Navigation – Plan du site
Notes de lecture et comptes rendus d'expositions

Luc Boltanski, Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise

Paris, Gallimard, 2017, 672 p.
Nicolas Heimendinger
p. 152-154
Référence(s) :

Luc Boltanski, Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard, 2017, 672 p.

Texte intégral

1Le propos d’Enrichissement est double. D’un côté, Luc Boltanski et Arnaud Esquerre proposent, comme l’indique le sous-titre de l’ouvrage, « une critique de la marchandise » qui s’appuie sur une analyse systématique des « formes de mise en valeur ». De l’autre, ils cherchent à caractériser une « économie de l’enrichissement » dont l’importance dans le capitalisme contemporain est croissante mais qui, parce qu’elle est difficile à circonscrire, reste méconnue.

2Boltanski et Esquerre entendent traiter des transformations économiques des dernières décennies « en revenant aux choses elles-mêmes » (p. 104), dans le sillage des recherches menées depuis plusieurs décennies en matière de sociologie et d’anthropologie des objets. Il s’agit de caractériser le capitalisme contemporain, moins à travers les relations entre individus et organisations, qu’en s’intéressant « aux processus par lesquels des choses possédées, c’est-à-dire de l’ordre du patrimoine, se transforment en capital au sens où elles sont intégrées, par le biais de l’échange, dans une circulation qui vise l’accumulation et le profit. » (p. 102). Plus spécifiquement, les deux auteurs se donnent pour ambition d’analyser les différents modes selon lesquels les choses se trouvent dotées de valeur. L’ouvrage reprend d’une certaine manière l’approche développée par Boltanski et Thévenot en 1991 dans De la justification, en la déplaçant de l’univers des conduites humaines au monde des marchandises. Le prix n’est pas conçu en effet comme la mesure d’une valeur consubstantielle à l’objet qui serait déterminée, comme dans l’économie classique ou néoclassique, en termes de travail incorporé ou d’utilité. Elle est définie au contraire comme « un dispositif de justification des prix » (p. 138) auquel il fait référence, à l’occasion d’épreuves (principalement estimations et échanges). Autrement dit, à rebours de la tendance spontanée à la substantialisation de la valeur, celle-ci ne doit pas être située « en amont du prix, comme si elle appartenait à la chose même, antérieurement à toute appréciation », mais « en aval du prix, au sens où la référence à la valeur ne s’exprime de façon flagrante que si certains acteurs en viennent à porter un jugement sur le prix » (p. 143). Les formes de mise en valeur que définissent ensuite les auteurs doivent donc « être envisagées à la fois d’un point de vue structural, quand on s’intéresse à la façon dont leurs différences doivent s’articuler pour être intelligibles, et du point de vue d’une pragmatique […] quand on met l’accent sur la manière dont elles s’insèrent dans les situations où le problème est de réduire l’incertitude sur le prix en rendant explicite une référence à la valeur. » (p. 197) – et le dépassement de l’opposition classique entre ces deux « points de vue » ouvre sur la proposition méthodologique d’un « structuralisme pragmatique » (p. 495-502) qui n’est pas le moindre intérêt de l’ouvrage.

3Les différents modes de valorisation qu’identifient Boltanski et Esquerre sont présentés sous la forme d’un groupe de transformation (avec une référence à Lévi-Strauss revendiquée) divisé selon deux axes : le premier axe distribue les catégories de marchandises selon que leur valeur est déterminée sur un mode analytique (par comparaison des propriétés pertinentes, éventuellement quantifiables) ou narratif (par des mises en récit incommensurables) ; le second axe selon l’anticipation de l’évolution de leur valeur dans le temps (celle-ci est-elle voué à croître ou décroître ?). Quatre formes de mise en valeur sont ainsi successivement définies. La forme standard, « l’une des principales innovations sur lesquelles a reposé le développement de la société industrielle depuis le 19e siècle » (p. 201), correspond à des marchandises produites en série, faites pour l’usage et vouées à l’usure. La forme tendance valorise les marchandises non pas selon des propriétés déterminées mais selon la mise en récit de leur proximité vis-à-vis de personnes privilégiées sous un rapport ou un autre (célébrités, jeunes, riches, etc.) ; elle partage en revanche avec la forme standard l’anticipation d’une diminution de la valeur dans le temps, car la « dernière différence » qui faisait leur prix se normalise en se diffusant vers un large public. La forme actif s’intéresse à l’inverse des deux premières à la probabilité qu’a la valeur d’une chose de durer voire d’augmenter dans le temps. Enfin la forme collection accorde également une valeur durable aux choses mais selon un mode narratif, en mettant à profit leur passé ; l’approche anti-substantialiste de la valeur des deux auteurs s’avère particulièrement éclairante pour définir le phénomène de la collection comme un opérateur de valorisation : « les choses ne sont pas collectionnées parce qu’elles seraient rares, mais […] leur rareté provient du fait même qu’elles sont collectionnées » (p. 279).

4Cette dernière forme retient plus longuement l’attention des deux auteurs puisqu’elle leur permet de délimiter une économie de l’enrichissement autrement diffuse et peu propice aux saisies statistiques ordinaires – en grande partie parce que sa vitalité même repose dans une certaine mesure sur une dénégation (ou une euphémisation) du caractère marchand des biens qu’elle inclut. « Tir[ant] sa substance du passé », celle-ci ne repose pas, « au premier chef, sur la production industrielle et en série de produits standards, commercialisés à l’état neuf, mais sur la mise en valeur de choses déjà là, comme le sont les objets d’antiquité ou […] les objets vintage issus d’un passé moins éloignés, ou encore les monuments, les immeubles, les sites, bref tout ce qui compose le vaste domaine dit du patrimoine. » (p. 74). L’enrichissement ne doit pas être réduit cependant à la monétisation de gisements patrimoniaux par des États désindustrialisés et déclinants : il s’agit bien d’une stratégie systématique et dynamique de valorisation, dont les deux auteurs trouvent des illustrations aussi bien dans l’industrie du luxe française et italienne, dans le développement du tourisme haut de gamme ou encore dans le couteau Laguiole, exploitation réussie d’un « terroir » en partie fictionnalisé.

5Il est difficile de ne pas voir dans Enrichissement le pendant du Nouvel esprit du capitalisme, s’intéressant au capitalisme désormais sous l’angle du commerce plutôt que du travail. Là où Boltanski et Chiapello étudiaient il y a une vingtaine d’années la manière dont les critiques de l’aliénation de la vie au travail des années 1960-1970 avaient été récupérées par de nouveaux modes de management, l’économie de l’enrichissement semble quant à elle battre en brèche les critiques formulées à l’encontre de la standardisation des environnements de vie à l’ère de la « société de consommation ». On peut esquisser cependant quelques différences entre les deux ouvrages. D’une part, les concepts d’enrichissement et de forme collection ne caractérisent pas seulement les transformations économiques des quarante dernières années mais permettent de reconsidérer des phénomènes bien antérieurs, par exemple les différents développement des marchés de l’art depuis la Renaissance : loin d’apparaître comme la soumission progressive des objets d’art au monde de la marchandise, cette histoire peut être relue comme celle de l’extension et de la consolidation progressives d’un nouveau mode de valorisation marchande, que les œuvres d’art exemplifient par excellence. Une telle approche s’écarte nettement des critiques traditionnelles de la marchandisation de l’art aussi bien que des différentes réflexions sur son « exceptionnalisme » économique. Si le capitalisme ne se réduit pas à un processus d’uniformisation des vies et des objets mais repose aussi, de manière non moins considérable, sur l’exploitation des différences, alors les conditions de production et d’échange de l’art cessent d’apparaître comme un résidu pré-capitaliste ou une anomalie économique – pourvu que l’on ne se contente pas de les analyser au prisme de la forme-standard emblématique des sociétés industrielles.

6D’autre part, l’économie de l’enrichissement ne prétend pas caractériser le capitalisme contemporain dans son ensemble, comme l’ont clarifié les auteurs au cours d’un échange avec Nancy Fraser dans les pages de la New Left Review (n° 106, juillet-août 2017). Les quatre formes de mise en valeur qu’ils délimitent cohabitent synchroniquement selon des configurations changeant selon les lieux et les époques. L’intérêt d’un tel ouvrage n’est donc pas tant d’identifier un nouveau principe unifiant ou dominant du système économique mondial, que de fournir des instruments conceptuels pour l’étude d’une époque marquée par un « capitalisme intégral » (p. 398-401), capable de produire de la valeur dans les conditions et à partir des objets les plus variés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Heimendinger, « Luc Boltanski, Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise », Marges, 26 | 2018, 152-154.

Référence électronique

Nicolas Heimendinger, « Luc Boltanski, Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise », Marges [En ligne], 26 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2018, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/marges/1405

Haut de page

Auteur

Nicolas Heimendinger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals