Navigation – Plan du site
Notes de lecture et comptes rendus d'expositions

« Frigo Génération 78/90 »

8 mars – 9 juillet 2017. Lyon, Musée d’art contemporain
Émeline Jaret
p. 204-205

Texte intégral

1Pour le printemps 2017, le Musée d’art contemporain de Lyon prête son dernier étage à une exposition dédiée au collectif Frigo, dont l’activité se développe pendant toute la décennie 1980 dans la même ville. Intitulée « Frigo Génération 78/90 », l’exposition fait suite à une série d’événements engendrés par la numérisation des archives vidéo du collectif en 2013, par l’INA.

2À l’origine du collectif, Gérard Bourgey, ­Gérard Courty et Alain Garlan créent une société anonyme Faits Divers System (FDS), qui fonctionne comme plateforme de production pour une multiplicité d’activités. C’est l’appellation « Frigo » qui sera retenue ensuite, tirant son origine du nom de la chambre froide d’une ancienne fromagerie transformée en lieu d’accueil pour le collectif : espace d’exposition, salle de spectacles, résidence d’artistes, espace multimédias avec station de radio, ateliers individuels et collectifs, l’ancienne fromagerie devient un « laboratoire de formes ». Le lieu est à l’image du collectif, pluridisciplinaire. Frigo rassemble, pendant sa dizaine d’années d’existence, une cinquantaine d’acteurs issus des arts visuels, mais aussi la danse, la musique, la comédie, la littérature, etc. Le collectif investit donc tous les champs de la création, se chargeant de l’intégralité de chacune de ses actions – de la production des œuvres à leur mise en exposition et à sa scénographie ; du graphisme des documents à leur impression. Frigo ambitionne de fédérer un maximum d’artistes aux pratiques variées, en offrant un soutien financier qui puisse garantir une liberté totale de création et une indépendance économique à chacun. Favorisant tant le travail individuel que collectif, Frigo pense l’art comme partie prenante de la vie en société et postule qu’il faut « être “artiste” à plein temps, vivre et travailler dans le même lieu » sans faire de différence entre le privé et le public. Dans sa volonté de mêler l’art à la vie et son interdisciplinarité, Frigo s’identifie à une mouvance néo-dada et le revendique (notamment par la voix d’Alain Garlan dans certains entretiens).

3L’exposition de Lyon retrace chronologiquement l’histoire du collectif à partir d’un vaste ensemble de photographies, d’affiches, de vidéos mais aussi à travers la reconstitution d’événements marquants. Parmi eux, par exemple, l’installation EAU commandée à Charles Picq par le Centre Pompidou en 1983 qui se compose d’une piscine de 100 m2, entourée d’un cordon rouge pour marquer la distance avec le public. Au-dessus d’elle, 25 moniteurs diffusent cinq programmes simultanément dont les images se reflètent dans l’eau ou sur les parois qui l’entourent. À côté, le Bangkok project (1982) est documenté à partir d’archives qui entourent une reproduction du rocher. Réalisé par le groupe Minus Delta t, rattaché à Frigo, le projet consiste à transporter un bloc de granit de 5 tonnes depuis les carrières de Stonehenge jusqu’aux rives du Gange. L’action dure trois ans durant lesquels les artistes, dont Gérard Couty et Mike Hentz, accompagnent la pierre à travers les frontières (telle que la traversée du Liban alors en guerre) et les rencontres (dont la bénédiction du rocher par le pape à Rome). L’autre reconstitution de grande ampleur est celle du studio de Radio Bellevue, radio pirate fondée par Frigo en 1981, avant la légalisation des radios libres, à l’aide d’une simple antenne dressée sur le toit de la fromagerie. Un grand nombre de vidéos accompagnent ces reconstitutions et témoignent d’autres actions du collectif, telle que la pièce de théâtre Avis de décès (1980) ou la performance Good bye Mister Clean ! (1984). Ces vidéos témoignent de l’engagement de Frigo dans l’utilisation de ce médium, alors au début de sa démocratisation, pour documenter ses performances, en créant une structure œuvrant pour favoriser la diffusion des vidéos en Europe (l’European Media Art Network, EMAN).

4Le musée de Lyon propose ainsi une exposition documentaire à visée rétrospective, qui permet de témoigner de la place centrale accordée à l’archive par les acteurs de Frigo dont l’un des objectifs était de constituer une base de donnée archivistiques. Cette question est évidemment cruciale pour un collectif comme lui, dont la majorité des actions était éphémère. Elle témoigne de la volonté de ses membres d’investir tous les domaines artistiques novateurs des années 1980 (vidéo, graphisme, etc.), plutôt que les médiums traditionnels. La pluridisciplinarité des travaux de Frigo pendant une décennie s’explique par la variété de ses membres ; mais s’ils viennent d’horizons différents, ils se rassemblent par le regard ironique et distancié qu’ils portent sur l’art et la société qui leur sont contemporains. La scénographie de l’exposition tend aussi à refléter la vivacité dont a fait preuve le collectif en multipliant ses actions : les archives visuelles s’accumulent sur les murs du musée peints en gris foncé ; les bandes sons des vidéos diffusées dans plusieurs espaces se mélangent du fait de l’absence de cloisons complètes ; le regard et l’ouïe du spectateur sont ainsi sans cesse interpellés, le tout dans une obscurité contrôlée par une lumière dirigée et non pas diffuse ou homogène.

5Mais si la scénographie tend à faire écho à l’esthétique de Frigo et possède une réelle beauté visuelle, elle témoigne aussi d’un certain manque de recul. L’exposition permet de mettre en lumière un épisode de la scène locale lyonnaise alternative – en rupture avec le système de l’art officiel –, qu’elle déclare être l’une des plus importantes en Europe. Mais, trop concentrée sur le collectif, elle n’offre pas de regard historique qui le contextualiserait par rapport à la situation internationale et permettrait de problématiser son propos. De ce point de vue, les nombreux textes de salle sont insuffisants et ne donnent pas toujours d’informations pertinentes. La seule publication qui accompagne l’exposition est un ouvrage d’Alain Garlan (Rois de la forêt. Mythologie et rites d’une tribu de l’underground des années 1980) qui constitue une chronique fictionnelle du mouvement. Le musée de Lyon a donc le mérite de proposer un beau témoignage visuel d’une scène trop peu connue, mais il pose la question de l’intérêt scientifique des expositions documentaires si elles se contentent de documenter sans analyser leur matériel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émeline Jaret, « « Frigo Génération 78/90 » », Marges, 25 | 2017, 204-205.

Référence électronique

Émeline Jaret, « « Frigo Génération 78/90 » », Marges [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/marges/1348

Haut de page

Auteur

Émeline Jaret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals