Navigation – Plan du site

AccueilNuméros137ArticlesGéopolitique de l’intégration rég...

Articles

Géopolitique de l’intégration régionale gazière en Europe centrale et orientale : l’impact du Nord Stream 2

Geopolitics of regional integration of gas grids in Central and Eastern Europe: the Nord Stream 2 impact
Geopolítica de la integración regional de las redes gasísticas en Europa Central y Oriental: el impacto de Nord Stream 2
Sami Ramdani

Résumés

Dépendante des importations de gaz russe, l’Union européenne tente de diversifier ses approvisionnements depuis la crise gazière russo-ukrainienne de 2009. En Europe centrale et orientale, cette politique se traduit par un processus d’intégration régionale des réseaux gaziers. Planifié depuis 2013, ce processus n’a pas connu le développement prévu à cause des divisions engendrées par le lancement du projet de gazoduc Nord Stream 2 porté par Gazprom et plusieurs entreprises énergétiques européennes. Ainsi la dimension externe de la politique énergétique des États membres a un impact sur la dimension interne de la politique énergétique européenne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En 2006 et 2009, des désaccords sur le prix du gaz opposant la Russie à l’Ukraine ont conduit l’entreprise d’État russe Gazprom à interrompre l’approvisionnement destiné à l’Ukraine. Cela a entraîné des ruptures d’approvisionnement dans certains pays d’Europe centrale et orientale membres de l’UE et dépendants du transit par l’Ukraine. Ces événements ont engendré une méfiance au sein de l’UE vis-à-vis du fournisseur russe (Richard, 2010), ce qui a amené au développement d’une politique européenne de diversification des approvisionnements gaziers (Ćwiek-Karpowicz et Kałan, 2013 ; Mišík, 2015 ; Slobodian, 2016 ; Kochanek, 2019). En Europe centrale et orientale, cette politique européenne se traduit par un processus d’intégration régionale des réseaux gaziers et le développement de terminaux de gaz naturel liquide (GNL) qui permettent de se fournir en gaz arrivant par bateaux auprès de nombreux producteurs mondiaux.

A. L’intégration régionale comme stratégie de diversification

2Nora Mareï et Yann Richard définissent l’intégration régionale comme « la création, l’accroissement et l’approfondissement d’interactions entre des unités territoriales initialement distinctes, mais contiguës » (Mareï et Richard, 2020). Dans une perspective plus sectorielle, Angélique Palle affirme qu’une « intégration régionale énergétique est déterminée par différents échelons d’intégration plus ou moins dépendants les uns des autres » (Palle, à paraître). Angélique Palle distingue 5 échelons :

  • Le premier échelon est technique. Il concerne le développement et la connexion des infrastructures de production et de transport (interopérabilité matérielle).

  • Le deuxième échelon est normatif. Il concerne les protocoles et processus d’utilisation des infrastructures définis par la régulation (interopérabilité fonctionnelle).

  • Le troisième échelon est économique. Il concerne le marché et les échanges commerciaux.

  • Le quatrième échelon est politique. Il concerne la gouvernance, l’encadrement, le financement des trois échelons précédents. À cet échelon se posent les problèmes de coordination politique.

  • Le cinquième échelon est celui des représentations géopolitiques des populations et des gouvernements. Cela renvoie notamment aux héritages historiques et culturels et aux relations de voisinage entre États qui ont un impact sur l’acceptabilité de certaines politiques (échelon 4).

3L’analyse du processus d’intégration régionale des réseaux gaziers d’Europe centrale et orientale que nous proposons concerne les échelons 1 et 4 définis par Angélique Palle. Il s’agit d’observer comment des rapports de force à l’échelon politique entre États membres (et les entreprises du secteur gazier qui y sont liées) ont entraîné une limitation de l’intégration à l’échelon technique.

4À l’échelon technique (échelon 1), l’intégration régionale des réseaux gaziers d’Europe centrale et orientale consiste en une connexion physique des réseaux gaziers nationaux en installant des interconnecteurs bidirectionnels qui sont des gazoducs transfrontaliers permettant techniquement de faire entrer et sortir du gaz des marchés concernés. Cette intégration physique passe par deux étapes. La première, rapide et peu onéreuse, a consisté à ajouter des stations de compression sur les gazoducs existants permettant ainsi de faire circuler le gaz de l’ouest vers l’est dans des infrastructures historiquement construites pour la fourniture de gaz russe avec un flux qui allait initialement de l’est vers l’ouest. Au cours de la crise de 2009, un flux bidirectionnel a été mis en place permettant au gaz d’aller de la République tchèque à la Slovaquie (Nosko et Mišík, 2017). Des capacités bidirectionnelles ont également été mises en place en octobre 2010, afin de permettre au gaz d’aller de l’Autriche à la Slovaquie. Ces aménagements ont été permis par les financements du fonds européen « European Economic Recovery Programme » (Ćwiek-Karpowicz et Kałan, 2013). La coordination politique (échelon 4) de la mise en place de ces capacités bidirectionnelles a été rendue possible par l’adoption du Règlement (UE) no 994/2010 du Parlement européen et du Conseil du 20 octobre 2010 concernant des mesures visant à garantir la sécurité de l’approvisionnement en gaz naturel.

5La deuxième étape est la construction de nouveaux interconnecteurs bidirectionnels ajoutant une dimension nord-sud au traditionnel flux est-ouest. Tels que prévus par les institutions européennes, ces interconnecteurs doivent relier les infrastructures GNL polonaises (Świnoujście) et lituaniennes (Klaipėda) aux infrastructures GNL croates (Krk) et grecques (Revithoussa, Alexandroupolis) en passant par la Tchéquie, la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie. Ces interconnecteurs bidirectionnels doivent également permettre la circulation du gaz norvégien acheminé jusqu’en Pologne par un gazoduc traversant le Danemark (Baltic Pipe) ainsi que la circulation du gaz de la Caspienne acheminé par une série de gazoducs qui relient le Caucase aux Balkans via la Turquie (le Corridor Sud). Ces interconnexions entre les pays d’Europe centrale et orientale complètent l’aménagement d’un flux est-ouest bidirectionnel avec l’aménagement d’un flux bidirectionnel entre le nord et le sud de la région. L’objectif est de faire circuler le gaz (de fournisseurs divers) en Europe centrale et orientale dans n’importe quelle direction en fonction des besoins, rompant la dépendance des marchés régionaux au fournisseur historique Gazprom et permettant de mettre en œuvre des mécanismes de solidarité entre États membres.

  • 1 La République tchèque, la Hongrie, la Slovaquie et la Pologne, en tant qu’États membres du groupe d (...)

6La coordination politique (échelon 4), en vue de développer cette nouvelle architecture gazière pour l’Europe centrale et orientale, a commencé en février 2010 lors du sommet de Budapest sur la sécurité énergétique organisé par le groupe de Višegrad+1 (Visegrad group 2010 ; Hebda 2021). Cette coordination politique a par la suite été institutionnalisée à l’échelle européenne par le Règlement (UE) no 347/2013 du Parlement européen et du Conseil du 17 avril 2013 concernant des orientations pour les infrastructures énergétiques transeuropéennes. Cette législation identifie quatre corridors gaziers prioritaires au sein desquels doivent être développées des infrastructures gazières mettant « fin à l’isolement énergétique des marchés européens du gaz » et améliorant « la sécurité de l’approvisionnement » (Commission, 2013a). Cet article a pour objet le projet d’« interconnexions Nord-Sud en Europe centrale et en Europe du Sud-Est », aussi plus communément appelé « Corridor Nord-Sud ». Il concerne treize pays : Allemagne, Autriche, Bulgarie, Croatie, Chypre, Grèce, Hongrie, Italie, Pologne, Roumanie, Slovaquie, Slovénie et Tchéquie. L’identification des corridors prioritaires permet aux infrastructures qui s’y inscrivent d’obtenir le statut de Projets d’Intérêt Commun européen (PIC) qui offre un accès à des procédures administratives accélérées et surtout aux financements européens provenant du fonds Connecting Europe Facility (CEF). La première liste de PIC publiée par la Commission européenne date de 2013. Elle est mise à jour tous les deux ans.

B. Du corridor commun aux projets nationaux individuels, géopolitique d’une intégration

7La première liste des PIC décrit le Corridor Nord-Sud comme un ensemble de « Projets permettant les flux bidirectionnels entre la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et la Hongrie et reliant les terminaux GNL de Pologne et de Croatie » (Commission, 2013b). L’usage européen du concept de « corridor » correspond à la définition qu’en donne Jean Debrie dans le Dictionnaire de la régionalisation du monde selon laquelle un corridor est un outil des politiques d’intégration régionale permettant de hiérarchiser, d’orienter et de programmer les financements nécessaires (Debrie, 2018). Évoquant le cas spécifique du Corridor Nord-Sud, Ewelina Kochanek a écrit que « cette forme d’organisation des investissements est d’une grande importance pour leur mise en œuvre physique. Tout d’abord, elle permet la mise en œuvre indépendante des différents éléments du corridor et rend les sources de financement plus dispersées, car les coûts des différents investissements sont divisés en de nombreuses entités différentes, ce qui les rend plus faciles à supporter » (Kochanek, 2019). La « mise en œuvre indépendante » des projets du Corridor Nord-Sud facilite certes le développement individuel de certains de ces projets, mais limite la possibilité d’un développement coordonné.

8Ainsi le Corridor Nord-Sud est un concept institutionnel pour décrire « l’action de l’Union européenne en Europe centrale et orientale pour construire les interconnexions entre les pays membres qui n’avaient pas leur interconnecteur » ; mais les projets d’infrastructures que ce concept recouvre sont des unités autonomes qui sont « la réponse de chaque pays en Europe centrale et orientale pour sécuriser l’approvisionnement de ce pays » (Kawnik, entretien, 2022). Cette idée est confirmée par Milan Sedláček, responsable des affaires européennes du gestionnaire de réseau de transport slovaque Eustream, selon qui ce qui est « important » du point de vue des États membres c’est « l’interconnecteur qui les relie à leurs voisins » (Sedláček, entretien, 2021). Ainsi, Milan Sedláček compare le Corridor Nord-Sud à un « puzzle ». Ce processus d’intégration régionale relève ainsi d’une géopolitique de l’aménagement d’un territoire (Subra, 2016) dont on cherche ici à identifier les enjeux.

9La réalisation de ce puzzle s’avère complexe dans une région « lourdement fragmentée […] avec tellement d’Histoire, de pays différents, de cultures différentes, de façons de penser, d’intérêts nationaux » (Sedláček, 2021). En dépit du besoin commun « de diversifier les voies d’approvisionnement en gaz et les fournisseurs », la littérature concernant le Corridor Nord-Sud a toujours relevé les importantes différences entre les pays de la région, notamment « en termes de niveau de libéralisation du marché, de progrès dans la construction d’infrastructures physiques et de priorités à court terme » (Ćwiek-Karpowicz et Kałan, 2013), comme peuvent l’être la conservation des recettes de transit ou encore le contrôle des prix du gaz pour les consommateurs individuels (Kochanek 2019). Dès 2013, un rapport sur l’impact géopolitique du Corridor Nord-Sud écrit par l’Institut polonais de relations internationales et financé par l’International Visegrad Fund s’interrogeait : les membres du groupe de Višegrad « sont-ils capables d’agir conjointement et collectivement pour faire aboutir l’idée du corridor ; quels sont les principaux obstacles intérieurs et extérieurs à la réalisation du corridor ? » (Ćwiek-Karpowicz et Kałan, 2013). Nous allons partiellement répondre à ces questions ici, tout en faisant écho aux propos de Wiktor Hebda qui appelait à une plus grande production d’analyses du Corridor Nord-Sud alors que les premiers effets de son aménagement apparaissent (Hebda, 2021). D’après Gilles Lepesant, « la recomposition des réseaux est de nature à modifier durablement la géographie économique et à valoriser ou à marginaliser les territoires concernés. » (Lepesant, 2011). Nous nous interrogerons ici sur le rôle des États membres de la région dans la nouvelle architecture gazière européenne.

10(1) Premièrement nous dresserons un état des lieux de l’aménagement du Corridor Nord-Sud. (2) Deuxièmement, nous analyserons les dynamiques géopolitiques qui ont conditionné le développement du Corridor Nord-Sud, avec deux études de cas concernant des projets d’interconnecteurs devant relier la Tchéquie (3) à la Pologne et (4) à la Slovaquie.

11L’analyse s’appuie sur une méthodologie qualitative d’analyse du discours des acteurs du secteur gazier concernés par ce projet de corridor (gestionnaires de réseaux, fournisseurs, distributeurs, régulateurs nationaux et européens). Ces discours ont été recueillis, d’une part, dans des textes officiels, des rapports techniques et commerciaux disponibles et, d’autre part, lors de deux séjours de recherche sur le terrain, l’un effectué de mai à novembre 2019 (observation participante en tant que doctorant invité au centre d’excellence de l’OTAN pour la sécurité énergétique à Vilnius), l’autre de septembre 2021 à mai 2022 auprès des acteurs de l’industrie du gaz. Pour cette série d’entretiens menés sur place et à distance, nous avons interrogé un ancien représentant de la Commission européenne, un diplomate de la représentation permanente polonaise à Bruxelles, des représentants des gestionnaires de réseaux de transport hongrois et slovaque, deux consultants spécialistes tchèques de l’énergie, un ancien ministre de l’industrie et du commerce tchèque, l’actuel ambassadeur pour la sécurité énergétique tchèque, un universitaire tchèque et un représentant de l’autorité de régulation autrichienne. En nous rendant à Prague, Brno, Bratislava et Vienne, nous avons voulu inscrire nos travaux dans la continuité de ceux de Matúš Mišík sur la “perspective des petits États membres” dans la géopolitique énergétique de l’UE (Mišík, 2019). Selon la formule de Gilles Lepesant : « À l’ouest du continent européen, l’idée d’une Europe centrale homogène subsiste dans les esprits. En revanche, pour les nations situées entre Russie et Europe occidentale, l’idée d’amalgamer les pays de la région dans le discours ambiant (« les pays de l’Est ») […] relève de l’incongruité. » (Lepesant, 2011). Cette idée d’homogénéité est particulièrement vraie concernant les représentations que les commentateurs occidentaux peuvent avoir du positionnement des États de la région vis-à-vis du Nord Stream 2. C’est avec l’envie de mettre en relief les divergences d’intérêts économiques, la conflictualité des situations géopolitiques et les nuances de positionnements politiques qui tiraillent les États de la région que nous avons écrit cet article.

1. L’idée du Corridor Nord-Sud a-t-elle abouti ?

12Le Règlement (UE) no 347/2013 identifiant les corridors prioritaires et instituant les PIC prévoyait la réalisation des projets d’infrastructures grâce à un budget couvrant la période 2014-2020. Afin de constater le degré d’aboutissement du Corridor Nord-Sud, aujourd’hui en 2022, nous prenons comme référence le tracé de la représentation cartographique simplifiée que propose une des premières publications à son sujet, c’est-à-dire le rapport de 2013 de l’Institut polonais de relations internationales (Ćwiek-Karpowicz et Kałan, 2013), et nous le comparons avec le tracé de ce qui a été réalisé (figure 1).

Figure 1. Une décennie de développement du Corridor Nord-Sud

Figure 1. Une décennie de développement du Corridor Nord-Sud

Sources : Ćwiek-Karpowicz, Kałan 2013 ; recherches de l’auteur.

13Pour rappel, en 2013, la première liste des PIC décrivait le Corridor Nord-Sud comme un ensemble de « Projets permettant les flux bidirectionnels entre la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et la Hongrie et reliant les terminaux GNL de Pologne et de Croatie » (Commission, 2013b). En 2022, les terminaux GNL de Pologne et de Croatie sont bien reliés. L’interconnecteur Hongrie-Slovaquie est opérationnel depuis 2015, l’interconnecteur Croatie-Hongrie est bidirectionnel depuis 2020 et la construction de l’interconnecteur Pologne-Slovaquie s’achève en 2022. Toutefois, les liens entre les terminaux GNL polonais et croate ne passent pas par la Tchéquie, contrairement à ce qui était prévu. Le Corridor Nord-Sud imaginé en 2013 devait, en Pologne, se diviser vers le sud en deux branches, l’une traversant la Slovaquie puis la Hongrie et aboutissant en Croatie, l’autre traversant la Tchéquie et l’Autriche avant de rejoindre la première branche en Hongrie. La première branche a bien été construite, mais les interconnecteurs Pologne-Tchéquie et Tchéquie-Autriche eux ne l’ont pas été (figure 1).

14En 2020, le gestionnaire de réseau de transport tchèque, Net4Gas, a annoncé qu’il était contraint de « réduire et retarder » ses projets d’interconnexions avec la Pologne et l’Autriche (Reuters, 2020). La raison invoquée par l’entreprise est l’exclusion de ces deux interconnecteurs de la quatrième liste des PIC qui cause la perte de l’accès aux financements européens du CEF. Après sa publication dans la presse, l’information fut relayée dans la littérature scientifique par Wiktor Hebda qui juge que, puisque ces projets ne figurent plus sur la liste de PIC, « ils pourraient ne pas être réalisés dans un avenir proche » (Hebda, 2021). Wiktor Hebda constate que « ce qui a mis le projet de corridor gazier en suspens, ce sont les investissements retardés ou gelés en République tchèque », mais il n’analyse pas les raisons du blocage de ces investissements. Comprendre pourquoi le Corridor Nord-Sud n’a pas abouti comme prévu et identifier les obstacles à l’intégration physique des réseaux gaziers régionaux reste donc un enjeu scientifique important.

2. Pourquoi le Corridor n’a-t-il pas été aménagé comme prévu ?

15Dans un article de 2015 analysant les stratégies énergétiques de la Pologne, de la Slovaquie et de la Tchéquie, Matúš Mišík constate que bien qu’ayant le même fournisseur principal pour les mêmes raisons (période soviétique) ces trois pays adoptent des attitudes différentes vis-à-vis de celui-ci. Matúš Mišík affirme alors que les relations extérieures des États membres dans le domaine de l’énergie se caractérisent par une approche nationale qui entre parfois en contradiction avec la position de la Commission européenne et d’autres États membres. Poursuivant sa réflexion dans un livre de 2019 analysant les stratégies énergétiques de l’Autriche, de la Slovaquie et de la Tchéquie, Matúš Mišík constate que « la manière d’aborder les relations avec les pays fournisseurs divise les États membres » ; mais il ajoute que « ces acteurs sont plus ou moins unis dans leur position sur la poursuite du développement d’outils au sein du marché intérieur de l’énergie de l’UE, visant à améliorer la sécurité énergétique (par exemple, la diversification, la construction de nouveaux interconnecteurs, les règles de libéralisation) » (Mišík, 2019).

16Cette dernière affirmation est, selon nous, contredite par le fait que le Corridor Nord-Sud ne s’est pas développé comme prévu. Notre hypothèse à propos de la non-construction des interconnecteurs Pologne-Tchéquie et Tchéquie-Autriche est que la division des États membres concernant la dimension externe de leurs politiques gazières, c’est-à-dire « la manière d’aborder les relations avec les pays fournisseurs », a eu des effets sur la dimension interne de leurs politiques gazières, ici la stratégie de diversification et de construction de nouveaux interconnecteurs.

  • 2 Ces acteurs sont des « experts » et des cadres des entreprises gazières de la région de Višegrad. L (...)

17Cette pluralité d’approches quant à la diversification des voies d’approvisionnement et des fournisseurs a été mise en exergue par une enquête réalisée en 2016 auprès d’acteurs du secteur issus des pays de Višegrad2 (Slobodian, 2016). Cette enquête, a été réalisée dans le cadre d’un rapport produit par le think tank polonais National Center for Strategic Studies et financé par l’International Visegrad Fund. Les auteurs de ce rapport ont demandé aux participants de classer les sources d’approvisionnement les plus importantes pour la diversification d’approvisionnement des pays du groupe de Višegrad. L’accès au GNL polonais arrive en tête avec 31 % des voix, ensuite le Corridor Sud à 24 %, puis l’accès accru aux hubs de l’ouest à 21 % (c’est-à-dire une augmentation du flux ouest>est), et enfin l’accès au GNL croate à 14 %. La majorité des répondants polonais et slovaques a opté pour l’accès au GNL polonais, la majorité des répondants tchèques désirent un accès accru aux hubs de l’ouest et la majorité des répondants hongrois préfèrent l’accès au GNL croate. La construction d’interconnecteurs étant un outil de la diversification, il est logique que des conceptions différentes de la diversification et des situations géographiques hétérogènes causent des divergences dans le processus de développement des interconnecteurs. Ainsi notre hypothèse concernant la non-construction des interconnecteurs Pologne-Tchéquie et Tchéquie-Autriche est que la divergence des relations que les États membres entretiennent avec le fournisseur russe engendre des approches différentes de la diversification, ce qui a un impact sur l’intégration physique.

  • 3 Les acteurs concernés par ces consultations publiques sont : les représentants des États membres, l (...)

18Notre hypothèse se fonde sur trois sources. La première est un article d’Euractiv de septembre 2016 qui donne des pistes pour expliquer la non-construction de l’interconnecteur Pologne-Tchéquie (Denková, 2016). La deuxième, qui propose des pistes pour expliquer la non-construction de l’interconnecteur Tchéquie-Autriche, est un document que la Commission européenne a publié à côté de la quatrième liste des PIC, qui résume la consultation publique3 menée au cours de l’élaboration de cette liste (Commission, 2019a). L’objectif de cette consultation était de recueillir l’avis des acteurs sur la compatibilité des projets de la liste avec les critères spécifiques définis par l’article 4 paragraphe 2 du Règlement (UE) no 347/2013. Les projets doivent contribuer à l’intégration du marché, à la sécurité d’approvisionnement, à la concurrence et à la durabilité. La troisième source est le compte-rendu d’un workshop, organisé le 14 septembre à Budapest, qui a réuni des représentants des Ministères des Affaires étrangères et des Ministères de l’Énergie des pays du groupe de Višegrad, ainsi que des membres de quatre think tanks issus de chaque pays du groupe de Višegrad (Diallo et al., 2018). Ce workshop était organisé dans le cadre du projet de recherche « ‘Beyond gas’ – energy security issues in the V4 after 2020 », financé par l’International Visegrad Fund et réalisé entre juin et octobre 2018 par le think tank hongrois spécialisé dans les questions énergétiques (REKK), avec la participation de trois think tanks de relations internationales : le slovaque SFPA, le tchèque AMO et le polonais Institute Jagiellonski.

19L’article d’Euractiv explique qu’en 2016 « le gouvernement tchèque a reçu des informations indiquant que son homologue polonais souhaitait imposer un moratoire de trois ans sur le projet » d’interconnecteur Pologne-Tchéquie, également dénommé Stork 2. D’après les sources d’Euractiv, les réticences polonaises quant au développement de Stork 2 étaient liées au développement du projet Nord Stream 2 auquel le gouvernement polonais est vivement opposé. Le Nord Stream 2 est un projet de gazoduc, principalement porté par Gazprom (et soutenu financièrement par cinq grandes entreprises de l’Europe de l’Ouest), reliant directement la Russie à l’Allemagne via la mer Baltique. Son lancement a été suspendu en raison de l’invasion russe de l’Ukraine en février 2022. Le gaz russe du tronçon Nord Stream 1 déjà en service peut, et celui de Nord Stream 2 aurait pu, atteindre les marchés d’Europe centrale et orientale en transitant par les gazoducs OPAL et EUGAL qui lient la côte allemande de la Baltique à la Tchéquie (figure 2).

Figure 2. Nouvelle architecture des approvisionnements gaziers d’Europe centrale et orientale

Figure 2. Nouvelle architecture des approvisionnements gaziers d’Europe centrale et orientale

Sources : Ćwiek-Karpowicz et Kałan, 2013 ; recherches de l’auteur.

  • 4 5 milliards de mètres cubes/an, sa capacité devrait atteindre 8,3 MMC en 2023.

20Euractiv note que la concrétisation simultanée de Nord Stream 2 et de Stork 2 « ouvrirait un nouvel accès au gaz russe pour la Pologne » et explicite les réticences polonaises en affirmant que « l’arrivée de gaz peu cher en Europe centrale pourrait damer le pion à certains projets sur lesquels la Pologne a misé ». Autrement dit, la compétitivité du gaz russe provenant d’Allemagne pourrait limiter l’usage et donc la rentabilisation du terminal GNL de Świnoujście4 et du projet de gazoduc Baltic Pipe développés à grands frais par l’État polonais et ses entreprises gazières. Après avoir été informé des doutes du gouvernement polonais, le gouvernement tchèque aurait fourni un effort diplomatique aboutissant en septembre 2016 à la signature d’un mémorandum par le Premier ministre tchèque, Bohuslav Sobotka, et son homologue polonaise, Beata Szydło. Selon František Kotrba, porte-parole du ministère de l’Industrie et du Commerce tchèque, ce mémorandum non contraignant visait à signaler que les deux parties souhaitaient achever l’interconnecteur avant 2020 (Radio Prague International, 2016), ne s’éloignant pas de la date initialement prévue de 2019. Konrad Szymański, secrétaire d’État aux Affaires européennes polonais, estimait alors mettre « un terme aux spéculations sur nos problèmes de coopération ». Pourtant, en 2018 à Budapest, des problèmes dans la coopération avec la Pologne se font à nouveau sentir lors du workshop dédié au projet de recherche « ‘Beyond gas’ – energy security issues in the V4 after 2020 ». D’après le compte-rendu de ce workshop, « des tensions entre les parties hôtes » sont apparues « car le projet est hautement prioritaire pour une partie et moins prioritaire pour l’autre » (Diallo et al., 2018). Aujourd’hui en 2022, l’absence de Stork 2 laisse toujours la place aux spéculations.

21Le document résumant la consultation publique menée au cours de l’élaboration de la quatrième liste des PIC (Commission, 2019a) ne contient aucun avis négatif sur le Stork 2 qui justifierait son exclusion des PIC. Les contributions reçues à propos de l’interconnecteur Pologne-Tchéquie affirment l’adéquation de ce projet avec les critères posés par le Règlement (UE) no 347/2013. En revanche, pour ce qui est du BACI, le document fait bien état d’opinions négatives. Selon les contributeurs, « l’utilisation potentielle de cette infrastructure dans le but de fournir du gaz russe à la région d’Europe centrale et orientale rend ce projet incompatible avec les exigences du label PIC. En termes de sécurité d’approvisionnement, cela renforcera encore la dépendance de la région d’Europe centrale et orientale vis-à-vis des approvisionnements de Gazprom. Cela renforcera en outre la position de Gazprom sur le marché et compromettra les efforts de diversification des États membres de cette région ». L’opinion ici exprimée pourrait émaner de nombreux acteurs de l’UE qui ont une image négative de Gazprom en tant que fournisseur (échelon 5). Toutefois, la seconde partie des critiques formulées contre le BACI nous fournit des indications plus précises sur l’origine de l’opposition à ce projet : selon les contributeurs, « il n’y a pas de déficit d’infrastructure identifié entre la République tchèque et l’Autriche. Le projet candidat BACI ne deviendrait qu’une infrastructure parallèle à l’infrastructure existante et court-circuiterait la route de transmission slovaque actuellement utilisée, au profit des flux de transmission russes via une route nord. Selon les contributeurs, la Slovaquie fournit actuellement une partie de sa capacité de transmission à la Tchéquie et à l’Autriche. Cette solution s’est avérée économiquement efficace pour la demande réelle du marché, qui ne représente qu’environ 2 % de la capacité prévue du projet candidat BACI ». Comme pour Stork 2, les réticences vis-à-vis du BACI sont relatives à la synergie potentielle de cet interconnecteur avec les gazoducs Nord Stream de Gazprom, mais dans ce cas elles semblent provenir de Slovaquie. D’ailleurs, l’opposition des autorités slovaques s’est exprimée lors du workshop de 2018 à Budapest, face à des représentants tchèques soutenant le projet (Diallo et al., 2018).

22Les trois sources citées ci-dessus permettent de supposer que les interconnecteurs Pologne-Tchéquie et Tchéquie-Autriche n’ont pas été construits à cause de l’opposition des autorités polonaises au premier et des autorités slovaques au second. Ces sources évoquent une crainte à propos des flux fournis par les deux gazoducs Nord Stream, mais ne donnent pas davantage d’information sur le sujet. Ces sources ne permettent pas d’identifier clairement les causes du retrait de Stork 2 et du BACI de la liste des PIC et donc leur non-construction. Afin de confirmer les causes des oppositions aux Stork 2 et au BACI (ce qui confirmerait notre hypothèse), nous avons réalisé des entretiens pour documenter nos études de cas. Notre analyse s’appuie principalement sur les entretiens avec Milan Sedláček, responsable des affaires européennes du gestionnaire de réseau de transport slovaque Eustream (8 décembre 2021) et avec Mariusz Kawnik, Attaché à l’énergie de la représentation permanente de la République de Pologne à Bruxelles (12 janvier 2022).

3. Le cas du Stork 2

23Le projet Stork 2 a une capacité de 7 milliards de mètres cubes (MMC) de la Tchéquie vers la Pologne et de 5 MMC de la Pologne vers la Tchéquie. L’entrave de Stork 2 par l’État polonais constitue une orientation stratégique de la régionalisation de son réseau gazier dans le cadre de l’intégration régionale physique des réseaux d’Europe centrale et orientale. Par régionalisation du réseau, nous entendons la connexion croissante du réseau national aux réseaux frontaliers (Mareï et Richard, 2018). Lors de notre entretien, afin de nous expliquer la non-construction de Stork 2, Mariusz Kawnik, attaché à l’énergie de la Représentation permanente polonaise à Bruxelles, commença par dire que du point de vue polonais il fallait faire un choix entre le développement de la branche du Corridor partant vers la Tchéquie et le développement de celle partant vers la Slovaquie. Selon lui, la nécessité de choisir entre l’interconnecteur Pologne-Tchéquie et l’interconnecteur Pologne-Slovaquie était due à des contraintes budgétaires en Pologne.

24Mariusz Kawnik justifia ensuite la préférence accordée à l’interconnecteur Pologne-Slovaquie par les autorités polonaises en s’appuyant sur trois éléments : la compétitivité des différentes sources d’approvisionnement pour la Pologne, la sécurité d’approvisionnement régionale et enfin les possibilités d’échanges régionaux.

La compétitivité des différentes sources d’approvisionnement

25Pour rappel, en 2016, Euractiv expliquait que « l’arrivée de gaz peu cher en Europe centrale pourrait damer le pion à certains projets sur lesquels la Pologne a misé ». La crainte polonaise à propos de la compétitivité du gaz du Nord Stream 2 est confirmée et explicitée par Mariusz Kawnik. Le 23 mai 2019, un amendement de la « directive gaz » européenne étendant les normes européennes aux gazoducs provenant de pays tiers fut adopté. Cet amendement, ciblant particulièrement Nord Stream 2, impose la transparence des tarifs d’usage de l’infrastructure et le contrôle de ces tarifs par le régulateur national concerné, dans le cas du Nord Stream 2 le régulateur allemand (Yafimava, 2019). D’après Mariusz Kawnik, Nord Stream 2 AG, l’entreprise éponyme qui porte le projet, conteste l’application des normes européennes à son infrastructure (CJUE, 2021), afin de conserver la maîtrise des tarifs. Toujours selon Mariusz Kawnik, la maîtrise de tarifs de transport du gaz permettrait à Gazprom, propriétaire à 100 % de Nord Stream 2 AG, de proposer aux acheteurs européens le gaz qui passerait par le Nord Stream 2 à des prix artificiellement bas. Sans contrôle ni transparence des tarifs pratiqués par Nord Stream 2 AG, Gazprom serait capable, en jouant sur les coûts du transport, de proposer des prix très compétitifs à certains acteurs en échange de concessions politiques, par exemple.

26La crainte polonaise de voir la Tchéquie devenir la porte d’entrée d’un flux massif de gaz russe extrêmement compétitif aurait été aggravée par une décision des autorités tchèques selon Mariusz Kawnik. Selon lui, entre 2016 et 2017, « la République tchèque a décidé de réduire les prix de transmission du gaz par » son territoire « du jour au lendemain » et « très significativement ». D’après Mariusz Kawnik, il n’y a pas eu d’information communiquée publiquement justifiant cette décision. Il affirme que la décision tchèque est relative à un accord conclu avec les parties russes et allemandes, selon lequel le gaz du Nord Stream 2 passerait par la Tchéquie pour aller en Slovaquie et atteindre l’Autriche et la Hongrie. Mariusz Kawnik nous a expliqué qu’en réaction à la décision tchèque, l’État polonais s’est opposé au Stork 2 ce qui crée une barrière physique et une barrière non physique à l’entrée du gaz du Nord Stream 2 sur son marché national. D’une part, l’État polonais limite ainsi les capacités techniques dont le gaz du Nord Stream 2 pourrait profiter pour pénétrer le marché polonais ; d’autre part, ce gaz est rendu moins compétitif sur ce marché, car il doit parcourir plus de kilomètres pour l’atteindre. La volonté de diminuer la compétitivité du gaz du Nord Stream 2 sur le marché polonais vis-à-vis du gaz venu d’ailleurs, au bénéfice des infrastructures de diversification polonaises, est clairement assumée. Mariusz Kawnik en est convaincu, si les normes européennes s’appliquaient de la même manière au Nord Stream 2 qu’au Baltic Pipe, sur le marché polonais « le gaz de Norvège sera[it] moins cher que le gaz de Russie ». Les dirigeants politiques polonais perçoivent l’approvisionnement en gaz russe comme une source d’insécurité en y voyant un outil d’influence politique de l’État russe (Szulecki, 2020 ; Kawnik, 2022). De ce point de vue, un gain de compétitivité du gaz russe (potentiellement artificiel qui plus est) ne le rend que plus dangereux en facilitant sa pénétration sur le marché polonais.

27En favorisant ses infrastructures de diversification, l’État polonais ne privilégie pas seulement les fournisseurs extérieurs non russes, il valorise les ressources de son entreprise PGNiG. En effet, la Pologne est extrêmement dépendante du charbon pour sa production d’électricité et sa stratégie de transition énergétique consiste à remplacer ce charbon par du gaz naturel. Or si la Pologne possède de grandes réserves de charbon, la production locale de gaz naturel se limite à 4-5 MMC/an ce qui accroît la nécessité d’importer. Ainsi, pour limiter la perte de souveraineté (Borchardt, 2021) que causerait le passage d’une ressource endogène, le charbon, à une ressource exogène, le gaz, PGNiG a acquis des licences lui permettant de produire 2,5 MMC sur le plateau continental norvégien. Elles serviront à alimenter le Baltic Pipe. L’entreprise d’État polonaise espère pouvoir ainsi produire en Norvège 4 MMC d’ici 2027. Le Baltic Pipe permettra à la Pologne d’importer en partie des ressources qu’elle produit elle-même via PGNiG.

La sécurité d’approvisionnement régionale

28Les considérations sécuritaires des autorités polonaises relatives à l’approvisionnement en gaz russe se réfèrent aussi à la dimension régionale. Les kilomètres ajoutés au gaz du Nord Stream 2, à cause de la non-construction de Stork 2, pour atteindre le marché polonais diminuent la compétitivité de ce gaz sur ce marché et contribuent à préserver la position de la Slovaquie en tant que voie transit européenne. En effet, le Nord Stream 2, en menaçant le futur transit est>ouest passant par l’Ukraine, représente également une menace pour la Slovaquie qui se situe dans le prolongement de l’axe principal du transit ukrainien (figure 2). En se substituant au transit ukrainien, Nord Stream 2 inverserait en quelque sorte l’ordre d’arrivée des pays approvisionnés par Gazprom. Ainsi, avec Nord Stream 2 la Slovaquie pourrait définitivement perdre son statut de porte d’entrée du gaz russe dans l’UE pour devenir le dernier maillon de la chaîne d’approvisionnement.

29Le soutien à la Slovaquie explique l’opposition des autorités polonaises à Stork 2 selon Mariusz Kawnik qui en fait le second argument justifiant l’arbitrage des dirigeants polonais entre les possibilités de s’interconnecter avec la Slovaquie ou la Tchéquie. En refusant de construire Stork 2, la Pologne se place volontairement derrière la Slovaquie sur la route ouest>est du gaz russe provenant d’Allemagne à destination de l’Europe centrale et orientale et favorise ainsi les mécanismes de solidarité qu’il faudrait mettre en place entre la Tchéquie et la Slovaquie en cas de crise d’approvisionnement comme ce fut le cas en 2009.

Les possibilités d’échanges régionaux

30Le terminal GNL de Świnoujście et le Baltic Pipe forment la « Northern Gate », en français la « porte nord », du Corridor Nord-Sud (Gaz-System, 2018). L’interconnecteur Pologne-Slovaquie, d’une capacité de 5,7 MMC en direction de la Pologne et 4,7 MMC en direction de la Slovaquie, doit permettre la transmission des volumes importés en Pologne vers les autres marchés d’Europe centrale et orientale. D’après Klaus-Dieter Borchardt, ancien directeur du marché intérieur de l’énergie (2013-2018) et directeur général adjoint de l’énergie (2019-2020) à la Direction générale de l’énergie de la Commission européenne, le développement de l’interconnecteur Pologne-Slovaquie fut soutenu au niveau européen « en lien avec le Baltic Pipe » (entretien réalisé le 2 novembre 2021).

31Mariusz Kawnik nous a expliqué que la troisième raison de donner la priorité au développement de l’interconnecteur Pologne-Slovaquie sur celui de Stork 2 est que l’approfondissement de l’intégration physique des réseaux polonais et slovaque signifie également un approfondissement de l’intégration physique des réseaux polonais et ukrainiens. L’Attaché à l’énergie de la Représentation permanente polonaise à Bruxelles nous a rappelé que l’interconnexion d’Hermanowice ne permet d’acheminer que 1,5 MMC/an de la Pologne vers l’Ukraine. En s’interconnectant au réseau slovaque, le réseau gazier polonais accède aux énormes capacités de transmission du réseau historique reliant l’Ukraine et la Slovaquie ce qui permet à la Pologne « d’obtenir du gaz par l’Ukraine et la Slovaquie », mais aussi « d’exporter du gaz de la Pologne vers la Slovaquie et l’Ukraine s’il y a une crise ou quelque chose d’autre » (Kawnik, 2022). Ces échanges régionaux potentiels sont bien plus intéressants aux yeux des dirigeants polonais que ceux que permet d’envisager Stork 2.

32Mariusz Kawnik insiste sur le rôle sécuritaire que la Northern Gate pourrait jouer en faveur de l’Ukraine si ce pays venait à connaître une crise d’approvisionnement. Cependant, la perspective régionale des infrastructures de diversification polonaises est aussi synonyme d’opportunités commerciales. L’approfondissement de l’intégration physique des réseaux polonais et ukrainien crée un potentiel de synergie important au troisième échelon des strates de l’intégration régionale énergétique, celui des échanges commerciaux. En effet, une synergie prometteuse est envisageable entre les capacités d’importations polonaises et les grandes capacités de stockage ukrainiennes. Avec 31 MMC de capacités de stockage, l’Ukraine détient les troisièmes plus grandes capacités du monde derrière les États-Unis et la Russie. Du GNL bon marché pourrait être importé en Pologne pendant l’été (période où la demande est basse et les des tarifs plus bas), afin d’être accumulé dans les sites de stockage ukrainiens, avant d’être écoulé sur les marchés de l’UE lors des périodes de forte demande hivernale, atténuant ainsi l’augmentation des tarifs pour les consommateurs européens.

33Mariusz Kawnik considère qu’une telle dynamique commerciale est peu probable. D’après lui, les perspectives de croissances de la demande polonaise en gaz (figure 3) et la décision de ne pas renouveler le contrat d’approvisionnement PGNiG-Gazprom font que, même en utilisant les infrastructures de diversification polonaises au maximum de leurs capacités, il n’y aurait « pas la marge pour exporter ».

Figure 3. Estimations standard et haute de l’évolution de la demande polonaise en gaz de 2021 à 2043

Figure 3. Estimations standard et haute de l’évolution de la demande polonaise en gaz de 2021 à 2043

Source : Gaz-System, 2021

34Cette déclaration du représentant polonais contredit la stratégie énergétique polonaise officielle selon laquelle il est d’une « grande importance, pour le fonctionnement du marché domestique du gaz naturel, de créer les conditions permettant d’établir en Pologne un centre régional de transport et de commercialisation du gaz naturel pour les pays d’Europe centrale et orientale et les États baltes ». (Polish Ministry of Climate and Environment, 2021). Par l’acheminement de gaz vers les pays voisins, la stratégie polonaise vise à baisser les charges liées au transport du gaz portées par les consommateurs finaux polonais.

35L’utilisation de la Northern Gate pour satisfaire exclusivement les besoins polonais, sauf en cas de crise, telle que décrite par Mariusz Kawnik, ne permettrait pas à ces infrastructures de bénéficier au reste du Corridor Nord-Sud alors que c’est au titre de leur dimension régionale qu’elles ont été financées par les fonds européens. Le site internet de Gaz-System affirme que « Le statut de PIC accordé aux projets de GAZ-SYSTEM confirme qu’ils sont d’une importance clé pour augmenter la sécurité et le degré de diversification de l’approvisionnement en gaz naturel, et pour construire un marché intégré et compétitif du gaz naturel en Europe centrale et dans la région baltique » (Gaz-System 2020). Quoi qu’il en soit, que les motivations soient sécuritaires ou commerciales, les possibilités d’échanges régionaux offertes par l’interconnecteur Pologne-Slovaquie correspondent aux objectifs des dirigeants polonais, contrairement à Stork 2. Les dirigeants polonais souhaitent un approfondissement de l’intégration physique des réseaux polonais et ukrainiens via la Slovaquie et pas un approfondissement de l’intégration physique des réseaux polonais et allemands via la Tchéquie (figure 4).

Figure 4. Déviation du potentiel flux du Nord Stream 2 obtenue par l’État polonais

Figure 4. Déviation du potentiel flux du Nord Stream 2 obtenue par l’État polonais

Sources : Ćwiek-Karpowicz, Kałan 2013 ; recherches de l’auteur.

36Ainsi, l’État polonais a orienté stratégiquement la régionalisation de son réseau gazier afin de 1) limiter la pénétration de gaz russe sur le marché national, 2) de préserver le rôle de pays de transit de la Slovaquie 3) et de renforcer sa collaboration avec l’Ukraine.

4. Le cas du BACI

37Dans le prolongement de Stork 2, la construction d’un interconnecteur Tchéquie-Autriche appelé BACI était envisagée lors de la conception du Corridor Nord-Sud. Cette infrastructure d’une capacité de 6,5 MMC aurait permis d’intégrer physiquement dans le Corridor Nord-Sud le principal point d’échange de gaz naturel d’Europe centrale et orientale : le Central European Gas Hub (CEGH) situé à Baumgarten en Autriche (figure 2). Intégrer le CEGH au Corridor Nord-Sud via le BACI est utile à deux titres (Ćwiek-Karpowicz et Kałan, 2013) :

  • fournir de l’offre supplémentaire au CEGH en lui offrant un accès au gaz provenant de Pologne ;

  • fournir de la demande aux interconnecteurs du Corridor Nord-Sud en connectant celui-ci directement aux importants volumes échangés sur le CEGH.

38À la Tchéquie, le BACI aurait donné accès, en plus de la connexion directe avec le CEGH, aux infrastructures de diversification du sud du Corridor Nord-Sud (Tarnawski, 2015). Toutefois, le BACI aurait favorisé la course du gaz du Nord Stream 2 vers le CEGH et, plus en aval, vers les marchés du sud de l’UE, notamment l’Italie qui est un client important de Gazprom (figure 5). À l’heure actuelle, la seule route permettant au gaz russe en provenance d’Allemagne d’atteindre Baumgarten passe par la Tchéquie et la Slovaquie. Ainsi, pour le gaz des Nord Stream, le BACI est un raccourci vers le CEGH permettant d’éviter la Slovaquie. Nous l’avons déjà dit plus haut, le Nord Stream 2, en menaçant le futur du transit est>ouest passant par l’Ukraine, représente une menace pour le transit via la Slovaquie qui se situe dans le prolongement de l’axe principal du transit ukrainien. Le BACI aurait ainsi accentué la diminution potentielle du transit via la Slovaquie en privant ce pays des volumes du transit ouest>est qu’il aurait pu capter.

39De ce fait, « la Slovaquie est extrêmement critique à l’égard du projet BACI », nous a dit Milan Sedláček. Si Mariusz Kawnik pointait les choix des autorités tchèques pour justifier l’opposition polonaise au Stork 2, les critiques de Milan Sedláček concernant le BACI s’adressent plutôt aux industriels autrichiens : « Les collègues autrichiens le promeuvent, mais il n’est pas nécessaire pour l’intégration du marché [européen], c’est un non-sens. C’est un non-sens parce que […] la République tchèque et l’Autriche sont très bien connectées à travers la Slovaquie grâce à l’énorme système de transit où nous avons suffisamment de capacités vides pour eux. Donc ils cachent le fait que le but principal de ce gazoduc est de permettre aux Russes de gagner de l’argent en contournant la Slovaquie dans le transit du gaz, disons-le ouvertement. […] S’ils construisent ce gazoduc, la seule personne qui en bénéficiera sera le russe Gazprom, car ils n’auront pas besoin de payer la Slovaquie pour le transit du gaz » (Sedláček, 2021). Les capacités de transport slovaques reliant la Tchéquie et l’Autriche seraient d’autant plus disponibles que le Nord Stream 2 contribuerait à les vider. Milan Sedláček nous a confirmé que sa position a été défendue par Eustream lors de l’élaboration de la liste des PIC, comme le laissait supposer le document résumant la consultation publique menée au cours de l’élaboration de la quatrième liste (Commission, 2019a). Eustream s’est activement assurée de capter la plus grande part possible de ces volumes en obtenant la suppression du BACI de la quatrième liste des PIC (figure 5).

Figure 5. Déviation du potentiel flux du Nord Stream 2 obtenue par Eustream

Figure 5. Déviation du potentiel flux du Nord Stream 2 obtenue par Eustream

Sources : Ćwiek-Karpowicz, Kałan 2013, recherches de l’auteur.

40Nous avons vu que la politique énergétique polonaise vise à limiter le plus possible l’entrée du gaz russe sur le territoire national afin de l’éliminer du marché polonais. La stratégie gazière slovaque, à l’inverse, vise à maximiser l’entrée du gaz russe sur le territoire national, car la priorité politique des dirigeants du pays est de préserver son rôle de voie de transit (Yakovenko et Mišík, 2020). Si les stratégies économiques polonaise et slovaque ne sont pas les mêmes, le discours des dirigeants des deux pays sur les conséquences politiques régionales du Nord Stream 2 converge. Milan Sedláček nous a dit : « D’un point de vue strictement économique, la Slovaquie ne perdra plus d’argent. Ce qui est une bonne chose. Ce qui est mauvais, c’est que la région risque de souffrir d’un point de vue politique et sécuritaire ». Il étaye sa déclaration en expliquant qu’une éventuelle suppression du transit ukrainien du fait du Nord Stream 2 déstabiliserait tellement l’Ukraine « politiquement, économiquement, stratégiquement » que cela provoquerait une instabilité stratégique dans les pays frontaliers dont la Slovaquie fait partie.

41Enfin Milan Sedláček a résumé la stratégie slovaque et les raisons ayant poussé Eustream à entraver le BACI : « Donc, pour nous, la solution gagnant-gagnant est un mix de Nord Stream 2 avec une quantité raisonnable de transit russe à travers l’Ukraine ». Alors que l’architecture gazière d’Europe centrale et orientale connaît de profondes évolutions entraînées par le développement des projets russes et européens, la Slovaquie pourrait conserver son rôle de porte d’entrée vers le CEGH, principal point d’échange de la région. La suppression du BACI fait de la Slovaquie la seule voie possible pour le gaz du Nord Stream 2 vers Baumgarten en Autriche ; de plus, la suppression de Stork 2 en fait la seule voie vers Baumgarten pour le gaz provenant des infrastructures de diversification polonaises (terminal GNL de Świnoujście et Baltic Pipe).

Conclusion

42En 2013, le rapport de l’Institut polonais de relations internationales (Ćwiek-Karpowicz et Kałan, 2013) demandait si les membres du groupe de Višegrad allaient être « capables d’agir conjointement et collectivement pour faire aboutir l’idée du corridor ». La non-construction du Stork 2 et du BACI montre que cette capacité est limitée. Ce même rapport demandait : « quels sont les principaux obstacles intérieurs et extérieurs à la réalisation du corridor ? » Notre hypothèse concernant l’obstacle principal était que la divergence des relations que les États membres entretiennent avec le fournisseur russe engendre des conceptions différentes de la diversification, ce qui a un impact sur le processus d’intégration physique des réseaux gaziers à l’intérieur de l’UE. Cela est attesté par l’étude des cas de Stork 2 et du BACI. Ces interconnecteurs n’ont pas été construits, car les autorités tchèques, polonaises et slovaques ont des perceptions différentes du projet de Gazprom Nord Stream 2. La perspective de voir des volumes de gaz russes supplémentaires provenir d’Allemagne a un intérêt économique pour la Tchéquie, tandis que le potentiel transit d’une partie de ces volumes par Stork 2 est considéré comme une menace pour la sécurité des approvisionnements en Pologne. Alors que le Nord Stream 2 aurait forcément profité économiquement à la Tchéquie, la synergie potentielle du gazoduc de Gazprom avec le BACI aurait des conséquences économiques jugées inacceptables en Slovaquie. Les perceptions différentes du Nord Stream 2 ont entraîné des divergences dans « l’attribution de significations aux artéfacts techniques » (Sovacool 2010) que sont les projets d’interconnecteurs en aval du gazoduc de Gazprom.

43Les divergences de représentations géopolitiques du fournisseur externe russe par les États membres ont donc des effets directs sur le processus d’intégration gazier européen, faisant de l’architecture interne du réseau gazier européen un enjeu géopolitique : elles ont ainsi conduit à la marginalisation du réseau tchèque dans le processus d’intégration physique des réseaux gaziers d’Europe centrale et orientale. La stratégie gazière tchèque du « en même temps », consistant à maximiser le flux ouest>est tout en participant au développement du Corridor Nord-Sud n’a pas été acceptée par les voisins polonais et slovaques. Cela a pour conséquence d’isoler la Tchéquie du processus d’intégration régionale institué par le Règlement (UE) no 347/2013. En étant exclue du Corridor Nord-Sud, la Tchéquie ne peut profiter que du flux ouest>est rendu possible par le Règlement (UE) no 994/2010 et elle se trouve physiquement écartée de la construction d’une solidarité régionale. Cette situation pose aujourd’hui problème au moment où l’UE souhaite éliminer les approvisionnements russes le plus vite possible, en réaction à l’invasion russe de l’Ukraine débutée en février 2022. « La recomposition des réseaux est de nature à modifier durablement la géographie économique et à valoriser ou à marginaliser les territoires concernés. » (Lepesant, 2011), dans le cadre du processus d’intégration des réseaux gaziers d’Europe centrale et orientale, le territoire slovaque contrairement au territoire tchèque a été valorisé dans la fonction de diversification des approvisionnements régionaux. À l’affirmation précédemment citée, Gilles Lepesant ajoutait : « Pour appréhender les mutations de l’espace centre-européen, il convient donc d’alterner les focales. ». Bien que dans le processus d’intégration des réseaux gaziers d’Europe centrale et orientale, la Tchéquie n’ait pas été valorisée, elle garde un rôle important dans le système gazier régional puisqu’elle en mesure d’accueillir le flux ouest>est qui est amené à prendre de l’importance alors que les approvisionnements russes à destination de l’UE se tarissent.

Haut de page

Bibliographie

Commission européenne (2013a). Trans-European Networks for Energy. En ligne : https://energy.ec.europa.eu/topics/infrastructure/trans-european-networks-energy_en#documents

Commission européenne (2013b). « Règlement délégué (UE) no 1391/2013 de la commission du 14 octobre 2013 modifiant le règlement (UE) no 347/2013 du Parlement européen et du Conseil concernant des orientations pour les infrastructures énergétiques transeuropéennes, en ce qui concerne la liste des projets d’intérêt commun de l’Union ». Journal officiel de l’Union européenne.

Commission européenne (2019a). Targeted consultation on candidate Projects of Common Interest (PCIs) in gas infrastructure PCI process 2018-2019 – summary. En ligne : https://commission.europa.eu/documents_en?f%5B0%5D=document_title%3Agas%20infrastructure%20PCI%20process%202018-2019%20

Commission européenne (2019b). National Energy and Climate Plan of the Czech Republic. En ligne : https://energy.ec.europa.eu/system/files/2020-03/cs_final_necp_main_en_0.pdf

Commission européenne (2022). REPowerEU: Joint European action for more affordable, secure and sustainable energy. En ligne : https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/ip_22_1511

Cour de Justice de l’Union européenne (2021). Selon l’avocat général Bobek, Nord Stream 2 AG peut contester devant les juridictions de l’Union la directive étendant le champ d’application de la directive gaz aux gazoducs reliant l’Union à des pays tiers. Communiqué de presse, no 179/21.

Ćwiek-Karpowicz J., Kałan D., éd. (2013). North-South Gas Corridor: Geopolitical Breakthrough in Central Europe. Report, The Polish Institute of International Affairs. En ligne : https://pism.pl/conferences/North_South_Gas_Corridor__Geopolitical_Breakthrough_in_Central_Europe

Debrie J. (2018). « Corridor : un outil de l’intégration régionale ? ». In Mareï N., Richard Y. (dir.), Dictionnaire de la régionalisation du monde. Neuilly : Atlande, coll. « Références », p. 118-119. ISBN 9782350305066

Denková A. (2016). “Work to continue on Czech-Polish gas interconnector despite doubts”. Euractiv.

Diallo A., Dézsi B., Denková A., Jakóbik W., Jordanova A., Kácsor E., Madleňák T., Misik M., Moskwik K., Oravcova V., Roszkowski M., Szabó L., Takácsné Tóth B., Törőcsik A. (2018). “‘Beyond gas’ – energy security issues in the V4 after 2020. Final Synthesis Report”. En ligne : https://www.amo.cz/wp-content/uploads/2018/12/V4-Beyond-Gas-Beyond-2020-Final-Synthesis-Report.pdf

Gaz-System. (2018). “President Tomasz Stępień: The Baltic Pipe is an investment project of key importance for the energy security of Europe”. En ligne : https://www.gaz-system.pl/en/for-media/press-releases/archives/president-tomasz-stepien-the-baltic-pipe-is-an-investment-project-of-key-importance-for-the-energy-security-of-europe.html

Gaz-System. (2020). “PCI Projects”. En ligne : https://www.gaz-system.pl/en/transmission-system/eu-support/pci-projects.html

Gaz-System. (2021). “National Development Plan GAZ-SYSTEM 2022-2031”. En ligne : https://www.gaz-system.pl/en/transmission-system/development-of-the-transmission-system/national-development-plans.html

Hebda W. (2021). “The North-South Gas Corridor in the Context of Poland’s Gas Transmission System. A Perfect Opportunity to Diversify Gas Resources”. Energies, vol. 14, p. 71-88. En ligne : https://www.mdpi.com/1996-1073/14/21/7188

Kochanek E. (2019). “Regional cooperation on gas security in Central Europe”. Polityka energetyczna – energy policy journal, vol. 22, no 1, p. 19-38. DOI : https://doi.org/10.33223/epj/103667

Lepesant G. (2011). « Chapitre 3. L’intégration paneuropéenne : par les réseaux ». In G. Lepesant, Géographie économique de l’Europe centrale : Les nouveaux territoires européens, Paris : Presses de Sciences Po. p. 127-156.

Mareï N., Richard Y., dir. (2018). Dictionnaire de la régionalisation du monde. Neuilly : Atlande, coll. « Références », 352 p. ISBN 9782350305066

Mareï N., Richard Y. (2020). « Régionalisations du monde et intégration (macro)régionale. Pour une montée en généralité géographique ». Belgeo. En ligne : https://doi.org/10.4000/belgeo.43451

Mišík M. (2015). “The influence of perception on the preferences of the new member states of the European Union: The case of energy policy”. Comparative European Politics, vol. 13, no 2, p. 198-221. DOI :10.1057/cep.2013.9

Mišík M. (2019). External Energy Security in the European Union. Small Member States’ Perspective. Londres : Routledge. DOI :10.4324/9781351106535

Nosko A., Mišík M. (2017). “No United Front: The Political Economy of Energy in Central and Eastern Europe”. In S. S. Andersen, A. Goldthau et N. Sitter (éd.), Energy Union: Europe’s New Liberal Mercantilism? Palgrave, p. 201-222. ISBN 978-1-137-59104-3

Palle A. (à paraître). « Les approvisionnements énergétiques : comparaison d’expériences régionales ».

Polish Ministry of Climate and Environment (2021). Energy policy of Poland until 2040.

Radio Prague International. (2016). « Infos du jour : Accord tchéco-polonais sur la poursuite du projet de gazoduc Stork II ». En ligne : https://francais.radio.cz/infos-du-jour-8213705

Reuters. (2020). “Net4Gas scales back Poland, Austria interconnector plans”.

Richard Y. (2010). « Les stratégies de Gazprom : un problème géopolitique ? » Revue géographique de l’Est, vol. 50, no 1-2. En ligne : http://journals.openedition.org/rge/2875

Slobodian N., Theisen N., Goda S., Karaskova M. (2016). Single Gas Market and Energy Security in the Visegrad States: Models, Challenges, Perspectives. Varsovie : National Centre for Strategic Studies.

Sovacool B. (2010). “Exploring the Conditions for Cooperative Energy Governance: A Comparative Study of Two Asian Pipelines”. Asian Studies Review, vol. 34, no 4, p. 489-511. DOI : 10.1080/10357823.2010.527918

Subra P. (2016). Géopolitique locale : Territoires, acteurs, conflits. Paris : Armand Colin, 336 p.

Szulecki K. (2020). “Securitization and state encroachment on the energy sector: Politics of exception in Poland’s energy governance”. Energy Policy, vol. 136.

Tarnawski M. (2015). “Security of Gas Supply in the Countries of the Visegrad Group”. Securitologia, no 1/2015.

Visegrad group. (2010). “Declaration of the Budapest V4+ Energy Security Summit”. Budapest.

Yafimava K. (2019). Gas Directive amendment: implications for Nord Stream 2. OIES, Energy Insight, no 49.

Yakovenko K., Mišík M. (2020). “Cooperation and Security: Examining the Political Discourse on Natural Gas Transit in Ukraine and Slovakia”. Energies, vol. 13, no 22, p. 59-69. DOI : 10.3390/en13225969

Haut de page

Notes

1 La République tchèque, la Hongrie, la Slovaquie et la Pologne, en tant qu’États membres du groupe de Visegrad, auxquels s’additionnent l’Autriche, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, la Croatie, la Serbie, la Slovénie et la Roumanie.

2 Ces acteurs sont des « experts » et des cadres des entreprises gazières de la région de Višegrad. Les participants à l’enquête ont été invités par e-mail à répondre à un questionnaire. 71 questionnaires ont été envoyés à 40 experts et 31 entreprises. 23 réponses ont été reçues de 13 experts et 10 cadres. Parmi les participants, 30 % étaient tchèques, 30 % polonais, 22 % hongrois et 18 % slovaques.

3 Les acteurs concernés par ces consultations publiques sont : les représentants des États membres, les entreprises, les associations professionnelles, les ONG, les associations de consommateurs, les syndicats, les cabinets de conseil, etc.

4 5 milliards de mètres cubes/an, sa capacité devrait atteindre 8,3 MMC en 2023.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Une décennie de développement du Corridor Nord-Sud
Crédits Sources : Ćwiek-Karpowicz, Kałan 2013 ; recherches de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/9345/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 2. Nouvelle architecture des approvisionnements gaziers d’Europe centrale et orientale
Crédits Sources : Ćwiek-Karpowicz et Kałan, 2013 ; recherches de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/9345/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 3. Estimations standard et haute de l’évolution de la demande polonaise en gaz de 2021 à 2043
Crédits Source : Gaz-System, 2021
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/9345/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Figure 4. Déviation du potentiel flux du Nord Stream 2 obtenue par l’État polonais
Crédits Sources : Ćwiek-Karpowicz, Kałan 2013 ; recherches de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/9345/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre Figure 5. Déviation du potentiel flux du Nord Stream 2 obtenue par Eustream
Crédits Sources : Ćwiek-Karpowicz, Kałan 2013, recherches de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/mappemonde/docannexe/image/9345/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sami Ramdani, « Géopolitique de l’intégration régionale gazière en Europe centrale et orientale : l’impact du Nord Stream 2 »Mappemonde [En ligne], 137 | 2024, mis en ligne le 04 mars 2024, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/mappemonde/9345 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mappemonde.9345

Haut de page

Auteur

Sami Ramdani

Sami Ramdani est chercheur à l’IRIS, spécialisé en géopolitique de l’énergie et des matières premières à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). Il est responsable de la formation courte « Enjeux géostratégiques de l’énergie » dispensée par IRIS Sup’.

Sami Ramdani est doctorant à l’Institut français de géopolitique (IFG) de l’Université Paris 8, où il réalise, en association avec l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), une thèse intitulée « Analyse géopolitique du projet Nord Stream 2 ». Cette thèse est financée par la Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS) du ministère des Armées.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search