Skip to navigation – Site map

HomeIssues131ImagesMapathon 2020Un flipbook pour représenter des ...

Images
Mapathon 2020

Un flipbook pour représenter des mobilités

Anne-Christine Bronner and Françoise Bahoken

Full text

1La question de la carte animée dans le cadre du Mapathon du colloque Tous (im)mobiles, tous cartographes ? (cartomob.sciencesconf.org) a été traitée de façon originale par la réalisation d’un flipbook par Maxime Salles, du collectif les Artisans Cartographes.

2Le collectif les Artisans Cartographes est féru des approches cartographiques originales. Il propose des représentations inédites du territoire alliant les savoirs et savoir-faire du ou de la cartographe-géomaticien·ne, notamment de solides connaissances dans la collecte et la mobilisation de la donnée géographique, les méthodes et outils des Systèmes d’Information Géographiques (SIG), à une démarche artisanale de création et de confection de la carte. Citons, sans être exhaustives, leurs jeux de cartes à jouer sur Nantes, Lyon, Le Havre ; leurs mappzles et autres cartes à déguster ; la carte En 2017, tous les chemins mènent au Havre qui représente finement les tracés routiers menant au Havre sous la forme d’un chevelu hydrographique... Ils initient également le fanzine Mercator pour honorer la vivacité actuelle de la production cartographique francophone.

3Cette contribution est portée par Maximes Salles. Elle prend la forme d’un flipbook, c’est-à-dire d’un petit livre formé d’une collection d’images successives, que l’on visualise en la feuilletant avec le pouce pour créer une animation.

4Maxime Salles décrit sa proposition en ces termes : « Le nombre de passagers transportés de et vers la Corse varie fortement en fonction des saisons. Pour représenter cette saisonnalité, j’ai choisi d’utiliser le flipbook. D’un coup de pouce agile, la Corse s’anime. Les points proportionnels grossissent et rapetissent donnant l’impression que le cœur de la Corse bat au rythme des saisons. »

5On comprend dès lors pourquoi le jury du Mapathon a été séduit par le recours à juste titre au procédé du flipbook pour représenter des mouvements aériens.

6La carte résulte, quel que soit le contexte de sa réalisation, d’une série de choix.

7Le choix, ici, est de fabriquer un objet artisanal, réalisé à la main, pour maîtriser l’animation d’un phénomène dynamique : le flipbook. C’est aussi celui d’une visualisation réalisée avec la technique classique du stop motion utilisée pour certains dessins animés ou films d’animation, c’est-à-dire la succession d’images statiques nécessaires à la perception d’un mouvement.

8Le choix du territoire représenté répond à l’objectif de porter un message cartographique simple et clair : la forme de la Corse isolée sur un fond bleu se reconnaît aisément. Sur le plan thématique, la saisonnalité des navettes aériennes fait varier significativement le nombre de passagers sur les quatre aéroports mentionnés. Les cartes ont été créées avec arcGIS.

9Le choix du traitement cartographique des données (sous arcGIS) s’est fondé sur leur dimension temporelle, avec une attention portée au choix d’un pas de temps mensuel pour agréger le nombre de passagers pour la période 2010-2019 et créer la succession de cartes. Le « calibrage » de la taille des cercles proportionnels et le jeu des couleurs avec un choix harmonieux des différents tons ont pour objectif de bien différencier le fond et forme, le contenant et le contenu.

Figure 1. Copie écran du flipbook

Figure 1. Copie écran du flipbook

Réalisé par Maxime Salles (collectif Artisans cartographes)

10L’impression, le découpage et l’assemblage manuel finalisent l’objet cartographique. C’est l’étape du choix du papier et de son épaisseur, pour assurer le caractère opérationnel du flipbook, qui passe également par la maîtrise d’un bon cutter et de la patience, une imprimante à jet d’encre et un stock de cartouches.

11La cartographie, dont la définition officielle identifie qu’elle est à la fois une science, une technique et un art se retrouve pleinement dans la démarche proposée par les artisans cartographes, avec cette attention portée à la création d’objets à manipuler (flipbook, pliages…) et un soin particulier porté à la qualité des productions (jeux de cartes à jouer, sérigraphie ou impression offset...).

12C’est là un autre pan de la science reproductible et ouverte, celle qui permet à tout un chacun de fabriquer des cartes, y compris dans le cadre d’une conception artisanale.

13

Figure 2.Le flipbook : « D’un coup de pouce agile, la Corse s’anime »
Credits : Maxime Salles

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Copie écran du flipbook
Credits Réalisé par Maxime Salles (collectif Artisans cartographes)
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/6320/img-1.jpg
File image/jpeg, 74k
Top of page

References

Electronic reference

Anne-Christine Bronner and Françoise Bahoken, “Un flipbook pour représenter des mobilités”Mappemonde [Online], 131 | 2021, Online since 08 July 2021, connection on 18 August 2022. URL: http://journals.openedition.org/mappemonde/6320; DOI: https://doi.org/10.4000/mappemonde.6320

Top of page

About the authors

Anne-Christine Bronner

By this author

Françoise Bahoken

By this author

Top of page

Copyright

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search