Navigation – Plan du site

AccueilNuméros137À voir, à lireLes Petites Cartes du web

À voir, à lire

Les Petites Cartes du web

Mégane Fernandez
Référence(s) :

Noucher M. (2017), Les Petites Cartes du web. Analyse critique des nouvelles fabriques cartographiques, éditions Rue d’Ulm, coll. « Actes de la recherche à l’ENS », 70 p. Mis en ligne sur OpenEditionBooks en 2022.

Texte intégral

1Les Petites Cartes du web est un ouvrage de 70 pages de Matthieu Noucher, chargé de recherche au laboratoire Passages (Bordeaux). Il s’adresse à un public universitaire ainsi qu’à toute personne intéressée par la cartographie. Son objet est l’analyse des « petites cartes du web », ces cartes diffusées sur internet et réalisées ou réutilisées par des non-professionnel∙les. Elles sont définies de trois manières :

  • historique, comme des cartes en rupture avec les « grands récits » de la discipline ;

  • politique, comme des cartes « mineures », produites hors des sphères étatiques et dominantes ;

  • technique, en référence aux « petites formes du web » d’É. Candel, V. Jeanne-Perrier et E. Souchier (2012), participant à un « renouvellement des formes d’écriture géographique ».

2Ce bref ouvrage, préfacé par Gilles Palsky, comprend trois chapitres. Les deux premiers, théoriques, portent l’un sur la « profusion des “petites cartes” » et l’autre sur l’actualisation de la critique de la cartographie. Le troisième et dernier chapitre repose sur deux études de cas guyanaises rejoignant les élaborations théoriques des chapitres 1 et 2.

3Autant francophone qu’anglophone, la bibliographie inclut des auteurs de référence de et sur la cartographie et les systèmes d’information géographique (SIG) critiques : dans la sphère anglophone Michael Goodchild et John Brian Harley, ainsi qu’une large place à une série de textes publiés dans Cartographica ; en France, Henri Desbois et Thierry Joliveau, Alain Desrosières pour la sociologie de la quantification. Les références sont très masculines (moins de 15 % d’autrices). Les principales autrices des SIG féministes (Mei-Po Kwan, Sara MacLafferty, Geraldine Pratt, Nadine Schuurman) — sous-champ qui n’a pas d’équivalent en France — sont néanmoins citées dans la bibliographie enrichie disponible en ligne1. Celle-ci inscrit l’ouvrage dans un format éditorial hybride qui permet son extension et son actualisation sur internet. Sur le plan théorique, l’ouvrage s’appuie sur les philosophes critiques et postmodernistes de la seconde moitié du XXe siècle (Michel Foucault, Jacques Derrida, Jean-François Lyotard).

4L’introduction de l’ouvrage contextualise le propos :

  • théoriquement, en présentant l’ancrage du texte dans la cartographie critique anglophone des années 1980-1990 et plus particulièrement de J. B. Harley et son texte « Deconstructing the map » (1989) ;

  • historiquement, en positionnant la création de Google Maps (2006) comme jalon dans l’histoire de la cartographie et en plaçant la « profusion de l’information géographique numérique » comme marqueur d’un « tournant numérique ».

5D’après l’auteur, cette profusion de données ainsi que le développement de la géomatique ont tendance à invisibiliser les acquis de la cartographie critique, en particulier autour de l’interaction entre le pouvoir de l’État et la maîtrise des outils cartographiques. Ainsi, l’objectif est, « en analysant le pouvoir des cartes », de « documenter les (en)jeux de pouvoir sous-jacents aux productions cartographiques actuelles ».

  • 2 Google (Alphabet), Apple, Facebook (Meta), Amazon et Microsoft.

6Les chapitres 1 et 2, sous forme d’essais, articulent un ensemble de considérations théoriques et générales et quelques exemples très localisés. Le chapitre 1 porte sur l’idée d’une « fin des grands récits cartographiques ». Pour M. Noucher, les « grands récits » de la cartographie sont ceux des grandes explorations et du progrès technologique. La référence à J.-F. Lyotard (1979), qui n’est explicitée qu’en fin de chapitre, sert davantage à défendre l’idée d’un effacement des « grilles de lecture unitaires » en cartographie « donn[ant] lieu à la multiplication des discours » qu’à questionner ces « grands récits » ou leur « fin ». Le foisonnement qu’il décrit touche autant les fonds de carte, dont les institutions perdent le monopole, que les données, avec la prolifération des données publiques, enrichies par le crowdsourcing et les traces numériques. Ces deux processus aboutissent à la multiplication des cartes sur internet et à l’émergence du « géoweb » dans lequel investissent les GAFAM2. Ils permettent l’émancipation vis-à-vis des savoirs et des compétences techniques, d’où une « profusion des “petites cartes” ». Celles-ci sont néanmoins marquées selon l’auteur, reprenant les analyses de A.-S. Pharabod, V. Nikolski et F. Granjon (2013), par « l’individualisme contemporain ». Le chapitre s’achève sur la question de la démultiplication des « petites cartes », comme facteur ou non de production de commun.

7Le chapitre 2 propose de mobiliser et d’actualiser la cartographie critique pour étudier ces « petites cartes du web ». Après une présentation des travaux « fondateur[s] » de J. B. Harley et une généalogie des approches critiques de la cartographie et de leur diffusion dans le champ des SIG, le chapitre évoque deux axes : celui de l’« intentionnalité sociale » des cartes (qui ne sont pas des relevés passifs, mais sont influencées par des facteurs sociaux) et celui de l’« autoréférentialité » des cartes (« performativité des représentations cartographiques sur la pensée des acteurs », en référence aux travaux de Denis Wood). Le contexte actuel de la cartographie sur internet et sa complexité impose un renouvellement des approches. Puisque les cartes et les données peuvent dorénavant être produites sans cartographe expert et faire l’objet de nombreuses modifications et réutilisations, il convient d’adopter une analyse par les usages, peu développée par la cartographie critique, et de sortir de l’idée que les destinataires des cartes sont uniquement passifs vis-à-vis d’elles. L’actualisation de la cartographie critique passe donc par un glissement de l’étude de l’objet carte à celle du processus de production cartographique.

8Le chapitre 3 propose deux études de cas guyanaises, articulées aux questionnements des premiers chapitres. Il contextualise d’abord la Guyane et les enjeux de sa cartographie, particulièrement intéressants du fait de son caractère de marge et des territorialités concurrentes qui s’y expriment. Les deux études de cas témoignent de deux processus inverses : dans la première (qui porte sur le schéma départemental d’orientation minière), un processus de réutilisation, contournement et contre-cartographie à partir d’une carte institutionnelle par des acteurs locaux ; dans la seconde (cartographie des toponymes teko et wayãpi), un processus d’institutionnalisation à partir d’une carte participative issue de savoirs locaux. Dans les deux cas, la méthodologie est double (l’auteur revendique une approche de Grounded Theory) : croiser une analyse technique des SIG avec un travail de terrain et d’entretiens auprès de producteurs, diffuseurs et utilisateurs des données. Les deux exemples démontrent un renforcement des rapports de pouvoir lié à la malléabilité des « petites cartes ». Dans le cas de l’orientation minière, si les entreprises privées ont la possibilité de produire des contre-cartographies en opposition aux cartes institutionnelles, ce n’est pas le cas des communautés autochtones marginalisées et politiquement minorisées. De même, les enjeux juridiques et les contraintes de normalisation des données géographiques conduisent à la perte d’information dans le cas de la cartographie participative des toponymes autochtones, conduisant à leur invisibilisation. La facilité de production et de diffusion des « petites cartes » conduit donc au paradoxe suivant : d’un côté elle permet l’empowerment des non-expert∙es, de l’autre elle impose l’utilisation des outils reconnus par le pouvoir et donc une forme « d’assimilation culturelle par la technique qui renforce les dominations ».

9Dans la conclusion, M. Noucher souligne le caractère programmatique de son ouvrage. Il revient sur la faiblesse paradoxale de la cartographie et des SIG critiques, alors même que le texte de J. B. Harley est abondamment cité, et sur la nécessité de développer ces approches critiques dans un contexte de retour du positivisme. Cette critique ne peut pas, selon lui, faire l’économie d’analyses empiriques précises ni rester dans des « postures théoriques désincarnées ». Cela ne va pas sans difficultés, concédées par l’auteur : l’acquisition des compétences techniques requises pour pouvoir comprendre et analyser les processus cartographiques, mais aussi le contexte lui-même de multiplication des acteurs et des étapes de production des cartes. Le chapitre 3 constitue donc un exemple « d’autres méthodes d’analyse » à développer pour « prolonger et renouveler les travaux de Harley » ; le tout devant se faire, selon l’auteur, dans un cadre dépassant la seule géographie pour s’intégrer aux critical data studies.

10Les Petites Cartes du web offrent des perspectives claires et stimulantes pour le développement des SIG critiques en France, malgré quelques problèmes de lisibilité. Certaines expressions et concepts (« intentionnalité sociale », « autoréférentialité », « espaces de carte », « grands récits ») gagneraient à être explicités. Les deux chapitres théoriques contiennent peu d’exemples et de preuves empiriques, ce qui les rend assez abstraits et parfois difficiles à suivre. Cette impression tient probablement à la structure du texte qui sépare les développements théoriques et empiriques, ainsi qu’au format éditorial bref, comme en témoignent les compléments proposés par l’auteur sur son site internet. Les illustrations, peu nombreuses au regard de l’objet du livre, consistent principalement en des captures d’écran de cartes. Leur faible résolution, dans les versions papier et en ligne, les rend difficilement remobilisables. Les légendes et habillages des figures ne sont paradoxalement pas non plus très précis.

11L’intérêt de l’ouvrage n’en reste pas moins multiple. Outre le travail de passeur de travaux de cartographies critiques (après Peter Gould, Antoine Bailly, H. Desbois ou G. Palsky), l’ouvrage propose un guide théorique et méthodologique pour leur actualisation. Autre apport important, revendiqué par l’auteur, sa proposition méthodologique ouvre la porte à des enrichissements et « administrations de la preuve » de travaux très théoriques dans les champs critiques. M. Noucher démontre ainsi, en suivant la diffusion des processus cartographiques, des effets de minorisation politique et épistémique dénoncés par les épistémologies décoloniales. En « ne se limit[ant] pas à la posture [critique], mais [en] s’ancr[ant] concrètement dans une analyse fouillée » (G. Palsky), l’auteur souligne l’importance de l’empirique et de l’analyse de la causalité et contribue ainsi à l’essor des approches critiques dans l’étude des productions et circulations des savoirs géographiques.

  • 3 unequivocally does GIS” (2022, p. 329).
  • 4 “[This fourth generation critical GIS] stands out for its intersectional theorizations of digital s (...)
  • 5 “‘externalist’ critique of GIS, pointing to the countless conceptual and practical shortcomings of (...)

12Les Petites Cartes du web et ce qu’elles proposent en termes de pistes pour la cartographie critique trouvent un écho dans le numéro “Doing Critical GIS” de la revue ACME (2022). L’objectif du numéro est d’ouvrir un dialogue autour du passage de la critique à la pratique et du développement de SIG critiques qui, « sans équivoque, font des SIG »3 (2022, p. 329). Sarah Elwood y évoque l’émergence d’une quatrième génération de SIG critiques qui s’inscrit dans cette articulation entre théorie et pratique et qui se démarque par ses théorisations intersectionnelles des technologies spatiales numériques4 (2022, p. 436). On peut retrouver dans l’ouvrage de M. Noucher des éléments propres à ce que Dillon Mahmoudi et Taylor Shelton, classent, à l’inverse, comme une perspective majoritaire de « critique “externaliste” des SIG » qui expose les lacunes conceptuelles et pratiques de ces technologies en mobilisant les concepts de la théorie sociale critique pour contester le caractère prétendument neutre, scientifique et apolitique de la cartographie (2022, p. 328)5. La lecture de ce numéro, en complément des Petites Cartes du web, nous invite ainsi à élargir les perspectives de renouvellement des SIG critiques en France en insistant sur la pratique des SIG critiques, leur politisation et leur ouverture sociale.

Haut de page

Bibliographie

Candel É., Jeanne-Perrier V., Souchier E. (2012). « Petites formes, grands desseins. D’une grammaire des énoncés éditoriaux à la standardisation des écritures ». In J. Davallon (dir.), L’Économie des écritures sur le web. Volume 1 : Traces d’usage dans un corpus de sites de tourisme, p. 135-166.

Elwood S. (2022). “Toward a Fourth Generation Critical GIS: Extraordinary Politics”. ACME : An International Journal for Critical Geographies, vol. 21, no 4, p. 436-447.

Harley J. B. (1989). “Deconstructing the map”. Cartographica, vol. 26, no 2, p. 1-20.

Lyotard J.-F. (1979). La Condition postmoderne. Rapport sur le savoir. Paris : Éditions de Minuit, 128 p.

Mahmoudi D., Shelton T. (2022). “Doing Critical GIS”. ACME : An International Journal for Critical Geographies, vol. 21, no 4, p. 327-336.

Pharabod A.-S., Nikolski V., Granjon F. (2013). « La mise en chiffres de soi. Une approche compréhensive des mesures personnelles ». Réseaux, Communication, Technologie, Société, no 177, p. 97-129.

Haut de page

Notes

1 http://patiencesgeographiques.org/pcw/

2 Google (Alphabet), Apple, Facebook (Meta), Amazon et Microsoft.

3 unequivocally does GIS” (2022, p. 329).

4 “[This fourth generation critical GIS] stands out for its intersectional theorizations of digital spatial technologies; deepening engagements with Black, Latinx, Indigenous, feminist, and queer theory; and renewed commitment to learning from digital spatial politics imagined and created by communities struggling against racialized and gendered violence and dispossession, homo/transphobia, and myriad precarities they produce” (2022, p. 436).

5 “‘externalist’ critique of GIS, pointing to the countless conceptual and practical shortcomings of this suite of technologies, using the concepts of critical social theory to challenge mapping’s seemingly neutral, scientific and apolitical character” (2022, p. 328).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mégane Fernandez, « Les Petites Cartes du web »Mappemonde [En ligne], 137 | 2024, mis en ligne le 04 mars 2024, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/mappemonde/9166 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mappemonde.9166

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search