Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros13Le cinéma irlandais à la conquête...

Le cinéma irlandais à la conquête de l’Europe

Irish cinema on its way to conquer Europe
Isabelle Le Corff

Résumés

L’Irlande doit à son histoire politique d’avoir accédé tardivement à une production cinématographique. De Sidney Olcott à John Ford, de John Huston à David Lean ou Ken Loach, nombreux pourtant ont été les cinéastes anglophones à s’emparer de la puissance cinématographique de l’île, au désespoir d’intellectuels autochtones pour lesquels le sentiment d’occupation se propageait au cinéma. Dans les années 1990, un changement s’est opéré par le succès de films irlandais couronnés d’oscars (My Left Foot, Jim Sheridan, 1989 ; The Crying Game, Neil Jordan, 1992). L’Irlande, qui a connu un développement économique inégalé au sein de l’Europe au cours des dernières décennies, est devenue un lieu de production cinématographique majeur en ce début de XXIe siècle. Année emblématique, 2016 n’a pas seulement été l’année de la commémoration du centenaire de la guerre d’indépendance irlandaise. Ce fut aussi le succès au box-office du film irlando-canadien Room de l’Irlandais Lenny Abrahamson, celui de Brooklyn de John Crowley, de The Lobster de Yórgos Lánthimos tourné en Irlande et produit par Element Pictures, et de films à petits budgets locaux comme Sing Street (John Carney) ou The Young Offenders (Peter Foott). L’objet de cet article est d’analyser les raisons de ces succès et de tenter de comprendre comment un petit pays anglophone à forte identification culturelle a progressé jusqu’à occuper aujourd’hui une position stratégique au sein de l’Europe, mais aussi entre l’Europe et l’Amérique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « The fear is that the small filmmaking countries of the world, poor in financial terms but represe (...)

1Le chercheur irlandais Martin McLoone formulait en 2009 la peur que les petits pays producteurs de films, pauvres en termes financiers mais représentant une grande diversité de cinémas nationaux dans le monde, soient menacés par une mondialisation dominée par l’économie de marché donc, dans le secteur du cinéma, la puissance économique d’Hollywood1. L’objectif de cet article est d’observer l’évolution de la place de la production cinématographique de l’Irlande et le rôle croissant que le petit pays semble jouer dans la production cinématographique contemporaine, entre Europe et États-Unis. Une telle évaluation nécessite de revenir sur l’histoire du pays et de son cinéma afin d’éclairer non seulement l’arrivée tardive d’une production autochtone mais également les choix économiques et culturels qui ont été opérés à l’échelle nationale, européenne et globale au fil des décennies. Un éclairage particulier de la récente production de 2015-2016 vise enfin à démontrer le rôle désormais essentiel que joue cette petite nation dans la production européenne, et dans la production mondiale.

  • 2 Michael Collins, Neil Jordan, 1996 ; The Magdalene Sisters, Peter Mullan, 2002.
  • 3 In the Name of the Father, Jim Sheridan, 1993.
  • 4 Ours d’argent du meilleur réalisateur : The Butcher Boy, Neil Jordan, 1998.

2Si les recherches et publications abondent sur le cinéma américain, souvent abordé comme un tout ou découpé en genres ou périodes de production, les publications de recherche sur le cinéma européen sont rares, qui prennent en compte l’Europe tout entière, au bénéfice d’études consacrées à une mosaïque de cinémas nationaux n’ayant d’autres dénominateurs communs que de se partager une réputation de cinéma d’auteur aux films classés dans la catégorie « Art et essai ». Un point de vue français sur le cinéma irlandais dans le cadre de cette mosaïque nous amène à constater le peu de visibilité dont bénéficie le cinéma irlandais dans l’Hexagone. Petit pays de moins de cinq millions d’habitants, la République d’Irlande est géographiquement aux confins de l’Europe et très souvent assimilée, incorporée au Royaume-Uni en dépit de son indépendance depuis 1921. À titre d’exemples, à l’instar d’autres identités culturelles périphériques perçues comme minoritaires dans un pays où les rapports entre le centre et la périphérie se perpétuent, l’Irlande n’a jamais remporté de Palme d’or à Cannes, elle a remporté deux Lions d’or à Venise2, un Ours d’or3 et un Ours d’argent4 au festival de Berlin.

  • 5 Pour ne donner que quelques exemples, Pierce Brosnan jouant 007 dans quatre des James Bond (de 1995 (...)

3Les acteurs irlandais, plus nombreux que les actrices, sont le plus souvent assimilés à la vaste sphère anglophone par leur appartenance linguistique, et les rôles qu’ils jouent dans des films américains grand public font qu’ils sont rarement identifiés en tant qu’Irlandais, des films identitaires aux distributions moins prestigieuses5 étant peu remarquables face aux blockbusters.

4L’absence d’identification de l’Irlande dans le paysage cinématographique d’un point de vue français est cependant d’autant plus surprenante que le pays a intégré la Communauté économique européenne le 1er janvier 1973, en même temps que le Danemark et le Royaume-Uni, faisant ainsi partie de l’Europe des neuf, avant donc la Grèce, l’Espagne et le Portugal. La petite taille du pays et une position géographique périphérique peuvent fournir une explication partielle, mais il n’est pas exclu que cette quasi absence soit aussi révélatrice des bribes de notre passé, passé colonial de domination pour les uns et de dominés pour les autres.

  • 6 The Censorship of Films Act, 1923.

5L’Irlande doit en effet à son histoire politique d’être entrée tardivement dans le jeu de la production cinématographique. L’invention du cinéma en 1895 a précédé l’indépendance du pays, situation qui a engendré une incapacité financière à créer ses propres images filmiques. Les premières images, documentaires, furent réalisées par l’opérateur Alexandre Promio, de la maison Lumière, en 1896. D’autres cinéastes comme Robert Paul, Arthur Melbourne-Cooper firent également quelques tournages en Irlande. Il y eut bien quelques films indigènes comme Life on the Great Southern and Western Railway, réalisé en 1904 par Louis de Clercq, et la création de la compagnie « The General Film Supply » en 1917. Cependant dans cette période de guerre d’indépendance, les autorités britanniques eurent tôt fait de limiter les films documentaires en leur défaveur et d’obtenir la fermeture définitive de la compagnie en 1920. La position de retrait économique que prôna par la suite le président de Valera fut loin d’encourager la production cinématographique, d’autant qu’un acte de censure des films6 fut voté en 1923. Comme dans de nombreux autres lieux dominés et soumis, l’histoire du cinéma révèle donc en Irlande des premières images cinématographiques réalisées par des étrangers.

  • 7 Fondée par Frank Marion en 1907.
  • 8 Suite au succès de ce film, seize autres films furent réalisés en Irlande en dix-huit mois.
  • 9 Roman publié en 1925 : Hogan revient d’Amérique en Irlande pour venger sa sœur qui, restée vivre au (...)
  • 10 Le mirage irlandais auquel il est fait allusion dans le titre de cet article est parfaitement symbo (...)

6Les paysages irlandais sont cependant parmi les premiers au monde à constituer des décors extérieurs de cinéma, la première compagnie américaine à sortir des États-Unis pour filmer en décors extérieurs, la compagnie Kalem7, choisit ce « pays magnifique aux conditions de vie très rudes » pour réaliser dès 1910 le film The Lad from Old Ireland. Le film raconte qu’un jeune Irlandais du nom de Terry quitte les terres arides de l’Irlande pour partir travailler et faire fortune à New York. Dix ans plus tard, devenu riche, Terry revient en Irlande pour sauver sa fiancée de l’éviction par les Anglais.8 L’Irlande est, dès ces premières représentations, empreinte de la nostalgie de l’exil, et Sidney Olcott, cinéaste majeur de la Kalem, ne choisit pas ce lieu par hasard mais en tant que fils d’immigrés irlandais ayant grandi avec la nostalgie de l’île lointaine. L’Irlande partage avec d’autres pays européens comme la Grèce, l’Italie, d’être la lointaine terre européenne, à la fois magnifique et misérable, pour de nombreux américains immigrés. Le pays natal est une source majeure d’inspiration hollywoodienne et de nombreux cinéastes à la suite de Sidney Olcott s’emparent de la puissance cinématographique de l’île, qu’il s’agisse de ses paysages ou de ses récits. C’est le cas notamment de John Ford, qui dès 1928 s’inspire du roman de l’écrivain irlandais Donn Byrne pour réaliser Hangman’s House9. En 1935 il adapte le récit éponyme de Liam O’Flaherty The Informer, en 1936 The Plough and The Stars de Sean O’Casey, en 1952 The Quiet Man d’après une nouvelle de Maurice Walsh10.

  • 11 Voir Le cinéma irlandais, une expression postcoloniale européenne, I. Le Corff, PUR, 2014.

7Ce dernier, tourné en Irlande, est rejeté par de nombreux cinéastes irlandais, la projection du lieu idyllique des origines par l’Américain étant vécue comme un stéréotype dévalorisant pour les Irlandais qui revendiquent d’être entrés dans la modernité et de ne plus être regardés comme des ancêtres rustiques et sauvages. David Lean, cinéaste anglophone qui réalise Ryan’s Daughter en 1970 avec le désir de saisir cinématographiquement les grandioses paysages côtiers, essuie lui aussi d’amères critiques, comme les avait subies des années plus tôt, pour avoir renforcé une représentation archaïque des Irlandais, le célèbre documentariste Robert Flaherty11 pour son film Man of Aran. Plus que des films eux-mêmes ou des intentions de leurs auteurs, ce qui est amèrement reproché à travers ces productions étrangères est l’absence de mesures politiques et économiques nationales qui permettraient à une culture autochtone d’exister.

8Les débuts de la modernisation économique de l’Irlande, que l’on date de 1958 avec Seán Lemass au poste de ministre du Commerce et de l’Industrie, marquent un tournant radicalement libéral avec une ouverture sur l’Europe et les États-Unis qui vise à favoriser les investissements étrangers dans le pays, ce qui renforce encore la production cinématographique étrangère au détriment d’une production autochtone. Il faut donc attendre la fin des années 1970 et le début des années 1980 pour voir s’élaborer un cinéma irlandais qui se définit par opposition aux productions britanniques et américaines jusqu’alors omniprésentes.

9Un groupe de réalisateurs formé de Cathal Black, Joe Comerford, Pat Murphy, Thaddeus O’Sullivan et Bob Quinn s’affirme par la volonté de créer une nouvelle identité cinématographique irlandaise, en rupture avec les représentations traditionnelles de l’Irlande sauvage et romantique produites par les Britanniques et les Américains. Ces cinéastes revendiquent la possibilité de dépeindre une Irlande vécue de l’intérieur. Ils se réclament d’une certaine avant-garde, créent l’Association des producteurs indépendants (l’AIP) et travaillent en groupe, collaborant aux films des uns et des autres. Leurs productions sont des films à petit budget dans lesquels ils portent un regard interne extrêmement critique sur leur pays, dépeignant avec ironie une misère sociale et intellectuelle. Cathal Black débute par les courts métrages Wheels (1976) et Our Boys (1981), avant de mettre en scène les longs métrages Pigs en 1984 et Clash of the Ash en 1987. Our Boys, portrait caustique du rôle du clergé dans la société irlandaise, est censuré par la chaîne nationale RTE pendant dix ans. Paradoxalement, Pigs qui relate la vie de marginaux dans un Dublin glauque et apocalyptique, est financé par RTE et le Irish Film Board. Dans Down The Corner (1977), Joe Comerford dépeint la jeunesse ouvrière dublinoise, et il dresse avec Traveller (1981), sur un scénario de Neil Jordan, un tableau assez noir de la vie des gens du voyage en Irlande. Reefer and the Model (1988) raconte l’histoire improbable d’un Républicain fuyant l’Irlande du Nord accompagné d’un homosexuel et d’une prostituée. Le récit qui mêle politique et sexualité dans une Irlande aux valeurs catholiques traditionnelles est extrêmement osé, tant par son thème que par son esthétique. De son côté Bob Quinn marque, avec la réalisation de Caoineadh Ain Ui Laoghaire en 1975, le début d’une nouvelle ère. Le film est novateur par sa forme, juxtaposant différentes périodes historiques, dressant des parallèles entre les acteurs et les personnages qu’ils incarnent. Le long métrage, en gaélique et en anglais, raconte l’histoire de Art O’Leary, paysan de Macroom dans le comté de Cork qui, au XVIIIe siècle, avait refusé de vendre son cheval pour une somme modique à un riche propriétaire, ainsi que le préconisaient les lois pénales de l’époque. Le magistrat britannique à qui il avait opposé son refus le fit tuer, et l’épouse de O’Leary composa une ballade à la mémoire de son valeureux défunt. Le film de Bob Quinn mêle plusieurs niveaux d’action, les acteurs qui ont préalablement joué la ballade étant dirigés par un metteur en scène anglais et anglophone dans une prestation de théâtre intégrant des extraits du film ; les acteurs échangeant en gaélique, le personnage de Art O’Leary les encourage à s’opposer au metteur en scène anglais, tandis qu’une voix over liste les injustices produites par les lois pénales britanniques sur une population irlandaise affamée. La production de films en gaélique ayant toujours été extrêmement modeste, Caoineadh Ain Ui Laoghaire recouvre une portée hautement subversive par le biais de ce jeu linguistique, et ce d’autant plus qu’il dénonce les multiples oppressions que subit le peuple irlandais politiquement mais aussi culturellement. Bob Quinn va plus loin encore dans sa dénonciation de l’oppression culturelle par l’étranger avec Poitin en 1978, premier long métrage réalisé intégralement en gaélique, dans lequel il raconte sans complaisance l’histoire d’un trafic d’eau de vie locale dans une partie reculée de l’ouest de l’Irlande. Quinn dépeint avec la savante ironie qui le caractérise l’Irlande traditionnelle et ses hypocrisies, mais il n’hésite pas non plus à tourner en dérision les représentations cinématographiques dominantes, notamment celle de John Ford dans The Quiet Man. Le paysage magnifique d’un cottage rappelant celui de Sean Thornton est doublé dans Poitin de son reflet dans l’eau du lac, suggérant immédiatement que toute vision idyllique comporte un double. L’envers du décor est trouble et le paysage pastoral est mis à mal. Ces films de la première vague ont bénéficié de peu de visibilité dans la mesure où ils ont été peu distribués au sein du pays et encore plus rarement à l’international, mais ils constituent un apport majeur dans l’histoire du cinéma irlandais, en invitant leurs contemporains à sortir des représentations mythiques du passé colonial et en offrant une conception du pays libéré des idéologies nationalistes et catholiques productrices de clivages et d’exclusion. Les cinéastes de la première vague combattent par leurs films le nationalisme et ses dangers, tout en défendant l’appartenance à une culture et un ancrage territorial, sans toutefois exclure les cultures différentes. Ils visent à établir des liens dépourvus de domination. Les thèmes abordés (marginalité, homosexualité, abus sexuels par le clergé) y sont très précurseurs, dans la sphère européenne comme dans la sphère anglophone où ces thématiques émergent plus tardivement. Ce mouvement qui par la forme cinématographique émane à la fois de la Nouvelle Vague française et du Free cinema britannique constitue un apport notable dans l’histoire du cinéma européen, hélas trop souvent méconnu.

  • 12 Le 1er janvier 1973, comme dit précédemment.
  • 13 https://www.robert-schuman.eu/fr/syntheses/0012-l-irlande-et-l-integration-europeenne
  • 14 1 ECU = 1,332 FRF au 21 septembre 1989.

10Si l’appartenance de l’Irlande à la sphère culturelle anglophone reste primordiale, le lien de l’Irlande avec l’Europe est cependant crucial dès cette période. Le petit État périphérique et postcolonial qui s’apparente à bien des égards à un pays du Tiers-Monde a en effet rejoint la Communauté européenne12. Compte tenu de son économie, il bénéficie du Fonds européen de développement régional13, puis de nombreuses aides communautaires, notamment dans le cadre de la Politique agricole commune. Entre 1989 et 1999, l’Irlande reçoit 10,1 milliards d’écus14 de fonds structurels européens, soit environ 1,8 % du PIB chaque année.

11L’alternance politique pendant ces années est également facteur de dynamisme, et la République irlandaise, davantage tournée vers les États-Unis que vers l’Europe historiquement et culturellement, commence de ce fait à pratiquer le libre-échange dans une Europe encore très protectionniste, puisque le marché unique en Europe permet la libre circulation du capital et que toutes les règles européennes permettent alors que des capitaux étrangers soient attirés. La petite île mène une politique industrielle très dynamique et choisit des créneaux promis à un développement rapide, jusqu’alors quasiment absents de l’économie du pays. Tandis que le secteur agricole décline progressivement, l’Irlande connaît une progression de son secteur industriel et surtout une très forte croissance du secteur tertiaire.

  • 15 Explosion des sociétés américaines sur le sol irlandais (Apple, Dell, Microsoft, Google…).
  • 16 Rapport de l’OCDE. Étude économique : Irlande, 1999, p. 5.

12Au début des années 1990, elle attire de nombreuses multinationales sur son sol grâce à un faible taux d’imposition des sociétés négocié comme tel au sein de la Communauté européenne15. L’attrait de cette nation européenne est encore facilité par une population jeune et éduquée qui peut enfin rester vivre au pays et par une diaspora irlando-américaine très importante qui facilite les négociations avec les États-Unis. Parmi les 1 279 entreprises étrangères recensées en 1999, 497 sont des sociétés américaines, l’Irlande se plaçant en 1997 au cinquième rang dans le monde comme destinataire des investissements directs américains16.

  • 17 Oscar du meilleur acteur pour Daniel Day-Lewis et oscar du meilleur second rôle pour Brenda Fricker
  • 18 Neil Jordan est lui-même écrivain et a plusieurs publications à son actif avant de réaliser son pre (...)
  • 19 Lire à ce propos l’introduction de Stephen Rea dans Carole Zucker, The cinema of Neil Jordan, Dark (...)
  • 20 Scène de la révélation du sexe de Dil.
  • 21 Richard Kearney, « Modern Irish Cinema : reviewing Traditions », in M. Kenneally (dir.), Irish Lite (...)
  • 22 The Irish Republican Army.

13C’est dans ce contexte économique que surgit la seconde vague du cinéma irlandais, avec un premier film à fort retentissement au sein du pays et à l’international, en particulier auprès de la diaspora irlandaise du monde anglophone : My Left Foot de Jim Sheridan (1989). Inspiré du roman autobiographique éponyme de Christy Brown, écrivain et artiste-peintre irlandais atteint d’infirmité motrice cérébrale, le récit est construit par le biais de flash-back autour de l’histoire, de la naissance à la réussite adulte, de Christy. L’enfance de Christy est marquée par l’opposition entre la tendresse de sa mère et la brutalité de son père d’une part, la famille protectrice et la communauté le rejetant d’autre part. Les caractéristiques du personnage principal portent à la compassion, et le film décrit l’ambiance de la vie familiale dans les quartiers populaires de Dublin. Bien que la diégèse ne soit pas précisément datée, on reconnaît une Irlande « traditionnelle » aussi bien à travers les décors que par la concordance avec la représentation de la mère irlandaise, nourricière et sacrificielle, et celle du père violent et alcoolique. L’enfant symbolise l’espoir du futur. Cette opposition entre passé et présent figure la division de l’Irlande entre tradition et modernité au moment où l’Irlande entre de plein fouet dans la modernité économique. Le film remporte deux oscars17. Il signe la naissance de la seconde vague du cinéma irlandais, et sa pleine reconnaissance par l’Amérique. C’est une fois de plus le lien de longue date d’émigrés irlandais avec une représentation traditionnelle de l’île qui produit l’émotion et l’engouement. Mais ce que l’on retient à juste titre en Irlande est que la période offre enfin la possibilité aux cinéastes autochtones de faire des films destinés au public irlandais ou européen d’une part et des films à plus gros budget, tournés vers une audience américaine d’autre part. Le cinéaste le plus représentatif de ce double mouvement est Neil Jordan, qui réalise des films d’une portée culturelle primordiale pour l’Irlande (The Miracle (1991), The Butcher Boy (1997)) parce qu’ils mettent en scène les maux de l’île tout en touchant à l’histoire universelle de l’humanité dans un style poétique, empreint de l’héritage littéraire de l’île18. Jordan s’attaque aussi aux questions politiques qui rongent l’Irlande avec Angel (1982), The Crying Game (1992), Michael Collins (1996). Angel traite du conflit nord-irlandais par une approche originale en ce qu’elle est éminemment poétique. À l’opposé du film d’action si fréquent pour traiter de conflits, le personnage de Danny, saxophoniste devenu meurtrier, se caractérise davantage par son univers mental que par ses actes criminels19 et le film constitue une méditation sur la violence inédite au cinéma. Neil Jordan poursuit cette approche onirique de la violence par une profonde interrogation du conte et de l’inconscient collectif dans The Crying Game, qui remporte l’oscar du meilleur scénario original en 1992. S’il fait le tour du monde pour de mauvaises raisons20, le film, loin de se limiter à une scène de sexe novatrice, s’inscrit intensément dans la situation historique et politique irlandaise. La double identité de l’Irlande du Nord masque l’ambiguïté de la relation entre deux îles convaincues de leur propre version de l’histoire et refusant d’accepter qu’elles sont à jamais imbriquées l’une dans l’autre. « En explorant par le biais métaphorique de l’identité sexuée l’inconscient individuel et l’inconscient collectif, Jordan met à jour les désirs enfouis et les obsessions à l’origine des mythes politiques et poétiques.21 » L’IRA22 dans le film n’est pas une toile de fond mais bien une métaphore du conflit postcolonial entre l’Irlande et la Grande-Bretagne. Le film aborde des questions de sexe, de genre, de race et de nationalisme à travers une crise de la masculinité qui n’est pas soluble dans un schéma narratif traditionnel d’héroïsme de guerre et de romantisme. Il est en cela précurseur d’une série de films européens dans lesquels le concept de genre est la métaphore de la crise européenne, identitaire et politique.

  • 23 Dans son introduction de Genre and Cinema, Ireland and Transnationalism, Routledge, New York, 2007, (...)

14Neil Jordan alterne la réalisation de films irlandais à petit budget avec celle de films commerciaux à gros budget aux États-Unis comme We’re no angels (1989), Entretien avec un Vampire (1994), In Dreams (1999). L’alternance qu’il expérimente est facilitée là encore par une appartenance à la sphère anglophone et par un important réseau diasporique irlandais aux États-Unis. Le désir de faire ses propres images et d’accéder enfin à une véritable production cinématographique est d’autant plus fort que le manque d’argent a caractérisé de longues décennies faisant suite à des siècles de colonisation et de misère. Dans la lignée de Neil Jordan, de nombreux réalisateurs irlandais aspirent à une esthétique qu’ils qualifient « d’Art et essai » associée au « cinéma européen », avec le paradoxe d’un ancrage culturel et financier très nettement anglo-saxon23.

  • 24 https://www.robert-schuman.eu/fr/syntheses/0012-l-irlande-et-l-integration-europeenne

15Les années 1990 sont d’ailleurs la période de plus forte expansion économique, le stock total des sociétés américaines dans le secteur manufacturier irlandais augmentant de 45 % entre 1992 et 1995 pour atteindre 6,9 milliards de dollars (12 % du PNB)24. Les secteurs de hautes technologies tels que l’informatique et l’audiovisuel sont parmi les plus favorisés.

  • 25 Entre 1991 et 2003, l’économie irlandaise connut une croissance de 6,8 %, source OCDE (Wikipédia, T (...)

16Les années du Tigre celtique25 (de 1991 à 2003) se caractérisent par une croissance économique sans précédent qui fait passer l’Irlande d’un des pays les plus pauvres de l’Europe à l’un des plus riches en une décennie.

17Dans le secteur audiovisuel, les nouvelles ressources économiques permettent que se montent ou s’agrandissent les studios Ardmore (Co. Wicklow), les studios Ashford (Co. Wicklow), les studios Troy (Limerick). Parallèlement, de nouvelles filières universitaires voient le jour. Le développement de la production cinématographique et audiovisuelle s’accompagne en effet, au tournant du millénaire, de la croissance de centres d’études filmiques à l’instar du « Dún Laoghaire Institute of Arts design and Technology » qui ouvre ses portes en 1997, formant toute une frange de la jeunesse irlandaise à la théorie et à la pratique filmiques.

  • 26 Code des impôts consolidé de 1995.
  • 27 A Curracloe Beach.

18À partir de 1994, la production cinématographique s’accroît aussi grâce à des seuils d’imposition très avantageux déterminés par la section 35, qui en 1999 devient « Section 481 of the Taxes Consolidated Act »26. L’Irlande devient alors un des pays les plus compétitifs sur le marché européen. Bien que William Wallace fût écossais, c’est dans le château de Trim (comté de Meath) et dans les paysages montagneux du Wicklow que sont tournées de nombreuses scènes de Braveheart (1995), Mel Gibson faisant valoir ses lointaines origines irlandaises pour justifier ce choix, et les scènes du débarquement de Saving Private Ryan (Spielberg, 1998) sont tournées dans le comté de Wexford27.

  • 28 Le déficit public atteint 32 % du PIB en 2009.

19En dépit de l’éclatement de la bulle immobilière, d’une forte récession à la fin des années 200028 et d’une croissance inégalitaire, l’Irlande reste très attractive pour les capitaux étrangers, en particulier en raison de cette politique fiscale, comme en témoignent les récents tournages de films étrangers tels que Harry Potter and the Half-Blood Prince (David Yates, 2009), Dracula Untold (Gary Shore, 2014), Star Wars : Episode VII-The Force Awakens (2015).

  • 29 Maintien du commissaire irlandais, taux d’imposition réduit, interdiction de l’avortement…

20En 2008, les Irlandais avaient rejeté à 53,4 % le traité de Lisbonne. Lors d’un deuxième référendum organisé en 2009, ils votent « oui » à plus de 67 %. L’Europe leur a entre-temps accordé quelques concessions29, dont le maintien d’un taux d’imposition réduit.

  • 30 La commission irlandaise du cinéma.

21C’est avec cette configuration favorable que le ministre des Finances, Michael Noonan, décide en 2015 de monter à 70 millions d’euros le financement de l’Irish Film Board30 en faveur des coproductions européennes, en étendant « l’appartenance culturelle » jusqu’alors réservée à l’Irlande à l’ensemble de l’Europe. S’il est évident qu’en quelques décennies la population irlandaise est devenue plus européenne, il y a cependant fort à parier que cette décision relève davantage de stratégies économiques que de nécessités identitaires culturelles. Une observation de la production cinématographique de 2015-2016 montre qu’elle s’est diversifiée de manière à répondre à des publics clairement identifiables géographiquement et culturellement, ce qui confirme la place stratégique qu’occupe désormais l’Irlande dans la production mondiale.

  • 31 Pour Jon Ronson et Peter Straughan.
  • 32 Pour Stephen Rennicks (musique).
  • 33 Estudios Irlandeses, Number 12, 2017, p. 252-279.

22Brooklyn (2015), réalisé par l’Irlandais John Crowley, adapté du roman éponyme de Colm Tóibín, raconte l’histoire d’une jeune Irlandaise qui, au début des années 1950, est contrainte d’émigrer aux États-Unis. Un retour lors d’un deuil lui fait mesurer son attachement au pays, mais la vie libre et moderne américaine a raison de sa nostalgie. La reconstitution d’époque est lisse et soignée, faisant de la diaspora irlandaise de Brooklyn un portrait tout en émotions. D’un budget de 11 millions de dollars, la coproduction entre l’Irlande, le Royaume-Uni et le Canada est tournée au Canada. Elle rapporte 62,1 millions de dollars, le film remporte le prix de « meilleur film britannique » aux 69e British Academy Film Awards et l’actrice irlandaise Saoirse Ronan est nominée meilleure actrice aux Golden Globes et aux oscars à l’âge de 21 ans. Le film s’adresse bien sûr au public irlandais mais le public américain est particulièrement ciblé par les choix narratifs effectués. Room (2015) de Lenny Abrahamson, coproduit par l’Irlande, le Canada, le Royaume-Uni et les États-Unis, est également tourné au Canada. Soutenu par la société Element Pictures (Irlande) depuis le début de sa carrière de cinéaste, Lenny Abrahamson se fait connaître comme réalisateur de Adam & Paul (2004), Garage (2007) et What Richard did (2012), des films d’art et essai à forte teneur identitaire nationale. Element Pictures, dirigé par Ed Guiney, monte à la suite un cofinancement avec le Royaume-Uni pour Frank (2014), récit d’un musicien joué par l’acteur irlandais de renommée internationale Michael Fassbender. Le film remporte les prix du meilleur scénario31 et du meilleur technicien32 aux British Independent Film Awards de 2014. Le pas pour une coproduction irlando-canado-américaine peut alors être franchi et Element Pictures rachète les droits du best-seller d’Emma Donoghue, Room. Le film est tourné au Canada pour un budget de 13 millions de dollars et remporte 36,3 millions de dollars. Qualifié de « film d’art et essai transnational » par le chercheur irlandais Tony Tracy33, le film de facture très hollywoodienne permet à Lenny Abrahamson d’être nominé dans la catégorie meilleur réalisateur aux oscars, et Brie Larson remporte l’oscar de la meilleure actrice dans un rôle principal.

  • 34 D’un budget de 4 millions de dollars, il a remporté près de 9 millions de dollars.

23La stratégie de production établie par Element Pictures est payante, permettant au réalisateur d’être reconnu à la fois comme cinéaste d’art et essai pour ses films à thématique nationale et comme cinéaste transnational dans la sphère anglophone dominée par Hollywood. Element Pictures ne se limite pas aux cinéastes irlandais. Après les succès de Canine (2009) et Alps (2011), la société coproduit The Lobster (2015)34 du réalisateur grec Yórgos Lánthimos, qui met en scène un univers dystopique où les célibataires sont contraints de trouver un partenaire, faute de quoi ils sont transformés en animaux. Le film est tourné intégralement en Irlande, avec l’acteur irlandais Colin Farrell dans le rôle principal, ce qui représente un bonus non négligeable pour Lanthimos puisque l’acteur est mondialement connu. La coproduction par l’Irlande, la France, le Royaume-Uni, la Grèce et les Pays-Bas témoigne de la dimension européenne de la production.

  • 35 Rapport box-office : 735,532 euros.

24La dimension nationale ne demeure pas en reste, et des films à petit budget destinés au public irlandais sont également des succès. C’est le cas notamment de A Date for Mad Mary (2016), de Darren Thornton, produit intégralement par Element Pictures et consacré meilleur film aux « Irish Film & Television Awards », ou encore de The Young Offenders (2016) réalisé par Peter Foott et produit par Peter Foott et Julie Ryan pour un budget de 50 000 euros35. Le film qui raconte les déambulations dans les paysages du West Cork de deux adolescents délinquants de Cork aux accents très marqués, fait hurler de rire les Irlandais, qui plébiscitent tant le film de Peter Foott qu’une série est maintenant réalisée. Les caractéristiques culturelles du West Cork ainsi mises en scène renforcent le sentiment d’appartenance irlandais au sein de la communauté insulaire.

  • 36 La commission irlandaise du cinéma.
  • 37 « Pourquoi tourner un film en Irlande ? D’un système de taxation avantageux, une main d’œuvre compé (...)

25L’expansion économique du secteur cinématographique irlandais est donc multi-factorielle. Par-delà les financements initiaux, l’Irish Film Board36 met en évidence sur sa page d’accueil les points forts du système, à savoir un système de taxes extrêmement avantageux, une main d’œuvre compétente, des studios de tournage et une infrastructure technique modernes37. Le site d’Element Pictures précise également l’appartenance irlandaise à la convention européenne sur les coproductions cinématographiques et ajoute que des conventions existent avec le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Luxembourg et l’Afrique du Sud.

26Son intégration dans la sphère anglophone internationale est facilitée par l’absence de barrières linguistiques et par le très important réseau diasporique irlandais dans le monde entier, réseau issu de la douloureuse histoire politique et économique du pays que nous avons évoquée précédemment. Ce passé misérable est en lui-même devenu une valeur culturelle. Surfant sur la mondialisation et la perte de repères identitaires, l’île apparaît encore comme une citadelle de culture authentique, rurale, qu’Irlandais, Européens et Américains aiment à se remémorer. Son passé colonial, un passé de misère et d’émigration, est un terreau fertile pour les fresques historiques, tandis que la guerre d’indépendance et la partition donnent lieu à des films de genre tels que films historiques, biopics et thrillers.

27L’immense tradition littéraire du pays lui vaut d’être reconnu pour sa littérature dans le monde entier. Les grands maîtres, Bram Stoker, James Joyce, Samuel Beckett, Oscar Wilde, ont pour héritiers contemporains John Banville, Danny Boyle, Colm Tóibín, Edna O’Brien, Colum McCann, Joseph O’Connor, Deirdre Madden, dont de nombreuses œuvres sont aujourd’hui adaptées au cinéma. Le savoir-faire et la confiance nouvellement acquise sur la scène internationale permettent un travail approfondi de scenarii, des récits d’une grande puissance émotionnelle, issus de conscience sociale.

28L’humour, l’ironie et l’autodérision qui font partie intégrante de la culture irlandaise sont également des ressorts essentiels. Les accents irlandais autrefois étouffés (notamment dans le cinéma hollywoodien) parce qu’ils disaient à eux seuls les origines rurales, font aujourd’hui le bonheur de ceux-là mêmes qui, graduellement, le perdent. Les habitants du West Cork, toutes générations confondues, se délectent des accents de Jock et Conor dans The Young Offenders et le pratiquent avec fierté.

29On peut donc affirmer sans hésitation qu’il existe un Tigre celtique de fiction cinématographique irlandais, qui occupe une place stratégique et unique, non seulement en Europe mais aussi entre l’Europe et l’Amérique. Si les cofinancements des films irlandais proviennent encore majoritairement des États-Unis et de la Grande-Bretagne, les fonds européens ne sont pas négligeables dans les montages financiers facilités par une appartenance à la sphère anglophone, et l’Irlande s’inscrit dans une volonté d’être fer de lance de l’approche créative européenne. La collaboration d’Element Pictures avec le cinéaste Yórgos Lánthimos est en ce sens très significative puisque ce dernier a remporté des prix aux festivals de Venise, Rotterdam, Cannes.

  • 38 « L’Irlande est une banlieue des États-Unis : nous singeons tout ce qu’ils font, alors que c’est un (...)

30Avec une expansion aussi notoire, la question de la place qu’occupe l’Irlande au sein de l’Europe reste malgré tout en suspens quant à l’avenir. Sera-t-elle le cheval de Troie dont le général de Gaulle avait peur concernant le Royaume-Uni, « singeant les US » et leur permettant une ingérence sans contreparties ?38

31L’île succombera-t-elle, pour le succès économique, au mythe faustien, vendant sa belle âme créative en la mondialisant, ou saura-t-elle au contraire défendre son appartenance européenne et générer une nouvelle créativité au sein de la communauté européenne ?

Haut de page

Bibliographie

Ruth Barton, Irish National Cinema, London, Routledge, 2004.

Luke Gibbons, Transformations in Irish Culture, Cork University Press, Cork, 1996.

Werner Huber, Sean Crosson (ed.), Contemporary Irish Film: New Perspectives on a National Cinema, Vienne, Wilhelm Braumüller, 2011.

Isabelle Le Corff, « Le cinéma irlandais en France et la légitimation des œuvres », in P. Belot, I. Le Corff et M. Marie (dir.), Les Images en question, Cinéma, télévision, nouvelles images : les voies de la recherche, Presses universitaires de Bordeaux, 2011, p. 229-241.

Isabelle Le Corff, Estelle Épinoux (ed.), Cinemas of Ireland, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2009.

Isabelle Le Corff, « Hollywood et l’Irlande », in Gilles Ménégaldo (dir.), Europe et Hollywood à l’écran : regards croisés, Paris, Michel Houdiard Éditeur, 2012.

Isabelle Le Corff, Le cinéma irlandais, une expression postcoloniale européenne, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2014.

Isabelle Le Corff, « The liminal position of Irish cinema: Is using the English language a key to success? », Mise au point [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 20 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/map/1455 ; DOI: https://doi.org/10.4000/map.1455

Susan Liddy (ed), Women in the Irish Film Industry, Cork University Press, 2020.

Martin McLoone, Irish Film: The Emergence of a Contemporary Cinema, London, BFI Publishing, 2000.

Kevin Rockett, Luke Gibbons, John Hill, Cinema and Ireland, London, Routledge, 1988.

Jerry White, « The Films of Bob Quinn: Towards an Irish Third Cinema », Cinegael, 1993 [http://conamara.org/index.php?page=essay-on-bob-quinn].

