Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros15A-t-on le droit de rigoler bêteme...

A-t-on le droit de rigoler bêtement en France ?
L’évaluation (trop) sérieuse des comédies de Will Ferrell

Antoine Gaudé

Résumés

Explorer la (im)popularité humoristique de Will Ferrell en France, via une étude pragmatique de réception, c’est penser l’humour comme un phénomène culturel et sociologique. Star aux USA, ignoré, voire méconnu, en France, le cas Will Ferrell n’est certes pas unique dans l’histoire de la comédie américaine (Adam Sandler, Chevy Chase, John Candy, John Belushi, etc.), mais le dissensus culturel n’a, semble-t-il, jamais été aussi fort, sa valeur étant toujours discutée et son usage n’étant pas encore réglé entre les différentes cinéphilies. Dans le sempiternel débat qualifiant, distinguant le navet du chef-d’œuvre, l’observation de la réception (presse écrite, forums de discussion, critique universitaire), certes pas exempte de défauts (pas de traçabilité socioculturelle, des goûts, des critères de l’énonciateur, ni de garantie, pour les forums surtout, qu’il ne s’agit pas d’un troll provocateur), offre des pistes de compréhension à la construction sociale et cognitive de l’évaluation des films du comédien de 54 ans. Le rire, véhiculé par la comédie, plus que tout autre plaisir cinématographique, est transculturel et transnational. Cependant, la culture visuelle des publics évolue, s’enrichit, et les modes/normes comiques changent, en fonction des techniques cinématographiques et audiovisuelles (formats), des techniques du corps comique (absurde, burlesque, vanne, etc.) et des contextes culturels de production et de consommation (salles, VOD), ce que les études de réception, via la rhétorique des uns et des autres, les avis personnels, les réflexions, les échanges qui circulent, le commerce de l’humour qui en est fait, révèlent, tout en prolongeant, au-delà du visionnage, l’expérience « Ferrell », ses plaisirs et ses usages au sein des différentes communautés.

Haut de page

Texte intégral

Une persona normale mais transmédiatique

  • 1 Brenda R. Weber, « Puerile Pillars of the Frat Pack: Jack Black, Will Ferrell, Adam Sandler, and Be (...)
  • 2 Jim Whalley, Saturday Night Live, Hollywood Comedy, and American Culture. From Chevy Chase to Tina (...)
  • 3 Nick Marx, Matt Sienkiewicz, Ron Becker, Saturday Night Live & American TV, Bloomington and Indiana (...)
  • 4 Idem, p. 213-230.

1Aux États-Unis, Will Ferrell est une immense star comique, à la persona « normale »1, « saine », diraient certains, il est apprécié des talk-shows pour son côté showman (il fait ses classes au Groundlings, une des nombreuses succursales de l’émission du Saturday Night Live), sa simplicité (marié et père de famille, aucun scandale à l’horizon) et sa bonne humeur. Il est, depuis les années 1990, une figure transmédiatique incontournable (film, doublage, série, télévision, publicité, émission, clip, web-série, DVD, VOD, monographie, biographie parodique, etc.) de la culture populaire américaine : d’abord comme membre actif, en tant qu’acteur et scénariste, du SNL2 (entre 1995 et 2002), dont les célèbres imitations, en particulier celle de l’ex-président George W. Bush (sorte d’équivalent parodique, à l’époque, au super menteur de la marionnette de Jacques Chirac aux Guignols3), l’ont amené jusqu’aux prestigieuses planches de Broadway en 2009 (You’re Welcome America : A Final Night with George W. Bush), puis, avec ses premiers succès (des comédies issues de sketches du SNL4), en tant que co-star (Une Nuit au Roxbury, Superstar, Retour à la fac), ou via de célèbres caméos (Austin Powers, Jay & Bob contre-attaquent, Zoolander, Starsky et Hutch, Serial Noceurs), avant, enfin, d’obtenir ses premiers leading-role à succès (Elfe, Présentateur vedette : la légende de Ron Burgundy, Ricky Bobby : roi du circuit, Les Rois du patin, Frangins malgré eux, Very Bad Cops). Ces derniers lui ont permis de devenir un acteur bankable, et de toucher d’importants cachets (on parle de la barre symbolique des 20 millions de dollars par film !). Et, bien sûr, la création, en 2007, du site, Funny or Die, véritable vivier comique, plus à même de répondre aux nouveaux modes transversaux de consommation, plus malléables, fragmentables et courts, du spectateur contemporain (les sketches du SNL étant également visibles sur YouTube).

  • 5 Brenda R. Weber, « Puerile Pillars of the Frat Pack: Jack Black, Will Ferrell, Adam Sandler, and Be (...)
  • 6 Ron Burgundy, Let me off at the top! My Classy Life & Other Musings, New York, ed. Crown Archetype, (...)

2Dans l’espace médiatique et public américain, Will Ferrell est omniprésent5, rendant accessible, familière, sa persona, sa technique particulière du corps, son esthétique autant que sa réussite personnelle. Il n’est pas étonnant que son personnage de Ron Burgundy soit l’un des plus populaires aux USA (il a sa propre biographie éditée6 !), tant il est la jonction parfaite, c’est-à-dire la plus rassurante, entre télévision et cinéma, via l’activation d’un savoir (cognitif) télévisuel, d’une mémoire intermédiale, par le spectateur américain (bercé par ses personnages du SNL, ses apparitions publicitaires ou dans les talk-shows), permettant la mesure, le jugement, à valence positive, de la qualité de « son » Ron Burgundy, lui-même présentateur d’émission, parlant, en regard caméra, à son public domestique. Un savoir personnellement incorporé, collectivement partagé, permettant un usage réflexif de l’humour de Will Ferrell, à même d’évaluer l’ensemble de ses performances intermédiales, en fonction de paradigmes et de cadres de l’expérience propres à chacun, leur conférant ainsi une infinité de (dé)plaisir.

Un corps enfantin et insaisissable

3Dans ses Dumb Guy Movie – ces comédies américaines centrées sur des idiots (ne le sachant pas !) – la technique du corps de Will Ferrell perturbe, satirise, les normes culturelles, de visibilité, de positions, de discussions, de valeurs légitimes, voire hégémoniques :

  • de l’adulte mature, responsable et raisonné ;

  • de l’homme viril, séducteur, compétiteur, patriarcal, misogyne, sexiste, blanc WASP et hétérosexuel ;

  • de l’amoureux sensible, doux, romantique et féminin ;

  • du corps sportif et athlétique ;

  • de la rêverie capitaliste, matérialiste et consumériste.

  • 7 Richard Corliss, « Will Ferrell’s Glory », 30 mars 2007. Texte disponible en ligne à l’adresse suiv (...)
  • 8 R. Colin Tait, « The Screwball Bromance: Regression, Bisexuality, and Reconfigured Masculinity in S(...)

4Pour cela, sa technique du corps fonctionne, oralement et physiquement – la nudité étant chez lui une arme d’autodérision7, comme une « bombe à retardement », prête à imploser, voire exploser, l’illusoire contrôle de soi, et, donc, du réel. Qu’il soit, le plus sérieusement du monde, un romantique ultrasensible, un number one arrogant ou un père de famille lambda, l’humour de Will Ferrell réside dans cette incapacité à être dans le paraître, dans l’apparence construite, normée et hégémonique de son emploi pendant plus de trente secondes, rattrapé par l’irrationalité des extrêmes8, sorte d’exaltation hystérique, désinhibitrice et infantile, absurde et grossière, générant, rire malaise et/ou rire gras, sympathie, compassion ou antipathie. Certes, l’anarchie, le dérèglement, la suspension, audiovisuelle et narrative, du temps et de l’espace, dans la comédie américaine, pour s’amuser à pointer/dénoncer des tabous, des normes culturelles dominantes (patriarcat, hétéronormativité, capitalisme, etc.), ne commencent pas avec Will Ferrell, loin de là (rien qu’en matière de « bromance », Jerry Lewis et Dean Martin sont les « grands-parents » de Will Ferrell et John C. Reilly). Mais, rarement la masculinité et l’humour absurdes n’ont eu aussi peu de cadre de référence rassurant culturellement : il n’est ni beau ni séducteur ; il n’est ni viril ni taiseux (il n’a donc pas ce petit côté sombre, mélancolique, cynique et/ou mystérieux) ; il chante (mais de manière très aiguë) ; il se travestit (beaucoup) ; il n’est pas étiqueté humour juif, humour subversif, stand-up comedian, etc.

  • 9 Brenda R. Weber, « Puerile Pillars of the Frat Pack: Jack Black, Will Ferrell, Adam Sandler, and Be (...)
  • 10 Susan Wloszczyna, « Wilson and Vaughn: Leaders of the « Frat Pack » », 15 juin 2004. Texte disponib (...)
  • 11 Les transformations physiques de Paul Rudd et Chris Pratt, deux acteurs issus de la comédie, en sex (...)
  • 12 <https://www.youtube.com/watch?v=o5JAPkvnyso>
  • 13 Will Ferrell a été nommé deux fois aux Golden Globes : pour la comédie musicale Les Producteurs (St (...)

5Et contrairement à ses comparses du Frat Pack9, autre label de qualité choisi par la critique Susan Wloszczyna10 (regroupant Ben Stiller, Owen Wilson, Vince Vaughn, Steve Carell, Jack Black, qui ont dominé la comédie américaine et son box-office dans les années 2000), Will Ferrell n’est ni musclé (Stiller), ni dandy (Wilson), ni Actor’s Studio (Carell). Il n’est pas non plus gros (Black), ni costaud (Vaughn), seulement grand et grassouillet – mais la comédie autorise ce genre de corps mous (contrairement aux films d’action11) – et n’a pu se racheter une légitimité artistique auprès de la profession (il s’en amuse d’ailleurs dans un sketch, en chanson, lors de la cérémonie des Oscars en 200812), via d’autres productions13, plus légitimes que la comédie, ou que ses sketches télévisuels, ou ceux sur Internet. Ce côté, un brin absolu, provocateur presque, de rester éternellement un « grand enfant » à plus de 50 ans, émotionnellement instable, innocent, naïf, colérique, doux, à la fois féminin et masculin, trickster dans l’âme, non par refus de grandir, mais par simple plaisir du jeu (mimétique, agonistique, vertigineux, aléatoire), du chant et de la nudité, totalement inoffensif, souvent inapproprié, mais surtout sans un but, auquel on pourrait raccrocher du sens, peut laisser circonspect « grands et petits esprits ».

Comment évaluer sérieusement l’humour « dumb » de Will Ferrell ?

6Quel(s) paradigme(s) analytique(s) activer pour parler « sérieusement » des comédies de Will Ferrell dans l’espace public ? Aux États-Unis, deux grands courants s’opposent, chacun y prêtant des qualités ou des défauts, selon leurs critères instaurés et légitimés par leur institution respective (presse et université) :

  • Les critiques américaines, à l’héritage structuraliste assumé (sous influence française), fustigent, par exemple, le passage mercantile du sketch télévisuel au long métrage cinématographique (Une Nuit au Roxbury, Superstar), où la popularité d’un personnage iconique du petit écran s’adapte forcément mal aux exigences scénaristiques, structurelles et temporelles du feature film (la querelle des formats). Pour ces défenseurs de la narration transparente et aristotélicienne (dont la norme esthétique reste, de près ou de loin, le standard du film hollywoodien classique et/ou néoclassique), la comédie absurde de Will Ferrell délaisse (trop) son mode fictionnalisant et ses corps réalistes, au profit du show excentrique du comédien (technique du corps de l’enfant) et de ses sketches (format court), qui, mis bout à bout, ne développent, ni ne répondent aux multiples questions posées par le film ;

    • 14 R. Colin Tait, « Absurd Masculinity: Will Ferrell’s Time-Bending Comic Persona », The Communication (...)
    • 15 Steve Seidman, Comedian Comedy: A Tradition in Hollywood film, MI : UMI, Research Press, Ann Arbor, (...)

    À l’inverse, les études culturelles (féministe, queer), essentiellement anglo-saxonnes, totalement décomplexées vis-à-vis de la culture populaire, des critères esthétisants et de la multidimensionnalité de ses plaisirs (transmédiaux, intertextuels), préfèrent s’interroger sur l’évolution culturelle de la masculinité absurde14 chez Will Ferrell, dans un contexte post-11 septembre, post-féminisme, post-moderne, jouant de concepts attrayants, tels que la « bromance », l’« adulescent », et trouvant ainsi des motifs d’espoir, de progrès sociaux, donc des qualités originales et édifiantes, dans la capacité du traditionnel comedian comedy, terme emprunté à Steve Seidman15, à s’abstraire de la norme du récit classique hollywoodien, pour altérer l’identité masculine.

  • 16 OCS Max proposait une « soirée Will Ferrell » le vendredi 20 septembre 2019.
  • 17 Eurovision Song Context : The Story of Fire Saga (Dobkin, 2020) est une exclusivité Netflix.
  • 18 Casa de mi padre, Légendes vivantes, En taule : Mode d’Emploi, Very Bad Dads 1&2, Vegas Academy : C (...)
  • 19 Elfe, Présentateur vedette : la légende de Ron Burgundy, Ricky Bobby : roi du circuit, Les Rois du (...)
  • 20 Le film attire un demi-million de spectateurs pour 200 copies et presque 5 millions de dollars de r (...)
  • 21 L’anglicisme des titres américains – ici, The Other Guys et Hangover – n’étant certainement pas ass (...)

7De l’autre côté de l’Atlantique, le marché distribue (encore) les « bons points », en jouant la carte du protectionnisme culturel. En effet, ses comédies ne passent plus par la case « salle de cinéma ». L’institution, encore dotée d’une étiquette « art » légitimatrice, offre rarement, de moins en moins disons, le privilège de devenir un « succès public » (nombre dérisoire de copies, huit pour Ron Burgundy, quatre pour Ricky Bobby…), voire tout simplement d’y figurer (direct-to-dvd, câble16 et maintenant la VOD17). La majorité de ses comédies n’y sortent plus18 (une mauvaise réception américaine condamnant immédiatement sa distribution française). Dans celles qui ont connu du succès au box-office US19, seul Very Bad Cops (McKay, 2010) a été un (demi-)succès en France20, fort d’une promotion (trailer, affiche) mettant en avant les autres stars internationales du casting (Mark Wahlberg, Dwayne Johnson, Samuel L. Jackson et Eva Mendes), la dimension parodique et hybride du buddy movie d’action (très appréciée par la presse critique), et, surtout, la référence du titre français21, évoquant l’immense succès international de Very Bad Trip (Phillips, 2009), beaucoup plus identifiables, reconnaissables pour le public français – générant d’ailleurs des attentes qui ne seront pas toujours comblées. À l’inverse, des sujets, jugés certainement trop américains par les distributeurs, à l’instar de ces comédies sur le sport – le NASCAR dans Ricky Bobby : roi du circuit, la NBA dans Semi-Pro, le patin à glace dans Les Rois du patin – rencontrent un (autre ?) public, plus tard, aux rayons DVD.

  • 22 Il y a eu la « génération télévision » (les comiques sortant du SNL aux USA et de Canal+ en France) (...)

8Si les positions semblaient parfois figées – le sketch et l’humour collaboratif étant synonymes de télévision (et maintenant Internet), tandis que la starification et le feature film restaient réservés à la salle de cinéma, ce qui rend le passage du premier au second complexe aux yeux des essentialistes22 – le commerce et la consommation des objets audiovisuels ont permis une démocratisation significative des plaisirs et des usages. Si l’humour absurde conserve tout de même une étiquette « arty », « intellectuelle » au cinéma en France (Dupieux, La Loi de la jungle, Terrible Jungle dernièrement, même le rentable Olivier Baroux tourne quatre Tuche pour trois Pamela Rose), et souffre donc :

  • dans les salles, de la comparaison avec le rire social, aux biais idéologiques et communautaires, certes plus ambigu, mais également plus ancré localement ;

    • 23 Jon Kelly, « Will Ferrell, The world’s funniest man stays classy – our feature interview from issue (...)
    • 24 À ce titre, il n’est plus surprenant de voir un succès critique et public, comme celui, post-confin (...)

    dans les domiciles, de la comparaison avec le rire malaise, le rire gras et le rire référence, promulgués par toute cette acculturation (audio)visuelle, dispensée par Netflix et YouTube, à savoir des séries et des spectacles de stand-up (et Ferrell ne fait pas de stand-up23), des vignettes plus courtes, et en version originale24.

Will Ferrell face aux cinéphilies françaises

  • 25 Jean-Philippe Tessé, « Apatowrama », in Les Cahiers du cinéma, octobre 2009, n° 649, p. 9-11 ; Vinc (...)
  • 26 Adam McKay a finalement dû se séparer de Will Ferrell pour être pris au « sérieux » à Hollywood ave (...)
  • 27 Mia Galuppo, « Producing Partners Will Ferrell, Adam McKay to Split ». Texte disponible en ligne à (...)
  • 28 La filmographie de Todd Phillips et de Judd Apatow a progressivement pris un virage plus dramatique (...)

9En général, la traditionnelle cinéphilie25 savante française, à l’expertise esthétique, a tendance à justifier ses hiérarchies qualitatives des comédies avec Will Ferrell, par une vision artistique, auteuriste, mettant en avant les noms des réalisateurs et producteurs, tels qu’Adam McKay – qui collaborait avec Will Ferrell depuis 1997 au SNL, mais qui a décidé de poursuivre sa carrière avec des histoires plus « sérieuses »26, loin de son alter ego et de leur « bébé », Gary Sanchez Productions (2006-202027) –, Todd Phillips ou encore Judd Apatow28.

  • 29 Up in Smoke (1978), Cheech and Chong’s Next Movie (1980), etc.
  • 30 Les cinéphiles traditionnels précisant presque toujours qu’il ne s’agit pas d’Ethan Coen, le frère (...)

10Des noms synonymes de succès public dans la première décennie des années 2000 (on y parlait même d’un nouvel âge d’or de la comédie américaine), et dont les œuvres sont souvent jugées plus subversives (politiquement, socialement, culturellement), plus singulières (esthétiquement, artistiquement, techniquement) et, peut-être même, plus drôles (si le plaisir et l’attente comiques sont comblés), ce qui est parfois un « gros mot » (car beaucoup trop personnel et subjectif !), et qui seront (toujours) légitimés par une filiation, un panthéon artistique (généralement hérité du muet ou de la période classique jusqu’à… Tati, voire dorénavant John Hughes, suite à l’envolée populaire des teen-movies, l’expert étant en mesure d’affiner et de corriger ses schémas mentaux). Comme il faut toujours séparer le bon grain de l’ivraie, ils hiérarchisent, défendent donc, la régression pré-adolescente, héritée de Pee-Wee Herman, visiblement plus à même de proposer une identité masculine innocente (inoffensive), imaginative et fluide (à laquelle certains Will Ferrell peuvent prétendre), en opposition, à la régression adolescente, popularisée dès les années 1980 avec les slackers (« branleurs ») et les premières stoner comedy du duo Cheech & Chong29, puis internationalisées par la bande Apatow (Seth Rogen & Co.) qui substitue l’aléatoire de l’absurde (qui est l’équivalent, en comédie, de l’accident « désiré » du réalisme ontologique, mythifié par le néoréalisme), à la maîtrise de la « vanne » et à l’apologie complaisante de la référence, issues d’une culture de masse, qui n’a pas toujours bonne presse en France (blockbuster, comics, série, jeu vidéo). Il en va de même pour les comédies placardisées, illégitimes, à savoir sans auteur, sans style, réalisées par des soi-disant yes man (Sean Anders, Etan Cohen30, Andrew Jay Cohen, Brad Silberling), qui ne parviennent pas à exploiter le talent comique de Will Ferrell. Ici, contrairement à la critique américaine, ce ne sont plus les exigences structurelles du récit qui sont mises en cause, mais la vision de l’auteur, incapable de canaliser, transcender, l’excentricité du comédien dont la partition soliste semble dès lors branchée sur courant automatique.

11Sur une autre planète de la cinéphilie, les experts esthétiques et/ou cognitifs en comédie américaine discutent sur le forum de Mad Movies – institution légitimatrice du cinéma de genre en France –, donnent leurs avis personnels, affectifs, et l’expertise esthétique se noie dorénavant dans la masse d’autres critères qualifiants qui, sans les hiérarchiser, servent de baromètre à leur communauté du rire :

    • 31 La technique du corps de Will Ferrell se prêtant parfaitement au jeu de la fragmentation d’un geste (...)
    • 32 « Sinon, c'est le film que j'attends le plus cette année. Normal, Adam McKay est mon réalisateur de (...)

    commentant (à coup de GIFs31), comparant, spéculant et échangeant sur leurs attentes, leurs satisfactions et déceptions, liées au casting, au trailer, au réalisateur, aux anciens et futurs films32 ;

  • pestant contre le nombre indigent de copies réservé aux films – des sorties techniques qui renforcent la marginalité/spécificité de leur communauté cinéphilique ;

  • observant attentivement les chiffres du box-office US, les premières reviews américaines, voire les récompenses ironiques délivrées aux Razzie Awards – des curseurs faisant foi de la qualité des films, du moins avec plus d’autorité en matière de prédictions que les françaises, jugées élitistes, pompeuses et extrêmes dans leur évaluation, par la communauté Mad Movies ;

    • 33 « J'ai vu la version extended qui allonge un peu trop le film (y a bien 20 minutes de trop), ce qui (...)

    attendant, avec impatience, la version unrated (non censurée) ou extended (longue), garante de l’intégrité de l’œuvre, mais pas forcément du plaisir33 ;

    • 34 « Han ! Et cette fois, le film a intérêt à sortir dans plus de 60 salles en France, et en VOST si p (...)

    s’insurgeant des doublages français34, qui dénaturent le potentiel comique d’une vanne, d’une référence, d’un jeu de mot (la version française étant quasi un motif d’exclusion d’une telle communauté, ce qui n’est pas le cas chez la cinéphilie ordinaire) ;

  • ironisant/désespérant devant les « traductions » de titres de vo… à vo (The Other Guys devenant Very Bad Cops), preuve que la version originale n’est plus un problème pour les distributeurs, du moins tant que sa lecture « préférentielle » sert à orienter le spectateur vers un sens et/ou (créer) une attente, culturellement plus appropriés, c’est-à-dire, dans le cadre de la comédie américaine, moins puritains (plus de « sex », de « crazy » et de « trip » dans nos titres !) ;

  • s’échangeant les liens transmédiatiques d’anciens sketches du site Funny or Die ou du SNL (perpétrant, en cela, la publicité et le commerce de son humour), sans aucune hiérarchisation médiatique, ou concours de capital culturel, mais simplement pour signifier leur attachement sous forme d’hommage et partager/valider leurs goûts ;

