Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132À voir, à lireHala Bayoumi et Karine Bennafla, ...

À voir, à lire

Hala Bayoumi et Karine Bennafla, Atlas de l’Égypte contemporaine, CNRS Editions

Anne Bouhali
Référence(s) :

Bayoumi H. et Bennafla K. (2020). Atlas de l’Égypte contemporaine, CNRS Editions

Texte intégral

1Après un Atlas de Jordanie en 2013, un Atlas du Liban en 2016, l’année 2020 voit la publication d’un Atlas de l’Égypte contemporaine sous la direction de la géomaticienne Hala Bayoumi et de la géographe Karine Bennafla, alors respectivement ingénieure de recherche et directrice du Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales (CEDEJ). Cet ouvrage a bénéficié d’un partenariat entre l’institution française et le CAPMAS, équivalent égyptien de l’INSEE, une institution qui a permis l’accès et l’utilisation des données du dernier recensement national de 2017. Comme le soulignent les autrices dans l’introduction, cet Atlas de l’Égypte contemporaine est d’autant plus important qu’il vient combler un vide éditorial. En effet, le dernier travail de recherche à avoir pu utiliser les données censitaires égyptiennes était un programme dirigé par les géographes Éric Denis et François Moriconi-Ebrard qui avait donné lieu à la publication en 2003 d’un cédérom et d’un fascicule, Un siècle de recensement – Égypte, aujourd’hui tous deux introuvables.

2L’atlas, très agréable à lire et facile à prendre en main, a su associer à une cartographie soignée, réalisée par la cartographe Claire Gillette, une iconographie très riche constituée, entre autres, de photographies d’archives et actuelles, de frises chronologiques, d’images satellite et autres extraits cadastraux. Pluridisciplinaire, l’ouvrage rassemble les contributions de géographes, de sociologues, d’historiens, d’anthropologues, de politistes ou encore d’économistes. Il regroupe les participations de nombreux chercheurs français, européens, mais aussi égyptiens, et donne ainsi à voir le dynamisme de la recherche en sciences sociales en Égypte et sur l’Égypte. Il témoigne également tant du renouvellement de cette recherche, du fait de la participation à ce projet de nombreux doctorants et jeunes chercheurs, que de la diversité des thématiques abordées aujourd’hui. L’ouvrage est divisé en sept parties qui permettent de balayer des sujets très variés et qui font, notamment, la part belle à la question environnementale, véritable enjeu des décennies à venir pour l’Égypte.

3La première partie, à visée historique et géopolitique, a pour but, comme le soulignent les autrices, d’« éclairer le temps présent » et de montrer le déclassement progressif et la perte d’influence de l’Égypte au sein de sa région, notamment à travers la question de la gestion conflictuelle de l’eau du Nil, ou celle des tensions qui se jouent dans les marges du territoire national que sont le Sinaï et le triangle d’Halayeb, zone disputée à la frontière avec le Soudan. Les migrations ne sont pas oubliées et sont présentées à l’échelle du pays et à celle du Grand Caire, permettant d’insister sur le fait que l’Égypte est aussi pays d’immigration, dans la lignée des travaux récents, ou en cours, sur ces questions (Picard, 2013 ; Aguillon et Lagarde, 2013 ; Brücker, 2017). Un petit bémol, peut-être, dans cette première partie qui propose un cadrage assez large : la question de l’insertion de l’Égypte dans la mondialisation en est absente, une échelle d’analyse qu’il aurait été intéressant d’aborder.

4La deuxième partie est dédiée à la vie politique égyptienne et a bénéficié des derniers travaux menés par le CEDEJ sur les élections égyptiennes. Elle permet de rendre compte de la complexité de la vie politique nationale et de présenter les nombreux acteurs qui l’animent — mouvements islamistes, femmes et mouvements féministes, partis politiques en pleine recomposition aujourd’hui, ou encore mouvements protestataires ouvriers. On remarquera, en particulier, une double-page consacrée à la constitution égyptienne, particulièrement utile au vu de la complexité du sujet et de son actualité brûlante et sans cesse changeante depuis la révolution de 2011. On regrettera, cependant, que la question du « printemps égyptien », de ses conséquences spatiales et sociales et surtout de sa répression, qui s’est particulièrement accentuée depuis l’arrivée au pouvoir du Maréchal Al-Sissi, ne fasse pas l’objet d’un traitement en tant que tel. Seul un petit paragraphe lui est consacré dans un chapitre plus large et plus étendu chronologiquement qui traite des révolutions et des révoltes politiques depuis le XIXe siècle. Certes, cette approche historique permet de mettre cette révolution en perspective, mais cela reste insuffisant au regard de l’importance politique, sociale et économique de cet événement. C’est d’autant plus dommage que les travaux sur la révolution populaire réalisés par des chercheurs membres ou affiliés au CEDEJ ne manquent pas (voir notamment Stadnicki, 2014 ; Rougier et Lacroix, 2015).

5La troisième partie de l’atlas brosse un portrait de la société égyptienne et de sa démographie et exploite plus particulièrement les données statistiques obtenues grâce au partenariat avec le CAPMAS. Sont présentées diverses facettes de la société égyptienne : l’état de la croissance démographique égyptienne tout d’abord, de la fécondité et de la nuptialité, les niveaux de scolarisation et d’instruction, ou encore l’état de santé de la population. Il aurait été pertinent de compléter ces pages par un chapitre plus prospectif, dans la lignée des travaux menés par le démographe Youssef Courbage, afin de mettre davantage en valeur les grandes questions auxquelles le pays va être soumis au XXIe siècle. Une double-page est consacrée à la jeunesse égyptienne, dont le poids démographique et le rôle central dans la révolution de 2011 et dans les mouvements politiques qui agitent aujourd’hui l’Égypte en font un des grands défis. Néanmoins, on regrettera, là encore, que ce chapitre reste globalement peu disert sur les engagements politiques, parfois antagonistes, de cette jeunesse égyptienne et, surtout, sur la répression subie par les mouvements politiques portés par les jeunes aujourd’hui. Un tout petit paragraphe assez élusif leur est consacré, autant d’ailleurs que pour présenter la politique d’Al Sissi en direction de la jeunesse. Par ailleurs, la photographie du président entouré de jeunes lors d’une conférence pour le développement économique en 2015 n’apporte pas grand-chose au discours, et accentue justement le déséquilibre de traitement de ce sujet.

6La quatrième partie est entièrement dédiée à la région du Grand Caire, en raison de son hégémonie au sein du territoire égyptien, mais aussi de la qualité et de la quantité de travaux universitaires qui l’ont étudiée. Les thématiques traitées y sont nombreuses et variées : l’aménagement de l’agglomération, autour de la question des villes nouvelles notamment ; son urbanisme, avec une double-page très intéressante sur l’urbanisme sécuritaire à l’œuvre depuis la contre-révolution dans le centre-ville de la capitale ; l’étalement urbain toujours galopant, qui se fait au détriment des terres agricoles, comme le montrent des extraits très parlants d’un plan cadastral d’un quartier d’habitat populaire auto construit (figure 1).

7La géographie sociale y tient une place de choix, autour des questions de pauvreté et d’exclusion, notamment, qui sont traitées à travers des études de cas ciblées sur des quartiers jusqu’alors peu étudiés. Les sujets croisant études urbaines et environnement ne sont pas oubliés : autour de la question des déchets, tout d’abord, un sujet qui a connu de très nombreux travaux universitaires ces dix dernières années, auxquels les auteurs de la double-page ont largement contribué, ou encore de l’îlot de chaleur urbain en contexte de changement climatique. Les pages qui présentent la nouvelle capitale dont l’aménagement a été lancé sous Al-Sissi, bienvenues et nécessaires étant donné l’enjeu politique et urbain que ce projet colossal représente, sont peut-être les moins convaincantes de cette section, car elles en restent un peu trop à des considérations factuelles, au détriment des aspects plus politiques et critiques de ce grand projet : quelles sont les sources de financement de la nouvelle capitale ? Pour qui cette ville est-elle construite, qui seront ses habitants, et qui ne pourra pas y habiter, s’y transporter, y travailler ? Enfin, quels seront les impacts de cette nouvelle étape d’un développement de la ville en périphérie depuis les années 1970, une problématique centrale dès qu’on parle du Caire, où les politiques urbaines construisent la ville hors la ville depuis une cinquantaine d’années.

8La cinquième partie est particulièrement intéressante, car elle met en valeur des sujets moins fréquents et des terrains moins arpentés par les chercheurs, notamment européens, en raison du tropisme cairote très fort dans les études urbaines en Égypte : le front pionnier du delta du Nil, un zoom sur les oasis de Kharga et de Siwa, le Sinaï et ses grands projets, les villes du canal de Suez. La double-page dédiée à la population nubienne en Égypte est à noter, car elle met en lumière une minorité linguistique marginalisée.

9La partie suivante croise environnement et économie et aborde la question de la durabilité environnementale. La première double page brosse, à grands traits généraux, un tableau de l’économie égyptienne, mais elle reste très descriptive et, malheureusement, elle n’aborde pas la crise économique qui sévit en Égypte et l’explosion de la pauvreté. De même, la question de la balance commerciale n’y est pas abordée : quid du secteur de l’import-export, pourtant largement touché par la crise économique ? Quel état de la pauvreté aujourd’hui dans le pays ? On aurait aimé une étude un peu moins désincarnée et plus politique. En écho à cela, les doubles-pages consacrées, pour l’une, à la crise alimentaire et à la réforme des subventions à la consommation, pour l’autre à la « face réelle de l’économie égyptienne » sont plus convaincantes et permettent de saisir rapidement les difficultés sociales et politiques auxquelles fait face la société égyptienne. Les paragraphes dédiés à l’économie dite informelle sont très intéressants et insistent, notamment, sur le rôle toujours central de l’armée dans l’économie égyptienne. Enfin, la question rurale n’est pas oubliée dans cet atlas, à travers une étude originale de la filière du lait, une double-page traitant de la mise en culture du désert et une autre encore portant sur l’état des campagnes, bienvenues dans une recherche plutôt urbaine.

10La dernière partie porte sur les questions de culture et de patrimoine. La page sur le cinéma égyptien permet une analyse très intéressante de la place du pays dans la région et sur sa perte de vitesse par rapport à d’autres pays émergents comme la Turquie, et donne ainsi envie d’en lire davantage (figure 2).

11En comparaison, la double page dédiée à la bibliothèque d’Alexandrie est beaucoup moins réussie. On aurait aimé, au-delà de simples considérations sur son architecture, en savoir plus sur son succès, son public, son rôle pour les étudiants et les universités égyptiennes, ou encore la politique culturelle qu’elle porte.

12L’atlas se clôt par une bibliographie concise qui permet de donner des pistes pour poursuivre l’étude et la lecture sur les diverses thématiques qui y sont abordées, et qui propose ainsi un état des lieux rapide et utile sur les travaux récents, en français et en anglais, portant sur l’Égypte.

13L’Atlas de l’Égypte contemporaine est un ouvrage réussi, agréable à lire et très riche. Les lecteurs auront entre les mains une belle synthèse des grandes problématiques qui animent la société et les territoires égyptiens, appuyée sur une iconographie variée et bien exploitée. L’atlas propose ainsi un éclairage très actuel sur l’Égypte d’aujourd’hui qui sera utile tant aux chercheurs et aux étudiants qu’au grand public, grâce à sa facilité de lecture et à sa cartographie très claire. Une excellente nouvelle : cet atlas est désormais consultable en ligne (https://books.openedition.org/​editionscnrs/​37347) et son iconographie est disponible au téléchargement. Une traduction de l’ouvrage est également prévue, en anglais et en arabe, afin de rendre accessible ce travail au public égyptien, ce qui contribuera aussi peut-être à la diffusion de la recherche francophone en direction d’une audience plus volontiers anglophone. En dépit de toutes les qualités de ce travail, on pourra néanmoins regretter le fait que les grands débats politiques et les violences qui touchent aujourd’hui le pays et la population n’apparaissent qu’en filigrane dans les textes, ce qui est très étonnant au regard de l’actualité politique égyptienne extrêmement tendue. Cela pose la question, peut-être plus globalement, de la possibilité de travailler sereinement ces questions dans l’Égypte actuelle, et ce d’autant plus dans le cadre d’un travail mené en partenariat avec une administration égyptienne.

Haut de page

Bibliographie

Aguillon M.-H., Lagarde D. (2013). Saloum, du poste frontière au camp de réfugiés : Les exilés de Libye deux ans après. Rapport de recherche, LPED ; La Cimade. En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01306451

Brücker P. (2017). « Introduction - Les migrations internationales dans l’Égypte postrévolutionnaire ». Égypte/Monde arabe, troisième série, 15 | 2017, mis en ligne le 05 juin 2017, consulté le 19 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ema/3654 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ema.3654

Picard J. (2013). Le Caire des migrants africains chrétiens : impasse migratoire et citadinités religieuses. Toulouse : Université Toulouse 2 Jean-Jaurès, thèse de doctorat de géographie, 466 p.

Rougier B., Lacroix S. (2015). L’Égypte en révolutions. Paris : Presses universitaires de France, 328 p. ISBN 978-2-13-060785-4

Stadnicki R. (2014). « Introduction. Les acteurs urbains à l’épreuve de la transition en Égypte ». Égypte/Monde arabe, troisième série, 11 | 2014, mis en ligne le 11 avril 2014, consulté le 19 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ema/3258 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ema.3258

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’évolution du plan cadastral d’Ard el-Lewa (Imbaba)
Crédits https://books.openedition.org/​editionscnrs/​docannexe/​image/​37502/​img-1.jpg
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/6428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Titre Figure 2. Le cinéma égyptien au Machrek entre 2011 et 2016
Crédits https://books.openedition.org/​editionscnrs/​docannexe/​image/​37627/​img-2.jpg
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/6428/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Bouhali, « Hala Bayoumi et Karine Bennafla, Atlas de l’Égypte contemporaine, CNRS Editions »Mappemonde [En ligne], 132 | 2021, mis en ligne le 10 décembre 2021, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/mappemonde/6428 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mappemonde.6428

Haut de page

Auteur

Anne Bouhali

MCF, Université de Picardie, UR 4287 Habiter le monde

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search