Navigation – Plan du site
Notes de lecture et comptes rendus d'expositions

« The House of Dust by Alison Knowles »

CNEAI, Pantin – 10 septembre – 19 novembre 2017
Émeline Jaret
p. 150-151
Référence(s) :

« The House of Dust by Alison Knowles » – CNEAI, Pantin – 10 septembre – 19 novembre 2017

Texte intégral

1C'est à Alison Knowles qu'était consacrée l'exposition inaugurale des nouveaux locaux du CNEAI (Centre national édition art image), transférés de Chatou à Pantin. Artiste et poète américaine, traditionnellement rattachée à Fluxus, Knowles (née en 1933) développe depuis les années 1960 une œuvre qui tisse des liens entre la poésie, les arts visuels et la performance. L'exposition du CNEAI a choisi de mettre à l'honneur l'un de ses plus importants projets, The House of Dust. Datée de 1967, il s’agit d’une œuvre fondatrice de la poésie concrète et expérimentale puisqu’elle est considérée comme l'un des premiers poèmes générés par un ordinateur. Grâce à une combinaison aléatoire induite par un logiciel informatique, 84 672 quatrains sont produits à partir d'un même modèle utilisant quatre informations de départ : « Une maison de…/ Dans…/ Utilisant…/ Habitée par…… ». Ces 84 672 quatrains deviennent ainsi autant de possibilités, projets architecturaux à imaginer ou fragments narratifs à poursuivre. C'est d'ailleurs ce que fait Knowles quand, deux ans plus tard, elle décide de prolonger ce poème en réalisant une architecture à partir de l’un de ses quatrains – cette « maison » est d'abord construite dans le quartier new-yorkais de Chelsea avant d'être détruite, puis restaurée à la CalArts où Knowles enseigne en 1970-1972.

2Cinquante ans plus tard, l’exposition du CNEAI réactive The House of Dust de deux manières. D’abord, en présentant en début de parcours une nouvelle version du poème de Knowles, générée par un ordinateur pendant le temps de l'exposition. Puis, surtout, en invitant dix-neuf artistes à imaginer une réactualisation possible de ces quatrains. L’exposition s'intéresse ainsi avant tout à la dimension génératrice du poème de Knowles, objectif que met en valeur le titre du programme mis en place pour l’accompagner : « Habiter l’exposition » prolonge « The House of Dust by Alison Knowles » par un ensemble d'événements, de performances et de conférences afin de « transforme[r] l’exposition en une véritable scène, un écosystème pour la création ». L’organisation de ce projet a été confiée à Maud Jacquin et Sébastien Pluot, chercheurs et commissaires indépendants, dans le cadre du programme de recherche qu’ils dirigent : Art by Translation (en partenariat avec l’ENSAPC, l’ESBA-TALM Angers et le CNEAI). De fait, c’est bien de traduction qu’il s’agit avec cette exposition : d'un registre à l'autre, des mots à leur traduction architecturale, le poème se met en espace de manière concrète et non plus seulement du point de vue de l’imagination.

3La grande variété des propositions artistiques permet aux commissaires de questionner plusieurs des aspects de The House of Dust, ainsi que la notion fluxus d’intermedia – comme en témoignent les performances et événements programmés – à travers des installations mixtes. Yona Friedman, par exemple, propose une œuvre inédite avec le nouveau pavillonnaire, architecture conceptuelle faite de cerceaux en aluminium et de cartons dans laquelle chaque espace est conçu comme un ilôt d'habitation autonome à repenser. Le collectif australien A constructed world poursuit une œuvre antérieure (Expliquer l'art contemporain à des anguilles vivantes) par la conception d’une « maison de papier » – suivant le premier vers du quatrain sélectionné – recouverte de documents d'archives. Elle est associée à une sculpture mobile, Speaking Device, qui propose aux visiteurs de s’adresser aux anguilles du canal, tout en servant de support pour des performances. D’autres artistes encore ont choisi de réactiver des fragments du poème de Knowles (Dieudonné Cartier, Tyler Coburn, Katarzyna Krakowiak…), mais certains ont préféré prolonger l'esprit du poème. Ainsi, Mark Geffriaud propose une série de performances intitulée Inhabited by People Who Sleep Almost All The Time, qui poursuit Shelter, œuvre initiée en 2011 et qui est elle-même un projet de construction d'une maison. La dimension participative du poème de Knowles est également citée par plusieurs œuvres de l’exposition et, de ce point de vue, la proposition la plus radicale est sans doute celle de Joshua Schwebel. Son Audience Engagement fait appel à des personnes rémunérées, invitées à visiter l'exposition, sans que rien ne les distingue des visiteurs anonymes. À travers cette action discrète, c'est l'utopie du projet initial de Knowles qui est interrogée à la lumière de la société actuelle.

4Comme souvent dans des expositions collectives et plus encore quand certaines propositions artistiques ont été pensées pour l'événement lui-même, le résultat est très varié et de qualité inégale ; mais chaque pièce justifie sa place dans le projet, en mettant l’accent sur un aspect ou un autre de The House of Dust. Il est toutefois à regretter que l'exposition du CNEAI accorde une si faible part au poème de Knowles, surtout quand son journal se donne pour ambition d'en « retracer l’histoire ». Elle aurait gagné à lui consacrer un volet plus large, ne serait-ce que pour mettre en valeur le propos même du projet curatorial qui porte d’abord sur la dimension génératrice du poème de 1967. En préférant mettre l'accent sur les transcriptions ou les traductions modernes de l’œuvre de Knowles, les organisateurs s'inscrivent toutefois dans l'esprit de l'artiste américaine – ce que semble d’ailleurs revendiquer le titre de l’exposition –, qui a elle-même récemment réactivé une performance de 1962 (Make a salad, Londres, 2008). De plus, à la définition de The House of Dust comme œuvre évolutive et génératrice de possibles répond l'exposition elle-même, pensée comme un projet également évolutif : avant de s'installer à Pantin, elle a en effet été mise en place à New York puis Montréal et elle doit se poursuivre à Los Angeles en 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émeline Jaret, « « The House of Dust by Alison Knowles » », Marges, 26 | 2018, 150-151.

Référence électronique

Émeline Jaret, « « The House of Dust by Alison Knowles » », Marges [En ligne], 26 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2018, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/marges/1404

Haut de page

Auteur

Émeline Jaret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals