impératif numérique ou La nouvelle ère des sciences sociales ?, CNRS Éditions, 2 (...)
  • 3 Victor Sandoval (dir.), Les Mutations des métiers, Paris, Hermes Science Europe, 2000.

4Plus largement, le champ des sciences sociales a rapidement compris l’importance de prendre en considération le numérique et ses impacts dans leurs recherches (L’impératif numérique Michel Wievioka2). Ainsi, on y trouve des études qui, au-delà des spécificités des outils caméra, logiciels de montage, etc., analysent l’impact du numérique et de l’informatique sur l’ensemble des métiers (Les Mutations des métiers3).

  • 4 Yves Alion et Gérard Camy, Le Cinéma par ceux qui le font, publié en 2010 regroupant les témoignage (...)

5Notre étude se trouve donc à mi-chemin entre ces travaux qui analysent des métiers ne s’inscrivant pas nécessairement dans une démarche de création et les études qui fourmillent depuis quelques années concernant l’impact du numérique sur la création cinématographique. Pour tenter de mieux comprendre ces enjeux pour l’assistant réalisateur, nous avons croisé plusieurs types de documents : témoignages publiés d’assistants réalisateur4 (Véronique Labrid, Luc Béraud, Ali Cherkaoui, etc.), annuaires professionnels (malgré l’image non exhaustive et parfois légèrement déformée qu’ils peuvent témoigner d’un état de la profession), mais aussi des entretiens réalisés par nos soins. Pour ces sources orales, nous avons souhaité mélanger des personnalités et profils divers, qu’il s’agisse de la carrière, de l’âge ou du genre. Nous avons ainsi pu rencontrer Sonia Larue, ancienne assistante réalisateur et aujourd’hui directrice de casting ainsi que réalisatrice de courts métrages, Isabelle Henry assistante réalisateur ou bien encore Laurence Moinereau, directrice du master professionnel Assistant réalisateur à l’université de Poitiers.

  • 5 Pierre Malfille, L’Assistant - Réalisateur, Paris, Institut des Hautes Études Cinématographiques, c (...)
  • 6 Valérie Othnin-Girard, L’assistant réalisateur, préface de Bernard Stora, Paris, Fondation Européen (...)
  • 7 Jean Serres, L’assistant réalisateur d’aujourd’hui, Paris, Dujarric, 1989.
  • 8 Jean-Philippe Blime, L’assistant réalisateur, Paris, Dixit Éditions, 2004.

6Par ailleurs, il existe une série d’ouvrages consacrés au métier et qui peuvent être ici considérés comme des sources, des documents produisant des discours et permettant de retracer l’évolution des outils de l’assistant réalisateur. Ils peuvent être présentés comme des manuels à destination des aspirants assistants voulant apprendre le métier et témoignent de l’évolution qu’a pu connaître la profession notamment depuis l’arrivée des nouveaux outils et logiciels de planification de tournage. Citons pour exemple L’Assistant - Réalisateur5, écrit en 1957 par Pierre Malfille, L’assistant réalisateur6 de Valérie Othnin-Girard, publié en 1988, suivi l’année d’après par le livre de Jean Serres L’assistant réalisateur d’aujourd’hui7 ou, plus récemment, l’ouvrage de Jean Philippe Blime sorti en 2004 (et réédité en 2009) : L’assistant réalisateur8.

7À partir de ces documents écrits et oraux, nous essaierons de voir dans quelle mesure l’arrivée de l’outil informatique a modifié les tâches de l’assistant réalisateur et a peut-être contribué (ou non) à renouveler les générations. Il nous semble nécessaire, avant d’analyser les bouleversements, de présenter dans un premier temps la fonction même d’assistant réalisateur ainsi que ses méthodes de travail avant l’informatisation du métier. Nous verrons ensuite comment les premiers logiciels à destination de ces professionnels ont transformé leur manière de travailler, induisant de fait une certaine adaptabilité, ainsi que les solutions mises en place par les professionnels pour accompagner cette transition.

Les tâches de l’assistant réalisateur

  • 9 Sur cette question, vous pouvez vous référer au travail de fin d’études de Candice Bibauw, Le métie (...)

8Si cette question ne fait pas débat Outre-Atlantique, il persiste en France certaines idées reçues9 : un assistant réalisateur serait un « apprenti réalisateur ». Pourtant, au vu de ces fonctions, il ne fait aucun doute qu’il représente un poste à part entière, prenant place dès la phase de préparation du film jusqu’à la fin du tournage. C’est pourquoi nous avons choisi, dès le début de cet article, de parler d’une assistante réalisateur et non d’une assistante réalisatrice ou bien encore des assistants réalisateur de manière plus générale, pensant que nous parlons d’un assistant qui assiste un réalisateur et non d’un assistant qui réalise.

9Le premier assistant réalisateur (aidé de son équipe : le deuxième et le troisième assistant réalisateur) a un rôle actif dans la préparation et le bon déroulement du tournage. Sa tâche se cristallise autour de l’établissement d’un document : le plan de travail. Celui-ci est établi à la suite d’un dépouillement minutieux du scénario, scène par scène, permettant de relever l’ensemble des éléments nécessaires pour chaque étape du tournage. Présenté sous la forme d’un tableau, le plan de travail constitue l’emploi du temps du tournage. Il reprend pour chaque journée l’ordre des scènes à tourner, à quelle date chaque scène sera tournée, les horaires de début et fin de journée – en prenant en compte l’installation du matériel, la mise en place des techniciens, les répétitions d’un mouvement à réaliser, mais aussi le temps de préparation des comédiens, la pose du maquillage, les possibles répétitions que souhaitera le réalisateur, les informations concernant le décor sur lequel l’équipe doit se rendre chaque jour, les heures des repas, etc. Le plan de travail fait également mention des différents éléments nécessaires au tournage de chaque scène : quels comédiens doivent être présents et sur quelles scènes. De la figuration est-elle demandée ? Des véhicules ? Des animaux ? A-t-on besoin d’un maquillage spécifique comme des blessures, un vieillissement du personnage ou bien des scènes de cascade ? Faut-il des rails et un chariot de travelling ? Une grue ? Etc.

Exemple d’un plan de travail tiré du film Janine, ma place dans le monde, Felipe Vargas, 2010 http://janinemisenscene.blogspot.fr/​2010/​10/​exemple-de-feuille-de-service.ht

10À partir du plan de travail définitif et validé par la production, le premier assistant et son équipe établissent en amont du tournage les feuilles de service. Ce document est distribué à la fin de chaque journée de tournage à l’ensemble des techniciens présents sur le plateau. Il reprend les éléments du plan de travail – horaires d’arrivée et de fin de journée, décors, comédiens et figuration nécessaire, etc. – mais uniquement pour la journée du lendemain.

Exemple d’une feuille de service tirée du film Janine, ma place dans le monde, Felipe Vargas, 2010, http://janinemisenscene.blogspot.fr/​2010/​10/​plan-de-travail.html

11Une fois le tournage commencé, le premier assistant devient le garant du respect de ce plan de travail. Ce sera à lui de s’assurer de la bonne présence des comédiens en loge pour la scène à venir, de l’installation en temps et en heure du matériel nécessaire sur le plateau, etc. Il prend donc en charge la logistique « matérielle » du plateau afin de permettre au réalisateur d’installer l’ambiance de la prochaine scène à tourner.

12Les méthodes de travail de l’assistant réalisateur avant l’arrivée de l’informatique

13Avant l’arrivée de l’informatique, les assistants dépouillaient le scénario « manuellement » à l’aide de surligneurs ; chaque couleur étant attribuée à une catégorie différente comme les personnages, les décors, les costumes, etc. Ils listaient l’ensemble de ces éléments sur des fiches mobiles individuelles et élaboraient un plan de travail à l’aide d’un système de baguettes – appelées réglettes – sur un tableau rigide fixé au mur. Ils pouvaient insérer et agencer à leur souhait ces réglettes. Chacune d’elles représentait une scène à tourner et reprenait l’ensemble des éléments préalablement dépouillés. Elles étaient ainsi placées en fonction de leur ordre de tournage.

  • 10 Véronique Labrid dans Yves Alion et Gérard Camy, Le Cinéma par ceux qui le font, Paris, Nouveau Mon (...)

14Ce système offrait l’avantage d’une grande adaptabilité, les baguettes étant déplaçables, interchangeables tout au long de la préparation. Mais cette manière de faire restait tout de même assez contraignante. Ainsi, une fois établis, ces documents devaient ensuite être retranscrits par le secrétaire de production comme a pu en témoigner Véronique Labrid, première assistante depuis 1990 (L’Année de l’éveil, Gérard Corbiau), dans un entretien accordé à Yves Alion et Gérard Camy : « Quand j’ai commencé [en 1984 comme deuxième assistante] il n’y avait pas d’ordinateur. On faisait tout taper par le secrétaire de production […] Maintenant, nous avons des logiciels. La technologie a évolué dans tous les secteurs. »10 Cette manière de travailler n’était pas non plus sans risque. En effet, les erreurs « humaines » pouvaient être fréquentes : un oubli de la part du premier assistant dans le dépouillement ou une erreur de saisie de la part du secrétaire de production pouvaient entraîner une perte de temps importante. Il fallait alors tout revoir et tout ressaisir. La standardisation des méthodes de travail de l’assistant réalisateur par l’introduction de l’outil informatique a ainsi pu simplifier l’édition de ces différents documents et faire gagner un temps certain. Cette informatisation commence à la fin des années 1980 avec la mise en place du premier logiciel à destination des assistants réalisateur : Cinémachine.

Le premier logiciel de traitement de l’information à destination des assistants réalisateur : la station de travail Cinémachine (1985)

  • 11 Jean Serres, L’assistant réalisateur d’aujourd’hui, Paris, Dujarric, 1989, p. 25-28, p. 97-103.

15Dès 1989, dans L’assistant réalisateur d’aujourd’hui, Jean Serres mentionne l’usage de Cinémachine11. Il s’agit d’une station de travail informatisée dont la première version a été créée en 1985. Cette station de travail est l’extension d’un logiciel de traitement de texte mis au point pour les scénaristes à la même époque, CineWrite. Une fois le scénario tapé sur ce logiciel, il suffisait à l’assistant réalisateur d’insérer la disquette le contenant dans la station Cinémachine. Le système avait déjà préétabli différentes rubriques classiques comme « numéro de séquence », « décors », « personnages », etc. auxquelles les utilisateurs pouvaient ajouter 23 autres rubriques, selon les besoins du scénario, comme « animaux », « armes », « véhicules », etc. Une fois le scénario entré dans la machine, l’assistant pouvait, par exemple, sélectionner le nom d’un personnage pour en faire une entrée sous la rubrique « personnages ». Cette occurrence apparaissait ensuite soulignée à chacune de ses apparitions, évitant ainsi un oubli potentiel de la part de l’assistant. Il était possible de répéter ce procédé pour l’ensemble des rubriques déterminées par l’assistant. Ce logiciel permettait aussi d’isoler chacune des séquences sur un document distinct. Dès lors, il est devenu très facile de regrouper chaque séquence en fonction d’un paramètre précis (par décor par exemple). Ensuite, l’assistant pouvait renseigner pour chacune de ces séquences son estimation de temps de tournage. Une fois le dépouillement fini, il suffisait à l’assistant d’agencer sur un document informatique annexe les différentes séquences en fonction de l’ordre dans lequel il avait prévu de les tourner. En plus de l’automatisation des regroupements de données que ce logiciel procurait, la mise à jour des changements dans le scénario était, elle aussi, automatique. En effet, Cinémachine étant corrélé au scénario fourni, le moindre changement sur celui-ci entraînait la modification du dépouillement préalablement établi. Pour autant, en 1989, Jean Serres fait état d’une utilisation restreinte de cet outil au sein de l’ensemble de la production audiovisuelle en France.

De Cinémachine à MovieMagicScheduling, premier logiciel individuel à destination des assistants réalisateur

  • 12 Ibid., p. 101.

16Selon Jean Serres, Cinémachine serait un nouvel outil donnant à l’assistant « des possibilités nouvelles liées à une grande rapidité d’exécution et d’édition des documents »12. Toutefois, la station Cinémachine était à cette période louée par les productions seulement pour la durée de préparation. La possibilité pour l’assistant de travailler à partir de cette machine était donc liée au budget du projet. S’il annonce une future généralisation de l’outil à l’ensemble des activités de production audiovisuelle, Serres précise que l’utilisation de ce nouvel outil est alors beaucoup plus fréquente dans le cadre de la production de séries télévisées qu’en cinéma. Si Cinémachine reste le premier logiciel de traitement de l’information et de planification d’un tournage, il est aujourd’hui remplacé par de nouveaux logiciels spécialement ciblés pour les assistants réalisateur, comme MovieMagicScheduling commercialisé au début des années 2000. MovieMagicScheduling est développé par l’entreprise américaine Entertainment Partners. Créée en 1976, celle-ci propose des programmes pour les professionnels de l’audiovisuel. En plus du logiciel pour les assistants réalisateur, la société a aussi développé un outil de travail pour les directeurs de production (MovieMagicBudgeting) et pour les directeurs de casting (Background Casting).

  • 13 En vente sur le site de la société Entertainment Partners à l’adresse URL suivante : <https://shop.ep.com/movie-magic-scheduling-6> (dernière con</https> (...)

17Utilisé par la grande majorité des assistants, cet outil fonctionne sur le même principe que la station Cinémachine, à la différence que MovieMagicScheduling est en vente libre13, toute personne souhaitant travailler comme assistant réalisateur peut installer ce logiciel sur son ordinateur personnel.

Des outils de plus en plus nombreux et diversifiés

  • 14 <http://www.movie.fr/> (dernière consultation le 9 avril 2018).
  • 15 <https://www.outlookmovie.com/index.php?pg=2> (dernière consultation le 9 avril 2018).
  • 16 <http://www.arassocies.com/test-de-setkeeper-presentation/> (dernière consultation le 9 avril 2018).

18Si MovieMagicScheduling constitue le premier véritable logiciel adopté par les assistants réalisateur, on en trouve également une version française avec le programme MovieData14. Ce logiciel est commercialisé par la société MovieSolutions, entreprise fondée en 1997 et spécialisée dans le développement de logiciels professionnels à destination des métiers de la production audiovisuelle. Plus récemment, on a également vu fleurir des applications consacrées à la planification de tournage. Ces dernières sont téléchargeables sur de nouveaux outils tels que les tablettes numériques ou encore les smartphones, offrant une portabilité nouvelle aux professionnels. Sur ce principe Marc Jenny, un producteur et assistant réalisateur, développe en 2006 l’application en ligne OutlookMovie15. Celle-ci permet de mettre en lien tous les acteurs de la production du film : assistant réalisateur mais aussi directeur de production, directeur de casting, etc., chacun y partageant ses documents de travail. Si OutlookMovie semble offrir bien des avantages, comme un accès à distance et de manière dématérialisée au document de production, cette application reste apparemment très peu utilisée par les assistants réalisateur – du moins en France. Toutefois, sur le même modèle, l’application SetKeeper a été créée en 201316. Développée par la start-up française Melusyn, l’application SetKeeper, tout comme OutlookMovie, repose sur une plate-forme Web qui prend l’apparence d’un bureau virtuel de travail où tous les éléments nécessaires à la préparation du tournage sont regroupés : scénario, production, casting, mise en scène, etc. À l’image de Cinémachine, cette application n’est pas commercialisée pour le grand public. Un bureau virtuel est loué par Melusyn aux productions qui en font la demande. La grille tarifaire est établie en fonction de la nature du projet audiovisuel : 1 500 € pour les projets indépendants, 3 500 € pour les séries télévisuelles et 5 000 € pour les projets qualifiés de blockbusters. La location peut varier entre 12 et 18 mois, selon les projets. Même si les tarifs sont élevés pour certaines productions, il semble que ce nouvel outil ravisse les assistants réalisateur. L’Association Française des Assistants Réalisateurs (AFAR) a d’ailleurs mis en place un partenariat en 2015 avec l’entreprise Melusyn afin de démocratiser l’usage de SetKeeper dans les productions audiovisuelles. Depuis les années 2000, on constate donc une multiplication des outils informatiques mis à la disposition des premiers assistants réalisateur. Ces nouvelles alternatives de travail ont simplifié, standardisé et optimisé les tâches des premiers assistants. L’apparition de ces outils va de pair avec la mise en place de formations que nous allons maintenant aborder. En effet, la question de l’adaptabilité des assistants à ces nouvelles méthodes de travail doit être posée.

Un renouveau générationnel parmi les assistants réalisateur ?

  • 17 Entretien avec Sonia Larue, réalisé à Rennes, le 6 novembre 2015.

19Désormais démocratisée dans le travail de l’assistant, l’utilisation de ces outils impose des pratiques et gestes très différents. Nous pensons ici surtout au passage des outils papier vers les outils informatiques qui demandent, selon nous, une plus grande transformation des gestes et pratiques du travail que le passage d’un logiciel implanté sur ordinateur à une plate-forme dématérialisée sur tablette. En témoignent les propos de Sonia Larue, ancienne assistante réalisateur aujourd’hui directrice de casting : « Je trouve que c’est un métier qui s’est beaucoup geeckisé. Aujourd’hui, un assistant [réalisateur] ne peut pas ne pas avoir de smartphone ou d’ordinateur sans logiciel spécifique. Aujourd’hui, je ne pourrais plus être assistante, car je ne saurais pas utiliser les logiciels. »17 L’adoption et la maîtrise de ces nouveaux outils ne semblent pas des plus évidentes. Il importe donc de se demander comment s’est effectuée cette transition et si cette évolution technique a pesé dans un éventuel renouvellement générationnel des assistants réalisateur.

20En nous appuyant sur les annuaires professionnels du cinéma des éditions Bellefaye, on peut voir que la période 1990-2015 affiche une moyenne de 9,8 % de disparitions par an contre une moyenne de 8,4 % de nouveaux arrivants. Ce renouveau générationnel semble s’équilibrer entre le total des disparitions et celui des nouveaux arrivants, mais reste sensiblement inférieur au renouvellement générationnel que l’on peut trouver sur la période 1975-1989 (soit les 15 années avant l’arrivée du premier logiciel de planification de tournage). En effet, cette dernière période affiche une moyenne de 11 % de disparitions par an contre 12,2 % de nouvelles arrivées. Néanmoins, on note tout de même de très forts pics de renouvellement dans les rangs des premiers assistants réalisateur après 1990. Ainsi, l’année 1992 présente un taux de 17,6 % de nouvelles arrivées. Celui-ci est régulé en 1993 avec 21 % d’assistants réalisateur disparaissant des annuaires professionnels. Il en va de même pour l’année 2006 qui affiche 18,2 % de disparitions parmi les premiers assistants. On ne peut s’empêcher de remarquer que ce pic suit la première commercialisation du logiciel MovieMagicScheduling. Ce programme lance en 2011 sa sixième version, année où l’on recense 17,4 % de nouveaux premiers assistants. Coïncidence ? Si ces chiffres sont troublants, ils ne peuvent toutefois suffire à faire de l’évolution des outils un facteur évident du renouvellement des assistants réalisateur.

21Notons cependant que le fort taux de renouvellement correspondant à la fin des années 2000 (jusqu’en 2011) constitue la seconde étape de la transformation par l’informatique du métier liée, cette fois, au développement croissant des réseaux sociaux qui offrent de nouvelles possibilités de travail partagé pour les assistants, telles que des bureaux virtuels ou encore la mise en place d’un groupe Facebook dédié à l’équipe du film. De nouveaux outils que les assistants utilisent désormais pour communiquer informations et documents de travail comme a pu en témoigner Ali Cherkaoui dans la revue 16/9ème :

  • 18 Ali Cherkaoui dans Karim Ramzy, « Entretien : Ali Cherkaoui », 16/9ème, n° 3, mai-juin 2008, p. 104 (...)

Aujourd’hui, il y a des logiciels de plan de travail et de dépouillement, des systèmes de base de données performants, des logiciels de story-board qui permettent de prévisualiser un plan ou des mouvements de caméra. Des solutions de bureaux de production virtuels sur Internet permettant de partager efficacement les informations de préparation, calendriers, documents… Une véritable révolution en 10/15 ans18.

22En dépit du fait que les chiffres tirés de l’analyse des annuaires ne sont pas assez parlants pour établir un lien de cause à effet, il est fort possible qu’une évolution aussi radicale ait pu décourager ou accélérer le départ en retraite de certains assistants, habitués aux anciens modes de fonctionnement. En tous les cas, l’adoption et la démocratisation de ces nouveaux outils ont demandé à de nombreux assistants actifs une adaptation à ces nouvelles méthodes de travail. Il convient donc de se demander comment ces professionnels ont pu et peuvent encore aujourd’hui se familiariser aux outils désormais accessibles.

Différents moyens mis en place pour se familiariser à la prise en main de ces nouveaux logiciels

23La question de la formation à ces nouveaux outils doit être posée car lors de l’arrivée de ces nouvelles technologies, l’encadrement des assistants, de leurs pratiques et usages de ces logiciels, n’était pas assuré, comme en témoigne Isabelle Henry :

  • 19 Entretien téléphonique avec Isabelle Henry, réalisé le 12 mars 2018.

J’ai appris à maîtriser ces outils sur le tas parce qu’à l’époque, il n’y avait pas le choix, il n’existait pas de formation comme on peut en trouver aujourd’hui. Après, ce n’est pas très complexe non plus, la manière de faire reste la même qu’avec du papier et un crayon. Mais j’ai appris à me servir des logiciels par moi-même ou grâce à des amis. Chacun se montrant à l’autre comment tel ou tel outil fonctionne19.

  • 20 <http://www.arassocies.com/test-de-setkeeper-le-bilan/> (dernière consultation le 29 janvier 2018).

24Pour permettre aux utilisateurs de mieux prendre en main leurs logiciels, on trouve aujourd’hui des stages de formation mis en place par certaines sociétés. C’est le cas de la société française MovieSolution, qui consacre une part importante de ses activités à la formation de ses clients aux produits qu’elle développe. Il en va de même pour la start-up Melusyn qui met elle aussi en place des formations à la maîtrise du bureau virtuel qu’elle a créé. Cependant, pour la formation à l’outil SetKeeper, c’est la production du film qui doit en faire la demande au moment de la location de l’application. Un stage de formation coûtera à la production 500 € par personne formée20. Si ces deux entreprises ont tenu à former elles-mêmes les assistants utilisant leurs produits, encadrant ainsi les pratiques des professionnels et des consommateurs, on trouve aussi aujourd’hui des formations privées proposées aux assistants réalisateur pour les accompagner dans la prise en main des nouveaux outils de travail. Le Centre International de Formation à l’Audiovisuel et de Production (CIFAP) par exemple propose plusieurs fois par an une formation en cinq jours (35 heures) à l’utilisation du logiciel MovieMagicScheduling. Un module consacré au même logiciel est également présent dans la formation Assistant réalisateur également dispensée par le CIFAP, ainsi que dans la formation Assistanat à la réalisation que propose le Centre Européen de Formation à la Production de Film (CEFPF). On retrouve même un module de travail sur logiciel de planification de tournage dans certaines formations plus longues, comme le master professionnel Assistant réalisateur proposé par l’université de Poitiers. Ce dernier intègre deux modules de travail par informatique au cours de la deuxième année d’étude : l’un sur une feuille de calcul de logiciel de bureautique (de type Excel par exemple), l’autre sur le logiciel MovieMagicScheduling. Une première expérience sur logiciel jugée utile par Marylène Garnero, étudiante en deuxième année de ce master professionnel :

  • 21 Échange avec Marylène Garnero réalisé par mail le 20 mars 2018.

Nous avons un séminaire de trois jours en deuxième année sur MovieMagicScheduling qui est dispensé par un assistant réalisateur. C’est court, mais il y a vraiment la possibilité de bien connaître le logiciel, même en si peu de temps. Ensuite, on ne l’utilise plus pendant le reste de l’année, mais le logiciel est installé sur les ordinateurs de l’université, on peut donc les utiliser pour faire nos dépouillements, nos feuilles de service, plans de travail, ou tout autre type de liste qui peut être utile pour un tournage21.

  • 22 Échange avec Laurence Moinereau réalisé par mail le 19 mars 2018.
  • 23 Échange avec Marylène Garnero, op. cit.
  • 24 Ces articles sont consultables aux adresses URL suivantes : <http://www.arassocies.com/test-de-setkeeper-presentation/>, <http://www.arassocies.com/test-de-setkeeper-prise-main/> et <http://www.arassocies.com/test-de-setkeeper-le-bilan/>, dernière consultation le 3 févr</http></http></http>

25Intégrer l’outil informatique seulement en deuxième année et sur une courte durée d’utilisation se justifie pour Laurence Moinereau – responsable du master – d’un point de vue pédagogique : « Travailler d’abord par la méthode papier pour ensuite se familiariser avec les outils informatiques oblige à connaître le scénario parfaitement et se libérer du logiciel, de ne s’en servir que comme appui et non pas seul et unique référent. »22 Le master de Poitiers forme ses étudiants au logiciel MovieMagicSheduling, car c’est le plus couramment utilisé par les assistants et parce que d’autres logiciels comme SetKeeper nécessitent d’être déjà technicien sur le tournage (et donc professionnel) pour en faire la demande à la production. La formation au logiciel MovieData n’est accessible que sous certaines conditions comme a pu nous en parler une nouvelle fois Marylène Garnero : « Nous n’avons pas de séminaire nous apprenant à utiliser MovieData, car le logiciel n’est accessible qu’après avoir fait une formation auprès de Pôle emploi. Je pense que je la ferai quand je serai dans le milieu professionnel. »23 Les assistants (et aspirants assistants réalisateur) n’ayant pas accès à une formation peuvent trouver une aide à la prise en main de ces logiciels sur des sites Internet consacrés au métier. Ainsi, l’AFAR, déjà citée, a publié un billet sur l’utilisation de la nouvelle version de MovieMagicScheduling, mais également des aides à la prise en main de MovieData ou encore SetKeeper, Dropbox, etc., autant de logiciels et applications développés à la suite de MovieMagicScheduling et appréciés des premiers assistants. On trouve aussi des tutoriels sur le site Internet de l’association ARAssociés (association regroupant un ensemble de premiers, seconds ou encore troisièmes assistants réalisateur). En 2017, par exemple, l’association a publié sur son site Internet un article – écrit par deux de ses membres : Perle Tharinger et Franck Filippelli – concernant l’application SetKeeper. Cet article se divise en trois parties : la première présente l’application, la société qui la développe ainsi que les avantages qu’elle présente, la deuxième est une notice de prise en main du logiciel et la dernière partie est un bilan après l’utilisation prolongée de cette application24. Les assistants se retrouvant un peu perdus face à un logiciel ou une application de planification de tournage peuvent donc obtenir une aide et un soutien de la part de leurs confrères ou bien décider de suivre un stage de formation à cet outil. La démocratisation de l’outil informatique a donc obligé les assistants réalisateur à s’adapter aux nouvelles possibilités et solutions qu’il apporte. Cependant, ces différents changements font-ils l’unanimité auprès des assistants réalisateur ?

Les conséquences de l’informatisation des méthodes de travail sur le métier d’assistant réalisateur

26Si l’on a pu soulever un certain nombre d’aspects positifs liés à l’informatisation du travail de l’assistant réalisateur, les nouvelles technologies qui prennent toujours plus de place dans le quotidien d’un assistant ne sont pas toujours perçues de manière positive. En effet, Isabelle Henry, assistante réalisateur depuis 1986 (Jean de Florette, Claude Berri) perçoit les changements apportés par ces nouveaux outils de travail de manière plutôt négative :

  • 25 Entretien téléphonique avec Isabelle Henry, réalisé le 12 mars 2018. Les citations qui suivent prov (...)

Il est vrai que cela a radicalement changé notre manière de travailler. Avant, on réalisait le dépouillement à la main. Des tableaux étaient déjà imprimés sur des feuilles et il nous suffisait de les remplir à la main. C’était une manière de faire beaucoup plus artisanale. Aujourd’hui, tout va beaucoup plus vite et ces nouveaux outils peuvent être avantageux pour certains corps de métier : la scripte par exemple. Désormais, elle a tous ses documents sur sa tablette et peut s’y retrouver plus facilement. Mais, personnellement, je vois tout de même plus d’aspects négatifs que positifs aux changements induits par les nouvelles technologies25.

27L’un des points négatifs qu’a pu soulever Isabelle Henry est le manque de visibilité qu’elle peut avoir sur le film lorsqu’elle travaille sur ordinateur :

Je continue toujours de travailler avec mon système de réglettes, à la main, pour composer le plan de travail. C’est le même principe que sur un logiciel, mais le travail est plus artisanal. Un plan de travail mural m’offre une meilleure visibilité du film que celle que je peux avoir sur logiciel. Sur un ordinateur ou une tablette, je n’arrive pas à me figurer l’ensemble du film. Les réglettes me permettent de mieux posséder celui-ci et m’offrent une meilleure mobilité des différents éléments à agencer entre eux. Après, cela est plus simple et plus clair pour moi, car c’est de cette manière que j’ai appris mon travail.

  • 26 Sur ces questions, voir notamment les deux articles de Bérénice Bonhomme, « Le chef opérateur, la l (...)

28La question de la formation, de l’apprentissage d’une méthode est donc là aussi posée. C’est bien un problème générationnel que soulève ici Isabelle Henry. Ayant appris à faire son travail de manière plus « artisanale », travailler avec les nouveaux outils aujourd’hui disponibles ne lui est pas intuitif. Par ailleurs, la virtualisation, avec ses infinies possibilités, ne permet plus aussi facilement une visualisation close de l’objet, or cette clôture fait partie du travail de l’assistant réalisateur qui rationalise l’espace-temps forcément limité du tournage. Cette idée ne s’applique d’ailleurs pas uniquement à l’assistant réalisateur et peut être mise en parallèle avec l’évolution du poste de directeur de la photographie au regard des nouvelles possibilités offertes par la postproduction et de la question des temps impartis à chacune de ces étapes26. Concernant l’assistant réalisateur, la dématérialisation des supports de travail modifie la manière d’appréhender l’objet qu’est le film. Cette transformation n’est pas nécessairement perçue par la nouvelle génération d’assistants réalisateur mais, pour les assistants à la carrière plus ancienne, cette évolution entraîne une nécessaire adaptation et transformation du regard et de la conceptualisation du tournage. Les assistants commençant tout juste leur carrière auraient donc un rapport différent au film, une autre vision induite par l’utilisation des nouveaux outils à disposition. Pour Isabelle Henry, ce rapport nouveau au film débouche sur un autre problème : la transmission du métier. En effet, la démocratisation et l’accès plus libre à certains logiciels de planification de tournage nuiraient à une transmission de savoir-faire et savoir-être d’assistant en assistant. Aujourd’hui, toute personne s’étant procurée la dernière version de MovieMagicScheduling, par exemple, peut se prétendre assistant réalisateur et cela, sans pour autant avoir acquis les bons gestes, réflexes, manières de faire et penser pour organiser au mieux un tournage. Le problème selon Henry – et probablement pour une partie des assistants réalisateur – réside dans le fait que la seule maîtrise d’un logiciel ne suffit pas à devenir un bon assistant réalisateur. Chaque tournage possède ses spécificités et ses particularités propres qu’aucun logiciel ne peut anticiper. Comme le soulignait précédemment Isabelle Henry, travailler (et se former) uniquement sur logiciel offre une visibilité réduite de l’ensemble du film. Une idée également émise par Laurence Moinereau :

  • 27 Échange avec Laurence Moinereau, réalisé par mail le 19 mars 2018.

Beaucoup d’assistants dénoncent les effets pervers que peuvent avoir les logiciels lorsqu’ils sont utilisés par des personnes se reposant entièrement dessus comme une facilité, s’épargnant ainsi une véritable appropriation du scénario. Être assistant implique d’avoir l’ensemble du film « dans la tête », même si l’on travaille sur logiciel27.

29Si l’usage désormais dominant des logiciels de planification de tournage peut être vu comme une menace sur la transmission et le savoir-faire du métier, leur seul usage ne justifie pas les craintes que peut avoir Isabelle Henry. Selon elle, il existe un second élément qui joue sur la perte de la transmission du métier : la réduction des temps de préparation et de tournage du film :

Je pense que les gens de ma génération, qui ont commencé à travailler en même temps que moi, ne sont pas vraiment réjouis par les changements que les nouvelles technologies entraînent. Cela impacte notamment la transmission du métier. Aujourd’hui, on travaille dans une économie réduite, les temps de préparation ont beaucoup diminué et en partie à cause de l’arrivée de ces nouveaux outils de travail. Par exemple, il y a maintenant quelque temps, un stagiaire arrivait trois mois avant le début du tournage d’un film. Aujourd’hui, il arrive trois jours avant. Ce changement, dû en partie à la réduction des temps de préparation, modifie complètement la manière de transmettre le métier. Aujourd’hui, on ne peut plus apprendre le métier à quelqu’un.

30Le libre accès aux différents logiciels d’aide à la préparation de tournage ajouté à la réduction du temps de préparation auraient donc aussi fait perdre aux assistants la possibilité de former eux-mêmes la future génération d’assistants, leur relève.

31Cette restriction des temps de préparation et de tournage alloués à un film a aussi été impulsée par le temps gagné par l’utilisation de ces nouveaux outils. Toutefois, l’informatisation des méthodes de travail de l’assistant n’en est pas l’unique raison. C’est également lié à une répartition nouvelle des tâches. En France et au moins depuis l’après-guerre, un assistant réalisateur s’occupait généralement des repérages des décors, de la distribution, de la figuration, etc. Aujourd’hui, ces prérogatives ont glissé vers des métiers indépendants comme directeur de casting ou repéreur. La fin des années 1970 voit naître de nouveaux métiers. Les directeurs de casting – professionnels chargés de se mettre en quête de comédiens, figurants, silhouettes, etc. pouvant correspondre aux critères des personnages présents dans le scénario afin de les suggérer au réalisateur par la suite – font leur première apparition dans les annuaires professionnels en 1978. Mentionnés à partir de 1990, les repéreurs – professionnels chargés de trouver des décors dans lesquels le réalisateur pourra tourner une séquence donnée – viennent à leur tour décharger l’assistant réalisateur de plusieurs de ses anciennes prérogatives. Le gain de temps permis par l’arrivée des logiciels et nouveaux outils de travail ainsi que l’éclatement de certaines tâches, désormais confiées à de nouveaux professionnels, ont eu pour conséquence la réduction des temps de préparation et de tournage et font que l’assistant se retrouve désormais cantonné à l’élaboration du plan de travail et au traitement informatique des données. Ces transformations ont pu être mal vécues par certains assistants réalisateur, qui ont perçu ce changement de fonction comme un changement de statut. C’est ce que nous explique Sonia Larue :

  • 28 Entretien avec Sonia Larue, réalisé à Rennes, le 6 novembre 2016.

Aujourd’hui, les tâches se sont énormément sectorisées. Maintenant, il y a une personne chargée des castings, une autre chargée des repérages… L’assistant a ainsi été conduit à n’être qu’un gestionnaire administratif à mon sens. Il ne crée plus grand-chose aujourd’hui, et cela depuis un petit moment déjà28.

Conclusion

32Ainsi, le travail par informatique a complètement redéfini et modifié la perception du métier d’assistant réalisateur, mais aussi, selon Isabelle Henry, la place même de ce dernier au sein de l’équipe du film. En effet, placé entre le marteau et l’enclume, entre la production et la réalisation, le poste d’assistant réalisateur est avant tout un poste où prime la communication, où le relationnel est omniprésent. Or, l’adoption de plus en plus répandue des outils informatiques tels que la mise en commun de l’ensemble des documents sur un bureau virtuel comme le permet l’application SetKeeper, par exemple, bouleverse complètement la manière de communiquer à l’intérieur de l’équipe et notamment en amont du tournage, pendant la préparation. Aujourd’hui, tout le monde échange par messagerie instantanée pour optimiser et gagner du temps. Or, l’assistant réalisateur a besoin de contacts réguliers pour suivre l’avancée des préparatifs du tournage :

Aujourd’hui, les gens se parlent moins. On n’échange plus que par mail. Cela devient compliqué à un poste comme celui d’assistant réalisateur qui est tout de même un coordinateur et où la communication joue un rôle des plus important. Cela peut même être source d’erreurs et de malentendus. Les mails permettent aux gens de se dédouaner. Ayant envoyé un mail, la personne considère ce détail comme réglé. Or, il est tout de même important de se rencontrer concrètement pour régler chaque détail. L’informatique change beaucoup les rapports que l’on entretient sur un plateau et cela n’est pas toujours des plus agréable.

  • 29 Ali Cherkaoui dans Perle Tharinger et Franck Filippelli, « Test de Setkeeper – le bilan », consulta (...)

33Les outils informatiques auraient donc transformé les rapports de chacun sur un plateau mais, surtout, ont modifié en profondeur les gestes, la conceptualisation et la communication du travail de l’assistant réalisateur. L’adoption de ces nouveaux outils va également de pair avec de nouvelles conditions de travail : accélération du temps de travail, rapidité d’exécution des traitements de données, etc. Si, pour certains, l’informatisation du métier nuit à une certaine qualité de travail ; pour d’autres, le gain de temps permis par ces nouveaux outils est précieux et même nécessaire comme en témoigne Ali Cherkaoui : « Les réductions des temps de préparation et tournage sur beaucoup de longs [métrages] et séries obligeront les équipes, à terme, à suivre ce mouvement pour être plus efficaces en intégrant des outils comme Setkeeper. »29 Nous voici donc pris dans un cercle vicieux pour certains, vertueux pour d’autres, où la réduction des temps de préparation et de tournage d’un film, impulsée par l’arrivée des nouvelles technologies, obligerait, in fine, les professionnels à utiliser ces dernières.

34Nota Bene : cet article s’inscrit dans la poursuite de recherches menées dans le cadre d’un mémoire de master Recherche à l’université Rennes 2 sur le métier d’assistant réalisateur en France, soutenu en juin 2017. Il est possible de consulter le mémoire sur le site Internet : <https://dumas.ccsd.cnrs.fr/​dumas-01615558/​document> ou bien sur le site de l’association ARAssociés : <http://www.arassocies.com/​quelle-place-pour-lassistant-realisateur-en-france/​>

Haut de page

Bibliographie

Sciences sociales

Victor Sandova (dir.), Les Mutations des métiers, Paris, Hermes Science Europe, 2000.

Michel Wievoka, L’impératif numérique ou La nouvelle ère des sciences sociales ?, CNRS Editions, 2013

Annuaires du cinéma

Anonyme, Le Tout cinéma : annuaire professionnel du monde cinématographique, Paris, éditions Guilhamou. Année consultée : 1946

Anonyme, Le Tout cinéma : annuaire professionnel du monde cinématographique, Paris, Société Nouvelle des éditions Guilhamou.
Années consultées : 1950, 1952, 1955, 1956

Anonyme, Annuaire du cinéma, Paris, Bellefaye.
Années consultées : 1951, 1954, 1957, 1958, 1959, 1960, 1961, 1962

Anonyme, Annuaire du cinéma et télé-cinéma, Paris, Bellefaye.
Année consultée : 1963

Anonyme, Annuaire du cinéma et de la télévision, Paris, Bellefaye.
Années consultées : 1964, 1965, 1966, 1967, 1968, 1969, 1970, 1980, 1981, 1982, 1983, 1984, 1985

Anonyme, Annuaire du cinéma, télévision, vidéo, Paris, Bellefaye.
Années consultées :1986, 1987, 1988, 1989, 1990, 1991, 1992, 1993, 1995, 1996, 1997, 1998, 1999, 2000, 2002, 2004, 2005

Anonyme, Annuaire du cinéma et de l’audiovisuel, Paris, Bellefaye.
Années consultées : 2007, 2008, 2011, 2013, 2015

FOUQUET E-L et GUILHAMOU Clément (dir.), Le Tout cinéma : Annuaire Général Illustré du monde cinématographique, Paris, Publications « Filma ».
Années consultées :1924, 1925, 1926, 1927, 1928

GUILHAMOU Clément (dir.), Le Tout cinéma : Annuaire Général Illustré du monde cinématographique, Paris, Publications « Filma ».
Années consultées : 1929, 1930, 1931, 1932, 1933, 1934, 1935, 1936, 1937, 1938, 1939

GUILHAMOU Clément (dir.), Le Tout cinéma : annuaire professionnel, Paris, éditions Guilhamou.
Année consultée : 1942

Ouvrages

Yves Alion et Gérard Camy, Le Cinéma par ceux qui le font, Paris, Nouveau Monde, 2010.

Luc Béraud, Au travail avec Eustache, Arles/Lyon, Actes sud/ Institut Lumière, 2017.

Candice Bibauw, Le métier d’assistant réalisateur de l’Europe aux États-Unis, est-ce différent ?, Travail de fin d’études, HELB (Haute École Libre de Bruxelles), juin 2016, disponible à l’adresse URL suivante : <http://www.arassocies.com/wp-content/uploads/2016/12/TFE_Candice_Bibauw-HELB.pdf> (dernière consultation le 3 juin 2017).

Jean-Philippe Blime, L’assistant réalisateur, Paris, Dixit Éditions, 2004.

Jean Philippe Blime, L’assistant Réalisateur, Paris, Dixit Éditions, 2009 [2004].

Stéphane Delorme, « Rester libre dans la création : entretien avec Elsa Amiel, assistante réalisatrice », Cahiers du cinéma, n° 689, mai 2013, p. 46-47.

Stéphane Delorme, « Dans une chambre d’enfant : entretien avec Christophe Jeauffroy », Cahiers du Cinéma, n° 699, Avril 2014, p. 36-38.

Perrine Delporte et Alexia Lobut, Rapport de veille : Assistant Réalisateur et Régisseur Général au cinéma : une collaboration étroite et l’évolution de celle-ci, Mémoire de fin d’études, École 3iS, Spécialité assistant réalisateur, 2015, disponible à l’adresse URL suivante : <http://www.arassocies.com/wp-content/uploads/2015/05/Memoire_3IS_AR__RG_collaboration.pdf>, dernière consultation le 3 juin 2017.

Pierre Malfille, L’Assistant-réalisateur, Paris, Institut des Hautes Études Cinématographiques, coll. « cours et publications de l’IDHEC », 1957.

Valérie Othnin-Girard, L’Assistant réalisateur, préface de Bernard Stora, Paris, Fondation Européenne des Métiers de l’Image et du Son (FEMIS), coll. « Écrits-écrans », 1988.

Karim Ramzi, « Entretien : Ali Cherkaoui », 16/9ème, n° 3, mai-juin 2008.

Jean Serres, L’assistant réalisateur d’aujourd’hui, Paris, Dujarric, 1989.

Perle Tharinger et Franck Filippelli, « Test de Setkeeper – le bilan », consultable à l’adresse URL suivante : <http://www.arassocies.com/test-de-setkeeper-le-bilan/>, dernière consultation le 3 février 2018.

François Thomas, L’Atelier d’Alain Resnais, Paris, Flammarion, 1989.

François Thomas, Alain Resnais, les coulisses de la création : entretiens avec ses proches collaborateurs, Paris, Armand Colin, 2016.

Haut de page

Notes

1 Réjane Hamus-Vallée et Caroline Renouard (Dir), « Les métiers du cinéma à l’ère du numérique », CinémAction, n° 155, 2015.

2 Michel Wievioka, L’impératif numérique ou La nouvelle ère des sciences sociales ?, CNRS Éditions, 2013.

3 Victor Sandoval (dir.), Les Mutations des métiers, Paris, Hermes Science Europe, 2000.

4 Yves Alion et Gérard Camy, Le Cinéma par ceux qui le font, publié en 2010 regroupant les témoignages de nombreux techniciens du cinéma et notamment des assistants réalisateurs. Nous avons aussi trouvé des témoignages d’anciens collaborateurs d’Alain Resnais dans les deux ouvrages publiés par François Thomas : L’Atelier d’Alain Resnais (1989) et Alain Resnais, les coulisses de la création : entretien avec ses proches collaborateurs (2016). Plus récemment, Luc Béraud, ancien assistant réalisateur de Jean Eustache, a publié un formidable ouvrage composé de souvenirs de tournage et qui permettent d’éclairer le métier, Luc Béraud, Au travail avec Eustache (making of), Arles/Lyon, Actes sud/Institut Lumière, 2017.

5 Pierre Malfille, L’Assistant - Réalisateur, Paris, Institut des Hautes Études Cinématographiques, coll. « cours et publications de l’IDHEC », 1957.

6 Valérie Othnin-Girard, L’assistant réalisateur, préface de Bernard Stora, Paris, Fondation Européenne des Métiers de l’Image et du Son (FEMIS), coll. « Écrits-écrans », 1988.

7 Jean Serres, L’assistant réalisateur d’aujourd’hui, Paris, Dujarric, 1989.

8 Jean-Philippe Blime, L’assistant réalisateur, Paris, Dixit Éditions, 2004.

9 Sur cette question, vous pouvez vous référer au travail de fin d’études de Candice Bibauw, Le métier d’assistant réalisateur de l’Europe aux États-Unis, est-ce différent ?, HELB (Haute École Libre de Bruxelles), juin 2016, disponible à l’adresse URL suivante : <http://www.arassocies.com/wp-content/uploads/2016/12/TFE_Candice_Bibauw-HELB.pdf> (dernière consultation le 3 juin 2017).

10 Véronique Labrid dans Yves Alion et Gérard Camy, Le Cinéma par ceux qui le font, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2010, p. 167-175, p. 172.

11 Jean Serres, L’assistant réalisateur d’aujourd’hui, Paris, Dujarric, 1989, p. 25-28, p. 97-103.

12 Ibid., p. 101.

13 En vente sur le site de la société Entertainment Partners à l’adresse URL suivante : <https://shop.ep.com/movie-magic-scheduling-6> (dernière consultation le 9 avril 2018), disponible en euro à l’adresse URL suivante : <http://www.moviesoft.com/shop/> (dernière consultation le 9 avril 2018).

14 <http://www.movie.fr/> (dernière consultation le 9 avril 2018).

15 <https://www.outlookmovie.com/index.php?pg=2> (dernière consultation le 9 avril 2018).

16 <http://www.arassocies.com/test-de-setkeeper-presentation/> (dernière consultation le 9 avril 2018).

17 Entretien avec Sonia Larue, réalisé à Rennes, le 6 novembre 2015.

18 Ali Cherkaoui dans Karim Ramzy, « Entretien : Ali Cherkaoui », 16/9ème, n° 3, mai-juin 2008, p. 104-115, p. 110.

19 Entretien téléphonique avec Isabelle Henry, réalisé le 12 mars 2018.

20 <http://www.arassocies.com/test-de-setkeeper-le-bilan/> (dernière consultation le 29 janvier 2018).

21 Échange avec Marylène Garnero réalisé par mail le 20 mars 2018.

22 Échange avec Laurence Moinereau réalisé par mail le 19 mars 2018.

23 Échange avec Marylène Garnero, op. cit.

24 Ces articles sont consultables aux adresses URL suivantes : <http://www.arassocies.com/test-de-setkeeper-presentation/>, <http://www.arassocies.com/test-de-setkeeper-prise-main/> et <http://www.arassocies.com/test-de-setkeeper-le-bilan/>, dernière consultation le 3 février 2018.

25 Entretien téléphonique avec Isabelle Henry, réalisé le 12 mars 2018. Les citations qui suivent proviennent de la même source.

26 Sur ces questions, voir notamment les deux articles de Bérénice Bonhomme, « Le chef opérateur, la lumière et les effets visuels en France », Création collective au cinéma, n° 1, 2017, consultable à l’adresse URL suivante : <https://creationcollectiveaucinema.files.wordpress.com/2017/11/ccc106_bb_83-102_12nov1.pdf> et Bérénice Bonhomme, « Le directeur de la photographie en France et la révolution numérique », CinémAction, n° 125, Éditions Charles Corlet, 2015, p. 20-30.

27 Échange avec Laurence Moinereau, réalisé par mail le 19 mars 2018.

28 Entretien avec Sonia Larue, réalisé à Rennes, le 6 novembre 2016.

29 Ali Cherkaoui dans Perle Tharinger et Franck Filippelli, « Test de Setkeeper – le bilan », consultable à l’adresse URL suivante : <http://www.arassocies.com/test-de-setkeeper-le-bilan/>, dernière consultation le 3 février 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Exemple d’un plan de travail tiré du film Janine, ma place dans le monde, Felipe Vargas, 2010 http://janinemisenscene.blogspot.fr/​2010/​10/​exemple-de-feuille-de-service.ht
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/3408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Exemple d’une feuille de service tirée du film Janine, ma place dans le monde, Felipe Vargas, 2010, http://janinemisenscene.blogspot.fr/​2010/​10/​plan-de-travail.html
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/3408/img-2.png
Fichier image/png, 242k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morgane Cholet, « Modalités et enjeux de l’arrivée des outils informatiques dans l’exercice du métier d’assistant réalisateur en France des années 1980 aux années 2010 », Mise au point [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 21 décembre 2019, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/map/3408 ; DOI : 10.4000/map.3408

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo AFECCAV
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals