Navigation – Plan du site
Thématique

Quand un nom vaut des millions. État et limites d’un marché de l’art fondé sur une économie du nom d’artiste

When a Name is Worth Millions. Status and Limits of an Art Market based upon an Artist’s Name Economy
Anne-Sophie V. E. Radermecker
p. 44-61

Résumés

L’article interroge l’économie du nom d’artiste dans laquelle évolue le négoce de l’art actuel et la valeur symbolique et marchande qu’il lui confère. La première partie retrace les origines historiques de cette économie singulière et apporte des preuves empiriques du poids des noms (comme identifiants et signatures) sur le marché de l’art. Trois axes de réflexion sont ensuite développés : le nom d’artiste comme construction culturelle, les effets d’une prescription du nom sur les comportements d’acquisition et de création, et la question des marchés des œuvres anonymes.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Art, marché de l'art
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Une histoire de l’art des noms
La valeur du nom d’artiste sur le marché de l’art
Le nom comme construction culturelle : une valeur symbolique et marchande relative
Les conséquences d’une prescription du nom sur les comportements d’acquisition et de création
Un marché de l’art « sans noms » ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

L’actualité du marché de l’art a coutume de faire la part belle aux records de prix atteints par certains artistes, dont les noms – Munch, Bacon, Modigliani, Picasso ou, plus récemment, De Vinci – résonnent non sans une certaine familiarité auprès d’un large public. Lorsqu’il convient en revanche de nommer, voire de visualiser l’œuvre à l’origine du record, la réponse demeure moins évidente alors qu’il s’agit pourtant de l’objet même de la transaction. Cette situation est symptomatique de ce que l’économiste Nathalie Moureau définit comme un marché des noms, dont les prémices remonteraient, selon l’auteure, à l’avènement de l’art moderne. Si la quête marchande du nom d’artiste est en réalité attestée dès la première modernité, le phénomène n’a eu de cesse de s’accentuer avec désormais un marché de l’art globalisé dont les assises s’apparentent, à bien des égards, à une économie du nom. À l’exception d’une minorité d’artistes, bénéficiant aujourd’hui d’une réputation stab...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Sophie V. E. Radermecker, « Quand un nom vaut des millions. État et limites d’un marché de l’art fondé sur une économie du nom d’artiste  », Marges, 28 | 2019, 44-61.

Référence électronique

Anne-Sophie V. E. Radermecker, « Quand un nom vaut des millions. État et limites d’un marché de l’art fondé sur une économie du nom d’artiste  », Marges [En ligne], 28 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/marges/1804 ; DOI : 10.4000/marges.1804

Haut de page

Auteur

Anne-Sophie V. E. Radermecker

Aspirant F.R.S.- FNRS au Département d’Histoire, Arts et Archéologie de l’Université libre de Bruxelles.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals