Navigation – Plan du site

AccueilNuméros137À voir, à lireL’Amérique latine

À voir, à lire

L’Amérique latine

Yvanne Bouvet
Référence(s) :

Velut S. (2022), L’Amérique latine. Armand Colin, coll. « Horizon », 292 p.

Texte intégral

1En choisissant de commencer son ouvrage par la définition du terme « latine », Sébastien Velut donne le ton d’une approche culturelle et géopolitique de cette région centrale et méridionale du continent américain. Grâce à une riche expérience, il présente ce « grand ensemble flou » (p. 11), ce continent imprévu qui s’est forgé depuis cinq siècles par une constante ouverture au Monde. L’ouvrage, destiné à la préparation des concours de l’enseignement, offre une riche analyse géographique, nourrie de travaux récents en géographie et en sciences sociales, soutenue par une bibliographie essentielle en fin de chaque partie. L’exercice est difficile mais le propos est clair, explicite et pédagogique pour documenter l’organisation des territoires de l’Amérique latine. En ouverture de chaque partie et chapitre, l’auteur pose de précieuses définitions et mises en contexte des concepts utilisés pour décrire les processus en œuvre dans les relations entre environnement et sociétés.

2En presque 300 pages, Sébastien Velut donne une vision multiscalaire et systémique des territoires latino-américains, intégrant l’évolution permanente des mutations productives, des mouvements de populations et des changements environnementaux. Il se concentre sur l’élément central en géographie qu’est le territoire, et présente les modalités de construction, de transformation et d’intégration des espaces latino-américains.

3L’Amérique latine, dont la dénomination même ne reflète ni la diversité des populations, ni celle des milieux, ni celle de son histoire, forme un ensemble d’États inégaux en taille et en peuplement, dont les populations ont achevé récemment leur transition démographique. Peu peuplée si on compare ce continent à d’autres (seulement 12 % des terres pour seulement 6 % de la population mondiale, tableau « Les territoires et leurs populations », p. 15), il y subsiste de vastes zones vides d’humains et d’autres à forte concentration urbaine. Les milieux sont rapidement présentés autour de la structure générale des reliefs, simple opposition de façades, avec à l’ouest une profonde fosse océanique qui se prolonge par une masse montagneuse, les Andes (obstacle limitant la circulation des masses d’air et des humains) et à l’est de vastes plateaux et bassins des terrains anciens, soumis à des climats tropicaux dominants. Les fleuves y constituent un élément majeur de structuration du territoire, à l’image de l’Amazone et de son vaste bassin versant de 7 millions de km2.

4Une fois ces éléments posés, l’auteur aborde la géographie de l’Amérique latine à partir des sociétés et de leurs rapports dynamiques aux lieux. Dès son introduction, il affirme que c’est par la mise en lumière des acteurs et des organisations sociales qu’il faut éclairer les formes de pouvoir et les inégalités. « L’exploration des territoires latino-américains » est proposée en trois parties, la première plaçant l’Amérique latine dans la géopolitique mondiale, la deuxième interrogeant le rôle du développement sur les territoires et la troisième étudiant les transitions à l’œuvre en Amérique latine. Ce découpage permet d’aller chercher, à son rythme, les éléments de compréhension de ce continent.

5La première partie s’ouvre sur « la mise en place des cadres territoriaux de l’Amérique latine » (p. 33) portée par la géopolitique mondiale, en modifiant les milieux, et en y construisant des réseaux pour accueillir une population toujours plus nombreuse. Le partage des Amériques entre les puissances européennes a posé les bases de la constitution des territoires et, bientôt, des futures nations. C’est à travers les échanges commerciaux instaurés entre métropoles européennes et colonies américaines, et les modes de peuplements et de contrôle des espaces que naissent de nouvelles identités sociales, culturelles et politiques. « Les clivages ethniques entre populations américaines, européennes et africaines installent des inégalités profondes » (p. 44), auxquelles on pourrait ajouter les inégalités de genre. Au XIXe siècle, si les indépendances dessinent de nouvelles frontières (non sans conflits : « Chili et Argentine la coexistence pacifique », p. 54-55), les projets nationaux s’appuient toujours sur une économie capitaliste d’appropriation et de valorisation des ressources. La colonisation interne soutient l’élan économique et urbain qui se fait au détriment des populations indigènes, facilitée par l’arrivée massive des populations migrantes européennes (surtout vers le Brésil et l’Argentine).

  • 1 D’après Compagnon O. (2013). L’adieu à l’Europe : l’Amérique latine et la Grande Guerre, Argentine (...)

6« L’adieu à l’Europe » (p. 73)1 se fait après les deux guerres mondiales, les États-Unis s’imposent alors comme leader continental en investissant dans tous les secteurs productifs (activités minières, agriculture, tourisme). La guerre froide renforce leur présence et fait surgir des régimes autoritaires (sous prétexte de lutte contre le communisme). Pourtant, les aspirations à améliorer les conditions de vie et à réduire les inégalités sont légitimes, elles s’affirment avec le retour de la démocratie à la fin du XXe siècle. Des États cherchent un autre modèle de développement pour appuyer leur économie sur un marché intérieur et régional. L’auteur présente les structures supranationales qui se sont créées à l’échelle du continent, en Amérique centrale, dans les Caraïbes et les pays andins avant d’aborder le Mercosur et l’Alena. « Les États peinent à mettre en place des moyens efficaces de transport » (p. 88) et tous ces ensembles souffrent d’un manque d’investissements, limitant l’intégration physique entre les pays, en renforçant les pôles urbains déjà forts économiquement (tels le Sudeste brésilien et le Rio de la Plata).

7L’intégration continentale se heurte à la faible diversité des productions latino-américaines, qui exacerbe la compétition entre les territoires pour attirer les investisseurs internationaux. Jusqu’aux crises financières du début du 3e millénaire, des firmes transnationales ont trouvé de nouveaux marchés dans les économies émergentes d’Amérique latine, pour exploiter les matières premières, pour participer à la privatisation des services publics (eau, énergie, télécommunications, santé). Les entreprises états-uniennes restent très présentes. L’Union européenne devient aussi un partenaire économique et politique, proposant une forme plus intégrative du commerce, avec la mise en place de normes sociales et environnementales. Peu à peu, l’émergence économique permet une « diplomatie Sud-Sud que mènent notamment le Brésil, le Chili et le Venezuela [qui] cherchent à redessiner des lignes de force à l’échelle mondiale » (p. 105). Cette première partie se finit sur « l’irrésistible ascension chinoise », soutenue par une carte sur les investissements en cours (p. 107), qui n’équilibre en rien la balance commerciale entre l’Amérique latine et le reste du monde.

8La deuxième partie de l’ouvrage s’ouvre sur « la question du développement […] une question géopolitique en Amérique latine » (p. 113). En comparant trois périodes de “développement”, l’auteur interroge les choix économiques et politiques qui se posent aux sociétés et donc aux États, d’abord entre 1940 et 1980 avec les politiques d’industrialisation de substitution des importations (ISI), puis entre 1980 et 2000, les politiques dites néolibérales et enfin la période actuelle caractérisée par une nouvelle mondialisation des échanges. L’insertion de l’Amérique latine dans les marchés mondiaux fait osciller la place de l’État comme décideur et aménageur passant de l’échelle nationale à des acteurs régionaux, souvent métropolitains. Ce changement d’échelle ne réduit pas les pressions sur les milieux, ni les inégalités sociales. La protection de l’environnement devient un enjeu pour les populations touchées par les abus d’exploitation et pour de nouveaux acteurs (ONG, institutions internationales, banques de développement.). Avec l’exemple de l’Amazonie, l’auteur illustre les « injonctions contradictoires » (p. 142) entre protection et développement (économique, voire social), portées par les politiques néolibérales où la responsabilité de développement est laissée à des entreprises privées, souvent des multinationales, alors que les États tentent de réduire les inégalités territoriales.

  • 2 D’après Le Tourneau F.-M. (2019). L’Amazonie : histoire, géographie, environnement. Paris : CNRS éd (...)

9Avec le XXIe siècle, le rapport de l’État à la société est largement posé, surtout après la crise argentine. L’émergence de valeurs de gauche ouvre des perspectives de coopération régionale à l’échelle du continent. La forte insertion dans le commerce international reste de mise, alors que les besoins en matières premières sont soutenus par la demande chinoise. En Amérique latine, l’extractivisme apparait comme « le déploiement de systèmes complexes, matériels et idéels pour identifier et valoriser les ressources des territoires et [les] transformer » (p. 148). En abordant les ressources minières, agricoles et aussi touristiques, l’auteur relativise les conséquences de l’exploitation des ressources naturelles, qui a permis de relancer la croissance économique et d’accompagner des politiques sociales et d’aménagement (exemple du réseau électrique brésilien, p. 150). Une nouvelle souveraineté s’affirme, en construisant des cadres juridiques et des politiques d’aménagement volontariste et public, financée par les exportations. Mais ce modèle économique accentue certaines différences territoriales, privilégiant les métropoles qui en voient directement les bénéfices (emplois, réduction de la pauvreté, accès aux services publics et à la consommation, notamment pour les classes moyennes). De nombreux conflits socio-environnementaux demeurent. L’auteur souligne le rôle des chercheurs latino-américains et la place de l’écologie politique. Elle dévoile les mécanismes de domination des populations vulnérables, d’accaparement et de dégradation des ressources réalisés par des acteurs dominants que sont souvent les entreprises et les États (p. 171). Il est temps de « dépasser l’extractivisme » (p. 177) et de repenser les rapports des sociétés à l’environnement pour que les habitants puissent décider eux-mêmes de « leur » développement (p. 178)2.

10En appliquant le concept de transition aux territoires, Sébastien Velut joint « ces deux dimensions de l’histoire, celle du passé et celle du futur » (p. 183) à la lecture d’un changement systémique, avec un avant et un après dont on peut voir la trajectoire. La dernière partie de l’ouvrage propose de suivre les changements sociaux et spatiaux à travers la transition démographique, la transition démocratique ou la transition énergétique.

11Les populations latino-américaines ont réalisé leur transition démographique depuis la deuxième moitié du XXe siècle. Le ralentissement de la croissance ne réduit guère les contrastes de densité, entre vastes espaces presque vides (Amazonie, Patagonie) et zones urbaines (cartes 6.1, p. 187 et 6.2, p. 194). Cela ne fait pas disparaître les mouvements de populations, la ville reçoit toujours les populations rurales et elle reste un lieu de fortes ségrégations socio-spatiales (modèle « métropole en archipel » p. 201 et « Santiago du Chili, ville néolibérale » p. 140-141), et les territoires périphériques sont toujours des fronts de colonisation. L’exemple du Brésil (p. 208) montre comment les bucherons et les orpailleurs ouvrent la voie des grands domaines d’élevage, avec de violents conflits sur l’usage et la possession de la terre. Enfin, les migrations internationales, nourries par l’explosion démographique et les crises politiques, économiques et sociales, illustrent la complexité des relations entre les populations américaines, faites de complémentarité, de ressemblance et de dépendance. Les échanges s’appuient sur des réseaux de proximité à l’intérieur du continent (Argentine-Chili, Colombie-Venezuela, Paraguay-Brésil, Mexique-Amérique centrale) et aussi plus lointains vers l’Italie, l’Espagne et bien sûr les États-Unis (« Les migrations de l’Amérique centrale vers les États-Unis », p. 216).

12En présentant la transition démocratique, l’auteur évoque la tradition républicaine instaurée dès la création des nations au XIXe siècle, mais surtout la fin des régimes autoritaires, si ce n’est réel au moins souhaité. Le pouvoir politique en Amérique latine repose sur des États centralisés, poussant parfois la/le Président·e au populisme, voire à « une tendance à l’autoritarisme » (p. 220). La démocratie oscille entre la volonté de réduire les inégalités sociales et territoriales et les attentes des acteurs dominants de l’économie (agrobusiness, industriels, investisseurs internationaux), entre mesures sociales et marché. Le découpage des institutions démocratiques peut faciliter la décentralisation et rendre plus efficaces les politiques nationales en les adaptant à chaque particularité du territoire. Ainsi, « les modèles fédéraux ont alimenté la réflexion sur la décentralisation comme une dimension de la démocratisation des sociétés » (p. 225) même si ce découpage peut compliquer la métropolisation dans les zones très urbanisées, ou laisser le pouvoir à des « caudillos » dans les espaces éloignés du pouvoir central. Comme ailleurs dans le monde, la représentation de la diversité des sociétés est un défi pour la démocratie en Amérique latine, entre défense d’intérêt local et conscience d’une destinée nationale. L’auteur insiste sur la nécessaire reconnaissance des conséquences de la violence générée par les dictatures et les conflits internes autour des « enjeux de la mémoire » (p. 235) et de la place des populations « indigenas » (p. 236), que des territoires portent plus que d’autres. De la Colombie au Brésil, la question foncière reste cruciale pour la citoyenneté de toutes les populations, véritable « défi démocratique » pour les États (p. 240) soulignant la dimension localisée de la diversité des sociétés latino-américaines.

13Mondialisation, démocratisation, intégration régionale et métropolisation peuvent-elles prendre en compte le développement économique, social et la protection de l’environnement pour les générations actuelles et à venir ? « La transition écologique doit se comprendre depuis les territoires » (p. 248) en rapprochant géographie du développement et transition écologique à travers la protection de la biodiversité, le changement de modèle énergétique et les enjeux urbains.

14Même si un cinquième de l’espace terrestre latino-américain est considéré comme protégé (carte « Les aires protégées en Amérique latine », p. 251), les zones de protection stricte sont rares, périphériques et vues comme des territoires à valoriser tout en les préservant (Amazonie et Patagonie). La protection de régions très convoitées comme le Chaco n’est pas de mise, face à l’avancée du soja, ni celle des espaces marins où seules les zones moins poissonneuses sont protégées. L’auteur présente une géographie de la protection, complexe selon les milieux, les acteurs publics et privés, les législations locales ou nationales, qui oscille entre protection et mise en réserves pour de futurs projets (tourisme, spéculation).

15Les « fluctuations du climat » (p. 257) fragilisent aussi certains territoires, là où les aléas naturels se conjuguent aux risques sociaux. Les usages de l’eau peuvent en être modifiés, entre irrigation de l’agriculture traditionnelle ou d’exportation, ou fabrication d’hydroélectricité. C’est une vulnérabilité sociale et spatiale qui est exacerbée par le changement climatique, exposant des communautés peu préparées au changement, notamment les classes populaires qui sont le plus exposées aux risques.

16La transition énergétique cherche « non seulement à supprimer les énergies carbonées, mais aussi à en introduire d’autres, renouvelables » (p. 183), et « à remettre en cause [des] structures héritées pour favoriser un changement de modèle » (p. 261). En effet, l’exploitation des réserves d’hydrocarbures continue de soutenir le développement industriel, économique et territorial, par la consommation et l’exportation, même si d’autres modes de production ouvrent de nouveaux territoires (désert andin et de Sonora pour le solaire, littoraux et Patagonie pour l’éolien). Si la transition écologique est plus une trajectoire et conduit à des changements de modes de vie et d’habiter, peut-elle aussi construire des territoires plus résilients, particulièrement en ville ? En prenant l’exemple du traitement des déchets (p. 266-268), l’auteur montre les transformations économiques, sociales et territoriales qui se forment dans les villes (transformations des lieux d’enfouissement en espaces « naturels », transformation de la filière du recyclage, des cartoneros aux entreprises internationales). Les espaces de nature sont un fort enjeu urbain, entre attractivité métropolitaine et bien-être des habitants. Ils restent un enjeu social, entre espace public ou privatisation par les plus aisés. La gestion des aléas est aussi interrogée, l’auteur prônant une approche systémique devenue essentielle pour construire des villes résilientes et durables (p. 273).

17Les dégradations des milieux de vie des populations demandent à reconsidérer les relations aux milieux, avec des initiatives multiples, auprès d’acteurs divers et à plusieurs échelles de temps et de territoires. La transition écologique est en cours, mais elle implique de profonds changements sociétaux et politiques pour réussir.

18La conclusion de ce riche ouvrage revient sur la notion d’habiter les territoires de l’Amérique latine et décrit ce lien entre l’humanité et la planète, en identifiant d’abord les contraintes socio-spatiales qui pèsent sur les individus à travers la question du genre, celle de l’ethnicité et des inégalités sociales.

19L’ouvrage de Sébastien Velut permet d’avoir une approche régionale de l’Amérique latine et, ne pouvant être exhaustif, il donne des exemples pour illustrer ses propos tels l’évocation du métissage à travers les cuisines latino-américaines (p. 45-46), l’utilisation de la représentation cartographique des espaces pour faire nation (p. 68-70), ou le prolongement des territoires nationaux par l’extension de la souveraineté à l’espace maritime (p. 155-157), l’incessante pression des cultures illicites sur les petits paysans (p. 161) ou comment le Covid révèle les fragilités des sociétés latino-américaines (p. 196-197). Des tableaux synthétisent des données, tels les liens entre développement et territoires sur le siècle dernier, les données démographiques (p. 192) et la reconnaissance des droits indigènes (p. 238) pour tous les pays en 2020. Les cartes, malheureusement en niveau de gris mais aisées à reproduire, permettent de comprendre les distributions spatiales des quelques phénomènes, à plusieurs échelles, régionale ou plus grande (ressources minières, expansion du soja, réseau électrique brésilien, l’organisation en archipel des métropoles…). Des photographies, elles aussi en noir et blanc, offrent une immersion dans quelques paysages. Cependant, il manque une table des illustrations pour faciliter la recherche de ces éléments si utiles aux lecteurs et lectrices.

20Croisant déterminants sociaux et territoriaux, l’ouvrage de Sébastien Velut propose une géographie de l’Amérique latine pertinente. À travers la construction des territoires, il illustre les limites des modèles actuels de développement, par l’insertion du continent dans la mondialisation, par son intégration régionale et par le rôle que jouent les États pour accompagner les 650 millions de façons d’habiter l’Amérique latine.

21Publications récentes sur l’Amérique latine :

22Bernard N., Bouvet Y., Desse R.-P. (2023). L’Argentine. Géographie d’un espace latino-américain. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 220 p.

23Bouvet Y. (2021). « Souverainetés et espaces maritimes, le rôle de la pêche en Atlantique sud-ouest ». Cahiers des Amériques latines, no 96, p. 195-220.

24Bouvet Y., Bernard N. (2021). « L’Argentine, une puissance maritime ? » In Pires Negrao M. (dir.), L’Amérique latine, Paris : Ellipses, p. 52-65.

25Bernard N., Bouvet Y. (2017). « De l’usage du tourisme comme outil d’intégration des marges, l’exemple de l’Argentine ». In Bernard N., Blondy C., Duhamel D., Tourisme et périphéries. Rennes : Presses universitaires de Rennes, p. 197-212.

Haut de page

Notes

1 D’après Compagnon O. (2013). L’adieu à l’Europe : l’Amérique latine et la Grande Guerre, Argentine et Brésil, 1914-1939. Paris : Fayard, 394 p.

2 D’après Le Tourneau F.-M. (2019). L’Amazonie : histoire, géographie, environnement. Paris : CNRS éditions, 524 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yvanne Bouvet, « L’Amérique latine »Mappemonde [En ligne], 137 | 2024, mis en ligne le 04 mars 2024, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/mappemonde/9186 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mappemonde.9186

Haut de page

Auteur

Yvanne Bouvet

Université de Brest, Centre de recherche bretonne et celtique — EA 4451/UMS 3554, Institut des Amériques — Brest, Université de Bretagne occidentale

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search