Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros14Le quotidien de l’enseignant en i...

Le quotidien de l’enseignant en images : tensions entre représentation et médiation du métier dans un vidéoblog professionnel

Angélica Rigaudière et Pierre-Yves Connan

Résumés

Comment le vidéoblog met-il en scène le quotidien du professeur des écoles ? Nous tentons de répondre à cette question en proposant une analyse sémiodiscursive du vidéoblog Entrez dans ma classe diffusé sur YouTube par une professeure des écoles. Créée en 2017, cette chaîne comporte 68 vidéos de durées variables. « Maîtresse depuis 10 ans », l’auteure se donne pour objectif de raconter ses « petites aventures quotidiennes », c’est-à-dire de partager l’ordinaire de sa vie professionnelle. De ce vidéoblog, nous retenons aussi bien les éléments qui installent un rythme, à l’exemple de la charte visuelle et sonore, que la scénarisation de l’exercice journalier du métier. Les résultats obtenus illustrent un quotidien largement centré sur la valorisation de l’action scénarisée et de situations types. Proche de la chronique par son caractère itératif et par sa focalisation sur un thème spécifique, en l’occurrence la classe, la forme audiovisuelle de ce vlog favorise de surcroît la médiation de gestes et de savoirs professionnels.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Entrez dans ma classe, disponible en ligne à l’adresse suivante : <https://www.facebook.com/entrezdansmaclasse>. (...)

Je suis prof des écoles et j’adore mon boulot, je suis passionnée, un peu trop passionnée, et je suis toujours en train de raconter ce que je fais à mes collègues en leur disant : eh, regarde, est-ce que ça va ? Qu’est-ce que t’en penses ? Et les élèves ? T’as vu ? Ils ont aimé ? Pas aimé ? J’aime bien avoir des retours, j’aime bien échanger […]. Alors, je me suis dit, ben, et pourquoi pas raconter un petit peu tout ça ? Pas qu’à des profs. À des parents, à des enfants, à mes amis, à ma famille, et puis, partager ça en faisant un vlog1.

1C’est ainsi qu’une professeure des écoles présente son projet de partager son quotidien professionnel sur un vidéoblog qu’elle intitule Entrez dans ma classe. En nous appuyant sur une analyse sémiodiscursive de ce vidéoblog proposé sur YouTube depuis 2017, nous tenterons de répondre à quelques questions que soulève ce geste de médiatisation et de mise en images du métier d’enseignant : comment le blog vidéo met-il en scène le quotidien du professeur des écoles ? Quels fragments du réel retient-il ? Comment ce « quotidien » est-il partagé, reçu et interprété ? Autrement dit, comment la représentation du quotidien professionnel s’articule-t-elle avec la médiation du métier ?

2Notre réflexion emprunte surtout à des travaux issus des sciences de l’information et de la communication et des études littéraires. En effet, nous nous intéressons à ce support d’expression, dans la mesure où, comme le blog, il produit une « écriture sur la subjectivité » et « sur le quotidien » qui s’organise « selon la forme du fragment » (Thérenty 2010). De ce vidéoblog, nous retenons, en outre, aussi bien les éléments qui installent un rythme, à l’exemple de la charte visuelle et sonore, que la scénarisation de l’exercice journalier du métier. Une autre hypothèse sur laquelle s’appuie notre questionnement se fonde sur l’idée que le vidéoblog serait, après la téléréalité, le « lieu ultime du culte du banal » (Jost 2013, p. III). S’il hérite de formes plus anciennes, le vlog constitue un genre webnatif spécifique « qui correspond à un tout sémiodiscursif produit au sein de l’environnement numérique proposé » (Paveau 2015 et Combe 2017), en l’occurrence le réseau social YouTube.

3Avant de considérer les caractéristiques qui feraient du vlog un support d’expression de la banalité ou encore un inventaire des savoirs professionnels ordinaires, nous présenterons les fondements théoriques, le corpus et la méthodologie sur lesquels repose notre recherche. Nous exposerons ensuite des résultats qui illustrent un quotidien largement centré sur la valorisation de l’action scénarisée et de situations types. Enfin, une part de notre analyse sera consacrée à la question de l’appropriation du quotidien. De fait, proche de la chronique par son caractère itératif et par sa focalisation sur un thème spécifique, en l’occurrence la classe, la forme audiovisuelle de ce vlog favorise de surcroît la médiation de savoirs professionnels. Qu’elle adopte une forme écrite ou vidéo, l’autopublication en ligne des professionnels illustre non seulement les rhétoriques autour des représentations du métier (Charles et al. 2018 ; Connan et al. 2016) mais également une volonté de partager (Snelson 2015) son expérience du quotidien. Le vidéoblog professionnel s’inscrit dans le phénomène plus général des chaînes web-vidéo plurithématiques largement plébiscitées : sa réception peut être inspirante voire structurante pour les professionnels issus du même domaine.

Fondements théoriques

4Cette étude s’inscrit dans la continuité d’une recherche que nous avons menée, entre 2015 et 2018, dans le cadre d’un appel à projets de recherche initié par la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance du ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche (Charles et al. 2018). En examinant les propos des enseignants du premier degré sur la blogosphère, il s’agissait alors de saisir les rhétoriques professionnelles et les stratégies énonciatives déployées autour de la représentation du métier de professeur des écoles, d’appréhender les parcours professionnels et leurs transformations au fil des blogs, d’identifier les sujets sur lesquels l’enseignant s’exprime spontanément et prend position. Sur le plan méthodologique et épistémologique, le choix d’étudier la perception du métier au travers de quelques exemples d’expression spontanée d’enseignants s’écarte des techniques d’investigation qui visent la représentativité. Les données que nous recueillons ne sont donc pas généralisables, mais illustrent quelques « manières de faire » (Certeau 1990, p. 51).

5Notre analyse repose sur l’idée que le vlog s’inscrit dans une généalogie culturelle et littéraire de supports de l’expression du soi et du quotidien (Sheringham 2013). Comme son nom l’indique, le vidéoblog est une extension audiovisuelle du blog. Il en conserve de nombreuses propriétés, notamment celles qui en font un support de représentation de soi (Rouquette 2008), pour soi et pour autrui. Associant des informations personnelles et professionnelles, il revêt des fonctions variées : par son intermédiaire, l’enseignant déclare son affiliation à un groupe professionnel, recherche la reconnaissance des pairs tout en affirmant son autonomie, exprime son identité professionnelle, démontre ses compétences, exerce une influence, constitue un réseau d’échange (Reinmann et Bianco 2008).

6Comme le blog, il hérite du journal intime, du genre épistolaire (Deseilligny 2008, p. 60), et des réseaux d’échanges que constituaient les périodiques. En tant que support vidéo, il emprunte au cinéma, « instrument permettant d’explorer et de dévoiler le quotidien » (Sheringham 2013, p. 349) ; de la télévision, il adopte le feuilleton, le regroupement des contenus en chaînes, la logique de l’audience, la linéarisation des contenus (Jost 2019). Prenant en compte le bagage culturel, sémiotique et esthétique que le vlog emporte avec lui, nous garderons à l’esprit les interrogations de Michael Sheringham (2013, p. 20) à propos de la résistance que le quotidien oppose à la forme :

Certains genres et médias ont-ils des propriétés spécifiques, susceptibles de nous faire accéder au quotidien, ou de nous donner prise sur lui ? Ou bien le quotidien glisse-t-il, pour ainsi dire, entre les mailles des genres établis et, en vertu de sa nature intrinsèquement insaisissable, ne serait-il du ressort ni de la fiction narrative, ni de la poésie lyrique, ni du théâtre, ni du cinéma, de la photographie, de l’art pictural, du reportage, mais se nourrirait bien plutôt de cette indétermination ?

7Nous ne chercherons pas à montrer si le vlog professionnel serait un genre « apte à rendre compte de l’expérience quotidienne » (Sheringham 2013, p. 19). Il sera plutôt question ici de la manière dont la représentation du quotidien se plie à la forme du vlog, c’est-à-dire des modalités sémiotiques et discursives selon lesquelles la vie quotidienne y est mise en images.

8Quelle définition du quotidien retiendrons-nous ? Là encore, les « traversées » de la pensée littéraire et artistique du quotidien qu’offre Michael Sheringham (2013, p. 377) sont inspirantes : le quotidien ne se réduit pas à un inventaire d’objets ou d’actions, mais « réside plutôt dans la manière dont [ceux-ci] participent de l’expérience vécue » ; le quotidien se vit à plusieurs : il est une expérience collective ; le quotidien « possède sa propre historicité, qui est incarnée, partagée et perpétuellement mouvante » ; le quotidien est observable dans des pratiques complexes et non dans le miroir que présentent les données quantitatives et statistiques. Enfin, « le quotidien nous apparaît dès lors que nous lui prêtons attention ». Ce dernier paramètre occupe une place cruciale dans notre exposé qui confronte la mise en images des « petites choses » de la vie professionnelle et leur appropriation. Aussi envisageons-nous le vlog, qui « se caractérise par une vidéo monologale autocentrée, augmentée de commentaires écrits », comme un « genre de la relation » (Combe 2019).

9Alors que la scolarité occupe un temps non négligeable de la vie, les études sur les vlogs reliés au thème de l’école sont peu nombreuses (Snelson 2015, p. 322). La plupart d’entre elles sont consacrées à l’utilisation pédagogique du vlog avec les élèves. Il faut noter, à ce titre, que si le vlog est adopté par les enseignants à des fins pédagogiques ou de divertissement, il ne sert que rarement, en tant que support, à l’expression du quotidien professionnel. Ainsi, les enseignants en poste et en formation sont-ils les moins nombreux, après les adolescents et les étudiants en médecine et en école d’infirmière, parmi les auteurs de vlogs sur l’école identifiés par Chareen Snelson (2015). Ils présentent un contenu à tendance réflexive et orienté vers la pratique professionnelle, qui concerne surtout les stratégies pédagogiques, les élèves et, enfin, la vie d’enseignant.

Corpus et méthodologie

  • 2 Notre analyse porte sur les vidéos publiées entre le 3 juillet 2017 et le 6 mars 2019.
  • 3 Entrez dans ma classe, disponible en ligne à l’adresse suivante : <https://www.facebook.com/entrezdansmaclasse>. (...)
  • 4 Entrez dans ma classe, disponible en ligne à l’adresse suivante : < https://www.entrez-dans-ma-classe.fr>.

10Notre étude repose sur une analyse sémiodiscursive du vidéoblog Entrez dans ma classe proposé par une professeure des écoles. Créée le 3 juillet 2017, cette chaîne YouTube comporte, à la date du 6 mars 20192, 68 vidéos de durées variables qui s’échelonnent de 3 minutes et 8 secondes à 23 minutes et 48 secondes : l’évolutivité intrinsèque du support impose en effet d’arrêter la sélection du corpus à un moment précis. Le vlog paraît à intervalles irréguliers : le rythme à peu près hebdomadaire des débuts s’assouplit et s’allonge quelque peu au fil des mois. Relié à des pages Instagram et Facebook3, il est associé à un blog4 commencé en mars 2018 pour partager certains des documents pédagogiques qui accompagnent les vidéos.

11Professeure des écoles depuis 2009, son auteure déclare avoir exercé pendant sept ans dans une classe de double niveau en CM1-CM2, puis, depuis septembre 2017, en CE1-CE2 dans un nouvel établissement. C’est à l’occasion de ce changement de niveau qu’elle a créé sa chaîne YouTube. Elle occupe depuis septembre 2018 le poste de directrice de son école qui compte sept classes.

  • 5 « À propos ». Entrez dans ma classe, disponible en ligne à l’adresse suivante : <https://www.youtube.com/channel/UCDnpi2OvvXxZ6JDOzxK8Aqw/about>.

12Tenus dans la vidéo d’ouverture de la chaîne, les propos cités en exergue de cet article révèlent à quel point l’investissement positif dans le métier et la dimension relationnelle ont pesé dans la décision de réaliser le vlog. La notion de partage est très présente dans le discours de la vlogueuse que ce soit dans les conclusions de ses vidéos ou dans la description du vlog5. Comme Beverly B. Ray et Gail A. Coulter (2008) le montrent à propos de l’écriture de blogs, ce vlog est utilisé pour sortir de la solitude qui caractérise le métier d’enseignant et pour échanger des pratiques professionnelles.

  • 6 « Pourquoi j’ai créé une chaîne Youtube - Je vous dis tout ! [Vlog 16] », Entrez dans ma classe, 27 (...)

13La dimension relationnelle est à discerner dans la démarche même de publication du vlog et dans celle de mise à disposition de ressources. Le témoignage en ligne de la vlogueuse atteste que la naissance du vlog doit beaucoup à son entourage proche. La création du vidéoblog résulte en effet d’un travail collaboratif de l’auteure et de son conjoint qui, en tant que webmaster animant deux chaînes YouTube, réalise le montage des vidéos. Les usages et les compétences numériques de l’auteure et des membres de son environnement ont donc pesé dans le choix du support de publication6.

14« Maîtresse depuis 10 ans », l’auteure se donne pour objectif de raconter ses « petites aventures quotidiennes », « ces petites choses comme ça », c’est-à-dire de partager l’ordinaire de sa vie professionnelle. Son vlog rencontre un succès rapide : en un an, il compte 24 000 abonnés ; au bout de deux ans, en juin 2019, ce nombre s’élève à 37 000 ; en octobre 2020, après trois ans d’existence, le vlog réunit plus de 55 000 abonnés. Le public dépasse le cercle des enseignants qui constituaient la cible initiale :

  • 7 « Entrez dans “la” classe ! », Lea.fr, 07 septembre 2018, disponible à l’adresse suivante : <https://lea.fr/metier-denseignant/actualites/entrez-dans-la-classe>.

Au départ, je visais les enseignants et pourquoi pas les parents d’élèves curieux de voir ce qui se passait dans une classe. En lisant les statistiques et les commentaires, je constate que je touche un public beaucoup plus large : des étudiants souhaitant devenir professeurs des écoles et passant le CRPE communiquent beaucoup avec moi via les divers réseaux. Des écoliers, des collégiens et des lycéens se montrent aussi actifs en commentant régulièrement. Les statistiques montrent que je touche autant un public jeune qu’un public plus âgé même si ce dernier est moins actif7.

15En mars 2019, à l’une des clôtures chronologiques de notre corpus, le nombre de vues des vidéos s’échelonne entre 3 505 et 250 898, pour un total de plus de 2,2 millions de vues ; le nombre de commentaires publics se situe entre 10 et 376. Bien que ces intervalles aient continué à évoluer, ces maxima sont atteints respectivement pour la vidéo « Je range mon bureau de maîtresse » publiée le 26 février 2018 et pour la vidéo « Une journée de maîtresse d’école » datée du 17 novembre 2018. Particulièrement significatives par leur popularité et par leur représentation du quotidien, ces deux vidéos feront l’objet d’un examen attentif dans la suite de cet article.

  • 8 À partir de : « Entrez dans ma classe », La Classe, no 191, septembre 2018.

16Le vlog Entrez dans ma classe trouve un relais dans certains organes de presse ou sites spécialisés. Cette popularité profite à son auteure qui collabore avec des marques en insérant du contenu sponsorisé dans ses vidéos et avec une revue professionnelle comme La Classe en prenant la responsabilité d’une rubrique8.

  • 9 ELAN (Version 5.5) [Computer software], 2019, Nijmegen, Max Planck Institute for Psycholinguistics, (...)

17Pour appréhender la manière dont le quotidien est révélé dans ce vidéoblog, nous avons combiné plusieurs approches méthodologiques. L’analyse des vidéos s’appuie sur l’emploi du logiciel d’annotation vidéo et audio Elan9. Créé en 2002 par le groupe The Language Archive du Max Planck Institute for Psycholinguistics de Nimègue, Elan (EUDICO Linguistic Annotator) permet d’annoter manuellement des fichiers vidéo et audio à partir de catégories hiérarchisées et reliées entre elles. Conçu à l’origine pour l’étude des langues, de la langue des signes et des gestes, il est utilisé également dans d’autres domaines notamment pour l’analyse de fichiers multimédias, visuels et sonores (Sloetjes et Wittenburg 2008 ; Tacchetti 2018).

18Ayant adopté une grille d’analyse unifiée pour l’ensemble des vidéos, nous sommes en mesure de dégager une vue d’ensemble du vlog sur la période étudiée, d’en repérer les régularités comme les irrégularités sémiotiques et discursives. Cette grille réunit des critères qui portent sur les modalités du dire, les thèmes, les espaces, les objets et les gestes représentés, le traitement visuel et sonore. À partir du travail d’annotation des vidéos qui composent le vlog, nous avons repéré quelques vidéos et extraits particulièrement représentatifs qui ont été soumis à un examen plus détaillé.

19Cette étude sera complétée par une analyse des transcriptions du discours prononcé par l’auteure du vlog dans 38 vidéos sur les 68 publiées en mars 2019. Réalisée à l’aide du logiciel Alceste (Reinert 1993, 2007), cette analyse permet de dégager les univers sémantiques dominants du corpus et les relations entre les termes qui le composent, et cela à partir d’un traitement automatique et statistique qui vise à préciser la distribution du vocabulaire par une classification descendante hiérarchique basée sur la cooccurrence des mots pertinents. Préalablement, nous avons qualifié et classé le contenu des différentes vidéos : les sept catégories obtenues (fig. 4) servent notamment de variables dans le cadre de l’analyse automatisée.

20Plusieurs raisons ont présidé au choix de ce vidéoblog, toujours actif et alimenté en octobre 2020 : il s’agit d’un des seuls vlogs français réalisés par une enseignante du premier degré et qui soit exclusivement consacré à sa vie professionnelle ; sa régularité en fait un support intéressant pour observer les variations temporelles de l’expression du quotidien professionnel ; enfin, le retentissement du vlog sur la scène médiatique professionnelle et la réticularité du dispositif conçu par l’auteur inscrivent les représentations du métier dans une économie de l’attention (Citton 2014, p. 7-31).

Une forme médiatique de la banalité

21Comme dans le journal, la représentation du quotidien dans le vlog se plie à une « matrice médiatique », c’est-à-dire à un « système de normes et de contraintes extrêmement coercitif » (Thérenty 2007, p. 48) qui appartiennent à l’espace discursif défini par YouTube et parmi lesquelles figure la périodicité. À partir de quelques exemples, nous allons montrer comment le quotidien prend forme, selon un principe rythmique, dans le vlog Entrez dans ma classe.

22La richesse sémiotique de ce genre qui associe vidéo, texte et symboles graphiques impose d’appréhender les vidéos dans leur contexte. Aussi nous arrêtons-nous en premier lieu sur la page qui présente la liste des vidéos et qui participe de la dimension documentaire du Web (Bonaccorsi 2013, p. 131-135).

23La rubrique « Vidéos » dans YouTube affiche la liste complète des vidéos mises en ligne sur la chaîne, c’est-à-dire 68 vignettes accompagnées de la mention de leur titre, de données relatives au nombre de consultations et à l’ancienneté de la publication. Sur chaque vignette, à l’exclusion de la première, le titre s’imprime en blanc sur fond vert dans une bulle située sur l’un des coins ou des bords (fig. 1). L’auteure y est presque systématiquement représentée. Ces éléments contribuent à définir l’identité graphique du vlog et à faciliter sa circulation sur les plateformes que sont Facebook, Instagram, le blog ou encore la revue La Classe. Cette homogénéité participe également à constituer une collection organisée selon le principe de la répétition, principe auquel on peut associer à la fois la notion de périodicité et la représentation du quotidien.

Figure 1 : Vignette extraite de la page « Vidéos » de la chaîne Entrez dans ma classe sur YouTube, disponible à l’adresse suivante : <https://www.youtube.com/​channel/​UCDnpi2OvvXxZ6JDOzxK8Aqw/​videos>.

24À la vision englobante et instantanée de cette page répond le défilement des vidéos au rythme de leur publication. L’effet de collection s’y manifeste également grâce au retour régulier d’éléments sonores et visuels. La stabilité des composants de la page de lecture sur la plateforme YouTube installe une continuité graphique : c’est le cas du logo placé à gauche du nom de la chaîne. De son côté, la musique utilisée au début et à la fin de chaque épisode définit l’identité sonore du vlog. Elle accompagne notamment le générique de chaque livraison. Les vidéos s’ouvrent sur l’image de l’auteure occupée à écrire « Entrez dans ma classe » d’une belle écriture au tableau avant de se retourner en souriant vers la caméra placée dans la classe. Suit un gros plan sur une main qui ouvre la porte donnant sur la classe (fig. 2).

Figure 2 : Extrait, 1/100 images de 00:00:00.600 à 00:00:11.400, de la vidéo « J’aménage ma nouvelle classe - [Vlog 02] », Entrez dans ma classe, disponible à l’adresse suivante : <https://www.youtube.com/​watch?v=tc7eQf9fyHY>.

25À partir de la vidéo 27 datée du 9 janvier 2018, le générique change pour aller vers une stylisation de ces gestes sur fond de tableau noir (fig. 3). Ces gestes que sont l’écriture au tableau et l’entrée dans la classe se nourrissent de l’imaginaire collectif sur le métier de professeur des écoles.

Figure 3 : Extrait, 1/100 images de 00:00:00.692 à 00:00:10.230, de la vidéo « Mes ateliers de numération dans ma classe de CE1-CE2 [Vlog 27] », Entrez dans ma classe, disponible à l’adresse suivante : <https://www.youtube.com/​watch?v=Qr251C-LABA>.

26De manière systématique, les vidéos sont encadrées par une introduction et une conclusion. Dans l’introduction, l’auteur salue son public et annonce le thème ; dans la conclusion, elle dresse le bilan de l’activité présentée, appelle à s’abonner, à partager, à commenter et termine par la formule : « À bientôt pour la prochaine vidéo. » Dans sa conception générale, ce vlog se plie au format attendu et au conformisme qui frappe de nombreuses chaînes YouTube (Olivier 2015, p. 126). De fait, la communauté des youtubeurs « mobilise et manifeste des ‘jeux de langage’ (Wittgenstein), c’est-à-dire un ensemble de rites, d’actions, de formes plus ou moins communes qui permettent de les assimiler à cette figure sociale » (Jahjah 2017) : on peut mentionner la formule de salutation en début de vidéo « qui simule une interaction en face à face » ou encore les plans sur des éléments de décor récurrents que sont ici les tableaux, les tables, les étagères, les affiches. On retrouve également d’autres éléments communs, à l’exemple des « techniques de dynamisation » parmi lesquelles figurent le jingle et les variations de plans, de la réponse aux commentaires associés au vlog, mais aussi de démarches spécifiques, comme l’unboxing, qui seront précisées plus avant. Ce cadre fondé sur la répétition sert de support à l’expression de la banalité.

27Pour autant, le vlog Entrez dans ma classe résulte tout autant d’une démarche que son auteur veut créative :

  • 10 « Pourquoi j’ai créé une chaîne Youtube - Je vous dis tout ! [Vlog 16] », Entrez dans ma classe, 27 (...)

Finalement, je suis dans la création. C’est fou, je ne pensais pas qu’on pouvait se sentir créatrice, on va dire, autant que quand je créais un petit doudou, quand je faisais de la couture, ou quand je fais, je faisais, de la pâtisserie où j’ai créé mes petits gâteaux. Eh bien, là, j’ai un résultat final et c’est vraiment agréable de pouvoir se lancer sur YouTube et de créer des vidéos. On se sent en fait finalement artiste… Il y a un côté artistique au final dans ce truc-là10.

28Le caractère ordinaire et banal des créations mobilisées dans cet extrait contraste avec l’engagement de l’auteur qui mobilise ses compétences et son enthousiasme pour faire la chronique de son quotidien professionnel.

Un inventaire des pratiques professionnelles ordinaires ?

29Le mode de l’inventaire permet de rendre compte de « ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel » (Perec 1989, p. 11-12). Faire l’état des objets qui meublent la classe, des cahiers et des supports pédagogiques utilisés, des espaces occupés, des rituels de la journée : ainsi procède le plus souvent l’auteure du vlog pour décrire et raconter son quotidien professionnel. Les principaux thèmes abordés que nous avons pu identifier dans l’ensemble des vidéos se répartissent en sept catégories présentées dans le tableau ci-dessous :

Figure 4 : Tableau des thèmes abordés dans les vidéos du vlog Entrez dans ma classe datées du 3 juillet 2017 au 6 mars 2019.

30Cette classification est-elle représentative des préoccupations de l’auteure du vlog ? Ou le choix des thèmes résulte-t-il de l’idée que l’auteure se fait des attentes de son public à la fois sur le métier de professeur des écoles et sur le respect des règles du genre qu’est le vlog ? Les deux hypothèses sont à considérer au regard de la répartition de ces catégories et au vu du succès rencontré par la vidéo « Je range mon bureau » sur laquelle nous nous arrêterons dans la partie suivante.

31Si les aspects didactiques et pédagogiques concernent plus de la moitié des vidéos, l’organisation matérielle de la classe occupe une place très importante dans le vlog. Non seulement on relève quinze vidéos consacrées exclusivement à l’aménagement et au rangement de la classe, mais l’analyse montre également que l’auteure sollicite de nombreux objets dans les vidéos à teneur didactique. On retrouve évidemment les objets caractéristiques du monde scolaire, à savoir les outils de lecture que sont les livres de jeunesse et les manuels scolaires, les outils d’écriture parmi lesquels figurent cahiers, crayons, craies, ardoises, papier, brosse pour le tableau, règle magnétique et ordinateur ; sont également représentés des outils pédagogiques comme des jeux divers, des fiches destinées aux élèves, des objets associés aux activités artistiques et scientifiques : peintures et pinceaux, casque audio et ustensiles d’expérimentation scientifique ; des objets variés de rangement et de décoration, parmi lesquels les boîtes, les affiches et le sapin de Noël, traduisent l’importance que l’auteure accorde à l’agencement et à l’embellissement de sa classe.

32Dans le vlog, ces objets, qui appartiennent au quotidien de la classe, donnent corps au travail abstrait et souvent invisible qu’effectue le professeur des écoles, notamment pour la préparation de la classe ou dans le cadre d’activités pédagogiques réalisées avec les élèves. S’il valorise les supports didactiques produits par l’enseignante et permet de contourner les obstacles liés au droit de l’image, le choix de filmer les objets permet aussi de montrer l’enseignante en train d’accomplir certains gestes qui font partie de la routine professionnelle : ouvrir la porte, circuler dans la classe, gérer les flux d’élèves, ranger les tables, accrocher, déballer, manipuler des jeux ou des supports pédagogiques, feuilleter des livres, écrire au tableau, montrer une affiche, ranger, écrire à l’ordinateur, mais aussi acheter des fournitures scolaires et rencontrer des partenaires de l’école. Pour des raisons juridiques, les élèves sont absents ou rarement filmés et toujours de manière à ce qu’ils ne soient pas identifiables : les interactions pédagogiques sont donc très peu exposées dans le vlog.

33Le modèle de la liste structure l’espace discursif et sémiotique de YouTube : cela se manifeste notamment dans la scénarisation des vidéos et particulièrement dans les vidéos de hauls et d’unboxings réalisées par l’auteur. Représentatifs de la culture YouTube (Jeffries 2011), les hauls et unboxings consistent à se filmer en train de faire et de déballer les courses. Le vlog Entrez dans ma classe compte plusieurs vidéos qui dressent l’inventaire des achats de fournitures ou de livres. Par exemple, dans la vidéo « Unboxing de maîtresse : je déballe ma commande de matériel pour l’année prochaine » datée du 11 juin 2018, l’auteure se filme assise au sol dans une position décontractée en train d’ouvrir des cartons, d’en recenser le contenu, et d’avouer quelques erreurs de commande. S’exposant au naturel et entourée d’objets de la vie ordinaire, l’auteure présente ici un des aspects de son quotidien, tout en soumettant des suggestions d’achats, en quelque sorte des listes animées de fournitures, à ses collègues.

34Les sept thèmes identifiés ci-dessus (fig. 4) sont à corréler aux cinq classes ou univers d’énoncés significatifs (fig. 5) qui résultent de l’analyse textuelle, réalisée à l’aide du logiciel Alceste, des seuls discours extraits de 38 vlogs et dont l’indice de pertinence atteint 76 % d’unités textuelles classées :

Figure 5 : Présences significatives classées selon le Khi2 pour chacune des cinq classes d’énoncés (tableau extrait du traitement effectué avec Alceste).

35L’univers 1 (en rouge), le plus spécifique, présente un vocabulaire homogène lié aux démarches pédagogiques et aux gestes professionnels (« retourner, vérifier, positionner… »), aux outils (« carte, tube à essai, pinces à linge, thermomètre… ») utilisés au quotidien par l’enseignante dans son approche disciplinaire et didactique (« unités, multiplication, conjuguer, verbes, calcul, villes… ») qui passe, en particulier, par le jeu (« carte, jeu, gagner, joueur… »). On retrouve ici presque exclusivement les unités textuelles en lien avec la catégorie n° 4 (fig. 4) qui est la plus représentée au sein de cette chaîne YouTube (25 %).

36Les univers 3, 4 et 5 constituent l’arborescence d’une même branche et offrent une granularité pertinente dans la description des pratiques professionnelles au quotidien. L’univers 4, qui contient le plus grand nombre d’unités textuelles du corpus initial (43 %), développe plus particulièrement les notions de temporalité (« temps, matin, journée, soir »), d’action et d’organisation du travail (« faire, raconter, prévoir, montrer, organiser, finir ») au sein de la classe et de l’équipe éducative (« classe, école, collègues »), et cela au travers du regard exclusif de la professionnelle et auteure du vlog (« J’aime bien essayer… », « j’aime bien m’organiser… », « j’aimerais bien vous présenter… bien vous parler de… pouvoir classer… »). La catégorie qui ressort de façon plus significative pour cette classe est celle qui concerne le rangement et l’aménagement de la classe (cat. n° 2).

37L’univers 3, quant à lui, aborde la focale spécifique des méthodologies et des supports aux apprentissages (« méthodes, matières, programmes, manuels, dictée, compétences, méthode Picot, progressif… »). Cette interprétation est confortée par une catégorie largement représentée au sein de cet univers, à savoir l’organisation générale et la programmation (cat. n° 5).

38Enfin, l’univers 5 nous éclaire sur les aspects d’organisation générale et les supports privilégiés (« dates importantes, calendrier, coordonnées, classeur, informations, présentation, affiches, la liste des classes, des élèves… »), mais aussi sur certains rituels incontournables du quotidien de la classe (dates et prénoms pour les anniversaires, par exemple).

39L’univers 2 occupe une place à part dans la ramification de cette seconde branche de classification. La présence significative de certains termes met l’accent sur la démarche liée au support même du vlog, aux éléments de « façade » développés par les youtubeurs qui placent « l’observateur dans une situation d’écoute » et contribuent à « ratifier le pacte communicationnel » (Jahjah 2017). Ce vocabulaire est associé aux salutations et aux appels présents systématiquement dans chacune des vidéos mais aussi aux attentes et à la relation entretenue avec les publics qui visionnent et commentent les vidéos : « salut, n’hésitez pas à…, prochaine vidéo, a plu, commentaires, abonner, partager, télécharger, faire part, pouces bleus, bisous… ». Le réseau de formes ci-dessous (fig. 6) illustre les cooccurrences entre certains termes de cet univers 2 en lien avec l’item « vidéo » :

Figure 6 : Réseau de formes de l’item « vidéo », l’un des plus significatifs dans l’univers 2.

40On soulignera par ailleurs l’articulation particulière entre l’image et le texte. Il ne s’agit pas ici d’une simple redondance entre ces deux modalités mais bien d’une complémentarité efficace. En effet, dans certains de ces vlogs, le texte sans l’image n’est que partiellement compréhensible pour l’auditeur alors que, scénarisée, la vidéo éclaire et précise le geste professionnel, rend plus accessibles la démarche et les outils sollicités.

Scénariser le quotidien professionnel

41Alors que la plupart des vlogs consacrés à l’école sont filmés d’abord à domicile, en second lieu en classe et parfois dans d’autres lieux de l’école (Snelson 2015), le support étudié ici prend pour cadre la classe, parfois le domicile et enfin, de façon exceptionnelle, des lieux extérieurs : c’est une manière d’associer la fonction professionnelle à son lieu d’exercice.

  • 11 « Je range mon bureau de maîtresse [Vlog 32] », Entrez dans ma classe, 26 février 2018, disponible (...)

42On peut trouver dans le vlog plusieurs exemples d’association d’un espace, d’un meuble ou d’un objet à la fonction d’enseignant : c’est le cas de la vidéo « Je range mon bureau ». Comme le tableau, le bureau est en effet emblématique de la fonction et de l’autorité du professeur. C’est cet espace intime du travail de l’enseignant que l’auteure du vlog révèle à son public. Les commentaires témoignent de la curiosité que ce meuble suscite chez les élèves et les anciens élèves : « Je me suis toujours demandé ce que les profs cachaient à l’intérieur. »11

Figure 7 : Image extraite à 00:04:35.217 de la vidéo « Je range mon bureau de maîtresse [Vlog 32], Entrez dans ma classe, disponible à l’adresse suivante <https ://www.youtube.com/watch?v=6TTQigBNMX0>.

43Se mettant en scène accroupie près de son bureau, prête à passer à l’action, l’auteure annonce, en introduction, son projet de ranger « les petites choses » disponibles dans son bureau et expose le plan de sa vidéo qui obéit à la structure « avant, pendant et après ». L’« avant » est conçu pour dévoiler le désordre qui règne dans les tiroirs du bureau : sortis, les tiroirs sont livrés au regard du spectateur (fig. 7) ; les gros plans rendent leur contenu plus visible ; des commentaires en voix off accompagnent l’image : « c’est le bazar », « vraiment, vraiment, c’est poussiéreux ». Ces aveux offrent au spectateur une entrée dans la vie intime de l’enseignante, tout comme la confidence de l’auteur « ça c’est mon petit goûter que je prends toujours le soir ». Le « pendant », accompagné de musique, est par moments légèrement accéléré et comporte quelques courtes ellipses : il correspond à la phase de rangement durant laquelle l’auteure se représente manipulant les tiroirs, les boîtes et les étiquettes. L’« après », introduit par « Voilà, ça y est, j’ai fini de ranger ce bureau » énoncé par l’auteure revenue à sa position de départ, présente le résultat du travail réalisé par un tour commenté du bureau. La conclusion est le temps de l’autocritique et du dévoilement de soi face à la caméra : c’est alors qu’est confié au spectateur ce que le contenu du bureau et de sa disposition révèle de l’enseignant. Tant la mise en scène que le discours obéissent principalement au mode de la description, même si la structure « avant, pendant, après » introduit la notion de temporalité et donc celle de récit.

44Par son thème et par sa forme, cette réalisation audiovisuelle emprunte aux émissions de téléréalité et aux nombreuses vidéos sur le rangement disponibles sur YouTube. Cet héritage, ainsi que son succès auprès des spectateurs, en fait l’un des supports du « culte du banal » (Jost 2013). Tout en dévoilant, au travers du symbole du bureau, l’intimité professionnelle et ses faiblesses, l’auteure du vlog fait état, par le fait d’assurer l’ordre de l’espace de travail, de sa volonté de contrôler son quotidien (Balleys 2017). En outre, fournissant des précisions horaires pour chacune des phases de la vidéo et signalant qu’elle profite des vacances pour ranger son bureau, l’auteure fait valoir la multiplicité des tâches accomplies par l’enseignant ainsi que l’extension de son temps de travail.

  • 12 « Progressions-programmations classe CE1-CE2 [Vlog 05] », Entrez dans ma classe, disponible à l’adr (...)

45Par ailleurs, dès lors que plusieurs espaces sont exposés, comme la classe, le supermarché, le domicile, la brocante, les rues de Paris ou les locaux d’une association partenaire de l’école, se superposent plusieurs temporalités. Prendre le domicile pour cadre d’une vidéo consacrée à l’activité professionnelle, c’est avoir l’intention de signaler l’empiètement voire la confusion des temps professionnels et personnels : la cinquième vidéo du vlog présente l’auteure dans l’espace de travail aménagé à son domicile, en vacances, assise face à son ordinateur sous une lumière tamisée, en pleine préparation de sa progression pédagogique12. La vlogueuse illustre le partage de la vie personnelle et de la vie professionnelle par un flashback (fig. 8) dans lequel elle se présente lisant les programmes officiels du ministère de l’Éducation nationale tout en réalisant diverses tâches représentatives de la vie quotidienne, comme lire dans son lit, cuisiner, faire le ménage, se brosser les dents, prendre son repas.

Figure 8 : Extrait, 1/100 images de 00:00:45.882 à 00:00:55.411, de la vidéo « Progressions-programmations classe CE1-CE2 [Vlog 05] », Entrez dans ma classe, disponible à l’adresse suivante : <https://www.youtube.com/​watch?v=-sL9stea42E>.

46Ces quinze secondes d’humour mises en musique soulignent le caractère construit de la composition audiovisuelle à propos duquel l’auteure confie au site Lea.fr :

  • 13 « Entrez dans “la” classe ! », Lea.fr, 07 septembre 2018, disponible à l’adresse suivante : <https://lea.fr/metier-denseignant/actualites/entrez-dans-la-classe>.

Ma prise de vue me prend environ une demi-journée : avant de filmer, je prépare le matériel et les choses que je veux montrer. Comme je n’écris pas de texte à l’avance (pour rester naturelle), je me lance et refais plusieurs fois certaines prises pour obtenir ce que je veux. Ensuite il y a toute la partie montage et diffusion qui prend 3-4 heures13.

47Après la diffusion sur YouTube, le cycle de vie d’une vidéo se poursuit par la phase de réception que nous allons envisager ci-après en considérant les commentaires reliés à « Une journée de maîtresse d’école ». Cette vidéo réalisée en caméra embarquée retrace, sur le mode de la narration au présent, une journée de travail : de 8 h du matin à 19 h environ, la vlogueuse invite le spectateur à la suivre. Le cadrage sur les pieds en mouvement rend compte des déplacements dans l’école comme les effets de flou renforcent le caractère spontané et réaliste de la production. Outre les moments d’interaction et de travail avec les élèves, sont présentés les temps qui se déroulent avant et après la classe à propos desquels il est précisé : « C’est quand même vraiment, vraiment, vraiment pas rare que je quitte l’école après 18 h sans avoir corrigé mes cahiers. » De cette manière, l’auteure rend compte de la charge de travail qui pèse sur le professeur des écoles et cherche à déjouer les stéréotypes circulant sur ce métier.

S’approprier « une journée de maîtresse d’école »

48L’utilisation de la caméra embarquée, l’emploi du pronom personnel « on », la mention des enfants, les chuchotements, le ton de la confidence, les gros plans sur l’auteure, sont autant d’appels à la connivence lancés au spectateur. Dans la conclusion de sa vidéo, l’auteure incite les spectateurs à partager, à liker, à émettre des commentaires : le vlog peut en effet se définir comme un « genre numérique de la relation » dans lequel les échanges dépassent le dialogue avec l’auteur pour « se transformer en un vaste polylogue » et dans lequel les contenus circulent d’une plateforme à l’autre (Combe 2019). Le dispositif du vlog faciliterait alors la « participation du récepteur au cours des choses » (Sheringham 2013, p. 60).

  • 14 « Une journée de maîtresse d’école [Vlog 62] », Entrez dans ma classe, 17 novembre 2018, disponible (...)

49La question de l’attention accordée au quotidien sera ici appréhendée au travers d’un exemple, celui de la réception de la vidéo « Une journée de maîtresse d’école14 » qui a rassemblé 376 commentaires publics au 27 mars 2019, soit le maximum sur l’ensemble du vlog. Le caractère plurisémiotique des marques d’attention déployées sur la page de lecture de YouTube est à prendre en compte dans l’analyse. Les avis s’expriment tant par les boutons à cliquer et les émoticônes, que par les textes insérés par les internautes.

50À partir des identités affichées à la fois dans les éléments graphiques et dans le texte, on déduit que les commentaires, qui s’organisent souvent en discussions, émanent d’un public mixte, toutefois principalement de sexe féminin, constitué d’enseignants, de candidats au métier d’enseignant, mais aussi d’élèves ou d’adultes qui s’expriment au titre d’anciens élèves. Les réactions des internautes expriment d’abord des appréciations sur la vidéo : elles manifestent l’admiration, le soutien, la reconnaissance, les encouragements à continuer ; les avis négatifs sont le plus souvent contestés par les internautes spectateurs. Les commentaires de cette vidéo relèvent ensuite du partage d’expérience, en particulier sur le temps de travail et l’organisation de la journée : des enseignants soutiennent l’auteure dans sa démarche de faire connaître le métier, de « montrer l’envers du décor », de signaler au public que le travail du professeur des écoles ne se réduit pas au temps passé devant les élèves. Divers témoignages confirment les positions de la vlogueuse sur l’importance de la charge de travail et rejoignent certains résultats d’une enquête nationale menée auprès de professeurs des écoles en 2016-2017 (Charles et al. 2018). Dans ce registre relatif aux conditions de travail, on trouve également les questions et les remarques sur le cumul des fonctions d’enseignante et de directrice ou sur la prise en charge par l’enseignante de son propre enfant dans la classe. Malgré la mise en évidence de ces difficultés, de nombreux internautes valorisent le métier de professeur des écoles : « Je trouve ce métier vraiment génial. » Ils expriment leur « rêve […] de devenir maîtresse » et questionnent la vlogueuse et la communauté de commentateurs sur le parcours à réaliser pour exercer ce métier.

51À côté de questions et de conseils d’ordre pédagogique ou didactique, d’une évocation nostalgique de l’école, de témoignages d’élèves sur leurs horaires, on trouve également des remarques sur la compatibilité des activités d’enseignante et de youtubeuse : comment la réalisation du vlog est-elle conciliable avec l’emploi du temps de professeur des écoles, présenté dans la vidéo comme très chargé ? Le fait de tenir un vlog est-il en accord avec la déontologie du métier d’enseignant ?

52Le quotidien de l’enseignant est ici envisagé sous l’angle du temps et, en particulier, du manque de temps : tel qu’il est représenté, le découpage de la journée ne comporte pas de temps mort ; le travail se prolonge jusqu’en soirée au domicile de l’enseignante ; cette unité de temps qu’est la journée ne suffit pas pour mener à bien les activités prévues. Bien que la notion de temps soit centrale dans les commentaires, l’attention accordée au quotidien de l’enseignant porte aussi sur les gestes et les savoirs professionnels, dans la mesure où la vlogueuse est interrogée sur ses pratiques et encouragée à partager ses compétences.

53Ressource objective pour les futurs professeurs des écoles, source d’inspiration sur le métier pour les jeunes étudiants qui rêvent d’exercer ce métier ou pour ceux qui pensent avec nostalgie aux années passées à l’école, la vidéo est aussi pour les enseignants l’expression d’un engagement dans lequel l’auteure du vlog, qui poursuit son travail de médiation dans les commentaires en répondant aux internautes, révèle le travail invisible réalisé par l’enseignant.

Conclusion

54Les propriétés formelles du vlog en font un support intéressant pour décrire, raconter, partager et observer le quotidien professionnel. Résultant d’un geste de représentation, la série de vidéos découpe l’expérience vécue en fragments choisis. Se représentant dans son cadre de travail, manipulant des objets qui caractérisent son métier, exposant ses activités, le professionnel vlogueur rend compte de la manière dont il exerce sa profession. Échappent pourtant à la représentation, et de ce fait à l’analyse, les processus cognitifs qui ne sont pas explicités.

55Tant les vidéos du vlog Entrez dans ma classe que les commentaires que nous avons analysés concordent avec les conclusions des études de grande échelle réalisées récemment sur les professeurs des écoles : l’enseignant se déclare passionné par son métier, mais considère que ses conditions de travail sont difficiles. Toutefois, le témoignage offert par l’auteure de ce vlog est enthousiaste : si la confusion entre les temps professionnels et personnels est une thématique bien présente, elle traduit davantage la passion que la lassitude professionnelle. L’intérêt pour le métier se manifeste en outre dans le soin accordé à la conception d’activités pédagogiques et aux petites choses qui composent la décoration de la classe. Pour autant, l’exposition de soi et la démarche de publier un vlog sur son quotidien professionnel est le symptôme d’un besoin de reconnaissance. Entrez dans ma classe est une invitation à percevoir ce qui, du travail de l’enseignant, n’est d’habitude pas visible aux usagers de l’école : préparation des enseignements, aménagement de la classe, gestion du matériel, relations avec les partenaires extérieurs, etc.

56Le vlog Entrez dans ma classe peut être appréhendé comme une contribution à une archive du quotidien de l’enseignant. Toutefois, il représente un défi pour le chercheur qui tente de prêter attention au quotidien tel qu’il est représenté : comment l’analyse peut-elle prendre en compte l’ensemble des « petites choses » ? Comment articuler les strates sémiotiques qui composent le vlog ? Comment hiérarchiser les temps selon lesquels l’expérience vécue est découpée ? L’ensemble de ces questions invite à comprendre le vidéoblog comme un outil réflexif sur l’expérience quotidienne plutôt que comme un simple miroir du quotidien.

Haut de page

Bibliographie

Balleys 2017 : Claire Balleys, « L’incontrôlable besoin de contrôle. Les performances de la féminité par les adolescentes sur YouTube », Genre, sexualité & société, n° 17, 2017, <https://gss.revues.org/3958>.

Bonaccorsi 2013 : Julia Bonaccorsi, « Chapitre 6. Approches sémiologiques du web », dans Christine Barats (dir.), Manuel d’analyse du web en Sciences Humaines et Sociales, Paris, Armand Colin, 2013, p. 125-146.

Certeau 1990 : Michel de Certeau, L’Invention du quotidien. 1. Arts de faire [1980], Paris, Gallimard, 1990, 360 p.

Charles et al. 2018 : Frédéric Charles (dir.), Professeur.e.s des écoles. Un métier dans tous ses états. Sociologie d’un groupe professionnel en tension, Paris, Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance, 2018, 433 p.

Citton 2014 : Yves Citton (dir.), « Introduction », L’économie de l’attention. Nouvel horizon du capitalisme ? Paris, La Découverte, 2014, p. 7-31.

Combe 2017 : Christelle Combe, « Télécollaboration informelle 2.0. Le vlogue d’un américain en français sur YouTube », Alsic, vol. 20, n° 2, 2017, <https://journals.openedition.org/alsic/3094>.

Combe 2019 : Christelle Combe, « Les genres numériques de la relation », Langage et société, n° 167, 2019, p. 51-80.

Connan, Le Saulnier et Verdier 2016 : Pierre-Yves Connan, Guillaume Le Saulnier et Benoît Verdier, « Quand une profession taiseuse se dévoile sur le web. Les ethè discursifs élaborés dans les blogs de policiers », Itinéraires, n° 2015-3, 2016, <https://itineraires.revues.org/3145>.

Deseilligny 2008 : Oriane Deseilligny, « Du journal intime au blog : quelles métamorphoses du texte ? », Communication et langages, n° 155, 2008, p. 45-62.

Jahjah 2017 : Marc Jahjah, Les youtubeurs, des créateurs à l’ère des plateformes – épisode 1/4. Le YouTubeur existe-t-il ? », La Revue des médias, 17 novembre 2017, <https://larevuedesmedias.ina.fr/le-youtubeur-existe-t-il>

Jeffries 2011 : Laura Jeffries, « The Revolution Will Be Soooo Cute: YouTube “Hauls” and the Voice of Young Female Consumers », Studies in Popular Culture, vol. 33, n° 2, 2011, p. 59-75.

Jost 2013 : François Jost, Le culte du banal. De Duchamp à la télé-réalité, Paris, CNRS, 2013, 128 p.

Jost 2019 : François Jost, « Extension du domaine télévisuel », Télévision, n° 10, 2019, p. 17-31.

Olivier 2015 : Alexandre Olivier, « Youtube ou l’imaginaire sous contrôle. Voyage dans les images formatées et monétisées des Youtubeurs », Revue du Crieur, n° 1, 2015, p. 122-127.

Paveau 2015 : Marie-Anne Paveau, « Ce qui s’écrit dans les univers numériques. Matières technolangagières et formes technodiscursives », Itinéraires, n° 2014-1, 2015, <https://itineraires.revues.org/2313>.

Perec 1989 : Georges Perec, L’infra-ordinaire, Paris, Seuil, 1989, 128 p.

Ray et Coulter 2008 : Beverly B. Ray et Gail A. Coulter, « Reflective Practices Among Language Arts Teachers: The Use of Weblogs », Contemporary Issues in Technology and Teacher Education, vol. 8, n° 1, p. 6-26, < https://www.learntechlib.org/primary/p/24186>.

Reinert 1993 : Max Reinert, « Les “mondes lexicaux” et leur “logique” à travers l’analyse statistique d’un corpus de récits de cauchemars », Langage et Société, n° 66, 1993, p. 5-39.

Reinert 2007 : Max Reinert, « Postures énonciatives et mondes lexicaux stabilisés en analyse statistique de discours », Langage et société, n° 121-122, 2007, p. 189-202.

Reinmann et Bianco 2008 : Gabi Reinmann et Tamara Bianco, « Knowledge Blogs zwischen Kompetenz, Autonomie und sozialer Eingebundenheit », dans Veronika Hornung-Prähauser, Michaela Luckmann et Marco Kalz (dirs), Selbstorganisiertes Lernen im Internet. Einblick in die Landschaft der webbasierten Bildungsinnovationen, Innsbruck, StudienVerlag, 2008, p. 44-58.

Sheringham 2013 : Michael Sheringham, Traversées du quotidien. Des surréalistes aux postmodernes, Paris, Presses universitaires de France, 2013, 416 p.

Sloetjes et Wittenburg 2008 : Han Sloetjes et Peter Wittenburg, « Annotation by Category: ELAN and ISO DCR », dans Proceedings of the 6th International Conference on Language Resources and Evaluation, 2008, p. 816-820, <http://www.lrec-conf.org/proceedings/lrec2008/pdf/208_paper.pdf>.

Snelson 2015 : Chareen Snelson, « Vlogging about School on YouTube: An exploratory study », New Media & Society, vol. 17, n° 3, 2015, p. 321-339.

Tacchetti 2018 : Maddalena Tacchetti, « User Guide for ELAN Linguistic Annotator version 5.0.0 », Max Planck Institute for Psycholinguistics: The Language Archive, mis à jour le 05 décembre 2018, <https://www.mpi.nl/corpus/manuals/manual-elan_ug.pdf>.

Thérenty 2007 : Marie-Ève Thérenty, La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2007, 408 p.

Thérenty 2010 : Marie-Ève Thérenty, « L’effet-blog en littérature. Sur L’Autofictif d’Éric Chevillard et Tumulte de François Bon », Itinéraires, n° 2010-2, 2010, <http://itineraires.revues.org/1964>.

Haut de page

Note de fin

1 Entrez dans ma classe, disponible en ligne à l’adresse suivante : <https://www.facebook.com/entrezdansmaclasse>.
Entrez dans ma classe, disponible en ligne à l’adresse suivante : <https://www.instagram.com/entrezdansmaclasse/>.

2 Notre analyse porte sur les vidéos publiées entre le 3 juillet 2017 et le 6 mars 2019.

3 Entrez dans ma classe, disponible en ligne à l’adresse suivante : <https://www.facebook.com/entrezdansmaclasse>.
Entrez dans ma classe, disponible en ligne à l’adresse suivante : <https://www.instagram.com/entrezdansmaclasse/>.

4 Entrez dans ma classe, disponible en ligne à l’adresse suivante : < https://www.entrez-dans-ma-classe.fr>.

5 « À propos ». Entrez dans ma classe, disponible en ligne à l’adresse suivante : <https://www.youtube.com/channel/UCDnpi2OvvXxZ6JDOzxK8Aqw/about>.

6 « Pourquoi j’ai créé une chaîne Youtube - Je vous dis tout ! [Vlog 16] », Entrez dans ma classe, 27 octobre 2017, disponible à l’adresse suivante : <https://www.youtube.com/watch?v=Oks_lAdeHA8>.

7 « Entrez dans “la” classe ! », Lea.fr, 07 septembre 2018, disponible à l’adresse suivante : <https://lea.fr/metier-denseignant/actualites/entrez-dans-la-classe>.

8 À partir de : « Entrez dans ma classe », La Classe, no 191, septembre 2018.

9 ELAN (Version 5.5) [Computer software], 2019, Nijmegen, Max Planck Institute for Psycholinguistics, disponible à l’adresse suivante : < https://tla.mpi.nl/tools/tla-tools/elan>.

10 « Pourquoi j’ai créé une chaîne Youtube - Je vous dis tout ! [Vlog 16] », Entrez dans ma classe, 27 octobre 2017, disponible à l’adresse suivante : <https://www.youtube.com/watch?v=Oks_lAdeHA8>.

11 « Je range mon bureau de maîtresse [Vlog 32] », Entrez dans ma classe, 26 février 2018, disponible à l’adresse suivante : <https://www.youtube.com/watch?v=6TTQigBNMX0>.

12 « Progressions-programmations classe CE1-CE2 [Vlog 05] », Entrez dans ma classe, disponible à l’adresse suivante : <https://www.youtube.com/watch?v=-sL9stea42E>.

13 « Entrez dans “la” classe ! », Lea.fr, 07 septembre 2018, disponible à l’adresse suivante : <https://lea.fr/metier-denseignant/actualites/entrez-dans-la-classe>.

14 « Une journée de maîtresse d’école [Vlog 62] », Entrez dans ma classe, 17 novembre 2018, disponible à l’adresse suivante : <https://www.youtube.com/watch?v=wvXSXrBpZVU>.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Vignette extraite de la page « Vidéos » de la chaîne Entrez dans ma classe sur YouTube, disponible à l’adresse suivante : <https://www.youtube.com/​channel/​UCDnpi2OvvXxZ6JDOzxK8Aqw/​videos>.
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/4876/img-1.png
Fichier image/png, 223k
Légende Figure 2 : Extrait, 1/100 images de 00:00:00.600 à 00:00:11.400, de la vidéo « J’aménage ma nouvelle classe - [Vlog 02] », Entrez dans ma classe, disponible à l’adresse suivante : <https://www.youtube.com/​watch?v=tc7eQf9fyHY>.
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/4876/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Figure 3 : Extrait, 1/100 images de 00:00:00.692 à 00:00:10.230, de la vidéo « Mes ateliers de numération dans ma classe de CE1-CE2 [Vlog 27] », Entrez dans ma classe, disponible à l’adresse suivante : <https://www.youtube.com/​watch?v=Qr251C-LABA>.
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/4876/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Figure 4 : Tableau des thèmes abordés dans les vidéos du vlog Entrez dans ma classe datées du 3 juillet 2017 au 6 mars 2019.
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/4876/img-4.png
Fichier image/png, 82k
Légende Figure 5 : Présences significatives classées selon le Khi2 pour chacune des cinq classes d’énoncés (tableau extrait du traitement effectué avec Alceste).
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/4876/img-5.png
Fichier image/png, 84k
Légende Figure 6 : Réseau de formes de l’item « vidéo », l’un des plus significatifs dans l’univers 2.
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/4876/img-6.png
Fichier image/png, 21k
Légende Figure 7 : Image extraite à 00:04:35.217 de la vidéo « Je range mon bureau de maîtresse [Vlog 32], Entrez dans ma classe, disponible à l’adresse suivante <https ://www.youtube.com/watch?v=6TTQigBNMX0>.
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/4876/img-7.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende Figure 8 : Extrait, 1/100 images de 00:00:45.882 à 00:00:55.411, de la vidéo « Progressions-programmations classe CE1-CE2 [Vlog 05] », Entrez dans ma classe, disponible à l’adresse suivante : <https://www.youtube.com/​watch?v=-sL9stea42E>.
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/4876/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angélica Rigaudière et Pierre-Yves Connan, « Le quotidien de l’enseignant en images : tensions entre représentation et médiation du métier dans un vidéoblog professionnel »Mise au point [En ligne], 14 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/map/4876 ; DOI : https://doi.org/10.4000/map.4876

Haut de page

Auteurs

Angélica Rigaudière

Maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Reims Champagne-Ardenne, Angélica Rigaudière est membre de l’équipe « Images, discours, représentations » du Centre d’études et de recherche sur les emplois et la professionnalisation (Cérep - EA 4692). Ses recherches portent sur la médiatisation des enseignants de musique ainsi que sur la construction, l’organisation et la circulation du savoir musical.

Pierre-Yves Connan

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication (SIC-71e), membre du laboratoire Cérep (EA 4692 - Université de Reims Champagne-Ardenne - URCA) et de l’équipe interne « Images, discours, représentations ». Ses travaux portent, entre autres, sur les modalités sociales de diffusion, d’intégration d’acceptation ou de rejet des technologies innovantes, sur les usages et l’articulation entre médias sociaux et renouvellement des rhétoriques professionnelles.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo AFECCAV
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search