Navigation – Plan du site
Thématique

Désir vert : négocier avec la bonne conscience environnementale

Greenwishing: Dealing With a Wishful Environmental Awareness
Bénédicte Ramade
p. 60-74

Résumés

Depuis les prémices de son histoire, la photographie environnementale a été instrumentalisée à des fins politiciennes aux États-Unis. Cet « usage loyal » fait partie de l’ADN de cette photographie qui allie l’esthétique paysagère et naturaliste à une conscience environnementale. Comment gérer l’effet de mots-clefs comme « environnement » ou « nature », qui suscitent l’éco-blanchiment du contenu d’expositions ou de publications ? Cet article entend explorer un verdissement plus subtil, celui opéré par la bonne conscience du public.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

nature
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Une instrumentalisation originelle
Une photographie engagée révisée
Instrumentalisation éditoriale
Intérêts institutionnels et désirs écologiques
La bonne intention écologique comme instrumentalisation

Aperçu du début du texte

« Le phénomène a pris une telle ampleur qu’il est devenu aujourd’hui difficile, dans le monde foisonnant des marques et des signes, de mettre en scène la couleur verte sans que celle-ci prenne aussitôt une dimension écologiste, à un titre ou un autre… Tout un courant de pensée semble avoir confisqué l’usage et la symbolique du vert. Celui-ci n’est plus tant une couleur qu’une idéologie… Autrefois délaissé, rejeté, mal aimé, le vert est devenu une couleur messianique. Il va sauver le monde. »

Ainsi que le conte Michel Pastoureau dans son histoire du vert à travers les âges, cette couleur est devenue synonyme d’un idéal écologique, de vertu environnementale, à la manière dont un brin d’herbe agit comme métonymie de la nature. La photographie n’échappe pas à ce phénomène de verdissement et cette histoire débute dès les années 1860 aux États-Unis, avec l’instrumentalisation d’ensembles d’images à des fins politiciennes. Depuis, l’imagerie de la nature s’est souvent retrouvée aux prises d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Ramade, « Désir vert : négocier avec la bonne conscience environnementale », Marges, 26 | 2018, 60-74.

Référence électronique

Bénédicte Ramade, « Désir vert : négocier avec la bonne conscience environnementale », Marges [En ligne], 26 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2020, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/marges/1372 ; DOI : 10.4000/marges.1372

Haut de page

Auteur

Bénédicte Ramade

Historienne de l’art, critique et commissaire indépendante. Elle est chargée de cours dans les universités montréalaises francophones (UQAM et UdeM) depuis 2013.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals