Navigation – Plan du site

AccueilNuméros136ArticlesVulnérabilités à l’érosion littor...

Articles

Vulnérabilités à l’érosion littorale : cartographie de quatre cas antillais et métropolitains

Vulnerability to coastal erosion: mapping four cases in the French West Indies and mainland France
Vulnerabilidad por la erosión litoral: cartografía de cuatro casos en las Antillas francesas y en la Francia continental
Aurélie Arnaud, Cécilia Claeys et Marie-Laure Lambert

Résumés

L’érosion littorale est un phénomène naturel tangible dont la préoccupation croissante, compte tenu du changement climatique, nous a menées à travailler sur la problématique de la cartographie de certaines composantes du risque d’érosion comprenant l’étude de l’aléa et de la vulnérabilité. Les terrains guadeloupéens (Capesterre-Belle-Eau et Deshaies) et métropolitains (Lacanau et Biarritz) ont été choisis, présentant une grande diversité d’enjeux. À partir d’un assortiment de facteurs, puis de variables associées à ces notions, la spatialisation d’indices à partir de données dédiées permettrait d’aider les décideurs locaux dans leurs choix de priorisation des enjeux et de mener une réflexion plus globale sur la gestion des risques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Enquêtes sociologiques semi-directives menées avec le BRGM de Guadeloupe (dans le cadre du projet G (...)
  • 2 Enquêtes sociologiques semi-directives menées dans le cadre du projet Gespar50 - 2016.

1Les indicateurs d’un changement climatique en cours se démultiplient (ONERC, 2019). En plus de l’élévation du niveau des océans, les régimes de tempêtes et de cyclones tendent également à se modifier, devenant plus intenses et plus nombreux (GIEC, 2019, p. 17). Ainsi, le phénomène d’érosion possède deux dynamiques subies par les habitants des littoraux. L’une quotidienne, où les habitants doivent faire face à des événements réguliers liés à l’érosion naturelle et régulière des côtes sableuses ou des falaises qui a tendance à s’accélérer sur certains secteurs, comme l’illustrent les résultats d’entretiens réalisés en métropole et outre-mer1. L’autre exceptionnelle, où les habitants subissent de véritables catastrophes qui marquent les mémoires à l’instar des tempêtes de 2014 sur la côte atlantique sud, de la tempête Xynthia en 2010 à La-Faute-sur-Mer ou encore de l’ouragan Hugo en 1989 dans les Antilles2. Ces dynamiques incitent les pouvoirs publics à mener une réflexion sur leur évolution à moyen terme, notamment en vue de délocaliser les biens et les personnes (Bawedin, 2013 ; Mineo-Kleiner et al., 2016). Les nombreux travaux de recherche déjà réalisés d’un point de vue théorique sur la représentation des risques littoraux (Claeys et al., 2019) et d’un point de vue pratique sur la relocalisation (Lambert et al., 2019 ; Dachary-Bernard et al., 2016) ont souligné la complexité des enjeux culturels, socioéconomiques et juridiques de la mise en œuvre de telles délocalisations. Notamment, les conséquences en termes d’équité et tout particulièrement de justice socio-environnementale, mettent en avant de nouveaux défis/enjeux liés à ces politiques de délocalisation (Claeys et al., 2017a ; Lambert et al., 2017).

  • 3 Probabilité qu’un phénomène physique se produise.
  • 4 En tant que fragilités.
  • 5 En tant que facteurs d’atténuation du risque.

2La mise en œuvre de politiques de délocalisation équitables nécessite des informations à la fois sur les aléas physiques3, les vulnérabilités4 et les capacités5, termes définis précisément par la suite. Il importe alors de trouver les meilleures variables et indicateurs spatiaux susceptibles d’aider les décideurs dans l’exercice de planification territoriale et de programmation des dépenses publiques : le choix sera-t-il fait d’aider les habitants les plus vulnérables dans un contexte de risque côtier ou s’agira-t-il de persister à renforcer systématiquement les zones habitées les plus sensibles à l’aléa ? Le but de l’article est alors de tester et discuter des indices en ce sens.

  • 6 L’Agence des 50 Pas gère une réserve foncière spécifique aux Antilles françaises (cf. partie 2).

3Afin de répondre à ces objectifs de cartographie de variables et d’indices, des enquêtes par entretiens semi-directifs ont été menées en 2016 dans quatre communes : Capesterre-Belle-Eau et Deshaies en Guadeloupe (Claeys et al., 2017a), Lacanau et Biarritz dans le sud-Ouest métropolitain (Arnaud et Faure-Vassal, 2017). De nombreuses données ont également pu être acquises grâce aux partenariats de projets de recherche développés avec des organismes tels que l’Agence des 50 pas géométriques6 ou le BRGM. L’objectif est d’aller au-delà des calculs de risque intégrant seulement une valeur de l’aléa et la densité de population, voire au-delà d’indicateurs synthétiques de vulnérabilité difficiles à interpréter. En effet, de précédents travaux ont montré les limites des indices spatialisés globaux de risque et de vulnérabilité (Mavromatidi et al., 2018).

4La première partie de l’article présente les composantes du risque d’érosion littorale. La seconde partie présente plus spécifiquement les caractéristiques des terrains d’études considérés pour l’application de notre démarche. La troisième partie présente les variables des composantes du risque (Vulnérabilité et Aléas) ayant été retenues. La quatrième et dernière partie détaille les traitements cartographiques réalisés à partir des variables et présente l’analyse des résultats obtenus.

1. Les composantes du risque d’érosion littorale

  • 7 R : Risque ; A : Aléa ; V : Vulnérabilité ; C : Capacité.

5Les risques littoraux sont divers. Ils comprennent les risques de tempêtes et de cyclone, le risque de submersion marine, de tsunami ou encore d’érosion côtière. Pour évaluer ces risques, il est impératif d’acquérir des données sur les aléas, la vulnérabilité des enjeux matériels et humains, ainsi que leurs capacités à faire face à un événement dommageable (selon l’équation de l’ONU, 2002 : R= AxV/C7).

6Si les données sur les aléas peuvent être fournies par des organismes experts tels que le BRGM, le choix des données pour évaluer la vulnérabilité nécessite une réflexion approfondie mobilisant les sciences humaines et sociales. La capacité ne sera pas développée dans le présent article, faisant l’objet de nos futures réflexions.

  • Connaitre l’aléa

7L’aléa est une probabilité qui s’estime de manière différente en fonction du type de risque, de la géomorphologie, de l’hydrologie, de la géologie, etc. du site. Les géographes qui étudient les risques naturels notent également un élément important : la vitesse de propagation de l’aléa. Mentionnée dans Thouret et D’Ercole (1996), elle repose sur la cinétique, c’est-à-dire le caractère lent ou rapide d’un phénomène. L’aléa est calculé par des experts qui, dans le cas de l’érosion littorale, sont issus des sciences géologiques, géographie physique, courantologie, etc. La collecte des données se réalise à travers des mesures nécessitant des instruments spécifiques. Les données collectées sont diverses, il peut s’agir d’une mesure de recul de trait de côte, d’une zone d’érosion/accrétion ou encore d’une dynamique érosive.

8Connaitre l’aléa permet de déterminer en partie les facteurs de vulnérabilité.

  • Appréhender la notion de vulnérabilité

9La notion de vulnérabilité, souvent considérée comme la traduction de fragilités, se caractérise selon plusieurs définitions en fonction de l’approche, du type, du territoire et de l’échelle de vulnérabilité considérée (figure 1).

10Tous les types de vulnérabilité ne sont pas spatialisables, mais leur connaissance globale constitue un élément indispensable d’interprétation spatiale lors de la production cartographique.

11Si la vulnérabilité physique se concentre sur des aspects matériels tels que la solidité d’une bâtisse, la vulnérabilité sociale est bien plus complexe. Elle se caractérise par des facteurs socio-structurels (densité de population, migrations, nombre de lits d’hôpitaux, etc.) et des facteurs individuels (âge, structure familiale, revenu, seuil de pauvreté, etc.) qui s’apparentent à ceux identifiés dès les années 1970 dans des applications sur les inondations (e.g. Burton et al., 1978 ; Slovic et al., 1982), et bien enrichies par la suite dans ce domaine. Ces facteurs liés à l’environnement social, collectif et individuel comme la démographie, la culture (Douglas et al., 1983), l’économie, la technique et la politique (White et al., 1975), ainsi que des aspects cognitifs et perceptifs (e.g. Douglas, 2003 ; Slovic et al., 2002 ; Dauphiné, 2001) sont intégrés depuis longtemps à la notion de vulnérabilité sociale puisqu’ils impactent les comportements des individus en cas de crise ou dans un contexte de prévention des risques.

12La spatialisation de tous ces facteurs permet d’adapter l’organisation de l’urgence et la gestion de crise. On notera que Lutoff (2000) et D’Ercole et al. (2009) localisent et quantifient les éléments exposés selon une hiérarchie basée sur l’enjeu qu’ils représentent dans un contexte d’urgence. Ce qui signifie que, si ces éléments étaient affectés physiquement par un phénomène aléatoire, le blocage du système serait tel que le bon fonctionnement du territoire serait altéré : ce qui est le cas pour les voies de communication, les hôpitaux, les lieux de décision tels qu’une cellule de crise. Par extension, la définition des éléments exposés peut varier en fonction de leur enjeu dans d’autres contextes tels que la prévention et le rétablissement d’un territoire suite à une catastrophe (Arnaud, 2009 ; p. 102 à 105), ce qui s’avère particulièrement intéressant dans le cas du risque d’érosion littorale. Nous nous demanderons alors, dans cet article, quels sont les éléments à enjeux exposés dans le cas d’un risque d’érosion littorale.

Figure 1. Les angles d’appréciation de la vulnérabilité

Figure 1. Les angles d’appréciation de la vulnérabilité

13Avant de présenter les différentes variables retenues pour caractériser les composantes aléa et vulnérabilité du risque d’érosion, la partie suivante présente les terrains d’étude retenus et leurs différentes spécificités.

2. Des terrains d’études caractéristiques

14Le choix des terrains s’est orienté vers des secteurs côtiers où l’occupation du sol, l’habitat, l’économie locale, le patrimoine et la géomorphologie des côtes (littoral sableux et rocheux) étaient variés.

  • 8 Ce projet financé par la Fondation de France (2016-2019) avait comme partenaires l’agence des 50 pa (...)

15Les deux premiers terrains se situent sur l’île de Guadeloupe (projet Gespar508). Il s’agit de quartiers localisés dans les communes de Capesterre-Belle-Eau et Deshaies.

  • 9 Le projet CARIBSAT construit un indicateur géographique multirisque. Il comprend les aléas sismique (...)

16Sur le plan environnemental, la Guadeloupe est l’une des îles des Antilles les plus exposées à des risques multiples (Léone et Deymier, 2012)9 ; sur le plan de la gestion du littoral, la Guadeloupe présente un contexte foncier très particulier compte tenu du statut juridique de la bande des 50 pas géométriques, réserve foncière littorale de 80 m constituée au XVIIe siècle pour protéger l’île des attaques provenant de l’océan.

  • 10 Outil réglementaire de l’occupation des sols en fonction d’un degré de risque. Il est prescrit et é (...)

17Au niveau des secteurs considérés, la bande littorale est occupée par de nombreux bâtiments, parfois en très mauvais état et vulnérables à l’érosion. Les occupants actuels sont, en majeure partie, des personnes âgées isolées ou des familles nombreuses dont les revenus sont très modestes. La plupart d’entre eux vivent de peu, de pêche et de cueillette. S’ajoute à cette situation un statut d’occupant précaire des lieux « sans droit ni titre » de propriété malgré leur occupation depuis plus de 30 ans, et souvent sans perspective en ce sens, notamment lorsque les habitations se situent en zone rouge d’un Plan de prévention des risques (PPR)10. Ces observations sont issues d’enquêtes (Claeys et al., 2017a) réalisées en 2016 auprès des habitants et acteurs économiques du quartier de Doyon (commune de Capesterre-Belle-Eau ; figure 2a-b-d), très populaire avec un habitat fortement délabré, et du quartier de Rifflet (commune de Deshaies) un peu touristique. Un autre quartier, celui de la baie de Deshaies (figure 2e), touristique, urbanisé en front de mer de type sableux et en zone rouge du PPR, ne compte plus d’habitations au rez-de-chaussée. Ces dernières ont été remplacées par des commerces compte tenu des dommages causés par les derniers cyclones et tempêtes. Plus au nord, un grand hôtel en activité se situe sur une péninsule rocheuse (figure 2c).

Figure 2. Vues du littoral guadeloupéen

Figure 2. Vues du littoral guadeloupéen

a, b, d : Quartier de Capesterre-Belle-Eau ; 2c : Hôtel Fort Royal à Deshaies ; 2e, baie de Deshaies

Source : crédits Fondation de France-Projet Gespar50. Réalisation : Arnaud Aurélie, 2016.

  • 11 Ce projet a été financé par la Fondation de France. Il s’est déroulé entre 2016 et 2019 et avait co (...)

18Deux autres terrains se situent en métropole, au sud de la côte aquitaine. Il s’agit des secteurs de Lacanau et de Biarritz (projet Valolitto11) très impactés par les tempêtes de l’hiver 2013-2014.

19Lacanau possède un littoral sableux exposé aux houles et aux tempêtes de la façade atlantique, surplombé d’un front de mer touristique urbanisé entre 1903 et 1967 (Augustin, 2010) composé d’espaces publics — dont une promenade, des parkings et une route —, une école de surf, un bar-restaurant et un poste de secours (figure 3a). La commune comporte par ailleurs des forêts de pins exploitées qui freinent, entre autres, le recul des dunes vers l’intérieur des terres. Un PPR mouvement de terrain datant de 2001 s’applique sur les terrains littoraux dont la partie située en zone rouge est déjà érodée (annexe 1).

  • 12 Biarritz : entre 17 000 et 27 000 € par personne ; Lacanau : entre 13 000 et 24 000 € par personne (...)

20La côte de Biarritz (figure 3b), à dominante rocheuse, est occupée par d’imposants bâtiments touristiques (logements secondaires, hôtels, casino) dont certains ont une valeur patrimoniale, de vastes bâtisses de riches propriétaires privés ou appartenant à la commune (l’hôtel du Palais, le Casino et l’aquarium), un Golf international, enfin, quelques espaces publics et petites constructions tels que le poste de secours et des écoles de surf. La route littorale apparait également sur le front de mer par intermittence. Cette commune a la particularité d’avoir un foncier très peu accessible compte tenu de son urbanisation déjà dense engoncée entre l’océan et l’aéroport. Biarritz ne dispose pas de PPR sur son littoral. Quant aux habitants permanents des deux communes, leurs revenus par personne sont moyens12.

Figure 3. Vues du littoral atlantique

Figure 3. Vues du littoral atlantique

a : littoral canaulais, b : littoral biarrot

Source : crédits Fondation de France-Projet Valolitto. Réalisation : Arnaud Aurélie, 2016

21Forts de ces considérations, nous présentons dans le point suivant les différentes variables retenues pour rendre compte des composantes du risque (aléa et vulnérabilité) sur ces territoires en vue de produire des indicateurs pertinents pour les gestionnaires.

3. Les facteurs de variation des vulnérabilités et aléas : choix, collecte et production de données hétérogènes

22Les connaissances sur les vulnérabilités et aléas permettent, sur la base des terrains étudiés, de sélectionner des variables composant la notion de risque d’érosion littorale. Les données associées sont collectées et la donnée manquante produite. Cette partie montre une palette de variables très vaste, mais exploitable.

23Quatre étapes permettent de sélectionner les variables de risque pour ensuite mener une réflexion sur la création d’indicateurs.

  • La première étape consiste à identifier le contexte dans lequel la recherche se positionne. Ici, l’objectif est de créer des indicateurs dans le cadre d’aide à la décision et dans un contexte de prévention des risques.

  • La deuxième étape identifie les caractéristiques temporelles et spatiales de l’aléa étudié, c’est-à-dire sa probabilité d’occurrence, sa fréquence, mais également son étendue spatiale et sa vitesse. En effet, l’érosion littorale peut être très lente et régulière (quelques millimètres par an) ou très rapide (affaissement subit, mais rare d’un pan de falaise).

  • Cette connaissance permet, dans une troisième étape, de mieux identifier les éléments à la fois exposés aux phénomènes d’érosion et à la fois à forts enjeux socio-environnementaux. C’est-à-dire qu’en cas d’endommagement ou de disparition, les éléments exposés deviennent coûteux d’un point de vue psychologique, sociologique, culturel, économique, etc. Il peut s’agir de populations et de leurs habitations, mais également d’infrastructures productives, touristiques, de circulation, des édifices à dimension culturelle, etc. ayant un fort impact sur la société et l’économie locale.

  • Une fois ces éléments exposés identifiés, la dernière étape consiste à comprendre leur vulnérabilité.

24Les facteurs de vulnérabilité peuvent s’appliquer à plusieurs échelles. En effet, les éléments exposés, plus ou moins vulnérables, peuvent incarner des objets (immobilier, ouvrage, etc.), un individu, un groupe d’individus, ou encore une entité administrative telle qu’une collectivité territoriale. Commençons par la vulnérabilité physique des objets qui peut se traduire par la fragilité physique de bâtiments liée à leur vétusté, aux matériaux et aux modes de construction : un bien dans un état délabré est davantage sensible à l’érosion qu’un bien solide et techniquement bien construit. La connaissance de la surface bâtie permet ainsi d’obtenir une idée de la vulnérabilité physique : si la surface du bâtiment est grande, la perte sera d’autant plus grande. Cependant, cette variable de la surface bâtie est à nuancer, car si le bâtiment demeure inoccupé le risque est fortement atténué, comme dans le cas des résidences secondaires. En effet, les habitants incarnent un enjeu élevé puisqu’il s’agit de vies humaines. Le nombre d’habitants et le statut de l’habitation — résidence principale ou secondaire — traduisent en ce sens deux variables intéressantes à étudier. Il est à noter que la considération des saisons touristiques — hautes ou basses saisons — constitue un élément important d’analyse qui doit être remobilisé lors de l’interprétation des données. En effet, plus il y a de personnes dans la zone soumise à l’aléa, plus cette zone est considérée comme sensible. Cette variable témoigne alors d’une vulnérabilité à la fois physique, si l’on considère la perte humaine, mais également sociale, si l’on considère l’impact psychosociologique de cette perte.

25D’autres facteurs interviennent dans la variation de la vulnérabilité des habitants : l’ancienneté de résidence et l’âge des habitants. Dans un contexte d’érosion littorale où la question d’une relocalisation se pose, l’ancienneté de résidence peut devenir un facteur de vulnérabilité au risque, car elle crée un sentiment d’attachement au lieu (Enquêtes Gespar 50) qui rend plus difficile la prise de décision des habitants. Cependant, d’autres entretiens montrent que la peur des personnes âgées les rend prêtes à déménager tant elles se sentent menacées par l’érosion. Ce sentiment de menace peut être lié à leur proximité de la mer, à leur vécu de phénomènes extrêmes, ainsi que du stade de délabrement de leur bien. Et lorsque leur lien de voisinage est fort, ces personnes souhaitent le conserver en cas de délocalisation. L’attachement au lieu devient alors relatif, lié à un environnement social plus que spatial. L’ancienneté résidentielle ne sera donc pas mobilisée, car dans ces conditions elle s’annule avec l’âge et mérite plus d’approfondissement avant d’être prise en compte. Sur la côte atlantique métropolitaine, l’attachement au lieu est considéré comme moindre compte tenu de la proportion de résidences secondaires occupant le littoral. A contrario, dans le cas guadeloupéen est observée une permanence des habitants qui, parfois, habitent les lieux depuis plus de trente ans. Cette permanence ne dépend pas d’un attachement au lieu, mais de raisons économiques — retraites faibles, voire inexistantes. Il s’agit là d’une vulnérabilité économique s’appliquant aux individus. Plus généralement, celle-ci peut s’apprécier à travers des données telles que le revenu, ainsi que le niveau de pauvreté des habitants. Sur le même principe, il est intéressant de considérer le statut d’occupation du bien par les habitants (locataire/propriétaire). Un locataire sera moins vulnérable qu’un propriétaire puisqu’il a la possibilité de louer un autre bien alors que le propriétaire qui a mis toutes ses économies dans le bien perd la totalité de sa valeur.

  • 13 L’Hôtel de Deshaies aménage ses propres protections, à la fois du bâtiment et de ses plages lors de (...)
  • 14 Le Casino de Biarritz et plus généralement la côte biarrote possèdent une organisation infaillible (...)
  • 15 Entretien avec la Chambre des Commerces et des Industries du Pays basque dans le cadre du projet Va (...)

26La vulnérabilité économique peut s’apprécier à d’autres échelles. À l’échelle d’une entreprise fortement liée à l’activité touristique, l’érosion littorale met en péril le revenu annuel de cette dernière, dépendant de sa capacité d’accueil de touristes et du nombre d’employés — constituant également une vulnérabilité physique — bien qu’elle fasse preuve d’une grande adaptation (entretiens Gerpar5013 et Valolitto14). Cette variable économique est moins importante dans le cadre de la gestion des risques comprenant en priorité la mise en sécurité des personnes, mais demeure prioritaire pour les acteurs de l’économie touristique15. Quant aux collectivités territoriales, elles perçoivent l’impôt foncier sur ces sols littoraux menacés, parfois très élevé compte tenu de l’attractivité des côtes basques et landaises. Ce revenu est alors fortement ébranlé par l’érosion littorale. Cette vulnérabilité économique peut se cumuler à une vulnérabilité patrimoniale d’un bien, par exemple les bâtiments du casino et de l’hôtel du Palais de Biarritz. Cette valeur patrimoniale peut également résider dans un monument religieux à forte valeur identitaire et impacter la vulnérabilité psychologique d’une population.

  • 16 L’article de Cariolet et al. (2012) pointe parmi les lacunes des PPR littoraux la non prise en comp (...)
  • 17 Ce fonds de prévention des risques naturels prévisibles permet de financer le rachat de biens immob (...)
  • 18 Statut juridique spécifique aux Antilles issu de la zone des 50 pas géométriques.

27Outre ces aspects, une autre vulnérabilité, juridique cette fois-ci, se cumule avec celle économique notamment dans des problématiques d’aménagement et de planification territoriale, de gestion des risques littoraux et, in fine, de fragilisation des populations. En effet, l’incertitude — spatiale et quantitative — renforcée par le changement climatique, met à mal l’évaluation de l’aléa érosion. Ainsi, l’incertitude requestionne les projets territoriaux des collectivités et plus précisément leur zonage d’occupation des sols, la spatialisation des biens, la relocalisation des activités et des habitations. Cette incertitude remet également en cause la légitimité des zonages des documents de planification urbaine tels que les schémas de cohérence territoriale (SCOT) ou les plans locaux d’urbanisme (PLU) d’une part, les zonages des documents règlementaires des risques, les PPR, d’autre part. Ainsi, la dynamique côtière rend parfois rapidement obsolète ces documents, dont les PPR côtiers, comme l’exemple du PPR mouvement de terrain sur la côte sableuse de Lacanau approuvé en 2001. Compte tenu des dégâts liés aux tempêtes de 2010 et des avancées scientifiques dans l’évaluation de l’aléa érosion, la politique de prévention des risques commence enfin à considérer l’érosion comme un aléa avec la prescription de PPR « submersion marine et érosion côtière » prenant en compte l’élévation future du niveau marin et les dynamiques littorales à plus ou moins long terme16. L’enjeu est de taille, car le PPR peut interdire de construire ou soumettre les constructions à des prescriptions techniques, il peut même mener à l’expropriation d’habitants. Le fonds national de solidarité en cas de catastrophe naturelle, le fond « Barnier », vient alors en soutien pour financer le rachat des biens ou réaliser des travaux de protection17. En revanche, s’il n’y a pas de PPR, la situation des habitants et des activités littorales devient très problématique et engendre une vulnérabilité juridique à l’échelle individuelle particulièrement prononcée en Guadeloupe. En effet, l’absence de PPR sur les littoraux rend peu probable l’indemnisation des populations sinistrées lors de la perte de biens. Cette vulnérabilité est renforcée par un autre aspect juridique spécifique à l’outremer compte tenu de l’histoire foncière de la bande des 50 pas géométriques : il s’agit des personnes sans droit ni titre de propriété valide18, propriétaires d’une maison, mais pas du terrain sur lequel elle est construite, cas fréquent rencontré en Guadeloupe (Entretiens Gespar 50). Ainsi, ni le fond « Barnier » ni toutes autres assurances ne peuvent indemniser ces habitants (Lambert et al., 2017).

28L’ensemble de ces informations permet alors de dégager des facteurs fondamentaux de vulnérabilité.

29Une fois cette sélection de facteurs opérée, il faut les traduire en variables spatialisables en recherchant et/ou en produisant des données correspondantes. Le choix des données existantes dépend de leur disponibilité et de la fiabilité des sources, les données produites résultent d’enquêtes et d’observations menées sur les terrains (tableau 1).

  • 19 Pour la métropole, la BD INSEE utilisée est une BD carroyée (maille carrée de 200 m X 200 m) datant (...)
  • 20 L’extrapolation n’a pas pu être réalisée à la même maille qu’une donnée INSEE 200 m sur 200 m compt (...)

30Concernant les données sur la vulnérabilité des habitants, des biens et à l’échelle du territoire, elles ont été collectées auprès de l’INSEE (données carroyées 200mx200m19) pour Lacanau et Biarritz. Celles-ci n’étant pas disponibles pour la Guadeloupe, compte tenu du tissu urbain et social, nous avons utilisé des données produites en 2004 par l’Agence des 50 pas géométriques (AG50) à l’échelle de chaque habitation. Un travail d’extrapolation a alors été réalisé pour obtenir une donnée à la maille 100mx100m20 (Desrousseaux, 2018). Les entretiens semi-directifs et les données de terrain de 2016 (observation in situ) complètent ce panel (Claeys et al., 2017a ; Arnaud et Faure-Vassal, 2017).

31Quant aux données sur les aléas, elles sont de différents types. Les données phénoménologiques relatent l’histoire des événements à partir desquels il est possible de tracer un trait de côte correspondant à une date, tandis que les données prospectivistes permettent de tracer un trait de côte pour une date future afin de créer un polygone d’aléa, ou sur d’autres terrains, de calculer un aléa fort, moyen ou faible (exemple de Carry-le-Rouet : Claeys et al., 2017b). Ces données peuvent être collectées auprès du BRGM et d’autres organismes compétents21. Les données phénoménologiques et sur l’aléa érosion diffèrent d’un terrain à l’autre en fonction du terrain étudié (tableau 1) et de l’équipe qui réalise l’étude. Concernant nos terrains, la variable de la distance entre le bien et le trait de côte a été testée sans pour autant être convaincante (Projet Vulimont). En effet, le recul du trait de côte dépend du type de côte, rocheuse ou sableuse, mais également de nombreux autres éléments complexifiant les calculs des experts, notamment du BRGM (Entretiens Gespar 50) d’où l’exclusion de cette variable.

Tableau 1. Variables utiles (données existantes et produites) collectées pour caractériser les composantes du risque d’érosion littorale en Guadeloupe et dans le sud-ouest métropolitain

Facteurs

Variables/données associées

Sources des données

Vulnérabilité

Physique

Surface bâtie*

INSEE, 2010 ; AG50, 2004

Solidité du bâtiment

Données de terrain, 2016

Sociale

Nombre de personnes*

INSEE, 2010 ; AG50, 2004

Juridique

Propriétaire/sans droit ni titre/locataire
Zonage PPR**

Enquêtes de terrain, 2016
DREAL

Économique

Résidence principale/secondaire

INSEE (indisponible à la maille 200x200 m)

Socio/économique

Revenus* (revenu/personne/maille)

INSEE, 2010 et AG50, 2004

Seuil de pauvreté* (en nombre de personnes en dessous)

Socio/démographique

Nombre de personnes de plus de 65 ans*

INSEE, 2010 ; AG50, 2004

Politique

Outils de gestion des risques à l’échelle nationale : le PPR

Enquêtes de terrain, 2016

Économique

Ressources communales (échelle commune)
Estimation de la valeur des biens (échelle bâti)
Nombre d’employés (échelle d’un groupe d’individus)

Enquêtes de terrain, 2016

Culturelle

Présence de biens patrimoniaux**

Données de terrain, 2016

Aléa (annexe 2)

Données phénoménologiques

Guadeloupe (évolution du trait de côte1950-2013 et 1998-2013), zones d’érosion et d’accrétion**
-Biarritz : trait de côte 2009**
-Lacanau : trait de côte 2011 et 2014**

SHOM et IGN (BD HistoLitt, 2013) ; BRGM, 2017

Aléa

-Trait de côte sableux Lacanau 2011-2014-2040-2100*
-Trait de côte sableux Biarritz 2009-2023 et 2043*
-Trait de côte rocheux de l’Atlantique*
-Projection 2100 trait de côte Guadeloupe

OCEA ; BRGM, 2016
BRGM, non accessible

*Données spatialisées à la maille 100x100m en Guadeloupe et 200x200m en métropole
**Données spatialisées à grande échelle (échelle très zoomée, donc très précise)

  • 22 Cette analyse a été possible grâce aux travaux de Turbout et al. (2002) et Arnaud (2009) au début d (...)

32La collecte de ces données montre deux choses : leur hétérogénéité et la présence de données spatialisables. L’hétérogénéité des données disponibles est ici liée aux aspects multi-sources, multi-formats (tableaux de données, données spatialisées, textes, enquêtes qualitatives, etc.), multi-échelles (production de données à des échelles d’observation différentes) et multi-temporelles (production de la donnée sur des dates ou des pas de temps différents)22. La création d’indicateurs doit prendre en compte cette hétérogénéité lors de la synthèse des données qui sera fonction des sources de données, de leur date de production et de l’échelle cartographique de production.

4. Cartographie : trouver un juste milieu dans le calcul d’indices de risque face à l’érosion littorale

33Parmi les variables spatialisables (tableau 1), l’expérimentation de plusieurs techniques permet de les synthétiser et, ainsi, de réaliser une cartographie qui respecte les règles de sémiologie graphique classiques (Bertin, 1967) tout en objectivant la visualisation du risque d’érosion littorale (Arnaud, 2015). Une première technique serait de représenter les données disponibles une à une ou de les superposer de manière à ne pas perdre la richesse de l’information. Cependant, cette visualisation des variables, peu synthétique, permet difficilement de définir les espaces les plus vulnérables face à l’érosion (annexe 3). Une autre technique consisterait alors à construire un indice global de risque d’érosion littorale en utilisant les données sur toutes les composantes du risque. Cependant, comme nous le démontrons dans le paragraphe suivant, cette construction d’un indice global présente également des limites. Ainsi, une technique intermédiaire utilisant un indice synthétique de vulnérabilité superposé avec les données sur l’aléa est ici testée.

4.1. Les limites d’un indice global qui spatialise le risque d’érosion littorale

  • 23 VULITEC2I : Vulnérabilités littorales et justice environnementale : analyse interdisciplinaire et c (...)
  • 24 Données carroyées 200 m x 200 m.

34Dans les années 1990, Chardon (1994) tente de cartographier de manière synthétique la vulnérabilité d’une commune de Colombie en s’appuyant sur les travaux théoriques de D’Ercole et Thouret (e.g. 1994 et 1995). Son principe est d’attribuer des points à un quartier puis de les pondérer. Ces derniers reflètent 23 variables sur la vulnérabilité physique et socio-économique de chaque quartier et sur la vulnérabilité à l’échelle de la ville (activités socio-économiques, gestion des déchets, politique de relogement, etc.). Cependant, ces variables englobent aussi bien les caractéristiques physiques de plusieurs aléas, les ouvrages de protection, le nombre d’habitants, des éléments de gestion de crise que la connaissance et le vécu d’événements. Ainsi, même si dans ce contexte de prévention des risques la carte permet aux acteurs locaux d’éclairer leurs décisions en pointant les quartiers les plus vulnérables, il n’est pas aisé de repérer la source de vulnérabilité ou le type de cumul. Dans le même esprit, nous avons tenté de créer un indice global de risque dédié à l’érosion littorale. Les travaux réalisés dans le cadre du projet VULITEC2I23 proposent une méthode appliquée aux communes de Lacanau (Gironde), Biarritz (Pyrénées Atlantiques), Carry-le-Rouet (Bouches du Rhône) et le littoral martiniquais compte tenu de la disponibilité de données INSEE carroyées. Afin d’optimiser le travail de synthèse de l’information, une Analyse des Correspondances Multiples (ACM) effectuée sur l’ensemble des variables socio-économiques de l’INSEE24 est préférée à la pondération. Elle a l’avantage d’identifier les variables les plus significatives tout en formant des profils de comportement pour chaque maille carroyée 200mx200m. Associé à cette technique, un indicateur d’aléa a été attribué par carré. Les modalités de la variable aléa sont issues d’un travail de géomatique extrapolant les données des experts (source BRGM, SHOM, IGN) pour les terrains métropolitains et la donnée réglementaire des zonages PPRN (source DREAL) pour la Martinique (Desrousseaux, 2018). Ainsi les ACM permettent de mettre en évidence des classes traduisant un risque fort, moyen et faible, mais les variables présentes ne sont pas toujours évidentes à interpréter, car elles mélangent des facteurs d’aggravation et d’atténuation du risque (Faye, 2018). De plus, la distinction des caractéristiques du risque, c’est-à-dire la localisation des carrés à forte vulnérabilité ou des carrés à fort aléa restent un problème (figure 4).

Figure 4. Indice global de risque, commune de Biarritz, 2010-2017

Figure 4. Indice global de risque, commune de Biarritz, 2010-2017

35Les exemples de la Colombie ou de la commune de Biarritz montrent nettement les limites de tels indices globaux. En effet, pour les décideurs, il semble peu aisé de raisonner en risque global. Par exemple, une des grandes priorités des acteurs publics est la sécurité des personnes, car ils en sont responsables et leurs actions sur les territoires peuvent se traduire par des opérations diminuant la vulnérabilité physique en fonction du degré de menace de l’aléa (principe des PPR). Il semble alors indispensable de séparer la visualisation de la vulnérabilité et de l’aléa. Cependant, à la différence des PPR qui cartographient des enjeux tels que les densités de population, spatialisent des éléments importants tels que des casernes ou des hôpitaux et n’intègrent pas de variables socio-économiques, il semble important de remobiliser la technique de l’indice synthétique, mais moins globalisante.

4.2. Retour vers des indices synthétiques par composante de risque

  • 25 Le CSI (ISC) de Shaw, Taylor, Forbes, Ruz et Salomon (1998) est un indice qui prend en compte six v (...)
  • 26 Le SVI (IVS) de Flanagan, Gregory, Hallisey, Heitgerd et Lewis (2011) est un indice qui prend en co (...)

36Une autre technique serait donc de produire un indice synthétique pour chaque composante du risque. Par exemple, construire un indice synthétique pour l’aléa et un indice synthétique pour la vulnérabilité, et visualiser chaque indice séparément ou en les superposant. Dans cet esprit, les travaux de Mavromatidi et al. (2018) tentent de cartographier deux indices empiriques : l’indice de sensibilité côtière (ISC)25 et l’indice de vulnérabilité sociale (IVS)26. Cependant, les variables adaptées à la sensibilité au changement climatique intègrent, pour l’ISC, une méthode de spatialisation à une échelle réduite gommant les particularités locales de l’aléa. Or, la géologie par exemple est une variable très localisée dans certaines régions, d’où l’intérêt de se référer à des sources expertes telles que le BRGM. Cet indice imprécis à grande échelle est croisé à l’IVS qui s’appuie sur des variables liées à l’ensemble des contextes de gestion des risques (prévention, alerte, rétablissement) qui constituent cependant des phases distinctes mobilisant différents outils tels que des PPR, des Documents d’Information Communaux sur les Risques Majeurs (DICRIM), des Plans Communaux de Sauvegarde (PCS), etc. Le décideur aura alors besoin de visualiser les variables correspondantes, et non synthétisées. Par exemple, dans un contexte de prévention, la connaissance du revenu peut être intéressante dans le cadre de relocalisation, de relogement ou de travaux de prévention à réaliser sur des bâtiments afin de diminuer la vulnérabilité physique et économique des habitants d’un quartier. Dans un contexte de crise, pour évacuer rapidement un logement, il est préférable d’être en bonne forme physique ; ainsi, connaitre la démographie des zones habitées devient tout aussi intéressant pour diminuer la vulnérabilité physique de la zone.

37C’est pourquoi nous proposons une autre méthode en deux phases. Dans la première, les chercheurs sélectionnent les variables liées aux facteurs strictement appliqués à un seul risque et à un seul contexte de risque : le risque d’érosion littorale dans un contexte de prévention (parties 1 et 3 de cet article). Ensuite, un atlas cartographie chacune des variables, qu’elles soient liées à l’aléa ou à la vulnérabilité (tableau 2, et extrait visuel dans l’annexe 3). Ainsi, les acteurs ont une vision précise de chaque variable, remobilisable en fonction de son besoin. Dans la seconde phase, les chercheurs proposent une visualisation intégrant chaque composante du risque avec la création d’un indice global de vulnérabilité dédié à l’érosion superposé à une visualisation des données sur l’aléa érosion, ce que nous développons dans le paragraphe suivant.

Tableau 2. Variables retenues pour la création d’un indice de vulnérabilité globale face au risque d’érosion littorale

  • 27 Avec : 0 « disposition commune et contraintes courantes » ; 1, 2 et 3 « zone constructible sous con (...)

Variables retenues
(valeur par carré)

Sources

Transformation

La surface bâtie (en m2)

INSEE et AG50

Aucune

Le nombre de personnes

INSEE et AG50

Aucune

Le zonage réglementaire PPR (5 modalités de 0 à 4)

DREAL

Le zonage est découpé en fonction des carrés du carroyage INSEE et une valeur est attribuée en fonction de sa règlementation27

Le seuil de pauvreté (nombre de personnes en dessous du seuil)

INSEE et AG50

Aucune

Le revenu (en € par personne)

INSEE et AG50

Utilisation de la fonction inverse de manière à ce que le revenu le plus élevé corresponde à une faible vulnérabilité

Le nombre de personnes de plus de 65 ans

INSEE et AG50

Aucune

38Dans l’idéal, les variables liées à des vulnérabilités futures auraient été préférables pour observer leur corrélation avec les probabilités d’aléa prévues dans le futur. Cependant, la prévision des vulnérabilités n’existe pas à des échelles aussi fines. En effet, il est complexe d’imaginer le revenu d’une portion de territoire dans 5, 20 voire 50 ans. Il devient alors très délicat de croiser un aléa incertain à un indice de vulnérabilité projeté tout autant incertain. En revanche, un croisement avec les vulnérabilités subséquentes aux projets d’urbanisme des PLU ou SCOT est un exercice très intéressant que nous sommes en train d’explorer dans de nouvelles recherches.

  • 28 Calcul d’un indicateur : X’i = (Xi-Xmin)/(Xmax-Xmin) où X’i : indicateur ; Xi : valeur de l’indicat (...)
  • 29 Indice : X’ig = Xi. 1/4 où X’ig : indice global de sensibilité physique ; Xi : la valeur de l’indic (...)
  • 30 En effet, Grasland (2005) critique la facilité de manipulation des données : « tout spécialiste de (...)
  • 31 Nous sommes conscients d’avoir fait le choix d’une méthode classique et répandue (calcul de l’IDH). (...)

39L’indice global de vulnérabilité ici présenté s’appuie sur six variables et s’établit sur des données quantitatives et spatialisées à grande échelle en respectant la fiabilité des sources, l’homogénéité des années de production et des unités spatiales de production. Deux opérations sont appliquées : 1- la transformation de six variables retenues pour en créer des indicateurs comparables (tableau 2), 2- une agrégation des variables pour produire un indice : Indice de vulnérabilité face à l’érosion littorale. Plus précisément, chaque variable devient un indicateur en utilisant une méthode de transformation standardisée qui selon Grasland et al. (2005) « consiste à réaliser une interpolation linéaire entre les valeurs minimales et maximales de la distribution observée »28. Dans notre application, chaque carré prend une valeur comprise entre 0 et 1 à partir des données INSEE transformées ici sous la forme d’indicateurs. L’indice se construit en agrégeant les indicateurs. La valeur de chaque indicateur, qu’il s’agisse d’un revenu ou d’un nombre de personnes, est donc transformée. Nous considérons que chaque indicateur impacte la vulnérabilité de manière équivalente. Le choix a été d’intégrer deux variables qui traduisent une pauvreté : le revenu moyen par habitant et le nombre de personnes en dessous du seuil de pauvreté. En pondérant les six indicateurs, l’indice synthétique est compris entre 0 et 6. Pour faciliter sa lecture, les indices ont été réduits à 1 en utilisant la formule d’agrégation de la moyenne algébrique pondérée29, méthode qui nous parait à la fois simple, transparente30 et adaptée compte tenu du maillage régulier des données INSEE et AG50 extrapolées. Plus l’indice est proche de 1, plus il est fort31, traduisant une vulnérabilité élevée (figures 5a, 5b, 5c, 5d).

Figure 5a. Cartographie de l’aléa et d’un indice de vulnérabilité à l’érosion littorale à Capesterre-Belle-Eau

Figure 5a. Cartographie de l’aléa et d’un indice de vulnérabilité à l’érosion littorale à Capesterre-Belle-Eau

Figure 5b. Cartographie de l’aléa et d’un indice de vulnérabilité à l’érosion littorale à Deshaies

Figure 5b. Cartographie de l’aléa et d’un indice de vulnérabilité à l’érosion littorale à Deshaies

Figure 5c. Cartographie de l’aléa et d’un indice de vulnérabilité à l’érosion littorale à Lacanau

Figure 5c. Cartographie de l’aléa et d’un indice de vulnérabilité à l’érosion littorale à Lacanau

Figure 5d. Cartographie de l’aléa et d’un indice de vulnérabilité à l’érosion littorale à Biarritz

Figure 5d. Cartographie de l’aléa et d’un indice de vulnérabilité à l’érosion littorale à Biarritz
  • 32 Les données « Géolittoral », à une maille moins fine, n’ont pas été utilisées, mais demeurent préci (...)

40Ces cartes (figures 5a, 5b, 5c, 5d) représentent l’indice de vulnérabilité de la population superposé à la donnée géolocalisée la plus récente sur les aléas : les phénomènes (trait de côte prospectif) transformés en aléa (la « surface submergée entre deux traits de côte » pour Lacanau et Biarritz) et le recul du trait de côte passé (Guadeloupe)32. La cartographie de la vulnérabilité et de l’aléa sur la commune de Biarritz (figure 5d) permet alors une comparaison critique du choix méthodologique d’un indice global de risque érosion (figure 4). Ce dernier s’avère élevé au nord au niveau de la plage de Miramar, et au centre au niveau de la pointe entre le port et la plage de la côte des Basques, alors que sur la figure 5d il est faible au nord et modéré au centre. En effet, pour ces deux secteurs caractérisés par des pointes rocheuses, l’aléa est important, car il s’agit de falaises très instables vouées à disparaitre dans les trois ans à venir. Cependant, sur la pointe nord, la vulnérabilité physique se matérialise par des villas secondaires abritant peu d’habitants et de manière saisonnière. La vulnérabilité physique concernant les vies humaines s’associe à une vulnérabilité économique bien réelle compte tenu de la présence d’un centre de vacances (ajoutant une vulnérabilité physique saisonnière de par la concentration de touristes en forte saison) et la mise en péril d’un revenu issu de la taxe foncière pour la commune. La pointe au centre de la carte présente de nombreux immeubles de résidences à majorité secondaires, mais situées sur un éperon rocheux préservé, pour l’instant, de l’érosion. Cependant, les vulnérabilités patrimoniales et économiques sont bien présentes, car ce secteur emblématique abrite la villa Belza prolongée du rocher de la Vierge, et plus au sud, le casino de Biarritz et un hôtel classé patrimoine architectural, traduisant une forte vulnérabilité patrimoniale, cumulée à une forte vulnérabilité économique en concentrant, de plus, de nombreux magasins liés au tourisme.

41S’agissant de l’ensemble des quatre terrains, bien qu’il soit difficile de comparer des cartes dont l’échelle, le maillage et les sources sont différents, elles montrent deux éléments majeurs : des amplitudes d’indice distinctes en fonction des territoires et une répartition spatiale de la valeur des indices non corrélée avec la menace.

42Plus précisément, chaque terrain présente une nuance de cumuls de vulnérabilités.

43Le site de Doyon présente deux foyers de vulnérabilité qui concentrent de grandes surfaces de bâti, des personnes âgées et sans revenus (au sud de la pointe Constant), et qui se situent en zone rouge du PPR (figure 2-a, b, d). La zone d’érosion la plus dynamique se situe tout au sud au niveau de Grand Bassin, un peu moins vulnérable.

44À Rifflet, le nord et le sud de la zone concentrent d’une part des personnes en dessous du seuil de pauvreté sans revenus avec, de plus, des surfaces bâties importantes et une concentration de personnes relativement plus élevée. Le PPR influence peu la vulnérabilité, mais la dynamique érosive se situe tout le long de la zone.

45En métropole, la côte sableuse de Lacanau présente une dynamique de recul rapide qui menace toutes les composantes de l’indice de vulnérabilités qui se révèle élevé au nord de la carte (figure 5c). Les parkings, les routes, un restaurant, une école de surf et des habitations secondaires sont les premiers exposés. En rétro littoral, l’indice de vulnérabilité peut également s’avérer fort compte tenu d’indicateurs élevés liés à l’âge et aux bas revenus. Il peut s’agir de retraités ayant peu de revenus et habitant une maison familiale héritée de génération en génération.

46À Biarritz, la partie centrale de la côte, autour du rocher de la Vierge, concentre de vastes surfaces bâties compte tenu de la présence d’immeubles qui augmentent le nombre d’habitants, des personnes en dessous du seuil de pauvreté, qui peuvent être des saisonniers, des personnes aux revenus modestes et, enfin, des personnes âgées. Comme vu précédemment, cette zone centrale cumule également plusieurs bâtiments patrimoniaux. Biarritz ne dispose pas de PPR pour gérer le recul du trait de côte, alors que l’érosion est déjà à l’œuvre depuis des dizaines d’années (il y a eu plusieurs effondrements de falaises historiques du côté de la plage du Miramar). Au nord et au sud du secteur du centre, sont présents des bâtiments liés au tourisme employant de nombreuses personnes et créant des retombées fiscales pour la commune.

47Même si aucune des zones étudiées ne cumule la totalité des vulnérabilités et aléas élevés, cette analyse permet de définir plusieurs profils extrêmes :

  • Les deux terrains guadeloupéens demeurent très pauvres et plus ou moins fortement menacés par la dynamique érosive avec une forte vulnérabilité juridique et sociale : des personnes plutôt âgées, très ancrées dans leur territoire, vivant souvent dans le même lieu depuis leur naissance, ayant un faible revenu tout en occupant parfois leur terrain d’habitation sans droit ni titre de propriété valide, et se concentrant dans les zones rouges du PPR.

  • Les deux terrains métropolitains dotés de constructions solides, sans prescription liée à un PPR, où les habitants ont des niveaux de revenus variés : certains ont des revenus faibles, la plupart sont aisés, et de nombreuses résidences secondaires appartiennent parfois à des milliardaires (Enquêtes Valolitto). Ces communes ont de plus des ressources élevées, voire très élevées pour Biarritz.

48Entre ces deux profils extrêmes, on rencontre en France un large panel de combinaisons : des personnes à revenu modeste s’étant endettées dans un logement secondaire désormais inutilisable ou invendable (e.g. de l’immeuble du Signal à Soulac-sur-Mer), des bâtiments patrimoniaux (les casinos de Biarritz et Saint-Jean-de-Luz), mais également des hôtels luxueux (métropole et outremer), des villas individuelles de propriétaires milliardaires.

49Ces cartes permettent alors une meilleure lecture et compréhension du risque en distinguant vulnérabilités sociales, physiques, économiques, juridiques et aléas d’érosion côtière, utile pour les analyses scientifiques, mais également pour les décideurs qui, en observant de tels résultats, peuvent cibler des lieux d’intervention en termes de prévention des risques ou de planification territoriale.

Conclusion

50Le risque d’érosion côtière va causer et cause en ce moment de nombreux dégâts, aggravant la vulnérabilité des plus précaires. L’article tente d’identifier les territoires et, plus précisément, les lieux les plus à risque, présentant à la fois une grande vulnérabilité et une forte exposition à l’aléa érosion, pour aider les scientifiques et les décideurs à cibler leurs travaux respectifs. Ce travail justifie des choix de composantes du risque érosif — aléa et vulnérabilité, variables dont la dimension spatiale est accessible — et présente quatre terrains de recherche où ont été cartographiées ces composantes. L’article sélectionne les facteurs puis des variables associées à chacune des composantes. Malgré l’hétérogénéité des données, une cartographie du risque superposant une vulnérabilité sociale globale et l’aléa érosion est possible. Cette cartographie et son interprétation permettent d’une part, d’un point de vue méthodologique, de montrer de manière plus objective, en intégrant des variables adaptées à la problématique, les limites d’une intégration complète de la notion de « risque » à une maille fine (1ha à 4ha). D’autre part, d’un point de vue opérationnel, cette approche fournit aux décideurs publics des critères de priorisation de leurs aides, notamment dans le cadre d’une stratégie de gestion intégrée. L’analyse des résultats obtenus montre de profondes inégalités socio-spatiales sur les secteurs étudiés. En effet, que ce soit à l’échelle des habitants ou des territoires, certains cumulent des vulnérabilités physiques, sociales, juridiques, économiques, démographiques et une forte exposition à l’aléa, d’autres cumulent des populations aux vulnérabilités plus modérées, mais se trouvant néanmoins dans des situations problématiques, comme celle de bâtiments patrimoniaux très exposés tels que le casino de Biarritz.

51Ce travail pourrait donner lieu à des expérimentations locales utiles, tenant compte de la diversité des profils de vulnérabilité (physique, économique, ou sociale) des territoires, sans toutefois s’affranchir des principes d’égalité de traitement des citoyens (placés dans des situations différentes) ou de solidarité nationale.

52Ces expérimentations pourraient permettre ensuite au législateur d’adapter les dispositifs législatifs pour intégrer davantage des dimensions d’inégalités de fait qui aboutissent à des formes d’injustice, telles que : la vulnérabilité juridique des plus démunis comme les habitants sans droits ni titre dans les DROM, les retraités endettés par la perte de leur logement (loi sur le Signal) ou, au contraire, la protection, voire l’indemnisation de villas secondaires luxueuses sur le littoral.

53Or, il semble que, pour le moment, ces inégalités passent encore « sous les radars » du traitement juridique des risques littoraux. Leur repérage grâce à l’outil proposé par cet article, l’indice global de vulnérabilité face aux risques littoraux, pourrait permettre d’avancer vers un traitement plus équitable de ces situations très diverses.

Haut de page

Bibliographie

Arnaud A. (2009). Valorisation de l’information dédiée aux événements naturels de territoires à risque. Une application cartographique et géovisualisation de la couronne grenobloise. Thèse en géographie sous la direction de Gumuchian H. et Davoine P.-A. Université Joseph Fourier, Grenoble 1, 538 p.

Arnaud A. (2015). « Les limites de la cartographie des risques littoraux : des perspectives pour la compréhension de tous ». VertigO — la revue électronique en sciences de l’environnement, Hors-série 21 | avril 2015. En ligne : http://vertigo.revues.org/15743

Arnaud A., Faure-Vassal G. (2017). Conjuguer risque et tourisme sur des territoires littoraux. Points de vue des communes de Lacanau et de Biarritz. Rapport de recherche, Aix-Marseille-Université ; Laboratoire Interdisciplinaire Environnement et Urbanisme (LIEU) ; CEREMA. 2017. En ligne : https://hal.science/hal-02097379

Augustin J.-P. (2010). « Lacanau-Océan : vers une station touristique de troisième génération ». Sud-Ouest européen, no 29, p. 43-52.

Bawedin V. (2013). « L’acceptation de l’élément marin dans la gestion du trait de côte : une nouvelle gouvernance face au risque de submersion : Les cas du Lincolnshire, de l’Essex (Angleterre), du littoral picard et du bassin d’Arcachon (France) ». Annales de géographie, no 692, p. 422-444.

Bertin J. (2005). Sémiologie graphique : les diagrammes, les réseaux, les cartes. Paris : EHESS, 431 p.

BRGM (2014). Agglomération Sud Pays basque : évaluation de l’aléa érosion côtière en 2023 et 2043 dans le cadre de la stratégie locale de gestion de la bande côtière. BRGM/RP-63588-FR. 119 p.

BRGM (2016). Caractérisation de l’aléa recul du trait de côte sur le littoral de la côte aquitaine aux horizons 2025 et 2050. BRGM/RP-66277.

BRGM (2017). Morphodynamique du littoral guadeloupéen. Phase 1. BRGM/RP-66653-FR. Rapport final. 112 p.

Burton I., Kates R. W., White G. F. (1978). The Environment as Hazard. New York : Oxford University Press. 240 p.

Cariolet J.-M., Suanez S., Meur-Férec C., Postec A. (2012). « Cartographie de l’aléa de submersion marine et PPR : éléments de réflexion à partir de l’analyse de la commune de Guissény (Finistère, France) ». Cybergeo, « Espace, Société, Territoire », document 586, 21 p.

Chardon A.-C., Thouret J.-C. (1994). « Cartographie de la vulnérabilité d’une population citadine aux risques naturels : le cas de Manizales ». Mappemonde, no 4/1994, p. 37-40.

Claeys C., Arnaud A., Lambert M.-L. (2017a). “The impact of legal vulnerability on environmental inequalities. A case study of coastal populations in Guadeloupe (French Antilles)”. Comptes Rendus Geoscience, vol. 349, no 6-7, p. 351-358.

Claeys C., Giuliano J., Tepongning Megnifo H., Fissier L., Rouadjia A., Lizée C., Geneys C., Marçot N. (2017b). Interdisciplinary analysis of socio-environmental vulnerabilities: urbanized cliffs on the Mediterranean coastline. Natures Sciences Sociétés, vol. 25, no 3, p. 241-254. En ligne : https://www.nss-journal.org/articles/nss/full_html/2017/04/nss170053/nss170053.html

Claeys C., Arnaud A., Rouadjia A., Lambert M.-L. (2019). « Fabrication des vulnérabilités littorales et inégalités environnementales. Une comparaison entre deux communes de France hexagonale et d’outre-mer ». In D. Busca et N. Lewis, Penser le gouvernement des ressources naturelles, Presses de l’Université de Laval.

Dachary-Bernard J., Lyser S. (2016). « Aménités et hétérogénéité des préférences en matière d’aménagement du littoral : Le cas des touristes sur le bassin d’Arcachon ». Revue d’économie régionale et urbaine, no 2016-4, p. 847-876.

Dauphiné A. (2001). Risques et catastrophes. Observer, spatialiser, comprendre, gérer. Paris : Armand et Colin, 290 p.

D’Ercole R., Metzger P. (2009). « La vulnérabilité territoriale : une nouvelle approche des risques en milieu urbain. Territorial vulnerability: a new approach of risks in urban areas ». CyberGeo, 5 p.

D’Ercole R., Thouret J.-C., Aste J.-P., Dollfus O., Gupta A. (1995). « Croissance urbaine et risques naturels : présentation introductive ». Bulletin de l’Association de géographes français, vol. 72, no 4, p. 311-338.

D’Ercole R., Thouret J.-C., Dollfus O., Asté J.-P. (1994). « Les vulnérabilités des sociétés et des espaces urbanisés : concepts, typologie, modes d’analyse ». Revue de géographie alpine, t. 82, no 4, p. 87-96.

Desrousseaux X. (2018). Cartographie de la sensibilité physique de la population au recul du trait de côte. Compte rendu de stage, projet Gespar50, financement Fondation de France. Structure : Laboratoire LIEU. Dir. Aurélie Arnaud. 20 p.

Douglas M., Wildavsky A. (1983). Risk and culture: An essay on the selection of technological and environmental dangers. Oakland : University of California Press, 224p.

Douglas M. (2003). Purity and Danger: An Analysis of Concepts of Pollution and Taboo. Londres : Routledge-London, 272 p.

Faye A. (2018). Analyse de la vulnérabilité socio-environnementale des riverains des littoraux (territoire métropolitain et territoire et outremer). Compte rendu de travail, projet VULITEC2I, financement ECCOREV. Structure : Laboratoire LPED. Dir. Cécilia Claeys. 37 p.

GIEC (2019). L’océan et la cryosphère dans le contexte du changement climatique. Rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Résumé à l’intention des décideurs. 39 p. En ligne : https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/sites/3/2020/07/SROCC_SPM_fr.pdf

Grasland C., Hamez G. (2005). « Vers la construction d’un indicateur de cohésion territoriale européen ? » L’Espace géographique, t. 34, no 2, p. 97-116.

Lambert M.-L., Arnaud A, Claeys C. (2019). « Justice climatique et démocratie environnementale. Les inégalités d’accès au droit des populations vulnérables aux risques littoraux ». Vertigo, « Les nouveaux chantiers de la justice environnementale ». En ligne : https://journals.openedition.org/vertigo/24149

Lambert M. L., Claeys C., Arnaud A. (2017). « Vulnérabilité économique et sociale, facteur d’invisibilité de risques ? » RISEO 2017-2. Les risques invisibles. p. 97-116. En ligne : https://fr.calameo.com/read/005049066fa9bf1a01289

Léone F., Deymier J. (2012). Constitution d’une base de données géoréférencées sur le bassin caribéen et les Petites Antilles. Rapport de projet CARIBSAT. Action 1, livrables 1 et 2. AEDE & UMR GRED, Université Paul Valery - Montpellier 3. 60 p.

Lutoff C. (2000). Le système urbain niçois face à un séisme. Analyse des enjeux et des fonctionnements potentiels. Thèse de doctorat en géographie, Université de Chambéry, 400p.

Mavromatidi A., Briche E., Claeys C. (2018). “Mapping and analyzing socio-environmental vulnerability to coastal hazards induced by climate change: An application to coastal Mediterranean cities in France”. Cities, vol. 72, p. 189-200.

Mineo-Kleiner L., Meur-Ferec C. (2016). « Relocaliser les enjeux exposés aux risques côtiers en France : points de vue des acteurs institutionnels ». VertigO, vol. 16, no 2.

ONERC (2019). Rapport d’activité de l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique. En ligne : https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/ONERC_RA_2018_19.pdf

ONU (2002). “Disaster Reduction for Sustainable Mountain Development”. UN/ISDR 2002. En ligne : https://www.unisdr.org/2002/campaign/pa-camp02-kit-eng.htm#n1

Slovic P., Fischhoff B., Lichtenstein S. (1982). “Why Study Risk Perception?”. Risk Analysis, vol. 2, no 2, p. 83-93.

Slovic P., Weber E. U. (2002). “Perception of risk posed by extreme events”. Conférence Risk Management strategies in an Uncertain World. Palisades, New York, April 12-13. 21 p.

Thouret J.-C., D’Ercole R. (1996). « Vulnérabilité aux risques naturels en milieu urbain : effets, facteurs et réponses sociales ». Cahiers des Sciences humaines. ORSTOM, vol. 32, no 2, p. 407-422.

Turbout C., Gaio M., Madelaine J. (2002). « De la gestion à la réutilisation d’information géographique hétérogène multi-sources sur Internet ». Actes des 6e Journées Cassini 2002, 19-20 septembre 2002, p. 369-389.

White G. F., Haas J. E. (1975). Assessment of research on natural hazards. Cambridge : Massachusetts Institute of Technology Press. 487 p.

Haut de page

Document annexe

  • Annexes (application/pdf – 2,4M)
Haut de page

Notes

1 Enquêtes sociologiques semi-directives menées avec le BRGM de Guadeloupe (dans le cadre du projet Gespar50 - 2016) et avec le GIP Littoral (dans le cadre du projet Valolitto - 2017).

2 Enquêtes sociologiques semi-directives menées dans le cadre du projet Gespar50 - 2016.

3 Probabilité qu’un phénomène physique se produise.

4 En tant que fragilités.

5 En tant que facteurs d’atténuation du risque.

6 L’Agence des 50 Pas gère une réserve foncière spécifique aux Antilles françaises (cf. partie 2).

7 R : Risque ; A : Aléa ; V : Vulnérabilité ; C : Capacité.

8 Ce projet financé par la Fondation de France (2016-2019) avait comme partenaires l’agence des 50 pas géométriques de la Guadeloupe et les laboratoires de recherche LIEU et LPED (Aix-Marseille Université).

9 Le projet CARIBSAT construit un indicateur géographique multirisque. Il comprend les aléas sismique, submersion marine, volcanisme et les enjeux population, routes/aéroports et villes, les dommages causés par les aléas, dont les cyclones.

10 Outil réglementaire de l’occupation des sols en fonction d’un degré de risque. Il est prescrit et élaboré par l’État, et annexé au Plan Local d’Urbanisme (PLU).

11 Ce projet a été financé par la Fondation de France. Il s’est déroulé entre 2016 et 2019 et avait comme partenaire les laboratoires de recherche LIEU, CERTOP, ACTE, CEREGE et PASSAGES.

12 Biarritz : entre 17 000 et 27 000 € par personne ; Lacanau : entre 13 000 et 24 000 € par personne (enfants compris et par an) – INSEE, 2010.

13 L’Hôtel de Deshaies aménage ses propres protections, à la fois du bâtiment et de ses plages lors de la période des cyclones.

14 Le Casino de Biarritz et plus généralement la côte biarrote possèdent une organisation infaillible lors de tempêtes : coupure des cheminements et routes, bardage, ouvrages de protection provisoires et de haute technologie, etc. Mais ces solutions d’adaptation pourront-elles défier le changement climatique ?

15 Entretien avec la Chambre des Commerces et des Industries du Pays basque dans le cadre du projet Valolitto, 2016.

16 L’article de Cariolet et al. (2012) pointe parmi les lacunes des PPR littoraux la non prise en compte de l’aléa érosion : « les PPR littoraux ne prenaient jusqu’à présent pas en compte l’élévation future du niveau marin qui est, pour de nombreux auteurs comme pour de nombreux services de l’État, un élément dynamique à prendre en considération (Nicholls et Hoozemans, 1996 ; Richmond et al., 2001 ; Vinchon et al., 2009 ; CETMEF, 2010) ». Les PPR littoraux plus récents prennent en compte cette considération comme, par exemple, le PPR de « Bassin de la Seudre et Marais de Brouage » (diapos 14 : http://www.charente-maritime.gouv.fr/content/download/22284/153912/file/RP3_Marennes.pdf).

17 Ce fonds de prévention des risques naturels prévisibles permet de financer le rachat de biens immobiliers ou des travaux de protection des habitations et des biens économiques menacés par des risques graves pour la vie humaine.

18 Statut juridique spécifique aux Antilles issu de la zone des 50 pas géométriques.

19 Pour la métropole, la BD INSEE utilisée est une BD carroyée (maille carrée de 200 m X 200 m) datant de 2010 étant donné que les recherches ont été réalisées de 2016 à 2018. La BD INSEE 2015 a été rendue publique en janvier 2019. Côté Guadeloupe, les données carroyées n’existent pas pour 2010, ce sont alors les données les plus récentes, datant de 2004, qui ont été utilisées. Elles sont issues d’une enquête menée directement auprès des habitants par l’AG50, à la maille du bâtiment. Nous avons synthétisé cette information dans des mailles de 100 m x 100 m.

20 L’extrapolation n’a pas pu être réalisée à la même maille qu’une donnée INSEE 200 m sur 200 m compte tenu de la densité de population et de la finesse exigée par le projet Gespar50.

21 Concernant nos terrains d’étude : Base de données HistoLitt, 2013, (data.gouv.fr/fr/datasets/trait-de-cote-histolitt-1/°) produite par le Service Hydrologique et Océanographique de la Marine (SHOM) et l’Institut national de l’information Géographique et forestière (IGN). Guadeloupe : BRGM, 2017. La côte sud atlantique : ©Observatoire de la côte aquitaine (OCEA) ; BRGM, 2016 ; BRGM, 2014.

22 Cette analyse a été possible grâce aux travaux de Turbout et al. (2002) et Arnaud (2009) au début des années 2000.

23 VULITEC2I : Vulnérabilités littorales et justice environnementale : analyse interdisciplinaire et comparaison interterritoriale. Projet financé par ECCOREV et dirigé par les laboratoires LPED et LIEU, 2018-2019.

24 Données carroyées 200 m x 200 m.

25 Le CSI (ISC) de Shaw, Taylor, Forbes, Ruz et Salomon (1998) est un indice qui prend en compte six variables : géomorphologie, pente côtière, élévation du niveau de la mer, changements du littoral, amplitude moyenne des marées et la hauteur des vagues.

26 Le SVI (IVS) de Flanagan, Gregory, Hallisey, Heitgerd et Lewis (2011) est un indice qui prend en compte neuf variables : population <14 ans, population >75 ans, femmes, familles monoparentales, familles avec plus de deux enfants, locataires, densité moyenne (habitants/km2), population sans emploi, population sans instruction et étrangers.

27 Avec : 0 « disposition commune et contraintes courantes » ; 1, 2 et 3 « zone constructible sous conditions » avec 2 « contraintes spécifiques faibles » ; 2 « contraintes spécifiques moyennes » ; 3 « contraintes spécifiques fortes » ; 4 « zone inconstructible ».

28 Calcul d’un indicateur : X’i = (Xi-Xmin)/(Xmax-Xmin) où X’i : indicateur ; Xi : valeur de l’indicateur (modalité) ; Xmin : valeur minimum de l’indicateur, Xmax : valeur maximale de l’indicateur. Le calcul de l’indice (X’i) s’effectue de la façon suivante : pour chaque valeur, correspondant à un calcul sur un carré, nous soustrayons le minimum de la distribution (Xi-Xmin), puis nous divisons ce résultat par l’étendue de la distribution (Xmax-Xmin). L’emploi de cette méthode est possible, les distributions ne présentant pas de valeurs extrêmes.

29 Indice : X’ig = Xi. 1/4 où X’ig : indice global de sensibilité physique ; Xi : la valeur de l’indice d’un indicateur.

30 En effet, Grasland (2005) critique la facilité de manipulation des données : « tout spécialiste de l’analyse des données sait pertinemment qu’il est aussi facile de manipuler l’ordre d’apparition des axes factoriels d’une analyse en composantes principales que de trafiquer les résultats d’un indice ».

31 Nous sommes conscients d’avoir fait le choix d’une méthode classique et répandue (calcul de l’IDH). Cependant, il serait intéressant de tester la méthode de quantile pondéré, comme proposé dans Grasland (2005), idée en projet.

32 Les données « Géolittoral », à une maille moins fine, n’ont pas été utilisées, mais demeurent précieuses selon l’échelle des travaux de recherche : https://www.geolittoral.developpement-durable.gouv.fr/telechargement-en-ligne-donnees-geolittoral-a802.html

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les angles d’appréciation de la vulnérabilité
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/9043/img-1.png
Fichier image/png, 57k
Titre Figure 2. Vues du littoral guadeloupéen
Légende a, b, d : Quartier de Capesterre-Belle-Eau ; 2c : Hôtel Fort Royal à Deshaies ; 2e, baie de Deshaies
Crédits Source : crédits Fondation de France-Projet Gespar50. Réalisation : Arnaud Aurélie, 2016.
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/9043/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 910k
Titre Figure 3. Vues du littoral atlantique
Légende a : littoral canaulais, b : littoral biarrot
Crédits Source : crédits Fondation de France-Projet Valolitto. Réalisation : Arnaud Aurélie, 2016
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/9043/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Titre Figure 4. Indice global de risque, commune de Biarritz, 2010-2017
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/9043/img-4.png
Fichier image/png, 280k
Titre Figure 5a. Cartographie de l’aléa et d’un indice de vulnérabilité à l’érosion littorale à Capesterre-Belle-Eau
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/9043/img-5.png
Fichier image/png, 176k
Titre Figure 5b. Cartographie de l’aléa et d’un indice de vulnérabilité à l’érosion littorale à Deshaies
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/9043/img-6.png
Fichier image/png, 277k
Titre Figure 5c. Cartographie de l’aléa et d’un indice de vulnérabilité à l’érosion littorale à Lacanau
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/9043/img-7.png
Fichier image/png, 208k
Titre Figure 5d. Cartographie de l’aléa et d’un indice de vulnérabilité à l’érosion littorale à Biarritz
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/9043/img-8.png
Fichier image/png, 344k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Arnaud, Cécilia Claeys et Marie-Laure Lambert, « Vulnérabilités à l’érosion littorale : cartographie de quatre cas antillais et métropolitains »Mappemonde [En ligne], 136 | 2023, mis en ligne le 31 octobre 2023, consulté le 01 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/mappemonde/9043 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mappemonde.9043

Haut de page

Auteurs

Aurélie Arnaud

Maître de conférences en géographie-aménagement, Aix-Marseille Université, Laboratoire Interdisciplinaire Environnement Urbanisme (LIEU), Marseille

Articles du même auteur

Cécilia Claeys

Professeure des universités, laboratoire GRESEC

Marie-Laure Lambert

Maître de conférences-HDR en droit, Aix-Marseille Université, Laboratoire Interdisciplinaire Environnement Urbanisme (LIEU), Marseille

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search