Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques moderne et contemporaine

Gabriel Sansano, Isabel Marcillas Piquer, Juan-Boris Ruiz-Núñez (éd.), Història i poètiques de la memòria: la violència política en la representació del franquisme

Stéphane Michonneau
Référence(s) :

Gabriel Sansano, Isabel Marcillas Piquer, Juan-Boris Ruiz-Núñez (éd.), Història i poètiques de la memòria: la violència política en la representació del franquisme, Alicante, Universitat d’Alacant, 2016, 477 p.

Texte intégral

1Ce volume d’actes est tiré du congrès international du même nom célébré à Alicante en novembre 2014. Le congrès fut également l’occasion de réunir la Ve rencontre de la Commission de la vérité, fondée en 2007 et dont l’objectif est l’étude de la répression franquiste dans les pays valenciens. Le volume réunit trente-et-une contributions (dix-sept en castillan, treize en catalan, une en anglais) en 477 pages, sans introduction scientifique, ni conclusion. Le titre de l’ouvrage laisse entendre que l’approche fut pluridisciplinaire, sans expliquer clairement ce que signifient les « poétiques de la mémoire » censées « se référer à la construction de la mémoire de la violence » (p. 15). Le sous-titre n’est pas plus éclairant : la violence politique n’est-elle affaire que de « représentation » ? Mémoire et représentation se confondent-elles ?

2La structure de l’ouvrage est un calaix de sastre qui reflète le mode d’organisation de ce type de congrès aux contours flous : une première partie réunit quatre conférences dont certaines, quel que soit leur intérêt, n’ont pas de lien évident avec le thème (Steven Forti). L’exposition d’un seul cas étranger — mise à part une contribution qui porte sur l’Argentine et l’Espagne (Laura Soler Azorín) — ne suffit pas à établir une comparaison convaincante avec des régimes dictatoriaux similaires au franquisme ou des phénomènes mémoriaux de même nature. Pourtant, le caractère transnational des crises mémorielles telle que l’Espagne en connaît est tout à fait évident. La deuxième partie, intitulée « Histoire » se décompose en « Histoire générale » et « Histoire locale ». Cette partition a de quoi étonner, comme si les deux échelles ne se nourrissaient pas mutuellement. Il est vrai que les contributions d’« histoire locale » ne prennent pas la peine de situer leurs cas d’étude particulier dans un ensemble plus vaste qui aurait pu permettre d’en comprendre la valeur exemplaire. Plutôt que de partir d’une réalité concrète pour éclairer d’un sens nouveau ce que l’on sait de manière générale, la plupart de ces articles se contentent d’illustrer — voire de plaquer — des connaissances générales sur des cas particuliers. Ainsi, les exemples retenus, rarement situés ni contextualisés, jamais justifiés, se retrouvent en conclusion : c’est ce que bon nombre d’auteurs dénomment — à tort — une approche micro-historique.

3Les troisième et quatrième parties, intitulées « Littérature » et « Arts visuels », posent d’emblée un problème non résolu : pourquoi distinguer les témoignages littéraires ou les œuvres artistiques d’une part et les témoignages oraux d’autre part alors qu’il s’agit dans leur ensemble de manifestations de la mémoire de la violence ? Les témoignages ne sont-ils pas également, à titre divers, des formes de fictionnalisation de la réalité ? La mémoire n’est-elle pas en soi une reconstruction narrative a posteriori ? En fait, la différenciation opérée repose sur une conception implicite du témoignage qui est toujours considéré comme contenant des pépites de vérité, des morceaux de réalité historique susceptibles de délivrer des faits bruts jusqu’alors méconnus. Cette confiance irraisonnée dans la valeur véridique du témoignage permet d’alimenter une forme détournée de théorie du complot : d’un côté, une science historique mensongère et oublieuse qui participerait d’une conspiration du silence ou de l’oubli ; de l’autre, des militants de la mémoire dénonçant une histoire fallacieuse en se fondant sur des témoignages forcément véridiques, par une sorte de stratégie de « scandalisation de l’histoire » (Henri Rousso). Suffirait-il alors aux historiens d’exhiber les témoignages pour faire éclater la vérité, sans qu’aucune analyse critique ne soit nécessaire ? La conséquence est sans appel : le volume juxtapose des témoignages rangés thématiquement sans jamais s’interroger de quoi est-ce le témoignage. D’autres fois, le militantisme des jeunes mémoriens est clairement revendiqué, ce qui conduit à une surinterprétation du témoignage, notamment en terme de résistance au franquisme. Ailleurs, les auteurs prennent pour argent comptant des témoignages littéraires pour les confronter à des connaissances historiques, sans aucun égard pour la part de fiction que comprennent nécessairement ces romans. À aucun moment ces écrits ne sont replacés dans leurs contextes de production, comme si un texte de 1944 valait un récit de 1975, ou de 2018 : ainsi, le témoignage, littéraire ou pas, est traité de manière a-historique et le franquisme est considéré comme un tout cohérent. Quant à la période de la transition démocratique, elle est mise en procès sans nuance parce qu’« oublieuse » : on voit bien que le règlement de compte politique l’emporte ici sur le jugement historique.

4En fait, la structuration contestable de l’ouvrage cache une très grande variété de contributions qui constituent dans leur ensemble un ensemble de qualité discutable : on aurait aimé savoir quels critères présidèrent le choix que les éditeurs disent avoir opéré dans la présentation du volume. Ainsi, était-il judicieux de mêler à des contributions à prétention scientifique les écrits d’un auteur de pièce de théâtre (Albert Mestres) et d’un scénariste de série télévisée (Rodolf Sirera) — fort intéressantes au demeurant mais appartenant à un registre différent ? De plus, nombres de contributions ne relèvent pas strictement d’une histoire de la mémoire mais de simples études historiques qui éclairent des pans de l’histoire du franquisme. Ainsi, Manuel Fernández de Sevilla explicite de manière très convaincante les circonstances de l’expulsion de la famille des Bourbon-Parme d’Espagne, mettant en valeur l’existence d’un carlisme de gauche contestataire des fondements du régime franquiste. Alfredo Fornas Pallarés restitue avec finesse l’histoire complexe des services républicains d’aide aux réfugiés pendant la guerre civile. Javier Navarro Navarro se penche sur l’histoire de la spoliation des biens de Max Aub à Valence : bien informé, l’auteur ouvre ainsi de nouvelles perspectives sur la répression économique, très souvent négligée. Sonia Lombao Méndez présente enfin les interactions entre l’art d’action dans la Barcelone des années 1970 et la résistance culturelle antifranquiste. D’autres contributions s’intéressent quant à elles aux politiques de mémoire et aux usages du passé : Jordi Henales Salamanca, par exemple, explique les réformes de la nomenclature urbaine à Alicante durant le franquisme ; José Antonio Martínez Prades montre combien la reconstruction de l’église de Santa Maria d’Alcoy s’inspira du modèle architectural de l’Escorial, porté au pinacle par le régime franquiste naissant.

5Un troisième ensemble d’articles, le plus important, s’intéresse au témoignages oraux, littéraires et artistiques. C’est là que les problèmes méthodologiques sont les plus criants, mise à part l’excellente contribution de Bernat Montoya Rubio qui s’intéresse à la mémoire ouvrière des exilés dans la région de Perpignan. Il constate qu’en dépit d’un contexte de liberté de parole, la transmission intergénérationnelle n’y fut guère plus intense qu’en Espagne. Traumatisés par leurs conditions d’accueil en France et soucieux d’intégration dans la société d’accueil, le silence sur les circonstances de la guerre civile fut largement entretenu : ce constat inviterait les autres chercheurs à nuancer le poids de la répression franquiste sur la période d’amnésie que connut l’Espagne, selon un rythme (amnésie/anamèse) par ailleurs très banal si on le compare à d’autres pays européens. De même, la contribution de Josep Ballester i Roca et de Maria Lacueva i Lorenz ouvre des perspectives intéressantes sur les violences faites aux femmes dans la littérature valencienne d’après-guerre, selon une analyse de genre que l’article d’Amparo Ayora del Olmo s’est efforcé de développer à travers l’oeuvre de Concha Alós.

6Au total, on peut s’interroger à juste titre sur la finalité scientifique d’un tel ouvrage qui entretient une confusion méthodologique et conceptuelle malheureusement caractéristique de l’histoire de la mémoire du franquisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Michonneau, « Gabriel Sansano, Isabel Marcillas Piquer, Juan-Boris Ruiz-Núñez (éd.), Història i poètiques de la memòria: la violència política en la representació del franquisme », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 49-1 | 2019, mis en ligne le 12 mars 2019, consulté le 17 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/mcv/10707

Haut de page

Auteur

Stéphane Michonneau

université de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals