Navigation – Plan du site

AccueilNuméros134À voir, à lireChallenges GEODATA 2021Géoweb de narration et de modélis...

À voir, à lire
Challenges GEODATA 2021

Géoweb de narration et de modélisation : la plateforme NAMO GeoWeb

Marie Gradeler et Jean-Pierre Chéry

Texte intégral

Le projet RestEAUr’Lag (2019-2022) est un projet financé par la Fondation de France pour son programme Littoral. Le projet RIVAGE (2018-2021) est un projet financé par des fonds européens Feder et la Région Guadeloupe.
Les auteurs remercient également Philippe Cattan, Vincent Bonnal et Aurélie Dourdain, du Cirad, pour leurs contributions significatives dans les applications thématiques de cartographies narratives liées au projet RIVAGE et au séminaire sur les paysages de l'UMR TETIS.

Introduction

1L’application NAMO GeoWeb est une plateforme de conception d’atlas interactifs en ligne. Elle vise à répondre à deux besoins différents et complémentaires : (i) le partage de données et d’informations issues de travaux de différents membres d’un même projet, d’une même structure ou d’une même communauté sous forme cartographique et (ii) la diffusion de ces résultats à l’intérieur, mais aussi, et surtout à l’extérieur de ce projet, de cette structure ou de cette communauté. La plateforme constitue ainsi un outil de science participative permettant, en particulier aux utilisateurs non-initiés, de proposer des contributions via un module de rédaction de cartes narratives en ligne. Afin d’être accessible à tous, la plateforme NAMO GeoWeb est gratuite et open source et peut ainsi être déployée par n’importe quel organisme ou particulier disposant d’un serveur.

2Le développement de NAMO GeoWeb s’est effectué sur la base de besoins définis au sein d’un projet initial, le projet RestEAUr’Lag, financé par la Fondation de France. Les concepts et principes retenus dans ce développement ont fait l’objet d’une contribution lors de la conférence SAGEO 2021, qui donne les principales références bibliographiques sur lesquelles s’appuie ce travail (Gradeler et Chéry, 2021). Ce projet vise à expliciter les modalités de la restauration écologique des socio-écosystèmes lagunaires méditerranéens, au travers de cas français, du littoral languedocien (étang de l’Or et étangs palavasiens) et du littoral corse (lagune de Biguglia). Regroupant des chercheurs de structures et d’horizons différents (géographes, historiens, politologues, écologues, etc.), ce projet initie la création d’une quantité importante de données cartographiques qui appellent à leur valorisation et diffusion. Un premier besoin concerne la centralisation et la consultation de ces données au travers d’un seul et même outil accessible rapidement pour n’importe quel membre du projet, et ce en regroupant sur une même plateforme les données des différentes infrastructures de données géographiques (IDG) impliquées. Un autre besoin majeur consiste à permettre la valorisation et la diffusion des produits cartographiques via une rédaction collaborative et une publication en ligne selon les principes de la cartographie narrative. La cartographie narrative est considérée ici, d’après la définition de Caquard et Cartwright (2014), comme un procédé éditorial en ligne associant des éléments narratifs multimédias (textes, images, etc.) et des informations géographiques valorisées par une cartographie dynamique. Enfin, un dernier besoin notable est d’avoir une plateforme extensible, permettant l’ajout de nouveaux modules construits pour exploiter les données géographiques selon différents principes de modélisation. L’outil final visé doit ainsi s’adresser aussi bien aux chercheurs qu’au grand public.

Conception de l’application

3L’application NAMO GeoWeb a été conçue en prenant en compte les besoins du projet RestEAUr’Lag avec, en premier lieu, celui de centraliser et de consulter les données provenant des différents laboratoires. Ceux-ci disposant déjà, ou étant susceptibles de disposer d’IDG et de serveurs cartographiques associés, il suffit alors de diriger les flux cartographiques depuis ces IDG vers une seule et même plateforme associée au projet pour que celle-ci soit toujours à jour. Ce socle SIG permet d’assurer une consultation classique et simplifiée qui comprend un affichage des données et d’une légende associée, avec la possibilité de faire varier l’opacité d’une couche, de modifier le fond de carte, de l’emprise et du niveau de zoom de la vue cartographique, de pouvoir consulter son échelle, etc. Cette caractéristique présente un avantage dans la vie d’un projet : l’édition des productions cartographiques peut se faire « au fil de l’eau », au rythme des réalisations diverses, sans attendre l’étape finale du projet, avec la possibilité d’une réflexivité sur ces produits par les membres du projet.

4Le besoin de permettre aux utilisateurs de collaborer autour de la rédaction et de la publication de cartes selon les principes de la cartographie narrative a nécessité de réaliser un état de l’art sur les différentes solutions de cartographie narrative actuellement existantes. On peut citer ArcGIS StoryMaps de l’entreprise ESRI, mais aussi StoryMapJS de KnightLab, une alternative simplifiée à la fois gratuite et open source. D’autres solutions ont été repérées comme « Ma carte narrative » de l’IGN ou de plus petits projets disponibles sur GitHub tels que « Storymap » par Spelhate. En revanche, aucune de ces solutions ne répond pleinement aux caractéristiques attendues pour répondre aux besoins du projet :

    • 1 Web Feature Service
    • 2 Web Map Service

    la lecture des flux cartographiques (WFS1, WMS2, etc.) provenant des IDG partenaires et d’autres sources ouvertes ;

  • l’affichage de symbologies variées (choroplèthes, cercles proportionnels, flux, etc.) plutôt que de simples marqueurs, comme c’est le cas pour la majorité des solutions actuelles ;

  • le regroupement de ces cartes narratives dans des bibliothèques thématiques ;

  • la possibilité de collaborer autour de la rédaction de ces cartes narratives avec, notamment, une gestion des droits d’édition et de publication ;

  • une solution gratuite et open source pour une meilleure reproductibilité sur différents projets et pour tous les budgets.

5La solution retenue a donc été le développement d’une nouvelle plateforme sur un socle de type SIG en ligne.

6L’outil se présente comme un ensemble composé de fonctionnalités basiques et de fonctionnalités spécifiques (figure 1). Les fonctionnalités basiques sont celles de centralisation et de géovisualisation des données qui constituent le socle SIG de l’application. C’est ce dernier qui permet de regrouper et de lire les flux cartographiques émis par les serveurs des différentes IDG des partenaires (serveurs tels que GeoNode, GeoServer, LizMap, etc.).

7Les fonctionnalités spécifiques permettent, quant à elles, d’organiser la consultation des données et de contribuer à celle-ci. Elles prennent la forme de différents modules dont le premier achevé est celui de cartographie narrative, distribué dans la version de NAMO GeoWeb en fin 2021. Ce module permet aux membres d’un collectif, inscrits sur la plateforme et possédant des droits d’édition, de collaborer autour de la rédaction et de la mise en ligne de cartes narratives. D’autres modules visant à répondre à des besoins spécifiques de certains projets, comme c’est le cas avec le projet RestEAUr’Lag, sont en phase de développement et d’ajustement : un module de modélisation ou encore un module de graphiques qui valorise les données cartographiques en cours de consultation.

Figure 1. L’architecture générale de la plateforme NAMO

Figure 1. L’architecture générale de la plateforme NAMO

Conception & réalisation : M. Gradeler et J.-P. Chéry

8C’est l’ensemble de ces éléments qui constituent la plateforme NAMO GeoWeb, qui peut ainsi être greffée à une IDG pour organiser la consultation de son contenu et le valoriser auprès des acteurs concernés.

Technologies utilisées

9L’application a été développée à partir de technologies gratuites et open source, la majorité étant disponibles sous licence MIT ou équivalente. Ainsi, NAMO GeoWeb fonctionne sur une machine virtuelle ou bien directement dans un OS Debian. Les données sont stockées dans une base de données PostgreSQL avec l’extension PostGIS, l’API est écrite en PHP et l’application est servie par Apache server (figure 2). Une version containerisée de l’application existe aussi pour permettre un déploiement avec Docker.

10Le front-end est développé en HTML, CSS et JavaScript avec l’emploi de la bibliothèque OpenLayers et des extensions de ol-ext pour l’affichage cartographique, ainsi que JQuery et JQueryUI pour l’interactivité de l’interface utilisateur. Remarkable permet de prendre en charge le format Markdown pour la rédaction des cartes narratives, la bibliothèque D3 permet l’affichage de graphiques et DataTables celui de tables de données.

Figure 2. Technologies libres utilisées dans NAMO GeoWeb

Figure 2. Technologies libres utilisées dans NAMO GeoWeb

Conception & réalisation : M. Gradeler

Interface et fonctionnalités

Interface et fonctionnalités basiques

11L’application se présente de la même manière qu’un SIG classique avec un menu en haut de l’écran, une barre d’outils à gauche et son volet associé, la carte occupant la majeure partie de l’écran, et la légende sur la droite (figure 3).

Figure 3. L’interface de NAMO GeoWeb

Figure 3. L’interface de NAMO GeoWeb

Conception & réalisation : M. Gradeler et J.-P. Chéry

12Le premier volet, « Zones d’Études », permet de se rendre rapidement sur une ou plusieurs zones d’intérêt sur la carte en cliquant sur une miniature associée. Dans l’exemple du projet RestEAUr’Lag, il s’agit des lagunes étudiées.

13Le second volet, « Fonds de carte », permet de choisir le fond de carte à afficher. La plateforme est déployée par défaut avec un accès au fond standard OpenStreetMap et à l’imagerie satellite d’ESRI accessible librement. Il est possible d’ajouter d’autres sources de données. Ainsi, des fonds IGN sont aussi disponibles dans l’instance de NAMO GeoWeb du projet RestEAUr’Lag.

14Le troisième volet, « Couches », donne accès aux différentes cartes et couches de données dont les flux sont lus par l’application. Il faut cocher les couches souhaitées pour les afficher sur la carte, à la manière d’un SIG classique et un curseur permet de faire varier leur opacité au besoin. La légende associée est affichée sous le titre de la couche ainsi que dans le cadre de légende dans le coin inférieur droit de la carte si la couche a été sélectionnée.

15Ces trois outils permettent d’explorer les données moissonnées par le socle SIG de l’application NAMO GeoWeb. Celles-ci sont gérées dans la partie « Administration » de l’application, accessible à un administrateur authentifié sur la plateforme. Elle lui permet d’importer de nouveaux entrepôts de données (figure 4a) et d’ajouter de nouvelles couches dans l’application à partir de celles-ci (figure 4b). Une fois les modifications enregistrées, ces données deviennent accessibles dans l’onglet « Couches » de la plateforme, mais aussi dans les différentes fonctionnalités spécifiques de l’application.

Figure 4a. Interface administrateur, ajout d’un entrepôt de données

Figure 4a. Interface administrateur, ajout d’un entrepôt de données

Conception & réalisation : M. Gradeler et J.-P. Chéry

Figure 4b. Interface administrateur, ajout d’une nouvelle couche à partir de l’entrepôt

Figure 4b. Interface administrateur, ajout d’une nouvelle couche à partir de l’entrepôt

Conception & réalisation : M. Gradeler et J.-P. Chéry

Les fonctionnalités spécifiques en développement

16La valeur ajoutée de NAMO GeoWeb réside dans le développement de ses fonctionnalités spécifiques construites sur le socle SIG de l’application. Plusieurs d’entre elles sont encore à l’état de preuve de concept. Il s’agit, par exemple, d’un affichage de graphiques pour illustrer les données affichées sur la carte, comme représenter l’évolution de la population au cours du temps pour une commune donnée. Une autre fonctionnalité encore en cours de développement est spécifique au projet RestEAUr’Lag. Il s’agit d’un outil de modélisation systémique établi sur le cadre conceptuel DPSIR afin de répondre aux besoins de certains acteurs du projet et de permettre d’organiser les couches de données dans un modèle relationnel de cause à effet, pour l’établissement d’indicateurs de suivi d’un système, ici territorial et environnemental (figure 5). L’utilisateur doit, tout d’abord, afficher sur la carte les couches avec lesquelles il souhaite concevoir son modèle et se rendre dans l’onglet « Modèles ». Il peut alors affecter chacune des couches présentes sur la carte à l’une des cinq catégories du cadre DPSIR pour compléter son modèle : Forces motrices (Driving forces), Pressions (Pressures), État (State), Impacts et Réponses (Responses). Un ensemble de scripts permet de vérifier la cohérence de celui-ci avant validation. Ces deux modules sont toujours en développement.

Figure 5. Illustration du module DPSIR

Figure 5. Illustration du module DPSIR

Conception & réalisation : M. Gradeler et J.-P. Chéry

La carte narrative collaborative

17La plus-value majeure de la version actuelle de NAMO GeoWeb réside dans son module de cartographie narrative collaborative. Comme évoqué plus haut, et à l’instar des autres modules, celui-ci s’appuie sur les couches déjà présentes dans le socle SIG de l’application pour créer des cartes et associer celles-ci à du texte et à des images (figure 6). Pour commencer, un utilisateur doit, en premier lieu, s’authentifier sur la plateforme pour accéder à son espace de contribution. Lorsqu’il choisit l’option de créer une nouvelle carte narrative, l’application lui demande de donner un titre et un résumé à cette carte, ainsi que le rattachement à une collection de cartes narratives, organisée comme une collection de livres dans une bibliothèque. Il est ensuite guidé vers l’éditeur de cartes narratives (figure 7, figure 8). Celui-ci se présente en trois parties : la table des matières (à gauche), la zone de contenu (au centre) et les outils de réglage de l’emprise cartographique (à droite).

Figure 6. Fonctionnement de la carte narrative

Figure 6. Fonctionnement de la carte narrative

Conception & réalisation : M. Gradeler

Figure 7. Interface de rédaction des cartes narratives

Figure 7. Interface de rédaction des cartes narratives

Conception & réalisation : M. Gradeler et J.-P. Chéry

18

Figure 8. Rédaction d’une carte narrative
Crédits : Conception & réalisation : M. Gradeler

19La table des matières est composée d’un avant-propos qui tient généralement lieu de point de départ de la carte narrative, puis d’une suite de chapitres ajoutés par le rédacteur. Chaque chapitre est associé à un ensemble de couches et à une emprise cartographique, ce qui signifie que pour chaque nouvelle carte, un nouveau chapitre doit être créé.

20La zone de contenu est divisée en plusieurs blocs de natures différentes qui peuvent être réorganisés dans l’ordre souhaité :

  • les blocs de texte contiennent le texte à afficher lorsque l’utilisateur consulte ce chapitre. Ils sont rédigés au format Markdown qui permet une mise en forme basique avec des titres, des listes et des paragraphes. Il est aussi possible d’y insérer des liens.

  • les blocs d’images permettent à l’utilisateur d’importer une image depuis son ordinateur pour l’afficher dans le déroulé du chapitre. Il est possible (et vivement conseillé) d’y associer une légende dans le champ prévu à cet effet. Cette image peut être une photographie, un graphique, le scan de documents divers, etc.

21Enfin, l’outil de réglage de l’emprise cartographique permet à l’utilisateur de créer la carte associée à chaque chapitre en choisissant son emprise cartographique (définie par les coordonnées du centre et le niveau de zoom), le fond de carte ainsi que les couches à afficher parmi toutes celles disponibles dans le socle SIG de l’application.

22Il est possible de partager la carte narrative en cours de rédaction avec d’autres utilisateurs, en la rendant disponible pour des relectures et des corrections par les rédacteurs en chef de la plateforme, qui peuvent alors à leur tour consulter et éditer la carte narrative. Une fois que celle-ci est prête, il faut que son contenu soit validé par un administrateur avant qu’elle puisse être publiée sur le site. Elle est alors visible dans la bibliothèque de cartes narratives et accessible en lecture pour n’importe quel utilisateur, qu’il soit authentifié ou non (figure 9, figure 10).

Figure 9. La carte narrative dans la bibliothèque une fois affichée dans l’interface

Figure 9. La carte narrative dans la bibliothèque une fois affichée dans l’interface

Conception & réalisation : A. Dourdain et M. Gradeler

23

Figure 10. Consultation d’une carte narrative
Crédits : Conception & réalisation : M. Gradeler. Texte inséré de Stéphane Durand

24L’utilisateur qui choisit de consulter une carte narrative voit son interface se diviser en deux, avec, à gauche, le texte et les images (et autres éléments multimédias possibles) et, à droite, la carte interactive et sa légende. Il a la possibilité de modifier le ratio de largeur texte-carte à l’écran et la taille de la police pour améliorer son confort de lecture. Ensuite, il lui suffit de faire défiler le contenu (texte et images) comme une page web classique. À chaque fois qu’il commence à consulter un nouveau chapitre, la carte se met automatiquement à jour en fonction de l’emprise et des couches spécifiées par le rédacteur afin d’illustrer le propos du texte. Il est aussi possible de cliquer sur les images pour les afficher en plein écran. Comme la carte reste interactive, le lecteur peut à tout moment modifier manuellement l’emprise de celle-ci en se déplaçant avec sa souris pour consulter, à sa guise, un autre secteur de la carte non cadré jusqu’alors. Ensuite, lorsqu’il se remet à faire défiler le texte, la carte reprend automatiquement l’emprise initialement paramétrée associée au cours du récit.

Exemples d’usage de NAMO GeoWeb

25Un exemple d’usage de NAMO GeoWeb est le projet RestEAUr’Lag, point de départ du développement de l’application, dont les objectifs ont été présentés en introduction. Le projet n’est pas encore achevé en 2021, mais il est possible de consulter une carte narrative exposant des connaissances historiques portant sur les lagunes étudiées et d’avoir un aperçu des modules graphiques et de modélisation en cours de développement pour le projet (figure 11). Le site est accessible à l’adresse suivante : https://resteaur-lag.teledetection.fr

Figure 11. Aperçu de la carte narrative de RestEAUr’Lag

Figure 11. Aperçu de la carte narrative de RestEAUr’Lag

Conception & réalisation : M. Gradeler et J.-P. Chéry

26Un autre exemple d’utilisation est l’instance de NAMO pour le projet RIVAGE qui a permis de poursuivre les développements initiaux du projet RestEAUr’Lag pour aboutir au module de carte narrative finalisé. Le projet RIVAGE porte sur les enjeux et les innovations liés à la problématique des pollutions agricoles en Guadeloupe. L’utilisation de NAMO se place dans la réalisation de cartes narratives pour restituer les connaissances et les représentations de cette problématique auprès des parties prenantes, les gestionnaires du territoire et les citoyens. C’est dans cet objectif qu’une première carte narrative a été publiée sur l’application pour ce projet, permettant de souligner les possibilités de celle-ci en matière d’affichage de symbologies thématiques variées sur la carte interactive (figure 12). Le site est accessible à l’adresse suivante : https://rivage-guadeloupe.teledetection.fr

Figure 12. Aperçu de la carte narrative de RIVAGE

Figure 12. Aperçu de la carte narrative de RIVAGE

Conception & réalisation : M. Gradeler et J.-P. Chéry

27Le déploiement le plus récent de NAMO GeoWeb a été fait dans le cadre d’un séminaire interne au sein de l’UMR TETIS, en octobre 2021, afin de proposer des données diverses en consultation au cours de cette session collaborative et de permettre aux participants d’utiliser la publication de cartes narratives comme support de compte-rendu. Le site est accessible à l’adresse suivante : https://ec-paysage.teledetection.fr/​

Le futur de l’application

28La plateforme NAMO GeoWeb a été présentée dans plusieurs séminaires ou événements en 2021. Les réactions recueillies indiquent qu’elle constitue un outil d’intérêt et signalent le souhait de la déployer pour des projets divers pour lesquels l’information géographique est valorisée. On peut citer, notamment, l’Universidade de Brasília pour la publication de cartes narratives sur les enjeux de l’agriculture au Brésil, ou des applications et développements dans le cadre du projet Land Matrix de l’International Land Coalition et du Fonds international de développement agricole (FIDA), pour publier des cartes narratives sur les enjeux fonciers d’accaparement des terres, principalement en Afrique. Des collectivités territoriales ont pu manifester également leur intérêt pour valoriser leur patrimoine de données géographiques et pour permettre l’engagement de dispositifs de concertation via les produits de cartographie narrative permis par la plateforme. Ces perspectives permettent d’envisager un bilan d’étape de la diffusion de la plateforme.

29Au cours de ces échanges, l’expression de nouveaux besoins a permis de retenir de nouveaux développements pour la plateforme sur le court terme. Le premier besoin est l’internationalisation de NAMO GeoWeb pour la rendre, a minima, disponible en anglais et en portugais. Le second besoin est d’offrir la possibilité d’ajouter des vidéos à visée narrative avec le développement de blocs de vidéos, au même titre que les blocs de texte et d’images déjà disponibles dans l’application.

30D’autres développements à disponibilité plus lointaine sont engagés, notamment les modules de modélisation (de type DPSIR pour l’instant) et de graphiques. Le module de cartographie narrative est, quant à lui, prêt à l’emploi. NAMO GeoWeb est proposé pour demeurer une plateforme de conception d’atlas interactifs en ligne et un outil de communication gratuit et open source avec l’objectif principal de permettre la création de cartes narratives collaboratives à enrichir au fil des développements.

Haut de page

Bibliographie

Caquard S., Cartwright W. (2014). « Narrative Cartography: From Mapping Stories to the Narrative of Maps and Mapping ». The cartographic Journal, vol. 51, no 2, p. 101-106.

Gradeler M., Chery J.-P. (2021). « Géoweb de narration et de modélisation pour les territoires littoraux : la plateforme NAMO Géoweb ». Actes de la Conférence SAGEO 2021, La Rochelle, 5-7 mai 2021, Avignon : UMR 7300 ESPACE, coll. « Actes Avignon », p. 177-188. ISBN 978-2-910545-12-1

Haut de page

Notes

1 Web Feature Service

2 Web Map Service

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’architecture générale de la plateforme NAMO
Crédits Conception & réalisation : M. Gradeler et J.-P. Chéry
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 2. Technologies libres utilisées dans NAMO GeoWeb
Crédits Conception & réalisation : M. Gradeler
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8125/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre Figure 3. L’interface de NAMO GeoWeb
Crédits Conception & réalisation : M. Gradeler et J.-P. Chéry
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8125/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Figure 4a. Interface administrateur, ajout d’un entrepôt de données
Crédits Conception & réalisation : M. Gradeler et J.-P. Chéry
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8125/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Figure 4b. Interface administrateur, ajout d’une nouvelle couche à partir de l’entrepôt
Crédits Conception & réalisation : M. Gradeler et J.-P. Chéry
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8125/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Figure 5. Illustration du module DPSIR
Crédits Conception & réalisation : M. Gradeler et J.-P. Chéry
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8125/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Titre Figure 6. Fonctionnement de la carte narrative
Crédits Conception & réalisation : M. Gradeler
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8125/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Figure 7. Interface de rédaction des cartes narratives
Crédits Conception & réalisation : M. Gradeler et J.-P. Chéry
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8125/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 9. La carte narrative dans la bibliothèque une fois affichée dans l’interface
Crédits Conception & réalisation : A. Dourdain et M. Gradeler
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8125/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Figure 11. Aperçu de la carte narrative de RestEAUr’Lag
Crédits Conception & réalisation : M. Gradeler et J.-P. Chéry
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8125/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Figure 12. Aperçu de la carte narrative de RIVAGE
Crédits Conception & réalisation : M. Gradeler et J.-P. Chéry
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/8125/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Gradeler et Jean-Pierre Chéry, « Géoweb de narration et de modélisation : la plateforme NAMO GeoWeb »Mappemonde [En ligne], 134 | 2022, mis en ligne le 27 octobre 2022, consulté le 29 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/mappemonde/8125 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mappemonde.8125

Haut de page

Auteurs

Marie Gradeler

TETIS, Univ. Montpellier, AgroParisTech, CIRAD, CNRS, INRAE, Montpellier, France

Jean-Pierre Chéry

TETIS, AgroParisTech, Cirad, CNRS, INRAE, Univ. Montpellier, Montpellier, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search