Navigation – Plan du site
Notes de lecture et comptes rendus d'expositions

« Days are Dogs. Carte blanche à Camille Henrot »

Paris, Palais de Tokyo – 18 octobre 2017 – 7 janvier 2018
Jérôme Glicenstein
p. 146-147
Référence(s) :

« Days are Dogs. Carte blanche à Camille Henrot » – Paris, Palais de Tokyo – 18 octobre 2017 – 7 janvier 2018

Texte intégral

1Il est rare que le Palais de Tokyo soit entièrement réservé à un artiste. Il y a eu en 2013 l’exemple fameux de Philippe Parreno, qui avait présenté une « installation totale » et plus récemment celui de Tino Sehgal, avec une série de performances dans l’ensemble du bâtiment, vidé pour l’occasion. Cette fois-ci, une carte blanche est confiée à Camille Henrot, jeune artiste française, dont l’exposition a visiblement pour ambition de confirmer l’importance croissante sur la scène internationale.

2Le titre peut sembler curieux, faisant peut-être référence à l’état climatique ou à des événements culturels récents (« Dog Days are Over »). Quoi qu’il en soit, le mot le plus important est le deuxième : il se réfère à la répartition de l’exposition en sept sections, correspondant aux jours de la semaine. Avant même l’entrée, ceux-ci font l’objet d’une série de tableaux abstraits réalisés par une invitée de Camille Henrot, Avery Singer. La salle qui suit donne à voir une grande feuille de papier scotchée au mur sur laquelle se trouve retranscrit un poème d’un autre invité, Jakob Bromberg. Pour le reste, la section « Samedi », accueille une vidéo en 3D montrant principalement des rituels de baptême par immersion dans l’Église Adventiste (Saturday, 2017). La deuxième section reprend des ikebanas comparables à ceux que l’artiste avait présentés au même endroit lors de la Triennale (2012), avec cette fois-ci l’ajout de références au Seigneur des anneaux. La suite est plus complexe ; entrecoupée d’interventions d’autres artistes invités, dont on ne comprend pas toujours la nécessité : photocopies de sites Internet de David Horvitz, assemblage d’objets de récupération de Samara Scott, bancs pour enfants de Nancy Lupo, photographies de souliers marchant dans la boue de Maria Loboda… La salle consacrée à mercredi est encombrée d’annonces récupérées sur Internet et d’emails en anglais, reçus ou envoyés par l’artiste, qui ont été agrandis et transférés sur papier dans une jolie écriture avant d’être entassés en vrac sur le sol. Un peu plus loin, une salle présente des téléphones factices munis d’écrans vidéo et une autre des représentations graphiques de généalogies de chevaux de course. La grande salle en courbe du rez-de-chaussée haut est occupée par une série de sculptures en bronze faisant penser à Henry Moore, Wifredo Lam ou Jacques Hérold ; alors que la salle correspondante à l’étage inférieur présente d’autres sculptures, cette fois-ci chromées, suspendues au-dessus d’un « tapis de jiu-jitsu » et qui évoquent plutôt les dernières œuvres de Louise Bourgeois (le tout dans une ambiance sonore RnB).

3Régulièrement apparaissent de grands dessins à l’encre ou des aquarelles de Camille Henrot, sur papier, sur toile ou sur le mur. Des scènes parfois érotiques, d’apparence mythologique, y font penser à des artistes des années 1930 qui revisiteraient les Métamorphoses d’Ovide. À un moment, des objets hybrides entre sculptures, objet de design et collages intégrant des écrans vidéo sont placés au-dessus d’un « chemin » réalisé par dispersion de pièces de monnaie sur le sol. Un peu plus loin, apparaît la vidéo Grosse fatigue, qui avait valu à l’artiste de remporter le Lion d’argent à la Biennale de Venise (en 2013). Cette vidéo, qui est doublée d’une bande son évoquant le destin de l’Humanité, est très structurée, ce qui contraste fortement avec le reste de l’exposition. Une autre vidéo est projetée, l’une des premières de Henrot, où des dessins à l’encre recouvrent partiellement un film pornographique des années 1970 (Deep Inside, 2005). L’œuvre et son dispositif semblent là aussi plus accessibles. Juste à côté, une grande table expose une collection de plantes recueillies dans de riches demeures new-yorkaises et posées sur les pages du catalogue de la vente des bijoux de la femme de l’Aga Khan. Des photographies représentant l’artiste y sont également insérées. Cet effet de superposition, mêlant des éléments personnels et d’autres relevant plus de l’espace public, se retrouve dans la salle de médiation, en forme de salon intime, qui termine la visite.

4L’un des traits les plus marquants de cette exposition et qui peut assez bien définir la pratique de Camille Henrot tient de fait à la présentation de différentes formes de collages et montages, parfois abstraits, souvent combinés à des éléments à caractère autobiographique. C’est en particulier le cas, dès le début de l’exposition, avec The Pale Fox, une installation déjà présentée à Bétonsalon en 2014 et qui a été spécialement reconstituée à « Days are Dogs ». Ce remake n’est pas sans évoquer une reconstitution toute aussi littérale ; celle que Loris Gréaud avait faite de son exposition au centre d’art du Plateau (2006), lorsqu’il s’était vu confier une carte blanche pour exposer dans la totalité du Palais de Tokyo en 2008. Le rapprochement entre les propositions de Henrot et Gréaud n’est pas fortuit. Ces deux artistes sont de la même génération et, au-delà des différences de parti pris artistiques, leurs projets ne sont pas sans parenté, visant à brouiller les pistes, multipliant les superpositions d’éléments hétérogènes et présentant des installations assez énigmatiques. Comme pour ce qui est de Gréaud, la prolifération des références en tout genre, jeu de piste pour happy few, fait néanmoins douter de l’intérêt qu’il peut y avoir pour le public à assister à un ensemble de citations (et autocitations) qui ne s’adressent pas à lui et sur lesquelles il n’a pas de prise. Il reste à souhaiter que l’exposition permette au moins à l’artiste de booster sa carrière…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Glicenstein, « « Days are Dogs. Carte blanche à Camille Henrot » », Marges, 26 | 2018, 146-147.

Référence électronique

Jérôme Glicenstein, « « Days are Dogs. Carte blanche à Camille Henrot » », Marges [En ligne], 26 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/marges/1402

Haut de page

Auteur

Jérôme Glicenstein

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals