Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Notes de lecture, comptes rendus ...« Danh Vo : Take my Breath Away »

Notes de lecture, comptes rendus d'expositions

«Danh Vo: Take my Breath Away»

New York, Guggenheim Museum. 9 février – 9 mai 2018
Émeline Jaret
p. 194-195

Texte intégral

1En ce début d’année 2018, le Guggenheim Museum de New York consacrait une exposition personnelle à Danh Vo, artiste danois né au Vietnam en 1975. Âgé de seulement 43 ans, une telle consécration dans une importante institution non dédiée aux arts très contemporains pourrait surprendre à condition de ne pas savoir que l’artiste est l’un des derniers poulains du collectionneur français François Pinault. Rien d’étonnant, donc, dans cette programmation, complétée d’une imposante publication aux allures de catalogue raisonné. Dès son ouverture, l’exposition du Guggenheim s’est accompagnée d’un grand succès public et critique et, de fait, toutes les clés semblaient réunies dans l’œuvre de Danh Vo pour toucher le visiteur, effet renforcé par l’exposition elle-même et son appareil de médiation.

2« Take my Breath Away » dresse un panorama assez complet des quinze dernières années de la production de Danh Vo, régulièrement qualifiée de conceptuelle et même néo-duchampienne. Ses sculptures et installations sont construites à partir d’accumulation d’objets et sont présentées comme le résultat d’une recherche personnelle mélangée à des rencontres fortuites, proposant ainsi une énième actualisation du ready-made. L’exposition du Guggenheim, qui met en avant la pluridisciplinarité de l’artiste, s’ouvre avec une référence au premier centenaire de la déclaration d’indépendance des États-Unis : She was more like a beauty queen from a movie scene est un drapeau américain à treize étoiles sur lequel son accrochés des instruments de musiques et des accessoires militaires. La citation du passé américain se retrouve dans une série de quatorze lettres d’Henry Kissinger, secrétaire d’état dans le gouvernement Nixon, qui évoque ses loisirs personnels à travers des sujets triviaux, alors qu’il vient de donner son accord pour le bombardement du Cambodge. L’autre grande thématique de l’exposition concerne la foi religieuse, représentée dès le début du parcours par un grand tissu en velours marron sur lequel sont inscrites des traces laissées par le soleil, celles de l’ombre des crucifix exposés sur ce drap emprunté au musée du Vatican. Usant d’une pratique de l’appropriation, une autre série de pièces utilise d’anciennes sculptures religieuses, combinant des fragments entre eux ou bien stockés dans des sacs de voyage ou des caisses en bois, autant de manières de les désacraliser.

3Chez Danh Vo, aucune association d’objets ou d’images n’est anodine, chacune étant pensée à travers le prisme de l’histoire personnelle et des racines familiales de ce fils de réfugiés vietnamiens. Plusieurs œuvres sont consacrées, par exemple, à ce missionnaire français Jean-Théophane Vénard, condamné à mort en 1861 à Tonkin (Vietnam) pour avoir refusé de renoncer à sa mission de prosélytisme. Danh Vo expose une copie manuscrite – réalisée par le père de l’artiste à sa demande – des lettres que cet homme a envoyées à son propre père, en attendant son exécution ; et une autre vitrine présente une sélection de cartes postales sur les mission étrangères au Vietnam et ses martyrs. La construction de cette autobiographie n’est pas un acte purement autocentré mais dérive d’une volonté plus universelle et c’est ce sur quoi l’exposition insiste. L’œuvre de Danh Vo révèle ainsi son ambition d’interroger les rapports de pouvoir qui régissent nos vies et les paradoxes qui caractérisent la société actuelle, les inégalités qui en résultent et, surtout, les questions identitaires et culturelles dans le contexte post-colonial. L’exposition et l’appareil de médiation qui lui est dédié sont donc centrés sur la dimension politique et engagée du travail de cet artiste qui choisit de les interroger de manière indirecte à travers un récit intime et personnel. L’ensemble des œuvres présentées se rejoint alors autour d’un même paradoxe : « le moi est pluriel et intrinsèquement fluide, mais façonné de manière décisive par de plus larges structures de pouvoir », explique le texte de salle.

4Le mot-clé, dans le travail de Danh Vo, tient précisément dans cette manière « indirecte » d’aborder ces thématiques. L’artiste n’oppose pas de traitement frontal à des sujets politiquement engagés, mais en propose une réflexion subtile et détournée par le biais de l’intime. Du titre de l’exposition à celui de la majorité des œuvres, une mise à distance humoristique est proposée, qui contraste avec les sujets abordés, à l’instar de cette pièce faite de l’assemblage de deux sculptures religieuses anciennes, l’une en marbre et l’autre en bois, l’une antique et l’autre gothique, que Danh Vo a intitulée Your mother sucks cocks in Hell. Ce titre provocateur, emprunté à une réplique célèbre du film de 1973, L’Exorciste, permet de confronter le sacré et le profane, la foi et le doute. Un autre fragment de sculpture en bois représentant le Christ en croix et datant du 16e siècle est associé à une inscription au crayon sur le mur dont la calligraphie des lettres fait écho aux torsions du Christ tout en affichant le titre de l’œuvre : Dirty Dancing, autre emprunt ironique à un film emblématique des années 1980.

5Le ton provocateur des titres et leur touche humoristique, l’esthétisme travaillé des œuvres, la dimension critique du discours, tout concorde dans le travail de Danh Vo pour en faire un succès public. Comme l’exposition de 2013 au Musée d’art moderne de la ville de Paris, celle du Guggenheim met l’accent sur la production d’un artiste présenté comme un chercheur et intellectuel engagé ; une production artistique dans laquelle le micro fait écho au macro et l’art révèle (à nouveau) son potentiel universel, malgré et à travers les spécificités d’un parcours personnel. Ce qui peut sans doute déranger dans cette exposition se trouve précisément dans ce succès qui paraît presque unanime pour cet artiste qualifié de conceptuel mais visuel, intellectuel mais pas théoricien, engagé mais non revendicateur – il est, mais n’est pas trop. L’exposition donne ainsi l’impression d’une mise en scène du politiquement correct qui permet au visiteur de réfléchir mais sans le forcer à une quelconque prise de position, amenant à douter des intentions de l’artiste derrière ce discours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émeline Jaret, « «Danh Vo: Take my Breath Away» »Marges, 27 | 2018, 194-195.

Référence électronique

Émeline Jaret, « «Danh Vo: Take my Breath Away» »Marges [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 25 octobre 2018, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/marges/1643 ; DOI : https://doi.org/10.4000/marges.1643

Haut de page

Auteur

Émeline Jaret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search