Navigation – Plan du site

AccueilNuméros134À voir, à lireMappemonde signale…Illusion nominaliste, foire aux v...

À voir, à lire
Mappemonde signale…

Illusion nominaliste, foire aux vanités et salades d’acronymes

Hervé Théry

Texte intégral

  • 1 Éditions Hermann, 2021, 240 pages, 80 figures en couleurs (103 cartes), ISBN 9791037006288, version (...)

1Le livre de Roger Brunet Nouveaux territoires, nouveaux noms de la France1 est à la fois minutieux, jubilatoire et inquiétant.

2Minutieux, parce qu’il analyse de façon très précise les noms de lieux qui ont été donnés à de nouveaux territoires, créés par milliers dans les dernières décennies par les fusions de communes, la création d’intercommunalités, de nouveaux pôles, de programmes de développement régional, etc.

3Jubilatoire, parce que Roger Brunet le fait avec humour et cite avec gourmandise les noms extravagants inventés par les élus (ou les cabinets de communication qui les conseillent), mais aussi des situations étonnantes comme la commune qui n’a plus qu’un seul habitant (mais un conseil municipal de sept personnes). Ou encore, les enclaves, exclaves et autres « queues » et « ficelles » qui compliquent parfois les limites territoriales des communes et de leur regroupement.

4Inquiétant, enfin, parce qu’il montre que cette frénésie de néotoponymie (la création de nouveaux noms de lieux) cache, bien souvent, une absence de politique réelle de développement du territoire. À partir du recensement des « nouveaux noms de la France », Roger Brunet présente, en fait, dans ce livre un portrait très complet de l’évolution de la structuration politico-administrative du pays et de son évolution dans les années récentes, dont il est très clair, à le lire, qu’il ne pense pas beaucoup de bien.

  • 2 http://tresordesregions.mgm.fr. Huit régions y ont été entièrement révisées et réorganisées en 2019 (...)
  • 3 Découvrir la France, Paris, Larousse, 1972-74, 7 volumes.

5Pour ce faire, il utilise la connaissance détaillée des réalités locales qu’il a acquise en composant son Trésor du terroir, une base de données en ligne2 qui décrit de façon méticuleuse l’ensemble des régions, départements, intercommunalités et communes jusque dans leurs équipements, patrimoines et entreprises. On pourrait même dire que ce site prolonge et complète l’une des premières grandes réalisations de sa longue carrière, la collection Découvrir la France publiée au début des années 19703.

6Cet immense travail sur les noms est, en outre, bien complété par plus d’une centaine de cartes (réalisées par Roger Brunet) qui non seulement les situent, mais montrent aussi les superpositions et les incohérences dans la création de tous ces nouveaux territoires : on en trouvera quelques exemples ci-dessous.

Le contexte

7Constatant que « les territoires sont en perpétuel mouvement », Roger Brunet analyse d’abord — en les résumant de façon très claire — les principales mutations territoriales, dont les principaux aspects sont, selon lui, la métropolisation, la périurbanisation, la concentration et l’exurbanisation des commerces et de certains services, l’évolution des emplois et l’inégale mobilité des personnes et des familles.

8Il retrace les mots d’ordre qui ont guidé successivement, « au fil des lois » l’action publique sur le territoire depuis l’après-guerre : l’aménagement, la décentralisation, le développement, la compétition, l’attractivité, l’égalité et la cohésion des territoires. Et l’intérêt de la néotoponymie vient, selon Roger Brunet, de ce qu’elle est « expression et illustration » de ces changements.

« Du fait de ces réformes, la dernière décennie a été, en France, une période de création tout à fait extraordinaire de noms géographiques nouveaux : plusieurs milliers. Il a fallu nommer les communes nouvelles, les cantons nouveaux, les intercommunalités ; plus des quantités de réserves, zones, parcs, pôles, quartiers et autres variétés de territoires. Le choix de ces noms n’est pas anodin. Il en apprend beaucoup sur leurs inventeurs, un peu sur les lieux, et il contribue même à éclairer la toponymie traditionnelle » (p. 22).

9Car, alors que « jadis existaient deux grandes sources ou raisons de nommer. L’une, longtemps privilégiée par les onomasticiens, ou spécialistes des noms propres, était l’appartenance […] L’autre source se fondait sur une qualité » alors que la néotoponymie serait plutôt « devenue “un art médiatique” ».

« Fleurissent ainsi les Haut, les Grand, les Belle et Beau […] les Cœur, Porte et Terre […]. Dans les sites d’activités, la mode s’exprime en l’apparition de multiples Bio-, Éco-, Euro-, et quantité de noms à l’anglaise dans l’espoir de séduire le monde entier » (p. 24).

10C’est là tout l’intérêt de cette analyse critique de la néotoponymie, qui donne à Roger Brunet un angle d’attaque pour évaluer l’évolution de l’organisation même des territoires qui forment la France, et des politiques d’aménagement censées les encadrer.

« Certains noms nouveaux, de fabrique artificielle, ne disent strictement rien du lieu qu’ils désignent : ni de leurs habitants, ni de leur qualité perçue. Beaucoup expriment néanmoins une appartenance, une ambition, une orientation. Leur apparition et leur promotion sont inséparables de l’évolution même des formes et des fonctions des territoires, et donc de leurs réformes et de leurs innovations. C’est pourquoi nous avons choisi de les analyser conjointement. La richesse des territoires est dans leur diversité, leur faiblesse est dans le désordre et la division » (p. 24).

Fusion de communes

11L’analyse commence par les effets de la principale cause de création de noms nouveaux, les fusions de communes, dont il retrace l’histoire et les résultats : alors que la France avait 40 200 communes en 1802, elle n’en comptait plus qu’un peu moins de 35 000 en 2019 (34 841 en métropole, plus 129 dans les départements d’outre-mer). Ces fusions n’ont pas affecté de la même façon toutes les régions françaises et il est à noter, comme le fait Roger Brunet, que dans ce domaine le champion toutes catégories a été le département du Maine-et-Loire.

12Au passage il cite le cas des communes les moins peuplées :

  • 4 Comme cela est indiqué dans l’ouvrage « Pour faciliter à la fois la lecture et le repérage, les nom (...)

« Outre les six communes “mortes pour la France” maintenues dans la Meuse depuis 1919 avec zéro habitant, il en reste 22 de moins de 10 habitants. Le record revient à Rochefourchat en Diois, un habitant, 1 273 ha, dans un hameau à 850 m desservi par une route depuis Saint-Nazaire-le-Désert (26)4. La commune est dotée d’un conseil municipal de 7 membres (minimum légal), dont le maire, avocat parisien, et deux Belges, la commune ayant 15 électeurs, dont 14 qui ne résident pas, mais qui sont titulaires d’un bien foncier quelconque leur permettant d’être inscrits. Le budget a été de 21 000 euros en fonctionnement et 1 000 euros en investissement en 2017, ce qui est beaucoup pour un seul homme et sans doute peu pour un millier d’hectares avec route » (p. 31).

Figure 1. Fusions par départements, fig. 2.1. Fusions en Maine-et-Loire, fig. 2.2

Figure 1. Fusions par départements, fig. 2.1. Fusions en Maine-et-Loire, fig. 2.2

13Nommer les nouvelles communes issues de ces fusions n’est en effet « pas chose simple », car « les noms de communes nouvelles servent nécessairement à s’identifier, donc à se distinguer et à se faire reconnaître ». Pour cela Roger Brunet distingue plusieurs procédés, « s’affirmer et étendre », « additionner » et « fabriquer ». Les résultats sont plus ou moins heureux :

« À picorer çà et là dans les noms des communes réunies, on finit par jouer avec eux, sans plus se soucier de leurs sens, en fabriquant de nouveaux noms qui n’ont que des rapports lointains avec leur étymologie, ou même aucun rapport. Le résultat est inégalement heureux ; parfois il est réussi, euphonique, voire plaisant » (p. 41).

14Là encore il signale un cas exceptionnel :

« Enfin, admettons volontiers que le record d’astuce semble mérité par Hypercourt (80), nom en forme de calembour, fabriqué, pour faire court, à partir de ceux des trois communes fusionnées, Hyencourt-le-Grand, Pertain et Omiécourt. Au moins peut-on espérer que ses habitants deviendront Hypercourtois » (p. 42).

15En général les choix de nouveaux noms se portent plutôt sur des lieux neutres, qui sont de bons compromis, les « mots porteurs » dont Roger Brunet fait une typologie « par eaux, monts et vaux, confins et lieux clés, rives, bords et portes, bois et bocages, villes neuves et châteaux ». On peut aussi chercher « le prestige par le passé », mais le risque est de tomber dans « forfanteries et préciosités » et — pire — « d’autres noms sont comme des outrages à la langue française ».

Autres échelles

16Après cette analyse très détaillée des nouveaux noms de communes — d’une longueur justifiée par l’abondance des matériaux — Roger Brunet passe à l’étude des autres échelles, en commençant par les nouveaux cantons. La loi du 17 mai 2013 a modifié les « règles d’élection des conseillers départementaux », mais « son effet sur les cantons en 2014 n’est qu’en apparence une réforme : elle crée une catégorie et une division du territoire entièrement nouvelles », ne serait-ce que parce qu’elle a divisé par deux le nombre des cantons, de 4 035 anciens cantons à 2 054 nouveaux cantons, pour lesquels il a fallu décider entre « nommer ou ne pas nommer ».

17Dans ce cas aussi « le souci de promotion n’est pas absent de certaines dénominations : il s’agit d’“exister” en attirant », mais le plus étonnant est ailleurs, « reste à savoir pourquoi les noms nouveaux sont largement concentrés dans le quart sud-ouest de la France ». Selon Roger Brunet :

« Il semble plus probable qu’une telle distribution spatiale relève du domaine culturel, d’une certaine représentation des territoires et, peut-être aussi, d’une perception de la réforme elle-même [cela] pourrait indiquer un certain état d’esprit, un climat, un attachement particulièrement attentif aux valeurs de la chose publique et de la démocratie ; un acte de citoyen tranquille, dispensé de crises identitaires, mais soucieux d’appropriation : je m’implique donc je nomme ; et réciproquement » (p. 71).

18On passe ensuite aux intercommunalités, ou établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), pour commencer à citer des acronymes. Quand leur mise en place sur tout le territoire national a été prête, en 2015, on comptait (remarquons la précision des informations) :

« 2 134 groupements, dont 1 884 communautés de communes, 226 communautés d’agglomération, 9 communautés urbaines et 12 métropoles ». Là aussi leur nombre a été progressivement réduit et « en 2017, année d’application de la nouvelle loi, le nombre de communautés de communes était descendu à 1 268, accompagnées par 219 communautés d’agglomération, 13 communautés urbaines et 18 métropoles » (p. 74).

Figure 2. Nouveaux noms de cantons, fig. 3.2

Figure 2. Nouveaux noms de cantons, fig. 3.2

19De ce fait, il a fallu choisir, ici encore, de nouveaux noms, que les intercommunalités ont été libres de créer, avec plus de liberté que les communes, car « il n’est même pas nécessaire qu’il figure dans les statuts et il n’est pas officiellement soumis aux règles d’écriture des noms de communes ».

20Celles qui ont adopté un nouveau nom ont, en général, voulu « se distinguer par la situation » :

« Le choix des noms révèle quelques constantes. Une majorité est fondée sur une indication géographique préexistante, surtout un nom de pays, de ville ou de rivière. Nombre d’entre eux révèlent un souci de se distinguer et même de paraître » (p. 82).

21D’autres ont préféré « les mots qui plaisent »

« Certains mots reviennent fréquemment ; les uns cherchent à situer, même vaguement ; les autres ne sont là que pour évoquer une étendue, suggérer un ancrage. Parmi les premiers, Cœur et Porte sont très prisés : une trentaine de fois chacun. L’un dit que l’on se situe au centre, l’autre en bordure, mais ils ont un côté affectif : le cœur est amour, la porte ouverture. Parmi les seconds, Pays est le plus employé, mais Terre plaît bien aussi » (p. 84).

22Roger Brunet passe ensuite en revue les nouveaux noms des régions, brièvement puisque leur nombre est réduit, mais il fait tout de même un sort à l’un d’entre eux, où pour éviter « Nord » mal connoté, paraît-il, a été retenu :

« Un agressif et ridicule Hauts de France, qui s’applique, en fait, à la région la plus basse de la France (hors Île-de-France) : elle culmine à 295 m, contre 385 pour la Bretagne, 413 pour la Normandie, 417 pour les Pays de la Loire, 504 pour le Centre-Val de Loire » (p. 96).

23On notera la précision de l’information géographique, dont les « communicants » auteurs du nom ne se sont sans doute guère souciés…

24Roger Brunet conclut alors la revue des autres échelles politico-administratives :

« Outre les communes nouvelles, les cantons nouveaux et les intercommunalités, il existe nombre de circonscriptions plus ou moins nouvelles, qui portent des noms géographiques. Elles relèvent de logiques différentes, mais sont nommées comme des territoires ou, au moins, des lieux » (p. 95).

25Leur analyse confirme bien que « les nouveaux noms illustrent fort bien le côté “foire aux vanités” de la néotoponymie », mais, au passage, Roger Brunet donne son opinion sur les échelles qui lui paraissent utiles, ou non, comme le montrent les titres qu’il choisit : « Les départements en question », « L’arrondissement mis au nouveau pas », « Métropoles ou départements », « Le flou des métropoles » (dont « Le grand guignol lyonnais »), ou encore « Pôles métropolitains ».

Figure 3. Pôles métropolitains, fig. 5.10

Figure 3. Pôles métropolitains, fig. 5.10

26Suivent, sous le titre évocateur de « Enclaves et embrouilles », des passages qui s’écartent un peu du propos central, les noms des territoires, pour pointer certaines aberrations de leurs frontières.

« Le territoire national est émaillé d’enclaves et de dessins étranges, les uns depuis plusieurs siècles, d’autres récents ; rien n’a été fait ni prévu pour les éliminer ou les corriger. Mieux encore, les processus de fusion et d’association en ont fabriqué de nouvelles » (p. 117).

27Ces pages ont un double but : a) les montrer — c’est la première étude complète du sujet — et b) montrer l’absurdité de la décision de redessiner des arrondissements sur les limites d’intercommunalités qui sont éventuellement discontinues, avec des communes discontinues. D’où d’abominables artifices pour leur inventer une continuité territoriale factice, beaucoup étant de plus à cheval sur les limites départementales, et certaines même sur les limites régionales…

28Suit une typologie de ces bizarreries, appuyées par des cartes : « Enclaves hors département », « Enclaves pastorales et forestières », « Affrontements et mutations », « Communes emboîtées et insulaires », « Formes étranglées et imbriquées », « Queues et ficelles »

Figure 4. Othe et Grand-Failly, fig. 6.3 ; Enclaves rhénanes, fig. 6.7

Figure 4. Othe et Grand-Failly, fig. 6.3 ; Enclaves rhénanes, fig. 6.7

Pays, pôles, zones, parcs

29Cette revue des circonscriptions faite, Roger Brunet entre alors dans la jungle des autres « lieux-dits », qui s’y superposent ou s’y encastrent tant bien que mal. Il regrette le sort des « pays », sous le titre « Le pays dépaysé », fruit d’une tentative qui a tourné court : les « Pays Voynet, pays oubliés ». Il passe alors en revue les « Territoires de projet », les « Territoires d’industrie », puis va « De zone en parc », avec les « Zones et quartiers en ville », où commence une avalanche d’acronymes, qu’il recense avec soin (et peut-être un peu d’ironie), « De ZUP en ZUS et ZRU, ZFU ».

30On parcourt ainsi les ZUS, ou « Zones urbaines sensibles », les « Zones de redynamisation urbaine » (ZRU), les QPV (parfois dits QPPV), « Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville », « les ZFU-TE » (Zone franche urbaine-Territoires entrepreneurs), les QRR, « au nom étrange de Quartiers de reconquête républicaine », sans oublier « ZAC et ZAD, le concerté et l’anticipé ».

31Les campagnes ne sont pas oubliées, avec « Revitalisations et excellences rurales » :

« Si les ZPIU, les ZUS et leur avatar les QPV ont été ou sont spécifiquement attachés à l’aménagement urbain, les ZAC et les ZAD ne le sont pas et peuvent aussi bien porter sur des espaces ruraux. Ceux-ci, en outre, ont été l’objet de zonages spécifiques qui s’ajoutent à une liste déjà longue » (p. 174).

32Si les ZRR (Zones de revitalisation rurale) sont restées « sans effet […] en complément de ce dispositif et à l’inverse, sont apparus les PER ou « Pôles d’excellence rurale ». Revenant par moments au souci de la néotoponymie, Roger Brunet note que :

« On n’y manque pas de noms curieux, tels que L’Homme-Oiseau des Grands Lacs de Champagne (Aube, Forêt d’Orient) ; De la Jeunesse d’Henri IV au Patrimoine d’aujourd’hui en Albret : Le Pays de l’enfant roi (Nérac, 47) […] Quelques-uns ont adopté des noms promotionnels : Equiterra à Songeons (60) pour l’élevage du cheval, Vélopole à L’Isle-Jourdain (32) assorti d’une Vélo Vallée, d’un Véloscope et d’un enseignement “Sup de Vélo” […] Bio’Luz (déshydratation de la luzerne) à Saint-Paulien (43) ; Les Hameaux des Nuages flottants pour des maisons de personnes âgées en vallée du Louron à Bordères (65) » (p. 177).

Figure 5. Pays, PETR et TI de Nouvelle-Aquitaine, fig. 7.2

Figure 5. Pays, PETR et TI de Nouvelle-Aquitaine, fig. 7.2

33Passant en revue les « zones d’aides », Roger Brunet y distingue diverses catégories de territoires, les BER (Bassins d’emploi à redynamiser), les BUD (Bassins urbains à dynamiser), les ZAFR (Zones d’aide à finalité régionale). Puis les « pôles de coopération », avec les PTCE (Pôle territorial de coopération économique), les « Nouveaux espaces d’activités » (Technopoles, Nouveaux quartiers d’affaires). Il aborde ensuite « Parcs et sites : protéger ou séduire », avec les réserves et sites écologiques, où « Quelques noms pittoresques ressortent çà et là » :

« La Pâture à Mille Trous à Auxi-le-Château (62) a été bosselée par l’extraction ponctuelle de craie pour les fours à chaux, avec poches de végétation adaptées ; son nom lui a été attribué par les soldats anglais stationnés en 1914 ; la réserve n’a que 6,7 ha » (p. 193).

34La salade d’acronymes continue dans « le fouillis des sites écologiques » :

  • 5 « Normaliens » et « énarques » seront probablement un peu surpris de retrouver ici le sigle et l’ac (...)

« L’Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) ne distingue pas moins de vingt catégories de sites répertoriés et plus ou moins protégés selon divers critères et strates historiques […] Dès 1959 ont été définis des “périmètres sensibles”, devenus “espaces naturels sensibles” (ENS) en janvier 1977, complétés par des “espaces naturels associés” (ENA5) servant de zones tampons » (p. 193).

35S’y ajoutent les réserves intégrales de parcs nationaux (RIPN) et les réserves nationales de chasse et de faune sauvage (RNCFS), les ZNIEFF (Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique), les Zones importantes pour la conservation des oiseaux (ZICO), les Zones de protection spéciale (ZPS), consacrées aux oiseaux et les Zones spéciales de conservation (ZSC) pour des espèces végétales et d’autres espèces animales. Les espaces de loisirs (stations thermales, balnéaires et de ski) sont aussi abordés, avec le choix de noms attractifs, contrairement aux camps (militaires, de détentions ou de réfugiés), devenus au contraire répulsifs.

36La pluie d’acronymes redouble avec « Territoires en plans » et « Tout le monde en SCOT et SRADDET », le premier étant le « Schéma de cohérence territoriale », le second le « Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires ». Elle continue avec « Schémas à tous les étages », avec les SDCI (Schéma départemental de coopération intercommunale).

37Elle redouble avec les plans de prévention :

« Rien que pour les forêts existent des PPRIF, PPFCI et PIDAF (Plan de prévention des risques d’incendies de forêt, Plan de protection des forêts contre les incendies, Plan intercommunal de débroussaillement et d’aménagement forestier) » (p. 214).

38En matière de risques :

« il existe des PCS (Plan communal de sauvegarde) et PICS (Plan intercommunal de sauvegarde) […] Et, selon les lieux, on s’arme de PPRN (Plan de prévention des risques naturels prévisibles), PPRT (Plan de prévention des risques technologiques prévisibles), PPRM (Plan de prévention des risques miniers prévisibles), PPRL (Plan de prévention des risques littoraux prévisibles), PPRS (plan de prévention des risques de submersion marine), PPRIF (Plan de prévention des risques d’incendie de forêt), PPRI (Plan de prévention des risques d’inondation) et PPRA (Plan de prévention des risques d’avalanche) » (p. 217).

L’illusion nominaliste

39Après avoir terminé cet inventaire par les « Territoire à zéro chômeur de longue durée » (TZCLD) et fait le triste constat que les politiques publiques territoriales ont passé « de l’aménagement aux soins palliatifs », Roger Brunet intitule sa conclusion « L’illusion nominaliste ».

40Elle s’ouvre sur une note grave, qui récapitule les aberrations relevées dans le corps du livre, dans le choix des noms ou — plus grave — dans celui des territoires à aider, ou non :

« Quand des territoires obtiennent de se nommer Val’Aïgo, Capavenir, 4B ou Hypercourt ; quand une agglomération s’arroge les pouvoirs d’un département en laissant en lambeaux ce qui reste de ce département ; quand une loi débouche sur l’organisation minutieuse et la généralisation de communautés de communes et, qu’un an après, une autre loi oblige à les bouleverser et contraint à des mariages forcés, et la contredit sur les compétences ; quand le gouvernement prône un “droit à la différence” introduisant des inégalités de compétences entre territoires de même niveau — alors on peut se poser des questions sur la solidité et la clarté de l’ordre républicain appliqué au territoire » (p. 223).

41Car — et c’est là cœur du livre, sa thèse centrale — la frénésie de sigles, d’acronymes et de nouveaux noms ne peut pas tenir lieu de politique d’aménagement du territoire, c’est, tout au plus, un rideau de fumée qui cache mal une négligence ou une incompréhension du fonctionnement des territoires :

« On a beaucoup joué avec les mots depuis dix ans et plus : ceux des lois, ceux des ministères, ceux des institutions, ceux des lieux. Mais la réalité des territoires n’est pas nominaliste. C’est une cruelle illusion de croire, ou de vouloir faire croire qu’en changeant un nom on change la chose nommée. […] Changer la taille des communes et des régions, instaurer des communautés en partie contraintes et aux pouvoirs inégaux, transférer des responsabilités du département à la métropole, démultiplier et modifier les sigles ne sont que palliatifs pour bonne conscience, ou jeux médiatiques » (p. 224).

42Les dernières lignes sont heureusement un peu plus optimistes, sur la base d’un constat :

« Bien des choses peuvent encore changer. Du moins, doit-on souligner que la France a la chance de disposer de vastes potentiels pour s’y préparer. Elle a de solides centres d’information et d’étude […]. Elle a un personnel “territorial” de qualité, des assemblées et des associations d’élus actives, capables de produire des analyses approfondies. Les “quartiers”, les “territoires” et les autres parties du pays appellent leur bon usage, mieux que des noms nouveaux. […] Ils changent, évoluent, se peuplent ou se dépeuplent, s’équipent ou perdent des services et des emplois, mais il y a toujours des lieux et des espaces organisés, vécus et ressentis comme territoires et patrimoines partagés, dont il faut préserver et souvent améliorer l’écologie, servir et soutenir les habitants, tout en leur confiant une part étendue de responsabilité » (p. 225).

43Acceptons-en l’augure…

Haut de page

Notes

1 Éditions Hermann, 2021, 240 pages, 80 figures en couleurs (103 cartes), ISBN 9791037006288, version électronique disponible www.editions-hermann.fr

2 http://tresordesregions.mgm.fr. Huit régions y ont été entièrement révisées et réorganisées en 2019-2021. Les communes y sont groupées selon les intercommunalités à l'intérieur des nouvelles régions. La mise à jour comprend les populations, les communes nouvelles, l'état des entreprises courant 2019-2021. Les autres avaient été révisées en 2010-2012, les communes y sont groupées par anciens cantons à l'intérieur des anciennes régions, elles sont progressivement en cours de révision.

3 Découvrir la France, Paris, Larousse, 1972-74, 7 volumes.

4 Comme cela est indiqué dans l’ouvrage « Pour faciliter à la fois la lecture et le repérage, les noms des communes nouvelles sont suivis du numéro de leur département quand celui-ci n’est pas mentionné en entier ».

5 « Normaliens » et « énarques » seront probablement un peu surpris de retrouver ici le sigle et l’acronyme de leurs écoles, surtout utilisés pour désigner des « zones-tampon ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Fusions par départements, fig. 2.1. Fusions en Maine-et-Loire, fig. 2.2
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8100/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 2. Nouveaux noms de cantons, fig. 3.2
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8100/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Figure 3. Pôles métropolitains, fig. 5.10
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8100/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 818k
Titre Figure 4. Othe et Grand-Failly, fig. 6.3 ; Enclaves rhénanes, fig. 6.7
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8100/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 5. Pays, PETR et TI de Nouvelle-Aquitaine, fig. 7.2
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8100/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 793k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Théry, « Illusion nominaliste, foire aux vanités et salades d’acronymes »Mappemonde [En ligne], 134 | 2022, mis en ligne le 27 octobre 2022, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/mappemonde/8100 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mappemonde.8100

Haut de page

Auteur

Hervé Théry

Directeur de recherche émérite au CNRS-Creda, Professeur à l’Universidade de São Paulo (USP-PPGH)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search