Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Thématique : art contemporain et ...Vers un « nouvel irréalisme ». Un...

Thématique : art contemporain et institutions

Vers un « nouvel irréalisme ». Une exposition situationniste entre néo-avant-garde et critique institutionnelle

Towards a “New Unrealism”; A Situationist Exhibition Between Neo-Avant-Garde and Institutional Critique
Tobias Ertl
p. 59-75

Résumés

Lorsque, au début des années 1960, les Nouveaux Réalistes ont introduit des pratiques participatives et ludiques dans l’institution de l’art, l’Internationale Situationniste (I.S.) – estimant qu’il s’agissait d’une exploitation de leurs propres idées révolutionnaires au profit de l’industrie culturelle et du spectacle capitaliste – a réagi en propageant un « nouvel irréalisme ». L’article examine comment une exposition organisée en 1963 par l’I.S. à Odense, au Danemark, répond de manière critique aux Nouveaux Réalistes. En situant l’exposition dans l’histoire conflictuelle du groupe entre l’art et la politique, il sera soutenu qu’en identifiant les apories des tentatives néo-avant-gardistes de surmonter l’institution de l’art bourgeoise, l’I.S. se tourne vers des stratégies artistiques qui anticipent le conceptualisme de la critique institutionnelle.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La participation détournée
Dissolution et autonomie. L’I.S. face aux néo-avant-gardes
Gallery gesture. La critique institutionnelle de l’I.S.
Regard de loin, situation figée, maquette : l’irréalisme de l’image

Aperçu du texte

En juin 1960, l’Internationale Situationniste (I.S.) justifie dans un article intitulé « Die Welt als Labyrinth », son retrait d’une exposition du même nom, prévue au Stedelijk Museum à Amsterdam la même année. L’exposition devait consister en une installation architecturale ambiante, visuelle et sonore, sous forme de labyrinthe, afin d’offrir l’expérience, à l’intérieur d’un musée comme dans la ville d’Amsterdam, de ce que le groupe de Guy Debord avait conçu comme une appropriation ludique et expérimentale de l’espace urbain : une « dérive ». Cet événement collectif aurait été le seul moment dans l’histoire de l’I.S. (1957-1972) d’une coopération du groupe avec une institution artistique publique importante. Typique de la tonalité des polémiques avant-gardistes de l’I.S., l’article accuse le Stedelijk Museum et son directeur Willem Sandberg de « réformisme culturel » et de « falsifications » du projet. Un examen plus approfondi des sources révèle cependant que Debord et son groupe ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tobias Ertl, « Vers un « nouvel irréalisme ». Une exposition situationniste entre néo-avant-garde et critique institutionnelle »Marges, 33 | 2021, 59-75.

Référence électronique

Tobias Ertl, « Vers un « nouvel irréalisme ». Une exposition situationniste entre néo-avant-garde et critique institutionnelle »Marges [En ligne], 33 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/marges/2665 ; DOI : https://doi.org/10.4000/marges.2665

Haut de page

Auteur

Tobias Ertl

Assistant doctorant au département d’histoire de l’art contemporain à l’université de Fribourg (Suisse).

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search