    • 35 « Mouais les films avec Ferrell commencent un peu à me poser problème, pas que ce soit mauvais, mai (...)

    débattant35 sur les petits écarts artistiques (classant, de manière fétichiste, leurs films préférés d’Adam McKay – même le moins « bon » McKay permet, comme usage, de sortir de son « blues » quotidien, ou est toujours mieux qu’un Ferrell signé par un yes man) – et esthétiques plaisants (le filmage d’une course poursuite, d’un gag visuel, la représentation d’un cliché, le running gag d’un dialogue, une réplique, etc.), mais aussi déplaisants (le développement des personnages, la moralité bien-pensante du happy end, jugée trop politiquement correcte, les problèmes de rythme et de narration qui leur sautent aux yeux dénigrant la succession de sketches au détriment d’une ligne directrice narrative aristotélicienne claire), preuves que l’expertise esthétique a encore de l’influence (bien qu’elle reste, pour eux, un critère parmi d’autres, même si l’héritage et les registres comiques sont, ici, des critères inopérants). Ils semblent exiger de la part du pôle créatif de la fiction une forme de transcendance du corps comique de Will Ferrell, le dédouanant, presque toujours, de l’échec d’un film. Mais ils « oublient » que Will Ferrell est parfois scénariste de ses films, ou bien qu’Adam McKay et Judd Apatow viennent également de l’écriture télévisuelle, et ainsi, minimisent, aujourd’hui, l’interdépendance des médiums, voire la mise à disposition de l’humour qu’elle engendre (et qui leur plaît visiblement, car ils peuvent en jouir plus rapidement, en un clic) ;

  • éprouvant, comme toujours, des difficultés à parler du plaisir (rire), de l’empathie/sympathie/compassion envers les personnages, provoquée par la performance, la technique du corps « ferrellienne », faisant, apparemment, toujours, plus ou moins, la même chose : « du (pur) Will Ferrell » comme ils disent (les autres aficionados étant censés « comprendre » l’idiot, mais les hermétiques pourront entendre le lourd, les féministes, le bisexuel, etc.), soulignant, globalement, le déficit d’emploi (toujours le même type de rôle, le même « sur-jeu »), de présence (absence de charisme, d’érotisme, de spiritualité, etc.), de persona (trop sage dans la vie, trop fou à l’écran), de discours même (quasiment rien en langue française), autour de l’acteur.

  • 36 « Un navet intersidéral, tout est raté et pas drôle, rien ne fonctionne, ce film est d’un ennui mor (...)
  • 37 « "Plus apprécié que Jim Carrey" Je me marre... Je suis entièrement d'accord, Will est très bon... (...)
  • 38 « Comique lui ? C'est un acteur de merde qui n'a fait que des nanars. Il plombe d'ailleurs le plus (...)
  • 39 Ses comédies, même les plus appréciées, les plus cultes post-DVD, chez la cinéphilie savante, chez (...)
  • 40 « On s’est ennuyé (sauf pendant environ 30’ où j’ai eu la bonne idée de m’assoupir). » (lucmandin)
  • 41 « La première fois de ma vie où j’ai eu envie de quitter une salle de cinéma. » (HocheA)
  • 42 « dire que j’ai payé pour voir ça » (Sylvain B) (source AlloCiné, critiques spectateurs Very Bad Co (...)
  • 43 « Les trois scènes drôles sont dans la bande annonce. » (indie73) ; « En fait, le concept, c'est qu (...)
  • 44 « Attention, méfiez-vous du titre: ça n'a rien à voir avec l'humour décalé de "Very Bad Trip" qui - (...)

12À l’inverse, la cinéphilie ordinaire ne trouve guère les comédies avec Will Ferrell à son goût, s’appuyant sur des concepts symboliques flous, mais absolus – les arguments massue, hérités de l’expertise esthétique (la notation sous forme d’étoiles, le terme « navet »), sont alors légion dans les commentaires – pour communiquer leur évaluation de ses films, dont ils sont (presque) les seuls à savoir quelles définitions, toujours abstraites d’ailleurs, se cachent derrière36. Sur le forum AlloCiné, la discussion, lancée sur Will Ferrell, intitulée « Le comique du XXIe siècle ? » et s’étalant de 2003 à 2017, ne prend jamais, à peine une vingtaine de fenêtres, et les dissonances culturelles restent davantage marquées, ne favorisant pas l’émergence d’échanges de savoirs culturels/cognitifs, entre ceux qui le portent au pinacle, et ceux qui le jugent lourd, grossier, ridicule, vulgaire, idiot, caricatural, ceux qui lui préfèrent Jim Carrey37 ou lui en veulent d’avoir ruiné un Woody Allen (Melinda et Melinda, 2004)38. La tendance se confirme avec les notes spectatorielles39 de ses comédies sur AlloCiné, où la masculinité absurde de Will Ferrell s’avère, au mieux, ridicule, sinon « lourdingue », au pire, insupportable, n’invitant qu’à un seul usage devant ces inénarrables « navets » : la « sieste »40 ou la « fuite »41 (l’avantage d’une expérience cinématographique douloureuse, ennuyeuse, c’est qu’on l’arrête quand on le souhaite, ce qui diminue forcément son impact sur soi, mais la radicalité d’un tel « sacrilège » – et le prix du billet surtout42 – peut avoir des conséquences extrêmes, radicales, sur l’évaluation). Ici, le déficit cognitif sur la technique du corps (ils sont peu familiers des comédies et du registre comique de l’acteur), la persona et la transmédialité de Will Ferrell (les paratextes circulent très peu au sein de la communauté AlloCiné), sur l’histoire intertextuelle du Frat Pack ou du SNL, semble être une barrière trop contraignante, contrariante, défamiliarisante, pour que l’implication du spectateur résiste, et que le rire attendu n’en soit pas affecté (la cinéphilie ordinaire mise énormément sur l’avant-texte publicitaire, en particulier la bande-annonce43, voire le titre44, pour établir ces attentes comiques, d’où ce sentiment de trahison à l’arrivée).

13En France, les comédies avec Will Ferrell étant (désormais) boycottées par la salle de cinéma, qui reste, malgré son déclin (inversement proportionnel au prix de la place), l’institution légitimatrice de la valeur artistique du feature film (en particulier face à l’illégitime direct-to-dvd des années 2000, généralement associé à des séries B, des nanars et/ou des navets qui touchèrent néanmoins d’autres cinéphilies), sa masculinité absurde et son intermédialité demeurent, encore aujourd’hui, l’apanage de quelques experts culturels, esthétique et/ou cognitif, en comédie. Des publics qui ont su, via d’autres pratiques (moins fictionnelles, plus fragmentaires et transmédiatiques), faire circuler, partager, et ainsi transmettre, son humour vers d’autres communautés (dont les critères sont moins portés sur le prestige du récit du feature film ou sur le style singulier d’un réalisateur-auteur). Mais, l’explosion des services de VOD, de cette économie parallèle (aujourd’hui moins coûteuse et moins sacralisée que la salle), à l’instar des chiffres faramineux de visionnage des comédies d’Adam Sandler45 (et son contrat d’exclusivité46) sur Netflix, devrait offrir un espace public plus médiateur à Will Ferrell47, et, ainsi, augmenter sa popularité, du moins déployer davantage son humour, dans l’Hexagone (l’algorithme Netflix étant un prédicateur de goût plus fiable et surtout moins écrasant), le rendant ainsi plus familier, au sein de la cinéphilie ordinaire, s’évitant, par la même occasion, les affres violentes de la cinéphilie essentialiste traditionnelle.

Haut de page

Bibliographie

Marta Boni, « L’humour de la fiction télévisuelle à l’ère du numérique. Paratextes et galaxies du rire », Mise au Point [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 2 mai 2017, consulté le 17 août 2020. URL : <http://journals.openedition.org/map/2370> ; DOI : >https://doi.org/10.4000/map.2370>

Emmanuel Burdeau, Comédie américaine, années 2000, Paris, Les Prairies ordinaires, 2015.

Ryan Hutton, Will Ferrell: Staying Classy – The Biography, 2014.

Vincent Malausa, « En crise, mode d’emploi », in Les Cahiers du cinéma, septembre 2013, n° 692, p. 14-18.

Nick Marx, Matt Sienkiewicz, Ron Becker, Saturday Night Live & American TV, Bloomington and Indianapolis, Indiana University Press, 2013.

Steve Seidman, Comedian Comedy: A Tradition in Hollywood film, MI : UMI, Research Press, Ann Arbor, 1981.

Virginie Spies, « La question des objets médiatiques illégitimes et populaires », Mise au Point [En ligne], 1 | 2009, mis en ligne le 12 août 2013, consulté le 17 août 2020. URL : <http://journals.openedition.org/map/1270> ; DOI : <https://doi.org/10.4000/map.1270>

R. Colin Tait, « The Screwball Bromance: Regression, Bisexuality, and Reconfigured Masculinity in Step Brothers », Journal of Men’s Studies, vol. 24 (1), 2016.

Jean-Philippe Tessé, « Apatowrama », in Les Cahiers du cinéma, octobre 2009, n° 649, p. 9-11.

Brenda R. Weber, « Puerile Pillars of the Frat Pack: Jack Black, Will Ferrell, Adam Sandler, and Ben Stiller », in Murray Pomerance (ed.), Shining in Shadows: Movie Stars of the 2000s, New Brunswick, NJ: Rutgers University Press, 2012.

Jim Whalley, Saturday Night Live, Hollywood Comedy, and American Culture. From Chevy Chase to Tina Fey, New York, Palgrave: Macmillan, 2010.

Haut de page

Notes

1 Brenda R. Weber, « Puerile Pillars of the Frat Pack: Jack Black, Will Ferrell, Adam Sandler, and Ben Stiller », in Murray Pomerance (ed.), Shining in Shadows: Movie Stars of the 2000s, New Brunswick, NJ: Rutgers University Press, 2012, p. 84.

2 Jim Whalley, Saturday Night Live, Hollywood Comedy, and American Culture. From Chevy Chase to Tina Fey, New York, Palgrave: Macmillan, 2010, p. 194.

3 Nick Marx, Matt Sienkiewicz, Ron Becker, Saturday Night Live & American TV, Bloomington and Indianapolis, Indiana University Press, 2013, p. 82.

4 Idem, p. 213-230.

5 Brenda R. Weber, « Puerile Pillars of the Frat Pack: Jack Black, Will Ferrell, Adam Sandler, and Ben Stiller », op.cit., p. 74-75.

6 Ron Burgundy, Let me off at the top! My Classy Life & Other Musings, New York, ed. Crown Archetype, 2013.

7 Richard Corliss, « Will Ferrell’s Glory », 30 mars 2007. Texte disponible en ligne à l’adresse suivante : <http://content.time.com/time/arts/article/0,8599,1605128,00.html>.

8 R. Colin Tait, « The Screwball Bromance: Regression, Bisexuality, and Reconfigured Masculinity in Step Brothers », Journal of Men’s Studies, vol. 24 (1), 2016, p. 70.

9 Brenda R. Weber, « Puerile Pillars of the Frat Pack: Jack Black, Will Ferrell, Adam Sandler, and Ben Stiller », op.cit., p. 72.

10 Susan Wloszczyna, « Wilson and Vaughn: Leaders of the « Frat Pack » », 15 juin 2004. Texte disponible en ligne à l’adresse suivante : <https://usatoday30.usatoday.com/life/movies/news/2004-06-15-frat-pack_x.htm>.

11 Les transformations physiques de Paul Rudd et Chris Pratt, deux acteurs issus de la comédie, en sex symbol (musclé, rasé, bronzé) pour le Marvel Cinematic Universe, en attestent.

12 <https://www.youtube.com/watch?v=o5JAPkvnyso>

13 Will Ferrell a été nommé deux fois aux Golden Globes : pour la comédie musicale Les Producteurs (Stroman, 2005) et la comédie dramatique L’Incroyable Destin de Harold Crick (Forster, 2006).

14 R. Colin Tait, « Absurd Masculinity: Will Ferrell’s Time-Bending Comic Persona », The Communication Review, 17:3, 2014, p. 166-182.

15 Steve Seidman, Comedian Comedy: A Tradition in Hollywood film, MI : UMI, Research Press, Ann Arbor, 1981, 190 p.

16 OCS Max proposait une « soirée Will Ferrell » le vendredi 20 septembre 2019.

17 Eurovision Song Context : The Story of Fire Saga (Dobkin, 2020) est une exclusivité Netflix.

18 Casa de mi padre, Légendes vivantes, En taule : Mode d’Emploi, Very Bad Dads 1&2, Vegas Academy : Coup de poker pour la fac, Holmes and Watson.

19 Elfe, Présentateur vedette : la légende de Ron Burgundy, Ricky Bobby : roi du circuit, Les Rois du patin, Frangins malgré eux, Very Bad Cops, Légendes vivantes, Moi, député : les pourcentages des recettes domestiques et internationales s’évaluent, en moyenne, à 85 % pour le box-office domestique et 15 % pour le box-office international, avec de très faibles recettes en France, en raison des sorties techniques ou du direct-to-dvd. Quand Présentateur vedette : la légende de Ron Burgundy rapporte 85 288 303 dollars sur le sol américain, il n’en rapporte que 20 819 sur le sol français (source IMDb).

20 Le film attire un demi-million de spectateurs pour 200 copies et presque 5 millions de dollars de recette (source IMDb).

21 L’anglicisme des titres américains – ici, The Other Guys et Hangover – n’étant certainement pas assez explicite, familier, voire drôle, pour accrocher le public (adolescent) français, peu à l’aise avec la langue de Shakespeare, la promotion française des comédies américaines ruse très souvent en optant pour des titres plus racoleurs, où des « Crazy », « Sex(y) », « Trip », « Bad » orientent (aguichent) davantage le spectateur.

22 Il y a eu la « génération télévision » (les comiques sortant du SNL aux USA et de Canal+ en France), il y a désormais la « génération YouTube » (Amy Schumer ou Norman Thavaud, pour prendre deux comiques populaires, n’ont pas réussi le « grand saut » de YouTube à la salle de cinéma), voire aujourd’hui la « génération Netflix » (avec son fameux stand-up comedy special, qui semble être le « passage obligatoire », donc légitimateur, pour tous les comiques débutants, tous pays confondus).

23 Jon Kelly, « Will Ferrell, The world’s funniest man stays classy – our feature interview from issue 8 », 15 février 2013. Texte disponible en ligne à l’adresse suivante : <https://www.port-magazine.com/fashion/will-ferrell/>.

24 À ce titre, il n’est plus surprenant de voir un succès critique et public, comme celui, post-confinement, de Tout simplement noir (2020, Zadi), produit parfaitement calibré à l’ère du temps (le mouvement politique Black Lives Matter), à l’instar de la transmédialité de son réalisateur-acteur (également rappeur, humoriste, documentariste, etc.), prouvant ainsi l’efficacité technique (le filmage « documenteur », cognitivement intégré, par les amateurs de série), esthétique (effet [devenu] hyperréaliste de nos jours) et humoristique (rire malaise popularisé par The Office, Parks and Rec., Modern Family, Borat, etc.), y compris en France (mais d’abord en télévision, avec le Inside Jamel Comedy Club), d’un tel patchwork postmoderne.

25 Jean-Philippe Tessé, « Apatowrama », in Les Cahiers du cinéma, octobre 2009, n° 649, p. 9-11 ; Vincent Malausa, « En crise, mode d’emploi », in Les Cahiers du cinéma, septembre 2013, n° 692, p. 14-18 ; Judd Apatow, Comédie, mode d’emploi : entretien avec Emmanuel Burdeau, Paris, Capricci, 2010, 139 p. ; Judd Apatow, Mes héros comiques : entretiens avec Jim Carrey, Ben Stiller, Adam Sandler, Harold Ramis, Lena Dunham, Seth Rogen, Mel Brooks, Amy Schumer…, traduit par Pauline Soulat, Paris, Capricci, 2018, 357 p.

26 Adam McKay a finalement dû se séparer de Will Ferrell pour être pris au « sérieux » à Hollywood avec The Big Short (2015) et Vice (2018) et privilégier des acteurs plus « oscarisables » (Steve Carell, Christian Bale, Ryan Gosling, Brad Pitt, etc.).

27 Mia Galuppo, « Producing Partners Will Ferrell, Adam McKay to Split ». Texte disponible en ligne à l’adresse suivante : <https://www.hollywoodreporter.com/news/producing-partners-will-ferrell-adam-mckay-split-1199961>.

28 La filmographie de Todd Phillips et de Judd Apatow a progressivement pris un virage plus dramatique avec War Dogs (2016) et Joker (2019) – véritable réhabilitation artistique pour Phillips, et Funny People (2009) et The King of Staten Island (2020) pour Apatow.

29 Up in Smoke (1978), Cheech and Chong’s Next Movie (1980), etc.

30 Les cinéphiles traditionnels précisant presque toujours qu’il ne s’agit pas d’Ethan Coen, le frère de Joel Coen, réalisateurs de Fargo, The Big Lebowski, No Country for Old Men, etc.

31 La technique du corps de Will Ferrell se prêtant parfaitement au jeu de la fragmentation d’un geste ou d’une expression pour partager une émotion qui, hors contexte fictionnel, trouve d’autres significations et usages.

32 « Sinon, c'est le film que j'attends le plus cette année. Normal, Adam McKay est mon réalisateur de comédie préféré. » (Gutburger)

33 « J'ai vu la version extended qui allonge un peu trop le film (y a bien 20 minutes de trop), ce qui cause quelques soucis de rythme. » (Booby Lapointe)

34 « Han ! Et cette fois, le film a intérêt à sortir dans plus de 60 salles en France, et en VOST si possible (parce que découvrir Step Brothers en salle en VF, je ne m'en suis pas encore remis). Ceci dit, avec Whalberg et Mendes, ça ne peut que aider le film à gagner en popularité de notre côté de l'Atlantique. » (Mr. Movie)

35 « Mouais les films avec Ferrell commencent un peu à me poser problème, pas que ce soit mauvais, mais j'ai toujours l'impression de voir la même chose, décliné à l’infini genre "Martine à la ferme", et bon ça fonctionne plus trop chez moi. Y a toujours des bons moments qui sauvent le film (Merci Eva Mendes) mais le reste du temps c'est en pilote automatique avec une intrigue de fond dont on se fout royalement (je me suis demandé si le générique était pas une blague au 300000 degré tellement c'était WTF), et puis ça dure bien 20 minutes de trop. Comme certains l’ont dit, ça a l'air de pas mal se retenir aussi (genre la gunfight sans mort et aucune goutte de sang, mouais), et le film a pour lui un assez bon casting (ça fait toujours plaisir de voir Michael Keaton), pas grand-chose d'autre à dire c'est aussitôt vu et aussitôt oublié (enfin bon comme les autres films de McKay au final quoi). » (Cooper)

36 « Un navet intersidéral, tout est raté et pas drôle, rien ne fonctionne, ce film est d’un ennui mortel. » (Arnaud D) ; « Ce navet a tout d’un ratage intégral parce qu’il n’est absolument pas drôle. » (Attila0451) ; « Ce film est un véritable navet, ce qui est dommage au vu du casting plutôt bon… » (Mélanie Gavalet) ; « ce film est une daube fini ! Le temps ne m’a jamais paru aussi long dans une salle de cinéma ! » (Olivier M) ; « C’est une daube infâme, pour la première fois j’ai senti le temps passer devant un film. » (JokerBrand) ; « Cinéphile depuis 20 ans je peux vous assurer que ce film est une daube ! » (2fast) ; « ce film est un gros nanar lourdingue et sans réelle histoire » (Lecureuil37) (source AlloCiné, critiques spectateurs de Very Bad Cops).

37 « "Plus apprécié que Jim Carrey" Je me marre... Je suis entièrement d'accord, Will est très bon... Mais faut pas exagérer !! Jim Carrey reste Jim Carrey, l'un des meilleurs acteurs de ces dernières décennies... Et il le restera encore longtemps ! » (Neonity2000, 18 décembre 2004, forum AlloCiné)

38 « Comique lui ? C'est un acteur de merde qui n'a fait que des nanars. Il plombe d'ailleurs le plus mauvais Woody Allen à ce jour: Melinda et Melinda. » (Thobias, 26 août 2009, forum AlloCiné)

39 Ses comédies, même les plus appréciées, les plus cultes post-DVD, chez la cinéphilie savante, chez les experts esthético-cognitifs, ne font pas l’unanimité, loin de là : Zoolander (2,6), Retour à la fac (2,5), Ricky Bobby : roi du circuit (2,8), Les Rois du patin (2,7), Semi-Pro (2,3), Frangins malgré eux (2,9), même Very Bad Cops, pourtant un (demi-)succès en salle en France, obtient 2,5 de moyenne chez les spectateurs AlloCiné (source AlloCiné).

40 « On s’est ennuyé (sauf pendant environ 30’ où j’ai eu la bonne idée de m’assoupir). » (lucmandin)

41 « La première fois de ma vie où j’ai eu envie de quitter une salle de cinéma. » (HocheA)

42 « dire que j’ai payé pour voir ça » (Sylvain B) (source AlloCiné, critiques spectateurs Very Bad Cops)

43 « Les trois scènes drôles sont dans la bande annonce. » (indie73) ; « En fait, le concept, c'est que les gags de la bande-annonce sont les seuls bons gags du film, donc c'est assez restreint. » (Jacklerouge)

44 « Attention, méfiez-vous du titre: ça n'a rien à voir avec l'humour décalé de "Very Bad Trip" qui -LUI- était vraiment drôle. Celui-là, est nul à chier » (lucmandin)

45 <https://www.presse-citron.net/pourquoi-les-films-dadam-sandler-marchent-ils-autant-sur-netflix/>

46 <https://www.lexpress.fr/actualites/1/culture/netflix-s-offre-adam-sandler-pour-quatre-films-en-exclusivite_1607209.html>

47 Le dernier Will Ferrell, Eurovision Song Contest: The Story of Fire Saga, sorti le 26 juin 2020 sur Netflix, a connu, d’après les chiffres que divulgue la firme, un très bon démarrage. Texte disponible en ligne à l’adresse suivante : <https://wiwibloggs.com/2020/07/01/eurovision-song-contest-the-story-of-fire-saga-netflix-box-office-figures/255686/>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Gaudé, « A-t-on le droit de rigoler bêtement en France ?
L’évaluation (trop) sérieuse des comédies de Will Ferrell »
Mise au point [En ligne], 15 | 2022, mis en ligne le 10 mars 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/map/5525 ; DOI : https://doi.org/10.4000/map.5525

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search