Navigation – Plan du site

AccueilNuméros133ArticlesLieux, échelons et dynamiques du ...

Articles

Lieux, échelons et dynamiques du tourisme dans la province d’Ispahan en Iran : Un outil politique entre inclusion au système touristique mondial et méfiance idéologique

Places, levels and dynamics of tourism in Isfahan Province, Iran: a political tool between inclusion in the global tourism system and ideological mistrust
Lugares, niveles y dinámicas turísticas en la provincia de Isfahan en Irán: un instrumento político entre la inclusión en el sistema turístico mundial y la desconfianza ideológica
Camille Dabestani

Résumés

Outil politique pluriel, le tourisme peut être à l’origine de tensions idéologiques relatives aux pratiques et aux lieux qu’il investit. Par une approche géographique, cet article s’intéresse aux structures spatiales du développement touristique en Iran. En s’appuyant sur la province d’Ispahan, des enjeux idéologiques et économiques sous-jacents au tourisme dans le pays sont rendus visibles par leurs manifestations spatiales. Une méthodologie mixte est mobilisée, incluant une analyse spatiale et typologique des lieux et une analyse lexicométrique des descriptions de circuits.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le tourisme constitue un enjeu économique et politique majeur pour les États et l’élaboration de stratégies nationales, en la matière, peut s’avérer source de multiples rapports de force (Cazes et Courade, 2004 ; Duhamel, 2018). Le développement touristique cristallise les tensions politiques dans les lieux, autour des pratiques et des patrimoines qu’il investit (Gravari-Barbas et Veschambre, 2004). Il prend le rôle d’outil de revendication, de construction nationale, d’intégration dans les circuits de mondialisation, servi par des dispositifs normatifs des institutions internationales (Boukhris et Chapuis, 2016).

  • 1 Banque mondiale. Tourisme international (nombre d’arrivées). Iran, Islamic Rep. Données. Consulté e (...)

2Dans ce cadre, cet article vise à analyser plus spécifiquement la place du tourisme dans la volonté d’intégration (Violier, 2000) de l’Iran aux circuits du tourisme mondial. Historiquement, cette destination est reconnue et en pleine expansion des années 1930 à 1979. L’Iran a, ensuite, fait face à une période de retrait relatif du système touristique mondial durant près de trente ans. Après la révolution de 1979, la République islamique, instaurée la même année, a entretenu des rapports restreints au tourisme suite à la guerre Iran-Irak (1980-1988). Les sanctions économiques internationales et la médiatisation occidentale négative à son égard ont renforcé les entraves au développement touristique du pays. Pourtant, l’évolution globale du tourisme en Iran est toujours à la hausse. Depuis 1995, le nombre d’entrées de touristes internationaux a été multiplié par près de cinq entre cette date et 20161. Cependant, les cinq millions de touristes internationaux comptabilisés en 2017 restent secondaires contre les plus de 65 millions de touristes intérieurs annoncés par le Centre des Statistiques d’Iran (Seyfi et Hall, 2018, p. 39)

3Après les bouleversements politiques des années 1980, le tourisme s’est révélé être un levier économique pour diversifier des revenus issus des énergies et limiter les conséquences des tensions politiques internationales et nationales. Ce développement touristique oppose deux approches parmi les décideurs iraniens, notamment concernant les lieux et les pratiques à promouvoir. Quand certains défendent une vision réformiste du tourisme, préconisent ses avantages économiques et l’ouverture au-delà des pays voisins, d’autres prônent une vision isolationniste, considèrent l’arrivée de touristes occidentaux et de certaines pratiques comme non conformes aux mœurs religieuses défendues au sommet de l’État (ibid.). Religion et politique sont indissociables en Iran (Baum et O’Gorman, 2010). Le rapport au tourisme est dual, oscillant entre volonté d’« inclusion » au système touristique mondial et méfiance idéologique et politique quant à ses valeurs.

4En prenant en compte ce contexte, cet article interroge les enjeux politiques auxquels sont associés le développement touristique et les constructions patrimoniales en Iran (Gravari-Barbas et Veschambre, 2004 ; Boukhris, 2016 ; Giblin, 2007 ; Knafou et al., 1997).

5Pour saisir ces processus, cette étude se concentre sur les lieux touristiques de la province d’Ispahan et de son proche voisinage (figure 1). Cette région centrale est parmi les plus touristiques du pays. Elle a été choisie pour son échelle intermédiaire : le niveau de la province correspondant à la maille administrative la plus large du pays, suffisamment grande pour dégager des dynamiques conséquentes et de taille raisonnable pour la parcourir dans le cadre d’un travail de terrain. Sa documentation, plus fournie parmi la littérature scientifique, a aussi contribué à son étude, même si celle-ci est concentrée principalement sur l’échelle nationale ou locale et notamment sur la ville d’Ispahan.

6Il s’agit d’analyser — par les structures spatiales, les pratiques et les représentations touristiques de la province centrale d’Ispahan — les enjeux politiques relatifs aux processus de développement du tourisme en Iran. De quelles manières le tourisme, intérieur comme international, devient-il un outil politique pluriel et ambigu dans le contexte iranien ? Que révèlent les dynamiques spatiales et les échelles de construction d’une destination touristique des intentions des divers acteurs concernés ?

Figure 1. Carte générale de l’Iran

Figure 1. Carte générale de l’Iran

7La méthodologie mixte choisie est composée d’une part de l’analyse typologique des lieux touristiques de la zone d’étude, de l’analyse spatiale des circuits touristiques dans le pays et d’un travail lexicométrique sur leurs descriptifs. D’autre part, elle est complétée par des entretiens et des observations sur le terrain.

8Après avoir présenté ces corpus, cet article s’intéresse aux échelons, aux structures spatiales et aux lieux structurants du tourisme dans le pays et dans la région. À partir de ces constats, les constructions politiques sous-jacentes au développement touristique iranien sont analysées.

9Trois principales dynamiques spatiales du tourisme sont enfin présentées et viennent illustrer le développement touristique au prisme de la politique : une différenciation dans la patrimonialisation des lieux selon leur symbolique, une mobilisation d’outils institutionnels nationaux et internationaux pour leur intégration au système touristique mondial et une polarisation des attentions étatiques autour des grands pôles urbains du centre du pays.

Méthodologie

  • 2 L’Organisation mondiale du tourisme intègre, par exemple, l’Iran à la région Asie du Sud et pas du (...)

10Cette analyse repose sur la construction de deux bases de données. Elles visent à étudier les territorialités du tourisme en Iran en utilisant comme unité d’analyse les lieux touristiques de la région centrale, leurs caractéristiques, les pratiques et les représentations associées. Ces bases ont aussi comme objectif de pallier une lacune de l’information notamment aux échelons régionaux et locaux sur le tourisme en Iran. Les données issues des statistiques nationales absentes, incomplètes ou opaques (Seyfi et Hall, 2018, p. 231) s’ajoutent à des données d’institutions internationales à la construction hétérogène dans la définition même du tourisme. Les statistiques nationales iraniennes ou celles de la Banque mondiale intègrent, par exemple, les déplacements professionnels. Les données sur le tourisme interne ou sur des échelons intermédiaires (province, par exemple) sont, soit opaques dans leur construction (ibid.), soit invisibilisées dans les statistiques des institutions internationales (Boukhris et Chapuis, 2016 ; Violier, 2000). La pertinence même du rattachement du pays dans les catégories régionales de ces institutions peut être questionnée2.

  • 3 Agences proposant les circuits étudiés : Nomade Aventure, IranDoostan tours, Oaksland Travel Ltd, T (...)

11La première base de données est construite dans le but de saisir les structures spatiales et les définitions d’une destination touristique iranienne pour des touristes étrangers (ici européens). Les pratiques spatiales des touristes sont approchées par l’étude des offres touristiques, supposant qu’elles répondent aux attentes et donc aux pratiques des individus. L’Iran fait partie de ces pays définis comme « hors champ pour des pratiques de repos » (Équipe MIT, 2002, p. 114) où les offres d’excursions et de circuits sont préférées aux séjours « statiques » par les agences destinées, notamment, aux touristes étrangers. Fort de ce constat, la base de données est constituée de circuits touristiques proposés à des touristes français ou européens (N=86 dans neuf structures touristiques différentes). Ces circuits touristiques permettent d’exclure du corpus les déplacements professionnels puisqu’ils sont uniquement dédiés aux particuliers (Violier, 2011). Pour des raisons d’accessibilité des données en amont du travail de terrain, le corpus a été constitué à partir de circuits proposés par des agences touristiques spécialisées dans le tourisme culturel et sportif proposant leur offre en ligne à des touristes internationaux, ici, notamment, français3.

12Afin de situer la province d’Ispahan dans le contexte touristique du territoire iranien, les lieux visités ainsi que les descriptifs de ces offres font l’objet de deux analyses distinctes : les lieux et les circuits sont cartographiés et leurs places évaluées dans cet ensemble (figure 3). Ensuite, leurs descriptifs textuels sont traités par une analyse lexicométrique (figure 4). L’objectif est d’identifier — par le biais des offres de ces agences — les images, les pratiques et les territorialités touristiques associées à la destination iranienne.

  • 4 Sources des données : Agences de voyage iraniennes, françaises ou allemandes ; sites de recommandat (...)
  • 5 Sources des données : Sites de voyage ; cartes et images satellites ; encyclopédies collaboratives (...)

13Afin de saisir les structures spatiales du tourisme, une seconde base de données a été constituée à partir des lieux touristiques de la province d’Ispahan et de son proche voisinage (figures 5 et 6). Elle comprend une liste non exhaustive de 92 lieux géoréférencés4 et classés5 selon une typologie basée sur la place des pratiques touristiques (encadré 1) proposée par le groupe de recherche Mobilités, Itinéraires, Tourisme (Équipe MIT, 2002).

  • 6 Je remercie l’ensemble de ces acteurs·trices (liste ci-après) pour les précieux échanges que nous a (...)

14Enfin, un travail de terrain réalisé entre février et avril 2019 complète les données collectées par une démarche d’observation dans des lieux touristiques de la région, une étude de documents à destination des touristes internes et des entretiens avec divers acteurs impliqués6 (en amont et pendant le séjour de terrain) dans le secteur du tourisme. Ces échanges à visée exploratoire ont été mobilisés tout au long de la constitution des bases de données et de leurs analyses. Les personnes rencontrées étaient toutes liées au tourisme dans le pays, par leur position de chercheurs ou d’acteurs professionnels de secteurs concernés par le tourisme en Iran, depuis le pays ou depuis des pays émetteurs de touristes, ici la France. Un autre objectif majeur était d’éviter, autant que possible, les erreurs d’analyse et d’interprétation.

Le pays et le lieu : des échelons structurants du tourisme en Iran

15Région centrale du pays, nous allons voir que la province d’Ispahan et son proche voisinage tiennent une place essentielle dans le système touristique iranien. Les entités-clés de la construction du tourisme en Iran seront identifiées par une analyse spatiale et lexicométrique des circuits touristiques qui s’y déploient.

La province d’Ispahan : une centralité géographique et historique en Iran

16Présenter la province d’Ispahan dans son cadre géographique et historique est essentiel afin de saisir les processus en jeu dans la structuration de ses lieux touristiques. Elle est encadrée à l’ouest par les montagnes Zagros, à l’est par le désert Dasht-e Kavir et parcourue par un large plateau central. La province est constituée d’une diversité paysagère importante : hautes montagnes, vallées fertiles autour du fleuve Zayand-e Rud, déserts de sables, paysages arides et lacs de sel (figure 2). Centralité des échanges dans un pays où le réseau de transport reste dans l’ensemble sous-développé (Borjian, 2012), la province a aussi occupé un rôle majeur dans l’histoire de la Perse et de l’Iran. Ispahan en a été la capitale pendant les périodes Saljûqide (X-XIIe siècle apr. J.-C.) et Sassanide (224-651 apr. J.-C.). L’économie de la province d’Ispahan est aujourd’hui principalement basée sur l’industrie (acier, raffinage et automobile) (de Planhol, 2012) tandis que le secteur des services, en plein essor depuis les années 1970 (Borjian, 2012), est dominé par le tourisme.

Figure 2. Carte de localisation de la province d’Ispahan, Iran

Figure 2. Carte de localisation de la province d’Ispahan, Iran
  • 7 Service économique de l’Ambassade de France en Iran, 2018, La province d’Ispahan, Direction Général (...)

17En termes de flux touristiques, la province d’Ispahan est reconnue à la fois comme centralité du tourisme interne et comme destination internationale avec 2,5 millions de touristes, au total, durant l’année 1396 (2017-2018)7, et ce, malgré un manque considérable d’hébergements (Borjian, 2012). Cependant, il est possible de s’interroger sur ce statut de destination touristique de la région centrale au sein du pays en adoptant une approche géographique du tourisme s’appuyant sur ses lieux et ses pratiques. Une destination touristique est définie comme un espace ou un lieu perçu par les touristes (Piriou, 2011) caractérisé par « une représentation et une réalité sur laquelle les touristes sont diversement informés » (Violier, 2009), nécessitant une convergence des acteurs impliqués et la construction d’un espace « localisé et localisant » (Piriou, 2011, p. 26). Un tel statut nécessite donc la vérification de ces trois composantes.

Le lieu comme élément structurant du développement touristique

18La province d’Ispahan est réputée pour sa capitale éponyme. Ispahan est médiatisée par une multitude de sources — guides touristiques, sites de recommandation, réseaux sociaux, reportages ou bouche-à-oreille — construisant les discours, les images et les regards sur celle-ci (Violier, 2007). Ce constat préliminaire montre la définition d’un lieu perçu et représenté par les touristes, sans correspondre à la province d’Ispahan, mais à sa capitale. L’analyse spatiale, puis lexicométrique, de la base de données des circuits touristiques proposés à des touristes français vient enrichir cette observation. L’étude des circuits touristiques (figure 3) s’intéresse aux lieux (nombre d’occurrences des lieux visités) et aux provinces intégrées à ces itinéraires. Tout d’abord, à l’échelle nationale, les itinéraires de voyage proposés ne se concentrent jamais au sein d’une seule entité régionale. Cela illustre une relative faiblesse de la structure provinciale dans la pratique spatiale du tourisme en Iran, à l’exception notable de la province d’Ispahan pour laquelle 84 % des circuits étudiés parcourent au moins l’un de ses lieux.

Figure 3. Les lieux des circuits touristiques proposés à des touristes français, début 2019

Figure 3. Les lieux des circuits touristiques proposés à des touristes français, début 2019

19En effet, concernant les lieux intégrés à ces circuits, un ensemble de quatre villes localisées dans la région centrale émerge : Téhéran, Kashan, Ispahan et Shiraz. Au-delà même de leurs dynamiques touristiques individuelles, visibles par leur présence dans les offres étudiées, elles existent en tant que groupe : dans 70 % des circuits étudiés, au moins trois de ces quatre lieux majeurs sont visités. La province d’Ispahan a une place reconnue dans les représentations mises en avant par les organisateurs de circuits, mais sa dynamique touristique semble émerger de ses lieux plutôt que la province elle-même.

Le développement d’une destination touristique d’échelle nationale

  • 8 Organisation iranienne du patrimoine culturel, de l’artisanat et du tourisme.

20Ces lieux-clés de la région centrale du pays ont une influence sur la structure nationale du tourisme et questionnent la construction d’une destination touristique pensée par l’État iranien. L’analyse lexicométrique permet d’aller plus loin et de résumer les éléments avancés jusque-là (figure 4). Deux échelons géographiques se dégagent et structurent les représentations touristiques du pays. Un premier ensemble s’organise autour du mot « Iran » et un second autour du terme « ville », mais l’échelle intermédiaire de la région ou de la province n’apparaît nullement. Cette unité géographique ne semble structurante, ni dans les représentations, ni dans les pratiques touristiques, du moins pour des touristes français. Ainsi, dans le cadre de circuits, ces derniers ne viennent pas visiter une région ou une province en particulier. Malgré l’existence d’institutions d’administration et de gestion régionales — à l’image des directions provinciales de l’ICHHTO (Iran Cultural Heritage, Handicraft and Tourism Organization8) destinées à la gestion du tourisme et du patrimoine dans les territoires — le système territorial iranien est nettement centralisé (Seyfi et Hall, 2018). Cette faiblesse dans la gestion du tourisme dans les territoires participe au manque de cohésion des acteurs du secteur. Elle réduit d’autant plus la dynamique touristique aux échelles intermédiaires.

Figure 4. Représentations touristiques de l’Iran : une destination nationale basée sur ses villes

Figure 4. Représentations touristiques de l’Iran : une destination nationale basée sur ses villes

Analyse lexicométrique des similitudes sur les descriptifs des circuits touristiques.

21Il n’est pas possible de désigner la province d’Ispahan ou la région centrale en tant que destination touristique à part entière par les observations réalisées et les critères de définition de la destination touristique énoncés précédemment : ces entités ne sont pas présentées aux touristes, le manque de convergence des acteurs dans la construction touristique est notable et leur pouvoir, localisant et localisé au sein du système touristique national, est fragile. Les analyses spatiales et lexicométriques menées sur les circuits touristiques destinés aux touristes internationaux ont illustré l’absence de cette échelle régionale, dont même les institutions touristiques provinciales ne se saisissent pas dans les pratiques.

22Les lieux touristiques de la province d’Ispahan ont, quant à eux, une place centrale dans les représentations du tourisme en Iran. Les objectifs de développement touristique sont plutôt concentrés à l’échelon des villes. Un système de lieux touristiques majeurs s’en dégage, au cœur duquel la ville d’Ispahan occupe une place centrale dans les pratiques de tourisme comme dans les représentations transmises.

23Plutôt que de parler de destination touristique pour désigner la province d’Ispahan, il faudrait ainsi parler d’une destination touristique nationale au sein de laquelle les lieux ont un rôle majeur. L’analyse lexicométrique des descriptions de ces circuits a nettement mis en avant le niveau national comme échelle de construction d’une destination touristique et s’appuie sur des lieux bien identifiés.

Le développement touristique comme outil politique : entre tensions idéologiques et intégration au système touristique mondial

24En s’appuyant sur des lieux et des patrimoines spécifiques, la construction d’une destination touristique nationale devient un véritable enjeu politique. Nous interrogeons les dimensions politiques et idéologiques des choix de développement touristique à l’échelle nationale à partir de l’étude des structures spatiales, des pratiques et des représentations du tourisme dans la région centrale iranienne. Trois principaux processus sont identifiés et questionnés : une cristallisation des tensions autour de la mise en tourisme des patrimoines islamiques et pré-islamiques, une mise en avant d’un patrimoine choisi dans le système touristique mondial grâce aux outils institutionnels nationaux et internationaux et, enfin, une polarisation du développement touristique dans les grandes centralités urbaines. Nous verrons également que ces processus concernent autant le tourisme interne qu’international, mais surtout qu’ils relèvent d’enjeux de contrôle des espaces et des pratiques touristiques qui leur sont associées.

Lieux et patrimoine : Tensions idéologiques autour des symboles

25Les tensions autour des symboles dans la construction nationale sont nombreuses en Iran. Dans ce cadre, les liens entre patrimoine et tourisme, mais également les lieux investis s’en trouvent d’autant plus tendus (Boukhris, 2016 ; Gravari-Barbas et Veschambre, 2004 ; Lazzarotti, 2000).

26Nous l’avons vu, Ispahan et Shiraz ont une place essentielle parmi les lieux structurants du tourisme dans la région centrale. Elles ont pour point commun d’avoir toutes deux occupé le statut de capitale. Les traces patrimoniales de leurs époques de rayonnement se reflètent au sein de chacune d’elles. L’analyse lexicométrique réalisée sur les circuits touristiques les introduit (figure 4). La branche issue du terme « ville » prend une forme arborescente où l’on distingue quatre niveaux : l’objet « ville », la ville de Shiraz, les autres principaux lieux touristiques et les termes rattachés à chacun. Le premier lieu qui apparaît le plus en relation avec l’objet « ville » est donc Shiraz, seul lieu de l’ensemble associé à tous les autres. Shiraz est également située à proximité (une soixantaine de kilomètres) d’un ensemble de trois sites patrimoniaux et touristiques : l’ancienne capitale Persépolis, la cité antique de Pasargades et les tombeaux de Necropolis. Centralités de la Perse pré-islamique, à une période où la religion zoroastrienne était prédominante, ces sites datant de 500 à 200 ans av. J.-C. apparaissent, en effet, associés dans la moitié des circuits étudiés (46 %). Ils sont des lieux « incontournables » du tourisme en Iran.

27Le développement touristique à Shiraz diffère de celui d’Ispahan (entretien avec Fazileh Davdar-Khani). Dans cette deuxième ville, parmi les sites touristiques majeurs, nombreux sont ceux qui sont, ou ont été, des lieux religieux : la mosquée du Shah, la mosquée du Cheikh Loftollah ou encore la Grande mosquée et leurs architectures représentatives des arts dits islamiques. De plus, Ispahan semble être au cœur des attentions des acteurs du tourisme du pays, prise, par exemple, entre son intégration dans le Réseau des villes créatives de l’UNESCO en 2015 ou son partenariat avec Paris dans le cadre de la « Semaine culturelle d’Ispahan à Paris » en avril 2018. Malgré la place centrale de Shiraz au sein de ces offres destinées aux touristes français, sa mise en avant par des partenariats institutionnels est, pourtant, bien plus restreinte. Elle bénéficierait de moins de moyens et d’opportunités créées par les institutions politiques. Cette disparité serait issue d’une crainte des décisionnaires : en développant le tourisme dans des sites autres que ceux de la période islamique, ayant eu ou étant des lieux de pratiques religieuses, ces derniers pourraient être mis de côté par les touristes, notamment iraniens (entretiens, 2019). En revanche, les acteurs proposant ces offres ne semblent pas tenir compte des critères historiques mis en avant précédemment. Notre propos est soutenu par l’analyse lexicométrique conduite. La différence entre lieux touristiques issus des périodes islamiques ou pré-islamiques identifiées n’apparaît pas. Certes, Shiraz est associée à des éléments de la Perse, notamment avec les termes « persan » ou « poète », mais Ispahan n’est pas liée à des éléments relatifs à la période islamique ou aux pratiques religieuses.

Des institutions internationales comme outils politiques de contrôle d’une intégration au système touristique mondial

28Observée à l’échelle de la région centrale, cette différenciation dans la mise en tourisme, et la patrimonialisation des lieux selon les symboles et les liens idéologiques que la classe politique y associe, est également démontrée au niveau national. Les dispositifs normatifs des institutions internationales, telles que l’UNESCO, sont un outil politique pour les États dans la patrimonialisation et la mise en tourisme (Boukhris et Chapuis, 2016). Ils décident ainsi des sites (et des symboles) mis en avant dans le système touristique mondial et contrôlent, par la même occasion, les pratiques sociales et spatiales dans ces lieux (Bortolotto, 2011 ; Cousin, 2008 ; Lazzarotti, 2000).

29Comme nous l’avons vu, Ispahan est mise en avant par ces dispositifs internationaux : Réseau des villes créatives de l’UNESCO, classements de plusieurs sites au patrimoine mondial, ou encore, partenariats culturels binationaux. À l’échelle nationale, le pays est également associé à l’Icomos (Conseil international des monuments et des sites), à l’Iccrom (Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels) et divers partenariats avec des musées internationaux sont entretenus. Ces outils institutionnels sont, ainsi, largement mobilisés par l’État iranien.

30Or, l’étude des sites mis en avant par ces biais interroge sur leur usage à des fins politiques et idéologiques. L’analyse de la liste indicative iranienne du classement au patrimoine mondial de l’UNESCO présente un grand intérêt pour saisir ce que l’État souhaite classer (Baum et O’Gorman, 2010), et par extension, ce qu’il considère comme patrimoine représentatif du pays. Cette liste montre, entre autres, une surreprésentation des sites récents, souvent relatifs à la période islamique. Les sites renvoyant à l’histoire pré-islamique sont en retrait face à ces derniers à la fois au sein de cette liste, mais également dans les faits. Quelques membres des autorités religieuses auraient même proposé la destruction de certains de ces sites patrimoniaux à la suite immédiate de la révolution islamique de 1979 (Seyfi et Hall, 2018), illustrant la tension existante dans le pays autour de son patrimoine culturel.

31Au-delà du classement à l’UNESCO, c’est un jeu autour de la modification des symboles culturels de l’Iran qui est engagé avant même la révolution. Au cours de la dynastie Pahlavi (1925-1979) et notamment lors du règne du dernier shah Mohammad Reza (1941-1979), le nationalisme est construit sur l’idée de la grandeur de la Perse antique, de la « persanité » et de son imagerie symbolique et architecturale, tout en réduisant les expressions religieuses ou de la diversité culturelle et ethnique du pays (Riaux, 2016). Après la révolution, ces symboles ont progressivement été remplacés par des références religieuses parmi lesquelles la mosquée (Baum et O’Gorman, 2010), tant comme lieu de culte que comme lieu patrimonial. Cet objet émerge également de l’analyse lexicométrique (figure 3) et illustre ce glissement symbolique, cette révolution des valeurs et des symboles qui a des effets sur le développement du tourisme dans le pays. La gestion de la culture et du patrimoine iranien tend à favoriser une approche idéologique, plus que scientifique, et à former des « zones grises » que Carbone, Malek et Lohrasbi décrivent autour des éléments patrimoniaux ne correspondant pas aux valeurs promues par la classe dirigeante (Seyfi et Hall, 2018).

32Les symboles portés par les lieux touristiques sont, ainsi, des vecteurs de différenciation dans l’investissement et le développement touristique promu par l’État iranien. Le patrimoine en est le socle et les dispositifs institutionnels internationaux constituent un puissant outil politique dont les décideurs se saisissent.

Polarisation et rayonnement touristique de Téhéran, Ispahan et Kashan : concentration autour d’un tourisme contrôlé

33Ce contrôle vertical et étatique du développement touristique tend également à apparaître dans la répartition même des lieux mis en tourisme, pour le tourisme international comme interne. L’analyse des circuits laisse apparaître un axe majeur du tourisme, en Iran, allant du Nord au Sud, de Téhéran à Shiraz (figure 5). Cet ensemble s’inscrit dans un espace de grande importance économique et géopolitique pour le pays, reliant dans son extension la mer Caspienne au golfe Persique en passant par la capitale.

Figure 5. Les lieux touristiques dans la province d’Ispahan et son proche voisinage

Figure 5. Les lieux touristiques dans la province d’Ispahan et son proche voisinage

Cartographie des lieux touristiques dans la région centrale de l’Iran (non exhaustif).

34Téhéran, Kashan, Ispahan et Shiraz sont des villes majeures du tourisme localisées sur cet axe. Dans un périmètre de part et d’autre, un ensemble de lieux touristiques périphériques (figure 5) se répartit autour de l’autoroute reliant ces villes.

35Plus précisément, une polarisation de lieux touristiques est relevée dans les périphéries de Kashan et d’Ispahan, visible dans un rayon d’une cinquantaine de kilomètres (figure 6). À partir de ces centres, les lieux touristiques sont accessibles à moins d’une heure par la route qui facilite leur visite lors d’un séjour à Kashan, Ispahan ou au cours d’un itinéraire entre les deux villes.

Figure 6. Les pratiques dans les lieux touristiques à proximité de l’axe Kashan-Ispahan-Shiraz

Figure 6. Les pratiques dans les lieux touristiques à proximité de l’axe Kashan-Ispahan-Shiraz

Cartographie et classification des lieux touristiques (non exhaustif)

  • 9 Ministère de la planification et du budget.

36La typologie des lieux touristiques proposée par l’équipe MIT, en 2002, a été appliquée (encadré 1) à la région d’Ispahan. Elle montre que les périphéries de Kashan et Ispahan accueillent des villes et des villages touristifiés ou bien à fonction touristique. Dans le premier cas, la place du tourisme est prépondérante dans les activités urbaines du lieu, il est dépendant de cette fonction touristique. Dans le second cas, il est une fonction urbaine parmi d’autres et le lieu ne dépend pas fondamentalement de cette activité (Équipe MIT, 2002). Pour les villes ou villages touristifiés, leur proximité avec Kashan ou Ispahan pourrait être un facteur majeur de leur mise en tourisme. Cependant, tous ces lieux ne sont, dans l’ensemble, que peu dotés d’hébergements. En Iran, la quasi-totalité de l’offre hôtelière n’est développée que dans les grandes villes (Seyfi et Hall, 2018) telles que Téhéran, Kashan ou Ispahan (Sāzmān-e barnāma wa budja9, 1997, cité par Borjian, 2012).

Encadré 1 : Classification des lieux touristiques proposée par l’équipe MIT
La typologie proposée par le groupe de recherche MIT (Mobilités, Itinéraires, Tourismes) de l’Université Paris 7 (actuelle Université de Paris) considère la variété des lieux du tourisme en s’appuyant sur les pratiques touristiques par une approche systémique permettant d’intégrer les facteurs des échelles supérieures. Quatre critères de classification (présence ou absence d’une population locale, présence ou absence d’hébergement pour les touristes, fonctions urbaines et touristiques diversifiées ou non et existence d’une situation pré-touristique ou non) sont étudiés permettant de prendre en compte le rapport à la mobilité des touristes, leur rapport à l’altérité, la place du tourisme dans la persistance du lieu, ainsi que la situation de départ de ce dernier dans son itinéraire touristique. Huit types de lieux sont ainsi dégagés : la ville ou le village touristifié, à fonction touristique, étape, le couple ville-station, le site, le comptoir, la station ou encore la station-ville.
Cette typologie a été testée et appliquée à différents cas, entre autres La Baule, Saint-Gervais-les-Bains en France (Équipe MIT 2002) ou encore à Brighton et Hove en Angleterre (Stock, 2001). Pour limiter le biais d’eurocentrisme de cette typologie, elle a été éprouvée par trois chercheurs et enseignants-chercheurs en tourisme et en géographie des universités d’Ispahan et de Téhéran travaillant sur les thématiques du tourisme en Iran.

37L’influence même de Téhéran vient modifier les pratiques touristiques et ses manifestations spatiales à l’échelle nationale. La capitale est la plus grande génératrice de touristes internes du pays, par leurs ressources économiques dans l’ensemble plus conséquentes (Seyfi et Hall, 2018) et par leurs retours dans leurs régions d’origine pendant les périodes de vacances (Ghaderi, 2011). Les touristes internes venant de Téhéran sont également attirés par les lieux localisés à proximité de la capitale. La côte de la Mer Caspienne, la province d’Ispahan, et notamment Kashan, attirent pour leurs climats et leurs environnements respectifs. Cette ville est prisée par les Téhéranais à la fois pour l’achat de résidences secondaires ou la location d’hébergements temporaires afin de visiter un ensemble de sites aux alentours, et à la fois comme étape sur l’axe routier entre Téhéran, Ispahan et Shiraz. Ce type d’hébergement est accessible pour une population aisée assez restreinte, les visites chez des membres de la famille ou des proches restant le principal moyen choisi (ibid. ; Seyfi et Hall, 2018). L’État a mis en place un accès à des logements à bas coût (tels que des écoles vides pendant les vacances scolaires) pour les populations plus défavorisées dans des régions moins fréquentées par les touristes. Ces initiatives entretiennent, malgré tout, l’absence de développement touristique et la difficulté de mise en place d’initiatives hôtelières ou touristiques hors des centralités urbaines déjà identifiées (Davdar-Khani, 2012 ; Nikjoo et al., 2020). En effet, le développement du tourisme interne reste fortement concentré et tourné vers l’urbain et vers le tourisme dit « historique et culturel » (Seyfi et Hall, 2018).

  • 10 Défini comme une pratique touristique responsable de l’environnement et des populations locales qui (...)

38Plus récemment, les formes dites d’écotourisme10 ont parfois pu y être encouragées comme alternatives à une autre activité économique, agricole ou industrielle, notamment dans les déserts de la région centrale, mais principalement à destination des touristes internationaux. Outil de développement, l’écotourisme peut, selon les usages, être un instrument politique de contrôle et de fermeture des lieux à certains publics ou à certaines pratiques (Dehoorne et Transler, 2007). L’indécision et le malaise de la classe politique face à ce champ porteur pour l’économie iranienne restent une source de blocage, surtout pour le tourisme des Iraniens. Les pratiques liées à l’écotourisme sont parfois associées par les autorités à des pratiques idéologiquement controversées (mixité, non-port du voile, consommation d’alcool, etc.) et les espaces concernés peu contrôlables.

39La comparaison des villes d’Ispahan et de Shiraz par leurs formes de valorisation a permis d’illustrer un usage politique de la mise en tourisme. Les choix réalisés par l’État dans le patrimoine mis en avant dans ces lieux, pour l’intégration du pays au système touristique mondial, présentent les enjeux de contrôle autour des symboles associés à l’Iran en tant que destination touristique. Ce contrôle s’est également manifesté lors de l’analyse des pratiques touristiques mises en lumière par le choix des lieux où le tourisme est développé par une action de l’État. Comme vu dans les analyses lexicométrique et spatiale des circuits touristiques, la mise en avant des pratiques touristiques urbaines et centrées sur l’histoire et la culture font partie de ces stratégies de mise en tourisme perçues comme acceptables aux yeux des décideurs politiques.

Conclusion

40Les résultats proposés dans cet article sont exploratoires : ils visent, avant tout, à présenter une approche géographique du tourisme pour un territoire relativement peu étudié dans ce cadre dans les littératures scientifiques francophones comme anglophones. Des limites sont identifiées, à commencer par l’approche euro-centrée de ce travail, tant dans ses concepts que dans les corpus construits. Les lectures et les échanges avec des chercheurs iraniens étudiant les thématiques du tourisme en Iran ont eu comme priorité de réduire ce biais et de saisir au mieux des angles d’analyse complexes à aborder dans le contexte iranien. La nécessité de construire des bases de données personnelles produit aussi des limites, à l’image de l’étude des circuits touristiques qui n’a pas pu tenir compte des itinéraires de voyage réalisés indépendamment d’agences par des touristes internes ou internationaux.

41Entre destination nationale et lieux touristiques, les échelons intermédiaires ne semblent pas être structurants ni dans les représentations, ni dans les stratégies de développement du tourisme interne ou international en Iran. L’étude à l’échelle de la province d’Ispahan a permis de considérer son système de lieux touristiques, les pratiques qui les construisent et d’en faire émerger des structures spatiales.

42Ces dernières révèlent des enjeux politiques sous-jacents au développement touristique dans la région, mais aussi dans le pays, illustrés par trois processus. D’abord idéologique, le premier montre la cristallisation des tensions identitaires et culturelles autour des références patrimoniales relatives aux histoires pré-islamique et islamique de l’Iran, à l’image de l’opposition entre Ispahan et Shiraz. Ce patrimoine, ainsi choisi, est mis en avant et intégré au système touristique mondial par des outils institutionnels nationaux et internationaux. Enfin, malgré un rayonnement d’attractivité, la polarisation du développement touristique intérieur comme international autour des principales centralités urbaines de la région se fait au détriment des espaces périphériques.

43La destination touristique nationale iranienne est portée par un développement vertical, pensé par un État pour lequel le tourisme revêt un rôle idéologique et économique de plus en plus prégnant. En se saisissant des outils institutionnels nationaux et internationaux, l’État iranien donne à voir des lieux et un patrimoine choisi, cherchant à les intégrer de manière contrôlée, selon son idéologie, au système touristique mondial. Ce contrôle tend à limiter le développement touristique régional et local hors des principaux centres urbains d’un pays aux potentialités touristiques majeures.

Haut de page

Bibliographie

Baum T. G., O’Gorman K. D. (2010). “Iran or Persia: What’s in a name, the decline and fall of a tourism industry?”. In Butler R. et Suntikul W. (éd.). Tourism and Political Change, Oxford : Goodfellow Publishers, 12 p.

Bortolotto C. (2011). « Le trouble du patrimoine culturel immatériel ». In Bortolotto C. (éd.) Le patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie. Paris : Maison des sciences de l’homme, p. 21-43. ISBN 9782735114177

Borjian H. (2012). “Ispahan(xiv) : Modern economy and industries. (1) The province”. Encyclopaedia Iranica, vol. XIV, fasc. 1, p. 55-62.

Boukhris L. (2016). « La fabrique circulatoire d’un patrimoine national ou la coproduction de la nature au Costa Rica ». Autrepart, no 78-79, p. 257-275.

Boukhris L., Chapuis A. (2016). « Circulations, espace et pouvoir. Penser le tourisme pour penser le politique ». L’Espace politique, vol. 28, no 1, 20 p.

Cazes G., Courade G. (2004). « Les masques du tourisme ». Revue Tiers Monde, 2004/2, no 178, p. 247-268.

Cousin S. (2008). « L’UNESCO et la doctrine du tourisme culturel ». Civilisations, no 57, p. 41-56.

Dadvar-Khani F. (2012). “Participation of rural community and tourism development in Iran”. Community Development, vol. 43, no 2, p. 259-277.

Dehoorne O., Transler A.-L. (2007). « Autour du paradigme d’écotourisme ». Études caribéennes, no 6, avril 2007.

De Planhol X. (2012). “Isfahan (ii): Historical Geography: an overview since ancient time”. Encyclopaedia Iranica, vol. XIII, fasc. 6, p. 617-622.

Duhamel P. (2018). Géographie du tourisme et des loisirs : dynamiques, acteurs, territoires. Malakoff : Armand Colin, coll. « Collection U », 283 p.

Équipe MIT. (2002). Tourismes 1. Lieux communs. Paris : Belin, 320 p. ISBN 978-2-7011-4892-2

Ghaderi Z. (2011). “Domestic tourism in Iran”. Anatolia. An International Journal of Tourism and Hospitality Research, vol. 22, no 2, p. 278-281.

Giblin B. (2007). « Le tourisme : un théâtre géopolitique ? ». Hérodote, no 127, p. 3-14.

Gravari-Barbas M., Veschambre V. (2004). « Patrimoine : derrière l’idée de consensus, les enjeux d’appropriation de l’espace et des conflits ». In Melé P., Larrue C. et Rosemberg M. (éd.), Conflits et territoires, Tours : Presses universitaires François-Rabelais, p. 67-82.

Knafou R., Bruston M., Deprest F., Duhamel P., Gay J.-C., Sacareau I. (1997). « Une approche géographique du tourisme ». Espace géographique, t. 26, no 3, p. 193-204.

Lazzarotti O. (2000). « Patrimoine et tourisme : un couple de la mondialisation ». Mappemonde, no 57, p. 12-16. En ligne : http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M100/Lazzarotti.pdf

Lazzarotti O. (2010). « Le tourisme, matière à penser de la science géographique ». Mondes du tourisme, no 1, p. 7-16.

Nikjoo A., Seyfi S., Hatamifar P. (2020). “Social tourism in Iran: the case of school-stay tourist accommodation”. Tourism Recreation Research, vol. 45, no 4, p. 459-468.

Piriou J. (2011). « Le haut-lieu touristique ». Téoros, vol. 30, no 1, p. 25-32.

Riaux G. (2016). « Iran : le retour ». Questions internationales, La documentation française, no 77, 128 p.

Seyfi S., Hall M. C. (2018). Tourism in Iran: Challenges, development and issues. Routledge. 247 p. ISBN 9781138505124

Stock M. (2001). « Brighton and Hove : station touristique ou ville touristique ? Étude théorico-empirique ». Géocarrefour, vol. 76, no 2, p. 127-131.

Violier P. (2000). « Points de vue et lieux touristiques du Monde ». Mappemonde, no 57, p. 7-11. En ligne : http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M100/Violier.pdf

Violier P. (2007). « Tourisme et médias : regards d’un géographe ». Le Temps des médias, no 8, p. 159-170.

Violier P. (2009) « Proposition pour un modèle d’analyse dynamique des lieux touristiques ». In Lemasson, J.-P., Violier P. (dir.). Destinations et territoire. Volume 1. Coprésence à l’œuvre, Montréal : Presses de l’Université du Québec/Téoros, p. 26-27.

Violier P. (2011). « Les lieux du monde. Approches du tourisme par l’exploitation des catalogues des tour-opérateurs ». EspacesTemps.net. En ligne : https://www.espacestemps.net/articles/les-lieux-du-monde/

Haut de page

Notes

1 Banque mondiale. Tourisme international (nombre d’arrivées). Iran, Islamic Rep. Données. Consulté en 2019.

2 L’Organisation mondiale du tourisme intègre, par exemple, l’Iran à la région Asie du Sud et pas du Moyen-Orient, rendant la mise en contexte régionale complexe (Seyfi et Hall, 2018).

3 Agences proposant les circuits étudiés : Nomade Aventure, IranDoostan tours, Oaksland Travel Ltd, Terres d’Aventure, Quoratrip, Intermèdes, Le voyage autrement, Travital, Iran Autrement, Iran Roads. Sept, parmi les neuf, sont des agences françaises et les deux restantes sont iraniennes et destinées à des touristes internationaux.

4 Sources des données : Agences de voyage iraniennes, françaises ou allemandes ; sites de recommandation spécialisés dans le tourisme et les loisirs ; guides de voyage ; blogs de voyageurs ; articles scientifiques.

5 Sources des données : Sites de voyage ; cartes et images satellites ; encyclopédies collaboratives si sources fiables ; médias d’actualités ou spécialisés ; sites des hébergements ; tour-opérateurs ; articles scientifiques.

6 Je remercie l’ensemble de ces acteurs·trices (liste ci-après) pour les précieux échanges que nous avons pu avoir. Hossein et Golnar, guides touristiques à Ispahan (mars 2019) ; Shervin et Sepideh, conseiller·ère·s en agence de voyage à Téhéran (avril 2019, par mail) ; Conseillère à l’agence de voyage Nomade Aventure à Paris (mai 2019) ; Enseignant·e·s-chercheur·e·s : Fazileh Davdar Khani (géographe, Université de Téhéran, rencontrée à Téhéran en mars 2019) Adel Nikjoo (spécialiste du tourisme, Institut de Recherche sur le tourisme d’Ispahan, à Ispahan en février 2019), Siamak Seyfi (géographe, Institut de recherche et d’études supérieures du tourisme, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, à Paris en janvier 2019), Mohammad Sharifi-Tehrani (spécialiste du tourisme, Université d’Ispahan, à Ispahan en février 2019).

7 Service économique de l’Ambassade de France en Iran, 2018, La province d’Ispahan, Direction Générale Trésor, Publications des services économiques, 5 p.

8 Organisation iranienne du patrimoine culturel, de l’artisanat et du tourisme.

9 Ministère de la planification et du budget.

10 Défini comme une pratique touristique responsable de l’environnement et des populations locales qui doivent être impliquées, dans des lieux naturels intacts voire protégés, promouvant sa conservation et l’éducation des visiteurs dont les traces doivent être limitées (ICUN, Union internationale pour la conservation de la nature). En Iran, cela prend la forme d’éco-lodges, d’éco-camps ou encore d’excursions dans le désert ou en montagne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte générale de l’Iran
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/7080/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Figure 2. Carte de localisation de la province d’Ispahan, Iran
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/7080/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Figure 3. Les lieux des circuits touristiques proposés à des touristes français, début 2019
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/7080/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Figure 4. Représentations touristiques de l’Iran : une destination nationale basée sur ses villes
Légende Analyse lexicométrique des similitudes sur les descriptifs des circuits touristiques.
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/7080/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre Figure 5. Les lieux touristiques dans la province d’Ispahan et son proche voisinage
Légende Cartographie des lieux touristiques dans la région centrale de l’Iran (non exhaustif).
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/7080/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Titre Figure 6. Les pratiques dans les lieux touristiques à proximité de l’axe Kashan-Ispahan-Shiraz
Légende Cartographie et classification des lieux touristiques (non exhaustif)
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/7080/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Dabestani, « Lieux, échelons et dynamiques du tourisme dans la province d’Ispahan en Iran : Un outil politique entre inclusion au système touristique mondial et méfiance idéologique »Mappemonde [En ligne], 133 | 2022, mis en ligne le 21 avril 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/mappemonde/7080 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mappemonde.7080

Haut de page

Auteur

Camille Dabestani

Doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Géographie-cités

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search