Navigation – Plan du site
Thématique

La critique parisienne et la légitimation du free jazz. Vers une politisation du commentaire esthétique (1959-1965)

Parisian Jazz Critique and Free Jazz Legitimization: A New Politicisation of Aesthetic Reviews (1959-1965)
Lucas Le Texier
p. 34-43

Résumés

Cet article s’attache à montrer au sein des deux grandes revues françaises spécialisées de jazz – Jazz Hot et Jazz Magazine – les enjeux liés à leur découverte du free jazz joué par les musiciens afro-américains entre 1959 et 1965  : d’une part, les interprètes s’en revendiquent pour s’émanciper d’une étiquette «  jazz » jugée trop rigide et connotée  ; de l’autre, il est l’objet d’une nouvelle théâtralisation d’un conflit esthétique, légitimant une nouvelle génération de critiques qui politise le commentaire esthétique.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

jazz
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

L’irruption du free jazz et la résistance au «  jazz »
L’objectivation du free jazz par la critique
L’orchestration de la querelle
Les prémices d’une critique politique du free jazz

Aperçu du début du texte

Avec la venue de Miles Davis à l’Olympia le 20 mars 1960, pour se produire en quintet, les expérimentations de ce qu’on a qualifié d’abord de new thing puis de free jazz s’invitent dans le champ d’esthésie des auditeurs français et dans le champ esthétique de la musique de jazz entendue en France. John Coltrane, saxophoniste ténor de la formation, propose un autre contenu improvisé  : éloignement de la structure harmonique traditionnelle (harmonies, thèmes), utilisation massive d’effets – saturation, suraigu, multiphonisme –, routinisation d’un débit de notes important.

Objet polymorphe par sa capacité à juxtaposer de nombreux éléments stylistiques communs ou exogènes au jazz, le free jazz peut se définir autour de quelques caractéristiques communes  : travail de déstructuration, de réappropriations sur les standards de jazz, voire d’abandon pour y préférer des climats et des ambiances sonores  ; valorisation d’une pulsation libre et d’éléments polyrythmiques  ; rejet de la tradition...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucas Le Texier, « La critique parisienne et la légitimation du free jazz. Vers une politisation du commentaire esthétique (1959-1965) », Marges, 26 | 2018, 34-43.

Référence électronique

Lucas Le Texier, « La critique parisienne et la légitimation du free jazz. Vers une politisation du commentaire esthétique (1959-1965) », Marges [En ligne], 26 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2020, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/marges/1366 ; DOI : 10.4000/marges.1366

Haut de page

Auteur

Lucas Le Texier

Doctorant contractuel en Histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne-Franche Comté.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals