Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33TémoignagesInstitution et sédition : la paro...

Témoignages

Institution et sédition : la parodie au cœur du Centre d’Art Contemporain d’Angoulême

Institution and sédition: parody at the heart of the Centre d’Art Contemporain of Angoulême
Garance Poupon-Joyeux
p. 126-142

Résumés

Les centres d’art contemporain émergent en France dans les années 1970 et se présentent, par leur ouverture aux expérimentations artistiques, comme une alternative aux lieux d’art traditionnels. Cependant, près de cinquante ans plus tard, ce modèle semble lui aussi s’être institutionnalisé. Cet article vise à questionner cette institutionnalisation en prenant l’exemple du Centre d’Art Contemporain d’Angoulême, un white cube gonflable qui parodie, à tous les niveaux, ces «nouvelles» institutions.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Le Centre d’Art Contemporain d’Angoulême, entre œuvre d’art et espace d’exposition
Un événement aux caractéristiques foraines et carnavalesques
Une transformation des institutions ?
Conclusion

Aperçu du texte

Dans les années 1970 et 1980 en France, des centres d’art contemporain émergent et se concentrent sur l’art actuel et ses expérimentations, que ce soit au niveau de la production ou de la diffusion de l’art. Ils se différencient des musées en se libérant du poids de la collection, et des charges qui en découlent, tout en s’émancipant d’un cadre juridique directement institué, puisqu’ils sont, pour la majorité d’entre eux, constitués en associations, souvent tout de même subventionnées par des fonds publics, et quelques-uns encore, régis directement par des collectivités territoriales ou des municipalités. Si l’appellation n’est pas contrôlée et semble être donc moins instituée, cette liberté est contrebalancée par la constitution, en 1992, d’un réseau officiel des centres d’art français (DCA-association française de développement des centres d’art contemporain), regroupant la majorité d’entre eux et faisant ainsi de l’ombre aux quelques autres centres d’art non fédérés à ce réseau.

B...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Garance Poupon-Joyeux, « Institution et sédition : la parodie au cœur du Centre d’Art Contemporain d’Angoulême »Marges, 33 | 2021, 126-142.

Référence électronique

Garance Poupon-Joyeux, « Institution et sédition : la parodie au cœur du Centre d’Art Contemporain d’Angoulême »Marges [En ligne], 33 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/marges/2709 ; DOI : https://doi.org/10.4000/marges.2709

Haut de page

Auteur

Garance Poupon-Joyeux

Elle est artiste. Elle est également inscrite en doctorat d’Arts Plastiques, sous la direction de Michel Verjux, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, École doctorale APESA.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search