Navigation – Plan du site
Dossier. Exégèse et lectio divina dans la péninsule Ibérique médiévale

Singuli in singulis libris legentes

Exégèse et lectio divina dans les cloîtres cisterciens ibériques, xiie-xve siècle
Singuli in singulis libris legentes. Exégesis y lectio divina en los claustros cistercienses ibéricos, ss. xii-xv
Singuli in singulis libris legentes. Exegesis and lectio divina in Cistercian Iberian cloisters, 12th-15th c.
Ghislain Baury
p. 85-106

Résumés

Les vestiges des bibliothèques médiévales des 153 abbayes cisterciennes de la péninsule Ibérique permettent d’analyser les pratiques de réception et de production d’exégèse. La proportion d’ouvrages du genre exégétique semble dans la norme générale pour les abbayes masculines mais nettement inférieure dans les abbayes féminines. Les auteurs carolingiens s’y trouvaient rarement, à l’inverse de Beatus de Liébana. Les textes liés à l’enseignement universitaires y étaient bien représentés, mais curieusement pas les auteurs cisterciens habituels, hormis Bernard de Clairvaux. Les moines cisterciens avaient d’autres occasions que le temps quotidien de lecture individuelle pour entrer en contact avec l’exégèse et ils se tenaient au courant des pratiques universitaires en la matière. Il n’y eut pas de production spécifiquement cistercienne d’écrits exégétiques avant la toute fin du xve s. et le petit essai du moine d’Alcobaça João Claro.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette recherche s’inscrit dans le cadre du projet de recherche I+D « Excelencia » du MINECO, « Lib (...)

1La péninsule Ibérique comptait au Moyen Âge 153 établissements cisterciens (quatre-vingt-deux abbayes masculines et soixante-et-onze féminines), fondés à partir du milieu du xiie s. et situés pour la plupart dans sa moitié septentrionale, au nord du Tage et de l’Èbre. Ces abbayes furent d’importants acteurs de la circulation des manuscrits dans la péninsule Ibérique, au moins dans les premiers temps de l’histoire de l’Ordre. Les vestiges de leurs bibliothèques, qui seront étudiés ici, promettent d’éclairer différemment l’histoire de la lectio divina jusqu’à la fin du xve s., en se penchant sur un cas de milieu monastique dans le contexte général du déploiement de la culture universitaire1.

  • 2 Bondéelle-Souchier, 1991 ; Id., 1994.
  • 3 Falmagne, 2012, p. 10.
  • 4 Bell, 1992 ; Id., 1995.

2Les informations subsistantes se présentent sous deux formes principales : les manuscrits conservés intégralement et les ouvrages mentionnés dans des inventaires médiévaux. Malgré l’ampleur de l’espace pris en compte, la matière est relativement peu abondante. De l’ordre de 650 manuscrits médiévaux seulement ont été identifiés comme provenant d’abbayes cisterciennes ibériques. Ce corpus ibérique s’avère nettement plus modeste, même rapporté au nombre des abbayes ayant existé, que celui constitué par Anne Bondéelle-Souchier dans les limites actuelles de la France (3 700 manuscrits intégralement conservés pour 406 abbayes masculines et féminines)2. Il est bien maigre au regard des 6 300 manuscrits cisterciens antérieurs à 1300 subsistant aujourd’hui qu’a recensés Thomas Falmagne3. Il demeure cependant nettement plus riche que ceux d’espaces ayant connu des destructions systématiques comme la Grande-Bretagne : David Bell n’a ainsi pu retrouver que 360 volumes pour les 130 abbayes cisterciennes des deux sexes de l’Angleterre et du Pays de Galles4.

  • 5 Pour un inventaire analytique des manuscrits d’Alcobaça, voir Ataide, 1930-1932. Pour une étude gé (...)
  • 6  Pour un inventaire analytique des fonds de Huerta, voir Rojo Arcajo, 1929, et pour une réinterprét (...)

3Dans la Péninsule, les deux principaux fonds sont celui d’Alcobaça, conservé par la Biblioteca Nacional de Portugal à Lisbonne (344 pièces), et celui de Santes Creus, abrité par la Biblioteca Pública del Estado de Tarragone (174 pièces)5. Peu de codex des autres bibliothèques ont subsisté : de l’abbaye de Huerta, nous connaissons trente-quatre volumes (conservés dans la Biblioteca Pública del Estado de Soria), de celle de Vallbona de les Monges, trente-et-un, de Poblet, vingt-deux et de Las Huelgas de Burgos, vingt6.

  • 7 Édition et/ou commentaire des inventaires de Santa María la Real : Hillgarth, 1959 ; de Valldigna  (...)

4Nous disposons également d’une douzaine d’inventaires médiévaux de bibliothèques affichant une prétention à l’exhaustivité, pour huit abbayes différentes. Les listes les plus remarquables concernent La Real de Majorque (nous en connaissons quatre différentes datant de 1386, 1443, 1499 et 1502 ; la première recense 210 volumes), Valldigna (notamment celle de 1434 qui mentionne 160 ouvrages), et Poblet (la plus ancienne du corpus, réalisée entre 1166 et 1181), mais il faut aussi mentionner celles de Santes Creus (également très ancienne, fin xiie ou début xiiie s.), de Valbonne (la liste des soixante codex ayant accompagné la fondation en 1242 de cette abbaye située au nord des Pyrénées, mais au sein de la couronne d’Aragon), de San Clemente de Tolède (1331), de Bouro (1408 et 1437) ou encore de Seiça (1408)7 [voir carte].

  • 8 Altisent, 1974a, pp. 89, 114-115 et 209-220 ; Id., 1974b.
  • 9 « Index alphabetico dos nossos escriptores », Biblioteca Nacional de Portugal (BNP), Fundo Geral, (...)
  • 10 Baury, 2010 ; pour un état des lieux concernant les abbayes masculines castillano-léonaises, voir (...)

5Parmi les sources secondaires, il faut tout d’abord prendre en compte les mentions diplomatiques médiévales de manuscrits, rarement répertoriées jusqu’à présent, à l’exception notable du cas de Poblet pour lequel Agustí Altisent a recensé des allusions à près de 200 œuvres8. Nous disposons ensuite des inventaires réalisés à l’époque moderne, le plus intéressant étant la « liste des auteurs cisterciens portugais » réalisée au xviiie s., qui mentionne plus d’une cinquantaine de codex médiévaux indiquant le nom du scribe9. Il faut enfin utiliser les membra disjecta que l’on trouve notamment dans les fonds archivistiques d’époque moderne, lorsque les manuscrits anciens furent démembrés et remployés comme couvertures de protection des fragiles documents ou livres en papier. Leur recensement n’en est qu’à ses débuts : en tout, quelques dizaines de manuscrits seulement ont été identifiés par ce moyen, neuf au maximum pour un même monastère, celui de Cañas10.

Carte. — Bibliothèques cisterciennes médiévales de la péninsule Ibérique

Carte. — Bibliothèques cisterciennes médiévales de la péninsule Ibérique
  • 11 Les Ecclesiastica Officia cisterciens (éd. et trad. dans Choisselet, Vernet, 1989, pp. 210-213) in (...)

6Au sein de cet ensemble, nous avons ensuite cherché à identifier les œuvres ayant servi à la lectio divina au sens de la tradition monastique (c’est-à-dire la lecture individuelle quotidienne et obligatoire des moines), mais aussi aux autres pratiques de lecture — notamment collectives — et d’écriture, qui amenaient les moines à méditer sur l’interprétation des textes bibliques11. L’opération s’est heurtée à deux incertitudes majeures, tout d’abord, concernant le contenu même des manuscrits, ensuite, quant à l’utilisation faite par les communautés des manuscrits identifiés. Fonction et nature des ouvrages restent ainsi souvent difficiles à établir même pour des ouvrages bien identifiés et préservés. Si l’on ajoute à cela le nombre important de manuscrits composites renfermant plusieurs œuvres différentes, on comprendra qu’il ait été impossible de procéder, au sein de notre corpus, à une comptabilité très rigoureuse des ouvrages que l’on peut considérer comme des commentaires scripturaires à proprement parler (qu’il s’agisse de textes obéissant à la forme classique du commentaire ou bien de textes dont l’objectif de commenter systématiquement un passage de l’Écriture s’est concrétisé sous une autre forme, comme celle du recueil de sermons — notamment ceux de Bernard de Clairvaux — ou des Bibles glosées). Nous tenterons cependant de confronter globalement la catégorie ainsi définie à d’autres catégories d’ouvrages présents dans le cloître, qu’il s’agisse de livres servant à des pratiques similaires de lecture ou bien destinés à d’autres usages (manuscrits liturgiques, textes de culture classique, d’histoire ou d’hagiographie, ouvrages de théologie ou de spiritualité monastique ne prétendant pas proposer une analyse systématique des textes bibliques), afin de mieux se représenter l’importance des pratiques relatives à l’interprétation de l’Écriture dans les cloîtres.

7À l’issue de cette recherche, cette contribution testera différentes hypothèses quant à la réception et à la production exégétique dans les milieux cisterciens ibériques : existe-t-il des coutumes, au sens large du terme, signalant des réseaux cisterciens hispaniques structurants sur le plan des lectures et de la lectio divina ? Communautés féminines et masculines se différencient-elles à ce sujet ? Afin de répondre à ces interrogations, je fixerai dans un premier temps les repères permettant d’évaluer l’importance des commentaires bibliques dans les bibliothèques cisterciennes ibériques. Dans un second temps, je me pencherai sur la place de ces ouvrages dans les pratiques de lecture des communautés avant de réfléchir pour terminer aux possibilités offertes aux moines de composer des commentaires scripturaires originaux.

Réunir des manuscrits d’exégèse : la composition des bibliothèques

  • 12 Thomas Falmagne a calculé que 24 % des ouvrages de l’ensemble des bibliothèques cisterciennes de l (...)

8En additionnant le nombre de livres bibliques et de commentaires (deux catégories pas toujours évidentes à différencier du fait de la présence toujours plus systématique des gloses) présents dans les bibliothèques monastiques les mieux connues, nous pouvons apprécier une assez forte proportion de manuscrits liés à la lectio divina. Cela n’est pas très étonnant, le terme même « bibliotheca » signifiant étymologiquement « collection de livres bibliques ». Ils représentent généralement près d’un tiers des fonds connus, notamment parmi les manuscrits conservés d’Alcobaça (113 sur 344), de Santes Creus (57 sur 174), ou de Huerta (13 sur 34), ou encore dans les principaux inventaires (71 sur 210 dans l’inventaire réalisé en 1386 de La Real de Majorque, 44 sur 160 pour celui de 1434 à Valldigna, par exemple). Cette proportion est comparable à celle observée dans les bibliothèques cisterciennes extérieures à la péninsule Ibérique12.

  • 13 Archivo-biblioteca de Vallbona de les Monges, ms. 4, 5, 12 et 15.
  • 14  Archivo-biblioteca de Las Huelgas de Burgos, ms. 12 et 13.
  • 15 Archivo Nacional da Torre do Tombo, Lisbonne, Ordem de Cister, Mosteiro de Lorvão, códice 44 ; Bib (...)
  • 16 Biblioteca Nacional de España (BNE), ms. 13058, fos 158ro-159vo.
  • 17 Cátedra, 1999, pp. 12-22.
  • 18 Baury, 2010, p. 149.

9Les abbayes féminines étaient en revanche beaucoup moins bien pourvues. Il faut certes se méfier des effets de sources, car ces bibliothèques sont aussi les moins bien connues : nous ne disposons guère que des fonds conservés de Vallbona de les Monges ou de Las Huelgas de Burgos, ainsi que de l’inventaire des quatre-vingts manuscrits de San Clemente de Tolède réalisé en 1331. Les commentaires utilisés par les moniales s’avèrent très rares parmi ces manuscrits. Vallbona de les Monges possédait un Commentaire de l’Évangile de Jean de saint Augustin, un Commentaire de l’Apocalypse de Bérengaud de Ferrières du xiiie s. et deux manuscrits, des xiie-xiiie et du xive s., de sermons de saint Bernard13. Las Huelgas de Burgos disposait d’un volume des Commentaires des Psaumes de saint Augustin et des Morales sur Job de Grégoire le Grand des xiiie et xive siècles14. Les bibliothèques de Lorvão, San Andrés de Arroyo et Las Huelgas de Burgos contenaient chacune un exemplaire du Commentaire de l’Apocalypse attribué à Beatus de Liébana, réalisé respectivement en 1189, à la fin du xiie et en 122015. Dans le catalogue de San Clemente de Tolède, on ne peut identifier avec certitude qu’un seul commentaire, les Morales sur Job16. À l’issue de sa recherche sur les titres peu explicites de cette liste, Pedro Cátedra en a identifié une poignée d’autres, dont peut-être la Concorde de Joachim de Flore et son Commentaire de l’Apocalyse17. Nous connaissons également par des membra disjecta la présence à Cañas d’un volume des Morales sur Job copié dans les années 1170-118018. L’ensemble reste très modeste au regard de ce que l’on trouve pour les maisons masculines.

  • 19 Zimmermann, 2003, t. I, pp. 553-554 ; Suárez, 2010.

10Les mécanismes de constitution des bibliothèques monastiques répondaient avant tout à des logiques passives : Michel Zimmermann les a qualifiés de processus « d’accumulation interne », Ana Suárez « d’alluvionnement »19.

  • 20 Gallia Christiana, t. VI, 1739, Instrumenta, no XVI, col. 487-488.
  • 21 André Vernet a recensé sept ou huit références à La Real dans une liste de manuscrits de l’abbaye (...)
  • 22 Biblioteca Publica de l’Estat (BPE), Tarragone, ms. 32 (ex libris sur le fo 1ro), 106 (fo 7ro) et (...)

11Tout d’abord, l’autorité monastique imposait ses choix à une nouvelle communauté. Dans le contexte cistercien, il s’agissait des règlements de l’Ordre — qui imposaient la fondation d’une nouvelle abbaye par essaimage d’une ancienne et la présence dès le début d’un fonds de manuscrits indispensables — mais aussi des possibilités matérielles de ces abbayes mères. Ainsi l’abbaye de Fontfroide fournit une soixantaine de manuscrits à sa nouvelle fille, Valbonne, lors de la fondation en 124220, ainsi qu’une partie de ceux utilisés pour la fondation de La Real de Majorque en 1236 par sa fille Poblet, sans doute moins bien pourvue21. Dans le cas des abbayes féminines, les abbés-pères contribuaient également à la constitution de la bibliothèque initiale, comme en témoignent les trois manuscrits réalisés à Santes Creus et portant des ex libris de la communauté féminine de Bonrepós22.

  • 23 Altisent, 1974a, p. 214.
  • 24 Ibid., pp. 318-330.

12Une partie des manuscrits arrivaient dans les cloîtres au hasard des donations de personnes extérieures à la communauté, des bienfaiteurs ecclésiastiques ou laïcs. Les donations les plus marquantes venaient des souverains : les sources diplomatiques de Poblet en ont conservé la trace. Ainsi Jacques III de Majorque offrit à l’abbaye une quarantaine de volumes en 134123. Quelques années plus tard, Pierre IV d’Aragon, après avoir officiellement érigé Poblet en panthéon royal, offrit à l’abbaye de nombreux volumes de chroniques et d’annales, puis ordonna en 1380 la construction d’une nouvelle salle (qui ne vit jamais le jour) dans le monastère, qui devait héberger une bibliothèque publique d’histoire de la royauté aragonaise, distincte de la bibliothèque monastique. Il offrit pour ce faire une grosse collection de livres prélevée sur sa bibliothèque personnelle24. Les ouvrages présents dans le cloître pouvaient donc en réalité correspondre aux centres d’intérêt de personnes qui lui étaient extérieures et ne pas refléter fidèlement les aspirations ou même les besoins réels des communautés.

  • 25 Muñoz, 1979.
  • 26 Mattoso, 1972.
  • 27 Altisent, 1974b, pp. 152-154.
  • 28 Ibid., pp. 114-115.

13Par ailleurs, une comparaison entre les quatre catalogues de La Real de Majorque, ou entre les deux de Bouro, ainsi que d’autres informations diplomatiques relatives à Poblet montrent que le contenu des bibliothèques cisterciennes était plutôt évolutif et dynamique. Ainsi, les listes de livres de La Real comportaient en 1386, 210 entrées, en 1443, 57, en 1499, 144 et en 1502, 116. Elles traduisaient certainement des logiques d’inventaires différentes, mais elles mettent tout de même en évidence les allées et venues de certains manuscrits dans et hors du cloître25. La même observation vaut pour Bouro où la confrontation entre les listes de 1408 (70 entrées) et de 1437 (112), qui ont pour leur part été constituées suivant les mêmes principes, montre que, malgré la croissance générale de la bibliothèque, un certain nombre d’ouvrages ont disparu en l’espace d’une génération26. Le cas documenté à Poblet d’un moine, Arnau d’Abella, qui après avoir été élu abbé de Rueda en 1418, emporta avec lui une douzaine de livres dans son nouveau monastère illustre l’un des mécanismes de fuite d’ouvrages, une perte temporaire dans ce cas puisque le document précisait que les livres avaient vocation à revenir dans la maison mère à la mort d’Arnau27. Le chartrier de Poblet conserve également la trace de plusieurs prêts de livres à des ecclésiastiques extérieurs à la communauté28.

  • 29 Domínguez, 1952, pp. 18-19.
  • 30 BPE, Tarragone, mss. 16, 58, 80.
  • 31 BPE, Tarragone, ms. 47 (ex libris au fo CDXXvo).

14L’activité de production interne de manuscrits par copie est encore assez mal connue, mais le scriptorium monastique ne fournissait qu’une part minoritaire des ouvrages utilisés au sein d’une abbaye cistercienne. Ainsi, dans les fonds conservés de Santes Creus, seuls vingt-six ouvrages sur 174 ont assurément été copiés dans l’abbaye, d’après l’analyse paléographique de Jesús Domínguez29. Il s’agit essentiellement d’ouvrages liturgiques, mais on y trouve également un Cantique des Cantiques glosé, un volume de sermons de saint Bernard et un autre des œuvres de saint Bernard30. Une autre démarche active de constitution des fonds de la bibliothèque monastique consistait à acheter des ouvrages, notamment auprès de communautés religieuses qui pouvaient être étrangères à l’ordre cistercien. C’est probablement le chemin qu’a emprunté un recueil de sermons du xiiie s. qui aboutit à une date indéterminée dans les fonds de Santes Creus, et porte encore un ex libris à moitié effacé témoignant de son passage dans la bibliothèque du Mont Carmel31.

  • 32 Zimmermann, 2003, t. I, pp. 559-578.
  • 33 Nebbiai-Dalla, 2008.

15Ni les inventaires, ni les manuscrits conservés, ni les sources diplomatiques ne laissent apparaître de traces d’une logique de classement permettant de penser que les responsables des bibliothèques cisterciennes plaçaient les commentaires scripturaires dans une catégorie spécifique. Cette absence est d’autant plus étonnante pour les abbayes catalanes, alors que des précédents existent pour cet espace au Moyen Âge central : Michel Zimmermann a relevé dans les sources diplomatiques des ixe-xiie s. une opposition binaire entre libri divinitatis et ex grammatica, les premiers incluant les manuscrits bibliques, les commentaires scripturaires, les ouvrages de spiritualité et de théologie, et les seconds les ouvrages « scolaires ». Dans l’inventaire-catalogue de Ripoll de 1047, il a également pu observer l’existence implicite d’une catégorie « commentaires de l’Écriture », distincte d’ailleurs de la catégorie « patristique »32. Peut-être faut-il considérer que les cisterciens ont suivi sur ce point l’évolution générale de toutes les bibliothèques du Moyen Âge tardif : les commentaires se trouvèrent alors soit mélangés avec les manuscrits bibliques et classés avec eux au premier rang de la hiérarchie, soit rangés en fonction de leur auteur dans la catégorie « patristique » ou « théologie »33.

  • 34 BnF, nouv. acq. lat., ms. 2290. Cette attribution est cependant contestée : si l’on accepte l’idée (...)
  • 35 Pierpont Morgan Library, New York, M.429. Pour son étude, voir Raizman, 1983 et Id., 2005.
  • 36 BPE, Tarragone, ms. 47. On hésite dans ce cas entre une réalisation dans le scriptorium de Santes (...)

16Sans doute pour cette raison, les commentaires de l’Écriture ne firent pas l’objet d’investissements matériels plus importants que les autres types d’ouvrages au sein ces communautés. Il faut certes relever l’existence de quelques commandes somptuaires remarquables, comme le Beatus de San Andrés de Arroyo, luxueusement enluminé avec de la peinture d’or et d’argent, au point qu’il a été considéré comme une commande royale de Ferdinand III pour la reine Béatrice de Souabe34, ou encore celui de Las Huelgas de Burgos, daté de 1220 et parfois considéré comme une commande de la reine douairière de Castille, Bérengère35. Tous deux furent cependant financés et conçus en dehors des abbayes qui finirent par les utiliser. D’autres ouvrages réalisés localement témoignent aussi d’une volonté de mise en valeur : c’est le cas de la copie du xve s. des Sermons sur le Cantique des Cantiques de Bernard de Clairvaux conservé à Santes Creus, dans lequel l’emploi de la peinture dorée témoigne d’une aspiration au luxe qui tranche avec l’exécution quelque peu malhabile des enluminures36. Sans doute faut-il interpréter ce cas comme un exemple de valorisation, non du caractère exégétique de l’œuvre, mais de l’autorité intellectuelle de saint Bernard dans un contexte cistercien.

  • 37 Lobrichon, 2003, chap. « L’exégèse biblique. Histoire d’un genre littéraire (viie-xiiie siècle) », (...)

17Concernant les livres bibliques les plus commentés au sein des bibliothèques cisterciennes, une quantification précise demeure là encore impossible. Le corpus dégage l’impression générale d’une certaine surreprésentation des commentaires des Psaumes, de l’Apocalypse et du Cantique des Cantiques, mais toutes les bibliothèques médiévales, quel que soit leur type, partagent cette caractéristique37.

  • 38 Ce commentaire était très largement diffusé dans les milieux cisterciens et monastiques en général (...)
  • 39 Nous n’avons par exemple repéré, au sein de ce corpus, aucune copie de l’homéliaire de Paul Diacre (...)

18L’identité des auteurs présents dans ces collections cisterciennes s’avère souvent bien difficile voire impossible à établir dans les inventaires, généralement très évasifs, et même parmi les manuscrits subsistants, souvent victimes d’erreurs médiévales d’attribution que les catalogues actuels reproduisent parfois encore. Nous relèverons sans surprise la présence très fréquente des œuvres exégétiques des Pères de l’Église, notamment Jérôme, Augustin et surtout Grégoire le Grand. De manière peut-être plus inattendue, le corpus est également marqué par l’importance des auteurs scolastiques du xiie s. (avec l’omniprésence de la glose ordinaire, des commentaires bibliques des Victorins ou de ceux de Pierre Lombard), dont la fréquence est même supérieure à celle des auteurs cisterciens, si l’on excepte Bernard de Clairvaux. La rareté du commentaire d’Adam de Perseigne sur le Cantique des Cantiques interpelle, par exemple38. Les auteurs carolingiens y sont moins bien représentés que dans les bibliothèques cisterciennes de France39. Les périodes plus tardives font la part belle à Thomas d’Aquin — mais plus souvent à travers sa Somme Théologique que ses commentaires bibliques — ainsi qu’à Nicolas de Lyre, ce qui montre que les bibliothèques cisterciennes ibériques ont été tenues à jour en matière d’exégèse.

  • 40 Jean Leclercq a souligné en son temps que les cultures monastique et scolastique n’étaient pas aus (...)

19Ce bref parcours dans le contenu des bibliothèques cisterciennes ne permet pas de les distinguer clairement des bibliothèques scolaires ou universitaires : la catégorie d’« exégèse monastique » n’est donc pas opérante dans ce contexte, les cisterciens ne montrant pas de prédilection particulière pour la recherche du sens allégorique plutôt que du sens littéral de l’Écriture40.

  • 41 BNP, Alcobaça, ms. 247 (traditionnellement daté du xiiie s., mais récemment reculé à la fin du xii(...)

20La spécificité la plus évidente du corpus tient à la surreprésentation du commentaire de l’Apocalypse attribué à Beatus de Liébana, typiquement hispanique. Cinq exemplaires en ont été conservés : les trois manuscrits enluminés déjà cités de Las Huelgas, de San Andrés de Arroyo ainsi que de Lorvão (copié par et pour la communauté de chanoines augustins qui avait précédé la communauté cistercienne féminine), mais aussi deux exemplaires non enluminés (une rareté) de l’œuvre, l’un dans le fonds d’Alcobaça et l’autre dans celui de Poblet41. Ce dernier comporte par ailleurs deux éléments remarquables, un ex libris (fo 193ro) et un inventaire de la bibliothèque de Poblet (fo 193vo).

21En fin de compte, les bibliothèques cisterciennes ibériques ne se distinguaient guère des autres bibliothèques ecclésiastiques de l’époque en matière d’exégèse. On ne relève pas de véritable spécificité cistercienne en dehors d’une présence accrue des œuvres de saint Bernard. Seule se manifeste une spécificité hispanique à travers la présence importante du Commentaire de l’Apocalypse attribué à Beatus et la rareté des commentaires d’auteurs carolingiens.

Pratiques de la lecture et utilisation des textes d’exégèse

22Il est particulièrement difficile d’établir précisément les usages des manuscrits connus. Pour formuler des hypothèses cohérentes malgré les multiples effets de source possibles, il faut partir des textes normatifs. La règle bénédictine imposait aux moines quatre pratiques majeures de lecture : la lecture individuelle quotidienne ou lectio divina, mais aussi l’écoute collective d’un texte lu pendant les repas, pendant l’office ou encore dans le cloître avant l’office de complies (la collatio). Dans les années 1130, les Ecclesiastica Officia cisterciens apportèrent quelques précisions quant à leur mise en œuvre. Nous analyserons la mise en pratique de ces normes en examinant les notes marginales figurant dans les manuscrits conservés ainsi que les indications topographiques ou fonctionnelles fournies par certains inventaires.

  • 42 Voir le tableau de Jacques Biarne sur l’horaire des moines reproduit dans Choisselet, Vernet, 1989 (...)
  • 43 David Bell en a cependant trouvé la trace dans l’ordinal du monastère bénédictin féminin anglais d (...)
  • 44 « Lectiones in claustro terminare. legentibus monstrare. et per se aut per alium auscultare », Ecc (...)
  • 45 Robertson, 2011, pp. ix-xx.
  • 46 « ut fratres possint liberius sanctae contemplationi vacare & studio », Gallia Christiana, t. VI, (...)

23Le chapitre XLVIII de la Règle, consacré au travail quotidien, prescrivait en plus des tâches manuelles un temps de lecture individuelle en milieu de journée l’été, en début de matinée l’hiver. Cela imposait aux moines de consacrer en moyenne trois heures par jour à la lecture, une durée variable suivant les saisons42. La Règle prévoyait à cet effet la distribution annuelle, au début du Carême, d’un ouvrage à chaque membre de la communauté, à charge pour lui de le lire entièrement pendant l’année, mais la réalité de cette pratique est rarement attestée43. Les prescriptions cisterciennes des Ecclesiastica Officia stipulant que le chantre devait « dans le cloître déterminer les lectures, les montrer à ceux qui lisent et les écouter lui-même ou les faire écouter par un autre » laissent à penser à une pratique plus ponctuelle et encadrée de la lectio divina par les moines, les livres devant réintégrer la sacristie ou l’armarium dans l’angle nord-est du cloître à l’issue de cette phase de la journée44. D’après la Règle, cette lecture devait s’accompagner d’une pratique de « méditation », ce qui jusqu’au xiie s. signifiait que les moines ou moniales lisaient le texte à haute voix puis le répétaient jusqu’à le mémoriser afin de pouvoir se livrer à la contemplation, suivant les prescriptions de Cassiodore45. Il s’agissait donc d’une pratique de lecture qui ne pouvait pas laisser de traces sous forme de notes écrites dans le manuscrit, ce qui complique l’identification des codex destinés à cet usage et nous laisse peu de matière à réflexion sur la réception de l’exégèse dans ce cadre. Les listes restent généralement évasives quant à l’utilisation des livres. Celle de Valbonne en 1242 précisait que tous les ouvrages mentionnés (parmi lesquels des œuvres d’exégèse mais aussi des manuscrits liturgiques et des textes normatifs) devaient permettre « aux frères de s’adonner pleinement à la sainte contemplation et à l’étude », mais le rédacteur n’a pas cherché à opposer par ce balancement deux pratiques différentes de lecture46. Les lieux de conservation parfois mentionnés dans les inventaires ne donnent guère de certitudes non plus car les ouvrages circulaient au sein du monastère.

  • 47 Dahan, 1999, pp. 90-91.
  • 48 David Bell a clairement démontré la surreprésentation des ouvrages en langue vernaculaire dans les (...)

24La nature des ouvrages qui devaient servir à ce temps de lecture ne faisait d’ailleurs pas l’objet d’une réglementation très contraignante. Seul le chapitre conclusif (LXXIII) de la règle bénédictine prescrivait un peu plus précisément l’utilisation de certains textes (mais sans spécifier les pratiques à mettre en œuvre) : d’abord les Écritures, naturellement, puis les Pères de l’Église en général (suggérant par cet ordre qu’il s’agissait surtout de leurs commentaires bibliques), puis les écrits concernant les Pères du Désert. C’est ce qui explique la surreprésentation des œuvres exégétiques de Jérôme, d’Augustin ou de Grégoire le Grand (notamment ses Morales sur Job) au sein de notre corpus. La fréquence importante des commentaires des Psaumes, des Épîtres et de l’Évangile pourrait par ailleurs manifester la volonté des moines de profiter de ce temps de lecture pour donner individuellement du sens à leurs pratiques liturgiques, et pour certains de préparer homélies et collationes en phase avec les lectures des offices. Enfin, la forte présence de commentaires sur le Cantique des Cantiques (les sermons de Bernard de Clairvaux, mais pas seulement), s’explique par le contexte général et en particulier cistercien du développement de la piété mariale à partir du xiie siècle47. La moindre proportion de commentaires de l’Écriture dans les cloîtres féminins suggère que la pratique de la lecture individuelle y portait moins sur ce type d’ouvrage, peut-être parce qu’ils étaient en latin48.

  • 49 Salmon, 1967, p. 68.
  • 50 Ecclesiastica Officia, pp. 132-133.
  • 51 Archivo Nacional da Torre do Tombo, Lisbonne, Ordem de Cister, Mosteiro de Lorvão, cód. 44, fos 12 (...)
  • 52 Waddell, Reilly, 2015, pp. 178-180.
  • 53 Il arrive en tête, avec quatre-vingt-treize occurrences, du classement des ouvrages identifiés dan (...)

25D’autres pratiques monastiques de réception de la culture écrite, plus passives, pouvaient impliquer l’utilisation d’œuvres d’exégèse. Il s’agissait tout d’abord de l’écoute de la lecture à voix haute pendant les repas de la communauté, prescrite par le chapitre XXXVIII de la Règle. Nous savons que les lectures du réfectoire servaient généralement, à partir du Moyen Âge central, à compléter ou à achever les leçons qui n’avaient pas pu être terminées à l’office (ce qui se produisait de plus en plus souvent en raison du développement progressif des antiennes et répons)49. Dans les années 1130, les Ecclesiastica Officia, au chapitre XLI, identifiaient clairement les textes concernés suivant les périodes de l’année : il s’agissait exclusivement de livres des Écritures50. Pourtant, l’étude de cas montre que des ouvrages d’exégèse pouvaient être utilisés dans ce contexte. Deux notes marginales tardives du Beatus de Lorvão montrent ainsi que les moniales écoutaient la lecture de ce commentaire latin en mangeant, dans ce livre qui circulait entre le chœur et le réfectoire51. Chrysogonus Waddell a par ailleurs montré que des manuscrits d’exégèse patristique comme le Commentaire des Psaumes de saint Augustin pouvaient servir à la lecture au réfectoire52. De fait, cet ouvrage apparaît avec une grande fréquence dans notre corpus, et de manière plus générale dans les bibliothèques cisterciennes de tout l’Occident53.

  • 54 Les fragments conservés révèlent notamment l’utilisation dans ce contexte du Sermo CCXLV du pseudo (...)
  • 55 BNP, Alcobaça, ms. 346, fos 24ro (« Hic remansit in ecclesia ad uigilias anno domini m ccc xii qui (...)
  • 56 BPE, Soria, ms. 32-H.

26Le chapitre IX de la Règle imposait également une lecture collective lors de l’office des vigiles, au cours duquel il fallait utiliser des passages des Écritures, mais aussi des textes patristiques. C’était l’occasion pour les moines de prendre connaissance, avec ces lectures homilétiques, de commentaires de l’Écriture conçus par exemple sous la forme du sermon, comme il apparaît dans les manuscrits liturgiques comme le lectionnaire d’Oia, connu par des membra disjecta54. Les manuscrits conservés prouvent par ailleurs que des ouvrages complets servaient dans ce contexte liturgique : ainsi, un manuscrit des Commentaires des Psaumes de saint Augustin copié au xiiie s. et conservé dans le fonds d’Alcobaça présente deux notes datées de 1312 et de 1313 indiquant qu’il était alors utilisé dans ce monastère pour l’office des vigiles et qu’il devait demeurer dans l’église55. À Santes Creus, un exemplaire de la même œuvre réalisé à la fin du xiie ou au début du xiiie s. avait été doté, peut-être dès l’origine, de rubriques marginales découpant la totalité du texte en séries de trois leçons, à l’évidence pour cet usage56.

  • 57 Waddell, Reilly, 2015, pp. 180-182.
  • 58 Dahan, 1999, pp. 76-77 ; Cátedra, 1999, pp. 12-22.
  • 59 Ibid., pp. 12-22.
  • 60 Bell, 1995, p. 60.

27À un autre moment de leur journée, les moines cisterciens pouvaient discuter de textes exégétiques, voire commenter oralement les Écritures. La Règle prévoyait en effet dans son chapitre XLII un temps de lecture collective avant l’office de complies, qui devait principalement être consacré à l’ouvrage de Jean Cassien, les Conférences des Pères (Collationes Patrum), mais pouvait également porter sur n’importe quelle lecture édifiante57. Dès l’époque carolingienne, avec Smaragde de Saint-Mihiel notamment, le terme de « collation » avait pris le sens plus large de réflexion commune impliquant la lecture à voix haute de textes variés, mais aussi une prise de parole et une discussion. Dans les monastères cisterciens, si les Conférences demeuraient très utilisées dans ce contexte (en témoigne leur omniprésence dans les bibliothèques monastiques, notamment au sein de notre corpus), on devait également utiliser directement les textes bibliques ou bien les œuvres des Pères de l’Église58. Mais le seul témoignage direct des pratiques de la collation chez les cisterciens ibériques nous éloigne de ce type de textes : le catalogue de San Clemente de Tolède de 1331 mentionne trois périodes de l’années, l’Avent, le Carême, et Pâques, pendant lesquelles étaient utilisés pour la collation trois ouvrages différents, un recueil de miracles de la Vierge, des Vies des Pères (sans doute l’ouvrage d’Origène) et un volume de Gestes du Sauveur, donc aucun commentaire biblique à proprement parler59. Peut-être s’agissait-il là d’une spécificité des communautés féminines. À ce propos, il est intéressant de relever que cette lecture reposait au moins dans deux cas sur trois sur des textes latins. Même si David Bell a trouvé dans les manuscrits des indices prouvant sans ambages que des moniales lisaient et chantaient des textes latins sans en comprendre précisément la teneur60, pouvait-il en être de même dans le cadre de la lecture plus active effectuée lors de la collation ?

  • 61 Dès 1237, l’Ordre encouragea chaque abbaye à y envoyer ses meilleurs éléments, et le Chapitre Géné (...)
  • 62 BNP, Alcobaça, ms. 273 (cité dans ibid., p. 241).
  • 63 En témoigne la célèbre dalle funéraire conservée aujourd’hui au musée de Cluny, qui recouvrait au (...)
  • 64 BNP, Alcobaça, mss. 2 et 261 (cités par Cocheril, 1963, p. 242).

28Certains ouvrages de notre corpus révèlent d’autres usages que les textes normatifs n’avaient pas anticipés. Il s’agit de manuscrits ayant servi dans un contexte universitaire, soit parce qu’ils avaient été acquis auprès d’universitaires extérieurs à l’ordre cistercien, soit parce qu’ils avaient été conçus pour les moines appelés à se former dans une université61. Au Portugal, les efforts de l’abbaye d’Alcobaça pour fonder un studium generale entre ses murs à partir de 1269, puis son rôle moteur dans la création de l’université de Lisbonne-Coimbra en 1288-1290, et dans son fonctionnement ultérieur, sont désormais bien connus. Les fonds de la bibliothèque de cette abbaye sont marqués du sceau de la culture universitaire, et ses manuscrits en reflètent les pratiques. Au xive s., un de ses moines acheta ainsi au prix de douze livres une copie de l’Apparatus super sexto libro Decretalium à Lisbonne62. Parmi ses manuscrits, d’autres ont été rapportés de Paris où les moines d’Alcobaça, à l’instar de ceux de Poblet63, pouvaient bénéficier des facilités du collège Saint-Bernard pour intégrer l’université : c’est le cas de cette glose ordinaire de l’Évangile de Jean où est mentionné le nom d’un certain Magister Petrus de Montis Maioris, ainsi que de la copie, datée de 1285 et réalisée suivant le système de la pecia, du commentaire de Thomas d’Aquin sur le quatrième livre des Sentences de Pierre Lombard64.

  • 65 Altisent, 1974b, pp. 156-159.

29De l’autre côté de la Péninsule, Poblet entretenait également des liens étroits avec l’université de Toulouse. Nous conservons un inventaire de livres appartenant à Poblet et conservés dans l’église du Saint-Suaire de Toulouse (qui dépendait de l’abbaye cistercienne de Cadouin), rédigé vers 1438 par un moine de Poblet, Joan de Monrós. Ce dépôt comprenait notamment, parmi beaucoup de textes universitaires de philosophie aristotélicienne ou de théologie franciscaine, des commentaires de l’Apocalypse et du Cantique des Cantiques (sans doute une glose), et il était à l’évidence utilisé par les moines de Poblet envoyés là par leur abbé pour y mener des études universitaires65.

  • 66 Canivez, 1933-1941, t. III, nos 7-8, p. 326.
  • 67 Le fonds Alcobaça conserve ainsi huit manuscrits comportant une ou plusieurs œuvres d’Hugues de Sa (...)

30De manière générale, tous les cisterciens ibériques entraient régulièrement en contact avec la culture universitaire : un collège cistercien fonctionna en Navarre à Estella de 1289 à 1333 ; un autre fut fondé à Salamanque après 1335. Les normes cisterciennes importèrent les pratiques universitaires dans le cloître : le chapitre général de Cîteaux prescrivit ainsi en 1312 la mise en place, pour tous les monastères de l’Ordre, de trois lectiones hebdomadaires sur l’Écriture sainte, dans une démarche de vulgarisation du savoir universitaire par les moines en ayant bénéficié66. Aussi, les bibliothèques cisterciennes reflétaient-elle en partie les activités et la formation universitaire de certains moines en dehors des cloîtres, ce qui contribue à expliquer la forte présence de copies de la glose ordinaire, le manuel universitaire de l’exégèse aux xiiie et xive s., mais aussi des travaux exégétiques des maîtres des écoles parisiennes du xiie s., ceux des Victorins ou de Pierre Lombard par exemple67.

31Les différentes pratiques de lecture dans les cloîtres cisterciens ibériques donnaient ainsi de multiples opportunités aux moines d’appréhender la méthode exégétique au quotidien, par la lecture individuelle, par l’écoute de lectures collectives et par la discussion collective autour des Écritures ou de ses commentaires, mais aussi par l’approche universitaire — directe ou sous la forme d’un effort régulier de vulgarisation des moines les mieux formés.

Écrire l’exégèse dans les cloîtres cisterciens ibériques

  • 68 Ecclesiastica Officia, pp. 324-325.
  • 69 Waddell, 1999, pp. 351 et 481.

32Les moines cisterciens étaient à tel point imprégnés de la méthode exégétique que l’on peut à juste titre se demander si les plus inspirés d’entre eux n’ont pas souhaité concevoir et mettre par écrit des commentaires scripturaires originaux. La règle bénédictine n’interdisait pas la composition de nouveaux textes. Les Ecclesiastica Officia cisterciens l’évoquaient très indirectement en indiquant l’existence du scriptorium, une pièce dédiée spécifiquement à l’écriture mais pas au stockage des livres, le chantre ayant pour mission d’y apporter et d’en remporter les ouvrages sans y pénétrer68. Il pouvait cependant s’agir exclusivement d’une activité de copie de manuscrits (et occasionnellement de chartes). Toujours dans les années 1130 cependant, un autre texte normatif cistercien fondamental, les Instituta Generalis Capituli, prévoyait explicitement la possibilité pour les moines d’écrire ou de dicter des textes neufs : il fallait cependant obtenir pour ce faire l’autorisation du chapitre général de l’Ordre, une procédure plutôt lourde pour les moines ibériques du fait de leur éloignement géographique qui générait un important absentéisme des abbés de la Péninsule à cette réunion annuelle. De fait, nous n’avons conservé aucune trace d’éventuelles demandes d’autorisation adressées aux capitulants69.

  • 70 Leclercq, 2008, pp. 160-170 ; Robertson, 2011, pp. ix-xx.
  • 71 BPE, Tarragone, ms. 131, fos i-xcix.

33À partir du xiie s., comme l’a montré Duncan Robertson, la pratique même de la lectio divina impliquait désormais l’action, que ce soit de façon implicite selon Guigues le Chartreux ou explicite d’après Hugues de Saint-Victor. Ce processus s’exprima notamment dans l’écriture, en particulier celle de sermons qui n’étaient plus destinés à être prononcés dans un contexte de prédication mais avant tout à être lus individuellement : tel était notamment le cas de plusieurs œuvres de saint Bernard70. C’est sans doute à ce moment-là que le scriptorium des monastères devint un lieu d’étude. Ainsi, dans les manuscrits les plus tardifs, certaines notes marginales comme les commentaires, références croisées et signalements de passages importants portés sur un abrégé des Morales sur Job de Grégoire le Grand copié au xive s. et conservé dans le fonds de Santes Creus, témoignent d’une lecture active anticipant visiblement une relecture et une utilisation ultérieure du contenu par le lecteur71.

  • 72 Leclercq, 2008, pp. 160-170.
  • 73 Muñoz, 1979, pp. 49-50, 61-63.
  • 74 BPE, Tarragone, ms. 109, par exemple au fo 6ro.

34Les pratiques monastiques contraignaient par ailleurs l’abbé (ou celui qu’il désignait à sa place) à donner régulièrement des sermons à ses moines, notamment le matin avant le travail manuel72. En outre, nous avons vu que les abbés cisterciens avaient après 1312 la charge d’organiser au moins trois fois par semaine un exposé à tonalité universitaire sur les Écritures. Enfin, nous savons que la collation pouvait tout aussi bien prendre la forme d’une lecture collective que celle d’un sermon, d’une discussion ou d’un moment d’étude. Cela suppose donc que certains membres des communautés, en particulier les abbés, devaient être capables de préparer des interventions de ce type, préparations qui impliquaient la maîtrise et la mise en œuvre d’une démarche exégétique. De fait, dans le monastère de Valldigna, en 1434, la pièce où se déroulait cette activité s’appelait « archives-étude de l’abbé » et elle renfermait, outre les chartes de l’institution, quarante-trois manuscrits traitant de divers sujets, parmi lesquels se trouvaient des commentaires scripturaires, et qui formaient un fonds distinct de l’armarium du cloître où se trouvaient soixante-dix-sept autres volumes73. Cette situation peut expliquer pourquoi, au sein de notre corpus, les annotations marginales s’avèrent plus fréquentes dans les manuscrits relevant du genre du sermon exégétique, utiles pour toutes ces pratiques. Nous pouvons évoquer l’exemple de la copie du xve s. des Sermons sur le Cantique des Cantiques de saint Bernard conservée dans le fonds de Santes Creus : un lecteur y a signalé certains passages, ceux dont il entendait s’inspirer, mais de multiples esquisses de personnages montrent également que son esprit vagabondait volontiers74.

  • 75 BNP, Alcobaça, ms. 55, fos 122-135.
  • 76 BNP, Alcobaça, ms. 72.
  • 77 BNP, Alcobaça, ms. 81, 93.
  • 78 « Index alphabetico dos nossos escriptores », BNP, Fundo Geral, ms. 1494, no 43 et BNP, Alcobaça, (...)

35Nous n’avons cependant guère de traces pour la péninsule Ibérique d’un passage à l’écrit plus formel des moines cisterciens dans le domaine des commentaires bibliques, du moins avant la toute fin du Moyen Âge. Un manuscrit d’Alcobaça du dernier quart du xve s. réunit en effet les notes de lecture d’un moine d’Alcobaça sur le Commentaire sur les Psaumes de Nicolas de Lyre et sur d’autres commentaires des Psaumes ; l’auteur y ajouta à la suite, outre des prières, quelques pages de réflexions personnelles75. Le scribe a signé ce texte : il s’agissait d’un certain João Claro, mort en 1520, qui a également rédigé dans un autre manuscrit du même fonds une série de notes ascético-mystiques76. À l’époque moderne, plusieurs autres moines d’Alcobaça rédigèrent des textes exégétiques : en 1565, Francisco Machado, passé par l’université de Paris et travaillant dans le monastère de Tomarães, signa un commentaire des sept psaumes pénitentiels ; on conserve également un commentaire du Cantique des Cantiques du xvie s. composé par un certain Luis de Sottomaior77. Beaucoup d’autres œuvres médiévales d’exégèse furent attribuées à des moines d’Alcobaça par les bibliothécaires de l’abbaye au xviiie s., mais ces derniers ont volontairement confondu les noms des copistes avec ceux des auteurs, voire inventé des noms d’auteurs locaux pour des textes anonymes afin d’augmenter le prestige intellectuel de leur abbaye : ils attribuèrent ainsi un exemplaire du Commentaire des Épîtres de Jean Diacre copié au xiiie s. à un moine portugais78. La révision systématique des attributions reste par ailleurs à mener pour les quelques 650 manuscrits ibériques conservés. Il n’est pas impossible qu’elle puisse révéler de nouveaux auteurs cisterciens ibériques, notamment parmi les recueils de sermons.

  • 79 Dahan, 1999, pp. 76-120 ; Lobrichon, 2003, chap. « L’exégèse biblique. Histoire d’un genre littéra (...)

36Quoi qu’il en soit, ces exemples montrent qu’il n’y eut pas chez les cisterciens de réticences à élaborer des commentaires scripturaires originaux. Beaucoup d’abbés et de moines, en particulier ceux qui enseignèrent à l’université, durent effectivement écrire, mais leurs travaux ne connurent pas de diffusion et ils ne se conservèrent pas. Notons enfin que, de manière générale, l’écriture de commentaires bibliques se ralentit fortement pendant le Moyen Âge tardif79.

 

37Les vestiges des bibliothèques cisterciennes médiévales de la Péninsule ne permettent donc pas de mettre en évidence des spécificités majeures quant à la place de l’exégèse, que ce soit dans la composition de leurs bibliothèques, dans leurs pratiques de lecture ou dans le passage à l’écrit. La relative rareté des auteurs carolingiens et la présence du commentaire de l’Apocalypse attribué à Beatus constituent seules des particularités ibériques. Il est intéressant de relever que ces bibliothèques cisterciennes n’avaient pas un caractère monastique très marqué et qu’elles reflétaient assez bien l’actualité des pratiques universitaires en matière d’exégèse. Les abbayes féminines, même riches et puissantes, semblaient se caractériser par une moindre importance de la lecture de l’exégèse, peut-être en raison de l’absence de contacts directs avec ce monde universitaire.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Ecclesiastica Officia, dans Les Ecclesiastica Officia cisterciens du xiie siècle. Texte latin selon les manuscrits édités de Trente 1711, Ljubljana 31 et Dijon 114. Version française. Annexe liturgique, notes, index et tables, éd. de Danièle Choisselet et Placide Vernet, Reiningue, La Documentation Cistercienne, 1989.

Gallia christiana in provincias ecclesiasticas distributa…, Paris, 1716‑1865, 16 vol.

Bibliographie

Altisent, Agustí (1974a), Història de Poblet, Poblet, Abadia de Poblet.

Altisent, Agustí (1974b), « Notes de cultura i art de Poblet (s. xii-xvii) », dans II Col·loqui d’Història del Monaquisme Català (Sant Joan de les Abadesses, 1970), Poblet, Abadia de Poblet, t. II, pp. 133-212.

Ataide e Melo, Arnaldo Faria (1930-1932), Biblioteca Nacional de Lisboa. Inventário dos códices alcobacenses, Lisbonne, Biblioteca Nacional.

Baury, Ghislain (2010), « Une bibliothèque de moniales cisterciennes en Castille. Cañas et les membra disjecta de son missel », Cîteaux – Commentarii cistercienses, 61 (2-4), pp. 141-183.

Bell, David Neill (1992), The Libraries of the Cistercians, Gilbertines and Premonstratensians, Londres, British Library.

Bell, David Neill (1995), What Nuns Read : Books and Libraries in Medieval English Nunneries, Kalamazoo, Cistercian Publications.

Bell, David Neill (2013), « Le Commentaire du Cantique des Cantiques de Thomas de Perseigne revisité », dans Ghislain Baury, Vincent Corriol, Emmanuel Johans et Laurent Maillet (dir.), Les cisterciens dans le Maine et dans l’Ouest au Moyen Âge, dossier du no 120 (3) des Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, pp. 117-131.

Bondéelle-Souchier, Anne (1991), Bibliothèques cisterciennes dans la France médiévale : répertoire des abbayes d’hommes, Paris, CNRS.

Bondéelle-Souchier, Anne (1994), « Les moniales cisterciennes et leurs livres manuscrits dans la France d’Ancien Régime », Cîteaux : Commentarii cistercienses, 45 (3-4), pp. 193-337.

Canivez, Joseph-Marie (1933-1941), Statuta capitulorum generalium ordinis cisterciensis ab anno 1116 ad annum 1786, Louvain, Bibliothèque de la Revue d’Histoire Ecclésiastique.

Cátedra García, Pedro Manuel (1999), « Lectura femenina en el claustro (España, siglos xiv-xvi) », dans Dominique de Courcelles, Carmen Val Julián (éd.), Des femmes et des livres. France et Espagne, xive-xviie siècle. Actes de la journée d’étude organisée par l’École Nationale des Chartes et l’École Normale Supérieure de Fontenay/Saint-Cloud (Paris, 30 avril 1998), Paris, École des Chartes, pp. 7-53.

Choisselet, Danièle, Vernet, Placide (1989), Les Ecclesiastica Officia cisterciens du xiième siècle. Texte latin selon les manuscrits édités de Trente 1711, Ljubljana 31 et Dijon 114. Version française. Annexe liturgique, notes, index et tables, Reiningue, La Documentation Cistercienne.

Cocheril, Maur (1963), « Les cisterciens portugais et les études. État de la question », dans Los monjes y los estudios. IV Semana de estudios monásticos (Poblet, sept. 1961), Poblet, Abbaye de Poblet, pp. 235-248.

Dahan, Gilbert (1999), L’exégèse de la Bible en Occident médiéval xiie-xive siècles, Paris, Le Cerf.

Dolbeau, François (1991), « Quelques aspects des relations entre bibliothèques d’établissements religieux (xiie-xve siècles) », dans Nicole Bouter (dir.), Naissance et fonctionnement des réseaux monastiques et canoniaux. Actes du Premier Colloque International du CERCOM (Saint-Étienne, 16-18 septembre 1985), Saint-Étienne, CERCOR, pp. 495-509.

Domínguez Bordona, Jesús (1952), El escritorio y la primitiva biblioteca de Santes Creus. Noticia para su estudio y catálogo de los manuscritos que de dicha procedencia se conservan, Tarragone, Sugrañes.

Falmagne, Thomas (2012), Les Cisterciens et leurs bibliothèques, Troyes, Médiathèque du Grand Troyes.

Hillgarth, Jocelyn N. (1959), « Una biblioteca cisterciense medieval: La Real (Mallorca) », Analecta Sacra Tarraconensia, 32, pp. 89-191.

Janini, José (1962) « Los manuscritos del monasterio de Vallbona », Hispania Sacra, 15, pp. 439-452.

Klein, Peter K. (2004), Beato de Liébana. La ilustración de los manuscritos de Beato y el Apocalipsis de Lorvao, Valence, Patrimonio.

Leclercq, Jean (2008), L’amour des lettres et le désir de Dieu. Initiation aux auteurs monastiques du Moyen Âge, Paris, Le Cerf (1re éd. 1957).

Lobrichon, Guy (2003), La Bible au Moyen Âge, Paris, Picard (1re éd. 1993).

López-Vidriero, María Luisa (dir.) [2001], Catálogo de los reales patronatos, vol. 2 : Manuscritos e impresos del monasterio de Las Huelgas Reales de Burgos, Madrid, Patrimonio Nacional.

Marques, José (1985), « Desconhecidas instituições culturais portuguesas. Alguns scriptoria cistercienses », Bracara Augusta, 39, pp. 343-362.

Mattoso, José (1972), « Leituras cistercienses do século xv », Do Tempo e da Historia, 5, pp. 101-141.

Muñoz Pomer, María Rosa (1979), « El secuestro de los bienes de Santa María de Valldigna: sus inventarios (1434) », Saitabi, 29, pp. 43-67.

Nebbiai-Dalla Guarda, Donatella (2008), « Classifications et classements », dans André Vernet (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, t. I : Les bibliothèques médiévales du vie siècle à 1530, Paris, Éd. du Cercle de la Librairie, pp. 491-521 (1re éd. 1987).

Raizman, David S. (1983), The Later Morgan Beatus (Ms. 429) and Late Romanesque Illumination in Spain, Ann Arbor, University Microfilms International.

Raizman, David S. (2005), « Prayer, Patronage, and Piety at Las Huelgas: New Observations on the Later Morgan Beatus (M. 429) », dans Therese Martin, Julie A. Harris (éd.), Church, State, Vellum, and Stone. Essays on Medieval Spain in Honor of John Williams, Leiden – Boston, Brill, pp. 235-273.

Robertson, Duncan (2011), Lectio divina: the medieval experience of reading, Trappist – Collegeville (Minnesota), Cistercian Publications – Liturgical Press.

Rojo Orcajo, Timoteo (1929), « La biblioteca del Arzobispo don Rodrigo Jiménez de Rada y los manuscritos de Santa María de Huerta », Revista Eclesiástica, 3, pp. 196-219.

Ruiz-Larrea, Elena (1996), El Beato de San Andrés de Arroyo. La miniatura en torno al 1200, Leioa, Universidad del País Vasco.

Salmon, Pierre (1967), L’office divin au Moyen Âge. Histoire de la formation du bréviaire du ixe au xvie siècle, Paris, Le Cerf.

Suárez González, Ana Isabel (2003), Fragmentos de libros, bibliotecas de fragmentos (en torno al Beato del A.H.P. de Zamora), Zamora, Instituto de Estudios Zamoranos Florián de Ocampo.

Suárez González, Ana Isabel (2006), « Un ex libris y algunas respuestas sobre el ms. 1 de Las Huelgas de Burgos », Cistercium, 245, pp. 587-614.

Suárez González, Ana Isabel (2007), « El libro en los claustros cistercienses (una aproximación c. 1140-1240) », dans El monacato en los reinos de León y Castilla (siglos vii-xiii): X Congreso de Estudios Medievales (León, 2005), Avila, Fundación Sánchez Albórnoz, pp. 263-325.

Suárez González, Ana Isabel (2009), « Los otros Beatos », dans Ana Isabel Suárez González, John Williams, Fragmentos de Beatos (estudios y edición facsímil), Madrid, Testimonio, vol. 2, pp. 7-99.

Suárez González, Ana Isabel (2010), « Beatos: la historia interminable », dans Maurilio Pérez (dir.), Seis estudios sobre Beatos medievales, Léon, Universidad de León, pp. 71-129.

Suárez González, Ana Isabel (2012), « “No soy una Biblia” (Primeras respuestas del Ms. 5 de Las Huelgas, Burgos) », dans Rafael Marín López (dir.), Homenaje al profesor Dr. D. José Ignacio Fernández de Viana y Vieites, Grenade, Universidad de Granada, pp. 581-597.

Suárez González, Ana Isabel (2014), « “Pergamino viejo” en el archivo de Santa María de Oia: un leccionario a dos letras », Lope de Barrientos. Seminario de cultura, 7, pp. 255-266.

Suárez González, Ana Isabel (2016), « “Silencio, como en el claustro” (entre libros cistercienses de los siglos xii y xiii) », dans Ramón Baldaquí Escandell (dir.), Lugares de la escritura: el monasterio. XI Jornadas de la Sociedad Española de Ciencias y Técnicas Historiográficas (Alicante, 17 y 18 de julio de 2013), Alicante, Université d’Alicante, pp. 69-122.

Torné Cubells, Josep (1995), « Inventario-catálogo de manuscritos del monasterio de Poblet », Memoria Ecclesiae, 7, pp. 133-185.

Vernet, André (1973), « La bibliothèque de la cathédrale de Narbonne au Moyen Âge », dans Narbonne. Archéologie et histoire. XLVe Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon (Montpellier, 14, 15 et 16 avril 1972), Montpellier, Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, pp. 169-177.

Waddell, Chrysogonus (1999), Narrative and Legislative Texts from Early Cîteaux, Brecht, Cîteaux – Commentarii cistercienses.

Waddell, Chrysogonus, Reilly, Diane J. (2015), « The Cistercian Night Office Lectionnary in the Twelfth Century », Cîteaux – Commentarii cistercienses, 66 (1-2), pp. 71-182.

Williams, John (2003), The Illustrated Beatus. A Corpus of the Illustrations of the Commentary on the Apocalypse, t. V : The Twelfth and Thirteenth Centuries, Londres, Harvey Miller.

Yarza Luaces, Joaquín, González Echegaray, Joaquín (1998), Beato de Liébana: manuscritos iluminados, Moleiro, Barcelone.

Zimmermann, Michel (2003), Écrire et lire en Catalogne (ixe-xiie siècle), Madrid, Casa de Velázquez.

Haut de page

Notes

1 Cette recherche s’inscrit dans le cadre du projet de recherche I+D « Excelencia » du MINECO, « Libros, memoria y archivos: cultura escrita en monasterios cistercienses del noroeste peninsular (ss. xii-xiii) », réf. HAR2013-40410-P.

2 Bondéelle-Souchier, 1991 ; Id., 1994.

3 Falmagne, 2012, p. 10.

4 Bell, 1992 ; Id., 1995.

5 Pour un inventaire analytique des manuscrits d’Alcobaça, voir Ataide, 1930-1932. Pour une étude générale du fonds de Santes Creus, voir Domínguez, 1952.

6  Pour un inventaire analytique des fonds de Huerta, voir Rojo Arcajo, 1929, et pour une réinterprétation récente, Suárez, 2007, pp. 289-306 ; pour Vallbona de les Monges : Janini, 1962 ; pour Poblet : Torné, 1995 ; et pour Las Huelgas de Burgos, l’inventaire de López-Vidriero, 2001, et des analyses récentes dans Suárez, 2006 et Id., 2012.

7 Édition et/ou commentaire des inventaires de Santa María la Real : Hillgarth, 1959 ; de Valldigna : Muñoz, 1979 ; de Poblet : Altisent, 1974a, pp. 86-92 et Zimmermann, 2003, t. I, pp. 579-582 ; de Santes Creus : Zimmermann, 2003, t. I, pp. 582-585 et Suárez, 2016 ; de Valbonne : Dolbeau, 1991, p. 503 ; de San Clemente de Tolède : Cátedra, 1999, pp. 12-22 ; de Bouro et de Seiça : Mattoso, 1972.

8 Altisent, 1974a, pp. 89, 114-115 et 209-220 ; Id., 1974b.

9 « Index alphabetico dos nossos escriptores », Biblioteca Nacional de Portugal (BNP), Fundo Geral, ms. 1494, no 43. Voir l’étude de Marques, 1985.

10 Baury, 2010 ; pour un état des lieux concernant les abbayes masculines castillano-léonaises, voir Suárez, 2007, pp. 318-324.

11 Les Ecclesiastica Officia cisterciens (éd. et trad. dans Choisselet, Vernet, 1989, pp. 210-213) indiquèrent dans les années 1130 que les moines devaient se plonger dans la lecture individuelle après le chapitre matinal en « lisant chacun dans son propre livre » (« singuli in singulis libris legentes »), mais ne précisaient pas les contenus des ouvrages. D’autres textes réglementaires cisterciens des années 1130, les Instituta Generalis Capituli et les Capitula, imposèrent une liste de manuscrits liturgiques — ainsi que la Règle de saint Benoît — dont le texte devait être identique dans tous les monastères cisterciens, mais ne prescrivaient rien pour les ouvrages destinés à la lectio divina (Waddell, 1999, pp. 326, 330, 408-409, 458). On sait cependant qu’elle pouvait concerner des commentaires bibliques, mais aussi directement le texte biblique ou encore d’autres types d’œuvres comme des traités de spiritualité monastique ou de la littérature hagiographique. Pour une réflexion générale sur l’exégèse dans les milieux monastiques, voir notamment Lobrichon, Guy, « L’exégèse biblique. Histoire d’un genre littéraire (viie-xiiie siècle) », dans Lobrichon, 2003, pp. 55-70, et Dahan, 1999, pp. 76-91.

12 Thomas Falmagne a calculé que 24 % des ouvrages de l’ensemble des bibliothèques cisterciennes de l’Occident vers 1250 appartenaient au genre des commentaires scripturaires, et 7 % étaient des textes bibliques (Falmagne, 2012, p. 11).

13 Archivo-biblioteca de Vallbona de les Monges, ms. 4, 5, 12 et 15.

14  Archivo-biblioteca de Las Huelgas de Burgos, ms. 12 et 13.

15 Archivo Nacional da Torre do Tombo, Lisbonne, Ordem de Cister, Mosteiro de Lorvão, códice 44 ; Bibliothèque nationale de France (BnF), nouv. acq. lat., ms. 2290 ; Pierpont Morgan Library, New York, M.429. Concernant les Beatus cisterciens, voir Suárez, 2003, 2009 et 2010, Williams, 2003, et Klein, 2004.

16 Biblioteca Nacional de España (BNE), ms. 13058, fos 158ro-159vo.

17 Cátedra, 1999, pp. 12-22.

18 Baury, 2010, p. 149.

19 Zimmermann, 2003, t. I, pp. 553-554 ; Suárez, 2010.

20 Gallia Christiana, t. VI, 1739, Instrumenta, no XVI, col. 487-488.

21 André Vernet a recensé sept ou huit références à La Real dans une liste de manuscrits de l’abbaye de Fontfroide (Escorial, ms. P.II.6), dont cinq correspondent à des ouvrages figurant dans les inventaires de La Real (Vernet, 1973, p. 171 et Dolbeau, 1991, p. 503).

22 Biblioteca Publica de l’Estat (BPE), Tarragone, ms. 32 (ex libris sur le fo 1ro), 106 (fo 7ro) et 162 (et non 163, comme indiqué erronément dans Domínguez, 1952, p. 21, fo 1ro). Ces volumes revinrent probablement à Santes Creus lors de l’extinction de la communauté de Bonrepós en 1453.

23 Altisent, 1974a, p. 214.

24 Ibid., pp. 318-330.

25 Muñoz, 1979.

26 Mattoso, 1972.

27 Altisent, 1974b, pp. 152-154.

28 Ibid., pp. 114-115.

29 Domínguez, 1952, pp. 18-19.

30 BPE, Tarragone, mss. 16, 58, 80.

31 BPE, Tarragone, ms. 47 (ex libris au fo CDXXvo).

32 Zimmermann, 2003, t. I, pp. 559-578.

33 Nebbiai-Dalla, 2008.

34 BnF, nouv. acq. lat., ms. 2290. Cette attribution est cependant contestée : si l’on accepte l’idée que Ferdinand III et Béatrice de Souabe en furent les commanditaires, il faut opter pour une datation entre 1219 et 1234 (Yarza, González, 1998) ; l’étude de l’iconographie indique pour sa part, selon les interprétations, soit le premier (Ruiz-Larrea, 1996), soit le deuxième (Williams, 2003) quart du xiiie s. ; celle de la paléographie incline en revanche vers le dernier quart du xiie s. (Suárez González, 2010, p. 48).

35 Pierpont Morgan Library, New York, M.429. Pour son étude, voir Raizman, 1983 et Id., 2005.

36 BPE, Tarragone, ms. 47. On hésite dans ce cas entre une réalisation dans le scriptorium de Santes Creus — ce serait le seul exemple d’enluminure — ou dans le sud de la France (Domínguez, 1952, pp. 22-23 et p. 89 no 109).

37 Lobrichon, 2003, chap. « L’exégèse biblique. Histoire d’un genre littéraire (viie-xiiie siècle) », pp. 55-70.

38 Ce commentaire était très largement diffusé dans les milieux cisterciens et monastiques en général (Bell, 2013).

39 Nous n’avons par exemple repéré, au sein de ce corpus, aucune copie de l’homéliaire de Paul Diacre ni du « Smaragde » de Cordoue, des ouvrages pourtant assez fréquents dans les bibliothèques de la péninsule Ibérique au Moyen Âge.

40 Jean Leclercq a souligné en son temps que les cultures monastique et scolastique n’étaient pas aussi éloignées l’une de l’autre que l’on pourrait le penser (Leclercq, 2008, pp. 11-14). En distinguant globalement « exégèse monastique » et « exégèse scolastique », Gilbert Dahan a d’ailleurs averti de la perméabilité des pratiques entre ces deux mondes en la matière (Dahan, 1999, pp. 76-108).

41 BNP, Alcobaça, ms. 247 (traditionnellement daté du xiiie s., mais récemment reculé à la fin du xiie : Suárez, 2010, p. 21). Universidad de Salamanca, ms. 2632, seconde moitié du xiie siècle.

42 Voir le tableau de Jacques Biarne sur l’horaire des moines reproduit dans Choisselet, Vernet, 1989, pp. 36-37.

43 David Bell en a cependant trouvé la trace dans l’ordinal du monastère bénédictin féminin anglais de Barking à la fin du Moyen Âge (Bell, 1995, p. 42).

44 « Lectiones in claustro terminare. legentibus monstrare. et per se aut per alium auscultare », Ecclesiastica Officia, pp. 324-325.

45 Robertson, 2011, pp. ix-xx.

46 « ut fratres possint liberius sanctae contemplationi vacare & studio », Gallia Christiana, t. VI, 1739, Instrumenta, no XVI, col. 488.

47 Dahan, 1999, pp. 90-91.

48 David Bell a clairement démontré la surreprésentation des ouvrages en langue vernaculaire dans les bibliothèques féminines par rapport aux bibliothèques masculines, par exemple dans le cas des deux bibliothèques de l’abbaye mixte de Syon au xve s. (Bell, 1995, p. 75). En analysant le catalogue de San Clemente de Tolède de 1331, Pedro Cátedra est arrivé à une conclusion similaire quant aux ouvrages non liturgiques (Cátedra, 1999, p. 22).

49 Salmon, 1967, p. 68.

50 Ecclesiastica Officia, pp. 132-133.

51 Archivo Nacional da Torre do Tombo, Lisbonne, Ordem de Cister, Mosteiro de Lorvão, cód. 44, fos 12ro (« Quãodo non entra as matinas comence aqui. Dicitur in refeitorium ») et 17ro (« Quãodo este apocalypse entra as matinas ase de comecar a qui no refeitorio »). D’après l’écriture, ces commentaires marginaux sont d’époque moderne.

52 Waddell, Reilly, 2015, pp. 178-180.

53 Il arrive en tête, avec quatre-vingt-treize occurrences, du classement des ouvrages identifiés dans les bibliothèques cisterciennes médiévales (Falmagne, 2012, p. 22). À propos de la découverte d’un nouvel exemplaire de ce texte à Castañeda grâce à un fragment, voir Suárez, 2003, pp. 79-80, 84.

54 Les fragments conservés révèlent notamment l’utilisation dans ce contexte du Sermo CCXLV du pseudo-Augustin (Suárez, 2014).

55 BNP, Alcobaça, ms. 346, fos 24ro (« Hic remansit in ecclesia ad uigilias anno domini m ccc xii qui fuit annus XVIus abbatuscia [sic] domini pet. munii [sic] ») et 42ro (« Hic remansit ad uigilias anno domini m ccc xiii qui fuit annus abbaciatus domnus petri nunii xvii »).

56 BPE, Soria, ms. 32-H.

57 Waddell, Reilly, 2015, pp. 180-182.

58 Dahan, 1999, pp. 76-77 ; Cátedra, 1999, pp. 12-22.

59 Ibid., pp. 12-22.

60 Bell, 1995, p. 60.

61 Dès 1237, l’Ordre encouragea chaque abbaye à y envoyer ses meilleurs éléments, et le Chapitre Général en fit une obligation à partir de 1287 (Cocheril, 1963, p. 241).

62 BNP, Alcobaça, ms. 273 (cité dans ibid., p. 241).

63 En témoigne la célèbre dalle funéraire conservée aujourd’hui au musée de Cluny, qui recouvrait au collège Saint-Bernard de Paris la sépulture de Joan de Malet, moine de Poblet et maître en théologie, mort en 1333. Altisent, 1974a, pp. 210-211.

64 BNP, Alcobaça, mss. 2 et 261 (cités par Cocheril, 1963, p. 242).

65 Altisent, 1974b, pp. 156-159.

66 Canivez, 1933-1941, t. III, nos 7-8, p. 326.

67 Le fonds Alcobaça conserve ainsi huit manuscrits comportant une ou plusieurs œuvres d’Hugues de Saint-Victor, ou attribuées à cet auteur (BNP, Alcobaça, mss. 1, 24, 153-155 et 242-244). On y trouve également cinq volumes de commentaires scripturaires de Pierre Lombard (mss. 233-234, 354-355, 401), ainsi que treize codex d’Écritures glosées (mss. 2-3, 157-158, 206-207, 220, 240, 245, 342, 353, 356, 404).

68 Ecclesiastica Officia, pp. 324-325.

69 Waddell, 1999, pp. 351 et 481.

70 Leclercq, 2008, pp. 160-170 ; Robertson, 2011, pp. ix-xx.

71 BPE, Tarragone, ms. 131, fos i-xcix.

72 Leclercq, 2008, pp. 160-170.

73 Muñoz, 1979, pp. 49-50, 61-63.

74 BPE, Tarragone, ms. 109, par exemple au fo 6ro.

75 BNP, Alcobaça, ms. 55, fos 122-135.

76 BNP, Alcobaça, ms. 72.

77 BNP, Alcobaça, ms. 81, 93.

78 « Index alphabetico dos nossos escriptores », BNP, Fundo Geral, ms. 1494, no 43 et BNP, Alcobaça, ms. 158.

79 Dahan, 1999, pp. 76-120 ; Lobrichon, 2003, chap. « L’exégèse biblique. Histoire d’un genre littéraire (viie-xiiie siècle) », pp. 55-70.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte. — Bibliothèques cisterciennes médiévales de la péninsule Ibérique
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/10298/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ghislain Baury, « Singuli in singulis libris legentes »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 49-1 | 2019, 85-106.

Référence électronique

Ghislain Baury, « Singuli in singulis libris legentes », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 49-1 | 2019, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 19 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/mcv/10298 ; DOI : 10.4000/mcv.10298

Haut de page

Auteur

Ghislain Baury

Le Mans Université

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals