Navigation – Plan du site
Thématique

Symphony for a Genocide. Musiques industrielles et totalitarisme

Symphony for a Genocide. Industrial Music and Totalitarianism
Nicolas Ballet
p. 44-59

Résumés

Le courant des musiques industrielles révèle, tout au long des années 1980, une culture visuelle globale croisant différents médias dans un dialogue étroit avec l’héritage de la modernité. Certains groupes industriels mettent en scène une esthétique fascisante dans leurs œuvres, prenant comme repère l’histoire des régimes autoritaires, en particulier celui du Troisième Reich, afin d’interroger la façon dont les mass media de leur époque incarnent une forme de totalitarisme dissimulé. La diffusion de ces images auprès d’un public éclectique permet cependant à une scène politique d’extrême droite d’instrumentaliser ce mouvement artistique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Death Factory. Dictature des médias de masse
(Re)connaissance de la Shoah et perte de contrôle
Instrumentalisation d'une scène politique
Peur d'une disparition culturelle

Aperçu du début du texte

Le courant des musiques industrielles développé par une nouvelle génération d’artistes britanniques tout au long des années 1970 a eu des incidences directes sur les expérimentations audiovisuelles (graphisme, film, musique, performance, vidéo) conçues par des groupes européens, américains et japonais. Leurs recherches sonores – élaboration de synthétiseurs, manipulation et transformation de sons enregistrés issus de bandes audio, recyclées ou conçues par les artistes – s’accompagnent de productions visuelles hétéroclites, pensées dans un dialogue étroit avec l’héritage de la modernité. Les sonorités agressives employées par la première vague industrielle – Throbbing Gristle, Cabaret Voltaire, NON et SPK, notamment – viennent enrichir un éventail de productions visuelles radicales, prenant ses sources dans les utopies modernistes de la première partie du 20esiècle, ainsi que dans les concepts d’auteurs plus contemporains, tel William S. Burroughs. La façon dont ces artistes s’insurg...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Ballet, « Symphony for a Genocide. Musiques industrielles et totalitarisme », Marges, 26 | 2018, 44-59.

Référence électronique

Nicolas Ballet, « Symphony for a Genocide. Musiques industrielles et totalitarisme », Marges [En ligne], 26 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2020, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/marges/1369 ; DOI : 10.4000/marges.1369

Haut de page

Auteur

Nicolas Ballet

Doctorant en Histoire de l’art contemporain à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals