Navigation – Plan du site
Thématique

Rejet et héritage de l’art conceptuel  : quelques exemples français (1973-1995)

Rejection and Legacy of Conceptual Art: Some French Examples (1973-1995)
Émeline Jaret
p. 66-81

Résumés

Si la réception critique de l’art conceptuel fait évoluer l’historiographie du mouvement depuis son apparition dans les années 1960, cette révision s’est aussi faite par le biais des générations directement postérieures. Cet article s’intéresse à la mouvance française qualifiée de néo- ou post-conceptuelle qui occupe la scène au tournant des années 1970 et 1980. À partir de trois exemples français : Claude Rutault, Information Fiction Publicité et Philippe Thomas, il s’agit d’analyser comment ces artistes ont construit leur travail en regard des démarches de leurs aînés conceptuels, dans un double mouvement entre rejet et héritage.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La «  dématérialisation » de l’art  ?
Le «  retour » de la peinture  : Claude Rutault
La «  surenchère des images »  : IFP
La résurgence du ready-made  : Philippe Thomas
De la dé-dématérialisation de l’art à sa définition

Aperçu du début du texte

Depuis les années 1960, l’histoire de l’art conceptuel a été maintes fois révisée et ses frontières élargies, tant chronologiquement que géographiquement. Mais il faut surtout attendre le tournant des années 1990 pour que cette révision se fasse et notamment par le biais de grandes expositions à visée rétrospective, parmi lesquelles «  L’art conceptuel I » au CAPC de Bordeaux (1988), «  L’Art conceptuel, une perspective » au Musée d’art moderne de la ville de Paris (1989) ou encore «  Reconsidering the Object of Art  : 1965-1975 » au MOCA de Los Angeles (1995). Mais si ces expositions permettent déjà de renouveler l’histoire de l’art conceptuel et d’en élargir le cercle des protagonistes, une autre exposition internationalise le mouvement, celle initiée par Luis Camnitzer au Queens Museum de New York en 1999, «  Global Conceptualism  : Points of Origin, 1950s-1980s ». S’ajoute à ces événements la publication de plusieurs essais et d’ouvrages de synthèse, notamment à la fin des année...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émeline Jaret, « Rejet et héritage de l’art conceptuel  : quelques exemples français (1973-1995) », Marges, 27 | 2018, 66-81.

Référence électronique

Émeline Jaret, « Rejet et héritage de l’art conceptuel  : quelques exemples français (1973-1995) », Marges [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 25 octobre 2020, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/marges/1506 ; DOI : 10.4000/marges.1506

Haut de page

Auteur

Émeline Jaret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals