Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros15La qualité d’un film est-elle sol...

La qualité d’un film est-elle soluble dans le goof ?
Les goûts cinématographiques des chasseurs de goofs

Olivier Caïra et Réjane Hamus-Vallée

Résumés

Les goofs, soit les faux raccords, les anachronismes, les perches visibles dans le champ… et toute autre erreur non intentionnelle, sont présents dès la naissance du cinématographe – et dans tout pacte fictionnel. Pourtant, la « chasse aux goofs » ne s’est véritablement développée qu’avec l’essor d’Internet, créant des sites spécialisés (moviemistakes.com), des rubriques dédiées (la rubrique « goof » sur imdb.com), des émissions (« Faux raccord » sur allocine.fr) et toute une communauté de chasseurs et chasseuses de goofs sélectionnant avec soin le film à « dégoofer ». Si le goof est inévitable dans le cadre de la production d’une œuvre collective telle qu’un film de fiction, son absence, ou sa présence relative, est-elle pour autant un gage de qualité, du point de vue des professionnels du cinéma, du point de vue des spectateurs ? Ces erreurs sont-elles un critère pour évaluer un film ? Nous verrons dans cet article que les goofs font l’objet d’une traque sans répit du côté des professionnels, pour ensuite étudier plusieurs cas de dépréciation des œuvres lors de la découverte d’anomalies sérieuses telles que le « gobelet Starbucks » de Game of Thrones. Nous finirons par analyser les raisons qui font que les goofs peuvent aussi participer de la valorisation esthétique des films, au point que leur nombre devient un indice assez fiable du caractère « culte » de certaines œuvres.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Christian Metz, Le signifiant imaginaire, Paris, Christian Bourgois Éditeur, 2002, p. 56
  • 2 Le terme anglo-saxon nous paraît plus précis et surtout directement relié au monde du cinéma via so (...)

1Le goof est une anomalie filmique qui fait l’objet d’un véritable culte en ligne depuis plusieurs années. Présente dans tous types de fiction, cette erreur involontaire vient briser l’illusion référentielle telle que définie par Christian Metz : « Le film de fiction, c’est celui où le signifiant cinématographique ne travaille pas pour son propre compte mais s’emploie tout entier à effacer les traces de ses pas, à s’ouvrir immédiatement sur la transparence d’un signifié, d’une histoire, qui est en réalité fabriquée par lui mais qu’il fait semblant de seulement “illustrer”, de nous transmettre comme après coup, comme si elle avait existé auparavant (= illusion référentielle) : autre exemple d’un produit qui est le retournement de sa production. »1 La gaffe ou maladresse, qui serait la traduction française la plus proche2, est omniprésente et peut être regroupée, au cinéma, au sein de trois catégories :

  • les incohérences externes sont les anomalies qu’on identifie par rapprochement ou par recoupement avec des connaissances extradiégétiques (par exemple, dans L’Étoffe des héros, une fusée soviétique découle de la Cité des étoiles, près de Moscou, alors que les lancements avaient lieu à Baïkonour, dans le Kazakhstan) ;

  • les incohérences internes désignent au contraire les inconsistances propres au matériau diégétique, même quand celui-ci s’écarte du réalisme (dans Pirates des Caraïbes, des morts-vivants censés ignorer le chaud comme le froid, mais qui réagissent au contact de la braise). Les goofs de continuité du mouvement (faux raccords), du son (désynchronisation audiovisuelle) et de l’intrigue (failles scénaristiques) sont les plus nombreux dans cette catégorie ;

  • les « catalepses » recouvrent tous les détails qui rappellent au spectateur le processus du tournage ou de la post-production : micros dans le champ, reflets de caméra ou de technicien, effets spéciaux mal camouflés ou simple visibilité des prises antérieures (la paille sur laquelle James Bond jette Pussy Galore dans Goldfinger porte déjà la trace d’un corps de femme). Pour reprendre les termes de la citation précédente de Metz, c’est tout ce qui, dans le produit, rappelle sa production. La catalepse est le pendant involontaire de la métalepse, jeu délibéré sur les cadres de la diégèse et de la production de l’œuvre.

  • 3 Voir, pour le cas des aléas météorologiques, Olivier Caïra, « Les cieux sont tombés sur la tête. Le (...)

2Aucune forme de fiction, que l’on raisonne en termes de genres ou de médias, n’est exempte de goofs, mais le cinéma est un terrain particulièrement favorable à leur apparition : scènes tournées dans le désordre, division du travail stricte, capture fortuite de détails à l’arrière-plan3, risque de mauvaise synchronisation entre image et son, perte d’informations entre tournage et montage, etc. Les chasseurs et amateurs de goofs forment aujourd’hui une véritable sous-culture cinéphile, car chaque anomalie raconte en filigrane une péripétie du tournage ou de la post-production, sans pour autant revêtir le statut parafilmique d’un bêtisier ou d’une scène coupée. C’est là que l’interrogation esthétique débute.

3On pourrait penser que ce regard à la fois ludique et critique tourne au jeu de massacre en rejoignant la communauté des amateurs de « nanars », utilisant ces erreurs comme un marqueur du peu de qualité d’un film. Cependant, les chiffres recueillis sur l’Internet Movie Database (www.imdb.com) invitent à disqualifier ce stéréotype, puisque, comme nous le verrons ultérieurement, le nombre de goofs relevés est beaucoup plus important dans certains films considérés comme des « classiques » du cinéma que dans des « nanars ». Il peut paraître trop facile de pointer les bévues dans L’Attaque des tomates tueuses, mais beaucoup plus intéressant de le faire dans Sueurs froides, Le Parrain ou Interstellar que l’on retrouve en haut de la liste… Certes, le goof signale un incident de production ou de post-production, tantôt véniel (le soleil qui bouge entre deux prises), tantôt majeur (la paire de menottes de L’Arme fatale qui se brise en pleine cascade et au ralenti), mais il ne sert pas toujours à disqualifier les œuvres sur le plan esthétique. Si le goof est inévitable dans le cadre de la production d’une œuvre collective telle qu’un film de fiction, son absence, ou sa présence relative, est-elle pour autant un gage de qualité ? Ces erreurs sont-elles vraiment un critère d’appréciation pour évaluer un film, et en faire un chef-d’œuvre – ou au contraire un « navet » ?

4Nous allons d’abord voir que les goofs font l’objet d’une traque sans répit du côté des professionnels, signalant en creux leur valeur potentiellement dépréciative à leurs yeux, pour ensuite étudier plusieurs cas de dépréciation des œuvres lors de la découverte d’anomalies sérieuses. Nous finirons par analyser les raisons qui font que les goofs peuvent aussi participer de la valorisation esthétique des films, au point que leur nombre devient un indice assez fiable du caractère « culte » de certaines œuvres.

Le goof, critère de dépréciation du côté des professionnels ?

  • 4 Certains courants esthétiques ont revendiqué le « faux raccord », et non pas le goof en son entier, (...)
  • 5 Voir par exemple l’analyse de la série Dr House par Pamela Tytell, « “Is there a Doctor in the HOUS (...)
  • 6 Voir ainsi l’analyse de la montée en puissance des conseillers historiques dans les fictions frança (...)
  • 7 Expérience dont elle a tiré un article, Kathleen M. Coleman, « The Pedant Goes to Hollywood: The Ro (...)

5Du côté des professionnels du cinéma, le goof est globalement4 vu comme un défaut nécessitant une attention particulière, voire des professionnels spécialement embauchés pour leur expertise sur un projet précis : Fritz Lang travaille avec Hermann Oberth en tant que conseiller scientifique lors du tournage de La Femme sur la Lune en 1929, les séries médicales type Urgences ou Grey’s Anatomy font systématiquement appel à des médecins5 pour valider vocabulaire spécifique et interventions chirurgicales et les historiens6 sont omniprésents aux génériques des multiples reconstitutions filmiques, quitte à le regretter par la suite, à l’image de Kathleen Coleman, professeure de latin à Harvard, demandant à ce que son nom soit retiré du générique de Gladiator de Ridley Scott en 2000, dont elle était pourtant la conseillère en chef7.

  • 8 Interview citée dans Diana Landau (dir.), Gladiator: The Making of the Ridley Scott Epic, New York, (...)

6Dans ces trois familles d’exemples, la prise en charge du goof, en tant qu’incohérence externe, est déléguée à une autorité extérieure au monde du cinéma. C’est aussi ce type de goof qui reste, en établissant une hiérarchie « empirique », le moins « grave » dans l’esprit des professionnels du cinéma, la fiction autorisant des marges de liberté face à l’exactitude scientifique, comme le précise justement Ridley Scott : « La priorité était de rester vrai par rapport à l’esprit de la période, mais pas nécessairement d’adhérer aux faits. Après tout, nous créions de la fiction, nous ne faisions pas d’archéologie. »8 Si l’incohérence externe n’est alors pas totalement perçue comme un gage de mauvaise qualité, il n’en est pas de même des goofs découlant directement des conditions de production cinématographique, dont les tenants et aboutissants dépendent directement du travail de l’équipe en général, et du professionnel dédié à ces questions en particulier.

  • 9 Léon Groc, « Amoureux d’une étoile », L’Intransigeant, 11 juillet 1935, p. 4. C’est nous qui soulig (...)
  • 10 Par exemple Sylvette Baudrot et Isabel Salvini, La script-girl, Éditions de la Fémis, 1989 ; Zoé Zu (...)
  • 11 Pat Miller Script Supervising & Film Continuity, 3rd Edition, Focal Press/Butterworth-Heinemann, 19 (...)

7Dès les années 1920, l’industrie cinématographique s’est organisée, à Hollywood et en France particulièrement, pour prendre elle-même en charge les incohérences internes et les catalepses, via l’invention d’un métier spécifique, la script-girl en France, continuity-girl aux États-Unis. Ce nouveau métier est d’ailleurs présenté comme étant le gage d’une réelle amélioration de la qualité des films par un critique de L’Intransigeant en 1935 : « C’est grâce à elle, par exemple, que l’on ne voit plus apparaître soudain un nœud papillon au col de tel personnage, qui portait, au début de la même scène, une cravate régate !… Elle assure la continuité, la logique, la conformité indispensables… C’est une collaboratrice modeste, mais d’une incontestable utilité. »9 Les nombreux manuels10 décrivant ce métier insistent d’ailleurs sur plusieurs points d’attention : les cheveux, les positions du corps, les mains, les jambes, les blessures, les vêtements, les accessoires… L’ouvrage référence de Pat Miller contient ainsi six pages listant les éléments à observer, dans le chapitre consacré aux astuces indispensables pour faire « matcher » les plans des acteurs entre eux11.

8Mais comme le remarquent les différents manuels dédiés au sujet, vouloir corriger tous les goofs internes et cataleptiques est impossible. Le ou la scripte se doit alors de hiérarchiser son action afin de pouvoir agir efficacement : laisser passer les goofs « mineurs », soit peu visibles ou peu dérangeants dans la vision du film, pour bloquer les majeurs, ceux qui risquent d’altérer profondément la qualité du film. Autrement dit, laisser un technicien dans le champ ou une modification intempestive du costume n’est pas acceptable a priori, des nuages ayant légèrement changé de place entre deux prises reste à l’inverse un détail tolérable – même si chaque film/scripte va pouvoir mettre en place sa propre « hiérarchie ». Comme l’explique la scripte Alice Maurel : « Il faut savoir discerner l’important du futile, gérer les priorités. Sinon, cela risque de faire fuir le réalisateur qui ne s’intéressera plus à mon opinion. Il n’aura plus mon écoute… (…) Il faut aussi savoir s’affirmer, avoir de l’aplomb face à un réalisateur, un chef opérateur ou encore un premier assistant… sur des points importants que la scripte doit impérativement sauvegarder pour le bien du film. Seul le réalisateur tranchera mais il doit être au courant. »12

9Si le/la scripte consacre une large part de ses activités à cette chasse aux goofs, cette traque est partagée par l’équipe technique dans son ensemble, de plus en plus à mesure que le contrôle sur moniteur est rendu possible par les outils numériques, qui permettent en outre de revoir une prise précédente afin de la comparer avec la prise en cours. Costumiers, maquilleurs, décorateurs… chacun œuvre dans son domaine à éviter le goof, préoccupation partagée tandis que se multiplient les chasseurs de goofs amateurs sur Internet.

  • 13 Le geste inverse existe aussi, mais il est nettement plus rare : rajouter volontairement un goof re (...)

10Signe de son importance dans l’esprit des professionnels du cinéma, une partie des goofs est dorénavant corrigée en post-production, via des retouches numériques. En 2011 par exemple, les effets visuels interviennent pour immobiliser totalement l’acteur Jean-Marc Barr et effacer ses mouvements de respiration alors qu’il est censé incarner un personnage décédé à ce moment-là de la série XIII. Les reflets des équipes techniques sont effacés de manière standard dorénavant de toutes surfaces réfléchissantes (miroirs, vitres, voitures…)13 et les détails anachroniques sont soigneusement retirés des plans, de l’antenne parabolique aux traînées blanches des avions dans le ciel.

  • 14 Erreur ou clin d’œil volontaire, la toute petite fenêtre circulaire, située au-dessus de la fenêtre (...)
  • 15 Paul Bradshaw, « James Cameron just fixed The Terminator 2 continuity goof that’s bugged him for 17 (...)
  • 16 Cité dans « Gaffes: Fellowship Of The Nitpickers », article de la rédaction de Newsweek, 30 novembr (...)

11Ces détails, qui étaient auparavant laissés dans les films, nécessitent dorénavant une enveloppe budgétaire parfois importante pour les effacer, y compris lors des ressorties des films en salle ou en DVD ou Blu-ray. Dans l’édition grand écran remasterisée de la trilogie originelle de La Guerre des étoiles à partir de 1997, de nombreux goofs sont « corrigés », comme la couleur du ciel visible à travers les rares fenêtres de la cité des nuages de L’Empire contre-attaque, lors de l’arrivée de Han Solo et de la princesse Leia dans les lieux. Le ciel orange, « coucher de soleil », qui accompagne l’atterrissage du faucon millénium remplace dorénavant le ciel bleu éclatant que l’on voyait ensuite à travers les vitres, en fond de l’entrée à l’intérieur de la cité des nuages des protagonistes, provoquant en 1980 un faux raccord colorimétrique, rectifié en 199714. De même, pour la sortie de Terminator 2 en relief dans les salles, James Cameron n’a pu s’empêcher, comme il le dit lui-même, de réparer le « pare-brise magique » qui, selon le journaliste Paul Bradshaw, aurait perturbé Cameron depuis 17 ans, soit la date de l’œuvre originelle. Lors de la poursuite en moto de John Connor par un camion conduit par le T-1000, le pare-brise, d’abord éclaté puis « achevé » par le T-1000 qui en arrachait les restes dans un plan suivant, apparaissait à nouveau intact dans la suite de la scène, avant d’être à nouveau cassé sans raison… Et s’il était possible de modifier tous les autres faux raccords du film, Cameron s’est fixé une limite claire : « Juste celui-là ! Je devais le réparer. Quand le camion tombe dans le canal, le pare-brise s’éjecte, mais il revient tout de suite dans le plan suivant. Il fait même partie de l’histoire puisque le T-1000 le casse avec une main pour mieux voir. Donc on l’a réparé numériquement. »15 Enfin, dernier exemple parmi les multiples retouches numériques, l’effacement d’une voiture intempestive, passant au loin lors d’une scène avec Sam et Frodon dans un champ avec un épouvantail dans Le Seigneur des anneaux, comme le raconte son réalisateur Peter Jackson. « En fait, nous n’avions pas vu la voiture jusqu’à ce qu’on monte le film. La fumée (du pot d’échappement) et la poussière n’étaient pas si mauvaises, parce qu’il y en avait déjà beaucoup tout autour dans le plan, mais le fichu pare-brise reflétait le soleil en plein dans l’objectif de la caméra. Nous l’avons donc effacée pour le DVD. Je pense que certaines personnes ont été déçues parce qu’elles ont certainement essayé de le montrer à leurs amis, et que ce n’était plus là ! »16

12En résumé, le goof reste, du point de vue professionnel, un défaut non négligeable, qui peut diminuer la qualité du film selon son importance, et surtout, selon sa visibilité partagée, ou non, par un large public. Ainsi, un goof confidentiel reste minime et comporte peu d’impact, alors qu’un goof « trop évident » pourra se propager au-delà de la sphère des amateurs éclairés, et participer au débat autour de la qualité, ou non, du film concerné. Si tous les films possèdent des goofs, leur prise en compte par le public en tant que critère de qualité dépend largement de la nature du goof, et de la nature de l’œuvre. Tous les goofs ne se valent pas pour les professionnels : c’est aussi le cas pour les spectateurs.

Du côté des spectateurs, de la dépréciation…

13Si les outils numériques de diffusion et de partage des connaissances favorisent la chasse aux goofs, l’activité en elle-même est présente dès les débuts du cinématographe, et même avant. Au théâtre, on trouve dès 1889 un exemple de spectateur qui prend la plume pour dénoncer les « erreurs et les anomalies » :

  • 17 La mise en scène au théâtre, notes critiques par un abonné au théâtre royal de la Monnaie, Bruxelle (...)

Il est vrai que la grande masse du public qui fréquente nos théâtres bruxellois, et particulièrement la Monnaie, est relativement peu choquée des erreurs et des anachronismes signalés par le sagace observateur dont les journaux ont publié les réflexions. Plus accessible aux manifestations chatoyantes d’une mise en scène pompeuse et brillante qu’aux sensations raffinées de l’art pur, ce grand public est volontiers disposé à faire le sacrifice de celles-ci à celles-là ; mais d’autre part, et d’accord en cela avec tous les esprits délicats, il a sur certains points, spécialement en matière d’illusions scéniques, des exigences parfaitement justifiées et que nous essayerons de formuler, tout en regrettant de ne pouvoir le faire avec plus d’autorité17.

14Cet « abonné du théâtre royal de la Monnaie » profite de ce court passage pour utiliser les « erreurs et anachronismes » comme un vecteur de « pureté artistique » que seuls les puristes peuvent contempler. Ses « notes critiques » reviennent ensuite en détail sur les points majeurs, impardonnables selon lui, que toute scène se devrait de respecter, afin de produire une œuvre de qualité tout en montrant un réel respect envers son public. Dès 1889, on trouve donc une séparation forte entre le regard expert, capable de débusquer les erreurs et donc de contempler « l’art pur », et les attentes du grand public, facile à tromper.

  • 18 Ciné pour tous, 1er septembre 1924, p. 33.
  • 19 Pour-Vous : L’intran n° 321, 10 janvier 1935, p. 11.

15C’est d’ailleurs ce fil conducteur que l’on retrouve en creux derrière les remarques éparses des critiques, professionnelles ou amateurs, qui pointent régulièrement ces erreurs, plutôt agaçantes manifestement au début du cinéma. Ainsi Robert Trévise, de Ciné pour tous en 1924, ne semble pas comprendre pourquoi les réalisateurs allemands du Lion de Venise, qui mérite « plus que de l’estime », « ont cru qu’ils pouvaient à coups de rentenmark reconstruire Venise dans la cour d’un studio. Or rien de ces constructions ne ressemble à Venise, ni les quais aux dalles de marbre, ni les façades gothiques-mauresques, ni les canaux, ni les gondoles. Et le geste des gondoliers allemands n’a rien non plus de la rythmique si spéciale des barcajuoli vénitiens18 ». De même, un spectateur « amateur » profite en 1935 de la rubrique « La parole est aux spectateurs…! » du magazine spécialisé Pour-vous : L’intran afin d’évoquer toute sa frustration : « Pourquoi y a-t-il autant d’erreurs dans les trois quarts des films ? Toutes techniques. Lorsque l’homme invisible est chez son collègue, le Docteur Kemp, je crois, et qu’il a fermé la porte à double tour de clef, pourquoi sortent-ils sans avoir rouvert cette porte ? Toujours chez ce même docteur, pourquoi voit-on les trous de son nez lorsqu’il a à nouveau entouré sa tête de bandelettes ? »19 Cet énervement évoque pour ce spectateur averti un manque de soin ou d’attention de la part des équipes techniques du film. Le goof est clairement vu comme un réel défaut, qu’il serait pourtant facile, du point de vue du spectateur, de réparer…

  • 20 Olivier Caïra et Réjane Hamus-Vallée, « La quête d’anomalies filmiques comme expression d’une cinép (...)
  • 21 Entre autres articles évoquant la polémique, voir Marie Telling, « Hunters prouve à nouveau que rep (...)
  • 22 Cité dans « Le mémorial d’Auschwitz en colère contre la série “Hunters” d’Amazon », par la rédactio (...)
  • 23 Cité par Kimberly Nordyke, « ‘Hunters’ Creator Defends Fictional Depictions of Holocaust Amid Criti (...)

16À mesure que la chasse aux goofs gagne du terrain, numérique, sur les sites dédiés (moviemistakes.com, erreursdefilms.com) et dans certaines rubriques de sites consacrés au cinéma telles que la partie « goofs » d’IMDb.com et l’émission Faux raccord20 d’allocine.fr, cette appréciation tend à se complexifier. Certes, l’énervement contre le goof continue de se perpétuer, en particulier dans le cas du goof externe, celui, justement, plus facilement toléré par les équipes de films. En témoigne la forte polémique autour de la fausse partie d’échecs située à Auschwitz, durant la Seconde Guerre mondiale, dans le cadre de la série Hunters21 diffusée en 2020 sur la plateforme Amazon Prime. Dès sa mise en ligne, le mémorial d’Auschwitz s’insurge par tweets interposés contre cette scène fictive : « Comme l’ont documenté les survivants, Auschwitz a été d’une souffrance et d’une douleur horribles. Inventer un faux jeu d’échecs humain [...] n’est pas seulement dangereux et caricatural, mais c’est aussi une manière de tendre les bras aux négationnistes. Honorons les victimes en préservant la rectitude des faits. »22 En retour, son créateur David Weil juge utile de rappeler que la série est une fiction, certes documentée, mais non documentaire, et défend son choix dans plusieurs échanges avec le mémorial. « Et pourquoi ai-je ressenti le besoin de créer un événement fictif alors qu’il y avait tant d’horreurs réelles ? Après tout, il est vrai que les nazis ont perpétré des actes extrêmes et généralisés de sadisme et de torture – et même des “jeux” cruels – contre leurs victimes. Je ne voulais tout simplement pas décrire ces actes de traumatisme spécifiques et réels. »23 Pas de goof ici du point de vue, interne, du créateur, face à un goof impardonnable du point de vue, externe, des spécialistes du mémorial.

17Ce débat, opposant essentiellement historiens et collectionneurs rigoureux, n’est pas nouveau, mais il reste néanmoins assez ciblé. Il sort de ce cadre restreint dès qu’il touche à des goofs internes marquants, comme ce fut le cas dans deux exemples majeurs au cours de l’année 2019 : l’affaire du gobelet Starbucks et le « scandale » Cats.

  • 24 Robin Andraca, « Le gobelet dans ‘Game of Thrones’ est-il un placement de produit ? », Libération, (...)
  • 25 <https://siecledigital.fr/2019/05/07/game-of-thrones-starbucks/>, consulté le 28 août 2020.
  • 26 David Benioff, cité par Nawal Bonnefoy, « Game of Thrones : les créateurs s’expriment (enfin) sur l (...)
  • 27 Quentin Piton, « Game of Thrones saison 8 : les créateurs réagissent (enfin) au fail du gobelet de (...)

18Avril 2019. La toile s’enflamme devant un gobelet de café aussi anachronique qu’improbable, dans un plan central, au cours de l’épisode 4 de la saison finale de la série Game of Thrones. Situé sur la table devant Daenerys Targaryen, mère des Dragons, en train d’observer de biais Jon Snow, un gobelet type Starbucks trône sur la table, particulièrement visible : il est au centre du cadre et de l’action, puisqu’il se situe à mi-chemin du regard évocateur porté par Daenerys sur Jon Snow. Dans un tel show avec un budget et une équipe considérables, comment une erreur aussi visible a-t-elle pu passer le nombre, potentiellement important, de vérifications ? Aussitôt, les internautes se demandent s’il ne s’agit pas d’un placement de produit24… La firme Starbucks se réjouit de cette publicité involontaire en s’étonnant sur Twitter que Daenerys n’ait pas commandé une boisson « Dragon Drink », avant que la productrice exécutive de la série, Bernie Caulfield, n’admette une erreur, « très rare » selon elle25, et que le gobelet ne soit effacé numériquement de la version en replay. Il faudra attendre plus de trois mois après la fin de la série pour que les créateurs livrent la clé de ce phénomène : « ‘On se concentrait tellement sur Daenerys et Jon Snow qu’on n’a tout simplement pas vu cette tasse à café, en plein milieu’, a confié Benioff. ‘Au début, j’ai même pas réussi à y croire, et ensuite j’ai eu assez honte, parce que comment a-t-on pu rater un gobelet de café en plein milieu du plan ? Et puis finalement, tôt ou tard, ça a juste fini par être drôle. C’est juste une erreur, et on préfère en rire.’ »26 Loin d’en rire, de nombreux internautes s’emparent de ce goof pour appuyer la vision globalement assez négative émise par les fans concernant la qualité de cette dernière saison. À l’occasion de cette même confidence de David Benioff, Quentin Piton résume la situation : « Pour la première fois depuis la fin de Game of Thrones, le duo a accepté d’apporter des explications sur cette gaffe ridicule qui, pour de nombreux fans, représente à merveille le raté de cette saison avec une conclusion bâclée et des épisodes moins soignés. Malheureusement, il y a peu de chance pour que leur réponse calme la frustration du public. »27 Si le goof ici évoqué, tout comme la main miraculeusement repoussée de Jaime Lannister de l’épisode 5 ou la bouteille d’eau en plastique aux pieds de Ser Davos de l’épisode 6, n’est pas en soi la cause du rejet de la série par ses téléspectateurs, il est lu et interprété comme la preuve, objective, de la moindre qualité de cette dernière saison. Il est pourtant aisé de constater que les saisons précédentes comportaient leur lot de goofs, comme le démontrent les éléments rapportés par les internautes sur les pages dédiées aux différents épisodes sur IMDb.com : sept pour l’épisode 1 de la saison 1, cinq dans l’épisode 1 de la saison 2, 4 pour l’épisode 1 de la saison 8… Le goof n’est pas le premier critère d’appréciation de l’œuvre : il sert à objectiver une sensation préexistante, en étant employé, dans cet exemple, comme preuve irréfutable de la médiocrité réputée de la série. À la manière de l’attention sélective évoquée par Lazarsfeld dans ses études sur l’opinion publique des années 1940, le goof de Game of Thrones vient corroborer une hypothèse préalable, mais il ne la fonde pas.

  • 28 Pamela McClintock, « Universal Notifies Theaters ‘Cats’ Is Being Updated With “Improved Visual Effe (...)
  • 29 Abi Travis, « The ‘Cats’ CGI Mistakes Are So Much Worse Than You Could Even Imagine », <https://www (...)
  • 30 Le forum dédié au sujet contient de précieux éléments détaillés : <https://www.reddit.com/r/movies/ (...)

19Un phénomène semblable entoure le mini scandale Cats de Tom Hooper en décembre 2019. Alors que le film est déjà en salle, les recettes et les critiques catastrophiques poussent le studio Universal à sortir une version « améliorée » du film, corrigeant effets spéciaux et erreurs de raccords en plein milieu de la première semaine d’exploitation28. Courant dans le domaine du jeu vidéo, le « patch correctif » est inédit dans le milieu cinématographique. Dès la bande-annonce, les internautes s’étaient acharnés à exposer les défauts du film, dans une opération plutôt rare, puisque en règle générale, les goofs sont davantage présents dans les films finis que dans les courtes bandes-annonces où les erreurs de continuité, par exemple, n’ont pas lieu d’être. Ici, les mains visibles des actrices plutôt que des pattes de chat sont pointées du doigt, et les erreurs29 diverses font la joie de ceux qui ont eu la « chance » de visionner la première version – mais aussi la seconde qui n’a pas eu le temps de rectifier tous les défauts, dont par exemple un manque de fourrure sur certains chats du film30. L’horizon d’attente du film Cats était différent de la forte espérance provoquée par la saison 8 de Game of Thrones, le fonctionnement de la prise en compte du goof par les internautes reste malgré tout similaire : Cats est perçu dès le départ comme un désastre annoncé, le goof prouve ce phénomène attendu.

  • 31 Leon Miller, « 10 Weird Mistakes That Saved Movies (And 10 That Hurt Them) », 19 janvier 2019, <htt (...)

20Pourtant, comme dans le mécanisme d’attention sélective de Lazarsfeld et son double, l’amnésie sélective, l’interprétation du goof peut être à l’opposé de ces deux exemples, et prouver, au contraire, la force d’une œuvre donnée. Comme l’explique le site spécialisé Screenrant, « la majorité des erreurs cinématographiques ont tendance à endommager (voire affaiblir carrément) les films dans lesquels elles apparaissent. Dans un film particulièrement laid, ces faux-pas attireront généralement immédiatement l’attention sur eux-mêmes, contribuant à sa mauvaise réception auprès du public. Cependant, avec un film bien fait, ce n’est généralement qu’après plusieurs projections que vous remarquerez une gaffe précédemment négligée, et qui change la façon dont vous le regardez pour toujours »31. Un bon film serait-il celui dont on ne voit les goofs qu’après une étude précise et répétée de l’œuvre ?

… vers la valorisation du goof ?

  • 32 Voir l’émission « Faux raccord », n° 136, <https://www.allocine.fr/video/programme-12284/saison-24580/>.

21L’histoire du cinéma montre que le lien entre goofs et qualité esthétique n’est pas aussi mécanique que le laisse entendre notre dernière citation. Les cinéphiles sont nombreux à pouvoir mentionner des anomalies qui littéralement « sautent aux yeux » dans des films considérés par ailleurs comme des chefs-d’œuvre, comme les déboutonnages et reboutonnages intempestifs du barbier juif dans Le Dictateur, ce reflet d’un projecteur qu’on surprend sur les lunettes de l’aveugle dans Le Jour se lève, ou la présence de Stanley Kubrick dans le champ lors du prologue de Lolita. L’excellence technique n’est qu’une des nombreuses facettes de l’appréciation esthétique, le septième art ne s’évaluant pas seulement comme une industrie de l’illusion référentielle. Le goof peut même être balayé d’un revers de main par l’artiste : le réalisateur Louis Clichy assume clairement le changement régulier de taille de l’épée d’Astérix dans Astérix : Le Domaine des dieux en 2014, collant aux sentiments ressentis par son héros selon les moments, contre toute logique physique32.

  • 33 Entretien d’Olivier Caïra avec la scripte Valérie Chorenslup, extrait inédit, voir Olivier Caïra, « (...)

22Cette assurance reflète un aspect important du jeu complexe entre goof, illusion référentielle et appréciation des films. La présence du goof peut renforcer la valeur ressentie d’une scène ou d’un film tout entier en tant que scorie locale qui souligne l’excellence esthétique globale : l’artiste ne laisse pas l’incident de tournage gâcher une scène réussie. Cette idée nous est confirmée lors d’entretiens avec des scriptes : « Quand une prise est bonne, quand les acteurs et la technique ont été justes, on ne fait pas une prise supplémentaire parce qu’un bouton de chemise fait ou défait n’est pas raccord avec le plan précédent. »33 Outre la contrainte économique qui pèse sur chaque nouvelle prise, on conçoit que les actrices et les acteurs se concentrent sur leur rôle et non sur la continuité des objets qu’ils manipulent, comme en témoignent les nombreux faux raccords au cours du dialogue d’ouverture de Pulp Fiction entre Amanda Plummer et Tim Roth : la justesse du dialogue et la folie criminelle du jeune couple importent plus que le placement exact du sucrier et de la note sur la table du dinner.

  • 34 Par exemple, « Un homme en jean à moitié caché : cette erreur de montage dans ‘The Mandalorian’ qui (...)
  • 35 Entre autres citations, « Sérieusement, Disney+, ne coupez pas le Jeans Guy par pitié », Emma Stefa (...)

23Certains goofs sont aussi perçus comme le « prix à payer » d’une ambition esthétique restée par ailleurs marquante dans l’histoire du cinéma. Les nombreux faux raccords et réemplois de véhicules qui émaillent la légendaire poursuite dans San Francisco de Bullitt, les quelques signes révélateurs de la présence de marionnettistes dans Dark Crystal ou la dizaine de goofs repérables dans la « scène du champ de maïs » de La Mort aux trousses sont autant d’exemples d’erreurs induites par des choix de réalisation qui, chacun à sa manière, ont laissé davantage de traces artistiques que de protestations techniques. À ce titre, la patrimonialisation des goofs n’a rien d’un fétichisme : il importe de ne pas systématiquement gommer les anomalies d’une version à l’autre d’un film pour conserver un aperçu des scories de tournage et de montage de chaque époque. Les fans de la saison 2 de la série Mandalorian en 201934 ont d’ailleurs réclamé le retour du « Jeans Guy », technicien en jeans visible dans le champ d’un épisode35 : le goof comme atout et phénomène ludique positif, contrairement au négatif du gobelet Starbucks dont personne, a priori, n’a voulu le retour après son effacement…

  • 36 Voir Olivier Caïra et Réjane Hamus-Vallée, op. cit., 2020.
  • 37 Parmi les chasseurs de goofs que nous avons interrogés, Félix nous explique ainsi qu’il a vu Promet (...)
  • 38 Il est aussi possible de tomber sur un goof « par hasard », en cours de visionnage « simple » ; mai (...)

24Le temps passé à regarder le film pour ce qu’il offre en termes de fascination esthétique et de tension narrative va dans le sens d’une moindre attention portée aux goofs, du moins dans un premier temps. Parmi les critères de valorisation des œuvres, c’est l’efficacité immersive qui prévaut d’abord : tant qu’on est « dans » le récit filmique, le regard ne se décentre pas pour guetter les détails incongrus. La plupart des personnes rencontrées durant nos enquêtes36 disent s’interdire plus ou moins fermement de chasser les goofs au premier visionnage, essentiellement pour préserver le moment esthétique de la découverte37. Si l’œuvre ne séduit pas, le basculement se fait en cours de visionnage : « Quand un film est mauvais, j’essaie au moins de sauver ma séance en cherchant les faux raccords », nous explique un chasseur de goofs. Mais si le premier visionnage est satisfaisant, on entre alors dans une phase d’exploration (individuelle ou partagée en ligne) du contenu filmique sans autre but que la chasse aux goofs. Il y a donc là une deuxième forme de sélectivité du regard, celle qui consiste à revoir un film, donc à y découvrir chaque fois de nouveaux détails, sans jamais remettre en cause la première opinion favorable. Loin d’être une entreprise de démolition esthétique, la collecte et la discussion des goofs sont une affaire de fans d’un genre, d’un studio, d’un réalisateur ou d’une franchise. La chasse volontaire et systématique de goofs38 dans un film demande une approche spécifique, à base de répétitions de visionnage, acte que le chasseur de goofs accorde surtout aux œuvres qu’il apprécie.

25Ce phénomène est parfaitement repérable sur l’Internet Movie Database (www.imdb.com) si l’on prend le temps de noter le nombre de goofs signalés pour chaque film d’un corpus donné. On constate alors que la densité des œuvres en anomalies est fortement corrélée à leur appréciation par les internautes : plus les films sont classés dans les « premières places » du Top 250 du même site, plus ils comportent de signalements de goofs. Cela revient-il à dire que ce sont les films les plus truffés de goofs qui ont le suffrage des cinéphiles ? Ou que Coppola se montre moins rigoureux quand il réalise Le Parrain que lorsqu’il tourne Jardins de pierre ? Naturellement non. Ces chiffres révèlent trois facettes de la reconnaissance populaire : l’importance du nombre de spectateurs, la tendance de certains d’entre eux à visionner le film plusieurs fois et à des fins variées et, lorsque le film, la série ou la franchise devient « culte », l’émergence d’une communauté qui valorise la production de connaissances à son propos (secrets de tournage, théories de fans, goofs…). Cette dynamique communautaire, qu’elle soit coopérative ou concurrentielle, favorise l’examen tatillon mais révérencieux des détails qui caractérise la sous-culture cinéphile du goof. Pour cette dernière, la chasse aux goofs devient ainsi un révélateur du goût des internautes, et un réel critère d’appréciation des films.

Tableau : Goofs signalés au début et à la fin du Top 250 des films sur www.imdb.com.

Conclusion

26Notre étude des liens entre recherche des anomalies filmiques involontaires et appréciation esthétique peut donc se lire à deux niveaux très différents. Considéré à l’échelle individuelle, le goof est un objet esthétiquement ambigu, au moins pour trois raisons :

  • chaque type de bévue a son pendant intentionnel dans le langage cinématographique, à commencer par le faux raccord, goof chez les uns, figure de style chez les autres ;

  • le goof pose la double énigme de sa naissance et de sa survie (pourquoi n’a-t-il pas été éliminé avant de nous parvenir ?), ce qui favorise la discussion entre cinéphiles et permet de mettre en balance la qualité générale du plan, de la scène ou du film à l’aune de la gravité de l’anomalie ;

  • il s’inscrit dans un espace de jugement plus large qui inclut notamment les conventions de genre et le budget dont dispose l’équipe de production (on peut comparer la clémence des cinéphiles pour les goofs d’un film « fauché » mais séminal comme Reservoir Dogs à leur intransigeance dans le cas de superproductions comme Game of Thrones ou les différents Avengers).

27Envisagées statistiquement, ces anomalies révèlent au contraire un lien univoque entre intensité de la chasse aux goofs et appréciation esthétique, particulièrement pour les films de production récente. Le goof touchant indifféremment tous types de films n’est pas, en soi, signe d’un nanar ou d’un chef-d’œuvre, comme on l’a vu avec l’exemple contradictoire du gobelet de café, négatif, et du « Jeans Guy », positif. Mais son signalement massif sur les sites spécialisés tels IMDb.com, erreursdefilms.fr ou moviemistakes.com concerne avant tout une certaine catégorie cinéphile connectée. Sur ces sites, la signalisation de goofs apparaît plutôt comme un marqueur de qualité, révélateur de l’amour que porte une partie de ces internautes contributeurs aux films analysés. Se dessine alors en creux une nouvelle forme de cinéphilie, capable de regarder un film au ralenti, image par image, assisté de captures d’écran et de l’outil zoom, afin de faire partager son amour aux autres internautes via la révélation des pépites trouvées en chemin. Le goof est ainsi un objet d’échange et de communication collective, que l’on met en ligne pour le plaisir des autres – pour son plaisir de contributeur aussi.

28Pour prolonger la réflexion, il serait intéressant de multiplier les croisements suivant différents aspects de la reconnaissance esthétique, car on voit bien que le Top 250 d’IMDb.com n’a que peu de lien avec les palmarès de Cannes, Berlin ou Venise. Il serait également instructif de procéder à des tris par genre, par époque ou par réalisateur pour mieux cerner la valeur du « goof/minute » comme indice de qualité des œuvres.

29Si le cinéma peine à « effacer les traces de ses pas », les goofs offrent aux chercheurs de passionnants points d’entrée dans les œuvres et de nouvelles perspectives sur la cinéphilie. Lorsqu’un film devient « culte », que ce soit en tant que chef-d’œuvre surtout ou plus rarement en tant que nanar, la recherche et la discussion de ses goofs font désormais partie de son exégèse, pour le meilleur comme pour le pire.

Haut de page

Notes

1 Christian Metz, Le signifiant imaginaire, Paris, Christian Bourgois Éditeur, 2002, p. 56

2 Le terme anglo-saxon nous paraît plus précis et surtout directement relié au monde du cinéma via son usage massif parmi les « chasseurs de goofs », nous privilégierons donc ce terme plutôt que sa traduction française trop large. Pour en savoir plus sur ce sujet, voir Olivier Caïra et Réjane Hamus-Vallée, Le goof au cinéma. De la gaffe au faux raccord, la quête de l’anomalie filmique, Paris, L’Harmattan, « De Visu », 2020.

3 Voir, pour le cas des aléas météorologiques, Olivier Caïra, « Les cieux sont tombés sur la tête. Le soleil et les phénomènes météorologiques vus par les chasseurs de goofs », in Réjane Hamus-Vallée (dir.), La météo au cinéma : faire la pluie et le beau temps – CinémAction n° 169, Éditions Charles Corlet, 2019.

4 Certains courants esthétiques ont revendiqué le « faux raccord », et non pas le goof en son entier, comme un gage de liberté face aux « normes » imposées. C’est le cas par exemple de certains cinéastes de la Nouvelle Vague, tel Jean-Luc Godard, ou encore de certains auteurs français contemporains, voir par exemple les discours entourant La Bataille de Solférino de Justine Triet en 2013.

5 Voir par exemple l’analyse de la série Dr House par Pamela Tytell, « “Is there a Doctor in the HOUSE ?” : les séries télévisées médicales face au monde réel », TV/Series [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 15 mai 2012, consulté le 31 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/tvseries/1551 ; DOI : <https://doi.org/10.4000/tvseries.1551>

6 Voir ainsi l’analyse de la montée en puissance des conseillers historiques dans les fictions françaises des années 1970 et 1980 par Priska Morrissey, Historiens et Cinéastes : rencontre de deux écritures, Paris, l’Harmattan, « Champs visuels », 2004.

7 Expérience dont elle a tiré un article, Kathleen M. Coleman, « The Pedant Goes to Hollywood: The Role of the Academic Consultant », in Martin M. Winkler (ed), Gladiator. Film and History, Oxford, Blackwell Publishing, 2005, p. 45-52. Voir aussi Laure Lévêque, « Sources antiques et lectures cinématographiques. Le cas de Gladiator », Babel [Online], 24 | 2011, mis en ligne le 1er juillet 2012, consulté le 31 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/babel/182 ; DOI : <https://doi.org/10.4000/babel.182>.

8 Interview citée dans Diana Landau (dir.), Gladiator: The Making of the Ridley Scott Epic, New York, New Market Press, 2000, p. 64, traduit et cité par Laure Lévêque, op. cit. On trouve déjà la même idée dès 1926 avec cette excuse par anticipation de Jean Renoir : « J’ai fait de mon mieux pour ressusciter cette époque, curieuse entre toutes, de la fin du second empire… On me pardonnera sans doute une petite erreur… historique que j’ai volontairement commise en habillant mes artistes selon la mode, plus curieuse, de 1871… », alors que Nana décède en 1870 ; Albert Bonneau, « Jean Renoir nous parle de ‘Nana’ », Cinémagazine n° 5, 29 janvier 1926, p. 218.

9 Léon Groc, « Amoureux d’une étoile », L’Intransigeant, 11 juillet 1935, p. 4. C’est nous qui soulignons.

10 Par exemple Sylvette Baudrot et Isabel Salvini, La script-girl, Éditions de la Fémis, 1989 ; Zoé Zurstrassen, La scripte d’aujourd’hui, Dujarric, 1988 ; Catherine Coste, Scripte, pratique du métier en mono ou multicaméras, De Boeck, 2002. Voir aussi la conférence de Lauren Benoît et Joël Daire, « La scripte, mémoire du film », Cinémathèque française, 2 octobre 2015, visionnable sur <https://www.cinematheque.fr/video/705.html>.

11 Pat Miller Script Supervising & Film Continuity, 3rd Edition, Focal Press/Butterworth-Heinemann, 1999, p. 180 et suivantes.

12 « Interview d’Alice Maurel, scripte cinéma », publiée le 1er juin 2015, <http://www.arassocies.com/interview-dalice-maurel-scripte-cinema/>, consulté le 20 juin 2020.

13 Le geste inverse existe aussi, mais il est nettement plus rare : rajouter volontairement un goof reste une exception, tel ce reflet de l’équipe technique incrusté numériquement sur un casque de Gravity d’Alfonso Cuarón, comme l’explique son producteur David Heyman : « Il y a un plan, que je n’ai pas encore vu, où on aperçoit toute l’équipe de tournage dans le reflet de la visière du casque. C’est typique chez Alfonso : il n’aime pas que tout soit absolument parfait mais il veut garder le contrôle sur l’ensemble. Il avait déjà fait ça sur le tournage de Harry Potter. Il y a un plan d’ensemble du château de Poudlard et il voulait ajouter l’ombre d’un hélicoptère ! », cité par Bruno Icher, « Le film est plein d’idées affreuses si l’on s’en tient aux règles », <https://next.liberation.fr/cinema/2013/10/21/le-film-est-plein-d-idees-affreuses-si-l-on-s-en-tient-aux-regles_941348>, consulté le 30 août 2020.

14 Erreur ou clin d’œil volontaire, la toute petite fenêtre circulaire, située au-dessus de la fenêtre principale, contient toujours un ciel bleuté…

15 Paul Bradshaw, « James Cameron just fixed The Terminator 2 continuity goof that’s bugged him for 17 years », 22 août 2017, <https://www.digitalspy.com/movies/a836190/terminator-2-james-cameron-continuity-error/>, consulté le 27 août 2020.

16 Cité dans « Gaffes: Fellowship Of The Nitpickers », article de la rédaction de Newsweek, 30 novembre 2003, <https://www.newsweek.com/gaffes-fellowship-nitpickers-133165>, consulté le 27 août 2020.

17 La mise en scène au théâtre, notes critiques par un abonné au théâtre royal de la Monnaie, Bruxelles, J. Lebègue et Cie, 1889, p. 5.

18 Ciné pour tous, 1er septembre 1924, p. 33.

19 Pour-Vous : L’intran n° 321, 10 janvier 1935, p. 11.

20 Olivier Caïra et Réjane Hamus-Vallée, « La quête d’anomalies filmiques comme expression d’une cinéphilie connectée : l’exemple de la web-émission Faux raccord », in Chloé Delaporte (dir.), « Cinéma et Internet : représentations, circulations, réceptions », Cahiers du CIRCAV n° 26, 2017, p. 135-151.

21 Entre autres articles évoquant la polémique, voir Marie Telling, « Hunters prouve à nouveau que représenter la Shoah reste un sujet sensible, slate.fr, 1er mars 2020, <http://www.slate.fr/story/187911/serie-hunters-debat-representation-shoah-fiction>, consulté le 28 août 2020.

22 Cité dans « Le mémorial d’Auschwitz en colère contre la série “Hunters” d’Amazon », par la rédaction du Huff Post, 24 février 2020, <https://www.huffingtonpost.fr/entry/le-memorial-dauschwitz-fustige-la-serie-hunters-damazon_fr_5c9e4965e4b00ba6327c5be3>, consulté le 28 août 2020.

23 Cité par Kimberly Nordyke, « ‘Hunters’ Creator Defends Fictional Depictions of Holocaust Amid Criticism From the Auschwitz Memorial », Hollywood Reporter, 23 février 2020, <https://www.hollywoodreporter.com/live-feed/hunters-creator-defends-fictional-depictions-holocaust-criticism-1280683>, consulté le 28 août 2020.

24 Robin Andraca, « Le gobelet dans ‘Game of Thrones’ est-il un placement de produit ? », Libération, 10 mai 2019, article dans lequel il s’intéresse aussi de près à l’impact financier potentiel de cette publicité, bien qu’involontaire, pour Starbucks, <https://www.liberation.fr/planete/2019/05/10/le-gobelet-dans-game-of-thrones-est-il-un-placement-de-produit_1726292>, consulté le 28 août 2020.

25 <https://siecledigital.fr/2019/05/07/game-of-thrones-starbucks/>, consulté le 28 août 2020.

26 David Benioff, cité par Nawal Bonnefoy, « Game of Thrones : les créateurs s’expriment (enfin) sur le gobelet Starbucks oublié dans une scène », 1er septembre 2019, <https://www.bfmtv.com/people/series/game-of-thrones-les-createurs-s-expriment-enfin-sur-le-gobelet-starbucks-oublie-dans-une-scene_AN-201909010019.html>, consulté le 28 août 2020.

27 Quentin Piton, « Game of Thrones saison 8 : les créateurs réagissent (enfin) au fail du gobelet de café », 2 septembre 2019, <https://www.purebreak.com/news/game-of-thrones-saison-8-les-createurs-reagissent-enfin-au-fail-du-gobelet-de-cafe/181255>. C’est nous qui soulignons. Il est impossible ici de citer les milliers de tweets, français ou anglo-saxons, exprimant leur rejet profond de la série, en évoquant, en partie, ce goof ainsi que de nombreuses incohérences scénaristiques, autres formes de goof.

28 Pamela McClintock, « Universal Notifies Theaters ‘Cats’ Is Being Updated With “Improved Visual Effects” », The Hollywood Reporter, 21 décembre 2019, <https://www.hollywoodreporter.com/news/universal-notifies-theaters-cats-is-being-updated-improved-visual-effects-1264689?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_source=Direct>, consulté le 28 août 2020.

29 Abi Travis, « The ‘Cats’ CGI Mistakes Are So Much Worse Than You Could Even Imagine », <https://www.distractify.com/p/cats-cgi-mistakes>, consulté le 28 août 2020.

30 Le forum dédié au sujet contient de précieux éléments détaillés : <https://www.reddit.com/r/movies/comments/edwcah/universal_notifies_theaters_cats_is_being_updated/>, consulté le 28 août 2020.

31 Leon Miller, « 10 Weird Mistakes That Saved Movies (And 10 That Hurt Them) », 19 janvier 2019, <https://screenrant.com/movie-mistakes-saved-hurt-weird/>, consulté le 28 août 2020.

32 Voir l’émission « Faux raccord », n° 136, <https://www.allocine.fr/video/programme-12284/saison-24580/>.

33 Entretien d’Olivier Caïra avec la scripte Valérie Chorenslup, extrait inédit, voir Olivier Caïra, « Le métier de scripte face au numérique. Entretien avec Valérie Chorenslup et Nathalie Alquier, présidentes des Scriptes Associés », CinémAction, n° 155, 2015.

34 Par exemple, « Un homme en jean à moitié caché : cette erreur de montage dans ‘The Mandalorian’ qui amuse les fans », article de la rédaction de Paris Match, 25 novembre 2021, <https://www.parismatch.com/Culture/Medias/Un-homme-en-jean-a-moitie-cache-cette-erreur-de-montage-dans-The-Mandalorian-qui-amuse-les-fans-1713476>, consulté le 1er avril 2021.

35 Entre autres citations, « Sérieusement, Disney+, ne coupez pas le Jeans Guy par pitié », Emma Stefansky, « The Newest ‘Star Wars’ Hero Is Jeans Guy », 23 novembre 2020, <https://www.thrillist.com/entertainment/nation/jeans-guy-the-mandalorian-season-2-episode-4>, consulté le 1er avril 2021.

36 Voir Olivier Caïra et Réjane Hamus-Vallée, op. cit., 2020.

37 Parmi les chasseurs de goofs que nous avons interrogés, Félix nous explique ainsi qu’il a vu Prometheus de Ridley Scott à cinq reprises le jour de sa sortie (soit plus de dix heures de visionnage) et qu’il a commencé à trouver des faux raccords dès la deuxième séance.

38 Il est aussi possible de tomber sur un goof « par hasard », en cours de visionnage « simple » ; mais répertorier et chercher le plus possible de goofs dans un film demande un geste spécifique et méthodique.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Tableau : Goofs signalés au début et à la fin du Top 250 des films sur www.imdb.com.
URL http://journals.openedition.org/map/docannexe/image/5451/img-1.png
Fichier image/png, 91k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Caïra et Réjane Hamus-Vallée, « La qualité d’un film est-elle soluble dans le goof ?
Les goûts cinématographiques des chasseurs de goofs »
Mise au point [En ligne], 15 | 2022, mis en ligne le 03 mars 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/map/5451 ; DOI : https://doi.org/10.4000/map.5451

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search