Navigation – Plan du site
Dossier. Exégèse et lectio divina dans la péninsule Ibérique médiévale

Les ailes de l’abeille

Lectio et praedicatio dans les quaestiones naturales de Juan Gil de Zamora (OFM, ca 1241 - ca 1318)
Las alas de la abeja. Lectio y praedicatio en las quaestiones naturales de Juan Gil de Zamora (OFM, ca. 1241 - ca. 1318)
The bee wings. Lectio and praedicatio in Juan Gil of Zamora’s quaestiones naturales (OFM, ca. 1241 - ca. 1318)
Adrienne Dupont-Hamy
p. 107-121

Résumés

Juan Gil est un encyclopédiste franciscain de la fin du xiiie s. originaire de Zamora. Parmi les œuvres nombreuses et parfois inédites de ce polygraphe figure une Historia naturalis dont nous a été transmise la copieuse lettre A. L’examen de ses notices dévoile des liens étroits avec l’homilétique — dont l’auteur a par ailleurs proposé des échantillons variés, déclinés dans des recueils dédiés ou insérés dans des œuvres parfois inattendues. L’Écriture occupe dans les quaestiones naturales égidiennes une place centrale, notamment par un processus dit de moralisation. Un important arsenal de techniques exégétiques (subdivisions et distinctions, concordances, interprétations, similitudines, significationes et sermons) y est déployé. En quoi consistent ces outils ? Quelle herméneutique y est à l’œuvre ? Quelle est la place de l’exégèse dans la démarche encyclopédique et l’activité de prédication de Juan Gil et comment la situer dans l’ensemble de son œuvre ? C’est ce que cet article s’attachera à démêler.

Haut de page

Texte intégral

Les quaestiones naturales égidiennes : démarche confessante ou activité scientifique ?

  • 1 Dahan, 2011, p. 558.

1L’exégèse chrétienne de la Bible au Moyen Âge, à l’image de la Parole, ne peut se résumer à un enseignement abstrait de toute action. De l’interprétation à la transmission du message divin, elle dégage au contraire un modèle qu’elle invite à suivre. Ainsi, un Pierre le Chantre, à la fin du xiie s.1, proposa la tripartition fameuse lectio, disputatio, praedicatio. Si l’on développe cette proposition, la prédication est en quelque sorte le couronnement de l’exégèse, qui vient l’enrichir et la justifier. Où donc situer, alors, entre démarche confessante et activité scientifique, les moralisations des quaestiones naturales ? Les moralisations, interprétations spirituelles des propriétés des choses et véritables outils bibliques, recourent largement aux Écritures et forment une réserve de matériaux « prêts-à-emporter » pour le prédicateur. Constituent-elles un mode de lecture des choses de la Nature ? Un appel à l’action, celle de la prédication, par le biais de techniques exégétiques ? C’est ce que je chercherai à montrer dans cette étude.

  • 2 Johannes Aegidius Zamorensis, Historia naturalis, éd. de Domínguez García et García Ballester, (...)
  • 3 Juan Gil de Zamora (ca 1241 - ca 1318) connaît, ces dernières années, éditions et études, sous l’é (...)
  • 4 Johannes Aegidius Zamorensis, Historia naturalis, pp. 926-939.
  • 5 Ibid., pp. 828 et 845, « De apum naturis secundum setenciam [sic] sanctorum, primum capitulum », « (...)
  • 6 Ibid., pp. 745-751.
  • 7 Martínez Gázquez, 1998, pp. 177-186, et Id., 2000, pp. 237-259.

2Prenons un exemple. Dans l’Historia naturalis2, série de notices encyclopédiques organisées de manière alphabétique et pyramidale par le franciscain Juan Gil de Zamora3, les abeilles4 font l’objet d’un traité en deux chapitres5 (portant sur leur production, génération, habitat, organisation…), ainsi que d’une double moralisation introduite par Juan Gil en amont de l’œuvre6 : les abeilles sont comparables à sainte Cécile mais également à saint Ambroise. D’une part, donc, le quid sit ou caractéristiques de l’élément naturel traité — appuyé par des auctoritates, textes empruntés à la Bible, aux Pères ou aux philosophes —, d’autre part la moralisation. Ce dernier procédé7, largement utilisé chez les encyclopédistes du xiiie s., signe le départ de ma réflexion : qu’a-t-il à voir avec la lectio et la praedicatio ? L’enseignement incisif, chaud, purgatif et curatoire de l’évêque milanais a toutes les propriétés du miel. Quant au vol de l’abeille et à la sainte activité de Cécile, ils sont similaires : bruit des ailes et gémissement de l’oraison, extension des ailes et expansion de la contemplation, contraction des ailes et gestuelle de la prédication.

  • 8 Zink, 1985, p. 70.

3La méthode allégorique et tropologique va bien plus loin qu’un amusant jeu de parallélismes. Elle n’est pas tant le lieu d’une leçon morale simple qu’une manière actualisée de contempler la Nature pour en appliquer l’interprétation à soi-même et instruire l’esprit des réalités divines. Comme l’écrit Michel Zink : « En définitive, ce qui intéresse la littérature médiévale dans l’animal, c’est ce qui touche à l’homme8 »… et ce qui mène à Dieu. Le speculum, le miroir qu’est la Nature classée et analysée par l’Historia égidienne, est-il l’objet même d’une herméneutique de type moral voire mystique ?

4Les moralisations sont, dans l’Historia naturalis de Juan Gil de Zamora, utilisées de manière fréquente. Elles sont déclinées sous forme de sermons entiers ou de schémas homilétiques, mais également de significations et de comparaisons, soit une véritable panoplie du prédicateur. Elles s’articulent au moyen de concordances, d’interprétations et de distinctions. Autant de points que j’aborderai au cours de ce travail.

  • 9 Dahan, 1999.

5À la suite de Gilbert Dahan9, l’on peut se demander si l’intention de servir l’exégèse n’est pas l’un des critères qui permettraient de définir le genre de l’encyclopédie au xiiie s., et, dans le cas précis de Juan Gil de Zamora, je postule la chose suivante : l’observation et la moralisation des éléments naturels sont chez lui largement façonnées par un mode discursif exégétique destiné à des fins homilétiques. Je souhaite donc étudier ici quelques cas concrets de réflexes homilétiques servis par l’exégèse au sein d’un ouvrage en apparence aussi étranger à ces procédés qu’une « histoire naturelle ».

Subdivisions et distinctions

  • 10 Id., 2008, pp. 271-275.
  • 11 Johannes Aegidius Zamorensis, Historia naturalis, p. 182.
  • 12 Id., Liber contra venena et animalia venenosa, éd. de Ferrero Hernández, 2009.
  • 13 Id., De preconiis Hispanie, éd. de Castro y Castro, 1955.

6Juan Gil utilise en permanence le principe exégétique de la divisio10, division et subdivision du plus général au plus restreint. Il emploie pour cela de manière explicite le terme de distinctio dans son Historia naturalis, ainsi au chapitre ii du traité sur le vautour : « De accipitrum multiplice distinccione, secundum capitulum11 ». Elle est, au sens large, une technique d’exposition du propos par le moyen d’une énumération organisée. Ce catalogage par décomposition est fort prisé de son auteur, qu’il écrive pour un ministre général, Raymond de Godefroi, dans son Liber contra venena12 ou pour le futur Sanche dans son De Preconiis Hispanie13.

7En voici un exemple tiré de la notice sur les vers :

  • 14 « De reptilium et serpentum et vermium distincccione, secundus tractatus. […] Vermium genera multa (...)

Second traité, distinctions entre reptiles, serpents et vers. […] Il existe de nombreuses sortes de vers : de terre, d’eau, d’air, à viande, à feuilles, à bois, à vêtements. […] Quant à tous les animaux minuscules, qui naissent habituellement des cadavres ou des liquides, il en existe de six sortes : certains naissent des exhalaisons, comme les moucherons du vin, les papillons de l’eau ; certains de la corruption des liquides, comme les vers des citernes ; certains des cadavres, comme les abeilles des bêtes de somme, les escarbots et les bourdons des chevaux ; certains des bois pourris, comme les termites ; certains de la moisissure des livres, comme les mites des couvertures ; certains des fruits pourris, comme les charançons des fèves14.

  • 15 On les retrouve dans Johannes Aegidius Zamorensis, Liber Marie, dans Bohdziewicz, inédite. Je cite (...)

8L’ordre de traitement de la matière de ce second tractatus est annoncé au moyen d’une liste. Les genres de vers : « Vermium genera multa sunt », sont présentés en fonction du milieu où ils se développent : terre, eau, air, trois des éléments principaux15, auxquels s’ajoutent, dans la même liste et dans l’ordre alphabétique, les autres lieux de développement : viande, feuillage, bois et vêtements. Division commode pour le médecin, l’étudiant ou le prédicateur qui souhaite une présentation exhaustive et brève.

9Est adjointe ensuite une liste des six sortes d’insectes qui naissent des humeurs ou des cadavres : « Omnium autem minimorum animalium […] sex genera sunt », dont le vers n’est qu’un exemple. Les différentes sortes sont chaque fois incarnées par un ou plusieurs exemples introduits par ut, comme : « ut bibiones ex vino, papiliones ex aqua ». Cette illustration par de brefs exemples n’est pas sans rappeler le sens technique de la distinctio.

  • 16 Morenzoni, 1999, p. 173.

10Les distinctiones, au sens technique, sont en effet des répertoires de mots vedettes classés par ordre alphabétique. Réalisés par et pour le travail scolaire dès la fin du xiie s., ces recueils deviennent ensuite de véritables instruments de travail pour prédicateurs, chez Pierre le Chantre, Maurice de Provins, Nicolas de Biard ou encore Nicolas de Gorran16, pour ne citer qu’eux. Chacun des sens figurés est illustré par des passages bibliques sélectionnés, des commentaires patristiques et les diverses interprétations données par l’exégèse.

11Voici un extrait de l’Historia naturalis portant sur l’or :

  • 17 « Auro potest vita beati Iacobi comparari, et idcirco in ipsius preconium potest summi verbum illu (...)

À l’or peut être comparée la vie du bienheureux Jacques, et en son honneur peut être cité ce qui est écrit en Job vingt-huit : « Il est un lieu où les pierres sont des saphirs et la poussière de l’or ». En effet, le bienheureux Jacques se montra plein de grâces et de beauté dans le cours de sa vie qui précéda sa mort, et plein de gloire et de miracles dans les visites qui suivirent sa mort. Et, comme son sépulcre est visité depuis tous les coins du monde, l’on applique en son honneur ces mots : « Il est un lieu où les pierres sont des saphirs », autrement dit : son sépulcre est un saphir, en raison de son utilité multiple ; « et sa poussière », c’est-à-dire les chemins de sa vie, « de l’or », en raison de sa grande sainteté17.

12Qu’a à voir ce passage avec les distinctiones comme répertoires de termes renvoyant à des citations bibliques ? Tout d’abord, il ne serait pas étonnant que Juan Gil ait ici eu recours à un recueil de distinctiones. En effet, au terme aurum (« or »), correspond une citation tirée de Job (« Locus saphiri lapides eius et glebe illius aurum ») qui contient le mot-clef, objet du précédent traitement naturaliste.

  • 18 Job XXVIII, 6 (références de la Vulgate clémentine).
  • 19 Job XXVIII, 1.

13Mais l’on pourrait aller plus loin. C’est l’Historia naturalis elle-même qui devient recueil de distinctiones. Le détenteur de l’encyclopédie égidienne possède avec celle-ci une liste alphabétique d’éléments naturels. Pour certains d’entre eux, à la division en diverses rationes succède un développement scientifique, suivi d’une illustration biblique. L’or n’est en effet pas la seule catégorie à laquelle corresponde par concordance verbale ou thématique un lemme18, lui-même ensuite décomposé en autant d’éléments qui peuvent constituer structure de sermon. C’est par exemple également le cas de l’agneau et de l’argent19.

Concordances

14Juan Gil de Zamora tisse de plus dans son Historia naturalis un réseau serré de citations bibliques par le biais des concordances. Elles représentent un outil herméneutique privilégié des prédicateurs qui en usent sous forme de recueils. Chaque entrée y présente de manière alphabétique les vocables des Écritures et tous leurs différents sens dans le corpus biblique. Un signe reconnaissable de l’emploi des concordances est l’usage répété d’un même mot dans un sermon, indice d’une concordance verbale, à la différence d’une concordance thématique, qui joue avec le champ sémantique.

  • 20 Johannes Aegidius Zamorensis, Historia naturalis, pp. 146-152. Division du texte, identification e (...)

15Un extrait de la notice « De abisso20 », détaillée dans le tableau suivant, représente une éloquente illustration de ce procédé appliqué à une encyclopédie, en un savant entrelacs de citations bibliques et philosophiques, liées entre elles par le terme même ou par l’idée.

  • 21 Voir Colossiens I, 20.
  • 22 Philosophus désigne ici Aristote. Cette citation est un remaniement de Physique, VIII, 14.
  • 23 Psaume LXXIII, 12.
  • 24 L’on trouve cet extrait dans le Liber XXIV philosophorum, dont on donne parfois pour auteur Hermès (...)
  • 25 Zacharias II, 4.
  • 26 Luc II, 46.
  • 27 Voir Matthieu XXVII, 38 ; Marc XV, 27 ; Luc XXIII, 33.
  • 28 Voir Luc XXIV, 36 ; Jean XX, 19 ; Jean XX, 26.
  • 29 Job XXXVIII, 16.
  • 30 Sirach XXIV, 39.
  • 31 Seneca, Epistula 41, ad Lucilium.
  • 32 Sirach XXIV, 39.
Structure Texte latin Traduction
Comparaison et division des parties.

Comparaison du Christ et de l’abîme. Car des deux jaillit l’eau, des deux l’idée d’abondance d’eau, les deux contiennent le début et la fin de tout. Le Christ est donc début, milieu et fin.
Abisso Christus potest merito comparari propter triplicem racionem. Primo quidem quia de abisso omnes aque exeunt. Secundo quia propter aquarum habundanciam abyssi exhauriri nequeunt. Tercio quia omnia flumina ad ipsum abissum redeunt. Per primum apparet Christus tocius boni principium. Per secundum, indeficiens medium. Per tercium, omnium bonorum operum finis et complementum.
[…]
Le Christ peut être justement comparé à l’abîme pour une triple raison. Premièrement, parce que c’est de l’abîme que sortent toutes les eaux. Deuxièmement, parce que les abîmes ne peuvent être épuisés, à cause de l’abondance de leurs eaux. Troisièmement, parce que tous les fleuves retournent à ce même abîme. Par la première raison, le Christ apparaît comme principe de tout le bien. Par la deuxième, comme centre inépuisable. Par la troisième, comme complément et fin de toutes les bonnes œuvres.
Deuxième partie : illustration biblique.

Reprise des termes habundancia et medium.
Secundo Christus dicitur abissus, quia, sicut abissus propter aquarum habundanciam exhauriri nequeunt (sic), ita et Christus est indeficiens medium quo sunt ea que in celis et que in terris secundum Apostolum21, restaurata. L’on dit en deuxième lieu que le Christ est nommé abîme, parce que, de même que l’abîme ne peut être épuisé en raison de l’abondance de ses eaux, de même le Christ est un centre inépuisable en qui a été restauré tout ce qui est « sur terre » et « dans les cieux », selon l’Apôtre.
Illustration philosophique.

Reprise, par citation biblique puis par le terme seul, de medium. Adjonction de l’idée de circonférence, par citation biblique puis par le terme seul.
Neccesse est enim, secundum Philosophum22, ut primus motor sit in medio vel in circumferencia. Quia ergo Christus primus motor salvacionis nostre et primum principium et indeficiens medium, utpote quia de eius plenitudine omnes nos accepimus, neccesse est ut sit in medio vel in circumferencia. Il est en effet nécessaire, selon le Philosophe, que « le premier moteur soit au centre ou à la circonférence ». Donc, parce que le Christ est le premier moteur, le principe premier et le centre inépuisable de notre salut, puisque nous participons tous à sa plénitude, il est nécessairement au centre ou à la circonférence.
Illustrations biblique et philosophique.

Reprise du terme circumferencia. Et du terme medium par citation biblique.
Sed non est in circumferencia. Erit ergo in medio : Et salutem operabitur in medio terre23. Non erit in circumferencia, quia circumferencia eius nusquam est, secundum quod dicit Trimegistus [sic]24 : « Deus est sphera intelligibilis cuius centrum est ubique ; circumferencia vero nusquam ». Or il ne se trouve pas à la circonférence. C’est donc qu’il doit être au centre : et « Le salut » s’opèrera « au centre de la terre ». Il ne doit pas être à la circonférence, parce que sa circonférence n’est nulle part, selon ce que dit le Trismégiste : « Dieu est une sphère intelligible dont le centre est partout et la circonférence nulle part ».
Illustration par la vie du Christ.

Reprise du terme et de l’idée de medium par diverses citations bibliques retraçant la vie du Christ.
Idcirco Christus, ad ostendendum se esse indeficiens medium, <in medio> semper invenitur : iacuit In medio iumentorum25, sedit In medio doctorum26, pependit in medio latronum27, stetit in medio discipulorum28, volens ut omnes circunstantes ab ipso reciperent, in quo ullo modo defectus aliquis potest inveniri. Ainsi le Christ, pour montrer qu’il est le centre inépuisable, se trouve toujours au centre : il s’est trouvé « Au milieu des bêtes », il s’est assis « Au milieu des docteurs », il a été pendu au milieu des voleurs, il s’est tenu au milieu des disciples, voulant que tous ceux qui l’entourent reçoivent tout de lui, en qui l’on ne peut trouver aucun défaut.
Illustration biblique.

Reprise du terme abissus par citation biblique, développement par le terme indeficiens medium.
Propter quod de ipso dicitur Iobis trigessimo septimo capitulo29 : Numquid ingressus es profundum maris et in novissimis abissi ambulasti ? Quasi dicens : ingressus non es, quia indeficiens medium es. Voilà pourquoi il est dit de lui au trente-septième chapitre de Job : « Es-tu entré » jusque dans les profondeurs « marines », as-tu circulé « aux sources » de l’abîme ? Comme s’il disait : tu n’es pas entré, parce que tu es le centre inépuisable.
Illustration biblique.

Reprise par citation biblique des termes habundare et abissus. Commentaire par reprise des termes habundanter, abissus indeficiens et exhauriri.
Iuxta illud Ecclesiastici vigesimo octavo30, quod A mari cogitacio habundavit et consilium eius in abisso magna. « a mari », hoc est a Christo, habundanter infunditur omnis sciencia ; « cogitacio » « et consilium eius », scilicet boni viri ; « in abisso magna », id est in abisso indeficiente, quia, quantumcumque det, nescit a sua plenitudine exhauriri. Selon Ecclésiastique, vingt-huit : « Sa pensée abonde de la mer et ses desseins se trouvent dans un grand abîme ». « De la mer », c’est-à-dire du Christ, est versée toute science ; « sa pensée » « et ses décisions », c’est-à-dire celles de l’homme bon ; « dans le grand abîme », c’est-à-dire dans un abîme inépuisable, parce qu’il a beau donner, il ne peut jamais être épuisé de sa plénitude.
Illustration philosophique.

Reprise par citation philosophique de l’idée de medium par les termes inter nos.
Et propter hoc dicit Seneca, duodecima Epistola31 : « Prope est a te Deus, tecum est, in te est, sacer est, inter nos spiritus sedet malorum bonorumque observator et custos. Hic, prout a nobis tractatus est, ita nos tractat. Bonus vero vir sine Deo nemo est ». Ille dat consilia magnifica et erecta, animum excellentem et moderatum omnia tanquam in mora transeuntem, quidquid timemus optamusque ridentem celestis potentia agitat. Voilà pourquoi Sénèque dit, dans sa douzième Épître : « Dieu est près de toi, il est en toi, il est sacré, parmi nous siège l’esprit, observateur et gardien des biens et des maux. Il nous traite comme nous le traitons. Personne n’est bon s’il est sans Dieu. » Il donne des conseils élevés et magnifiques, il dispense un esprit excellent et modéré qui considère toute chose comme éphémère, un pouvoir céleste le fait rire de nos craintes et souhaits.
Illustration biblique.

Clôture de la partie par l’ultime citation biblique utilisée, qui recourt aux termes : habundare et abissus.
Et ita A mari habundat cogitacio boni viri, et consilium eius in abysso magna32, id est in Christo. Et ainsi, « Sa pensée abonde de la mer et ses desseins se trouvent dans un grand abîme », c’est-à-dire dans le Christ.

Interprétations

  • 33 Une analyse fine des sources et outils des interprétations égidiennes est donnée par Draelants, 20 (...)

16Il me faut également citer les interprétations, outil encore une fois prisé des prédicateurs mais également des encyclopédistes, elles permettent une explication des termes étrangers, grecs, hébreux, arabes, vernaculaires chez Juan Gil, souvent à l’appui d’une interprétation allégorique33.

17On les repère grâce au terme significat (« signifie »), si l’explication précède le terme étranger lui-même. Lorsque c’est ce dernier qui est expliqué, l’on trouve les expressions id est (« c’est-à-dire ») ou encore interpretatur (« l’on interprète »).

18La notice de l’agneau en fournit de foisonnants éléments, tirés de l’Epistula 108 de Jérôme :

  • 34 « In hoc monte, sicut dicit Ieronimus, quatuor nominatissimorum virorum corpora requiescunt, scili (...)

Jérôme dit que sur ce mont reposent les corps de quatre hommes très illustres : Adam, Abraham, Isaac et Jacob. Il veut dire que l’on trouvera quatre genres d’hommes au Ciel, à savoir : les repentis et pénitents, représentés par Adam ; les fidèles prélats, représentés par Abraham, qui veut dire : le père d’une multitude de peuples ; les actifs et travailleurs, représentés par Jacob, qui veut dire le lutteur ; les pieux et contemplatifs, représentés par Isaac, qui veut dire le rieur. Adam signifie en effet le terrien, c’est-à-dire le pénitent qui considère la fragilité de sa propre condition. Abraham signifie le père d’une multitude de peuples, c’est-à-dire le prélat en charge du gouvernement et du bien-être. Jacob signifie le vainqueur, c’est-à-dire le chrétien actif qui vainc la chair par la pratique des bonnes œuvres. Isaac signifie le rire : c’est-à-dire le contemplatif, qui perçoit la douceur de la bénédiction34.

Similitudo, significatio, sermo

19La similitudo, quant à elle, consiste à relier une propriété matérielle à une allégorie. Elle est fréquemment annoncée chez Juan Gil par l’adverbe rationabiliter (« avec raison »), ou encore par la locution conjonctive sicut… sic (« de même que… de même »). Elle peut être dotée de la brièveté d’une simple comparaison, ce qu’illustre l’exemple de la plante adriana :

  • 35 « Sicut autem adriana procurat aborsum et confert venenosis omnibus, sic et sancta religio fetum, (...)

De même que l’adriana provoque l’avortement et agit contre tous les poisons, de même, la sainte religion expulse le fœtus, c’est-à-dire le religieux corrompu, et prévient contre les tentations empoisonnées35.

20Parfois développée de manière schématique comme un plan en plusieurs parties, elle est alors une significatio, procédé qui relie un élément matériel au monde divin par des expressions telles que : significat (« signifie »), in… intelligitur (« en… nous comprenons »), comparari potest (« peut être comparé »), accompagnées de jeux occasionnels entre les sens abstrait et concret d’un même qualificatif. Ainsi de l’argent :

  • 36 « Argenti metallo comparari potest racionabiliter predicator, eo quod debet esse clarus, probatus (...)

Le prédicateur peut être raisonnablement comparé au métal d’argent. Il doit en effet être clair, de valeur par sa vie, solide dans sa doctrine, sonore de réputation36.

  • 37 Ibid., p. 744.
  • 38 Dans le tableau donné pour illustrer la méthode des concordances.

21Long développement au cours d’un chapitre souvent explicitement éponyme « De beate Cecilie ad apes hedificatoria comparacione37 », la similitudo s’identifie alors à un sermon entièrement construit sur le modèle universitaire érudit. Le point de départ d’un sermon est en effet un thema emprunté à l’Ancien et au Nouveau Testament et son développement une savante structure en échos, d’un passage biblique à l’autre. La comparaison met souvent, dans son usage encyclopédique, en lien un élément naturel avec un personnage biblique ou saint, voire avec le Christ comme l’illustre l’exemple donné à l’appui de mon propos sur les concordances. La deuxième partie « Secundo Christo dicitur abissus », seule étudiée ici38, correspond véritablement à une deuxième partie de sermon.

  • 39 Je propose une editio princeps de leur part mariale dans le cadre de ma thèse de doctorat soutenue (...)

22C’est ce dernier cas qui m’intéresse plus spécialement et que j’ai décelé dans l’Historia Naturalis égidienne. Cette insertion de sermons entiers au sein des questions naturelles pourrait se trouver chez d’autres auteurs, ce qui reste à étudier. Elle n’en demeure pas moins typique des méthodes de Juan Gil, grand amateur du « copier-coller » de ses propres œuvres. Les trouvailles de recueils homilétiques égidiens se multiplient actuellement (à Assise, Olomouc, Cieszyn, Worcester, Cambridge, Paris, Lisbonne) et ne permettent pas de trancher dès à présent, mais il ne me semble pas à première vue que les sermons insérés dans l’encyclopédie naturelle existent ailleurs. S’agit-il de sermons composés par Juan Gil spécialement pour l’occasion ? Repris de son propre corpus homilétique ? Empruntés à d’autres prédicateurs ? Peut-on déceler, dans les recueils de sermons égidiens, des notes marginales qui seraient des signes de lecture des notices encyclopédiques ? Cela reste à faire. Toujours est-il qu’il s’agit d’une piste de plus pour enrichir la liste des sermons égidiens et de leurs usages et transmissions, et pour prouver, s’il en était besoin, les liens étroits qui existent entre lectio, quaestiones naturales et praedicatio. En l’absence d’une liste établie des œuvres égidiennes, et des autres lettres de son encyclopédie (seule la lettre A nous est parvenue), il semble difficile de déterminer dès à présent les liens d’interdépendance entre encyclopédie et sermon, mais l’on peut avancer que les sermons39 représentent une matière à part, ou peut-être la clef de voûte de l’ensemble des œuvres égidiennes.

Une sainte conversation

23Ainsi, le travail de description des res par Juan Gil de Zamora dans son Historia naturalis est, par le jeu des distinctions, concordances, interprétations, similitudines, significationes et sermones décrits au cours de ce travail, une manière d’exégèse. En effet, si elles sont destinées en dernier lieu à la prédication, ce sont bien des techniques exégétiques qui sont appliquées tant à l’observation qu’à l’interprétation spirituelle dans un cadre encyclopédique.

  • 40 Dahan, 2004, p. 97
  • 41 Id., 2008, pp. 127-128.

24Mais comment qualifier cette exégèse ? Juan Gil procèderait-il à une sorte d’exégèse inversée de ces réalités signifiantes (métaux, pierres, plantes, animaux, etc.), ses autres ouvrages s’attachant aux personnes, nombres, lieux, temps et gestes ? Il semble prendre l’opération herméneutique à rebours. Cette dernière en effet part du fait que dans la Bible tout est signifiant et qu’au-delà de leur rôle premier dans la narration, les différentes réalités renvoient à une signification seconde, spirituelle ; les exégètes établissent alors diverses typologies des res. Ainsi, Hugues de Saint-Cher propose, dans son commentaire au chapitre XVII d’Ezéchiel, treize interprétations que l’on peut donner de l’aigle, avec les citations scripturaires à l’appui de son raisonnement40. Juan Gil, quant à lui, part du livre de la Nature, en décrit les éléments de manière littérale, avant d’en proposer le sens spirituel, le plus souvent allégorique ou tropologique41, en glanant dans la Bible les versets qui l’évoquent. Et ce, afin que le prédicateur puisse procéder à l’opération inverse : tenu de commenter un verset biblique, il peut aller consulter tel élément naturel qui y figure pour en obtenir description, auctoritates et interprétations.

  • 42 Morenzoni, 1988, p. 275.
  • 43 Gaffuri, 1993, pp. 10-15.

25La variété d’outils brièvement présentés fait de cette encyclopédie un véritable réservoir de matière prédicable accumulée pour toutes les occasions possibles. Le format des manuscrits de l’Historia naturalis conservés (Berlin, Staatsbibliothek Preussischer Kulturbesitz, ms. lat., fo 62 : 210 x 140 mm ; et El Escorial, Real Biblioteca del Monasterio de San Lorenzo, ms. P.I.10 : 343 x 235 mm) rend ces documents maniables, particulièrement le berlinois, sans pour autant qu’ils constituent de véritables « livres de poche », comme peut l’être le recueil de sermons égidiens copié dans le manuscrit conservé à la BnF (Paris, BnF, ms. lat. 18195 : 120 x 85 mm). Une telle entreprise de prédication massive obéit aux consignes du dixième canon du concile IV de Latran qui, en 1215, insiste sur la formation des clercs et la nécessité de la prédication, accompagnant le mouvement d’émergences des ordres mendiants. Elle respecte également les recommandations des artes praedicandi. Ainsi, Thomas de Chobham, dans sa Summa de arte praedicandi42 incite vivement les prédicateurs à connaître les propriétés des animaux pour en instruire l’auditoire laïc. Un Barthélemy de Bragance en 1266 structure même le deuxième sermon de son recueil sur la Vierge grâce à une comparaison des sept propriétés du rhinocéros avec le Christ43.

  • 44 Johannes Aegidius Zamorensis, Liber Marie, dans Bohdziewicz, inédite.
  • 45 Burgo de Osma, Archivo catedralicio, ms. 18; Salamanca, Biblioteca universitaria, ms. 2081 et Fire (...)
  • 46 Johannes Aegidius Zamorensis, Legende sanctorum, éd. de Martín Iglesias et Otero Pereira, 2014.

26Il faut en réalité insérer l’Historia naturalis dans l’économie du grand-œuvre égidien. J’ai pu relever (découverte que je développe de manière approfondie dans ma thèse) certains des procédés exégétiques évoqués dans les traités sur Marie44 et sur le Christ45, et dans l’imposant recueil hagiographique de Juan Gil, les Legende sanctorum46. Autant d’ouvrages articulés les uns aux autres de manière alphabétique et par une multitude de remplois et renvois internes.

27Soucieuse de découvrir le facteur unifiant de l’immense ensemble rédigé par le franciscain, je pense pouvoir affirmer l’absolue centralité des Écritures. Que l’information apportée soit miraculaire, apocryphe, médicale ou minérale, elle permet avant tout de tisser un lien entre ancienne et nouvelle Alliance, visible et invisible, création et Créateur, afin d’adresser à ce dernier une louange intégrale :

  • 47 « Qualitates quarum rerum in admiracionem substollunt animan contemplantis, cum contemplantivus ho (...)

Les caractéristiques de toutes ces choses provoquent l’admiration de l’âme du contemplatif, lorsque l’homme contemplatif considère combien les chants des oiseaux, les harmonies des musiciens et les douces conversations des amis charment son ouïe47.

  • 48 Dahan, 2011, pp. 560-561.

28Ce ne sont en effet pas uniquement le désir d’édification des lecteurs et des auditeurs et la volonté de formation et d’assistance des clercs qui constituent les leviers de composition de cette Historia naturalis, mais bien également la démarche religieuse d’une louange divine : « Les trois activités, exégèse, théologie, prédication, se situent toutes trois sur le plan du sacré », écrit G. Dahan dans un article d’hommage à L.-J. Bataillon48. Et de citer le commentaire spirituel de la Genèse par Étienne Langton pour qui « le travail scripturaire est le lieu d’une rencontre avec Dieu » (Paris, BnF, ms. lat. 355, fo 19ro), et avec lequel je conclurai ce propos :

  • 49 « Et apparuit Deus Abraham [Genèse XVIII, 1], quia in sancta conuersatione apparet Dominus. Hoc po (...)

Et Dieu apparut à Abraham, parce que dans la sainte conversation apparaît le Seigneur. L’on peut transposer cela aux clercs : Dieu leur apparaît dans la sainte Écriture par la lecture, à eux qui doivent bâtir pour le Seigneur par leurs bonnes œuvres, afin que ce que peut entendre leur ouïe, ils l’accomplissent par leurs actes49.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Barthélemy de Bragance, Sermones de beata Virgine [1266], éd. de Laura Gaffuri, Padoue, Editrice Antenore, 1993.

Johannes Aegidius Zamorensis [Fray Juan Gil de Zamora, OFM], Breviloquium sermonum virtutum et vitiorum, éd. de Miguel Ángel Atanasio Peralta, thèse de doctorat soutenue en 2015, université de Salamanque, inédite.

Johannes Aegidius Zamorensis [Fray Juan Gil de Zamora, OFM], De Praeconiis Hispanie, Estudio preliminar y edición crítica, éd. de Manuel de Castro y Castro, Madrid, Universidad Central, 1955.

Johannes Aegidius Zamorensis [Fray Juan Gil de Zamora, OFM], Historia naturalis, éd. de Avelino Domínguez García et Luis García Ballester, Salamanque, Junta de Castilla y León, 1994.

Johannes Aegidius Zamorensis [Fray Juan Gil de Zamora, OFM], Legende sanctorum, éd. de José Carlos Martín Iglesias et Eduardo Otero Pereira, Zamora, Instituto de Estudios Zamoranos Florián de Ocampo, 2014.

Johannes Aegidius Zamorensis [Fray Juan Gil de Zamora, OFM], Liber contra venena et animalia venenosa, éd. de Cándida Ferrero Hernández, Barcelone, Reial Acadèmia de Bones Lletres de Barcelona, 2009.

Johannes Aegidius Zamorensis [Fray Juan Gil de Zamora, OFM], Liber Marie, dans Olga Soledad Bohdziewicz, Una contribución al estudio de la prosa latina en Castilla. Edición crítica y estudio del Liber Mariae de Juan Gil de Zamora, thèse de doctorat soutenue en 2014, université de Buenos Aires, inédite.

Johannes Aegidius Zamorensis [Fray Juan Gil de Zamora, OFM], Sermones virginales, dans Adrienne Dupont-Hamy, Système encyclopédique et prédication mariale chez Juan Gil de Zamora (OFM, † c. 1306). Les Sermones virginales : édition, traduction et commentaire, thèse de doctorat soutenue en 2017, École pratique des hautes études, inédite.

Thomas of Chobham, Summa de arte praedicandi, éd. de Franco Morenzoni, Turnhout, Brepols, 1988.

Bibliographie

Dahan, Gilbert (1999), « Encyclopédies et exégèse de la Bible aux xiie et xiiie siècles », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 6, <https://crm.revues.org/927> [consulté le 19/06/16].

Dahan, Gilbert (2004), « L’exégèse de Hugues. Méthode et herméneutique », dans Louis-Jacques Bataillon, Gilbert Dahan et Pierre-Marie Gy (éd.), Hugues de Saint-Cher († 1263), bibliste et théologien, Turnhout, Brepols, pp. 65-99.

Dahan, Gilbert (2008), L’Exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval, xiie-xive siècle, Paris, Cerf.

Dahan, Gilbert (2011), « Exégèse et prédication au Moyen Âge. Hommage au P. Louis-Jacques Bataillon, O.P. », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 95 (3), pp. 557-579.

Draelants, Isabelle (2014), « Scala mundi, scala celi, de la A a la Z : claves para la comprensión de la obra universal de Juan Gil de Zamora. Exégesis, libri authentici y mediadores », Studia zamorensia, 13, pp. 27-70, <http://revistas.uned.es/index.php/studiazamo/article/view/13691> [consulté le 10/12/15].

Martínez Gázquez, José (1998), « Moralización de las piedras preciosas en la Historia Naturalis de Juan Gil de Zamora (1240-1320) », Faventia. Revista de filologia clássica, 20, pp. 177-186.

Martínez Gázquez, José (2000), « Moralización de los animales de Juan Gil de Zamora (s. xiii) », dans Il mondo animale. The World of Animals, dossier publié dans Micrologus, 7, pp. 237-259.

Morenzoni, Franco (1999), « Les animaux exemplaires dans les recueils de Distinctiones bibliques alphabétiques du xiiie siècle », dans Jacques Berlioz et Marie Anne Polo De Beaulieu (éd.), avec la collaboration de Pascal Collomb, L’Animal exemplaire au Moyen Âge (ve-xve siècles), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, pp. 171-190.

Schmitt, Jean-Claude (1976), « “Jeunes” et danse des chevaux de bois. Le folklore méridional dans la littérature des exempla (xiiie-xive siècles) », Cahiers de Fanjeaux, 11, pp. 128-158.

Zink, Michel (1985), « Le monde animal et ses représentations dans la littérature française du Moyen Âge », Le Monde animal et ses représentations au Moyen Âge (xie-xve siècles), Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public (Toulouse, 25-26 mai 1984), Toulouse, Université de Toulouse-Le Mirail, pp. 47-71.

Haut de page

Notes

1 Dahan, 2011, p. 558.

2 Johannes Aegidius Zamorensis, Historia naturalis, éd. de Domínguez García et García Ballester, 1994. Le site SourcEncyMe (Sources des Encyclopédies Médiévales) hébergé par l’IRHT en a nouvellement intégré le texte. Pour l’étude la plus récente et riche sur l’encyclopédisme égidien, Draelants, 2014, pp. 27-70.

3 Juan Gil de Zamora (ca 1241 - ca 1318) connaît, ces dernières années, éditions et études, sous l’égide notamment de Cándida Ferrero Hernández au sein de la collection « Iohannis Aegidii Zamorensis Opera Omnia ». Signalons la soutenance des deux thèses les plus récentes, en 2014 et 2015 respectivement : Liber Marie, dans Bohdziewicz, inédite, et Johannes Aegidius Zamorensis, Breviloquium sermonum dans Atanasio, inédite. Ajoutons l’édition en 2014 de Johannes Aegidius Zamorensis, Legende sanctorum. Nous y renvoyons pour un état enrichi de la question biographique sur celui qui est souvent présenté comme le secrétaire d’Alphonse, le précepteur du futur Sanche et le ministre de la province franciscaine du Portugal.

4 Johannes Aegidius Zamorensis, Historia naturalis, pp. 926-939.

5 Ibid., pp. 828 et 845, « De apum naturis secundum setenciam [sic] sanctorum, primum capitulum », « De apum naturis secundum sententiam philosophorum, secundum capitulum ».

6 Ibid., pp. 745-751.

7 Martínez Gázquez, 1998, pp. 177-186, et Id., 2000, pp. 237-259.

8 Zink, 1985, p. 70.

9 Dahan, 1999.

10 Id., 2008, pp. 271-275.

11 Johannes Aegidius Zamorensis, Historia naturalis, p. 182.

12 Id., Liber contra venena et animalia venenosa, éd. de Ferrero Hernández, 2009.

13 Id., De preconiis Hispanie, éd. de Castro y Castro, 1955.

14 « De reptilium et serpentum et vermium distincccione, secundus tractatus. […] Vermium genera multa sunt ; aut terre aut aque aut aeris aut carnium aut frondium aut lignorum aut vestimentorum. […] Omnium autem minimorum animalium, que vel ex cadaveribus vel ex humoribus nasci solent, sex genera sunt : quedam autem ex exalacionibus esse habent, ut bibiones ex vino, papiliones ex aqua ; quedam ex corrupcione humorum, ut vermes in cysternis ; quedam ex cadaveribus, ut apes ex iumentis, scarabei et crabones ex equis ; quedam ex corrupcione lignorum, ut cendones ; quedam ex corrupcione bibliarum, ut tynee ex ossibus ; quedam ex corrupcione fructuum, ut gurguliones ex fabis » (Johannes Aegidius Zamorensis, Historia naturalis, p. 1574, trad. française de l’auteur de cet article).

15 On les retrouve dans Johannes Aegidius Zamorensis, Liber Marie, dans Bohdziewicz, inédite. Je cite ici le manuscrit de la Biblioteca Nacional de España (Madrid, BNE, ms. 9503, fo 114ro) : « Aqua namque terra est pulcrior, aer aqua et terra, ignis tribus aliis elementis, celi luminaria omnibus elementis, angeli uero clariores sunt omnibus creaturis ».

16 Morenzoni, 1999, p. 173.

17 « Auro potest vita beati Iacobi comparari, et idcirco in ipsius preconium potest summi verbum illud quod scribitur Iob vigessimo octao : Locus saphiri lapides eius et glebe illius aurum. Quia beatus Iacobus fuit graciosus et speciosus in sua conversacione ante mortem, gloriosus et miraculosus in sui visitacione post mortem, eo quod sepulcrum eius de universis mundi partibus visitatur, idcirco in ipsius preconium merito predicatur : Locus saphiri lapides, id est, sepulcrum eius saphirus, propter multiplicem utilitatem ; et glebe illius, id est, vie vite ipsius, aurum, propter multiplicem sanctitatem. » (Johannes Aegidius Zamorensis, Historia naturalis, p. 1530, trad. française de l’auteur de cet article).

18 Job XXVIII, 6 (références de la Vulgate clémentine).

19 Job XXVIII, 1.

20 Johannes Aegidius Zamorensis, Historia naturalis, pp. 146-152. Division du texte, identification et localisation des citations bibliques comme extra-bibliques (exceptés Psaume LXXIII, Job XXXVIII, Siracide XXIV, Sénèque), usage des caractères italiques et gras et traduction française sont de l’auteur de cet article.

21 Voir Colossiens I, 20.

22 Philosophus désigne ici Aristote. Cette citation est un remaniement de Physique, VIII, 14.

23 Psaume LXXIII, 12.

24 L’on trouve cet extrait dans le Liber XXIV philosophorum, dont on donne parfois pour auteur Hermès Trismégiste. Cette citation est souvent attribuée à Alain de Lille, Bonaventure de Bagnoreggio ou encore Thomas d’Aquin.

25 Zacharias II, 4.

26 Luc II, 46.

27 Voir Matthieu XXVII, 38 ; Marc XV, 27 ; Luc XXIII, 33.

28 Voir Luc XXIV, 36 ; Jean XX, 19 ; Jean XX, 26.

29 Job XXXVIII, 16.

30 Sirach XXIV, 39.

31 Seneca, Epistula 41, ad Lucilium.

32 Sirach XXIV, 39.

33 Une analyse fine des sources et outils des interprétations égidiennes est donnée par Draelants, 2014, pp. 48-53.

34 « In hoc monte, sicut dicit Ieronimus, quatuor nominatissimorum virorum corpora requiescunt, scilicet Adam, Abraham, Isaac et Iacob, in signum quod quatuor genera hominum in Patria locabuntur, scilicet, compuncti et penitentes, quos significat Adam ; fideliter presidentes, quos significat Abraham, id est, pater multarum gencium ; operatores et actiui, quod significat Iacob, id est, luctator ; oratores et contemplativi, quos scilicet, Isaac, id est ridens. Adam enim interpretatur terrenus : hic est penitens qui considerat fragilitatem proprie condicionis. Abraham interpretatur multarum gencium pater : hic est prelatus habens curam prouidencie et gubernacionis. Iacob interpretatur supplantator : hic est activus supplantans carnem per assiduitatem bone operacionis. Isaac interpretatur risus : hic est contemplativus, percipiens dulcedinem benediccionis » (Johannes Aegidius Zamorensis, Historia naturalis, pp. 274-280, trad. française de l’auteur de cet article).

35 « Sicut autem adriana procurat aborsum et confert venenosis omnibus, sic et sancta religio fetum, id est, religiosum expellit fetidum et medetur venenosis temptacionibus » (ibid., p. 236, trad. française de l’auteur de cet article).

36 « Argenti metallo comparari potest racionabiliter predicator, eo quod debet esse clarus, probatus vita, solidus in doctrina, sonorus fama » (ibid., p. 1026, trad. française de l’auteur de cet article).

37 Ibid., p. 744.

38 Dans le tableau donné pour illustrer la méthode des concordances.

39 Je propose une editio princeps de leur part mariale dans le cadre de ma thèse de doctorat soutenue en 2017 sous la codirection de P. Henriet et J.-Fr. Cottier : Aegidius, Sermones virginales, dans Dupont-Hamy, inédite.

40 Dahan, 2004, p. 97

41 Id., 2008, pp. 127-128.

42 Morenzoni, 1988, p. 275.

43 Gaffuri, 1993, pp. 10-15.

44 Johannes Aegidius Zamorensis, Liber Marie, dans Bohdziewicz, inédite.

45 Burgo de Osma, Archivo catedralicio, ms. 18; Salamanca, Biblioteca universitaria, ms. 2081 et Firenze, Biblioteca nazionale centrale, ms. Conv. Soppr. B.7.8.

46 Johannes Aegidius Zamorensis, Legende sanctorum, éd. de Martín Iglesias et Otero Pereira, 2014.

47 « Qualitates quarum rerum in admiracionem substollunt animan contemplantis, cum contemplantivus homo considerat quantum delectet auditum concentus avium, armonie musicorum, dulcia colloquia amicorum » (Johannes Aegidius Zamorensis, Historia naturalis, p. 112, trad. française de l’auteur de cet article).

48 Dahan, 2011, pp. 560-561.

49 « Et apparuit Deus Abraham [Genèse XVIII, 1], quia in sancta conuersatione apparet Dominus. Hoc potest aptari clericis, quibus apparet Deus per sacram Scripturam per lectionem, qui debent edificare Domino per bonam operationem, ut quod aure audiant, opere compleant » (ibid., p. 561, n. 12, trad. française de l’auteur de cet article).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrienne Dupont-Hamy, « Les ailes de l’abeille »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 49-1 | 2019, 107-121.

Référence électronique

Adrienne Dupont-Hamy, « Les ailes de l’abeille », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 49-1 | 2019, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/mcv/10366 ; DOI : 10.4000/mcv.10366

Haut de page

Auteur

Adrienne Dupont-Hamy

EPHE - ED 472 / Langue, Littérature, Image : Civilisation et Sciences Humaines - ED 131

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals