Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros13L’Europe audiovisuelleSur l’imagi...

L’Europe audiovisuelle
Sur l’imaginaire social de Visions of Europe (2004)

Raphaël Szöllösy

Résumés

Visions of Europe est un film collectif, produit par Zentropa, conçu et distribué à l’occasion du jour de l’élargissement à 25 membres de l’Union européenne le 1er mai 2004. À partir de cette œuvre, il s’agit d’envisager l’appareil cinématographique comme un capteur des « imaginaires sociaux » : le cinéma en tant qu’objet technique, producteur et récepteur de signes, de symboles, de figures, de désirs ou de souhaits, serait à même de faire apparaître ces imaginaires comme symptôme d’un monde social. Les images des 25 courts métrages réunies dans Visions of Europe permettent d’appréhender les questionnements d’un temps qui reste le nôtre : pouvons-nous penser la communauté politique à laquelle renvoie le nom d’« Europe » par le prisme d’un principe de solidarité en lieu et place de celui de concurrence ?

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Jean-François Billeter, Demain L’Europe, éditions numériques Allia, Paris, 2019.

« En créant la république d’Europe, les Européens pourraient faire plus que résoudre les problèmes institutionnels qui les paralysent aujourd’hui. Ils pourraient résoudre par la même occasion un problème plus grave et qui vient de plus loin, mais dont ils ont une conscience moins nette parce que tout est fait pour leur en cacher la nature, par ceux qui y ont intérêt. Il s’agit de la liberté qu’ils ont perdue depuis que le capitalisme leur a imposé sa loi. Ils la recouvreraient en établissant, avec la république, la primauté du politique sur l’économie2. »
Jean-François Billeter, Septembre 2018.

Préambule sur l’imaginaire social

  • 3 Visions of Europe, d’une durée totale de 2 heures 20, est composé de 25 segments réalisés respectiv (...)
  • 4 Chypre, la République tchèque, l’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Pologne, (...)
  • 5 Le Mataora est le nom du navire grâce auquel de nombreux intellectuels grecs ont pu fuir la guerre (...)

1Il faut affirmer d’emblée le point de vue qui sous-tend le regard porté ici sur l’œuvre collective Visions of Europe3, diffusée pour la première fois à la télévision française, allemande et slovène le 1er mai 2004, date de l’élargissement de l’Union européenne à 10 nouveaux pays4. La présente étude se conçoit à partir d’une hypothèse méthodologique. Cette méthodologie serait liée à une notion – « l’imaginaire social » – et cette notion aurait une généalogie théorique que nous pouvons choisir d’esquisser à partir des travaux de Cornelius Castoriadis. Le co-fondateur, avec Claude Lefort, de la revue Socialisme ou barbarie (créée en 1948 et dissoute en 1967), économiste à l’OCDE, psychanalyste, directeur d’études à l’EHESS, qui débarqua en France à la fin de l’année 1945 à bord du Mataora5, est sans nul doute indispensable pour s’aventurer sur de tels espaces conceptuels.

2Pour le penseur, la société est organisée autour de ses « significations imaginaires ». Celles-ci instituent la réalité vécue et la relation que les êtres entretiennent avec leur monde à travers un ensemble de représentations, de figures, d’idées qui structurent une société donnée. Ainsi dans L’Institution imaginaire de la société, l’ouvrage fondamental qu’il publia en 1975, Castoriadis donne l’exemple du modèle social du capitalisme pour expliciter son propos :

  • 6 Cornelius Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, Seuil, Paris, 1975, p. 518.

De même là où elle a émergé pour la première fois, en Europe occidentale, l’institution du capitalisme a été, indissociablement, altération des individus, des choses, des relations sociales et des « institutions » au sens second de ce terme – création d’un homme capitaliste, d’une technique capitaliste, des rapports de productions capitalistes, inconcevables et impossibles les uns sans les autres, et qui tous présentifient et figurent l’institution capitaliste du monde et les significations imaginaires sociales qu’elle porte6.

  • 7 Cornelius Castoriadis, « Les significations imaginaires », entretien réalisé avec Michel Treguer, d (...)

3Ces significations imaginaires sociales construisent ensemble l’institution d’un monde et composent ainsi son unité. « L’État, ou le parti – ou la marchandise, le capital, l’argent, le taux d’intérêt –, ou le tabou, la vertu, le péché. De même : homme, femme, enfant lorsqu’on les prend non pas comme des catégories biologiques, mais en tant qu’êtres sociaux, sont des institutions sociales7 » rappelle l’auteur dans un entretien, et c’est le sens que l’on donnera à ces institutions sociales qui établira la manière de vivre au sein d’un espace et d’un temps. Le modèle capitaliste est ainsi associé à une certaine vision de l’État, une certaine vision de l’argent, une certaine vision de la vertu et c’est l’ensemble de ces visions qui institue ce monde social. Ainsi,

  • 8 Cornelius Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, op. cit., p. 520.

Athènes, Corinthe, Sparte ne sont ni de simples segments de la société grecque antique, ni des instances du ‘‘concept’’ de la cité grecque, ni des sociétés autres que la société grecque antique. Le mode même de coappartenance des cités grecques à la société grecque antique fait partie de l’institution propre et originale de cette société – comme le mode de coappartenance des États nationaux à une espèce de société mondiale sous le capitalisme moderne fait partie de l’institution du capitalisme moderne8.

  • 9 Propos prononcés par Winston Churchill le 19 septembre 1946 dans un discours à Zurich, publiés dans (...)

4L’exemple donné par Cornelius Castoriadis peut s’inscrire dans le champ de notre étude : peut-on envisager l’Europe dans ce même mode de co-appartenance, non plus d’Athènes, de Corinthe ou de Sparte mais du Portugal, de la Lituanie, de la Hongrie, du Luxembourg, peut-être un jour de la Turquie… et peut-être un autre jour encore de l’Angleterre, qui sait ? La question n’est pas posée qu’à des fins ironiques : au moment où l’île britannique s’empêtre avec effroi dans la complexité des décisions à prendre après un référendum favorable à une sortie de l’Union, les modalités d’une telle coexistence sont des plus incertaines. Le désir même de faire communauté au-delà d’un cadre national paraît s’évaporer chaque jour. Loin semble alors le temps où même un célèbre homme politique anglais, labellisé tour à tour libéral et conservateur, pouvait plaider pour la constitution d’un « groupement européen qui donnerait à des peuples éloignés l’un de l’autre le sentiment d’un patriotisme plus large et d’une sorte de nationalité commune », avec lequel « le Commonwealth des nations britanniques, la puissante Amérique, et, je l’espère, la Russie soviétique – car tout serait alors résolu – doivent être les amis et les protecteurs de la nouvelle Europe et défendre son droit à la vie et à la prospérité9 ».

5Pour considérer la notion « d’imaginaire social » comme un outil fécond d’analyse de l’image autant que comme un recours d’espérance en temps de crise, c’est sans doute vers les mots de Bronislaw Baczko qu’il faut se tourner. Selon lui,

  • 10 Bronislaw Baczko, Les imaginaires sociaux, mémoires et espoirs collectifs, Payot, Paris, 1984, p. 3 (...)

Les imaginaires sociaux sont autant de repères spécifiques dans le vaste système symbolique que produit toute collectivité et au travers duquel elle ‘‘se perçoit, se divise et élabore ses finalités’’ (Mauss). Ainsi, au travers de ces imaginaires sociaux, une collectivité désigne son identité en élaborant une représentation de soi ; marque la distribution des rôles et positions sociales ; exprime et impose certaines croyances communes en plantant notamment des modèles formateurs tels que le ‘‘chef’’, le ‘‘bon sujet’’, le ‘‘vaillant guerrier’’, le ‘‘citoyen’’, le ‘‘militant’’, etc10.

6Avant d’ajouter plus loin :

  • 11 Ibid., p. 34-35.

Tout champ d’expériences sociales est entouré d’un horizon d’attentes et de souvenirs, de craintes et d’espérances (Desroches, 1973 ; Koselleck, 1974). Le dispositif imaginaire assure à un groupe social un schéma collectif d’interprétation des expériences individuelles, aussi complexes que variées, le codage d’attentes et d’espoirs, ainsi que la fusion, dans le creuset d’une mémoire collective, des souvenirs et des représentations du passé proche ou lointain11.

7Notre hypothèse est de considérer l’appareil cinématographique comme un capteur des « imaginaires sociaux » : le cinéma en tant qu’objet technique producteur et récepteur de signes, de symboles, de figures, de désirs ou de souhaits, serait à même de faire apparaître, de rendre visible ces imaginaires comme symptôme d’un monde social. Et c’est au sujet de « l’Europe » que nous tentons de creuser ici cette hypothèse.

Forme(s) de l’Europe

8Visions of Europe est un film collectif, produit par Zentropa, conçu comme une célébration du jour de l’élargissement à 25 membres de l’Union européenne : un réalisateur ou une réalisatrice pour chacun des 25 pays se devait de proposer un court métrage autour de la thématique européenne avec comme seules contraintes une durée de 5 minutes, le format de l’image (en 16/9, exploitable à la télévision) et un budget équivalent, indexé au niveau économique de chaque État, pour un coût global d’environ deux millions d’euros.

9Ainsi, l’œuvre peut se concevoir à la façon d’un « film à sketches » porté à l’échelle d’un continent. La riche période des deux décennies d’après-guerre en Italie fut particulièrement propice à cette pratique et l’on se souvient de l’œuvre collective Les Sept Péchés capitaux (distribuée en 1953 et co-réalisée par Eduardo De Filippo, Jean Dréville, Yves Allégret, Carlo Rim, Roberto Rossellini, Claude Autant-Lara et Georges Lacombe) ou du film RoGoPaG (distribué en 1963, réalisé conjointement par Rossellini, Godard, Pasolini et Gregoretti) en tant que propositions trans-nationales, somme toute limitées à deux pays.

  • 12 Traduction personnelle depuis l’anglais : « The hope was to have a powerful manifestation of the cu (...)
  • 13 « There are landscapes, cities, bodies, faces, languages, behaviours, rituals and all bear witness (...)

10La note d’intention rédigée par le producteur Mikael Olsen insiste sur l’affirmation de la « diversité culturelle de l’Europe en opposition à l’idée de globalisation et de conformité12 ». Selon ses dires, au sein des multiples films se distinguent « des paysages, des villes, des corps, des visages, des langages, des comportements, des rituels et tous témoignent de l’immense projet de vivre ensemble en paix avec des préoccupations communes pour les institutions bureaucratiques, le pouvoir brutal des gouvernements et des grandes entreprises13 ».

11Le plan initial du deuxième court métrage qui compose Visions of Europe, réalisé par le Danois Christoffer Boe – très naturellement intitulé Europe – permet de commencer à appréhender la cristallisation de l’imaginaire social du projet de communauté politique du continent. Sur un tableau, une écolière inscrit deux phrases lapidaires à la craie, « Europe does not exist/Europe is everything » (Fig. 1). Le plan suivant montre un homme empressé, dont l’allure archétypale est celle d’un être investi d’un pouvoir de commandement, qui se protège d’une foule au sein d’une voiture de service. Il s’adresse alors au spectateur par une autre phrase foudroyante : « Je ne rêve plus d’Europe », un mot qu’il n’arrive d’ailleurs plus à prononcer. « L’Europe n’existe pas/L’Europe est tout », telles sont les polarités antithétiques qui pourraient toujours être celles qui écartèlent les citoyens du continent. Mais si nous considérons l’espace maintenu entre les deux propositions plutôt comme une brèche ouverte à « l’imagination et à la créativité politiques » afin qu’advienne une « république d’Europe », alors l’inexistence écrite sur ce tableau d’école se lit comme une promesse : il reste à construire la communauté européenne qui pourra faire grandir la totalité de ceux qui la constituent. Y aurait-il aujourd’hui un manque, une absence d’un idéal constitutif, d’un projet d’organisation de société qui semblerait déterminant et concret pour ses citoyens au-delà du cadre administratif, réglementaire, visible uniquement par sa signalétique bureaucratique ?

Fig. 1, Christoffer Boe, Europe, 2004.

12De façon ironique, le court métrage slovène de Damjan Kozole se joue de cette potentialité. Dans un paysage frontalier de campagne où une petite rivière sépare la Slovénie de ses voisins croates, des travailleurs installent le panneau européen, signe de leur nouvelle adhésion à l’Union. À la question de l’individu leur faisant face « Et quand est-ce qu’on y entrera ? », les deux employés répondent en faisant référence à l’élimination de la Slovénie par la Croatie lors des matches de barrage de novembre 2003 pour l’Euro 2004 : « Nous allons en Europe et vous au Championnat de Football.» Les protagonistes échangent alors autour de leur préférence : pour les Slovènes, la qualification eût été un bonheur plus grand, contrairement au paysan croate. Nous pouvons poursuivre dans le registre du facétieux : la Croatie est depuis entrée dans l’Union européenne le 1er juillet 2013 et garde une équipe de football plus performante. Au-delà du caractère comique du court métrage de Damjan Kozole, nous retiendrons bien la réduction imaginaire du projet européen à la banalité de ses signes quand bien même l’on pourrait toujours préférer cela à une victoire sportive.

13The Yellow Tag, le court métrage suédois réalisé par Jan Troell, travaille cette problématique. Le film s’inspire d’une législation stipulant que chaque bétail, cochon, mouton ou chèvre se doit d’être enregistré – et donc marqué – afin de constituer une traçabilité au sein de l’espace économique européen. Le film raille l’éloignement absurde de l’homme et des animaux d’élevage et finalement le bouleversement de leurs significations imaginaires sociales. Si en tant que symboles, ils ont pu traverser l’histoire de l’art, comme en atteste le cinéaste lorsqu’il réemploie le motif scénographique d’une salle de classe (Fig. 2a), ils sont aujourd’hui assujettis à la production de masse et, en tant qu’objet de consommation, déplacés sur des milliers de kilomètres (Fig. 2b).

« le 6 octobre 1999, 6 vaches en bonne santé furent abattues en plein pâturage à Ljungskile. L’ordre fut donné par le ministère suédois de l’Agriculture ; les vaches n’étaient pas marquées par l’UE »« toute désobéissance aux réglementations est une source potentielle de danger qui se doit d’être corrigée pour le bien commun »aveuglementpoint aveuglerégulationdérégulation

14Dans un article intitulé Un nouvel élan, mais pour quelle Europe ?, publié dans Le Monde diplomatique en mars 2011, Étienne Balibar livre ce constat :

  • 14 Étienne Balibar, « Un nouvel élan, mais pour quelle Europe ? », dans Le Monde diplomatique, Mars 20 (...)

L’intégration européenne ainsi orientée dans la voie d’un néolibéralisme quasi constitutionnel entraîne un autre effet, qui sape ses propres conditions politiques et morales. Alors que la possibilité de surmonter les antagonismes historiques au sein d’une construction postnationale où la souveraineté est partagée supposait une convergence au moins tendancielle des États, du triple point de vue de la complémentarité de leurs capacités, de l’égalisation de leurs ressources et de la reconnaissance mutuelle de leurs droits, le triomphe du principe de concurrence a engendré une aggravation continue des disparités. Au lieu d’un codéveloppement des régions de l’Europe, on assiste à une polarisation que la crise a dramatiquement accentuée. La distribution des capacités industrielles, celle des emplois et des chances de réussite, des filières d’éducation, est de plus en plus inégale14.

  • 15 Valéry Giscard d’Estaing, « La boîte à outils du traité de Lisbonne », tribune publiée dans Le Mond (...)

15L’année 2004 ne fut pas seulement celle de l’élargissement des membres de l’Union. Elle est aussi celle de l’accord des 25 pays sur un texte constitutionnel, d’abord le 18 juin à Bruxelles avant que le « Traité établissant une constitution pour l’Europe » ne soit signé à Rome le 29 octobre de la même année, précédant la ratification demandée dans tous les États. On se souviendra aujourd’hui des âpres discussions politiques que suscita en France un tel traité et de la victoire du « Non », de la même manière qu’aux Pays-Bas. On se souviendra aussi que le traité de Lisbonne est depuis entré en vigueur, sans usage de référendum, le 1er décembre 2009. Selon Valéry Giscard d’Estaing lui-même – dont la parole est citée dans le souci d’un pluralisme de sources – « le résultat est que les propositions institutionnelles du traité constitutionnel (…) se retrouvent intégralement dans le traité de Lisbonne, mais dans un ordre différent, et insérés dans les traités antérieurs15 ».

16Aux lendemains du refus français et néerlandais de 2005, Stéphane Madaule, docteur et essayiste en économie, pouvait se demander « que penser de ce traité dont l’adoption est devenue plus qu’hypothétique suite aux échecs successifs des référendums français et hollandais ? » et répondre de la façon suivante :

  • 16 Stéphane Madaule, Questions d’Europe, Nouvelle édition augmentée, l’Harmattan, 2007, p. 40.

Sur le fond, ce projet de traité de constitution demeurait essentiellement d’essence libérale. Ses 300 pages étaient truffées de références au respect absolu de la mise en œuvre sans faille ‘‘d’une économie de marché ouverte où la concurrence est libre’’. C’était le modèle qui s’impose à tous et qui est érigé en règle fondamentale, quelles que soient les majorités politiques de l’Europe au Parlement européen ou encore au Conseil16.

17Et c’est ce modèle qui sans nul doute se perpétue jusqu’à aujourd’hui. Dans Visions of Europe, un film en particulier cristallise les enjeux du paradigme de la concurrence : celui de Peter Greenaway intitulé The European Showerbath.

18Dans un sombre espace scénographique, où la lumière ne provient que d’une large douche, un opulent corps s’avance. Sur son dos, le drapeau allemand. L’homme est bientôt rejoint par une femme sur laquelle est visible un drapeau français (Fig. 3a). Les deux êtres s’élancent dans une petite chorégraphie qui réinterprète sans doute l’expression courante du « couple franco-allemand ». Peu à peu, d’autres corps viennent s’entasser sous cette « douche européenne », dans l’ordre chronologique de la construction de cet espace politique : d’abord L’Europe des six, puis des neufs, des dix, etc. (Fig. 3b) Arrivent les derniers venus, liés à l’élargissement de 2004. Mais alors que ceux-ci se présentent devant l’espace central et que l’ensemble des corps continue de s’y agiter dans un amoncellement monstrueux, la source se tarie et seules de petites gouttelettes daignent s’élancer depuis le pommeau (Fig. 3c).

Fig. 3a, 3b, 3c. Peter Greenaway, The European Showerbath, 2004.
  • 17 En référence à l’œuvre de Georges Bataille, La Part maudite, Minuit, Paris, 1949.

19Il y a sans doute de multiples manières d’interpréter la portée métaphorique du dispositif minimal et dénudé de Peter Greenaway. Cette douche peut par exemple représenter les ressources disponibles liées à l’activité économique d’un marché commun. Ce bousculement de corps paraît témoigner de l’absence d’une vision de partage et d’un paradigme de la concurrence fondé sur le profit continuel de tous ceux qui daigneraient se présenter avec frénésie dans le jeu, sans régulation, de la consommation. Selon les images de Peter Greenaway, les entités les plus riches ne cessent de s’approprier la plus grande densité de l’espace, et les plus jeunes pays européens n’auraient dès lors que peu de place à pourvoir. Son court métrage paraît révéler « la part maudite17 » d’une « concurrence libre et non faussée », en tant qu’elle serait une source vertueuse d’émulation et de production.

20Mais l’imaginaire de « l’Europe » se résumerait-il à ces quelques propositions filmiques mettant en relief un cadre constitutionnel assassinant les populations bovines ou créant de violentes disparités ? Il y a dans ces Visions d’Europe, fort heureusement, des brèches ouvertes vers des utopies concrètes qui redéploient l’idée de communauté.

Sur l’Europe comme communauté de singularités

  • 18 Jean-Luc Nancy, La Communauté désœuvrée, Christian Bourgeois, Paris, 2004, p. 11.
  • 19 Ibid., p. 34-35.

21Dans un texte, publié initialement en 1983, Jean-Luc Nancy admet que « le témoignage le plus important et le plus pénible du monde moderne » est « le témoignage de la dissolution, de la dislocation ou de la conflagration de la communauté18 ». Mais il n’y a pas là matière à inférer d’une quelconque extinction : « Rien n’a donc été perdu, et pour cette raison rien n’est perdu. Ne sont perdus que nous-mêmes, nous sur qui le ‘‘lien social’’ (les rapports, la communication), notre invention, retombe lourdement comme le filet d’un piège économique, technique, politique, culturel. Empêtrés dans ses mailles, nous nous sommes forgé le fantasme de la communauté perdue19. » Au contraire, pour Jean-Luc Nancy l’occasion est donnée de penser la communauté hors de tous les rets de la finitude :

  • 20 Ibid., p. 87.

Aussi bien n’y a-t-il pas d’entité ni d’hypostase de la communauté parce que ce partage, ce passage est inachevable. L’inachèvement est son « principe » – mais au sens où il faudrait prendre l’inachèvement comme un terme actif, désignant non l’insuffisance ou le manque, mais l’activité du partage, la dynamique, si on peut dire, du passage ininterrompu par les ruptures singulières. C’est-à-dire, à nouveau, une activité désœuvrée, et désœuvrante. Il ne s’agit pas de faire, ni de produire, ni d’installer une communauté ; il ne s’agit pas non plus d’y vénérer ou d’y redouter une puissance sacrée – il s’agit d’inachever son partage20.

22Cette vision pousse à repenser toute forme institutionnelle qui viserait à organiser la « communauté ». En lieu et place de considérer cette entité en tant qu’œuvre arrêtée, ne pourrait-on pas l’envisager en constante animation ? Sa vie serait alors rythmée par ses mouvements de partage, qui se doivent de ne pas connaître de fin.

  • 21 Edgar Morin, Penser l’Europe, Gallimard, 1990, p. 23.

23Dans Penser l’Europe, Edgar Morin propose un chemin de réflexion qui affirme toute la complexité d’une telle idée : « L’Europe n’a d’unité que dans et par sa multiplicité. Ce sont les interactions entre peuples, cultures, classes, États, qui ont tissé une unité elle-même plurielle et contradictoire21 » déclare-t-il avant de plaider pour un travail profond de refondation intellectuelle à son sujet :

  • 22 Ibid., p. 259.

L’Europe a poussé à l’extrême et a répandu sur le monde la recherche éperdue et démente du Salut, l’intolérance religieuse, le capitalisme, le nationalisme, le totalitarisme, l’industrialisme, le technocratisme, la volonté effrénée de puissance et la volonté effrénée de profit, le mythe frénétique du Développement, la destruction des cultures humaines et des milieux naturels. L’Europe a répandu sur le monde les pestes qui dérivent de la simplification forcée, de l’unilatéralité, de l’exaspération de toutes ses tendances et de toutes ses réalisations historiques. Mais nous avons subi nous-mêmes les dommages que nous avons générés, nous avons vécu jusqu’au fond la tragédie des nationalismes, nous commençons à générer peu à peu les antidotes aux maux que nous avons créés, et nous pourrions commencer à aider le monde à se désinfecter des pestes que nous lui avons apportées22.

  • 23 En effet, pour Jean-François Billeter les Européens « ne pourront pas avoir les deux : les souverai (...)
  • 24 Ibid. p. 30.

24Par-delà les désastres, l’Europe pourrait-elle être l’un des espaces où s’élèveraient de nouvelles formes de construction sociale ? Dans notre plus vive contemporanéité, la question résonne avec les multiples appels à l’encadrement national contre lesquels se tient toute réflexion sur les potentiels de la communauté. Dès lors, les enjeux conflictuels autour de l’idée de « souveraineté » peuvent apparaître comme un « piège23 ». L’institution qui respectera ainsi « l’être singulier-pluriel » dont parle Jean-Luc Nancy, considérant que « la pluralité de l’étant est au fondement de l’être24 », est toujours à inventer.

PrologueVisions of Europe
  • 25 Karl Sierek, « Durée et Contingence. Une révision du plan-séquence » dans Corinne Maury et Sylvie R (...)
  • 26 Ibid., p. 120.

25« Le travail sur les plans longs ou sur les plans-séquences au sens traditionnel ou classique ne joue ici qu’un rôle secondaire » nous dit-il à ce propos, « ils ne représentent qu’un moyen pour accéder à une conception et à un programme esthétiques que j’essaierai de rattacher à la constitution de chronotopes25 ». C’est avec Mikhaïl Bakhtine que l’auteur conçoit cette notion. Celle-ci « associe, d’une part, la définition matérielle du plan comme continuum spatio-temporel entre deux coupes et, d’autre part, les composantes diégétiques désignées sous le terme de ‘‘scène filmique’’, qui, associées aux éléments spatiaux et temporels relégués hors champ, englobent un espace imaginaire homogène26 ». Du fait du dispositif collectif de l’œuvre, Prologue est précédé et suivi par les autres propositions qui alertent de l’état du projet institutionnel européen. Celles-ci peuvent composer les « éléments » qui travaillent l’espace-temps cristallisé par le plan. Notre hypothèse est d’envisager cet espace-temps comme relatif à « la communauté désœuvrée » que pourrait représenter l’Europe.

  • 27 Jacques Rancière, Le Temps d’après, Capricci, Paris, 2011, p. 15-16.
  • 28 Guillaume Sibertin-Blanc, « De la mélancolie à la résistance : communautés et désœuvrement » dans C (...)

26Au sein du « temps d’après », qui n’est « pas le temps uniforme et morose de ceux qui ne croient plus à rien » mais « le temps des événements matériels purs auxquels se mesure la croyance aussi longtemps que la vie le porte27 », tel que l’énonce Jacques Rancière à partir de Béla Tarr, il y aurait toujours à composer avec cette notion de communauté. Guillaume Sibertin-Blanc a précisément pu se saisir de ces enjeux à propos de l’œuvre du cinéaste hongrois. « Filmer le désœuvrement ne se réduit certes pas à montrer des gens occupés à ne rien faire » affirme-t-il alors : « La dispersion de l’œuvre, l’effondrement de la cause commune, signifie d’abord la perte de sa mesure ou de sa raison : une raison d’agir et de parler comme mobile, une mesure proportionnant les corps à l’espace et au temps dans lesquels agir et parler28. »

  • 29 « Mélancolie active toujours, irréductible au bord du désespoir, qui ne désarme pas » écrit ainsi D (...)
  • 30 Mikhaïl Bakhtine, « Formes du temps et du chronotope dans le roman », dans Esthétique et théorie du (...)

27Sans doute l’étreinte filmique que propose Béla Tarr dans Visions of Europe, elle-même bercée par l’accompagnement musical toujours hypnotique de Mihály Víg, est teintée d’une certaine mélancolie. Les multiples mines fatiguées et creusées ne cachent pas la dureté d’une vie quotidienne précaire. Mais cette mélancolie peut se considérer comme « active », pour employer cette fois une formule de Daniel Bensaïd29. À l’inverse d’un imaginaire de l’égoïsme et de l’interruption, comme dans le court métrage de Greenaway, le don et le partage paraissent ici infinis, du point de vue du film comme de sa narration : de fait, nous ne verrons pas de clôture de cette fenêtre ouverte à l’attention d’autrui. L’unité inhérente au plan-séquence rappelle la notion de Mikhaïl Bakhtine liée à l’indissociabilité des indices spatiaux et temporels, analysée initialement dans sa théorie du roman30. Indissociable est aussi la forme du film avec l’esprit qu’il incarne, celui d’une fraternité collective. Après la coupe du plan, le nom de l’ensemble des êtres qui furent vus au sein de ce « chronotope » filmique sont donnés par le générique, manière d’afficher très logiquement l’ensemble des singularités du court métrage. La présence de ces images au sein de l’œuvre collective amène à porter ces réflexions à l’échelle de la notion même « d’Europe ». La communauté politique à laquelle elle renvoie pourrait-elle se concevoir par le biais d’un principe de solidarité en lieu et place de celui de concurrence ?

28Et le film collectif Visions of Europe n’est-il pas propice pour penser une telle espérance ? Si certains de ses fragments sont frappés d’inquiétude, d’autres révèlent l’image de brèches ouvertes à l’expression d’une communauté de singularités : celle que dessine la poésie filmique d’Aki Kaurismäki au sujet de la beauté des plus petites localités dans Bico, tourné dans une montagne du Portugal. Celle du plurilinguisme fondamental du Luxembourg avec lequel s’amuse Andy Bausch dans The Language School. Celle, revendicative, d’un accueil sans concession des exilés dans l’impressionnant monologue de Gerard Mannix Flynn dans Invisible State d’Aisling Walsh. Celle, encore, de cette succession de visages et de présences qui composent It’ll be fine de Laila Pakalnina et rendent visible un imaginaire social de l’Europe en tant que continent composé par la richesse de sa diversité.

Haut de page

Notes

2 Jean-François Billeter, Demain L’Europe, éditions numériques Allia, Paris, 2019.

3 Visions of Europe, d’une durée totale de 2 heures 20, est composé de 25 segments réalisés respectivement par Aki Kaurismäki, Fatih Akin, Barbara Albert, Sharunas Bartas, Andy Bausch, Christoffer Boe, Francesca Comencini, Stijn Coninx, Tony Gatlif, Saša Gedeon, Christos Georgiou, Constantine Giannaris, Peter Greenaway, Miguel Hermoso, Arvo Iho, Damjan Kozole, Laila Pakalnina, Kenneth Scicluna, Martin Šulík, Malgorzata Szumowska, Béla Tarr, Jan Troell, Theo Van Gogh, Teresa Villaverde et Aisling Walsh. Chacun des segments repose sur une production nationale associée à la production générale de Mikael Olsen pour Zentropa, société danoise liée à Lars von Trier, et de Meinolf Zurhorst, à qui on attribue l’idée initiale du projet, pour ZDF/Arte.

4 Chypre, la République tchèque, l’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Pologne, la Slovaquie et la Slovénie.

5 Le Mataora est le nom du navire grâce auquel de nombreux intellectuels grecs ont pu fuir la guerre civile s’apprêtant à troubler le pays. Kostas Axelos, philosophe de la technique, ou Ado Kyrou, cinéaste et rédacteur d’ouvrages sur le cinéma, critique à Positif, firent également partie du voyage. Voir notamment l’article de Maria Malagardis, ‘‘Mataora’’, le bateau du fol espoir, publié sur Libération.fr le 23 novembre 2016 et disponible sur : <https://www.liberation.fr/debats/2016/11/23/mataroa-le-bateau-du-fol-espoir_1530436>.

6 Cornelius Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, Seuil, Paris, 1975, p. 518.

7 Cornelius Castoriadis, « Les significations imaginaires », entretien réalisé avec Michel Treguer, diffusé sur France-Culture le 30/01/1982, publié dans Une société à la dérive, entretiens et débats 1974-1997, Seuil, Paris, 2005, p. 87.

8 Cornelius Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, op. cit., p. 520.

9 Propos prononcés par Winston Churchill le 19 septembre 1946 dans un discours à Zurich, publiés dans Manière de voir, n° 153 – Royaume-Uni de l’Empire au Brexit, juin-juillet 2017, p. 61.

10 Bronislaw Baczko, Les imaginaires sociaux, mémoires et espoirs collectifs, Payot, Paris, 1984, p. 32.

11 Ibid., p. 34-35.

12 Traduction personnelle depuis l’anglais : « The hope was to have a powerful manifestation of the cultural diversity of Europe as opposed to the idea of globalization and conformity » pouvait-on lire en juillet 2018 sur le site officiel du film <www.visionsofeurope.dk>. Depuis, l’hébergement du site semble avoir été abandonné : les textes proviennent de notes prises par Arnaud Moschenross, chercheur en études cinématographiques et en sciences de la communication à l’université de Haute-Alsace, collaborateur initial de cette étude. Qu’il soit remercié pour cette initiative comme pour les premiers temps de recherche consacrés communément au film.

13 « There are landscapes, cities, bodies, faces, languages, behaviours, rituals and all bear witness to the huge project of living together peacefully with common concerns regarding bureaucratic institutions, the raw power of the governments and the large corporations », Ibid.

14 Étienne Balibar, « Un nouvel élan, mais pour quelle Europe ? », dans Le Monde diplomatique, Mars 2014, p. 15-16, disponible à l’adresse suivante : < https://www.monde-diplomatique.fr/2014/03/BALIBAR/50208>.

15 Valéry Giscard d’Estaing, « La boîte à outils du traité de Lisbonne », tribune publiée dans Le Monde du 26 octobre 2007, disponible à l’adresse suivante : <https://www.lemonde.fr/idees/article/2007/10/26/la-boite-a-outils-du-traite-de-lisbonne-par-valery-giscard-d-estaing_971616_3232.html>.

16 Stéphane Madaule, Questions d’Europe, Nouvelle édition augmentée, l’Harmattan, 2007, p. 40.

17 En référence à l’œuvre de Georges Bataille, La Part maudite, Minuit, Paris, 1949.

18 Jean-Luc Nancy, La Communauté désœuvrée, Christian Bourgeois, Paris, 2004, p. 11.

19 Ibid., p. 34-35.

20 Ibid., p. 87.

21 Edgar Morin, Penser l’Europe, Gallimard, 1990, p. 23.

22 Ibid., p. 259.

23 En effet, pour Jean-François Billeter les Européens « ne pourront pas avoir les deux : les souverainetés nationales auxquelles ils tiennent et l’Europe souveraine, forte et démocratique dont ils ont besoin. S’ils ne tranchent pas, ils n’auront ni l’un, ni l’autre. Ils trancheront lorsqu’ils se souviendront qu’en démocratie la souveraineté appartient aux citoyens. Ce principe a été obscurci parce qu’à l’âge des nationalismes la souveraineté de la nation a été placée au-dessus de celle du citoyen. Les Européens sortiront du piège dans lequel ils sont enfermés en plaçant inversement la souveraineté du citoyen au-dessus de celle de la nation. Ils deviendront par là de vrais sujets politiques et résoudront le problème de la souveraineté, s’ils le veulent, en se proclamant, le jour venu, citoyens de la république européenne. La république sera souveraine par la décision souveraine de ses citoyens », dans Demain l’Europe, op.cit.

24 Ibid. p. 30.

25 Karl Sierek, « Durée et Contingence. Une révision du plan-séquence » dans Corinne Maury et Sylvie Rollet (dir.), Béla Tarr, de la colère au tourment, Yellow Now, Crisnée, 2016, p. 114.

26 Ibid., p. 120.

27 Jacques Rancière, Le Temps d’après, Capricci, Paris, 2011, p. 15-16.

28 Guillaume Sibertin-Blanc, « De la mélancolie à la résistance : communautés et désœuvrement » dans Corinne Maury et Sylvie Rollet (dir.), op.cit., p. 156.

29 « Mélancolie active toujours, irréductible au bord du désespoir, qui ne désarme pas » écrit ainsi Daniel Bensaïd dans Le Pari mélancolique, Métamorphoses de la politique, politique des métamorphoses, Fayard, Paris, 1997, p. 252.

30 Mikhaïl Bakhtine, « Formes du temps et du chronotope dans le roman », dans Esthétique et théorie du roman, Gallimard, Paris, 1978, p. 235-398.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1, Christoffer Boe, Europe, 2004.
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/4198/img-1.png
Fichier image/png, 344k
Légende Fig. 2a, 2b, 2c. Jan Troell, The Yellow Tag, 2004.
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/4198/img-2.png
Fichier image/png, 576k
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/4198/img-3.png
Fichier image/png, 680k
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/4198/img-4.png
Fichier image/png, 580k
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/4198/img-5.png
Fichier image/png, 139k
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/4198/img-6.png
Fichier image/png, 247k
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/4198/img-7.png
Fichier image/png, 156k
Légende Fig. 4a, 4b. Béla Tarr, Prologue, 2004.
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/4198/img-8.png
Fichier image/png, 220k
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/4198/img-9.png
Fichier image/png, 245k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Szöllösy, « L’Europe audiovisuelle
Sur l’imaginaire social de Visions of Europe (2004) »
Mise au point [En ligne], 13 | 2020, mis en ligne le 10 novembre 2020, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/map/4198 ; DOI : https://doi.org/10.4000/map.4198

Haut de page

Auteur

Raphaël Szöllösy

Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo AFECCAV
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search