Carole Zucker, The cinema of Neil Jordan, dark carnival, London, Wallflower Press, 2008.

Haut de page

Notes

1 « The fear is that the small filmmaking countries of the world, poor in financial terms but representing a large diversity of national cinemas, are under threat from a market-driven globalisation, spearheaded in this instance by the economic might of Hollywood. » In Cinemas of Ireland (eds), Isabelle Le Corff and Estelle Epinoux, Cambridge Scholars Publishing, 2009.

2 Michael Collins, Neil Jordan, 1996 ; The Magdalene Sisters, Peter Mullan, 2002.

3 In the Name of the Father, Jim Sheridan, 1993.

4 Ours d’argent du meilleur réalisateur : The Butcher Boy, Neil Jordan, 1998.

5 Pour ne donner que quelques exemples, Pierce Brosnan jouant 007 dans quatre des James Bond (de 1995 à 2002) n’est pas davantage identifié en tant qu’Irlandais par le grand public que Liam Neeson dans La liste de Schindler ou Star Wars, Michael Fassbender dans X-Men ou Shame, Daniel Day-Lewis dans There Will Be Blood ou encore Cillian Murphy dans Inception, Colin Farrell dans Minority Report.

6 The Censorship of Films Act, 1923.

7 Fondée par Frank Marion en 1907.

8 Suite au succès de ce film, seize autres films furent réalisés en Irlande en dix-huit mois.

9 Roman publié en 1925 : Hogan revient d’Amérique en Irlande pour venger sa sœur qui, restée vivre au pays, a été abandonnée par son mari. Film qui préfigure The Quiet Man par son récit.

10 Le mirage irlandais auquel il est fait allusion dans le titre de cet article est parfaitement symbolisé dans The Quiet Man lorsque John Wayne, un Américain d’origine irlandaise, débarque pour la première fois sur l’île et est ébloui par la beauté de la jeune bergère qu’il aperçoit, ce que le villageois alcoolique qui l’accompagne qualifie de « mirage produit par une soif terrible ».

11 Voir Le cinéma irlandais, une expression postcoloniale européenne, I. Le Corff, PUR, 2014.

12 Le 1er janvier 1973, comme dit précédemment.

13 https://www.robert-schuman.eu/fr/syntheses/0012-l-irlande-et-l-integration-europeenne

14 1 ECU = 1,332 FRF au 21 septembre 1989.

15 Explosion des sociétés américaines sur le sol irlandais (Apple, Dell, Microsoft, Google…).

16 Rapport de l’OCDE. Étude économique : Irlande, 1999, p. 5.

17 Oscar du meilleur acteur pour Daniel Day-Lewis et oscar du meilleur second rôle pour Brenda Fricker.

18 Neil Jordan est lui-même écrivain et a plusieurs publications à son actif avant de réaliser son premier film.

19 Lire à ce propos l’introduction de Stephen Rea dans Carole Zucker, The cinema of Neil Jordan, Dark Carnival, Wallflower Press, 2008.

20 Scène de la révélation du sexe de Dil.

21 Richard Kearney, « Modern Irish Cinema : reviewing Traditions », in M. Kenneally (dir.), Irish Literature and Culture, Buckinghamshire, Colin Smyth, 1992, p. 146.

22 The Irish Republican Army.

23 Dans son introduction de Genre and Cinema, Ireland and Transnationalism, Routledge, New York, 2007, Brian McIlroy se demande comment un pays de langue majoritairement anglaise et divisé politiquement a pu se développer ainsi culturellement, entre des intérêts britanniques et une dominante culturelle américaine.

24 https://www.robert-schuman.eu/fr/syntheses/0012-l-irlande-et-l-integration-europeenne

25 Entre 1991 et 2003, l’économie irlandaise connut une croissance de 6,8 %, source OCDE (Wikipédia, Tigre celtique).

26 Code des impôts consolidé de 1995.

27 A Curracloe Beach.

28 Le déficit public atteint 32 % du PIB en 2009.

29 Maintien du commissaire irlandais, taux d’imposition réduit, interdiction de l’avortement…

30 La commission irlandaise du cinéma.

31 Pour Jon Ronson et Peter Straughan.

32 Pour Stephen Rennicks (musique).

33 Estudios Irlandeses, Number 12, 2017, p. 252-279.

34 D’un budget de 4 millions de dollars, il a remporté près de 9 millions de dollars.

35 Rapport box-office : 735,532 euros.

36 La commission irlandaise du cinéma.

37 « Pourquoi tourner un film en Irlande ? D’un système de taxation avantageux, une main d’œuvre compétente, des studios de tournage bien établis et une excellente infrastructure technique, vous trouverez tout en Irlande. »

38 « L’Irlande est une banlieue des États-Unis : nous singeons tout ce qu’ils font, alors que c’est une puissance en déclin, un géant décadent d’une pertinence douteuse pour le monde futur… culturellement, les Yankees nous disent « saute » et nous demandons « à quelle hauteur » ? Rob Doyle in « you cannot escape where you are from » : In conversation with Rob Doyle, estudios Irlandeses, Issue 13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Le Corff, « Le cinéma irlandais à la conquête de l’Europe »Mise au point [En ligne], 13 | 2020, mis en ligne le 10 novembre 2020, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/map/3981 ; DOI : https://doi.org/10.4000/map.3981

Haut de page

Auteur

Isabelle Le Corff

Professeure des universités à l’université de Bretagne Occidentale.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo AFECCAV
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search