Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132ArticlesAnalyse des formes d’adaptation s...

Articles

Analyse des formes d’adaptation spatiale aux touristes chinois. Le cas de Patong (Phuket, Thaïlande)

Spatial adaptation to Chinese tourists. The case of Patong (Phuket, Thailand)
Análisis de las formas de adaptación espacial al turismo chino. El caso de Patong (Phuket, Tailandia)
Meng Li

Résumés

Autrefois marginale, la population touristique chinoise est devenue, depuis 2015, la première à fréquenter la Thaïlande. Les touristes chinois ont donc aujourd’hui accès à des lieux qui ont été pensés, aménagés et fréquentés depuis environ un demi-siècle par des touristes européens et américains. Ce changement de paradigme implique peut-être, c’est l’hypothèse formulée ici, une adaptation des équipements (que nous nommerons « formes spatiales ») par les opérateurs locaux, pour les nouveaux arrivants. Pour répondre à cette question, cet article se penche sur le cas de Patong, la principale agglomération de l’île de Phuket au sud du pays. On observe que, depuis le début des années 2000 (notamment après le tsunami de 2004), une réorganisation des espaces est de plus en plus visible, soutenue par l’implantation d’acteurs venus, pour partie, de Chine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Jusqu’en 2015, la République populaire de Chine (RPC) était l’économie qui connaissait l’accroissement le plus rapide au monde, avec un taux de croissance moyen de 6 % sur 30 ans (FMI, 2015). Ce développement, engagé avec les réformes lancées par Deng Xiaoping à l’orée des années 1980, a généré, en outre, l’apparition d’un tourisme international chinois en forte augmentation numérique depuis le début des années 2000 (Arlt, 2006). Depuis 2012, la Chine est même le plus grand pays pour les dépenses touristiques à l’international. Plus précisément, entre 1992 et 2012, le nombre de départs et les dépenses à l’étranger ont augmenté entre 15 % à 45 % chaque année (deux pics étant observables, de 1996 à 1997 et de 2003 à 2004 ; OMT, 2015). En 2012, le nombre des voyageurs internationaux chinois a dépassé 100 millions, un chiffre qui progresse encore depuis.

2L’Asie du Sud-Est constitue la région qui a absorbé la plus grande partie de ces flux (notamment grâce à des politiques d’exemption de visa entre pays de l’ASEAN ; association des nations du Sud-est asiatique). Certes, « Hong Kong et Macao sont les destinations d’outre-mer qui reçoivent 70 % de tourisme international chinois depuis 2004 », mais « le flux spatial du tourisme chinois se réoriente progressivement vers d’autres destinations étrangères depuis l’année 2013 ». (Dai B. et al., 2017). Située à 3 200 kilomètres d’avion de Pékin, avec un décalage horaire de seulement 2 heures, la Thaïlande est ainsi devenue, depuis 2015, la première destination pour les touristes internationaux chinois (CNTA, 2016). En comparant les destinations les plus courues dans ce continent, on constate même que le nombre de touristes chinois en Thaïlande a augmenté plus vite que celui de ceux qui se dirigent vers les autres pays, surtout en 2009 (avec une hausse de 56,9 % par rapport à l’année précédente : Untong, 2015). Aujourd’hui, les touristes chinois, chaque année de plus en plus nombreux, se pressent dans ce pays pour y passer l’hiver et profiter d’un dépaysement que leurs prédécesseurs (les touristes occidentaux, depuis les années 1960) avaient eux-mêmes largement contribué à créer (nous y reviendrons plus bas). C’est pourquoi, d’une fréquentation marginale, la population chinoise est devenue la première à fréquenter cet espace, impliquant, peut-être, le développement de produits touristiques pensés depuis la Chine, mais aussi une possible adaptation des opérateurs locaux aux nouveaux arrivants. C’est sur ce dernier point que cet article souhaite se pencher, en analysant les formes d’adaptation spatiale développées dans le cas d’une ville (Patong) que nous présenterons ensuite.

  • 1 Un travail trilingue auprès de 10 bases de données : en français (Fichier central des thèses ; Pers (...)

3Avant cela, disons d’abord que si le tourisme international chinois est un phénomène amplement observé et commenté aujourd’hui, les analyses scientifiques se concentrent encore majoritairement sur ses aspects économiques. Une interrogation de plusieurs bases de données1 montre que le tourisme en Thaïlande est d’abord un sujet traité selon ses aspects économiques, voire les impacts sociaux et humains (ressources humaines) qu’implique le développement du tourisme chinois. La plupart des textes insistent sur le développement de l’économie, la protection de l’environnement et du patrimoine et, également, sur la prostitution. L’adaptation reste encore un sujet marginal, à l’exception des sciences de gestion, qui y portent un intérêt économique. La majorité des articles sont, d’ailleurs, publiés dans cette discipline, avec un accent particulier sur la « satisfaction des touristes chinois en Thaïlande », et les « stratégies du développement du tourisme chinois en Thaïlande ». Les méthodologies adoptées font la part belle à une approche économique et gestionnaire, avec l’objectif affiché de proposer des « solutions » aux « problèmes » constatés sur place.

4Cet article propose de se pencher sur l’adaptation en cours en Thaïlande, réalisée pour accueillir les touristes chinois. La question de l’adaptation est toutefois multiforme et vaste. Selon le site Géoconfluences2, ce concept est utilisé pour comprendre « la capacité d’un système, d’une région ou d’une communauté, à ajuster ses mécanismes et sa structure pour tenir compte des changements environnementaux réels, potentiels ou supposés. L’ajustement peut être spontané ou planifié, il peut se produire en réponse ou en prévision (voir principe de précaution) ». Certes, cette idée a beaucoup été utilisée pour décrire les conséquences de la mondialisation, en particulier celles liées au changement climatique (Smit et Wandel, 2006). Elle fait donc encore beaucoup référence à des travaux de géographie physique, inspirés par la question des milieux de vie, posés initialement par Paul Vidal de la Blache. Nous avons, toutefois, choisi d’importer ici cette idée pour comprendre l’impact du tourisme chinois sur les sociétés locales et leurs espaces, car « l’adaptation dépend de l’acceptabilité du tourisme, du touriste et de ses impacts par les populations et les territoires » (Cholat et al., 2019). Ces touristes sont, en effet, aujourd’hui très nombreux, là où ils étaient minoritaires hier. En définissant l’adaptation « comme l’ensemble des ajustements des pratiques et des activités développées par les différents acteurs » (Cholat et al., 2019), l’hypothèse de cet article est que ce changement, brutal et dense, a des effets sur les acteurs économiques, qui choisissent, ou non, de s’adapter à cette population. Nous verrons également que l’adaptation peut être « subie », suite à un processus d’appropriation des différents espaces touristiques sur l’île de Phuket. Auquel cas, nous envisagerons l’appropriation comme « la mise en évidence des rapports de pouvoir, des conflits et plus largement de la dimension spatiale des rapports sociaux » (Veschambre, 2005).

  • 3 Cette méthode part de l’idée que les statistiques disponibles sur le tourisme ne sont pas entièreme (...)

5Afin de donner un cadre précis à cette interrogation générale, nous avons choisi de nous pencher sur la ville de Patong, la principale agglomération touristique de l’île de Phuket, au sud de la Thaïlande. À partir d’une analyse de l’offre produite par une sélection de 10 Tour-opérateurs chinois, pour un total de 420 circuits, nous avons constaté (selon la méthodologie mise au point par Philippe Violier : 2011)3 que l’île de Phuket et ses environs (Pipi, Hae, Racha, les îles Similan) est une destination très prisée par les Chinois et qui représente 27,4 % de cette offre touristique (Li, 2019). Que ce soit pour les nuitées ou les pratiques, la ville de Patong devance largement les autres lieux : plus de 52,9 % des circuits choisissent d’y passer la nuit, pour 27,9 % qui y localisent des pratiques. Nous avons donc choisi de prendre le cas de ce lieu pour sa valeur d’exemple, plus que dans un souci d’exhaustivité : les travaux réalisés sur l’adaptation touristique, entendue dans l’acceptation que nous avons définie ci-dessous, sont encore peu nombreux, voire rares dans le cas du tourisme chinois et il nous semblait important de lancer le débat à partir des formes spatiales. Nous nous attacherons ici à les comptabiliser, les distinguer, ainsi qu’à comprendre leur diffusion dans et au-delà de la ville. Pour cela, deux missions de terrain ont été réalisées, en 2018 (8 semaines), et 2019 (5 semaines), pendant un travail de thèse de Doctorat (Li, 2019). Sur place, l’auteure a mené près d’une centaine d’entretiens ou de discussions informelles, dont certains extraits sont reproduits ici. En particulier, ceux avec des acteurs chinois qui tiennent une maison d’hôte (partie 3). Ce travail s’est révélé assez difficile, bien que l’auteure, comme les interrogés, échangent en mandarin : les tenants des établissements étaient parfois en situation de travail illégal et il a donc fallu faire preuve de patience afin de gagner leur confiance. Pour ce faire, l’auteure a régulièrement dû expliquer son statut « d’étudiante » plutôt que de « doctorante » (ce qui n’était que rarement compris). Des relevés de terrain, au centre de cet article, ont également été faits à Patong pendant les deux missions. À l’aide des plans fournis sur l’application Google Maps (plutôt qu’à partir de guides papier en chinois, qui ne sont plus guère utilisés par les touristes chinois à l’international, au profit des applications en ligne), l’auteure a comptabilisé, seule, l’ensemble des commerces, boutiques, supermarchés, bars, restaurants et bâtiments présents dans les trois principales rues touristiques de la ville.

6Un tel travail, intellectuel et de terrain, implique un décentrement du regard qui ne s’est pas fait sans difficultés. D’abord, une telle étude se plaçant du point de vue des acteurs s’adaptant au développement du tourisme chinois n’avait jusque-là pas été réalisée en langue française. Ensuite, ce travail a impliqué de maîtriser le mandarin, afin de communiquer avec les entrepreneurs locaux. Face à eux, il a fallu expliquer le pourquoi de cette recherche, qui a rarement été compris. De même, en tant que jeune chercheuse chinoise, j’ai dû faire face à l’incompréhension d’une large partie des chercheurs chinois avec lesquels j’ai été en contact : pourquoi étudier le terrain dans cette perspective et ne pas s’en tenir à une approche du développement ou des segments de clientèle ? Plus généralement, cela démontre les difficultés qu’il y a encore à penser les « nouvelles frontières » du tourisme (Sacareau et al., 2015), à l’échelle de la mondialisation. Que ce soit une jeune chercheuse chinoise parlant français qui s’empare de cette question paraissait encore plus incongru.

7L’article se divise en trois parties. La première précise les marques visibles d’adaptation différenciée aux touristes chinois à Patong, au sein de ses trois rues principales. La partie suivante explore plus spécifiquement le processus d’adaptation pour la clientèle chinoise, qui a pris de l’essor, comme nous le verrons, suite au tsunami de 2004. Enfin, nous étudions les formes spatiales les plus récentes, que sont les maisons d’hôtes, qui s’approprient aujourd’hui les marges de la ville.

Des marques visibles d’adaptation différenciées à Patong

8À Patong, centre touristique de Phuket (figure 1), trois avenues forment le cœur de l’agglomération (figure 2). Ce sont les trois premières rues les plus proches de la plage (figure 3) : la rue de Thaweewong (que nous nommerons ici « Patong 1 »), la rue de Rathuthit (« Patong 2 ») et la rue de Phang muang Sai Kor (« Patong 3 »).

  • 4 Reportage de Seth Gueko, Comment Phuket est devenu le paradis des banlieusards français, site Neom, (...)

9Le développement hôtelier ici, depuis les années 1980, a été très rapide, pour répondre à une demande croissante de la part des touristes européens qui venaient faire la fête sur place. C’est cette situation que le rappeur français Seth Gueko dans son morceau intitulé « Farang Seth » (qui se prononce presque comme le mot « français » ; chanson sortie en 2013), un type d’expérience symbolisé par des fêtes sans fin, dans cette zone de « Miami des pauvres »4 :

« On s’gare sur la Bangla avec nos bolides,

J’ai la queue dressée comme le scorpion sur l’einss à Bowling. …

Sky, soda, water, j’sors d’boîte il est 5 h, 12 h d’avion mon Dieu qu’c’est long,

J’ai bien mérité mon spa fish au Jungceylon ».

Figure 1. La région de Patong sur l’île de Phuket

Figure 1. La région de Patong sur l’île de Phuket

Figure 2. Le quartier analysé dans le centre de Patong

Figure 2. Le quartier analysé dans le centre de Patong

Figure 3. Présentation des rues étudiées dans le centre de Patong

Figure 3. Présentation des rues étudiées dans le centre de Patong

10Les trois rues que nous allons principalement analyser dans cet article sont celles de ces fêtes. Mais avant, disons d’abord que le visage de Patong, depuis ces années 1980, a bien changé : l’ancien village de pêcheurs musulmans est devenu, encore plus après le tsunami de 2004 (nous le verrons plus bas), un point névralgique des soirées et des nuits à Phuket, où les touristes chinois sont de plus en plus nombreux. La rue de Bangla en particulier, qui est située entre la rue de Thaweewong (Patong 1) et la rue de Rathuthit (Patong 2), s’appelle également la rue des bars. C’est le point le plus bas de la ville, situé entre deux côtes orientées au Nord (vers Kamala) et au sud (vers Kata). Quand la nuit tombe, les bars se transforment en gogo-bars, sur une longueur de 350 m. Des filles portant des bikinis ou des costumes érotiques commencent alors à accueillir les touristes notamment, de plus en plus, chinois.

11Une première déambulation dans les rues de Patong permet toutefois de constater que ces derniers touristes ne sont pas partout présents, du moins que leur volume varie d’une rue à l’autre, tout autant que les marques d’adaptation visibles à leur égard. Lors de deux phases de terrain, en 2018 et au début 2019, j’ai pu constater que les rues « Patong 1 » et de « Patong 2 » étaient moins adaptées aux touristes chinois que « Patong 3 », en ce sens que peu de repères spatiaux (publicités rédigées en mandarin par exemple ; infra) y étaient disposés. Par exemple, même si le symbole est évident (voir le nom de la ville la plus célèbre de Phuket orné de lanternes permet aux touristes chinois de s’y prendre en photo), les décorations faites à l’occasion du Nouvel An chinois sont temporaires et très localisées (photo 1).

Photo 1. La plage de Patong avec les décorations du Nouvel An chinois 2018

Photo 1. La plage de Patong avec les décorations du Nouvel An chinois 2018

Source : cliché Li M., janvier 2018

12Constatant ces différences d’adaptation entre des rues pourtant si proches, et afin d’analyser concrètement les différents niveaux d’ajustement au tourisme chinois, nous avons compté puis cartographié tous les restaurants, boutiques, hôtels, supermarchés, etc. présents sur ces trois rues (figure 4). Plus spécifiquement, le travail s’est axé sur les marques visibles d’adaptation au tourisme chinois. Concrètement, ce sont, notamment, la langue utilisée sur les panneaux publicitaires des devantures de boutiques (chinois traditionnel — Taïwan — ou simplifié — RPC), les possibilités de paiement bancaire avec une carte ou une application chinoise, la possibilité d’expédier ses achats directement en Chine continentale sans avoir besoin de les ramener avec soi dans ses bagages. Comme cela sera expliqué plus bas, un tel travail permet d’obtenir des statistiques et de mieux comprendre les logiques de développement de cet espace touristique.

  • 5 Précisons ici que comme Phuket ne possède pas d’industrie, tous les services et les commerces sont (...)
  • 6 La carte qui synthétise ce travail de terrain (figure 2 ; ci-dessous) dépasse les relevés réalisés (...)

13Cet inventaire recense 662 commerces, hôtels, restaurants ou supermarchés dans la portion des trois rues étudiés5. Autant d’indices d’adaptations plus ou moins importantes pour les touristes chinois6. En fonction des quartiers, on remarque, en effet, la présence de différents acteurs et d’adaptations différentes. D’abord, les rues et leurs formats sont différents, ce que reflète le nombre de commerçants par avenue : 190 à Patong 1, 307 à Patong 2 et 165 à Patong 3. Ce sont tous des services touristiques, que ce soit des boutiques de souvenirs (19,79 %), de vêtements (14,65 %), des ateliers de massage (10,12 %), des restaurants (14,19 %), ou des boutiques de vente de produits en latex (produit sur l’île ; 6,04 %). Derrière ces chiffres globaux, il y a toutefois des différences. Les boutiques de souvenirs, de vêtements, les ateliers de massage, et les restaurants thaïlandais sont plus concentrés dans les rues de Patong 1 et 2. La plupart des restaurants chinois et des boutiques de produits en latex sont, eux, installés très majoritairement au sein de Patong 3. Ce sont là les premiers indices d’un développement différencié des espaces, selon que telle ou telle population touristique s’y croise, majoritairement ou non.

14La fonction balnéaire (les lieux de Patong où la pratique du bain prédomine la structuration de l’espace : la plage et la rue de Patong 1, face à la mer notamment) s’estompe progressivement vers l’est de la zone de Patong. Ainsi, même si les trois avenues sont des espaces partagés par tous les touristes, les rues de Patong 2 et 3 montrent moins un caractère littoral qu’une dimension commerciale. La rue de Patong 2 est d’ailleurs celle qui abrite le plus de commerçants (46,4 %). À l’interface du littoral et des commerces, elle réunit tous les types de touristes, qui s’y croisent : les baigneurs, les locaux, les promeneurs, etc. La rue de Patong 3 est, elle, à la fois la plus récente et celle qui, après le tsunami de 2004, constituait la limite extérieure de la ville (avant de grimper sur la montagne). Comme nous le verrons ensuite, les touristes chinois y ont dès le départ constitué une clientèle à part entière. Toutefois, avec son imposant centre commercial, le marché, le stade de boxe thaïlandaise, sans compter toutes les boutiques et les restaurants, c’est aujourd’hui également devenu un nouveau centre de la ville de Patong.

  • 7 Les descendants de ces premiers migrants ont par la suite appris le mandarin via des caractères non (...)

15Sur l’ensemble des trois rues, il y a 23,4 % des panneaux qui sont rédigés en chinois simplifié, qui est l’écriture standard des touristes chinois. Et moins de 5 % des commerçants utilisent les panneaux en caractères traditionnels, qui constituent l’écriture quotidienne pour les résidents de Hong Kong, de Macao, les Taïwanais, ou encore la diaspora chinoise qui a émigré de Chine avant la simplification des caractères7. Là encore, la plupart des commerçants qui utilisent les panneaux rédigés en chinois se trouvent dans la rue de Patong 3. On notera, d’ailleurs, qu’ils y sont plus nombreux (33 à Patong 1 contre 67 à Patong 3), sans compter que la proportion est largement favorable à cette dernière (67 boutiques sur 165 - 40,6 % — contre 33 sur 190 - 17,4 %). Avec 55 boutiques arborant des caractères chinois simplifiés, pour un total de 307 établissements, Patong 2 est dans le même ordre de grandeur que la rue numéro 1 (18 %).

Figure 4. L’adaptation au tourisme chinois dans les rues de Patong

Figure 4. L’adaptation au tourisme chinois dans les rues de Patong
  • 8 Alipay : une solution de paiement sur internet créée en 2004 par le groupe Alibaba.
  • 9 Wechatpay : une solution de paiement mobile créée en 2013 par le Groupe Tencent.
  • 10 Unionpay : une organisation regroupant 175 banques ou institutions financières chinoises, qui a été (...)

16Pour le mode de paiement, Alipay8 est le plus populaire auprès des touristes chinois, devant Wechatpay9 et la carte bancaire Unionpay10. D’ailleurs, très peu de boutiques proposent ce dernier mode de paiement (une seule). C’est un indice très important pour comprendre l’adaptation commerciale en cours à Patong. Depuis la création d’Alipay, le paiement mobile s’est développé très rapidement en Chine : simple application sur son téléphone portable, c’est une solution de paiement sécurisée pour les commerçants (le paiement à découvert n’est pas possible) et facile pour les touristes chinois, qui n’ont plus besoin de changer d’argent une fois sur place. Maintenant Alipay peut être utilisé sans connexion Internet, grâce aux accords accélérés entre le groupe, les banques et les institutions financières en Chine, et les destinations touristiques. Tous les commerçants qui proposent ces modes de paiement mobile se sont clairement adaptés aux touristes chinois. D’ailleurs, une partie d’entre eux propose également un service d’envoi des achats directement en Chine, ce qui permet de pousser plus loin l’adaptation, en permettant aux touristes chinois d’acheter des produits sans le moindre inconfort, comme s’ils étaient encore dans leur pays.

17Enfin, une dernière adaptation est la capacité des commerçants à travailler en mandarin. Bien évidemment, il faut distinguer les utilisateurs débutants (n’utilisant que quelques rares formules de politesse pour tout vocabulaire) de ceux confirmés : connaître « Nihao » (Bonjour) ou « Huanying » (Bienvenue) ne suffit pas à assurer un service de qualité auprès des touristes chinois. En 2018 et en 2019, il n’y a vraiment que dans la rue Patong 3 des acteurs maîtrisant efficacement le chinois mandarin (figure 2). Dans les deux autres rues, peu de commerçants parlent cette langue (rue Patong 2), voire quasiment pas (rue Patong 1). Il y a ainsi un gradient du littoral vers l’intérieur : plus on s’éloigne de la mer, plus les acteurs parlent chinois. Pour le comprendre, il faut remonter un peu le temps.

Un processus d’adaptation qui a pris de l’essor suite au tsunami de 2004

18Cette situation est le résultat d’un processus qui a débuté au début des années 2000. Auparavant, Phuket était une destination prisée par les touristes occidentaux. Au milieu des années 1970, le gouvernement national thaïlandais lance de premières mesures pour mieux répartir le tourisme à l’échelle du pays (alors quasiment seulement concentré autour de Bangkok, Pattaya et les villes littorales voisines : Luberigt, 1979). Ensuite, durant les années 1980 et 1990, cet objectif de la « déconcentration » de Bangkok s’est, pour la Tourism authority of Thailand (TAT ; l’équivalent du ministère du Tourisme) matérialisé dans la structuration de l’espace littoral du sud du pays, afin d’insuffler un développement touristique dans toute la Thaïlande. Ces politiques patrimoniales et culturelles ont aussi permis une mise en valeur d’anciennes cités royales au nord du pays (en particulier Chiang Mai et Chiang Rai), dans le but de diversifier le tourisme et d’encourager les flux aussi dans cette partie du pays. Cet essor maîtrisé du tourisme concernait tout d’abord le développement des services et des infrastructures. Parallèlement, l’accès de la Thaïlande est facilité pour plus de touristes, notamment ceux originaires d’Asie (les Coréens, les Hongkongais et les Malais). Grâce à l’internationalisation des aéroports et à leur accessibilité facilitée par des vols réguliers, les plages du sud de la Thaïlande sont de plus en plus accessibles.

19Les villes littorales du sud du pays sont alors complètement transformées et développées selon les critères de la culture balnéaire occidentale, le monde des 3S (Sea, Sand and Sun). Deux visages de Phuket se distinguaient toutefois : les hôtels haut de gamme (avec des prix de construction de moitié inférieurs à ceux de Bangkok) et les villages où fleurissaient des boutiques et échoppes11. Les hôtels se sont concentrés sur trois plages principales, dont celle de Patong qui monopolisait 75 % du total de l’hébergement à cette époque (Richter, 1989). Jusqu’à la fin des années 1990, tous les services étaient tournés vers les goûts et envies des touristes internationaux, d’Europe en particulier. Ils voyaient un exotisme matérialisé par le film « The Beach », sorti en février 2000 et tourné l’année précédente au large de l’île de Phuket. Plus généralement, c’était l’idée des pratiques de plages tropicales qui étaient au cœur des pratiques, comme les « full moon partys » analysées par Brenda le Bigot (2017).

  • 12 Le 26 décembre 2004, à 07h58 locales, un séisme de magnitude 9,3 s’est produit dans l’Océan Indien, (...)
  • 13 Information extraite d’un entretien avec la dDirectrice de la Thailand Authority of Tourism (TAT) e (...)

20La situation a toutefois rapidement évolué peu après. Le matin du 26 décembre 2004, la plage de Patong a été une des plus touchées par un tsunami massif, généré par un violent séisme sous-marin12. Afin de relancer l’activité, essentielle dans cette partie du pays dénuée d’autres secteurs économiques, le gouvernement local a très vite organisé la reconstruction des rues et des infrastructures. Les autorités ont aussi souhaité agrandir celles-ci par rapport à leurs formes antérieures. Ainsi, si la plage de Patong était déjà bien aménagée, avec de nombreux services nautiques à destination des touristes internationaux, tout comme la rue de Bangla, les autres rues n’étaient, elles, pas dotées de commerces. Seuls existaient de grands hôtels destinés aux touristes occidentaux. Souhaitant faire perdurer une importante fréquentation touristique, faisant le constat d’un profond traumatisme dans l’imaginaire occidental13, la Thaïlande se tourne alors vers le marché chinois. C’est, en effet, l’époque où des touristes chinois en groupes, de plus en plus nombreux, se rendent en Asie du Sud-Est, en général, et en Thaïlande en particulier.

21Grâce à ce changement de clientèle, les espaces touristiques de Patong sont redessinés et développés vers l’est. La rue de Phang muang Sai Kor (Patong 3) est le principal fruit de ce nouvel aménagement, celle où les touristes chinois sont aujourd’hui les plus présents et où l’adaptation est la plus poussée. Pourquoi cet état de fait ? D’abord, parce que cette rue n’existait quasiment pas ici et que la situation post-tsunami a attiré de nouveaux acteurs, qui se sont tournés vers le marché chinois (hors Taïwan). Ensuite, parce que les fournisseurs d’application mobile se sont développés très rapidement en Chine depuis 2010. Ctrip et Fliggy, par exemple (les deux principaux), commencent alors à vendre leurs services de réservation combinant « avion et hôtel ». Cela permet à de plus petits groupes de se rendre sur l’île de Phuket, notamment, des familles qui voyagent sur le modèle des « trois générations » (grands-parents, parents et enfant, soit six à huit personnes). Les circuits proposés sont presque identiques à ceux des groupes, à l’exception des arrêts « shopping » dans les grandes surfaces commerciales (Mall), rendant plus attractifs les séjours en Thaïlande.

  • 14 Entretien avec M. Duan, le 7 février 2019.

22Cet appel d’air a aussi attiré une nouvelle population touristique, qui grandit dans la décennie 2010 : les voyageurs individuels. Pour eux, des commerçants chinois ont commencé à ouvrir des boutiques et des restaurants, d’abord à Patong. Cependant, le manque d’espace et le prix des loyers plus élevés dans les deux premières rues (Patong 1 et 2) font qu’ils ont été « obligés » de s’installer plus loin, à Patong 3 (rue de Phang muang Sai Kor) notamment. C’est ce qu’explique ce propriétaire d’un restaurant chinois, situé dans cette même rue : « Les touristes chinois individuels sont de plus en plus nombreux, notamment pendant le Nouvel An chinois. C’est pourquoi j’ai ouvert ce restaurant. La plupart des clients chez moi sont des touristes russes et des touristes chinois individuels »14. Les grands groupes touristiques chinois se sont également engouffrés dans la brèche, à l’instar de Ctrip, à partir de 2015 (rapport annuel de Ctrip ; 2016). L’entreprise a alors développé son emprise sur place avec des agences physiques, permettant la vente de différents services touristiques, pour offrir in fine un accueil personnalisé, de l’aéroport jusqu’à l’hôtel, puis pendant le séjour. Le groupe a même récemment ouvert un centre à son nom dans la rue de Patong 3 pour coordonner les actions des différents services in situ (encadré 1).

Encadré 1. La stratégie de Ctrip à Phuket

Le centre Ctrip (photo 2) se situe à côté des commerces destinés aux touristes chinois. Les panneaux sont tous rédigés en mandarin (caractères simplifiés). Les établissements A, C, et E ont tous le même propriétaire. L’ensemble se trouve bien situé, au croisement du centre commercial Jungceylon et du marché de fruits de mer Baanzan. (A. Restaurant chinois/ B. Centre de service de Ctrip/ C. Boutique des produits locaux/ D. Agence immobilière/ E. Atelier de massage)

Photo 2. Le centre de services Ctrip à Phuket, ouvert en janvier 2019 (rue Patong 3)

Photo 2. Le centre de services Ctrip à Phuket, ouvert en janvier 2019 (rue Patong 3)

Cliché Li M., février 2019.

Le restaurant After Beach Bar (photo 3) se trouve sur la route menant de Patong à la plage de Karon. Entre les deux localités, la route grimpe dans la montagne. C’est-à-dire que lors du trajet, en s’arrêtant ici, les touristes peuvent admirer une belle vue sur la mer. Lors de mon terrain en 2018, il n’y avait aucune adaptation visible pour les touristes chinois. Un an plus tard, pourtant, ce restaurant faisait partie de la liste Ctrip Gourmet, comme en témoigne la photo 3. En coopération avec Ctrip, le kakémono propose un menu en chinois et une offre spéciale : « consommez 1500 baths, scannez le QR code et obtenez une salade de fruits gratuite ! »

Photo 3. Ctrip Gourmet List : les restaurants recommandés par Ctrip

Photo 3. Ctrip Gourmet List : les restaurants recommandés par Ctrip

Cliché Li M., février 2019

23Si, lors d’un entretien (le 28 janvier 2019), le gérant du centre a précisé que : « Ctrip a beaucoup investi ici pour attirer les clients chinois », c’est que le nombre de touristes internationaux augmente chaque année. La rue de Patong 3 est d’ailleurs un espace rempli de restaurants chinois et de boutiques de produits locaux, à destination des touristes chinois (souvent tenus par des acteurs chinois), où les prix du foncier augmentent. Ceci à tel point qu’une nouvelle rue (Patong 4) est en train d’émerger.

Les marges de Patong sont appropriées par les maisons d’hôtes chinoises

24Alors que les hébergements les plus proches de la mer, à Patong, sont occupés principalement par des touristes occidentaux, on observe aujourd’hui que les stratégies d’implantation chinoises sont différentes. L’adaptation la plus récente au développement du tourisme chinois est plutôt à chercher à l’intérieur des terres. En effet, des maisons d’hôtes se trouvent au-delà de la rue de Patong 3 et commencent à former un nouvel espace touristique, uniquement fréquenté par des touristes chinois. Les investisseurs et les tenants de ces établissements sont des résidents chinois, installés pour la plupart depuis fin 2017, début 2018 (lors du Nouvel An chinois). Le propriétaire d’une de ces maisons (figure 5), Mme Wang, déclare ainsi que « La nôtre, ainsi que deux autres, a été créée en avril 2018. Nous étions les pionniers à s’installer derrière la rue de Patong 3 […] Il y a maintenant environ 30 maisons d’hôtes dans la zone de Patong, depuis notre installation » (entretien mené le 8 février 2019).

Figure 5. Les maisons d’hôtes chinoises à Patong

Figure 5. Les maisons d’hôtes chinoises à Patong
  • 15 Entretien avec M. Pan, le 7 janvier 2018.

25Les maisons d’hôte chinoises (huaren mingsu) de l’île de Phuket sont les maisons ou les hôtels qui proposent des chambres meublées et le petit-déjeuner chinois. Leurs propriétaires sont tous venus de Chine continentale, où ils ont déjà eu des expériences professionnelles (dans ce même domaine), à Sanya (sur l’île de Hainan), ou à Lijiang (dans la région du Yunnan). Ces deux villes touristiques sont d’ailleurs les deux où se sont développées le plus tôt des maisons d’hôte (depuis 2010). Le modèle de développement de ces établissements prend également référence sur celles visibles sur l’île de Taïwan (Li, 2017). Les stratégies des entrepreneurs chinois sont ainsi similaires d’une maison à l’autre. M. Pan et Mme Wang, par exemple, propriétaires d’une maison d’hôte située à l’extrémité sud de la ville de Patong, travaillaient auparavant à Sanya. Depuis quelques années toutefois, voyant que le coût de la vie est de plus en plus élevé en Chine, surtout sur l’île de Hainan, ils ont constaté qu’il y est de plus en plus difficile de tenir un établissement de ce type. Comme ils avaient des amis chinois qui faisaient déjà des affaires immobilières à Phuket, sur les conseils de ceux-ci, ils ont vendu leur établissement et sont venus s’installer à Phuket : « Nous avons préparé cette maison d’hôtes en mai 2017 à Patong. Elle ouvrira en mai 2018. L’avantage de cet endroit à Phuket est qu’il n’est pas normalisé, il existe des règles légales, mais personne ne les respecte. Les affaires sont bonnes et rentables, tout comme la Chine dans les années 80. La police et la direction des impôts sont toutes corrompues, il suffit de donner de l’argent »15.

  • 16 Entretien avec M. Huang, le 17 février 2019.

26Le travail qu’exercent ces entrepreneurs chinois à Patong est donc très similaire à celui qu’ils réalisaient auparavant, notamment parce qu’ils accueillent le même profil de touristes qu’en Chine. Lors d’un autre entretien (le 8 février 2019), un propriétaire nous a fait découvrir son établissement (photo 4), et a déclaré, tout en déambulant : « Il y a 8 petites maisons différentes dans cette villa. Les clients ont accès aux espaces communs, y compris la grande cour, la piscine en plein air, la cuisine et le coin pour manger. Cette villa nous a été louée par une famille française qui est également propriétaire d’un bar à Patong. Maintenant, ils ont déménagé à côté, mais je les ai invités à profiter de la piscine. Bien que nous ne puissions pas communiquer, notre relation est bonne. On voudrait créer une ambiance conviviale ». Cette « atmosphère » est rendue possible par un état de fait : il n’y a que des touristes chinois dans ces établissements : « Notre villa est pour les touristes individuels chinois. Comme certaines personnes ne parlent pas anglais, elles souhaitent, à l’étranger, avoir des gestionnaires chinois pour les aider. Ils peuvent communiquer directement avec nous. Leurs projets de vacances peuvent ici se faire sans barrières » (id.). Plusieurs propriétaires ont d’ailleurs refusé plusieurs fois d’autres touristes internationaux : « les touristes occidentaux sont différents des touristes chinois. Ils aiment boire toute la nuit. Nous ne pouvons pas l’accepter. Nous voulons donner aux Chinois un environnement indépendant »16.

Photo 4. La cour d’une villa, le « Anna Garden »

Photo 4. La cour d’une villa, le « Anna Garden »

Cliché Li M., février 2019.

  • 17 Entretien avec Mme Xun, le 15 février 2019.

27Cet entre-soi se manifeste également au niveau de la chaîne économique entre les acteurs locaux : les propriétaires de maisons d’hôtes ne travaillent qu’avec d’autres acteurs chinois. Une gérante d’établissement le présente de cette manière : « nous avons trouvé cette villa par une agence immobilière. La traductrice est chinoise, elle a épousé un Thaïlandais. Ils nous ont aidés à gérer les procédures pour les visas de travail et les permis de travail de notre maison d’hôte (photo 5). Nous ne parlons pas anglais, nous ne pouvons donc compter que sur elle pour nous aider. M. Pan parle un peu le thaï de base. D’autres informations commerciales sont échangées grâce à nos amis chinois qui font des affaires à Phuket. Pour la villa, nous avons deux employés laotiens qui nous aident à nettoyer le chantier. C’est tout. Tout le reste, c’est à nous de le faire. Les serveurs en Thaïlande sont trop chers et ils ne parlent pas chinois. Et ils ne comprennent pas nos exigences professionnelles »17.

Photo 5. Réunion de renouvellement de visa de travail, tout en mandarin

Photo 5. Réunion de renouvellement de visa de travail, tout en mandarin

Au cours de cet entretien, une traductrice (à droite) aide aux démarches administratives pour un couple de gérants de maison d’hôte. Face à deux agents thaïlandaises (de dos), l’ensemble de la réunion s’est faite sans qu’à aucun moment un échange direct ne soit fait entre les personnels administratifs et le couple.

Cliché Li M., février 2019

  • 18 Entretien avec Mme Wang, le 8 février 2019.

28Mais, au-delà du regroupement de ces entreprises ici, pourquoi, in fine, une telle localisation à Patong ? À ce sujet, une dernière propriétaire précise : « Nous avons choisi cet endroit, car il est proche du centre commercial de Patong. Il se trouve à 10 minutes à pied de la plage de Patong et à 15 minutes du centre d’affaires. Mais le loyer est très bon marché »18. C’est-à-dire que la plage de Patong, si elle n’est pas un espace central du tourisme chinois à Phuket (peu de touristes chinois se baignant ou s’allongeant à même le sable pour bronzer : Li, 2019), n’en reste pas moins un lieu à visiter. Il convient donc de ne pas s’en trouver trop éloigné, afin de rester attractif pour les touristes individuels qui viennent résider quelques jours dans l’une de ces maisons d’hôtes. On constate, d’ailleurs, que l’implantation des maisons d’hôtes est à l’origine d’une nouvelle forme de coopération entre acteurs chinois sur l’île de Phuket. Les propriétaires présentent leurs clients à des guides privés ou à des agences de voyages lorsque ceux-ci veulent passer une après-midi sur la plage, ou bien se rendre sur les îles alentour. Les propriétaires guident notamment les touristes vers les plages de Patong et Karon (au sud de la baie de Patong), ce qui génère la présence de ces derniers sur ces espaces jusque-là uniquement fréquentés par des « Occidentaux » (encadré 2).

Encadré 2. Un après-midi avec les touristes individuels à la plage de Karon

M. Zhang est un investisseur chinois. Début février 2019, il construisait sa maison d’hôte à Patong depuis déjà quatre mois. Il connaît bien les propriétaires d’un autre établissement, car tous les trois sont originaires de la même province en Chine. C’est pourquoi, selon leurs déclarations, les deux derniers partagent souvent leurs informations commerciales avec M. Zhang. En retour, en attendant l’ouverture de sa maison, celui-ci fait de temps en temps le guide privé pour les clients de ses amis. Une de ces excursions (une journée entière pour une famille ; pour un coût de 3 000 baths - environ 85 euros) a donné lieu à un entretien (photo 6 ; le 13 février 2019).

Photo 6. M. Zhang et une jeune touriste chinoise sur la plage de Karon

Photo 6. M. Zhang et une jeune touriste chinoise sur la plage de Karon

Cliché Li M., février 2019

  • 19 Laowai : nom familier (légèrement péjoratif) donné en Chine aux résidents occidentaux (« blancs »).

M. Zhang proposait à ses clients d’aller à la plage de Karon (à 10 minutes en voiture depuis Patong) après le déjeuner. « Je vous présente un après-midi à la plage comme le font les laowai19, a-t-il dit, fièrement. Les parents ont une petite quarantaine d’années et leur fille environ 13 ans. C’est la première fois qu’ils viennent à l’étranger. M. Zhang les a installés à l’ombre, sous les cocotiers, en face de la mer. Il avait préparé des fauteuils pliables et des tapis faits en feuilles de bambou (photo 6). Il a, en plus, mis un haut-parleur diffusant de la musique chinoise. Il proposait également des bières et des boissons fraîches. Le père est allé nager, la mère et sa fille ne voulaient pas bronzer. Après avoir consommé leurs verres, la mère et sa fille se sont rapidement ennuyées. Elles ont alors commencé à regarder les touristes sur la plage, notamment certains qui jouaient aux cartes. Elles voulaient leur poser des questions, mais ne parlaient pas anglais. L’après-midi s’est donc déroulée à jouer aux cartes, pendant que M. Zhang se reposait en les regardant. À la fin de l’après-midi, il a montré le coucher du soleil au groupe : « Regardez-le ! On ne voit jamais cette vue en Chine, même à l’île de Hainan. Les laowai profitent de leurs vacances comme ça, comprenez-vous ? ».

Conclusion

29À l’issue de cet article, on peut, tout d’abord, constater que le tourisme chinois s’est considérablement développé sur l’île de Phuket, à Patong en particulier, depuis le début des années 2000. À la faveur d’une reconstruction forcée de la ville, des acteurs chinois ont pris position dans différentes parties de la ville, notamment dans les rues périphériques. Avec la croissance générée par l’afflux de touristes individuels, un nouveau quartier émerge dans les faubourgs. Complètement géré par des entrepreneurs venus de Chine, il fonctionne, d’une certaine manière, sur le format de quartiers spécialisés et pratiqués d’abord par des touristes chinois, pratiquant la ségrégation pour les touristes d’autres nationalités qui souhaiteraient y séjourner. L’étude de Patong montre ainsi, au-delà de l’exemple décortiqué, un cas de l’appropriation chinoise d’une destination autrefois (et encore il y a peu) fréquentée par des visiteurs occidentaux. Si la situation n’est pas encore celle d’un remodelage intégral de l’agglomération, le mitage de l’espace a cependant débuté. Il sera intéressant par la suite de continuer à veiller sur les transformations spatiales futures ici, et plus largement en Thaïlande et en Asie du Sud-Est, là où le tourisme chinois est aujourd’hui le plus développé.

Haut de page

Bibliographie

Arlt W. (2006). China’s outbound tourism. Abingdon: Routledge, 300 p. ISBN 0415365368

Cholat F., Gwiazdzinski L., Tritz C., Tuppen J. (2019). « Tourisme(s) en mouvement(s) entre adaptation, résilience et changement de paradigme ». In Cholat F., Gwiazdzinski L., Tritz C., Tuppen J., Tourism(s) et adaptation(s), Grenoble : Elya, p. 17-25. ISBN 9791091336123

Dai. B., Jiang. Y., Yang. L, Ma. Y. (2017). “China’s outbound tourism. Stages, policies and choices”. Tourism Management, vol. 58, p. 253-258.

Fonds Monétaire International. (2015). Rapports économiques des pays sélectionnés : Thaïlande.

Gibert M., Peyvel E. (2018) « La fabrique du quartier routard de Pham Ngu Lao (Hô Chi Minh-Ville, Viêt-nam). Rapports de pouvoir et inégalités dans la mondialisation touristique ». L’Espace géographique, t. 47, no 2, p. 121-139.

Le Bigot B. (2017). Penser les rapports aux lieux dans les mobilités privilégiées. Étude croisée des « backpackers » en Thaïlande et des hivernants au Maroc. Thèse de doctorat en géographie Paris : Université de Paris 1, 559 p.

Li M. (2019). Processus d’adaptation et logiques d’acteurs face au développement du tourisme chinois en Thaïlande : Le cas de l’île de Phuket. Thèse de doctorat en géographie, Angers : Université d’Angers, 362 p.

Lussault M. (2007). L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain. Paris : Seuil, 400 p.

Organisation mondiale du tourisme (2015). Faits saillants du tourisme. Édition 2015. En ligne : https://www.e-unwto.org/doi/book/10.18111/9789284416882

Rapport annuel de Ctrip (2016). En ligne : http://science.china.com.cn/2017-05/12/content_9479716.htm (consulté le 24 février 2020).

Sacareau I., Taunay B., Peyvel E., dir. (2015). La mondialisation du tourisme. Les nouvelles frontières d’une pratique. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 274 p.

Smit B., Wandel J. (2006). “Adaptation, adaptive capacity and vulnerability”. Global Environmental Change, vol. 16, no 3, p. 282-292.

Untong A., Ramos V., Kaosa-Ard M., Rey-Maquieira J. (2015). “Tourism demand analysis of Chinese arrivals in Thailand. Tourism Economics, no 21-6, p. 1221-1234.

Veschambre V. (2005). « La notion d’appropriation ». Norois, n195, p. 115-116.

Violier P. (2011). « Les lieux du monde : Approches du tourisme par l’exploitation des catalogues des tour-opérateurs ». EspacesTemps.net. En ligne : https://www.espacestemps.net/articles/les-lieux-du-monde/

Haut de page

Notes

1 Un travail trilingue auprès de 10 bases de données : en français (Fichier central des thèses ; Persée ; Sudoc), en mandarin (CNKI ; Wanfang data ; VPCS), et en anglais (Science Direct ; JSTOR ; Oxford university press ; Scopus). Voir : Meng LI, Thèse de doctorat en géographie, 2019.

2 « Adaptabilité », « adaptation » : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/glossaire/adaptabilite-adaptation (consulté le 24 février 2020).

3 Cette méthode part de l’idée que les statistiques disponibles sur le tourisme ne sont pas entièrement fiables. L’OMT recense par exemple les voyageurs d’affaires, les séjours religieux ou « toutes autres mobilités » comme des « déplacements touristiques ». Philippe Violier propose lui de baser sur l’offre des catalogues de Tour-opérateurs, arguant que plus les touristes visitent des lieux éloignés de leur domicile, plus ils ont recours à des intermédiaires. L’analyse des lieux et des discours proposés dans ces catalogues permettrait alors de mieux considérer la « touristicité » des lieux et les pratiques qui leur sont associées.

4 Reportage de Seth Gueko, Comment Phuket est devenu le paradis des banlieusards français, site Neom, décembre 2017 : https://www.neonmag.fr/reportage-phuket-le-paradis-des-lascars-498966.html (consulté le 4 avril 2018). Le chanteur décrit une zone qu’il connaît bien pour y résider à l’année.

5 Précisons ici que comme Phuket ne possède pas d’industrie, tous les services et les commerces sont liés au du tourisme.

6 La carte qui synthétise ce travail de terrain (figure 2 ; ci-dessous) dépasse les relevés réalisés par Marie Gibert et Emmanuelle Peyvel (2018), tout autant qu’elle les prolonge avec un exemple supplémentaire sur la mondialisation touristique en cours.

7 Les descendants de ces premiers migrants ont par la suite appris le mandarin via des caractères non simplifiés, auprès de leurs parents ou grands-parents.

8 Alipay : une solution de paiement sur internet créée en 2004 par le groupe Alibaba.

9 Wechatpay : une solution de paiement mobile créée en 2013 par le Groupe Tencent.

10 Unionpay : une organisation regroupant 175 banques ou institutions financières chinoises, qui a été fondée en 2002.

11 Voir : Les rues de Thaweewong en 1980 et de Bangla en 1987 (https://www.titiudon.com/article-30490069.html) et La plage de Patong et la rue de Bangla après le Tsunami de 2004 (https://chaishopfilms.wordpress.com/2005/12/).

12 Le 26 décembre 2004, à 07h58 locales, un séisme de magnitude 9,3 s’est produit dans l’Océan Indien, à 250 kilomètres au sud-ouest de l’île indonésienne de Sumatra. Ceci a généré un très important tsunami, en particulier sur la côte ouest de Phuket. Le bilan officiel fait état de près de 6 000 morts. Pour une description plus détaillée de cet événement, voir : Lussault, 2007.

13 Information extraite d’un entretien avec la dDirectrice de la Thailand Authority of Tourism (TAT) en charge de l’île de Phuket, le 24 février 2019.

14 Entretien avec M. Duan, le 7 février 2019.

15 Entretien avec M. Pan, le 7 janvier 2018.

16 Entretien avec M. Huang, le 17 février 2019.

17 Entretien avec Mme Xun, le 15 février 2019.

18 Entretien avec Mme Wang, le 8 février 2019.

19 Laowai : nom familier (légèrement péjoratif) donné en Chine aux résidents occidentaux (« blancs »).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La région de Patong sur l’île de Phuket
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/6917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Figure 2. Le quartier analysé dans le centre de Patong
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/6917/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Figure 3. Présentation des rues étudiées dans le centre de Patong
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/6917/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Photo 1. La plage de Patong avec les décorations du Nouvel An chinois 2018
Crédits Source : cliché Li M., janvier 2018
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/6917/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 4. L’adaptation au tourisme chinois dans les rues de Patong
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/6917/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Photo 2. Le centre de services Ctrip à Phuket, ouvert en janvier 2019 (rue Patong 3)
Crédits Cliché Li M., février 2019.
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/6917/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Photo 3. Ctrip Gourmet List : les restaurants recommandés par Ctrip
Crédits Cliché Li M., février 2019
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/6917/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Figure 5. Les maisons d’hôtes chinoises à Patong
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/6917/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Photo 4. La cour d’une villa, le « Anna Garden »
Crédits Cliché Li M., février 2019.
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/6917/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Photo 5. Réunion de renouvellement de visa de travail, tout en mandarin
Légende Au cours de cet entretien, une traductrice (à droite) aide aux démarches administratives pour un couple de gérants de maison d’hôte. Face à deux agents thaïlandaises (de dos), l’ensemble de la réunion s’est faite sans qu’à aucun moment un échange direct ne soit fait entre les personnels administratifs et le couple.
Crédits Cliché Li M., février 2019
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/6917/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Photo 6. M. Zhang et une jeune touriste chinoise sur la plage de Karon
Crédits Cliché Li M., février 2019
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/6917/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Meng Li, « Analyse des formes d’adaptation spatiale aux touristes chinois. Le cas de Patong (Phuket, Thaïlande) »Mappemonde [En ligne], 132 | 2021, mis en ligne le 10 décembre 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/mappemonde/6917 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mappemonde.6917

Haut de page

Auteur

Meng Li

Assistant professor, Gulf University for Science and Technology (GUST), Koweït

Haut de page
  • Logo Avignon Université
  • Logo UMR ESPACE
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search