Navigation – Plan du site

AccueilLa revueAppel à contributionMise au Point

Appel à contribution
Mise au Point

« Analyser l’intersectionnalité au cinéma. Circulation d’un concept, en France et aux États-Unis »

Concept forgé en 1989 dans le droit américain par la chercheuse Kimberlé Crenshaw, l’intersectionnalité entendait au départ rendre compte d’un point aveugle dans l’appréhension des violences subies par les femmes noires américaines, exposées à différents types de discriminations. Par la suite, l’intérêt du concept s’est élargi pour penser l’interaction entre différentes formes de dominations (genre, sexualité, rapports de classes, âge, handicap, etc.).

Dans le cadre des études filmiques et médiatiques, l’intersectionnalité n’a pas encore donné lieu à une exploration de ses possibilités théoriques et pratiques dans les spécificités du cinéma comme art mais aussi comme industrie. Quels sens et quels usages peut-on faire du concept d’intersectionnalité au sein du champ des études filmiques ? Comment le concept d’intersectionnalité permet-il d’explorer les rapports de pouvoir dans les représentations filmiques mais aussi au sein même de l’industrie cinématographique, en France et aux Etats-Unis ? Ce numéro de Mise au Point entend interroger la circulation du concept d’intersectionnalité, sa pertinence et ses limites, dans le champ des études filmiques. En reliant économie du cinéma, cultural studies et approche esthétique, nous souhaitons développer trois angles de réflexion emblématiques de la spécificité du cinéma comme un art, une industrie et un rapport aux différents publics.

AXE 1 : PRODUCTION / INDUSTRIE

À l’international, l’industrie cinématographique est marquée par une sous-représentation des femmes et des minorités devant et derrière la caméra. Sous l’impulsion des mouvements #MeToo et Time’s Up, de nombreux festivals de cinéma internationaux ont pris des mesures pour favoriser l’égalité hommes/femmes à l’échelle de la programmation (collectif 50/50 au Festival de Cannes).

  • 1 Le terme « race » est ici entendu dans une acception sociologique, c’est-à-dire comme construction (...)

Aux États-Unis, Warner Bros est la première grande société de production et de distribution de films à Hollywood à adopter le clause de l’« inclusion rider » (Stacy Smith), opérant un changement après la polémique #OscarsSoWhite en 2015. Quelles sont les conséquences de ces politiques incitatives sur le fonctionnement de l’industrie filmique ? Quels changements l’instauration de quotas opère-t-elle sur les représentations ? Comment prendre en compte la question de la « race1 », en tant que concept sociologique, où l’utilisation du terme reste problématique en France ?

  • Économie du cinéma et représentations

  • Financement, quotas et discrimination positive

  • Représentativité et impact économique

AXE 2 : REPRÉSENTATIONS

Les formes filmiques peuvent renforcer les normes de genre, de classe et de « race », ou au contraire les déconstruire, en proposant des modèles alternatifs (ex. : émancipation des femmes, des minorités sexuelles et ethniques). En quoi l’approche intersectionnelle peut fournir de nouveaux outils d’analyse des formes filmiques ? Dans quelle mesure l’intersectionnalité permet-elle d’analyser et de rendre visible l’articulation de rapports sociaux ? En quoi cet outil offre-t-il une nouvelle approche pour analyser les stéréotypes racistes, classistes et sexistes, tout en proposant des antistéréotypes et des contre-stéréotypes (Éric Macé, 2007) ? Le cinéma peut-il redéfinir les rapports de pouvoir et des modèles contre-hégémoniques ?

Dans l’analyse de l’esthétique et des représentations, la question de la performance est aussi centrale. Le langage, le grain de voix, le choix des costumes peuvent marquer l’appartenance à des catégories sociales. En quoi la persona d’un.e acteur.trice peut-elle être travaillée par ces différentes catégories (classe, genre, race) ?

  • Esthétique, cultural studies, gender studies, queer studies

  • Réalisme, choix des acteurs, et persona (star studies)

  • Construction du regard au cinéma : “female gaze”, “queer gaze”, “black gaze

  • Construction et remise en cause des stéréotypes à l’écran

AXE 3 : RÉCEPTIONS

L’analyse intersectionnelle permet de rassembler différentes expériences de cinéma, et différentes identifications spectatorielles. En quoi une critique intersectionnelle peut-elle rendre visible des points aveugles de la critique esthétique traditionnelle, plus attachée aux formes esthétiques qu’à la composante sociologique ? L’intersectionnalité interroge aussi la légitimité des choix d’acteurs et d’actrices pour des personnages appartenant à des minorités ethniques ou sexuelles. Les diverses réceptions du public peuvent remettre en cause la légitimité d’une performance. Peut-on incarner un dominé quand on appartient à une classe sociale dominante ?

Cet axe pourra comprendre les questions de réceptions entre le champ académique, la critique cinéphilique et le public (spectateurs ordinaires), mais aussi de réceptions militantes ou anti-féministes sous le prisme de l’intersectionnalité, et leur impact sur l’industrie filmique.

  • Critique traditionnelle (journalisme) et critique amateure (blogs, réseaux sociaux)

  • Influence de la critique intersectionnelle sur la production du film

  • Réception critique, légitimité culturelle, questions éthiques et double lecture (Stuart Hall)

  • Différences de réceptions entre France et Etats-Unis

  • Contestations d’un public militant face à la performance de personnages transgenres par des acteurs.trices cisgenres ; films accusés de white-washing et d’appropriation culturelle.

Merci d’envoyer un résumé de votre proposition (400 mots maximum) accompagné d’une bibliographie principale, en précisant l’axe de recherche retenu. Vous joindrez également une courte notice biographique. Les fichiers sont à envoyer au format .doc par courriel à l’adresse <intersectionnalite.cinema@gmail.com>.

Numéro dirigé par :

Sabrina Bouarour (université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle)

Héloïse Van Appelghem (université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle)

Bibliographie indicative

BUTLER Judith, Trouble dans le genre, Le féminisme et la subversion de l’identité, Éditions La Découverte, Paris, 2006.

CHAUVIN Sébastien et JAUNAIT Alexandre, 2015, « L’intersectionnalité contre l’intersection », Raisons politiques, n° 2, p. 55-74.

CREMIEUX Anne (dir.), Les minorités dans le cinéma américain, CinémAction n° 143, Charles Corlet, Condé-sur-Noireau, 2012.

CRENSHAW Kimberlé Williams, « Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du Genre, 2005/2 (n° 39), p. 51-82. URL : <https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2005-2-page-51.htm>

DORLIN Elsa, Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, PUF, Paris, 2009.

DORLIN Elsa, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, La Découverte, Paris, 2006.

DORLIN Elsa, Black Feminism. Anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, L’Harmattan, Paris, 2008.

DUBOIS Régis, Le cinéma noir américain des années Obama : 2009-2016, LettMotif, La Madeleine, 2017.

DUBOIS Régis, Images du Noir dans le cinéma américain blanc (1980-1995), L’Harmattan, Paris, 1997.

FASSA Farinaz, LEPINARD Eléonore et ROCA I ESCODA Marta (dir.), L’intersectionnalité : enjeux théoriques et politiques, La Dispute, Paris, 2016.

GUERRERO Ed, Framing Blackness. The African-American Image in Film, Philadelphia : Temple University Press, 1993.

GUILLAUMIN Colette, L’idéologie raciste. Genèse et langage actuel, Mouton, Paris/La Haye, 1972.

LÉPINARD Eléonore, “Impossible Intersectionality? French Feminists and the Struggle for Inclusion”, Politics and Gender, vol. 10, n° 1, 2014, p. 124-130.

MACÉ Éric, « Des « minorités visibles » aux néostéréotypes », Journal des anthropologues [En ligne], Hors-série | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 30 octobre 2018. URL : <http://jda.revues.org/2967>

MASK Mia, Contemporary black American cinema : race, gender and sexuality at the movies, New York ; London : Routledge, 2012.

ROLLET Brigitte, Femmes et Cinéma : sois belle et tais-toi !, Ed. Belin, Paris, 2017.

SMITH Stacy, “The data behind Hollywood’s sexism”, Conférence TEDWomen, octobre 2016,

URL : <https://www.ted.com/talks/stacy_smith_the_data_behind_hollywood_s_sexism/transcript>

Notes

1 Le terme « race » est ici entendu dans une acception sociologique, c’est-à-dire comme construction sociale, dans le cadre d’un rapport social de domination, tout comme le sont le genre et la classe (Colette Guillaumin, 1972).

Haut de page
  • Logo AFECCAV
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search