Navigation – Plan du site

AccueilNuméros134LieuxLa place Catroux. Le pari mémorie...

Lieux

La place Catroux. Le pari mémoriel de la reconnaissance de l’esclavage dans un quartier aisé de Paris

Jean Rieucau

Texte intégral

L’auteur remercie Christophe Gauchon, professeur de géographie à l’Université Savoie Mont-Blanc, pour les échanges scientifiques autour de cet article.

Figure 1. Carte de présentation

Figure 1. Carte de présentation

Figure 2. Le Jardin Solitude et les « Fers »

Figure 2. Le Jardin Solitude et les « Fers »

Photo : J. Rieucau, décembre 2021

  • 1 Notre enquête s’est déroulée de décembre 2021 à janvier 2022, tous les jours de la semaine, à toute (...)
  • 2 De mai à juillet 2020, suite à la mort de George Floyd à Minneapolis, aux États-Unis, s’est levé un (...)
  • 3 Thomas Alexandre Davy de la Paillerie, devenu le général Dumas est le père d’Alexandre Dumas (1802- (...)

1La place du général Catroux1, dans le XVIIe arrondissement de Paris, située dans le quartier aisé de la plaine Monceau, juxtapose deux récits nationaux différents, depuis dix ans, en raison du choix par la mairie de Paris, plusieurs années avant le mouvement Black Lives Matter2 (Recoquillon, 2016), d’en faire un lieu mémoriel, lié à la mémoire de l’esclavage. Sans être un lieu historique, cette place est devenue une construction mémorielle, autour de la traite et de l’esclavagisme. La puissance de l’emplacement du lieu fonde sa légitimité sur le monument et la statue d’Alexandre Dumas Père, celle d’Alexandre Dumas Fils (figure 6) et sur la présence d’ambassades de pays africains et caribéens (Libéria, Haïti), ayant souffert de l’esclavage. Une partie du lieu, grâce à la sculpture monumentale des « Fers », en l’honneur du général Dumas3, en raison du Jardin et de la statue de Solitude, femme connue sous le nom de la Mulâtresse Solitude, rend hommage à une mémoire longtemps occultée, blessée, douloureuse (figure 2). Cette place constitue un environnement mémoriel cohérent pour devenir un pôle parisien de la mémoire de l’esclavage (figure 1).

2Cette place, fortement historicisante, donne à lire plusieurs éléments, souvent opposés, du récit national : le monde des arts et des lettres, la royauté, la colonisation, l’esclavage, l’occupation allemande de Paris.

La place des acteurs, des écrivains et des musiciens

3La place du général Catroux (1877-1969) est ainsi nommée depuis 1977, en hommage à ce Compagnon de la Libération, rallié à De Gaulle en 1940 (figure 3). Elle est aménagée sur la plaine Monceau. Cette forme urbaine est ouverte en 1862 sur l’emplacement d’un parc, puis nommée place Malesherbes en 1864. Elle est longtemps surnommée la « place des Trois Dumas » en raison des trois statues des Dumas qui ornaient son centre. Elle est coupée, en son milieu, par le boulevard Malesherbes qui divise le lieu en deux composantes dissociées, s’ignorant largement l’une l’autre.

Figure 3. Place du général Catroux

Figure 3. Place du général Catroux

Photo : J. Rieucau, décembre 2021

Figure 4. Boulevard Malesherbes

Figure 4. Boulevard Malesherbes

Photo : J. Rieucau, décembre 2021

4Le monument en l’honneur d’Alexandre Dumas Père (figure 5), la statue de Sarah Bernhardt, représentée dans le rôle de Phèdre (figure 7) et la Cité de l’Économie dans le palais Gaillard forment, en superficie, environ un quart de la place. Émile Gaillard fait construire, entre 1879 et 1884, le palais éponyme de style renaissance, inspiré des châteaux de Blois et de Gien, pour mettre en valeur ses œuvres d’art et tableaux. La Banque de France en fera l’acquisition en 1919. Sur la plaque indicative du boulevard Malesherbes (figure 4), l’histoire royale est clairement mise en avant (Malesherbes, ministre de Louis XV, défenseur de Louis XVI).

Figure 5. Statue-monument d’Alexandre Dumas Père (1883)

Figure 5. Statue-monument d’Alexandre Dumas Père (1883)

Photo : J. Rieucau, décembre 2021

Figure 6. Monument d’Alexandre Dumas Fils (1906)

Figure 6. Monument d’Alexandre Dumas Fils (1906)

Photo : J. Rieucau, janvier 2022

Figure 7. Sarah Bernhardt représentée dans le rôle de Phèdre (1926)

Figure 7. Sarah Bernhardt représentée dans le rôle de Phèdre (1926)

5Photo : J Rieucau, décembre 2021

6Alexandre Dumas Père est un des premiers écrivains à s’installer dans la plaine Monceau, réputée comme le lieu des écrivains et des acteurs, au 98 avenue de Villiers. Voisine des Dumas, Sarah Bernhardt habitait à l’angle de l’avenue de Villiers et de la rue Fortuny. Une plaque signale que Charles Gounod (1818-1893) a vécu, de 1878 à 1893, dans un hôtel particulier, situé en face du Jardin Solitude. Mstislav Rostropovitch, violoncelliste, chef d’orchestre, et sa femme, ont également résidé à proximité (figure 8). La filiation musicale, théâtrale, littéraire du lieu confère à cette place une cohérence artistique.

Figure 8. Hommage à Mstislav Rostropovitch

Figure 8. Hommage à Mstislav Rostropovitch

Cliché : J. Rieucau, janvier 2022

7Une autre logique, liée aux affaires, parcourt ce lieu, siège de nombreux cabinets d’avocats, d’une antenne parisienne de Christie’s et de la Cité de l’Économie (figure 9).

Figure 9. La Cité de l’Économie (palais Gaillard)

Figure 9. La Cité de l’Économie (palais Gaillard)

Photo : J. Rieucau, janvier 2022

L’esclavage dans le récit national : déni ou réécriture de l’histoire ?

8L’autre composante de la place, par son paysage mémoriel, résulte de débats virulents, puis de décisions de reconnaissance du fait colonial et de l’esclavage.

9En France, les travaux scientifiques en lien avec la colonisation ont commencé plus tardivement qu’aux États-Unis et au Royaume-Uni. Le pays aurait trop mis en avant son action abolitionniste, occultant par là même son héritage colonialiste. Pour certains activistes, une décolonisation de l’espace public s’impose. La résurgence des mémoires douloureuses de la colonisation et de l’esclavagisme, dans d’autres pays européens (Royaume-Uni, Belgique) comme aux États-Unis, amène la société française à se confronter à un passé colonial et esclavagiste difficile (Nicolas, 2009).

10Le sujet fait controverse et sous-tend des débats virulents. Les uns défendent la nécessité de reconnaitre les dominations et les exactions commises par l’armée française, de rétablir une mémoire historique, d’envisager une réparation du passé. Pour les mêmes, une reconnaissance de l’esclavage et un nécessaire hommage aux victimes coloniales s’imposent. Certains avancent même l’idée d’un déni français autour de l’esclavage, voire d’une lecture unique de l’histoire (Deschepper, 2021). L’idée d’un passé, d’une histoire, d’une mémoire commune, partagée, enchevêtrée entre la France et les anciens pays colonisés tente de s’imposer lentement dans la société française, même si des activistes anticoloniaux critiquent cette posture. Transcrire autrement la mémoire de l’esclavage, dans l’espace public, participe de la réconciliation mémorielle, du respect de toutes les consciences (Stora, 2021).

11Nombre de chercheurs, d’autre part, dénoncent une histoire, un récit national fait du point de vue de l’Empire colonial, au moyen de la célébration des noms des vainqueurs, des conquérants, mettant à l’écart les explorateurs, les découvreurs. Très peu de figures d’opposants à la colonisation sont honorées dans l’odonymie, par la statuaire, dans les villes françaises. Certains intellectuels évoquent la fracture coloniale qui occulte les adversaires de la colonisation française. Quelques placettes, squares et jardins, en l’honneur de résistants à la colonisation et à l’esclavagisme, font timidement leur apparition dans les villes françaises.

12La mise en place de la mainmise européenne sur l’Afrique suscita de nombreuses résistances. L’émir Abd el-Kader en Algérie, Farhat Hached en Tunisie, le roi Béhanzin au Bénin, la reine Ranavalona à Madagascar, la figure de Samory Touré (né en Guinée, mort au Gabon), Toussaint Louverture à Saint-Domingue (Haïti), se sont farouchement opposés à la colonisation française. D’autre part, les femmes dans le mouvement colonial : Isabelle Eberhardt (1877-1904) qui fascina Lyautey, la missionnaire catholique Anne-Marie Javouhet (1886-1892), Germaine Tillion (1907-2008) ethnologue, photographe, panthéonisée en 2015, la Mulâtresse Solitude (1772-1802) ; sont largement invisibilisées.

13D’autres voix s’opposent à ce qui serait une relecture, une réécriture « haineuse », de l’histoire de la Nation, pouvant provoquer un réveil des communautarismes. Encourager une dynamique mémorielle, dans une République une et indivisible, pourrait renforcer une instabilité politique. Des voix s’élèvent pour dénoncer un abus de la mémoire et pointent les risques d’un sentiment de victimisation des colonisés, trop longtemps cultivé (Lalouette, 2021). Des citadins s’insurgent contre la modification de leurs paysages urbains (statues déplacées vers des musées, odonymes remplacés, etc.) (Lalouette, op. cit.). Certains dénoncent une repentance, un mea culpa, permanents, en particulier certains mouvements d’anciens combattants (Nicolas, op. cit.).

14La France commémore beaucoup les grandes pages de son histoire. Le moindre nom de rue, les monuments, les statues, sont contextualisés. Le pouvoir politique multiplie les « déambulations mémorielles », les cérémonies commémoratives. L’État encourage les collectivités territoriales à la mise en place de contre-récits, à édifier des contre-monuments, de héros oubliés par l’histoire, en raison de décisions de mise en œuvre, prises plus rapidement par ces structures. Depuis 2021, est envisagée dans le jardin des Tuileries, à Paris, la construction d’un mémorial des victimes de l’esclavage, sur une parcelle de 336 m2. Ce lieu symbolique se situe à proximité de l’hôtel de la Marine où fut signée l’abolition définitive de l’esclavage en 1848. Sur ce mémorial seraient inscrits environ 200 000 noms d’esclaves devenus citoyens en 1848. Un monument honorant Abd el-Kader est projeté sur la rive droite de la Seine.

15Ces deux projets sont actuellement à l’arrêt. Par contre, plusieurs initiatives de la mairie de Paris, la place de l’émir Abd el-Kader près du Jardin des Plantes, le Jardin Solitude et le monument des « Fers » sur la place du général Catroux rendent, d’une part, hommage à ce héros national algérien et, d’autre part, contribuent à la reconnaissance de l’esclavage.

Les « Fers » et le Jardin de la Mulâtresse Solitude, lieux mémoriels de l’esclavage à Paris

16Thomas Alexandre Davy de la Paillerie, futur général Thomas Alexandre Dumas (1762-1806), est né esclave à Jérémie (Saint-Domingue), d’une femme esclave d’origine africaine et d’un colon d’origine normande. Engagé dans les armées révolutionnaires, il sera le premier général français, mulâtre, selon le vocabulaire de l’époque du colonialisme, d’origine afro-antillaise. La sculpture monumentale nommée les « Fers », appelée par les habitants du quartier, les « menottes », commande de la ville de Paris, est inaugurée en 2009 à l’emplacement de l’ancienne statue du général Dumas, sur la place du général Catroux, dans le XVIIe arrondissement de Paris. Elle rend hommage à la vie de ce général, en remplacement d’une statue-monument érigée en 1913, détruite (fondue) par les Allemands en 1942 en raison de sa condition d’homme de couleur. Cette statue, le représentant appuyé sur un fusil, avait été érigée place Malesherbes après une campagne soutenue par Anatole France. Le piédestal, dépourvu de la statue sommitale, demeura ainsi jusque dans les années 1980. En 2020, Édouard Philippe, alors Premier ministre, avait émis le souhait de son rétablissement. Le conseil de Paris, en février 2021, valide sa reconstruction à l’identique. Les « Fers » et la future statue du général Dumas sont amenés à cohabiter.

Figure 10. Les « Fers » (2009)

Figure 10. Les « Fers » (2009)

Photo : J. Rieucau, décembre 2021

  • 4 Pour éviter l’installation aux États-Unis des anciens esclaves noirs, un territoire leur est alloué (...)

17L’œuvre appelée les « Fers » est une sculpture monumentale de cinq mètres de haut, en fer rouillé (acier Corten), faite de deux éléments, réalisée par Driss Arcidet. L’un des deux fers est ouvert vers le ciel (figure 10), précédé côté terre, par des maillons de chaîne ou entraves. Le premier anneau représente la réussite sociale du général de Napoléon Ier. Le second, fermé, symbolise la condition d’esclave. Ces deux composantes représentent des fers circulaires, pour le cou, et des entraves pour les pieds des captifs. Ce monument s’élève sur le Jardin Solitude, face à l’ambassade du Libéria4 (figure 11). À proximité, la mémoire urbaine du lieu conserve un café du nom de ce militaire : le Café Dumas. Ce contre-monument jure, contraste avec les immeubles, les hôtels particuliers, incrustés de briques roses, construits dans les années 1880. Certains agents immobiliers, opposés à ce message mémoriel, présentent seulement la sculpture monumentale, telle une œuvre d’art contemporain, sans signification spécifique. Les « Fers » assurent un véritable marquage mémoriel (Gauchon, 2007) de la place Catroux, dont ils constituent le point paysager focal.

Figure 11. L’ambassade du Libéria

Figure 11. L’ambassade du Libéria

Photo : J. Rieucau, décembre 2021

18À la différence de nombreux monuments récents, la signification des « Fers » confère une mémoire historicisante à cette place (Nicolas, op. cit.). Ce géosymbole est chargé de sens et de mémoire. Les « Fers » introduisent l’histoire dans l’espace public (Dutour, 2006). Les matériaux et les formes, de nature anxiogène, honorent une mémoire douloureuse (Chevalier, 2017) et longtemps occultée. Ce monument possède une vocation à commémorer. Tous les 10 mai, à 18 h, l’association des amis du général Dumas lui rend hommage, face au monument des « Fers ». Chaque année, le 23 mai, il est le siège de célébrations dédiées aux victimes de l’esclavage.

19La charge émotionnelle de la sculpture monumentale est forte. Le décodage de ce paysage monumental (Gauchon, op. cit.) ouvert 24 h/24 h, toute l’année, n’est pas immédiat pour les visiteurs. Ceux-ci, très recueillis, s’aident des panneaux indicatifs, installés par la mairie de Paris (figure 12). Un simple grillage sépare l’espace mémoriel de l’espace public. Le monument est respecté, non tagué, il sert d’abri, en période de pluie, à de jeunes lycéens d’un établissement scolaire proche.

Figure 12. Plaque contextualisante des « Fers »

Figure 12. Plaque contextualisante des « Fers »

Photo : J. Rieucau, janvier 2022

20Solitude, dite la Mulâtresse Solitude (figure 13), de son prénom Rosalie, est née en 1772 en Guadeloupe d’une mère capturée en Afrique et violée à bord d’un navire négrier. Elle devient « esclave de maison », à cause de son teint clair (Lalouette, op. cit.). Elle s’agrège, à l’adolescence, quand la première abolition de l’esclavage est décrétée en 1794, à une colonie de Marrons, ces anciens esclaves échappés du domaine de leur maître, vivant dans des contrées sauvages, peu accessibles. Elle rejoint, en 1802, la colonie dirigée par Louis Delgrès (1766-1802), un métis, militaire de carrière. Le 4 mai 1802, quatre mille soldats débarquent à Pointe-à-Pitre, pour mater toute rébellion et mettre les résistants aux fers. Un arrêté consulaire, signé de Bonaparte, rétablit l’esclavage. Capturée, condamnée à mort, Solitude sera pendue le 19 novembre 1802, le lendemain de son accouchement. Elle devint célèbre grâce à André Schwartz-Bart, auteur de La Mulâtresse Solitude, une biographie romancée, publiée en 1972 (Lalouette, op. cit.).

  • 5 Le choix des odonymes revêt une dimension politique. Celui-ci relève du conseil municipal, avec un (...)

21Le Jardin Solitude, dit également Jardin de la place du Général Catroux, situé sur la pelouse Nord de la place éponyme, est inauguré en 2020 en présence de la maire de Paris et du conseiller de Paris chargé des outre-mer. Il s’inscrit dans un projet de visibilisation des femmes dans l’espace public5. À Paris, les mêmes figures féminines reviennent très fréquemment, dans l’odonymie : Sainte-Geneviève, Jeanne d’Arc, George Sand, Édith Piaf, Dalida. Une plaque, dans le Jardin Solitude, rend hommage à celle-ci, qualifiée de « Fanm’ Doubout’ », héroïne de la résistance des anciens esclaves de Guadeloupe, contre le rétablissement de l’esclavage ».

Figure 13. Le Jardin Solitude (2020)

Figure 13. Le Jardin Solitude (2020)

Photo : J. Rieucau, janvier 2022

  • 6 Louis Delgrès, qui s’engage dans les troupes levées par Rochambeau en Martinique, est fait prisonni (...)
  • 7 En 2006, la mairie de Paris a créé la place de l’émir Abd el-Kader (Varrondissement) dans le quar (...)

22La place Catroux est constituée d’une série de pelouses. Le terme jardin (Jardin de l’exil à Berlin) représente souvent une métaphore de l’accès à la liberté (Chevalier, op. cit.). La mairie de Paris a inauguré en 2022, à l’intérieur du jardin éponyme, une statue à l’effigie de Solitude. La mulâtresse, représentée avec un ventre arrondi par la grossesse, brandit la proclamation de Louis Delgrès6 du 10 mai 1802, qui appelle à la lutte contre le rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe (figure 14). Le Jardin Solitude, comme le monument des « Fers », s’inscrit dans l’idée mise en avant par le président Emmanuel Macron, d’élever, face aux statues controversées, des monuments dédiés à d’autres figures méconnues, dites « positives » (Lalouette, op. cit.). De nouveaux héros et héroïnes sont ainsi encouragés à être célébrés : Louis Delgrès, la Mulâtresse Solitude, Toussaint Louverture, Farhat Hached, Abd el-Kader7.

Figure 14. L’effigie de la Mulâtresse Solitude

Figure 14. L’effigie de la Mulâtresse Solitude

Photo : J. Rieucau, septembre 2022

Conclusion

  • 8 L’État a pris l’initiative en faisant établir, par une commission, une liste de 318 noms issus de l (...)

23La place du général Catroux symbolise l’importance prise par les questions mémorielles dans notre société. La sculpture monumentale des « Fers », en hommage au général Dumas et le Jardin Solitude marquent l’irruption, dans un quartier aisé, conservateur, longtemps tourné vers les arts (théâtre, littérature, musique), de la reconnaissance de l’esclavage et de sa mémoire douloureuse. Le choix de ce lieu mémoriel s’inscrit dans la filiation de la famille Dumas, d’origine haïtienne, issue d’anciens esclaves, se partageant entre le métier des armes et la littérature. Le projet de réalisation, par la mairie de Paris, d’une statue pour honorer ce général afro-antillais, devrait renforcer la dimension mémorielle du lieu. Cette place constitue le seul lieu de Paris uniquement dédié au souvenir de l’esclavage, dans l’attente du mémorial en l’honneur des victimes de l’esclavage, projeté dans le Jardin de Tuileries. Ces décisions mémorielles participent de la volonté de mettre en avant de nouveaux héros oubliés par l’histoire, par la construction de contre-récits8, de contre-monuments. L’histoire coloniale a été trop fortement faite et racontée du point de vue des Empires, mettant en avant des hommes, blancs, militaires, combattants, vainqueurs de batailles, aux dépens des opposants à la colonisation et des femmes.

Haut de page

Bibliographie

Chevalier D. (2017). Géographie du souvenir. Ancrages spatiaux des mémoires de la Shoah. Paris : L’Harmattan, coll. « Géographie et Cultures », 231 p.

Deschepper J. (2021). « Notion en débat. Le patrimoine ». Géoconfluences. En ligne : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/notion-a-la-une/patrimoine

Dutour J. (2006). « Les plaques commémoratives. Entre appropriation de l’espace et histoire publique dans la ville ». Socio-Anthropologie, no 19. En ligne : https://journals.openedition.org/socio-anthropologie/603

Gauchon C. (2007). Frontière italo-slovène et province de Trieste. Lecture d’un paysage monumental et mémoriel. Géographie et Cultures, no 63, p 43-66. En ligne : https://journals.openedition.org/gc/1627

Lalouette J. (2021). Les statues de la discorde. Paris : Éditions Passés/Composés, 240 p.

Nicolas T. (2009). « À la poursuite du patrimoine. Les lieux de mémoire et de l’esclavage dans les départements d’outre-mer (DOM) ». EchoGéo, no 53. En ligne : https://journals.openedition.org/echogeo/11300

Recoquillon C. (2016). « Black Lives Matter, le renouveau du mouvement pour les droits civiques ». Séminaire Mobilisations citadines et fabrique de la ville, ENS de Paris, 4 p. En ligne : http://www.geographie.ens.fr/IMG/pdf/cr___charlotte_recoquillon.pdf

Stora B. (2021). Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie. Présidence de la République, 157 p.

Haut de page

Notes

1 Notre enquête s’est déroulée de décembre 2021 à janvier 2022, tous les jours de la semaine, à toutes les heures de la journée. La méthodologie de travail s’appuie sur des observations de terrain, des prises de photographies et des entretiens. Ceux-ci concernent un échantillon aléatoire de personnes : habitants de la place, promeneurs, jeunes lycéens, visiteurs-lecteurs des plaques contextualisantes des « Fers » et du Jardin Solitude. D’autre part, des entretiens semi-directifs ont été menés avec des membres de plusieurs établissements situés sur la place Catroux : des cabinets d’avocats, des agences immobilières, avec le responsable clientèle de la Cité de l’Économie, avec des habitués du café Dumas.

2 De mai à juillet 2020, suite à la mort de George Floyd à Minneapolis, aux États-Unis, s’est levé un mouvement dénonçant les symboles du passé esclavagiste, d’abord aux États-Unis, puis dans les pays européens, anciens colonisateurs de l’Afrique subsaharienne. Ce mouvement s’attaque aux marqueurs visuels de l’esclavagisme dans l’espace public, présents sous la forme de statues, bustes, stèles, effigies, monuments, jusque-là critiqués par les Afro-américains, mais maintenus en place par les autorités urbaines et par les états américains. La France est assez peu touchée par ce mouvement.

3 Thomas Alexandre Davy de la Paillerie, devenu le général Dumas est le père d’Alexandre Dumas (1802-1870), dit Alexandre Dumas Père, auteur des Trois mousquetaires, père d’Alexandre Dumas Fils (1824-1895), auteur de la Dame aux camélias.

4 Pour éviter l’installation aux États-Unis des anciens esclaves noirs, un territoire leur est alloué en Afrique. Des affranchis et « rapatriés » vont s’installer au Libéria, qui devient indépendant en 1847. Le pays est la première république libre du continent africain.

5 Le choix des odonymes revêt une dimension politique. Celui-ci relève du conseil municipal, avec un contrôle de l’État, par le biais du gouvernement (ministre de l’intérieur, décret présidentiel d’attribution, jusqu’en 1924). À partir des lois de décentralisation de 1982, seuls les préfets contrôlent l’attribution des odonymes. Le choix politique, d’un récit construit autour d’un nom choisi, relèvent des élus et non des historiens.

6 Louis Delgrès, qui s’engage dans les troupes levées par Rochambeau en Martinique, est fait prisonnier par les Anglais puis déporté en Angleterre et, enfin, à Saint-Malo. Libéré en 1797, il revient en Guadeloupe en 1799. Passé dans les rangs des rebelles, il se retranchera dans l’habitation Danglemont, pour y établir son quartier général, auquel fut donné l’assaut en 1802. Il périt dans ce combat avec 500 autres victimes. Il s’ensuivit une grande répression et de très nombreuses exécutions, dont celle de la mulâtresse Solitude. De nombreux hommages ont été rendus à Louis Delgrès. Des rues et des établissement scolaires portent son nom. Au Panthéon, à Paris, une plaque voisine de celle de Toussaint Louverture, lui est dédiée.

7 En 2006, la mairie de Paris a créé la place de l’émir Abd el-Kader (Varrondissement) dans le quartier de la mosquée, constituée en fait d’un petit jardin. La ville d’Amboise a fait réaliser une œuvre appelée « Passage Abd el-Kader », vandalisée dans la nuit précédant son inauguration, le 5 février 2022. Des rues portant le nom d’Abd el-Kader, à Béziers, Beaucaire, ont été retirés par les municipalités.

8 L’État a pris l’initiative en faisant établir, par une commission, une liste de 318 noms issus de la diversité, dont nombre d’entre eux sont en lien avec la colonisation, en incitant les communes à s’en saisir.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte de présentation
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8035/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 2. Le Jardin Solitude et les « Fers »
Crédits Photo : J. Rieucau, décembre 2021
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8035/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Figure 3. Place du général Catroux
Crédits Photo : J. Rieucau, décembre 2021
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8035/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 4. Boulevard Malesherbes
Crédits Photo : J. Rieucau, décembre 2021
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8035/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 5. Statue-monument d’Alexandre Dumas Père (1883)
Crédits Photo : J. Rieucau, décembre 2021
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8035/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 670k
Titre Figure 6. Monument d’Alexandre Dumas Fils (1906)
Crédits Photo : J. Rieucau, janvier 2022
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8035/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 881k
Titre Figure 7. Sarah Bernhardt représentée dans le rôle de Phèdre (1926)
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8035/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 873k
Titre Figure 8. Hommage à Mstislav Rostropovitch
Crédits Cliché : J. Rieucau, janvier 2022
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8035/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Figure 9. La Cité de l’Économie (palais Gaillard)
Crédits Photo : J. Rieucau, janvier 2022
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8035/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 758k
Titre Figure 10. Les « Fers » (2009)
Crédits Photo : J. Rieucau, décembre 2021
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8035/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 709k
Titre Figure 11. L’ambassade du Libéria
Crédits Photo : J. Rieucau, décembre 2021
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8035/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 666k
Titre Figure 12. Plaque contextualisante des « Fers »
Crédits Photo : J. Rieucau, janvier 2022
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8035/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 962k
Titre Figure 13. Le Jardin Solitude (2020)
Crédits Photo : J. Rieucau, janvier 2022
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8035/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 618k
Titre Figure 14. L’effigie de la Mulâtresse Solitude
Crédits Photo : J. Rieucau, septembre 2022
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8035/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 994k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Rieucau, « La place Catroux. Le pari mémoriel de la reconnaissance de l’esclavage dans un quartier aisé de Paris »Mappemonde [En ligne], 134 | 2022, mis en ligne le 27 octobre 2022, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/mappemonde/8035 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mappemonde.8035

Haut de page

Auteur

Jean Rieucau

Université Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search