Navigation – Plan du site

AccueilNuméros134ArticlesDispositifs de visite et représen...

Articles

Dispositifs de visite et représentations spatiales

Sightseeing tour devices and spatial representations
Dispositivos digitales de visita
Laura Sofía Martínez-Agudelo

Résumés

Les applications mobiles proposant des parcours de visite dans la ville nous invitent à véhiculer de nouvelles représentations socio-cognitives pour appréhender l’espace urbain. La carte développe l’émergence du sens. Quand elle est dématérialisée, le(s) sens de l’espace physique se réinvente(nt) permettant que les usagers vivent, inscrivent et partagent leurs trajets et leurs expériences autrement. Les propositions des dispositifs de médiation instaurent ainsi de nouvelles pratiques de visite entraînant des relations fluctuantes de mouvement et de communication dans le territoire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans le domaine des sciences de l’information et de la communication les pratiques physiques et symboliques, au sein de l’espace urbain, telles que s’orienter et se déplacer, sont saisies au travers de processus communicationnels. L’espace est compris et réfléchi en tant que langage et représentation. Le territoire, pensé au pluriel, est abordé comme une pratique, comme un objet (de discours) et comme un concept d’une démarche communicationnelle collective (Bonaccorsi et Jarrigeon, 2014). De là, l’intérêt d’aborder les représentations socio-spatiales face à l’évolution et à la recréation des pratiques de et dans l’espace urbain.

2À l’ère du « tout numérique » (Després-Lonnet, 2012), cela motive également une réflexion sur les processus d’abstraction du lieu au sein de la communication et des phénomènes culturels où la raison intelligible et la raison sensible convergent (Caune, 2015). L’espace urbain se transforme et s’articule à d’autres modes de compréhensibilité demandant une analyse du sens de la déambulation et de ses médiations. Cela nous amène à interroger la co-construction du territoire face aux formes émergentes de se situer et aux représentations socio-spatiales inscrites.

3Plusieurs approches sont impliquées dans l’étude des rapports à l’espace, notamment l’analyse de l’expérience individuelle, subjective et intime, la réflexion sur les interactions sociales et la dimension sociale des rapports entre groupes dans l’espace (Dernat et al., 2018). Dans le cadre de cette étude, les dispositifs technologiques accompagnent le déplacement et la déambulation des usagers. Le dispositif devient une notion clé liée à l’analyse des processus de médiation urbaine permettant d’associer l’étude de supports médiatiques et technologiques à celle des enjeux et des acteurs de situations sociales particulières (Appel et al., 2010). Dans son rôle de médiation, le dispositif constitue le point de départ pour l’interprétation des dynamiques dans l’espace urbain. De cette manière, nous faisons appel aux processus d’évocation et de restitution des pratiques dans l’espace parcouru dans le but de comprendre les manières possibles d’extérioriser la partie d’inconscient que l’espace recèle véhiculant des significations.

Les lieux à l’ère des parcours numériques

4La réflexion sur les pratiques et l’appréhension des lieux par le biais de dispositifs numériques (applications mobiles, parcours en ligne) demande une analyse incluant leur hétérogénéité et complexité. Notre étude conforte une hypothèse selon laquelle un lieu reste vivant grâce à l’ouverture à de nouvelles compositions (Urbain, 2012). L’analyse de la dimension expérientielle des outils numériques permettrait ainsi de comprendre comment l’espace se réinvente par le biais de nouvelles « pratiques de visite » (Trouche, 2012).

5Les applications mobiles proposant des parcours de visite dans la ville invitent les usagers à découvrir et à mobiliser des rapports cognitifs alternes. C’est le cas des propositions de parcours sonores thématiques et des visites en réalité virtuelle ou augmentée dont les ajouts multimédias diversifient l’expérience des usagers. L’analyse des images et des représentations de la ville, construites par le biais de ces médiations numériques, permettrait d’identifier des choix institutionnels privilégiant des lieux, des trajets et des objets et orientant le regard, les appartenances collectives et les ressentis des usagers face à l’expérience des espaces parcourus.

6De ce fait, cette étude qualitative problématise les formes d’appropriation de l’espace et ses médiations. La représentation socio-spatiale est un des éléments d’exploration afin de créer un lien entre les parcours de visite, les dispositifs et les imaginaires du territoire. La restitution d’une pluralité de narrations et de représentations propres aux lieux potentialiserait ainsi l’analyse du lieu en tant qu’un « dispositif socio-symbolique » (Després-Lonnet, 2012). Cette réflexion s’inscrit également au sein des discours et des pratiques sur les formes urbaines face à l’apparition de systèmes alternes de représentation pour la mise en image de la ville (Orillard, 2014). Selon Orillard, la carte mentale de l’espace urbain s’appuie sur cinq catégories d’objets : parcours, nœuds, points de repère, limites et secteurs. Quelles seraient les catégories et les transformations de sens dans l’espace actualisé lors de l’usage des dispositifs numériques ?

7Le sens donné aux lieux s’articulerait autour de la relation entre le sens du déplacement et du mouvement dans l’espace et de la complémentarité entre les textes, les images et la délimitation des espaces géographiques. Dans ce sens, l’interrogation des lieux et des dispositifs devient une capacité à co-construire et à partager des représentations situées, géographiquement et intellectuellement, d’un même espace (Després-Lonnet, 2014). Cela implique « rendre visible ce qui l’est déjà » (Manovich, 2010) à partir d’un dialogue entre les sciences de l’information et de la communication, la géographie, l’urbanisme et la sémiotique (Bonaccorsi et Jarrigeon, 2014). Pour ce faire, cette étude questionne la représentation et l’appropriation de l’espace urbain à partir de la carte médiatisée (sur Android) et de l’analyse des parcours proposés sur des applications mobiles ou en ligne. Cela en vue de reconstituer des aspects socio-cognitifs, collectifs et participatifs, qui rendraient compte de la diversification des représentations d’un territoire.

Corporalités spatialisées

8Le corps du sujet mobile (habitant temporaire de la ville, visiteur, touriste) est spatialisé en permanence. C’est par la médiation de ce corps, dans le mouvement de son vécu, que des mots (géographiques), comme environnement, nature et paysage, lieu et territoire prennent du sens (Di Méo, 2010). Ces mots signifiés, constituant les repères de l’espace géographique, seraient ouverts à d’autres compositions.

9Le corps s’exprime dans le mouvement de son déplacement physique, qui est aussi symbolique. Il le fait également dans les qualités acquises au moment de naviguer par le biais des écrans numériques. Ces écrans sont étudiés ici comme des interfaces et des métaphores de la médiation et de la vision (Verhoeff, 2012) associés aux expériences des usagers.

10De cette manière, le corps mobile n’est pas seulement un élément qui se déplace sur un terrain physique, mais un corps actif construisant ses propres réseaux et repères spatiaux, ce qui permettrait la prolongation, la continuité ou la réinvention de ce même espace à l’aide des dispositifs technologiques. Pour ce faire, le corps spatialisé est invité à déconstruire et reconstruire ses déplacements au-delà des barrières géographiques, des représentations de l’espace imposé par un cadre physique, par d’autres usagers ou par des institutions culturelles, touristiques et éducatives guidant l’expérience de parcours dans l’espace urbain.

Entrées méthodologiques

11Dans le cadre de l’apparition de nouveaux systèmes de représentation pour la mise en image de la ville et vers la construction du sens entre des systèmes de signes, des dispositifs techniques et des usages (Davallon, 2000), nous poursuivons ce parcours méthodologique adapté en fonction des premières expériences de visite menées :

  • Observation flottante (Pétonnet, 1982) suivie des renseignements auprès des institutions de tourisme : Cette première phase permet l’exploration des ambiances de quatre villes de la région Bourgogne Franche-Comté (Besançon, Dijon, Montbéliard et Belfort) et la constitution d’un bilan des propositions de parcours de visite disponibles sur place. Cet exercice d’observation est complété par la prise des photos et des enregistrements vidéo partiels (Ibanez Bueno et al., 2017) des lieux potentiels à étudier et des trajets réalisés en autonomie lors des visites effectuées. Une deuxième partie de cette exploration est centrée sur les renseignements obtenus auprès des offices de tourisme concernant les dispositifs disponibles pour visiter et parcourir les villes.

    • 1 Application payante. Disponible sur Apple Store et Google Play. Conçue sous forme de livret. L’itin (...)
    • 2 Disponible gratuitement sur Apple Store et Android Market. L’application propose une promenade de 1 (...)

    Expérience individuelle des parcours des applications choisies : Une fois repérés les dispositifs disponibles dans les villes, et après une sélection des applications fonctionnelles pour les objectifs de notre étude, dont Le Parcours de la Chouette1 à Dijon et Balades des gens célèbres2 à Besançon, nous poursuivons une analyse générale de leur fonctionnalité et de leurs propositions, leurs contenus et leurs ajouts multimédias.

  • Proposition des parcours aux habitants de la ville (de manière spontanée ou accordée) en utilisant des applications identifiées ou des activités de restitution de l’expérience de visite : entretiens post-parcours, photo-élicitation (figure 1).

Figure 1. Groupe de filles au musée

Figure 1. Groupe de filles au musée

Exercice semi-dirigé d’exploration à Montbéliard pour repenser l’espace urbain de la ville à partir de la visite de l’exposition temporaire L’abstraction des émotions au musée des Ducs de Wurtemberg (2019). Quelles formes et couleurs retrouve-t-on dans la ville de Montbéliard ? Quelles associations pourrait-on construire entre les tableaux et les lieux de la ville ? Quelles émotions et représentations sont mobilisées ? Les quatre jeunes participantes ont associé les figures des tableaux au centre-ville, au marché, à leurs quartiers, au paysage de la ville, à la rivière et au parc du Près-la-Rose.

Captures d’écran provenant des enregistrements vidéo

  • Observation participante lors des parcours visés : entretiens itinérants qualitatifs (Watremez, 2008) en vue de l’analyse de témoignages sur l’expérience de visite des participants, à l’aide de photos et des enregistrements vidéo partiels accompagnant la visite (figure 2).

Figure 2. Expériences de visite en 2018 et 2020 avec l’application Balades des gens célèbres à Besançon

Figure 2. Expériences de visite en 2018 et 2020 avec l’application Balades des gens célèbres à Besançon

Habitantes temporaires à Besançon : étudiante chinoise en master FLE et lectrice américaine d’anglais.

  • Propositions de parcours : Association des dispositifs exploités et des médiations externes dans un fragment du territoire situé. Cette phase implique la reprise de certains points des applications déjà explorées en vue d’une remise en contexte dans le cadre de nouvelles propositions de visite. Elle rend compte d’un autre cheminement possible entre les lieux face aux choix des usagers et aux activités de restitution de l’expérience de l’espace parcouru (figures 3 et 4).

Figure 3. Proposition d’un court parcours associatif dans le quartier Battant, à Besançon

Figure 3. Proposition d’un court parcours associatif dans le quartier Battant, à Besançon

Carte du circuit proposée à trois jeunes étudiantes, habitantes temporaires à Besançon, de différentes nationalités (algérienne, colombienne, française) : points à visiter (visite en réalité augmentée de la Tour de la Pelote), tiers lieu, espace collaboratif, exposition d’une artiste locale (Le 52 Rue Battant), graffiti dévoilant un acrostiche concernant la ville (Rue Mayence) ; lieux d’intérêt pointés par les participantes (synagogue, brocante) ; un point additionnel à découvrir avec l’application Balades des gens célèbres (maison natale de Proudhon).

Figure 4. Carte de restitution initiale du parcours associatif du quartier Battant à Besançon

Figure 4. Carte de restitution initiale du parcours associatif du quartier Battant à Besançon

Photos et captures d’écran des enregistrements vidéo partiels de la visite des trois participantes. Au fil de l’eau, deux photos des acrostiches créés par les participantes, inspirés du graffiti de la Rue Mayence. Exemple : « Bienvenue dans la ville du temps/Entrez dans ce monde antique/Si les âmes vous acceptent/Accrochez-vous à cette aventure/Nourrie de spiritualité/Ça y est/On est prêt pour découvrir le mystère/Notre temps est là. »

  • Conception et création de propositions de visite à l’aide d’outils numériques en ligne : Utilisation du logiciel ArcGIS Story Maps pour la création d’un parcours sonore en ligne3, pendant le confinement 2020, concernant un lieu du patrimoine bisontin, le funiculaire de Beauregard-Bregille à Besançon. Le parcours est recréé par la suite sous forme d’application4 afin de faire une proposition sur place lors des Journées européennes du patrimoine 2020 à Besançon. Cette étape est développée et analysée dans un autre volet de l’étude concernant les typologies d’usage et de navigation.

12De cette manière, lors de premières observations dans les villes de cette étude, des façons diversifiées d’exprimer les connaissances spatiales sont explorées pour la compréhension des représentations de l’espace urbain. L’étude de l’espace physique et symbolique, sa configuration et son actualisation, motive la compréhension du cadre où l’on se situe spatialement et du point de vue socio-cognitif, à partir d’un jeu de relations, d’idées et de convictions (Després-Lonnet, 2012). La combinaison de dispositifs de différentes natures et des exercices de restitution, l’actualisation de la visite, et du lieu lui-même, favoriserait ainsi la recréation de l’espace vécu, parcouru : des représentations et des associations entre les lieux ressortent à partir des expériences des usagers.

Émergence du sens

13La carte physique illustre l’émergence du sens à partir de la représentation d’un système naturel (Bonin, 2014). Elle « rend visible » à partir d’une matérialisation d’informations et joue un rôle de médiation pour les concepts. Elle se construit en tant qu’un objet polymorphe de représentation rendant compte des allers-retours entre les subjectivités et les choix de modélisation. La puissance de la carte peut être également comprise à partir du raisonnement spatial auquel elle nous renvoie et grâce auquel on peut visualiser des traces de l’espace et ses systèmes d’organisation. Ce raisonnement spatial est consolidé par la connaissance du territoire, adapté et médié par la carte numérique :

« … la carte numérique fournit, elle, de chaque lieu identifié, un lien vers l’information sur ce lieu. Cette information, si elle est organisée en concepts peut à son tour modifier l’image du territoire pour en rendre la sémantique. La carte des lieux dénote aussi bien une entité géographique que topologique ou même un concept qui en relève. » (Zeitoun, 2008, p. 43)

14Pour intégrer la compréhension de ce que Zeitoun définit comme le passage du lieu au lien, il mentionne que les informations et les émotions de notre expérience directe du territoire influencent la transformation de la carte numérique et elle fournit à son tour des liens vers l’information sur les lieux. La représentation socialement partagée des lieux et des territoires serait amplifiée et recréée à l’instar de l’hypertexte permettant l’ouverture du lieu géographique et du lieu symbolique vers d’autres formes possibles d’interprétation et de caractérisation de l’espace urbain :

« … le numérique propose avec efficacité une multiplicité de cheminements dans les divers lieux de la carte. La carte des lieux devient par l’enrichissement numérique une carte des liens. » (Ibid.)

15Dans la relation entre la représentation et le numérique, Zeitoun mentionne que notre relation au monde se fait de plus en plus par des réseaux et des interfaces montrant un changement de contenus et de temporalités. La carte numérique se construirait ainsi en tant qu’un repère ou un regroupement des liens logiques et de connaissance du territoire. Elle passe de l’état de support topographique à celui de support logique. L’inclusion des interfaces et des usages externes complète cette expérience et le lieu devient lien dans un réseau où l’information contient le territoire et lui-même évolue par les différentes pratiques du numérique.

16L’idée de la visualisation de l’espace urbain est enrichie ainsi à partir de l’évolution de sa représentation numérique et de l’inclusion de nouvelles formes, symboles et usages. Les lieux porteraient d’autres accès et dynamiques en fonction des propositions de parcours et de l’expérience intime de l’espace pratiqué. Ces dynamiques illustrent non seulement la complexité de l’espace physique, mais aussi la mobilisation des sens inscrits.

Résultats : points de rencontre

17Une approche sémiotique de l’espace de la ville implique de penser à un espace urbain structuré par des signes (Lamizet, 2007) donnant une lecture de la culture et de la sociabilité. Lamizet construit une réflexion autour de différents systèmes symboliques d’expression et de représentation dans la ville qu’il définit comme des espaces polyphoniques. Ces espaces illustrent l’articulation de divers codes et de langages inscrits dans une logique esthétique, une médiation entre le singulier et le collectif.

18De ce fait, à partir des six premiers témoignages des parcours de visite à l’aide des applications mobiles, enregistrés et transcrits, cinq éléments ressortent vers la continuité de l’analyse des pratiques dans l’espace parcouru. La carte numérisée est utilisée ici comme un outil cognitif et de restitution des expériences (figure 5). Elle dialogue avec les informations des transcriptions des enregistrements des parcours :

Figure 5. Appropriation subjective de l’espace parcouru (2019)

Figure 5. Appropriation subjective de l’espace parcouru (2019)

Exemple d’une première reconstitution d’une expérience de visite à partir du parcours proposé par l’application Le parcours de la Chouette à Dijon. Ce sont des points repérés par une jeune participante dijonnaise lors de l’enregistrement vidéo partiel. Photos prises tout au long de la visite afin de pointer sur la carte des éléments représentatifs de son trajet.

  • L’insertion de l’espace projeté : l’espace urbain potentialise et mobilise des comportements, des rencontres et différents types de sociabilité et imaginaires (Grosjean et al., 2001). La représentation de l’espace vécu complète celle de l’espace déjà existant sur les circuits des applications – cela par le biais d’une reconstitution de la carte médiatisée et de la mise en mots de l’expérience enregistrée et transcrite. Les repères proposés sur les cartes des parcours mettent en relief des points potentialisant la recherche du sens lors de l’expérience de visite des usagers.

  • La découverte des liens entre les lieux et leurs usages : l’histoire, les émotions, les souvenirs évoqués et enregistrés sur place, le repérage de nouvelles informations concernant les lieux et le temps d’observation-contemplation des usagers illustrent le sens donné à un lieu grâce à la mise en relation avec un autre et aux repères intimes et collectifs associés. L’espace de vision et de jugement esthétique est délimité ainsi par la médiation du corps mobile et par la construction d’une raison sensible permettant d’instituer des identités collectives (Caune, 2002) associées à l’espace parcouru.

  • L’appréhension de l’espace en mouvement : la corporalité dans l’espace urbain est modifiée en fonction des déplacements proposés sur la carte, de l’utilisation permanente du dispositif lors de la déambulation et de l’orientation du regard vers des points précis. La notion de mobilité est intégrée dans le processus de recréation de l’espace urbain. Les pratiquants des parcours génèrent l’espace géographique : leurs corps deviennent des dispositifs créateurs d’autres espaces. Dans le cadre du numérique et des représentations socio-spatiales, l’entrecroisement de certains éléments d’analyse permettrait ainsi de cerner et définir cette mobilité, à savoir, le sens du déplacement physique avec un dispositif numérique, l’accès aux lieux avec la présence physique via le dispositif numérique (lieux numérisés) et la qualité du mouvement par le biais des interfaces : contenu numérisé, portabilité de l’équipement et expérience corporelle (Bordeaux et Renaud, 2012).

  • La question de l’accès aux lieux et le besoin d’une mise à jour des informations sur une carte : les limites entre l’espace public et l’espace privé, l’extérieur et l’intérieur, les coins « secrets » de la ville, et la mise à jour des informations, réaffirment la mutation permanente des lieux et le besoin d’une actualisation participative notamment la prolongation ou la transformation des représentations des lieux.

  • Le rôle des « médiateurs spontanés » dans la ville : on fait référence ici aux passants intervenant spontanément lors du parcours et motivant la co-construction du sens des lieux et la création de nouveaux liens avec la ville. La mise en mots de l’espace habité et parcouru apporte des contenus complémentaires ou actualisés par rapport aux informations fournies par les applications. Leurs contributions actualisent l’expérience de visite notamment à partir de nouvelles informations concernant le nom d’usage des rues, les causes et conséquences de certains aménagements dans l’espace urbain et les histoires personnelles inscrites dans la pratique de l’espace urbain au quotidien.

19C’est ainsi que les aspects socio-cognitifs, collectifs et participatifs de l’expérience de visite sont privilégies dans cette démarche. Il s’agit de l’interprétation d’un espace déjà existant où les participants identifient, lors de leur expérience de balade, des éléments n’étant pas toujours visibles ou ceux intéressants à voir. L’aspect participatif réaffirme que l’espace imposé par les parcours des applications n’empêche pas l’insertion de l’espace vécu et projeté par les usagers. On se situe dans une analyse de la carte médiatisée pour ce qu’elle donne comme variété de sens et d’images ou repères d’un territoire. C’est à partir du choix des dispositifs et des protocoles pour appréhender l’espace, individuellement et collectivement, que la question de l’exploitation de l’ensemble des expériences évolue en permanence et cela devient indispensable pour ce qu’elle pourrait fournir comme information face à la diversité des représentations des territoires.

Construction participative de catégories d’analyse

20Face au besoin d’établir des grilles d’observation adaptées aux expériences de visite à l’aide des dispositifs technologiques, l’intégration d’un exercice d’observation d’un groupe spécifique d’usagers est devenue pertinente. Pour ce propos, à partir des expériences de visite de 30 étudiants en licence 1 Sciences du langage à l’université de Franche-Comté, concernant le parcours de l’application Balades des gens célèbres à Besançon, nous avons construit, dans le cadre d’une séance du TD « Étudier le sens » (2020), une grille d’observation et des catégories d’analyse pour étudier la proposition du dispositif de visite.

21Parmi les propositions des étudiants, après avoir participé à l’expérience de visite en autonomie, cinq éléments ont été retrouvés lors de la mise en commun de l’activité. Les étudiants ont donné un avis global de l’exercice d’observation en proposant par la suite des catégories d’analyse et des exemples :

  • Le mouvement (suivre, chercher, se positionner) : Le rapport entre le corps et l’espace est modifié en fonction des déplacements proposés sur le parcours. L’application devient un guide pour que l’utilisateur se déplace dans la ville en suivant des points concrets à partir d’un tracé construit sur la carte. Il existe un rapport subjectif face au rythme de la marche (continue ou saccadée) et aux choix des points de départ en fonction de la position initiale des participants. L’objet n’étant pas toujours retrouvable ou identifiable, un regard dirigé vers le haut et sur le téléphone s’impose à partir des points d’écoute et des éléments signalés à observer.

  • Les repères sensoriels : L’analyse de l’entourage et des ambiances lors du parcours, les bruits de ville et l’absence de silence construisent un nouveau rapport entre ce que l’usager entend et ce qu’il est possible de voir et de ressentir lors du parcours. La mise en relief de la conscience du temps d’écoute est liée aux documents sonores de l’application, à l’interférence ou complémentarité des sons externes et à l’activation d’autres sens dans l’espace. À ce propos, voici quelques exemples donnés par les étudiants concernant le type de repères sensoriels lors de l’expérience de visite : captation des odeurs lors du trajet, contact physique avec les pierres décrites, observation (possibilité de rendre visible) des éléments devant lesquels les personnes passent sans les apercevoir, construction des images mentales à partir des voix (projection du lieu à partir des témoignages audio) et dynamisation de la marche en fonction du regard et des documents sonores proposés.

  • L’espace-temps : La spatialité est construite en rapport à la notion de distance et de mouvement dans cette expérience. Un des étudiants a insisté sur le fait que « deux points peuvent paraître éloignés sur une carte, mais assez proches quand on se balade » et sur l’existence d’un double repérage complémentaire (les repères personnels et ceux proposés sur la carte). La temporalité est construite à son tour à partir du rapport entre le temps de la balade et la chronologie proposée sur l’application (le temps du parcours et le temps remémoré). À ce propos, l’une des étudiantes a affirmé : « on parcourt le temps avec l’application et à travers elle », « nous repérons un lien entre le passé, le présent et les nouvelles technologies à partir de la recréation des voix des personnages et de tout ce qui devient intemporel ».

  • La culture et la découverte : Le patrimoine, l’histoire, la dimension universelle de l’art, l’intellect, la littérature, la politique et la mémoire sont des thèmes soulignés par les étudiants étant abordés grâce aux contenus de l’application. D’après leur expérience de visite, ces dimensions ou thématiques ne seront pas forcément retrouvées ou exploitées dans un parcours non dirigé. Dans ce cas, l’aspect touristique convergerait avec la construction de nouveaux repères recréant la reconnaissance du territoire.

  • La nature : L’omniprésence de la nature tout au long du parcours est remarquée par les étudiants. Elle dirige de manière implicite le trajet, mais n’est pas forcement explorée comme thématique sur la carte de l’application. Un constat est mis en avant : l’évolution de l’espace urbain délimite la transformation de l’espace naturel et l’ancrage à ses frontières.

22Les cinq catégories proposées font écho aux premiers résultats d’analyse de l’expérience de visite de l’application Le Parcours de la Chouette à Dijon. Elles apportent des relations socio-spatiales complémentaires étant reprises pour la continuité de notre étude. Cet exercice de restitution des expériences nous renvoie à la co-construction du sens (de et dans la ville) mettant en relief la relation entre les trois éléments de la description de l’image médiatisée (Davallon, 1991) : les systèmes de signes observés, les dispositifs techniques mis en place et leurs usages. L’interdépendance de ces trois éléments, vers la construction du sens du territoire, et des représentations de la ville, illustre que, lors de l’utilisation de ce type de parcours, l’usager est invité à naviguer, explorer et parcourir l’espace de l’écran et de la carte, en tant qu’image médiatisée, afin de mobiliser ses représentations socio-spatiales et trouver les liens entre les objets et leur proximité, entre le sens et les pratiques.

Conclusion

23Dans le cadre de cette étude, l’accès à l’espace physique est médié par les dispositifs mis en place lors de l’expérience de visite des lieux : la médiation devient une activité productive et créative apportant à l’espace urbain une dimension nouvelle (Jeanneret, 2014). Cela motive une prolongation spatiale, au niveau symbolique et la recréation des informations et des expériences actualisées du territoire. Le sujet spatialisé est également conscientisé et socialisé. Ces caractérisations définissent son positionnement dans l’espace en fonction du partage des expériences.

24Cette étude trouve une place pour illustrer que l’espace numérisé des applications et des parcours en ligne offre une expérience de visite et de réappropriation qui ne remplace pas la valeur ou le statut de l’espace physique. Il donne la possibilité de composer, à partir des éléments et des temporalités établies, des relations symboliques enrichissant l’expérience de visite et l’appréhension des lieux. Ces échanges rendraient compte d’un nouveau rapport aux lieux face aux possibilités d’interaction. De ce fait, les dispositifs numériques motiveraient la requalification d’un territoire par sa communication. Ils semblent actualiser et diversifier la notion de médiation urbaine.

25La démarche méthodologique suivie vise ainsi à explorer et à interroger la co-construction d’autres modes de compréhension et de représentation de l’espace urbain à partir de l’analyse des médiations étudiées et créées à l’occasion. La suite de cette analyse permettrait de proposer d’autres pistes pour l’étude des représentations socio-spatiales. Cela en explorant le dialogue permanent entre un espace imposé, ou proposé institutionnellement, potentialisant la recherche du sens à partir des choix thématiques, et un espace projeté, recréé et participatif, à partir des usages, rendant compte de la variété de sens, d’images et de repères d’un même territoire.

Haut de page

Bibliographie

Appel V., Boulanger H., Massou L., dir. (2010). Les dispositifs d’information et de communication. Concept, usages et objets. Bruxelles : Éditions de Boeck Université, coll. « Culture & Communication », 248 p. ISBN 978-2-8041-6242-9

Bonaccorsi J., Jarrigeon A. (2014). « Introduction : Visualisations urbaines et partage des représentations ». Communication & langages, vol. 180, no 2, p. 25-30.

Bonin O. (2014). « La carte, modèle analogique et calcul spatial ». Communication & langages, vol. 180, no 2, p. 47-61.

Bordeaux M-C., Renaud L. (2012). « Patrimoine ‘augmenté’ et mobilité : Vers un renouvellement de l’expérience culturelle du territoire ». Interfaces numériques, vol. 1, no 2, p. 273-286.

Caune J. (2002). « Tout vient du corps ». Les Enjeux de l’information et de la communication, vol. 2002, no 1, p. 21-23.

Caune J. (2015). « Pratiques culturelles et processus de communication. Quels savoirs scientifiques ? » Hermès. La Revue, vol. 1, no 71, p. 272-280.

Davallon J. (1991). L’image médiatisée : De l’approche sémiotique des images à l’archéologie de l’image comme production symbolique. Thèse de doctorat de philosophie, Paris : École des hautes études en sciences sociales, 1009 p.

Davallon J. (2000). Le patrimoine : « une filiation inversée » ? EspaceTemps, vol. 74-75, no 1, p. 6-16.

Dernat S., Bronner A-C., Depeau S., Dias P., Lardon S., Ramadier T., dir (2018). Représentations socio-cognitives de l’espace géographique. Réseau Cartotête, Actes des journées d’études de Strasbourg, 10 et 11 avril 2017, Clermont-Ferrand, France : Cartotête. En ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01934636/file/2018_Representations_sociocognitives_de_l_espace_geographique-Dernat_Bronner_Depeau_Dias_Lardon_Ramadier.pdf

Despres-Lonnet M. (2012). « La dématérialisation comme délocalisation du contexte interprétatif ». Communication & langages, vol. 173, no 3, p. 101-111.

Despres-Lonnet M. (2014). « La documentation photographique d’un site culturel, fabrique d’atopies ». Communication & langages, vol. 180, no 2, p. 31-46.

Di Meo G. (2010). « Subjectivité, socialité, spatialité : Le corps, cet impensé de la géographie ». Annales de géographie, vol. 675, no 5, p. 466-491.

Grosjean M., Thibaud J.-P., dir. (2001). L’espace urbain en méthodes. Marseille : Parenthèses, coll. « Eupalinos », 218 p. ISBN 978-2-86364-624-3

Ibanez Bueno J., Chabert G., Lamboux-Durand A., Wanono N. (2017). Applying visual methods to digital communication/Los métodos visuales aplicados a la comunicación digital/Les méthodes visuelles appliquées à la communication numérique (72e éd.). La Laguna (Tenerife) : Revista Latina de Comunicación Social, coll. « Cuadernos Artesanos de Comunicacion », 140 p. ISBN 978-84-16458-91-2

Jeanneret Y. (2014). Critique de la trivialité. Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris : Non Standard, vol. 1, coll. « SIC », 784 p. ISBN 978-2-9542852-5-2

Lamizet B. (2007). « La polyphonie urbaine : Essai de définition ». Communication et organisation, no 32, p. 14-25.

Manovich L. (2010). “What is Visualization ?” En ligne : http://manovich.net/index.php/projects/what-is-visualization

Orillard C. (2014). « Kevin Lynch et l’innovation dans les systèmes de visualisation urbaine ». Communication & langages, vol. 180, no 2, p. 63-77.

Pétonnet C. (1982). « L’Observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien ». L’Homme, vol. 22, no 4, p. 37-47.

Trouche D. (2012). « Le dispositif architectural comme médiation du passé. Le Centre de documentation de Günther Domenig à Nuremberg ». Communication & langages, vol. 173, no 3, p. 67-81.

Urbain J-D. (2012). « Vers une sémiotique de la culture. De la mort au tourisme ». Communication & langages, vol. 173, no 3, p. 3-15.

Verhoeff N. (2012). Mobile Screens : The Visual Regime of Navigation. Amsterdam : Amsterdam University Press. 212 p. ISBN 978-90-8964-379-7

Watremez A. (2008). « Vivre le patrimoine urbain au quotidien : Pour une approche de la patrimonialité ». Culture & Musées, no 11, p. 11-36.

Zeitoun J. (2008). « Du lieu au lien : Représentation du territoire et espace numérique ». Quaderni, no 66, p. 41-50.

Haut de page

Notes

1 Application payante. Disponible sur Apple Store et Google Play. Conçue sous forme de livret. L’itinéraire principal d’une heure de marche regroupe 22 points d’intérêt du patrimoine dijonnais.

2 Disponible gratuitement sur Apple Store et Android Market. L’application propose une promenade de 13 étapes devant des immeubles ayant abrité des personnages devenus célèbres à Besançon.

3 Balade sur Story Maps et expériences de visite. Consultable sur : https://storymaps.arcgis.com/stories/02bcd0589f40496aafa4f20581d105ba

4 Application Balade funi (en construction). Consultable sur : https://baladefuni.goodbarber.app/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Groupe de filles au musée
Légende Exercice semi-dirigé d’exploration à Montbéliard pour repenser l’espace urbain de la ville à partir de la visite de l’exposition temporaire L’abstraction des émotions au musée des Ducs de Wurtemberg (2019). Quelles formes et couleurs retrouve-t-on dans la ville de Montbéliard ? Quelles associations pourrait-on construire entre les tableaux et les lieux de la ville ? Quelles émotions et représentations sont mobilisées ? Les quatre jeunes participantes ont associé les figures des tableaux au centre-ville, au marché, à leurs quartiers, au paysage de la ville, à la rivière et au parc du Près-la-Rose.
Crédits Captures d’écran provenant des enregistrements vidéo
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/7965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Figure 2. Expériences de visite en 2018 et 2020 avec l’application Balades des gens célèbres à Besançon
Légende Habitantes temporaires à Besançon : étudiante chinoise en master FLE et lectrice américaine d’anglais.
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/7965/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 3. Proposition d’un court parcours associatif dans le quartier Battant, à Besançon
Légende Carte du circuit proposée à trois jeunes étudiantes, habitantes temporaires à Besançon, de différentes nationalités (algérienne, colombienne, française) : points à visiter (visite en réalité augmentée de la Tour de la Pelote), tiers lieu, espace collaboratif, exposition d’une artiste locale (Le 52 Rue Battant), graffiti dévoilant un acrostiche concernant la ville (Rue Mayence) ; lieux d’intérêt pointés par les participantes (synagogue, brocante) ; un point additionnel à découvrir avec l’application Balades des gens célèbres (maison natale de Proudhon).
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/7965/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Figure 4. Carte de restitution initiale du parcours associatif du quartier Battant à Besançon
Légende Photos et captures d’écran des enregistrements vidéo partiels de la visite des trois participantes. Au fil de l’eau, deux photos des acrostiches créés par les participantes, inspirés du graffiti de la Rue Mayence. Exemple : « Bienvenue dans la ville du temps/Entrez dans ce monde antique/Si les âmes vous acceptent/Accrochez-vous à cette aventure/Nourrie de spiritualité/Ça y est/On est prêt pour découvrir le mystère/Notre temps est là. »
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/7965/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 762k
Titre Figure 5. Appropriation subjective de l’espace parcouru (2019)
Légende Exemple d’une première reconstitution d’une expérience de visite à partir du parcours proposé par l’application Le parcours de la Chouette à Dijon. Ce sont des points repérés par une jeune participante dijonnaise lors de l’enregistrement vidéo partiel. Photos prises tout au long de la visite afin de pointer sur la carte des éléments représentatifs de son trajet.
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/7965/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Sofía Martínez-Agudelo, « Dispositifs de visite et représentations spatiales »Mappemonde [En ligne], 134 | 2022, mis en ligne le 27 octobre 2022, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/mappemonde/7965 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mappemonde.7965

Haut de page

Auteur

Laura Sofía Martínez-Agudelo

Doctorante en Sciences de l’information et de la communication, Université Bourgogne Franche-Comté, École doctorale LECLA, Laboratoire ELLIADD

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search