Navigation – Plan du site

AccueilNuméros128À voir, à lireAnne Sgard et Sylvie Paradis, Sur...

À voir, à lire

Anne Sgard et Sylvie Paradis, Sur les bancs du paysage. Enjeux didactiques, démarches et outils

Genève, MétisPresses, 252 pages
Jean-François Thémines
Référence(s) :

Anne Sgard et Sylvie Paradis (dir.), 2019, Sur les bancs du paysage. Enjeux didactiques, démarches et outils. Genève, MétisPresses, 252 p.

Texte intégral

1Quelles formations par ou avec le paysage concevoir pour sensibiliser les citoyens et les futurs citoyens aux dimensions paysagères des territoires ? Comment construire des compétences spatiales, culturelles et politiques permettant de faire que le paysage devienne l’affaire de tous ? Telles sont les questions posées et traitées dans l’ouvrage collectif Sur les bancs du paysage. Enjeux didactiques, démarches et outils, que font paraître aux Éditions MétisPresses à Genève, Anne Sgard, géographe au Département de géographie et d’environnement et à l’Institut de formation des enseignants de l’Université de Genève, et Sylvie Paradis, architecte-urbaniste à l’Université de Clermont-Auvergne.

2Aboutissement d’un programme de recherche financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, l’ouvrage a pour ambition de « réfléchir aux pratiques de formation, outils, terrains [pour] renouveler les formations au et par le paysage » (p. 7). Sa version en livre imprimé rassemble douze textes centrés sur l’analyse d’enjeux de formation au paysage, qu’augmente en ouvrage numérique la présentation de vingt-deux dispositifs pédagogiques supplémentaires (URL : https://www.metispresses.ch/​en/​sur-les-bancs-du-paysage-numerique). Les auteures entendent poser les bases d’une didactique du paysage, celle-ci étant comprise comme une « posture de la recherche [qui] consiste à pratiquer une analyse réflexive insufflée par un doute systématique à l’égard des pratiques d’enseignement et de formation, aussi bien en ce qui concerne les innovations pédagogiques que les pratiques traditionnelles » (p. 20).

3Le premier texte, d’Anne Sgard et Christine Partoune, intitulé Le paysage revisité par la didactique, et réciproquement, présente les grandes lignes d’une didactique qui privilégie les controverses paysagères comme situations de référence pour concevoir les formations. Le questionnement qui en découle est le suivant : comment concevoir le contact des élèves/étudiants/professionnels/citoyens avec le terrain ? Comment faire du paysage un objet et un outil de questionnement et de problématisation ? Comment concevoir les dispositifs de mise en débat ? « Ces pistes considérées comme transversales à tous les contextes de formation que nous observons, de l’école primaire aux formations spécialisées, constituent […] les éléments d’une réflexion didactique commune » (p. 25). Les textes suivant ce chapitre liminaire ont vocation à développer la réflexion et à la spécifier en fonction des contextes de formation.

4Ces contextes sont nombreux : formation des paysagistes, de cadres des ministères en charge de l’environnement et de l’aménagement des territoires, d’enseignants du primaire et du secondaire ; dispositifs de médiation paysagère, de recherche-action en cadre scolaire, de recherche-création en contexte associatif, de recherche-projet dans le cadre de politiques publiques ; enseignements en licence de géographie, en master de développement territorial ou de sciences de l’environnement, etc. C’est un atout de l’ouvrage que de réunir des réflexions issues d’autant de secteurs et pratiques de formation en France, Suisse, Belgique, Italie, Écosse et au Québec.

5La richesse du livre imprimé tient également à l’inscription des chapitres dans l’expérience professionnelle des auteurs. On signalera, sans vouloir être exhaustif, le beau texte de Serge Briffaud, De la disparition de l’automne. Un voyage pédagogique dans le temps des paysages, centré sur les obstacles à travailler en formation de paysagistes ; le chapitre synthétique et informatif de Paola Branduini et Bendetto Castiglioni sur l’Italie où « éduquer au paysage est presque une conquête » (p. 85) ; l’article analytique et prospectif de Richard Raymond et Marie Villot consacré à la formation continue des agents de l’État français (« il s’agit [pour ces agents] peut-être moins de produire un avis sur les paysages proprement dits, ou d’envisager une quelconque expertise technique sur le paysage généré, que de produire un avis sur le caractère démocratique des procédures et des dispositifs mis en œuvre pour saisir ces paysages, ces valeurs et ces attachements » p. 104) ou encore le texte réflexif d’Hervé Davodeau et Monique Toublanc, Les usages pédagogiques du jeu de rôle dans la formation des professionnels du paysage, sur la valeur et les conditions d’une formation aux/par les controverses paysagères.

6Comme on peut s’y attendre à propos de paysage et de formation, les images ont une place de choix, même si elles ne fournissent pas d’axe problématique à l’ouvrage.

  • 1 Haptique : du grec aptomai traduit par je touche, la notion d’haptique articule le toucher à la vue (...)
  • 2 Voir notamment les dispositifs d’ateliers-promenade (Emeline Bailly et Théa Manola), les « paysages (...)

7Tour à tour, elles revêtent des fonctions de représentation d’un « réel » perçu, d’un idéal, d’un projet ou d’une image de soi ; d’exploration et de compréhension de terrains ; de formalisation d’une interprétation ; de restitution d’une expérience ; d’argumentation et de confrontation de points de vue ; d’expérimentation de l’action sur le paysage par l’image, etc. L’ouvrage propose ainsi au lecteur une somme de dispositifs dans lesquels une place centrale est accordée à la production, au commentaire, au partage et à la discussion d’images (photographies, dessins, croquis, cartes, cartes postales, schémas heuristiques, œuvres d’art, vidéos, hyperpaysages, etc.). Les ouvertures sur des perceptions autres que visuelles sont nombreuses, consacrant l’importance de l’haptique1 et des dimensions corporelles, perceptivo-sensitives et affectives dans les apprentissages en formation2.

Illustration

Illustration

« Le paysage depuis la rue Riquet, là où elle passe en pont au-dessus des voies de l'Est, est pour moi l'un des plus beaux de Paris, circonférentiel, immense (Hazan, 2012). Ce lieu du Paris populaire "fait paysage" car il répond au désir de bien-être des populations, à leur aspiration à une beauté non conventionnelle, certes, mais bien réelle »

©Jean-François Seguin

  • 3 Didactique entendu cette fois-ci au sens de « disciplines de recherche qui analysent les contenus [ (...)

8La fécondité de la proposition d’une réflexion didactique commune apparaît nettement quand on se pose la question, centrale en didactique3, du contenu ; à savoir ce qui est « objet d’enseignement et d’apprentissage et qui constitue les savoirs qui sont enseignés et les connaissances que les élèves construisent au fil du temps » (Reuter, 2007, p. 45). Finalement qu’est-ce qui s’enseigne et s’apprend dans les formations par ou avec le paysage ?

9Or, les contenus varient en fonction des cohérences que les formateurs vont trouver, pour des publics très divers (étudiants, professionnels, citoyens) entre les visées qu’ils poursuivent, les références qui légitiment leurs interventions et les tâches qu’ils proposent aux formés (Lebeaume, 2011). L’ouvrage permet d’explorer transversalement ces variations, ce dont rend compte très partiellement la figure 1, en mettant l’accent sur les cadres de référence des formations délivrées. Ces cadres de référence peuvent être des disciplines scientifiques (en formation initiale), des métiers plus ou moins constitués (en formation continue), une expertise en construction ou en demande de reconnaissance (pour les formations spécialisées), une expérience à vivre, à mettre en images et en mots pour la conscientiser (dans des formations plus généralistes). Mais, jamais au fil des textes, ces cadres ne semblent exclusifs les uns des autres ; et certainement, l’objet paysage tel que les auteurs le définissent dès l’entrée, à savoir comme relation au monde, aux autres et à soi-même, permet-il et nécessite-t-il même ces dialogues, au sein de chaque texte comme à l’échelle de l’ouvrage.

Figure 1. Repérage des variations de contenu des formations par ou avec le paysage à partir de leurs cadres de référence

Figure 1. Repérage des variations de contenu des formations par ou avec le paysage à partir de leurs cadres de référence

La figure positionne des dispositifs de formation analysés dans le livre imprimé en fonction des cadres de référence qui prévalent pour leur mise en œuvre.

10En didactique, la notion de contenu se décline aussi sur le versant apprentissages. Aux finalités affichées des formations se surimposent les finalités effectives des formateurs et celles comprises, attribuées par les personnes en formation. Aux références qui légitiment l’action des formateurs, s’ajoutent, se confrontent, réagissent celles qui valent pour les personnes en formation : leurs conceptions de la connaissance, de leur professionnalité, de l’action publique et… du paysage. Quant aux tâches proposées, on sait bien que dès leur énonciation, elles sont objet d’interprétation, ce qui est le propre de toute activité, de tout travail. Dès lors, qu’est-ce que les personnes apprennent par, avec, autour du paysage dans ces formations ? L’ouvrage est moins documenté à ce sujet. Mais certains auteurs (Serge Briffaud ; Richard Raymond et Marie Villot ; Pierre Dérioz, Philippe Bachimon, Maud Loireau et Laurent Arcuset), identifient des difficultés qu’ils rencontrent avec des étudiants ou des agents de l’État dans la réalisation de leurs projets de formation. Il ne s’agit pas de pointer ici un manque, tant comprendre les logiques d’apprentissage que les formations devraient pouvoir anticiper, demeure la part du défi scientifique et professionnel des didactiques le plus ardu à relever. Il s’agit de souligner que cette perspective est à portée d’une didactique du paysage que l’ouvrage balise fortement.

11Un ouvrage à découvrir donc pour la richesse des expériences relatées, pour la qualité de réflexivité dont font preuve une partie des auteurs, pour la contribution collective enfin à une approche didactique de l’enseignement des controverses qui peine, par ailleurs, à trouver place dans les pratiques d’enseignement primaire et secondaire français (Audigier, Sgard et Tutiaux-Guillon, 2015).

Haut de page

Bibliographie

Audigier F., Sgard A., Tutiaux-Guillon N. (2015). Sciences de la nature et de la société dans une école en mutation. Fragmentations, recompositions, nouvelles alliances ? Bruxelles : De Boeck.

Lebeaume, J. (2011). « L’éducation technologique au collège : un enseignement pour questionner la refondation du curriculum et les réorientations des disciplines ». Éducation et didactique. En ligne : http://journals.openedition.org/educationdidactique/1178

Reuter Y., éd. (2007). Dictionnaire des concepts fondamentaux des didactiques. Bruxelles : De Boeck.

Haut de page

Notes

1 Haptique : du grec aptomai traduit par je touche, la notion d’haptique articule le toucher à la vue rapprochée, le tactile au visuel, ce qui pour le paysage peut se concrétiser par des pratiques de prélèvement, de saisie par fragments.

2 Voir notamment les dispositifs d’ateliers-promenade (Emeline Bailly et Théa Manola), les « paysages en marchant » (Hélène Duence).

3 Didactique entendu cette fois-ci au sens de « disciplines de recherche qui analysent les contenus […] en tant qu’ils sont objets d’enseignement et d’apprentissages […] » (Reuter, 2007, p. 69).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration
Légende « Le paysage depuis la rue Riquet, là où elle passe en pont au-dessus des voies de l'Est, est pour moi l'un des plus beaux de Paris, circonférentiel, immense (Hazan, 2012). Ce lieu du Paris populaire "fait paysage" car il répond au désir de bien-être des populations, à leur aspiration à une beauté non conventionnelle, certes, mais bien réelle »
Crédits ©Jean-François Seguin
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/3978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Titre Figure 1. Repérage des variations de contenu des formations par ou avec le paysage à partir de leurs cadres de référence
Légende La figure positionne des dispositifs de formation analysés dans le livre imprimé en fonction des cadres de référence qui prévalent pour leur mise en œuvre.
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/3978/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Thémines, « Anne Sgard et Sylvie Paradis, Sur les bancs du paysage. Enjeux didactiques, démarches et outils »Mappemonde [En ligne], 128 | 2020, mis en ligne le 01 juillet 2020, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/mappemonde/3978 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mappemonde.3978

Haut de page

Auteur

Jean-François Thémines

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Avignon Université
  • Logo UMR ESPACE
  • Logo Institut national des sciences humaines et sociales (INSHS)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search