Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros15Introduction au n° 15 « Chefs-d’œ...

Introduction au n° 15 « Chefs-d’œuvre et navets »

Laurent Jullier et Raphaëlle Moine

Texte intégral

  • 1 Michel Callon, L’Emprise des marchés, Paris, La Découverte, 2017, p. 283.

« Il n’y a pas de maxime plus fausse que le fameux aphorisme De gustibus non est disputandum. C’est l’inverse qui est vrai : les goûts ne sont qu’affaire de disputes et de controverses, de volonté de se distinguer, d’accabler autrui ou de se soumettre à son jugement, de se construire ou de se voir assigner une identité sociale et une place dans la hiérarchie des positions1. »

1Accorder de la valeur aux films : rien de plus normal. À ceux qu’on projette de voir, à celui qu’on voit, à ceux qu’on a vus, et même à ceux qu’on n’a jamais vus et qu’on ne verra probablement jamais. Or, bien que l’université considère le cinéma depuis des dizaines d’années comme un objet digne d’intérêt, la question des qualités prêtées aux films n’y a pas fait l’objet d’études proportionnelles à l’importance qu’elle a au quotidien.

  • 2 Georges Friedmann & Edgar Morin, « Sociologie du cinéma », Revue internationale de filmologie, n° 1 (...)
  • 3 Roger Pouivet, « L’Esthétique en France aujourd’hui : un bilan sans perspective », Pratiques. Réfle (...)

2Les raisons en sont multiples. D’abord, même si quelques critiques professionnels ont réussi à intégrer certaines universités parisiennes, les enseignants-chercheurs qui ont fait entrer les études cinématographiques à l’université y sont parvenus, et pas seulement en France, en se démarquant le plus possible des professionnels du jugement de goût. Ensuite, le cinéma se déployant à la manière d’un « fait de civilisation total »2, on ne peut étudier sérieusement une question axiologique comme celle de la construction de la qualité des films par les spectateurs que sous forme interdisciplinaire. Or le système universitaire français est conçu de telle sorte que ses instances y mesurent moins la validité méthodologique et scientifique des travaux que leur appartenance à un champ disciplinaire donné. On comprend que de jeunes chercheurs n’aient pas envie, en choisissant un sujet qui leur demanderait de « s’éparpiller », de risquer la marginalisation. De surcroît, cette fragmentation touche même les disciplines les plus concernées par le sujet, puisque selon Roger Pouivet il n’y a pas d’unité thématique et méthodologique de l’esthétique et de la philosophie de l’art en France aujourd’hui, et encore moins de discussion – les discours s’y tiennent « en parallèle »3. La sociologie, sur cette question des valeurs, occupe donc le terrain, suivie de près par les sciences de l’information-communication.

  • 4 Jean-Marc Leveratto, « trilogie de la Dispute » (La Mesure de l’art ; Introduction à l’anthropologi (...)
  • 5 Truman Capote, « Autoportrait » (1972), in Nouvelles, Paris, Gallimard coll. Biblos, 1990, p. 1 266
  • 6 Erving Goffman, La Présentation de soi. La Mise en scène de la vie quotidienne I (1956), trad. fr. (...)

3Rien que de très normal, d’ailleurs, puisque la sociabilité cinéphile n’est pas un vain mot : une bonne part de la construction progressive de la qualité des films par les spectateurs, avant et après la projection (quelquefois même pendant, avec les visionnements domestiques) se fait en effet par le biais d’échanges entre eux4. Ces échanges sont parfois très complexes. Le célèbre écrivain américain Truman Capote, par exemple, n’allait au cinéma que seul, pour pouvoir partir quand bon lui semblait et « sans avoir à discuter des mérites du spectacle avec quiconque ; ce qui chez moi dégénère toujours en sujets de dispute et d’irritation »5. Revendiquer certains goûts, attribuer certaines notes à certains films, ne va pas toujours sans risques – ces risques que Truman Capote ne veut pas prendre. Pour le dire avec la métaphore du théâtre proposée par Erving Goffman, un sociologue dont les travaux sont bien utiles pour décrire la sociabilité cinéphile, on peut afficher des goûts publics devant des inconnus (onstage), des goûts privés devant des proches (backstage) et des goûts personnels quand on se retrouve seul (offstage)6. Beaucoup de gens ne font aucune différence entre les trois, d’autres si.

  • 7 Une bonne partie de l’œuvre de Richard Shusterman est consacrée à réhabiliter le deuxième terme de (...)

4Quoique la plupart des disciplines s’interdisent officiellement de hiérarchiser les goûts, l’université n’est pas à l’abri de ce genre d’avanies. La hiérarchie qui résulte de la guerre des préférences en matière d’arts y est souvent représentée de façon binaire, que les enseignants-chercheurs la défendent, la dénoncent ou la consolident à leur corps défendant en choisissant plutôt tel ou tel exemple d’œuvre à analyser dans leurs cours et leurs travaux. C’est l’esthétique cultivée contre l’esthétique populaire, la beauté contre le plaisir, l’art autonome contre l’art utile, le highbrow contre le lowbrow, le goût (pur) des œuvres légitimes contre le goût (impur) des œuvres illégitimes, le rapport kalistique au film (au sens hégélien) contre le rapport sensuel – ou, tout cela revenant peu ou prou au même, la verticalité plus ou moins mystique, l’art devant élever en direction de vérités d’un ordre supérieur, contre l’horizontalité mélioriste, l’art devant servir à se distraire tout en apprenant en prime quelque chose d’utile7.

  • 8 Cédric Barbier, Tomas Legon, Lisa Marx et Anna Mesclon, « Les logiques du marché à l’œuvre dans les (...)
  • 9 Tomas Legon, « Malentendus et désaccords sur le plaisir cinématographique. La réception de Lycéens (...)
  • 10 Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Le Seuil, 2003, p. 64.

5La mauvaise réputation des approches un tant soit peu rationalistes, quand il s’agit de valeurs, ne fait que rendre la cohabitation des goûts plus malaisée encore. Ainsi ces enseignants cinéphiles qui, au lycée, se désolent de ne pas pouvoir convaincre leurs élèves d’aimer tel chef-d’œuvre patrimonial au motif que ces chenapans « n’ont pas la foi »8. C’est que par définition on ne peut pas convaincre quelqu’un de croire… L’élève reconnaît que le film est très intéressant, il comprend bien qu’il se cultive en le regardant, mais il n’éprouve aucun plaisir devant lui, et l’enseignant s’arrache les cheveux9. Foi, amour, coups de foudre, intuitions informulables, guerre de tranchées entre camps irréconciliables… Comment s’y retrouver ? Condition sine qua non, qui constitue l’un des objectifs du présent numéro de Mise au Point : observer les pratiques de construction de la qualité des films. N’y a-t-il pas des points communs, quelle que soit la « famille » de goûts, dans les façons de faire parler et de faire vivre les films aimés et détestés ? Les oppositions ouvertes en regorgent : si tel admirateur de Béla Tarr et d’Apichatpong Weerasethakul tend à regarder en chien de faïence tel fan de Peter Jackson et de James Gunn, l’inverse est tout aussi vrai – quand le premier se sent plus maître de lui, plus résistant aux forces du marché, le second voit en l’autre une victime du snobisme en vigueur dans les mondes de l’art. C’est l’effet-Caverne que dépeignait Pierre Bourdieu au siècle dernier, quoiqu’il rechignât à le symétriser vraiment quand il s’agissait des goûts « purs » et « impurs » : chacun des deux protagonistes pense que l’autre, encombré de chaînes et d’œillères, ne perçoit pas les forces qui le jouent et le trompent10.

  • 11 Jean-Marc Leveratto, Cinéma, spaghettis, classe ouvrière et immigration, Paris, La Dispute, 2010, p (...)
  • 12 Callon, op. cit., p. 209.

6Le présent numéro de Mise au Point ne va pas, magiquement, faire cesser ces petits jeux de bras de fer et d’échanges de regards hautains, ni cette tendance, plus commune encore que l’affrontement, à invisibiliser les personnes trop différentes de soi. Mais tout ce qui est susceptible de permettre à un spectateur de comprendre pourquoi quelqu’un d’autre n’accorde pas la même valeur que lui aux mêmes objets est bon à prendre. Nous ne parlons pas, ici, de l’appartenance des spectateurs à tel ou tel milieu socioculturel. Certes, « l’idée qu’il existe une culture propre à chaque groupe social, laquelle oriente le comportement de ses membres, est aujourd’hui un lieu commun pratiquement partagé par les Français »11. Mais il y a longtemps que la sociologie a dépassé ces classifications simplistes – tout comme les ont dépassées les algorithmes des fournisseurs de films en ligne, qui « s’en soucient comme d’une guigne » quand il s’agit de nous proposer des produits à acheter en fonction de ce que nous avons déjà aimé12. Les différences de goût entre deux individus pris au hasard ont peu de chances de se laisser subsumer par des différences d’appartenance à des groupes, des classes, des communautés ou des positions. Il n’empêche qu’elles ont toutes les chances d’exister.

  • 13 Danilo Martuccelli, La Société singulariste, Paris, Armand Colin, 2010, version mise en ligne dans (...)
  • 14 Christian Lazzeri, « Réification et reconnaissance. Une discussion avec Axel Honneth », Revue du MA (...)

7Ce numéro de Mise au Point, en présentant des pratiques d’évaluations très différentes les unes des autres, vise à consolider l’idée selon laquelle il est possible, et tout à fait légitime, d’admirer sans aimer et d’aimer sans admirer, c’est-à-dire de valider des raisons d’aimer qui ne sont pas les nôtres. C’est donc là un problème qui regarde la tolérance et le vivre-ensemble. Après tout, quand deux spectateurs aux goûts antagonistes prêtent, avec les yeux de Chimène, des qualités à des films qui leur auront fait de l’effet, ils s’affirment. Ils « s’ajustent au monde, chacun à leur façon, afin de réussir leur singularité »13. Mais ils parviennent rarement à rester totalement indifférents à leurs avis respectifs. On a beau être sujet à l’autoreconnaissance, dit Axel Honneth, c’est-à-dire estimer que l’expression de nos goûts « témoigne d’une sorte d’engagement à leur égard qui repose sur la reconnaissance de leur valeur », force est de reconnaître que « cette capacité à l’affirmation de soi dépend de la reconnaissance que m’accorde autrui »14 – quand bien même cet adoubement se réduirait à des pouces levés postés sur Internet par des inconnus sous pseudonyme. Savoir exactement pourquoi les autres spectateurs ont détesté le film que nous adorons ou portent aux nues celui dont nous avons abandonné le visionnement au bout d’un quart d’heure ne peut donc pas faire de mal.

Haut de page

Notes

1 Michel Callon, L’Emprise des marchés, Paris, La Découverte, 2017, p. 283.

2 Georges Friedmann & Edgar Morin, « Sociologie du cinéma », Revue internationale de filmologie, n° 10, 1952, p. 95-112.

3 Roger Pouivet, « L’Esthétique en France aujourd’hui : un bilan sans perspective », Pratiques. Réflexions sur l’art, n° 11, Rennes, PUR, printemps 2001, p. 10, 17. Le constat de fragmentation et de parallélisme est le même s’agissant des études cinématographiques, voir Mise au Point n° 8, 2016.

4 Jean-Marc Leveratto, « trilogie de la Dispute » (La Mesure de l’art ; Introduction à l’anthropologie du spectacle ; Cinéma, spaghettis, classe ouvrière et immigration), Paris, La Dispute, 2000, 2006, 2010.

5 Truman Capote, « Autoportrait » (1972), in Nouvelles, Paris, Gallimard coll. Biblos, 1990, p. 1 266.

6 Erving Goffman, La Présentation de soi. La Mise en scène de la vie quotidienne I (1956), trad. fr. A. Accardo, Paris, Minuit, 1973.

7 Une bonne partie de l’œuvre de Richard Shusterman est consacrée à réhabiliter le deuxième terme de chacun de ces couples. Pour une introduction, voir L’Art à l’état vif. La pensée pragmatiste et l’esthétique populaire, trad. fr. Chr. Noille, Paris, Minuit, 1992, et son interview par David Dufresne, à propos de ce livre : URL : <en ligne>.

8 Cédric Barbier, Tomas Legon, Lisa Marx et Anna Mesclon, « Les logiques du marché à l’œuvre dans les dispositifs scolaires d’éducation au cinéma », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], hors-série n° 7, 2020. URL : <en ligne>.

9 Tomas Legon, « Malentendus et désaccords sur le plaisir cinématographique. La réception de Lycéens et apprentis au cinéma par les jeunes rhônalpins », Agora débats/jeunesses, vol. 66, n° 1, 2014, p. 47-60. URL : <en ligne>.

10 Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Le Seuil, 2003, p. 64.

11 Jean-Marc Leveratto, Cinéma, spaghettis, classe ouvrière et immigration, Paris, La Dispute, 2010, p. 64.

12 Callon, op. cit., p. 209.

13 Danilo Martuccelli, La Société singulariste, Paris, Armand Colin, 2010, version mise en ligne dans SociologieS le 27 décembre 2010. URL : <en ligne>.

14 Christian Lazzeri, « Réification et reconnaissance. Une discussion avec Axel Honneth », Revue du MAUSS n° 38, 2011, p. 259-285. URL : <en ligne>

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Jullier et Raphaëlle Moine, « Introduction au n° 15 « Chefs-d’œuvre et navets » »Mise au point [En ligne], 15 | 2022, mis en ligne le 15 février 2022, consulté le 01 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/map/5425 ; DOI : https://doi.org/10.4000/map.5425

Haut de page

Auteurs

Laurent Jullier

Articles du même auteur

Raphaëlle Moine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search