Navigation – Plan du site
Notes de lecture et comptes rendus d'expositions

Documenta 14, « Learning from Athens »

8 avril – 16 juillet 2017. Athènes, divers lieux
Jérôme Glicenstein
p. 200-201

Texte intégral

1Lors des 11e et 13e éditions de la Documenta, des activités complémentaires avaient été proposées dans d’autres pays, sous la forme de cycles de conférences, voire d’expositions périphériques reprenant certains des artistes présentés à Kassel. Cette fois-ci une étape supplémentaire est franchie, puisque toute l’exposition est présentée à la fois en Allemagne et en Grèce. Cela débute à Athènes, avec l’ambition affichée, dès le titre, de faire de cette ville le modèle même de notre réflexion sur le temps présent. La Grèce n’a pas été choisie au hasard, mais parce que le commissaire Adam Szymczyk considère que ce pays représente une référence pour ce qui est des mouvements de résistance à la dictature, de la gestion des situations de crise (économique, politique, humanitaire), de la promotion de la liberté et de l’invention de la démocratie. Le projet part ainsi d’une idée simple : il faudrait inverser le regard communément porté sur la Grèce ces dernières années, arrêter de la voir comme le mauvais élève de l’Europe et montrer qu’elle peut faire figure de modèle.

2Le problème avec cette idée, c’est qu’elle reste assez éloignée des principaux intéressés : la Documenta passe pratiquement inaperçue dans la ville d’Athènes et les rares affiches que l’on croise, couvertes d’un logo assez abstrait, ne donnent absolument aucune information sur la nature de l’événement ou sa localisation. De fait, communication et médiation sont obscures. Le catalogue, où les articles ont été rédigés par les amis des artistes (avec parfois quelques complaisances), n’est pas utilisable par un visiteur ordinaire et semble plutôt destiné à des personnes déjà informées et convaincues du bien fondé de l’opération. Tout ceci explique sans doute que lorsqu’on se promène dans les différents lieux d’exposition, on croise surtout des habitués du circuit de l’art contemporain international. Pour le reste, l’exposition suscite l’indifférence du public local, voire une franche hostilité ; particulièrement de la part des artistes grecs, comme en témoigne la Biennale d’Athènes organisée en même temps et dont l’objectif est visiblement de déconstruire les bons sentiments de la Documenta. De ce point de vue, la visite de cette biennale est assez instructive, avec un ensemble assez cohérent de propositions d’artistes locaux ironisant sur le traitement des questions politiques – et notamment de la « question grecque » – par la jet-set de l’art contemporain en visite à Athènes.

3Et il y a de quoi faire : une grande partie de la Documenta ressemble tout de même à une sorte de supermarché de la bonne conscience du moment : une suite de prises de position visant à donner à voir les malheurs de la terre, tout en donnant la parole à ceux qui ne l’ont pas habituellement. C’est particulièrement le cas dans le tout nouveau Musée d’art contemporain (EMST), une ancienne brasserie reconvertie, où se côtoient des présentations très hétéroclites. Se succèdent ainsi un film documentaire des années 1960 à propos d’un asile pour lépreux en Iran ; des masques Kwakkw’ala du sculpteur traditionnel Beau Dick (Colombie britannique) ; des propositions pour un drapeau national Sami du Sami Artist Group ; des objets revisitant les techniques artisanales cambodgiennes (sculptures en osier de Khvay Samnang) ou péruviennes (quipu géant de Cecilia Vicuña), etc. Ces témoignages issus de cultures minoritaires sont entourés de propositions davantage reliées aux enjeux de l’art contemporain : installation visant à mettre en cause les canons de la beauté antique (Daniel Garcia Andujar), archéologie personnelle de Lois Weinberger, documentation à propos de la Guerre du Biafra d’Olu Oguibe, peintures abstraites de Stanley Whitney, performance des Gens d’Uterpan, etc.

4Les choses sont un peu plus cohérentes dans les trois principaux autres lieux. Le musée Benaki accueille des œuvres ayant plutôt des résonances historiques : installation à propos d’Eva Braun de Roee Rosen, peintures réalistes socialistes albanaises, peintures naïves contant l’histoire du Zaïre, peintures d’Edi Hila ou de R.H. Quaytman (dont l’une représente discrètement Adam ­Szymczyk). À l’École des beaux-arts d’Athènes, les œuvres ont plutôt un lien avec l’idée de transmission ; ce dont témoignent en particulier les documentations autour des workshops menés dans les années 1960-70 par Anna ­Halprin ou par le groupe chilien Ciudad ­Abierta. Enfin, le Conservatoire de musique d’Athènes accueille de manière plus rigoureusement thématique des œuvres entretenant un lien avec la musique (partitions, instruments bricolés, performances en tout genre…). D’autres interventions, plus ponctuelles, se répartissent dans la ville : une tente pour réfugiés en marbre installée sur le mont Philopapos, performances au Musée archéologique du Pirée ou une sorte de « soupe populaire » organisée sur une place centrale d’Athènes par l’artiste britannique d’origine pakistanaise, Rasheed Araeen.

5Ce dernier cas est sans doute assez emblématique de la manifestation dans son ensemble. Des tentes colorées ont été installées et pendant quelques jours, à horaires réguliers, des personnes accueillent les sans abris, leur offrant à manger dans une ambiance rappelant les tavernes grecques traditionnelles. Une queue se forme à l’heure des repas et force est de constater qu’il n’y a pas là de touristes de l’art contemporain, mais bien des personnes en situation de précarité. La question se pose immédiatement : s’agit-il d’art ou d’action sociale ? S’agit-il d’exploiter la misère humaine à des fins artistiques ? Qu’en pensent les participants et que doit-on en penser en tant que visiteur-voyeur de la Documenta ? L’intervention est sans doute louable, ne serait-ce que par son caractère pragmatique, mais elle ne dure que quelques jours. Faut-il y participer et manger la soupe avec les pauvres gens ? Faut-il s’apitoyer sur leur sort ou les photographier ? Cette intervention ne donne aucune réponse, bien au contraire. C’est peut-être là la « leçon d’Athènes ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Glicenstein, « Documenta 14, « Learning from Athens » », Marges, 25 | 2017, 200-201.

Référence électronique

Jérôme Glicenstein, « Documenta 14, « Learning from Athens » », Marges [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/marges/1346

Haut de page

Auteur

Jérôme Glicenstein

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals